Navigation – Plan du site
Editorial

Le contrôle de l’espace et de ses usage(r)s : avancées technologiques et défis sociaux

Patrick Deboosere et Christian Dessouroux
p. 3-11

Texte intégral

1Des deux dimensions, espace et temps, seul l’espace, se laisse dans une certaine mesure contrôler. Ce contrôle de l’espace est l’expression la plus concrète des progrès réalisés par l’homme dans sa relation avec son environnement. Tandis que le temps nous échappe, et nous échappera probablement toujours comme dimension vécue, l’espace se laisse dominer, aussi bien dans le sens d’un espace géré et sous contrôle, que dans le sens d’un espace qui se rétrécit en raison des moyens de transport et de communication de plus en plus performants.

  • 1  HAICAULT M. (1999). « Du temps du travail industriel à la pluralité des temps sociaux. Quels acqui (...)

2Si le temps, en mouvement continu et irréversible, ne se laisse pas contrôler, il se laisse néanmoins gérer et organiser. Le développement de la vie en société et de l’interdépendance croissante des individus a imposé une gestion et une synchronisation de plus en plus poussées du temps à large échelle, rendues possibles moyennant l’introduction d’instruments de mesure du temps. La flexibilisation des emplois du temps (travail, loisirs, famille…) et la diversification des modes de vie1 font de la gestion du temps social un des enjeux principaux du débat politique d’aujourd’hui.

3Le contrôle de l’espace, pour sa part, s’apprécie différemment. Ce n’est plus l’espace en soi qui est seul l’objet de contrôle. Ce sont les personnes qui l’occupent, qui le traversent, qui désirent y entrer ou en ressortir qui sont les destinataires des mesures de contrôle. Ce n’est donc pas uniquement la dimension purement matérielle de l’espace qui est mise sous surveillance, mais la société même avec les individus qui la composent. Les textes réunis dans ce numéro d’« Espace Populations Sociétés » ont tous comme objet une réflexion critique sur les implications qu’a le contrôle de l’espace sur le fonctionnement de notre société, sur les libertés civiles, sur le fonctionnement démocratique. Le fil conducteur de cette réflexion est le défi que constitue l’évolution technologique dans le domaine du contrôle de l’espace. Le contrôle de l’espace : une évolution au long cours

Le contrôle de l’espace : une évolution au long cours

4Tout au long de son histoire, l’homme a entretenu des rapports étroits avec l’espace qui l’entoure et sur lequel il a exercé des formes de contrôle changeantes. On s’imagine généralement l’homme préhistorique traverser les grandes plaines en toute liberté. Cette image quelque peu idyllique se trouve opposée à celle des entraves et contrôles que doit subir l’homme moderne. Nombre de discours sur la modernité font d’ailleurs référence, souvent de manière implicite, à cette idée de l’homme primitif innocent et heureux, auquel nos sociétés actuelles imposent de plus en plus de limites et de contraintes.

5Il est évident que l’image rousseauiste du passé sous-estime les contraintes qu’exerçait la nature sur l’homme. Vivant au rythme des saisons, dans des campements temporaires, et se déplaçant sans cesse à pied, dans un environnement souvent hostile, l’homme utilise des ressources naturelles disponibles sans savoir les maîtriser. Si la domestication du feu rend l’homme moins tributaire des conditions de milieu, son affranchissement vis-à-vis des contraintes environnementales ne s'établit véritablement qu’au moment où il se sédentarise et développe une économie basée sur l’agriculture et l’élevage d’animaux. En passant du statut de prédateur à celui de producteur, l’homme va tenter de maîtriser la nature et de la transformer pour mieux l'utiliser.

