Navigation – Plan du site
Articles

Familles, multiculturalisme et genre dans l’émirat d’Abou Dhabi : les apports des registres de naissances

Family, Multiculturalism and Gender in the Emirate of Abu Dhabi : What We Learn from Birth Registers
Dominique Creton
p. 59-77

Résumés

Ce travail à grande échelle considère l’émirat d’Abou Dhabi comme un laboratoire de recherche sur la population de la région. L’accès à des données fiables ainsi que l’hétérogénéité de la population (déséquilibre des structures, multiplicité des nationalités) sont deux questions qui se posent d’emblée quand on étudie la péninsule arabique. Le positionnement international de l’Émirat, associé à une politique volontariste de production et de diffusion de l’information, nous ont permis d’accéder au registre de naissances de 2010, nouvellement amélioré et informatisé. Toujours en cours d’élaboration, ce registre ne permet qu’une exploitation limitée des données dont on doit d’abord interroger les modalités de construction. Il n’en est pas moins un outil unique et précieux pour avancer dans la connaissance des familles de la région, questionner le multiculturalisme revendiqué des institutions et de la société émiriennes, et caractériser la diversité des comportements familiaux en introduisant une perspective genrée.

Cette recherche a été réalisée en collaboration avec le Dr Bashir Aden du Ministère de la Santé  (Health Authority Abu Dhabi) ; nous remercions H.A.A.D. de nous avoir gracieusement permis l’accès aux données issues des registres de naissances.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le recours à des données statistiques dans ce travail s’effectue avec un angle critique et compte t (...)

1Quand on s’intéresse aux populations de la péninsule Arabique, on fait d’emblée face à deux défis : d’une part la complexité structurelle de ces populations, d’autre part le degré de fiabilité inégal et souvent insuffisant1 des données disponibles. Pleinement intégrée à la mondialisation, la région est le réceptacle d’intenses flux migratoires qui se traduisent par un déséquilibre des structures par âge et par sexe. Elle est aussi affectée d’une dynamique démographique très forte, soumise à des effets de conjoncture qui infléchissent significativement, via la régulation de la main-d’œuvre étrangère, les courbes d’évolution. Pour 2010, les estimations officielles pour l’Émirat d’Abou Dhabi [S.C.A.D., 2011] évaluaient à 84 % la proportion d’expatriés, et à 29,9 % la part des femmes pour une population totale de 1 967 659 habitants.

  • 2 L’État des Émirats arabes unis a été créé en 1971.
  • 3 On voit bien que la population étrangère est une composante structurelle de la population de l’Émir (...)

2Le scepticisme est de rigueur quant à la validité des sources statistiques publiées dans l’ensemble de la région. En effet, l’affirmation de la population nationale représente un enjeu politique pour les différents gouvernements. On a souvent pointé une sous-estimation délibérée de la proportion d’étrangers, qui résulte en réalité d’une surestimation de la population nationale. Les difficultés à obtenir des informations sur l’origine géographique des étrangers sont également soulignées. Néanmoins, sans vouloir dédouaner les États de leur tendance à la rétention d’information, il faut faire la part de la jeunesse de l’appareil statistique et de la complexité de la dynamique migratoire qui affecte l’ensemble de la région, ce qui complique la tâche des instituts statistiques. Le premier recensement des Émirats arabes unis2 (E.A.U.) a été effectué en 1975 : la population de l’émirat d’Abou Dhabi était comptabilisée à 211 812 personnes dont trois quarts de non nationaux3 (156 926).

  • 4 PNUD, Banque mondiale, Division de la population de l’ONU.
  • 5 Qui regroupe, avec les E.A.U., l’Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, le Sultanat d’Oman et le Qatar.

3Ces réserves expliquent aussi que les données et les travaux différencient peu les pays au sein de la région et s’attachent rarement à une échelle fine. On dispose de rapports d’organismes internationaux sur les pays arabes regroupés par grandes régions4, dont la péninsule Arabique, d’enquêtes démographiques à l’échelle des pays du Conseil de Coopération du Golfe5 (C.C.G.) ou des E.A.U. qui se focalisent sur les populations nationales. Les estimations des étrangers sont très grossières et portent généralement sur la main-d’œuvre ; on en reste à un niveau de généralités, voire de stéréotypes.

4La population émirienne des E.A.U. a atteint le seuil de remplacement des générations durant la période 2005-2010, c’est le troisième pays arabe dans ce cas, après le Liban et la Tunisie [United Nations, 2009] tandis que l’augmentation de l’âge au mariage des femmes se poursuit. La fécondité des étrangers aurait, quant à elle, chuté spectaculairement. Comme dans l’ensemble des pays arabes, mais avec des modalités spécifiques, les évolutions démographiques révèlent les changements socioculturels rapides à l’œuvre [Courbage et Todd, 2007].

  • 6 Abu Dhabi Economic Vision 2030 [Abu Dhabi Council for Economic Development, 2009].
  • 7 Dans le cadre d’une volonté d’affirmation dans la métropolisation et la gouvernance mondiale.

5Dans ce travail, nous avons pris au mot la volonté affichée des autorités d’Abou Dhabi qui, dans le cadre de Abou Dhabi Economic Vision 20306, ont mis en place une politique ambitieuse d’excellence et de transparence7, dont un des piliers est l’amélioration de l’appareil statistique pour la production et la diffusion de données statistiques sur l’Émirat. La mise en place en 2009 d’un enregistrement informatisé des naissances, assorti d’un nouveau bulletin de naissance, plus complet, s’inscrit dans ce projet. Les données traitées dans cet article sont issues des publications officielles du S.C.A.D. (Statistics Centre Abu Dhabi) et de H.A.A.D. (Health Authority Abu Dhabi), vecteurs de la politique d’ouverture dans le domaine, ainsi que du registre des naissances de 2010, non publié, mais pour lequel nous avons demandé, et obtenu l’accès sous conditions.

  • 8 Le registre de 2009 n’est pas utilisé dans ce travail.

6Une exploration de ce fichier permet d’éclairer des aspects peu connus – voire méconnus – de la population de l’émirat d’Abou Dhabi. Ce fichier porte sur les naissances ayant eu lieu dans cet Émirat en 20108 ; les informations concernent l’enfant et ses parents. Le registre des naissances offre diverses possibilités de traitement. Il a néanmoins ses limites et des implications méthodologiques, ce qui est envisagé dans un deuxième temps après une contextualisation de la recherche. Puis la présentation et l’analyse des résultats, avec les réserves d’usage, s’appuient sur des graphiques et tableaux.