6Les lieux fortifiés préhistoriques et surtout les villes fortifiées de l’ère antique et médiévale imposeront un contrôle de l’espace qui sera véritablement porteur de la nature complexe et des contradictions diverses propres à ce contrôle. La protection contre les dangers venant de l’extérieur ira souvent de pair avec le contrôle de la population dans l’enceinte même de l’endroit protégé

7C’est le développement de l’état moderne qui va mener cette contradiction à son apogée. Au fur et à mesure que les états s’organisent, se créent des formes organisées de contrôle : une autorité politique centralisée, une administration qui doit « gérer »l’espace et la population qui l’habite, un contrôle des frontières de plus en plus poussé, une idéologie d’appartenance et d’exclusion au territoire unifié. C’est au courant des XIXème et XXème siècles, à un moment où les nouveaux moyens de communication (bateau à vapeur, train, voiture automobile, télégraphe, téléphone…) ouvrent l’espace, que la nécessité de contrôle, de délimitation, d’identification devient extrêmement importante.

8Le contrôle du territoire et de ses limites est à la fois l’enjeu et le mode d’expression des rapports de forces de l’époque. Si les frontières des états étaient déjà relativement bien tracées au XIXème siècle, ce n’est qu’au XXème qu’elles vont véritablement muter de simples confins territoriaux à des lignes matérialisées sur le terrain. La libre circulation des personnes sera particulièrement mise à mal avec la montée des nationalismes dans l’Entre-deux-guerres. Si la fin de la Deuxième Guerre mondiale a signifié la fin des régimes les plus odieux de contrôle et d’exclusion, elle n’a pas empêché que le contrôle des frontières se soit perpétué. La disparition du« rideau de fer » et la construction d’un espace européen unifié de libre circulation ont estompé les frontières intérieures au double profit, en revanche, du retour en force des identités régionales et d’une supranationalité européenne particulièrement attachée à protéger ses frontières extérieures.

9Cette imbrication historique des acquis en matière de liberté de mouvement dans l’espace intérieur et des mesures de sécurisation contre les risques extérieurs se trouve d’ailleurs inscrite dans les articles introductifs du Traité sur l’Union européenne :« L’Union offre à ses citoyens un espace de liberté, de sécurité et de justice sans frontières intérieures, au sein duquel est assurée la libre circulation des personnes, en liaison avec des mesures appropriées en matière de contrôle des frontières extérieures, d'asile, d'immigration ainsi que de prévention de la criminalité et de lutte contre ce phénomène »(article 3, §2).

Apports et défis des nouvelles technologies

10Le contexte géopolitique contemporain marqué par la globalisation économique et culturelle ne constitue, somme toute, que l’étape la plus récente d’une redéfinition permanente, mais pas pour autant peu significative, des formes et modalités de contrôle de l’espace.

11Si la question du contrôle de l’espace, et donc de ceux qui y résident ou désirent y accéder, reste éminemment politique, aussi bien dans la définition de ses objectifs que dans l’acceptation de ses méthodes, c’est bien l’évolution technologique, qui contribue à en changer fondamentalement les caractéristiques.

12Suite au développement rapide, dès les années 1970, de l’informatique, les ordinateurs et produits dérivés, tout comme les nouvelles techniques d’information et de communication sont devenus des produits de consommation de masse, présents dans toutes les sphères de l’activité humaine. Le monde actuel compte plus d’un milliard et demi de téléphones mobiles. Le système de géo localisation GPS (Global Positioning System) est devenu pleinement opérationnel au niveau mondial à partir de 1995. Relativement cher ses débuts, il s’est progressivement répandu pour devenir aujourd’hui une application courante dans toute nouvelle voiture, mais également dans une série d’appareils électriques comme les téléphones portables, les appareils photo, voire les montres de sport. Si les avantages de ces nouvelles technologies sont indéniables, tant ces progrès sont intégrés dans la vie économique et sociale, ils trouvent leurs limites dans les risques d’atteinte à la vie privée et à la liberté individuelle.

  • 2  Cet outil de repérage et de suivi spatial est connu sous le nom « Vehicle tracking system » et com (...)
  • 3  Malte Spitz, membre du parti politique des Verts en Allemagne, a publié en 2010, sous forme de car (...)

13Liés à des systèmes informatiques, les téléphones portables et les appareils de navigation permettent en effet de suivre tout véhicule ou toute personne dans l’espace. Certaines applications, comme le suivi de véhicules d’une entreprise, ont ouvertement comme but de pouvoir situer un objet ou une personne à tout moment2. D’autres applications s’introduisent même à l’insu de leurs utilisateurs. Certains pays se mettent à analyser les flux de circulation routière à l’aide de la densité de signaux émis par des téléphones portables. Des systèmes commerciaux d’analyse sont développés et vendus à des grandes surfaces ou à des aéroports. Des opérateurs téléphoniques gardent les données sur les communications mobiles de leurs clients pendant des mois, d’ailleurs généralement en réponse à une obligation légale, ce qui rend possible de reconstituer notamment les déplacements d’un individu sur une période importante3.

14Début 2011, deux jeunes chercheurs, PeteWarden et Alasdair Allan, dévoilaient que l’iPhone mis sur le marché par Apple contient un programme caché qui sauvegarde toutes les données de positionnement spatial dans le temps, à l’insu de l’utilisateur de l’appareil. Toute personne ayant accès à cette banque de données peut reproduire tous les déplacements du propriétaire avec un « time tag » précis. Si cette fonctionnalité peut fournir des services utiles, comme la localisation automatique sur carte des photos prises avec le téléphone, le caractère dissimulé de l’application et les possibilités de retrait d’informations à caractère privé par un tiers n’en restent pas moins problématiques.

15Ces exemples ne couvrent qu’une partie de l’ensemble des outils numériques de suivi spatial qui nous accompagnent dans nos déplacements quotidiens. Les caméras de surveillance, les systèmes de contrôle du trafic, le péage routier, les cartes à puce utilisées dans les transports en commun, la radio-identification, les puces sous-cutanées mettent de plus en plus d’espaces sous contrôle ou permettent de surveiller à distance et de façon quasi permanente un grand nombre de nos déplacements. C’est une évolution qui n’est évidemment pas nouvelle, mais qui en quelques années a pris un essor tel qu’on peut se demander si on n’a pas franchi une étape qualitative, d’autant plus que la numérisation accélère, simplifie et banalise la collecte, la sauvegarde et la diffusion des données en question.

16Un autre paramètre est à considérer si on évoque le traitement des informations recueillies sur des individus : alors que les états étaient longtemps les seules instances disposant des moyens techniques pour collecter des données à large échelle (recensements de la population, registres administratifs…), ce sont les traitements privés (notamment par la collecte et le recoupement des traces numériques laissées par les internautes, par exemple sur les réseaux sociaux ; profilage des consommateurs à des fins de marketing ciblé) qui se multiplient de nos jours, rendant indispensable une adaptation continue du dispositif législatif en matière de protection de la vie privée.

  • 4  Voir notamment REY B. (2012), La vie privée à l'ère du numérique, Cachan, Lavoisier, coll. Traitem (...)
  • 5  5 GRAHAM S. (2010), Cities Under Siege : The New Military Urbanism, London/New York, Verso, 288 p

17L’informatisation des données et leur accessibilité à une échelle de plus en plus large ont inévitablement refaçonné notre rapport aux notions de confidentialité, d’anonymat et de vie privée (au sens de privacy) et remis en question la relation entre l’individu et les renseignements auxquels il a accès ou qui le concernent4. Ceci a soulevé évidemment un débat public et politique autour des modes de régulation construits ou à élaborer face à ce phénomène. Les rapports étroits entre espace, pouvoir et régulation sociale sont interrogés, l’équilibre entre protection de la vie privée et libre circulation des personnes et informations est réinterprété. Si les divers outils techniques et informatiques dont nous disposons aujourd’hui (de l’Internet aux cartes à puce, en passant parla domotique et la biométrie) ouvrent un panel de possibilités à leurs usagers dans la vie de tous les jours, ils profitent autant à ceux qui développent et commercialisent les produits et à ceux qui gèrent et ont un regard sur les flux d’information générés. L’utilisation à large échelle des nouvelles technologies par les pouvoirs institutionnels dans une optique de contrôle des usage(r)s d’un espace a avivé, à son tour, un débat sur l’avènement d’une « société de surveillance » voire d’une « militarisation de l’espace » au nom de la sécurité et de l’ordre public5.