7Les options développées dans le présent article sont d’explorer la formation des familles (indicateurs de nuptialité et de fécondité) et la diversité de la population à travers sa composition nationale et ses comportements démographiques. L’introduction d’une problématique de genre vient enrichir les questionnements.

Une dynamique démographique très forte

Carte 1. L’émirat d’Abou Dhabi

Carte 1. L’émirat d’Abou Dhabi

D’après Ph. Cadène et B. Dumortier, Atlas des Pays du Golfe, RFI/PUPS, 2012.

8Les taux de croissance de la région sont parmi les plus élevés au monde. Selon H.A.A.D., la population de l’émirat d’Abou Dhabi aurait été multipliée par 9,3 entre 1985 et 2010. Publié en 2007, le plan d’urbanisme d’Abou Dhabi pour 20309 prévoit pour Abou Dhabi une croissance de la population de 930 000 habitants en 2007 à 1,3 million en 2013 pour atteindre 3,1 millions en 2030. En 2011, le ministère de l’Économie des E.A.U. prévoyait une croissance de 65 % pour les quatre prochaines années. Les statistiques10 peinent d’autant plus à saisir les évolutions récentes, ce que traduisent la diversité voire les incohérences de certaines estimations. Cette croissance rapide est attribuée en premier lieu à l’immigration massive et, à un moindre degré au maintien de la fécondité des nationaux.

  • 11 Abu Dhabi Systems and Information Centre destiné à faciliter la modernisation des services gouverne (...)

9Selon Paul Dresch (2009), le discours de remplacement des étrangers par les nationaux – et ses corollaires, le soutien à une fécondité nationale élevée et le développement des emplois pour les nationaux – qu’on entendait, il y a vingt ans, ne serait plus de mise. Il aurait fait place à la reconnaissance du fait que les étrangers sont devenus une composante structurelle de la population de l’émirat d’Abou Dhabi, qui le revendique en mettant en avant la société multiculturelle. Ce multiculturalisme est une réalité de la vie quotidienne, dans la rue, les administrations ou les espaces commerciaux, même s’il existe des lieux plus communautaires et/ou genrés. Si des publications à l’échelle fédérale [U.A.E Yearbook, 2011 ; F.D.C. Official Statistical Report, 2006] continuent de pointer les déséquilibres démographiques, ce n’est plus le cas de l’annuaire statistique d’Abou Dhabi [Statistical Yearbook, 2011], ni des autres publications de S.C.A.D., H.A.A.D. ou A.D.S.I.C.11 que nous avons consultées.

  • 12 Expatriés et non-nationaux sont les catégories utilisées dans les statistiques pour qualifier la po (...)

10Les populations émirienne et expatriée12 ont toutes deux connu une croissance soutenue (tableau 1), mais avec une intensité différente : si le nombre d’expatriés a beaucoup augmenté, leur part dans la population totale n’a pas crû de manière spectaculaire depuis quarante ans (cf. supra).

Tableau 1. Taux annuel brut d’évolution dans l’émirat d’Abou Dhabi (%)

  • 13 Si le premier recensement date de 1985, des estimations avaient été faites pour 1975.

197513-1985

1985-1995

1995-2005

2005-2010*

Émiriens

9,5

5,1

4,6

4,8

Expatrié(e)s**

(14,5) 10,6

(5,3) 5,3

(5,1) 3,8

(4,9) 8,7

Ensemble

10,4

5,2

4,0

7,7

*Estimations basées sur les résultats préliminaires du recensement.
** Les taux féminins sont entre parenthèses

Source : Statistical Yearbook of Abou Dhabi 2011, S.C.A.D.

11Ces évolutions sont en lien direct avec la conjoncture politico-économique dans le cas des expatriés, dont le rythme de croissance s’est ralenti avec l’économie, au début puis vers la fin des années 2000, et dont le nombre et la composition par nationalités ont été infléchis par diverses mesures politiques visant à lutter contre l’islamisme suite aux attentats du 11 septembre 2001. Les migrants sont majoritairement des travailleurs plus ou moins qualifiés, accompagnés parfois de leurs familles. La constitution d’une famille – sa présence même – pour les populations étrangères est conditionnée à un niveau de revenus qui permet de sponsoriser la venue du conjoint et des enfants.

  • 14 Il y a quelques signes d’un assouplissement des conditions pour faire venir les familles.
  • 15 Catégorie artificielle, s’il en est, qui présente néanmoins une réalité sur le terrain et dans les (...)

12Ce n’est a priori pas le cas des moins qualifiés14 qui ne disposent pas des revenus suffisants et sont aussi les plus soumis à la conjoncture économique. Les expatriés en famille sont installés plus ou moins durablement, durée qui est aussi fonction de l’ancienneté de la présence des communautés dans la région. C’est le cas des Arabes du Proche-Orient mais aussi des Indiens et des Pakistanais, également présents en nombre depuis plusieurs décennies, de même que les Occidentaux15. Les aires de recrutement s’élargissant au fil du temps ; d’autres communautés sont de plus en plus citées comme les Philippins.

13La composition par nationalité de la population étrangère n’est guère connue, ni la part de l’immigration familiale. Les incertitudes demeurent sur l’évolution interne à la population étrangère. Cependant, les recensements successifs témoignent de l’augmentation des proportions de jeunes et de personnes âgées et l’on ne peut que constater l’infléchissement à la baisse du taux d’évolution des expatriées (cf. tableau 1).

14Les dynamiques des deux populations ont un impact différent sur les structures par âges.

Figure 1. Population émirienne dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)

Figure 1. Population émirienne dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)

Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.

Figure 2. Population expatriée dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)

Figure 2. Population expatriée dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)

Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.

15Ces pyramides des âges sont basées sur les estimations officielles publiées par le Ministère de la Santé. Compte tenu de la dynamique démographique actuelle et dans l’attente des résultats du recensement de 2011, elles sont indicatives. Si elles ne permettent pas d’envisager de les combiner avec les données du registre de naissances pour calculer les taux de fécondité, elles font néanmoins apparaître des déséquilibres de structure réels. Ceux-ci sont unanimement soulignés dans les estimations, quels que soient les effectifs avancés : surreprésentation des étrangers aux âges adultes et sous-représentation des femmes dans la population étrangère, donc aussi dans la population totale. La jeunesse caractérise la population émirienne, ce qui contribue à maintenir une natalité élevée en dépit d’une baisse continue de la fécondité (estimée à 2,1 enfants par femme en 2011).