  • 6  International Herald Tribune, 19 mars 2013, p. 17.

18Une nouvelle limite dans le contrôle de l'espace a été franchie, d'un point de vue technologique mais également politique, avec l'introduction des drones comme moyen de surveillance et, par extension, comme outil de combat par une série de pays, en premier lieu les États-Unis. Dans la mesure où les drones constituent un moyen de projection de l’influence états-unienne bien au-delà de ses propres frontières, c'est une technologie qui intéressait d'abord les militaires. L'utilisation de cette arme en dehors de toute guerre déclarée est problématique en termes de contrôle de l'espace. Les drones permettent non seulement de surveiller à distance de larges espaces fort loin du propre pays, mais également d’exécuter à distance, notamment au Pakistan, en Somalie et au Yémen, des « combattants ennemis ». L’utilisation des drones est de telle sorte devenue une arme redoutable de contrôle de l’espace en semant une terreur permanente auprès des populations surveillées. Il est particulièrement inquiétant de constater que le « targeted killing » est devenu, sous le président Obama, un élément établi de la politique internationale des États-Unis. De50 attaques sous Georges Bush, on est passé à plus de 400 attaques sous Barack Obama. Entretemps, la nouvelle technologie est devenue tellement usuelle que l’introduction à des fins de surveillance à l’intérieur des États-Unis commence à se développer. S’il existe une série d’applications intéressantes, comme le contrôle à distance des vastes espaces de production agroalimentaire, des premières inquiétudes commencent également à voir le jour : « The technology could pose a significant threat to the privacy and civil liberties of millions of Americans »6.

19Aujourd’hui nul ne peut nier l’importance du défi technologique qui impose une réflexion profonde sur la façon de fonctionner de notre société, y compris sur la façon dont nous organisons notre fonctionnement démocratique. C’est un apport à cette réflexion qui constitue l’objet de ce numéro d’Espace Populations Sociétés. Les articles repris dans ce numéro n’ont pas la prétention de mener un débat de fond sur l’ensemble de la problématique du contrôle de l’espace. Mais chaque texte nous aide à formuler cette réflexion en remettant en cause des « évidences » qui sont à la base de beaucoup de décisions en matières de sécurité ou de technologie.

Le regard des auteurs

20Les articles de Fabien Guillot, d’une part, et de Maria Gabrielsen Jumbert, d’autre part, abordent tous les deux la problématique du contrôle des frontières. La frontière entre les États-Unis et le Mexique sert d’exemple concret à Fabien Guillot pour développer ce qu’il appelle « la dimension spatiale du contrôle social ». Pour Guillot, le « tournant sécuritaire » qui s’est installé notamment à travers le contrôle des frontières dépasse largement la question de l’accès au territoire des États-Unis. Au nom de la guerre contre le terrorisme,les contrôles des frontières, des lieux d’accès et de passage vont se multiplier. Mais plus important encore, la « sécurisation » du territoire va quasi automatiquement engendrer l’amalgame entre terrorisme et accès « illégal » au territoire. « Le cloisonnement »de l’espace frontalier s’accompagne ainsi d’une politique de « tolérance zéro » vis-à-vis des migrants, des étrangers d’une manière plus globale et diffuse. Cet amalgame se trouve institutionnalisé par la création, suite aux attentats du 11 septembre 2001, d’une agence au sein de l’administration fédérale américaine, dédiée spécifiquement aux questions de sécurité intérieure, le « Department of Homeland Security ».