Les enjeux de la reproduction

16Les facteurs de déclin de la fécondité généralement invoqués dans la littérature sont à reconsidérer dans le contexte particulier d’Abou Dhabi, monarchie pétrolière à très hauts revenus et cadre d’une politique volontariste qui se veut « d’excellence et de transparence ». En l’occurrence, le rapport sur la fécondité arabe (cité par Mirkin, 2010) mentionne pour l’ensemble des pays arabes : l’augmentation de l’âge au mariage des femmes (et des hommes), la fécondité plus tardive, la disponibilité et l’usage accrus de la contraception, la hausse du niveau d’éducation des femmes et celle de leur activité professionnelle, l’amélioration du statut des femmes et l’urbanisation.

  • 16 Vision Abou Dhabi pour 2030 insiste aussi sur la participation des femmes à l’activité économique d (...)
  • 17 www.sheikhmohammed.co.ae, site de l’émir de Doubaï, vice-président de la FédérationVision.

17À Abou Dhabi, comme dans les autres Émirats, l’accès égalitaire des garçons et des filles aux différents niveaux du système éducatif est une réalité pour les jeunes générations. À tous les âges, les taux de scolarisation des filles sont même supérieurs à ceux des garçons, qui quittent aussi plus fréquemment le système scolaire au fil de leur scolarité. Dans l’enseignement supérieur, les filles, qui représentent plus de 70 % des effectifs en 2010, sont nettement plus nombreuses que leurs homologues masculins qui effectuent plus fréquemment leurs études supérieures à l’étranger. La poursuite d’études secondaires et universitaires constitue un avantage comparatif certain pour les filles moins sollicitées que les garçons par d’autres activités et sans doute désireuses d’échapper à un quotidien plus contraint ; c’est un outil de socialisation qu’elles semblent s’approprier. Elles sont par ailleurs incitées à entrer sur le marché du travail, y compris dans les domaines scientifiques et techniques, par les autorités publiques16, relayées par les acteurs économiques et institutionnels de l’Émirat et de la Fédération17.

18Mise en place pour réduire le poids des étrangers dans la population active à côté d’une politique familiale prônant le maintien de la fécondité des Émiriennes., la politique d’émiratisation des emplois, impose un quota de main-d’œuvre émirienne dans le secteur privé comme dans le secteur public : cela offre des opportunités pour ces femmes de plus en plus diplômées. Le droit des femmes à l’emploi est régulièrement rappelé dans les déclarations, les publications et les sites officiels.

19Dans le contexte des monarchies pétrolières à très hauts revenus, la rente pétrolière a permis la création et le développement d’infrastructures sanitaires de très haut niveau et la prise en charge par l’État de la santé de la mère et du nouveau-né. La compatibilité entre emploi et maternité est facilité par le recours généralisé des familles à des servantes étrangères pour élever les enfants : la « bonne d’enfants » (voire les), très souvent philippine, est présente quand la famille se déplace dans l’espace public.

20Du point de vue des conditions financières, on peut considérer que celles-ci sont des plus favorables aux familles émiriennes ; en théorie la descendance finale devrait être proche du nombre idéal d’enfants. L’indicateur conjoncturel de fécondité, s’il est porteur de tendance, ne préjuge pas de la descendance finale des générations car il est affecté par les effets de calendrier. On peut faire l’hypothèse d’un report du calendrier des générations de femmes qui ont connu une nuptialité plus tardive que les générations précédentes, report associé à une baisse d’intensité difficilement estimable pour l’instant.

  • 18 Cf. Article 15 de la Constitution : « La famille est le fondement de la société. Elle est fondée su (...)

21Les sociétés du Golfe et la religion musulmane – comme beaucoup d’autres religions – sont natalistes et nuptialistes. La famille, comme le système tribal, un des piliers de la société, demeure au centre des préoccupations18. Le mariage est généralisé et vise à la constitution d’une famille et à la reproduction de la communauté nationale. Néanmoins, selon Barry Mirkin (2010), « Les E.A.U. qui dans le passé visaient à favoriser la croissance démographique de la population (nationale), ont peu à peu modifié leur position, et ont intégré la planification familiale ainsi que la contraception dans les programmes de protection maternelle et infantile ». La lutte contre la mortalité infantile a été une dimension, voire un élément moteur dans la prise en compte de ces questions.

  • 19 Dans les années1990, les estimations pour les E.AU. étaient de l’ordre de 15 % (ref..).

22Le recul de l’âge au mariage est un facteur reconnu dans la baisse de la fécondité. En Abou Dhabi, les données disponibles sur la nuptialité (S.C.A.D., 2011) sont limitées aux mariages de rang 1 et absentes quant aux mariages polygames19, souvent associés à une natalité plus élevée. En 2008, 5848 mariages ont été enregistrés aux E.A.U. Les données publiées ne permettent pas de différencier les mariages entre nationaux, les mariages mixtes et les mariages entre étrangers. Toutefois, on sait que 55,4 % des mariages concernaient une épouse émirienne. Notons que le nombre de divorces était en 2010 de 1769 dont 820 ont concerné des Émiriennes.

23Le recul des âges moyens au premier mariage atteste d’une nuptialité plus tardive. Le report est plus important pour les Émiriennes (de 23,7 ans en 1995 à 25,9 en 2010) que pour leurs compatriotes masculins (de 25,3 à 26,5 ans) abaissant l’écart d’âge entre époux à 0,6 an. Les âges moyens sont convergents pour les non-nationaux : celui des femmes a augmenté de 24,5 ans en 1995 à 25,4 en 2005 tandis que celui des hommes diminuait (de 27,2 à 26,6 ans) réduisant d’autant plus l’écart d’âge entre époux (1,2 an en 2010).

24Dans un contexte où les étrangers sont numériquement majoritaires, on se doit d’interroger la situation d’expatriation qui recouvre une grande diversité de cas. Des couples ou des familles ne résident à Abou Dhabi que quelques années durant leur vie reproductive, le mariage et éventuellement la naissance d’un ou plusieurs enfants ayant eu lieu avant leur arrivée. D’autres ne sont pas en situation d’expatriation stricto sensu (vie et emploi dans un autre pays) car ils appartiennent à une seconde génération née aux Émirats. Nous éclairerons aussi le cas des familles issues de mariages mixtes impliquant un conjoint émirien.

Le remarquable maintien de la natalité des émiriens

25L’évolution des naissances d’Émiriens et d’expatriés (figure 3) est loin d’être le reflet de la courbe ascendante de la proportion d’expatriés dans l’ensemble de la population, ce serait même l’inverse. Le nombre et la proportion de naissances émiriennes ont connu une croissance relativement régulière même s’il semble qu’il y ait une stabilisation depuis quelques années autour de 45 %. La natalité émirienne a pu être renforcée par les migrations internes aux E.A.U. de jeunes couples, reflet de l’attractivité d’Abou Dhabi. En effet, dans les statistiques, la catégorie « Émirien » regroupe les nationaux, quel que soit l’Émirat d’origine. Les naissances étrangères ont crû en nombre mais diminué en proportion.