21Pour Fabien Guillot, l’analyse du DHS et des lois sécuritaires introduites aux États-Unis montre à quel point le contrôle du territoire va se déplacer vers un contrôle social, une évolution qui ne sera pas fondamentalement remise en question avec l’intronisation de l’administration Obama en 2009. Le choix même du mot « Homeland » illustre « un glissement idéologique important par rapport aux valeurs jusqu’ici défendues et incarnées par les États-Unis ». C’est ainsi « que les deux axes (interne et externe) de la politique de sécurité des États-Unis se trouvent liés ».L’installation d’un « rideau de fer contre le sud », composé d’une construction en dur de béton et d’acier sur une longueur de plusieurs centaines de kilomètres et d’une barrière électronique est la matérialisation de cette politique de sécurité extérieure qui est largement devenue une opération militaire. D’autre part, la prolifération des outils de contrôle et de tri comme la biométrie, permettant l’identification des individus aux lieux de passage, matérialise cet autre aspect de contrôle social, de rapport d’inégalité, qui va s’imposer et qui amène Guillot à conclure que cette configuration de « sécurité globale »mène à une politique qui rogne inévitablement la sphère privée et la liberté de mouvement de chaque individu.

22Si l’article de Guillot évoque en détailles aspects techniques du « rideau de fer contre le Sud » érigé aux États-Unis, Maria Gabrielsen Jumbert, passe en revue le contrôle des façades maritimes méditerranéennes en décrivant le fonctionnement du « European Border Surveillance System »ou EUROSUR qui devrait être rendu opérationnel en 2013. Bien que le territoire mis sous surveillance soit fondamentalement différent, la similitude est frappante tant en ce qui concerne le processus quasi autonome de développement du contrôle à travers l’usage de technologies de pointe, que les objectifs politiques, explicités ou non. Les deux articles d’introduction forment ainsi un diptyque décrivant un processus d’un parallélisme étonnant et inquiétant de part et d’autre de l’Atlantique.

23Maria Gabrielsen Jumbert se concentre dans son article surtout sur ce qu’elle considère être les forces motrices qui expliquent la mise en place d’un système de surveillance aux frontières européennes extérieures. Si la menace que représenterait la migration pourl a sécurité de l’Europe sert de justification politique, c’est avant tout la conviction des états participants que la technologie peut apporter une solution durable qui est à la base de l’installation du système de surveillance en question.

24Pour Gabrielsen Jumbert, c’est un processus inverse qui s’installe de cette manière. Les difficultés techniques à surmonter et les contraintes légales par rapport aux nouveaux systèmes de surveillance vont donner forme au discours sécuritaire et, dans un certain sens, même alimenter ce discours. Les considérations techniques alimentent un discours sécuritaire servant à justifier la mise en place du dispositif.

25Il est frappant de voir qu’à l’heure où l’Union européenne s’étend à 27 pays membres et facilite la mobilité des résidents et travailleurs au sein de cette Europe élargie (Espace Populations Sociétés, 2008, n° 2), les mesures pour sécuriser et fortifier ses frontières extérieures se renforcent. On peut se demander dans quelle mesure la mobilité interne -et donc la compétition accrue entre travailleurs, en l’absence d’une protection sociale solide dans un espace économique unifié n’est pas liée de façon intrinsèque à cette intensification du contrôle des frontières.

26Les trois autres contributions de ce numéro d’Espace Populations Sociétés abordent des aspects du contrôle de l’espace davantage orientés vers l’espace intérieur et vers une surveillance de la population. Les articles montrent comment de nouvelles techniques de contrôle (social) envahissent et participent à la gestion de notre vie quotidienne.

27Denis Duez et Rocco Bellanova se penchent sur les questions et enjeux que soulèvent la collecte, le stockage et l’échange de données personnelles par fichage à des fins sécuritaires. Sarah Widmer et Francisco Klauser s’interrogent sur le traçage des déplacements d’utilisateurs de smartphones. Le contrôle biométrique, enfin, fait l’objet de l’article de Mélanie Fraisse.