Figure 3. Évolution de la natalité à Abou Dhabi (1985 - 2010)

Figure 3. Évolution de la natalité à Abou Dhabi (1985 - 2010)

Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.

26Les différences de genre, et plus particulièrement la situation subordonnée des femmes, dans les pays musulmans sont souvent pointées – voire stigmatisées – par les médias et les opinions publiques occidentales. Le costume féminin traditionnel par les femmes et la proximité des voisins saoudien et iranien alimentent ces stéréotypes. Ce travail est l’occasion de questionner les inégalités de genre dans le couple qui est le premier niveau où se jouent ces relations, souvent qualifiées, a priori, d’inégalitaires.

27La différence biologique entre femmes et hommes induit une différence fondamentale dans la durée de la période féconde et se traduit par des chronologies différentes dans la constitution de la famille pour les unes et les autres. En d’autres termes, les époux (pères) sont majoritairement plus âgés que les épouses (mères). Mais l’intensité de ces différences varie dans le temps et dans l’espace ; ces « arrangements de genre » sont révélateurs de différences culturelles et de contextes nationaux de référence.

Construction des données et méthodologie

  • 20 Sauf indication contraire, la source des données est le registre de naissances de l’année 2010 four (...)
  • 21 Pour la même année, selon, Statistical Yearbook Abu Dhabi, le nombre de naissances dans l’émirat d’ (...)

28En 2009, le ministère de la Santé de l’émirat d’Abou Dhabi a mis en place un registre informatisé des naissances qui succède à un enregistrement manuscrit plus ou moins coordonné et variable quant aux informations demandées aux parents. Étaient disponibles, à la date de ce travail, les années 2009 et 2010, pour lesquelles le ministère de la Santé nous a autorisé l’accès à un certain nombre d’informations (tableau 2) 20. En 2010, le nombre de naissances renseignées dans le fichier s’élève à 31 170 dont 30 980 dans l’émirat d’Abou Dhabi21, le fichier comprenant aussi les naissances aboudhabiennes à l’étranger

Tableau 2. Registre des naissances, couverture des données 2010

Information disponible

Effectif concerné

Taux de couverture (%)

Genre

31 170

100,0

Ville/ District

31 169

100,0

Nationalité de la mère

31 168

100,0

Âge de la mère

29 610

95,0

Statut marital (de la mère)

29 609

95,0

Durée de résidence de la mère

3 185

10,2

Niveau d’éducation de la mère

9 653

31,0

Statut d’emploi de la mère

9 987

32,0

Nationalité du père

31 113

99,8

Âge du père

29 570

94,9

Durée de résidence du père

3 182

10,2

Niveau d’éducation du père

9 449

30,3

Statut d’emploi du père

11 260

36,1

  • 22 Un calcul du sex-ratio à la naissance n’a montré aucune anormalité globale ou nationale.
  • 23 En dépit de demandes répétées pour cet indicateur essentiel pour l’analyse démographique de la féco (...)
  • 24 Les parents sont, dans ce cas, comptabilisés à chaque fois.

29Le fichier nous informe sur les nouveaux-nés (genre22, lieu de naissance) et sur les deux parents (nationalité, âge, durée de résidence, niveau d’éducation, statut d’emploi) ; s’y ajoute le statut marital de la mère. On peut saluer la richesse des informations sur les pères, ce qui n’est pas systématique dans les données relatives à la natalité et nous offre des perspectives intéressantes. Cependant, ces données ne renseignent ni sur le rang de naissance23 de l’enfant, ni sur les naissances multiples24 ni sur le type de mariage (rang du mariage, mariage monogame ou polygame).

30Les catégories liées à l’emploi, à l’éducation et à la durée de résidence de chacun des parents, sont porteuses de riches analyses mais semblent plus difficiles à collecter ; elles peuvent aussi revêtir un intérêt moindre pour les personnes qui les recueillent. En effet, la couverture des informations tend à varier selon les maternités et on constate des incohérences dans les résultats pour la durée de résidence.

31D’une manière générale, le taux de couverture des données s’est amélioré par rapport à l’année 2009, où seule la nationalité des deux parents est enregistrée correctement. En 2010, le degré de couverture est très variable : de 10 % pour les durées de résidence des parents, à 100 % pour les informations sur l’enfant. Les naissances ne sont pas enregistrées au domicile des parents mais au lieu de naissance qui est l’hôpital pour la (quasi) totalité d’entre elles. Le lieu de naissance distingue, en simplifiant, la région d’Abou Dhabi, la capitale de l’Émirat et de la Fédération, la région orientale dont la capitale est El Aïn, deuxième ville de l’Émirat, oasis de piémont devenue la deuxième ville de l’Émirat, et la région occidentale (avec les îles), plus sporadiquement peuplée. En 2010, la région d’Abou Dhabi abritait 60,8 % de la population de l’Émirat, celle d’El Aïn 28,9 %, la région occidentale 9,4 % et les îles 0,9 %.

32La couverture est satisfaisante pour l’âge et la nationalité des parents, données utilisées dans ce travail. La catégorie « Émirien » englobe l’ensemble des citoyens des E.A.U. sans distinction autre qu’être le père ou la mère d’un enfant né dans un des hôpitaux ou cliniques de l’émirat d’Abou Dhabi en 2010. La transmission de la nationalité émirienne par filiation est patrilinéaire ; la naturalisation existe, mais elle demeure marginale. La nationalité des enfants n’est pas précisée.

  • 25 Par exemple, il est impossible, pour le moment, de recourir aux divers taux de fécondité ou aux dis (...)
  • 26 Par maternité précoce, on entend dans le présent article les maternités entre 15 et 19 ans.

33La méthodologie résulte de la singularité de ce type de fichier de données [Creton, 2000] : informations disponibles, informations lacunaires et informations absentes25, degré de couverture. Les indicateurs traités, la nationalité et l’âge des parents, permettent de questionner le multiculturalisme revendiqué de l’Émirat, d’aborder certains aspects de la constitution des familles (nuptialité, fécondité) et d’introduire une perspective genrée, déclinée selon les nationalités. De plus, nous pouvons calculer des indicateurs concernant les pères et les couples, peu présents dans la littérature scientifique. On peut considérer que les inégalités de genre les plus fortes se traduisent par les différences d’âges entre époux les plus élevées et les décalages entre mères et pères dans les distributions des naissances (et a fortiori, l’âge moyen à la naissance) les plus importants. Les relations de genre sont aussi explorées dans le domaine des maternités précoces26 et selon les types de mariages. Cette problématique de genre s’inscrit dans une perspective intersectionnelle (ref) qui conjugue les influences réciproques des variables liées au genre, à la nationalité et à l’âge. En revanche, faute de données fiables, les aspects socio-économiques et socioculturels ne sont pas intégrés. Certains résultats et analyses sont limités par la faiblesse des effectifs (petit et grand âges, nationalités minoritaires) et les garanties de confidentialité (nationalités).