28Les fichiers semblent à première vue relativement éloignés du sujet des espaces contrôlés, mais Denis Duez et Rocco Bellanova montrent justement comment l’exploitation de banques de données sur les passagers aériens représentent un élément essentiel de la stratégie de sécurisation des frontières. Plus fondamentalement, ils développent l’hypothèse selon laquelle « les pratiques sécuritaires contemporaines visent à développer des formes fluides et « adaptives »de contrôle social ». Pour les auteurs, les politiques de sécurité tendent à accorder une place croissante aux flux d’information au détriment des formes classiques de contrôle. Ils mettent cette évolution en relation avec le passage de la contrainte sociale à l’autocontrainte (Norbert Elias), mais également avec « le passage de la gestion des désordres publics à la gestion des risques sociaux ».Dans ce contexte, la collecte, le stockage et le traitement de données personnelles vont s’imposer comme une pratique privilégiée. Ce tournant implique toutefois que les données personnelles ne sont plus traitées de manière ponctuelle et ciblée (par exemple dans le cadre d’une enquête policière), mais qu’elles font l’objet d’un traitement centralisé et indiscriminé s’étendant à l’ensemble des citoyens, en l’occurrence les passagers aériens. Ceci mène les auteurs à questionner l’équilibre fragile entre les impératifs de sécurité et la protection de la vie privée dans le contexte de la pratique de sauvegarde de données personnelles dans la législation européenne.

29L’approche de Sarah Widmer et Francisco Klauser est différente. Les auteurs montrent en premier lieu que la tension entre « service rendu » et « surveillance » est inhérente à la façon même dont des nouvelles applications technologiques sont conçues. Leur recherche se concentre sur le rôle du développeur dans ce processus. C’est à l’aide d’une série d’entretiens avec les développeurs en question qu’ils essayent de clarifier les mécanismes qui nous entraînent vers une technologie qui rend public des pans de plus en plus larges d’informations relevant de la sphère privée des utilisateurs.

30C’est cette banalisation de l’informatisation généralisée qui est également au cœur de l’article de Mélanie Fraisse. En partant d’un cas à première vue anodin -le contrôle de l’accès des écoliers à la cantine de leur lycée ou collège -, elle analyse comment les outils d’identification biométrique, introduits initialement pour simplifier le travail administratif, vont finalement étendre leur fonction de gestion à une fonction sécuritaire moyennant une stratégie de légitimation ad hoc. Cet exemple montre à quel point les innovations techniques sont en train de changer notre façon de penser la société et dans quelle mesure, même à l’intérieur du système scolaire français, on est prêt à céder le pas à des systèmes de contrôle de plus en plus intrusifs et potentiellement menaçants.

Les espaces contrôlés : un sujet vaste à développer

  • 7  BELINA B. (2007), From Disciplining To Dislocation -Area Bans in Recent Urban Policing in Germany, (...)
  • 8  Les mesures de contrôle qui s’exercent dans des espaces privés (centre commercial, aéroport, gare, (...)
  • 9  Voir également le site http://www.bannedinlondon.co.uk (site consulté le 20 avril 2013) qui recens (...)
  • 10 Voir par exemple : ATKINSONR. (2003), Domestication by Cappuccino or a Revenge on Urban Space ? Con (...)
  • 11 GLAZE L. E. (2009), Correctional Populations in the United States, 2009, U.S. Department of Justice (...)
  • 12  International Centre for Prison Studies, www.prisonstudies.org/info (site consulté le 9 avril 2013 (...)