La question des nationalités d’origine

  • 27 Mais les estimations de l’ensemble de la population pour 2010 le sont aussi.

34Si l’aspect multiculturel de la population d’Abou Dhabi est revendiqué par les autorités et contribue à la réalité quotidienne, on va rarement au-delà des généralités pour le caractériser. Les estimations portant sur la composition de la population expatriée sont souvent partielles et parfois discordantes27.

  • 28 Elle comprend les ressortissants d’Amérique du Nord, d’Australie/Nouvelle-Zélande, du Japon et de l (...)

35Les deux graphiques ci-dessous regroupent les deux parents distribués selon les principales nationalités (figure 4) puis selon des regroupements régionaux (figure 5). La catégorie « Occidentaux », plus composite28, a été retenue pour des raisons de proximité supposée de comportements sociodémographiques. Les données relatives à la nationalité des parents, présentées ici ne sont bien sûr pas représentatives de l’ensemble de la population étrangère de l’émirat d’Abou Dhabi. Elles constituent néanmoins un échantillon de la population des parents étrangers dans l’Émirat. Le lien entre cette population de parents et la population expatriée est à envisager au prisme de l’emploi qualifié et de l’ancienneté de la présence de la communauté d’origine.

  • 29 Le Kérala est un État du sud de l’Inde qui fournit le plus gros contingent de migrants indiens dans (...)

36On pourrait penser à une croissance du nombre de familles étrangères. Or, cette présence des familles étrangères est ancienne, ce qu’attestent la proportion de naissances étrangères depuis les années 1980 et la part des jeunes (moins de 20 ans) dans la population expatriée lors des différents recensements. Ces familles sont caractérisées par une certaine fluidité dans l’espace et dans le temps en lien avec la durée de leur séjour aux Émirats. Si ce séjour reste une étape dans le cycle de vie d’une partie des familles, on observe des tendances à l’ancrage, plus ou moins récentes selon les nationalités, et répandues chez les Kéralais29 [Venier, 2009].

Figure 4. Répartition des parents selon les principales nationalités

Figure 4. Répartition des parents selon les principales nationalités

Source : Abu Dhabi birth registration file.

37L’éventail des nationalités des parents est large (164), mais la présence étrangère est dominée par quelques communautés importantes. On a souligné précédemment la montée des nationalités asiatiques au détriment des nationalités arabes dans les dernières décennies, et leur poids accru dans la main-d’œuvre. Si effectivement, Indiens et Pakistanais occupent respectivement les premier et troisième rangs pour les parents, les autres groupes importants sont, à l’exception des Philippins, constitués de ressortissants des seuls pays arabes.

Figure 5. Répartition des parents par origine géographique

Figure 5. Répartition des parents par origine géographique

Source : Abu Dhabi birth registration file.

38Cette prédominance s’affirme quand on regroupe l’ensemble des nationalités arabes. Les différences entre la composition par nationalité des familles et celle de la main-d’œuvre renvoient : à l’assignation à des secteurs d’emploi, surtout pour les moins qualifiés où prédominent l’immigration temporaire de jeunes adultes célibataires ; à l’ancienneté de la présence communautaire ; à l’évolution de l’origine géographique des migrants ; au degré de féminisation différentiel des populations étrangères.

39La constitution des familles à Abou Dhabi interfère avec la mobilité interne aux Émirats et surtout avec la migration internationale. On est dans un contexte de mobilité accrue, à des degrés divers selon les catégories. Si l’ensemble de la vie féconde de la majorité des Émiriennes et, dans une moindre mesure, celle des hommes s’effectue aux E.A.U., les populations étrangères n’effectuent généralement pas toute leur vie reproductive dans le pays d’accueil. La durée de l’expatriation et le stade dans la constitution de la famille influent immanquablement sur les naissances étrangères. Il semblerait que cela aboutirait surtout à une sous-représentation des parents les plus jeunes et à une sous-estimation des premiers rangs de naissance. Un autre biais résulte du fait qu’une partie des expatriés effectue des séjours plus courts avec plusieurs expatriations successives si bien que la constitution de la famille se fait dans plusieurs pays. L’absence du rang de naissance dans l’information disponible apparaît bien comme une lacune majeure du fichier. Ainsi, la jeunesse de l’âge moyen à la naissance d’un parent, outre les influences dues à l’expatriation, peut résulter notamment d’un calendrier plus précoce tandis qu’un âge moyen élevé peut soit traduire un calendrier plus tardif et une fécondité moindre, soit résulter d’une forte intensité de la fécondité.

Âges et classes d’âge au prisme des nationalités

  • 30 Dans l’islam, un homme peut épouser une non-musulmane des religions du Livre (christianisme ou juda (...)

40Il faut savoir que la première phase de l’immigration philippine qui remonte à plus d’une décennie était essentiellement une immigration féminine de personnel peu qualifié ayant souvent pratiqué des mariages exogames en l’absence d’interdit religieux30 sur le mariage avec un homme d’une autre religion. L’immigration masculine philippine est un phénomène plus récent et concerne en partie de jeunes adultes à la qualification intermédiaire dont une partie émigre en couple. Le décalage est également important chez les Yéménites où les mères sont parmi les plus jeunes, ce qui n’est pas le cas des pères.

41Si les profils moyens des distributions des naissances selon l’âge de la mère pour les Émiriens et pour l’ensemble des expatriés sont très proches [H.A.A.D. 2011], ils sont loin de rendre compte de la diversité interne des populations. Rappelons que ces distributions sont tributaires des structures par âges, jeunes et relativement équilibrées pour les Émirien(ne)s, plus masculines et tronquées pour les classes d’âges des jeunes adultes en ce qui concerne les étrangers. Ces dernières caractéristiques sont variables selon les nationalités (figure 6), en lien avec l’ancienneté de la présence du groupe dans la région et les comportements en migration.

Figure 6. Distribution des naissances selon l’âge des parents pour quelques nationalités

Figure 6. Distribution des naissances selon l’âge des parents pour quelques nationalités

Source : Abu Dhabi birth registration file.

42Les Émirien(ne)s ont les profils les plus proches, plus jeune pour les femmes avec 20 % de mères âgées de 20 à 24 ans, tandis que la paternité demeure non négligeable après 40 ans. Pour les Indiens, les courbes des pères et des mères présentent des profils similaires mais décalés d’une classe d’âge. Ce décalage atteint presque deux classes d’âge pour les Yéménites. Les profils plus aplatis des Émiriens ou plus pointus des Indiens renvoient surtout à la durée de la vie familiale sur le sol émirien.

43La comparaison de la distribution des naissances selon le groupe d’âge de la mère (figure 7) et celui du père (figure 8) permet de singulariser la population émirienne. Sur les graphiques, les distributions pour chacun des deux parents sont présentées du calendrier le plus précoce au calendrier le plus tardif.

Figure 7. Distribution des naissances selon le groupe d’âge de la mère pour quelques nationalités

Figure 7. Distribution des naissances selon le groupe d’âge de la mère pour quelques nationalités

Source : Abu Dhabi birth registration file

Figure 8. Distribution des naissances selon le groupe d’âge du père pour quelques nationalités

Figure 8. Distribution des naissances selon le groupe d’âge du père pour quelques nationalités

Source : Abu Dhabi birth registration file.

44Les Émiriennes occupent une situation intermédiaire et présentent un profil plus équilibré que les Philippines et les Occidentales à la fécondité plus tardive et au calendrier plus resserré. Les Indiennes et les Égyptiennes montrent des profils par âge très proches l’un de l’autre.

45La comparaison des profils masculins entre eux met en exergue la spécificité des Émiriens qui sont des pères plus jeunes que les autres, ce qui n’exclut pas une fécondité tardive significative. On peut supposer que la fécondité masculine aux âges élevés traduit différents comportements : une fécondité intense avec des naissances de rang élevé, associée ou non à un calendrier de fécondité tardif ; des naissances issues de remariages ou de mariages polygames. Pour affiner l’analyse, même si l’on sait les remariages universellement plus fréquents chez les hommes, l’absence d’information sur le rang de mariage dans le fichier de données est regrettable de même que celle sur le type de mariage (monogamie ou polygynie).

46La comparaison des profils masculins et féminins confirme le décalage temporel constaté pour l’âge moyen. Si pour les femmes, les calendriers apparaissent plus resserrés (classes modales plus importantes), ils sont plus étendus pour les hommes, à l’exception des Philippins. Il est à noter que la fécondité masculine après quarante ans est loin d’être négligeable : de 18 % chez les Émiriens (5 % pour les femmes) à plus de 35 % pour les Occidentaux (7 % pour les femmes).

Un contrat de genre plus égalitaire pour les émiriens ?

47L’influence de la nuptialité sur la baisse de la fécondité à Abou Dhabi s’est effectuée via l’augmentation de l’âge au mariage. Cette hausse s’est accompagnée d’un resserrement de la différence d’âge entre époux, ce qui est considéré comme un indicateur de genre plus égalitaire. En 2010, l’âge moyen des Émiriennes au premier mariage était de 25,5 ans et celui des hommes de 26,6, soit une différence d’âge entre époux particulièrement faible (1,1 an).

Figure 9. Différence d’âge entre époux selon l’âge et la nationalité des époux (2010)

Figure 9. Différence d’âge entre époux selon l’âge et la nationalité des époux (2010)

Source : Abu Dhabi birth registration file.

48La figure 9 montre de remarquables similitudes de profils d’une part entre les femmes et d’autre part entre les hommes, que les populations considérées soient émiriennes ou expatriées. Pour les femmes, les expatriées présentent cependant des différences d’âge plus élevées que les Émiriennes, en particulier pour les femmes les plus jeunes. On retrouve, à un moindre degré, pour les hommes plus âgés des écarts d’âge plus élevés chez les expatriés que chez les Émiriens. Il est probable que ces deux catégories, les femmes les plus jeunes et les hommes plus âgés, sont les plus concernées par les mariages de rang supérieur, unions polygames comprises. Il est certain que les unions les plus inégalitaires affectent les jeunes femmes étrangères.

49Quand on descend au niveau des principales nationalités étrangères, on constate une variété de comportements nuptiaux. Si un grand nombre de nationalités présentent des valeurs voisines pour les hommes comme pour les femmes (Palestiniens, Jordaniens, Égyptiens ou encore Indiens), certains groupes se différencient aux deux extrémités du spectre. Les Philippin(ne)s et Omanais(e)s enregistrent, tout comme les Émirien(ne)s d’ailleurs, les différences d’âge les plus faibles à l’inverse des Syrien(ne)s et surtout des Soudanais(e)s.

50Les valeurs et les classements de la différence d’âge entre conjoints selon la nationalité du père et selon celle de la mère ne sont pas identiques et mettent en jeu les mariages mixtes. Par exemple, la différence d’âge, plus faible lorsque l’épouse est émirienne que dans le cas d’un époux émirien, peut traduire un écart soit un écart d’âge plus grand dans les mariages mixtes impliquant un Émirien , soit un écart d’âge plus faible si le mariage mixte concerne une Émirienne. Les proportions respectives des deux types de mariages mixtes sont aussi à prendre en compte. Ces différences varient selon les nationalités : si les hommes yéménites sont engagés dans des mariages plus égalitaires que leurs compatriotes féminines, la situation est inverse pour les Occidentaux. Il semblerait que pour un grand nombre de nationalités, les femmes soient dans des mariages plus inégalitaires que les hommes. Ce n’est pas le cas des Émirien(ne)s.

  • 31 D’un père émirien.

51Cet impact des mariages mixtes est précisé par la contribution des types d’unions à la natalité en fonction de l’âge de la mère à la naissance (figure 10). La part des mariages mixtes diminue au fil de l’âge pour se stabiliser à partir de 30 ans. Elle est très différenciée selon le genre tant du point de vue de l’intensité (les Émiriens sont plus souvent dans un mariage mixte que les Émiriennes) que de l’âge de l’épouse. La prépondérance des mariages mixtes « masculins »31 est importante quand les épouses sont jeunes, pour se redresser ensuite avec un léger avantage aux mariages mixtes « féminins ». Par ailleurs, les courbes confirment le poids accru des étrangers aux âges moyens.

Figure 10. Distribution des naissances selon l’âge de la mère et le type d’union

Figure 10. Distribution des naissances selon l’âge de la mère et le type d’union

Source : Abu Dhabi birth registration file.