31Il est évident qu’avec ces contributions la thématique des espaces contrôlés est loin d’être épuisée. Il aurait été intéressant de s’interroger par exemple sur les diverses mesures de régulation et de contrôle social exercées sur les usage(r)s des espaces publics urbains. Les Aufenthaltsverbote (interdiction de séjour)7, appliquées dans une série de villes allemandes dès les années 1990 et interdisant à certains groupes d’individus (particulièrement ceux liés au trafic et à la consommation de drogues) l’accès à des quartiers clairement délimités, ou les arrêtés « anti-mendicité », visant à bannir ou à déplacer la mendicité, le vagabondage et l’ivresse publique hors d’une série de villes françaises, illustrent l’introduction tendancielle de règles d’usage plus restrictives dans les espaces relevant du domaine public8. Pratiquées pour des motifs de sécurité, de maintien de l’ordre et de convivialité des lieux, de telles mesures de limitation élective d’accès à certains espaces9 sont problématiques à divers égards. Elles remettent en question l’accessibilité et la participation de tous à l’espace public en ville. Elles introduisent une hiérarchie bien particulière dans l’appropriation et le contrôle de l’espace en question, écartant, sur la simple base de traits de comportement ou d’apparence généraux, certains groupes d’usagers. Ce ne sont plus des comportements déviants d’individus, mais des groupes considérés comme indésirables qui se voient exclus d’accès, ce qui mène à une certaine normalisation du comportement en public et à un formatage des usagers admis10. Les relations entre espace, régulation et contrôle social, évoquées précédemment, sont particulièrement apparentes dans ce type de mesure. Nous avons à peine effleuré également le sujet du contrôle qu’essayent d’exercer de façon de plus en plus poussée les grandes firmes internationales à travers les applications Internet, ou celui des frontières fermées peu connues comme celle qui sépare le Bangladesh et l’Inde par exemple. Aucun article non plus aborde la question de la bande de Gaza, ce territoire transformé en gigantesque prison où sont enfermés 1,7 million de Palestiniens, soumis à un contrôle permanent de la part de l’armée israélienne. Le sujet des espaces pénitentiaires et autres lieux de confinement (centre de rétention pour étrangers, logements fermés pour main d’œuvre étrangère), où s’exerce un contrôle institutionnel particulièrement poussée, n’est pas du tout abordé. Il pourrait faire l’objet d’un numéro spécial ensoi. Les différences importantes entre pays, tant en ce qui concerne le régime pénitentiaire que le nombre de personnes incarcérées, montrent à quel point ce contrôle de l’espace doit nous faire réfléchir sur le fonctionnement de nos sociétés. Ce sont les États-Unis, avec 2,3 millions de détenus, qui se trouvent loin en tête du classement international. Avec 716 prisonniers pour100 000 habitants, ils dépassent de 50 % la Russie avec ses 487 prisonniers pour100 000 habitants. En ajoutant la population sous contrôle judiciaire hors prison (probation/libération conditionnelle), 7,2 millions d’Américains étaient sous le contrôle du système judiciaire en 200911.À titre de comparaison, des pays comme la France ou l’Allemagne ont des taux d’emprisonnement de 101 et 80 prisonniers pour100 000 habitants12

32Il est nécessaire, dans le cadre de ce numéro thématique sur les espaces contrôlés, d’évoquer également le cas du centre de détention militaire de haute sécurité de Guantánamo à Cuba. Les États-Unis y détiennent encore, sans chef d’accusation et en violation des droits internationaux, 171 personnes (mars 2012). Pas d’habeas corpus, pas de droit à un procès en bonne et due forme pour ces détenus. Bien au contraire, une grande partie d’entre eux a déjà été innocentée concernant les faits qui leur ont été reprochés, mais restent enfermés, sans aucun espoir. Un tel emprisonnement arbitraire ne peut être défini autrement que comme acte despotique et contraire aux principes démocratiques.

33C’est justement la rencontre entre technologie et politique qui est particulièrement problématique. Le développement technologique en soi est imparable. Il est d’ailleurs porteur de bienfaits considérables pour l’humanité, la libérant d’une série de contraintes. Le débat à mener est dès lors éminemment politique. On ne peut que se réjouir du fait que ce débat a suscité une évolution significative de la jurisprudence en la matière à travers le monde, y compris aux États-Unis. Dans nombre d’états démocratiques une législation et des mesures institutionnelles ont vu le jour et se développent par souci de protection de la vie privée. On voit néanmoins se développer en même temps, pour diverses raisons, une tentation de surveillance accrue des citoyens. Celle-ci se fait parfois avec des arguments fondés, mais rarement suffisamment réfléchis quant aux diverses implications. Vu les développements en cours, ce débat est loin d’être clos et ne pourra se limiter au seul impératif de protection de la vie privée. C’est le fonctionnement démocratique même de nos sociétés qui est en est le cœur.