52Les tableaux ci-dessous approfondissent et nuancent ces questions d’inégalités de genre associées aux différents types de mariages dans l’ensemble de la population (tableau 3) et pour une catégorie vulnérable (tableau 4), déjà pointée précédemment, les très jeunes mères (15 à 19 ans). Ils révèlent là encore des contrastes entre couples émiriens et couples étrangers, qu’il s’agisse pour ces derniers de mariages entre expatriés de même nationalité ou de nationalités différentes.

Tableau 3. Caractéristiques des types de familles

Effectifs

Âge moyen de la mère

Âge moyen du père

Écart d’âge entre parents

Deux parents émiriens

11 427

29,4

32,9

3,6

Mère émirienne

11 941

29,5

33,4

3,9

Père émirien

13 323

28,9

33,1

4,2

Deux parents expatriés

15 054

30,1

41

9,9

Ensemble

29 611

29,6

37,3

7,7

  • 32 La faiblesse des effectifs et la confidentialité expliquent le choix des catégories présentées.

53On a observé précédemment que les mariages mixtes étaient minoritaires32 dans l’ensemble et que les Émiriennes se mariaient moins fréquemment que les hommes à l’extérieur de la communauté nationale. Quand c’est le cas, elles le font dans leur très grande majorité avec des ressortissants des États de la péninsule Arabique. Les parents émiriens sont plus jeunes, donc plus porteurs que d’autres des comportements des générations récentes, ce qui influence les moyennes. Pour l’indicateur de nuptialité – et d’égalité de genre – les mariages mixtes infléchissent à la hausse les écarts d’âge entre époux, surtout pour les hommes, mais il est vrai que la part de ces mariages est plus élevée. Ils contribuent à augmenter l’âge du père et ont des impacts différents sur l’âge de la mère. Les familles expatriées combinent un âge élevé du père à la naissance et un écart d’âge important entre les conjoints.

54Les grossesses précoces sont un sujet de préoccupation dans toutes les sociétés. Elles ont des conséquences sur la santé de la mère et de l’enfant, souvent sur leur condition socio-économique. Elles nous informent, ici, sur les mariages précoces, ce qui est considéré comme un risque accru de mariage sous contrainte. Porté par le développement de la scolarisation, le recul de l’âge au mariage des femmes a été une tendance forte aux Émirats. Le minimum de 1,1 an, atteint en 2010, concerne les mariages de rang 1 et la promotion la plus récente de mariages ; sont donc exclus du calcul les re-mariages qui concernent majoritairement des hommes ainsi que les mariages polygames, deux types d’union caractérisés par un accroissement de la différence d’âge entre époux.

Tableau 4. Caractéristiques des familles avec une mère adolescente

Effectifs

Âge moyen de la mère

Âge moyen du père

Écart d’âge entre parents

Deux parents émiriens

228

18,4

24,9

5,5

Mère émirienne

244

18,4

27,1

8,7

Père émirien

390

18,3

26,0

7,7

Deux parents expatriés

202

18,0

29,3

11,3

Ensemble

610

18,2

27,1

8,9

55À Abou Dhabi, les naissances issues de très jeunes mères représentent moins de 2,1 % du total, c’est une valeur basse. Si ces naissances surviennent dans leur très grande majorité au sein du mariage, la part de données non renseignées est plus importante que pour l’ensemble des mères. C’est également dans cette catégorie que la proportion de mariages mixtes est la plus élevée (29,5 %). Les couples étrangers abritent les mères les plus jeunes et surtout un écart d’âge impressionnant (plus de 11 ans). À l’opposé, c’est dans les couples émiriens, qu’on trouve les âges moyens les plus élevés et l’écart d’âge le plus bas (5 ans et demi), ce dernier étant toutefois loin d’être négligeable. Les couples mixtes présentent des situations intermédiaires avec un écart d’âge moyen légèrement supérieur pour les Émiriennes. Ces résultats confirment globalement la fragilité de cette catégorie de mères, en particulier quand celles-ci sont étrangères.

Conclusion

56Les résultats présentés découlent d’un accès à des données non étudiées jusqu’à présent dans la région et peu utilisées dans les sciences sociales en général. Le premier apport de ce travail concerne l’évolution de l’Émirat : l’accès au registre des naissances atteste du volontarisme et du récent effort de transparence des autorités d’Abou Dhabi dans le domaine de la production et de la diffusion de données statistiques, y compris démographiques. Même si l’absence de certains indicateurs – au premier chef le rang de naissance – est à déplorer, ce travail contribue à une meilleure connaissance des familles dans l’émirat d’Abou Dhabi. L’amélioration de la couverture des informations sur les niveaux d’éducation, les situations professionnelles et les durées de résidence ouvre des perspectives pour des analyses fines des déterminants de la fécondité et de la mobilité des individus et des familles.

57Nous avons effectué un premier traitement du registre des naissances qui doit être confronté aux autres données accessibles, notamment au tout récent recensement de population. Si l’analyse de la natalité/fécondité s’en est trouvée limitée dans ce travail puisque les résultats du dernier recensement ne sont pas encore disponibles, le fichier s’est avéré riche d’enseignements sur la mixité des populations, les différentes communautés, la diversité des familles et des couples ainsi que les relations de genre. Une des difficultés est de mener de front l’analyse de deux populations, dont l’une est très hétérogène, compte tenu de la grande diversité des nationalités et des statuts sociaux des non-nationaux. Au-delà de la distinction entre Émiriens et expatriés, la population émirienne contraste ici avec les principales nationalités présentes, par le filtre de la natalité (sélectivité de la population étrangère) et des caractéristiques des hommes et des femmes (pères et mères).

58Sans s’affranchir totalement des approches théoriques classiques (déterminants de la fécondité, transition de la famille), il s’avère nécessaire de les tenir à distance faute de données permettant le calcul d’indicateurs classiques sur le calendrier et l’intensité de la fécondité et aussi en raison de la richesse du fichier dans d’autres domaines (information sur les pères, appartenance nationale des parents). Les comportements démographiques sont révélateurs tant des changements des sociétés que des différences entre elles [Courbage et Todd, 2007]. Les interprétations ne sont pas simples : elles mettent en jeu des appartenances nationales, des références et identités composites ainsi que des milieux de socialisation divers. Les facteurs perturbateurs dans l’explication des comportements démographiques, dans le cas présent les structures par âge et par sexe combinées avec les parts respectives des différentes nationalités et les niveaux de fécondité, sont autant d’éléments d’explication de ces comportements et de compréhension de la situation.

59Le pluralisme des nationalités des parents est un indicateur du multiculturalisme de la société de même que la diversité des comportements démographiques ainsi que des « arrangements de genre » selon les nationalités qui remettent en cause une perception monolithique de la population étrangère, même si les communautés numériquement les plus importantes, aux comportements intermédiaires, impactent les moyennes générales de la population des expatriés. La mixité d’une partie des mariages que ce soit entre Émirien(ne)s et expatrié(e)s ou entre expatriés de nationalités différentes est un autre indicateur du multiculturalisme.