Haut de page

Notes

1  HAICAULT M. (1999). « Du temps du travail industriel à la pluralité des temps sociaux. Quels acquis pour la sociologie du travail ? », in G. de Terssac et D.-G. Tremblay (éds), Où va le temps de travail ? , Toulouse, Octarès, pp. 83-104.

2  Cet outil de repérage et de suivi spatial est connu sous le nom « Vehicle tracking system » et commercialisé en Europe par des firmes comme C-track

3  Malte Spitz, membre du parti politique des Verts en Allemagne, a publié en 2010, sous forme de carte dynamique, l’ensemble de ses déplacements faits au notamment cours de 6mois, reproduits à l’aide des données spatiales réclamées juridiquement à son opérateur mobile : http://Track. www.zeit.de/datenschutz/malte-spitz-data-retention3 (site consulté le 20 avril 2013).

4  Voir notamment REY B. (2012), La vie privée à l'ère du numérique, Cachan, Lavoisier, coll. Traitement de l'information, 297 p. et SOLOVE D. (2004), The Digital Person : Technology and Privacy in the Information Age, New York, New York University Press, 290 p.

5  5 GRAHAM S. (2010), Cities Under Siege : The New Military Urbanism, London/New York, Verso, 288 p

6  International Herald Tribune, 19 mars 2013, p. 17.

7  BELINA B. (2007), From Disciplining To Dislocation -Area Bans in Recent Urban Policing in Germany, European Urban and Regional Studies, vol. 14, n° 4, pp. 321-336.

8  Les mesures de contrôle qui s’exercent dans des espaces privés (centre commercial, aéroport, gare, parc thématique) sont autrement restrictives.

9  Voir également le site http://www.bannedinlondon.co.uk (site consulté le 20 avril 2013) qui recense l’ensemble des zones interdites (bannes zones) de l’agglomération londonienne où certains usages, habituellement admis dans l’espace public, sont prohibés sous peine d’amende.

10 Voir par exemple : ATKINSONR. (2003), Domestication by Cappuccino or a Revenge on Urban Space ? Control and Empowerment in the Management of Public Spaces, Urban studies, vol. 40, n° 9, pp. 1829-1843 et MITCHELL D. (1997)- The Annihilation of Space by Law : The Roots and Implications of Anti-Homeless laws in the United-States, Antipode, n° 29, pp. 303–335.

11 GLAZE L. E. (2009), Correctional Populations in the United States, 2009, U.S. Department of Justice, Office of Justice Programms, Bureau of Justice Statistics, 8 p.

12  International Centre for Prison Studies, www.prisonstudies.org/info (site consulté le 9 avril 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Deboosere et Christian Dessouroux, « Le contrôle de l’espace et de ses usage(r)s : avancées technologiques et défis sociaux », Espace populations sociétés, 2012/3 | 2013, 3-11.

Référence électronique

Patrick Deboosere et Christian Dessouroux, « Le contrôle de l’espace et de ses usage(r)s : avancées technologiques et défis sociaux », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/3 | 2013, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/5004

Haut de page

Auteurs

Patrick Deboosere

Vrije Universiteit Brussel
Département de Sociologie,
Boulevard de la Plaine,2
1050 Bruxelles
Patrick.Deboosere@vub.ac.be

Articles du même auteur

Christian Dessouroux

Université Libre de Bruxelles Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT)
CP 130/03
Avenue F.D. Roosevelt, 50
1050 Bruxelles
cdessour@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org