60Quand on les compare avec la population expatriée, l’homogénéité et l’équilibre démographiques de la population émirienne sont évidents du point de vue des structures (âge, sexe). Plus jeunes, les parents émiriens, de façon quelque peu inattendue, affichent aussi des comportements plus égalitaires que la majorité des autres groupes : proximité des profils de fécondité par âge, faible différence d’âge entre conjoints, situation moins exposée des mères adolescentes. Cela reste à nuancer comme le montrent les évolutions selon l’âge du père et le type d’union. Les différences hommes/femmes dans la mixité des mariages renvoient à la plus grande liberté de choix des hommes et aux différences dans la filiation.

61Les variations d’une nationalité à l’autre des profils masculins et féminins confirment qu’au-delà de l’impact différentiel de la période féconde, le genre est bien une construction sociale. La variabilité des comportements de genre selon la nationalité ne peut être attribuée à la seule structure démographique. Elle renvoie à des appartenances nationales et à des comportements en migration. Si des évolutions générationnelles (et non celles qui sont liées à l’âge) semblent apparaître en filigrane, diminution de la différence d’âge entre époux que ce soit chez les Émiriens et les expatriés, les données mettent à jour une catégorie de femmes plus exposées, les adolescentes en la défaveur desquelles les rapports de pouvoir sont accentués ; c’est particulièrement le cas au sein des couples d’expatriés.

Haut de page

Bibliographie

CADÈNE Philippe et DUMORTIER Brigitte (2009), Les pays du Conseil de Coopération du Golfe : à nouvelles tendances migratoires, nouvelles politiques ?, Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 101-119.

CADÈNE Philippe (2008), Société de la connaissance et politiques de développement aux Émirats Arabes Unis, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 21-36.

COURBAGE Youssef (1995), Baisse de la fécondité dans la péninsule Arabique, Population, n° 2, pp. 515-446.

COURBAGE Youssef (1994), Péninsule arabique, les surprises de la démographie, Maghreb- Machrek, (avril-juin), pp. 3-25.

COURBAGE Youssef et TODD Emmanuel (2007), Le rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil.

CRETON Dominique (2000), « Réalisation d’une enquête à partir des bulletins de naissances, l’exemple des maternités de Dublin » in Actes du XIème Colloque National de Démographie « Les populations locales », Strasbourg 18-21 mai 1999.

DAZI-HENI Fatiha (2003), Monarchies et sociétés en mutation dans le Golfe, Maghreb-Machrek, n° 177, pp. 7-19.

DRESCH Paul (2009), « Foreign matter, The place of strangers in Gulf society, » in John Fox, Nadia Mourtada-Sabbah and Mohammed Al Mutawa, Globalization and the Gulf, Routledge, London/New-York, pp. 200-222.

DUMORTIER Brigitte (2008a), La société de la connaissance dans une perspective arabe, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 13-20.

DUMORTIER Brigitte (2008b), Les Émirats Arabes Unis : pétrole et société de la connaissance, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 41-56.

EL-HADDAD Yahya (2003), Major trends affecting families in the Gulf countries, Bahrain University, Social Science Dpt., 24 p. 

FALAH Musatpha (2008), Abou Dhabi ou le désir d’une ville mondiale, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 37-40.

FARGUES Philippe (1992), Démographie et politique dans le monde arabe, Population, n° 2, pp. 305-328.

MIRBIN Barry (2010), « Population Levels, Trends and Policies in the Arab Region : Challenges and Opportunities », in Arab Human Development Report, Research Paper Series.

OLMSTED Jennifer (2003), « Reexamining the Fertility Puzzle in the Middle East and North Africa », in Eleanor Doumato and Marsha Pripstein-Posusney(eds.), Women and Globalization in the Arab Middle East : Gender, Economy and Society, Boulder, Lynne Rienner,

SABRI Nadia (2008), L’implantation et l’évolution d’un système éducatif national aux Émirats Arabes Unis, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 87-98.

SAGER Abdulaziz (2006), Quels sont les paramètres à suivre ? Les réformes du point de vue des États du CCG, Maghreb-Machrek, n° 187, pp. 85-100.

SOURNIA Christine (1992), Femmes des émirats : portraits d’hier et de demain, Paris, Albin Michel.

TABUTIN Dominique et SCHOUMAKER Bruno (2005), La démographie du monde arabe et du Moyen-Orient des années 1950 aux années 2000, Synthèse des changements et bilan statistique, Population, vol. 60, n° 5-6, pp. 611-724.

VENIER Philippe (2009), Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats Arabes Unis, Maghreb Machrek, n° 199,

http://iussp2009.princeton.edu/download.aspx ?submissionId =93083 Alnuaimi.

WADHA Saeed, DUDLEY L. Poston Jr. (2009), Polygyny and Fertility in the United Arab Emirates at the End of the 20th Century.

Haut de page

Notes

1 Le recours à des données statistiques dans ce travail s’effectue avec un angle critique et compte tenu des réserves énoncées.

2 L’État des Émirats arabes unis a été créé en 1971.

3 On voit bien que la population étrangère est une composante structurelle de la population de l’Émirat.

4 PNUD, Banque mondiale, Division de la population de l’ONU.

5 Qui regroupe, avec les E.A.U., l’Arabie Saoudite, Bahreïn, Koweït, le Sultanat d’Oman et le Qatar.

6 Abu Dhabi Economic Vision 2030 [Abu Dhabi Council for Economic Development, 2009].

7 Dans le cadre d’une volonté d’affirmation dans la métropolisation et la gouvernance mondiale.

8 Le registre de 2009 n’est pas utilisé dans ce travail.

9 Urban Planning Council 9/7/2007 ; https://gis.upc.gov.ae/PublicMapViewer/ pour une carte interactive.

10 Les premiers résultats du recensement de 2011 étaient attendus dans le courant de l’année 2012.

11 Abu Dhabi Systems and Information Centre destiné à faciliter la modernisation des services gouvernementaux par le recours aux technologies de l’information et de la communication.

12 Expatriés et non-nationaux sont les catégories utilisées dans les statistiques pour qualifier la population non émirienne.

13 Si le premier recensement date de 1985, des estimations avaient été faites pour 1975.

14 Il y a quelques signes d’un assouplissement des conditions pour faire venir les familles.

15 Catégorie artificielle, s’il en est, qui présente néanmoins une réalité sur le terrain et dans les discours.

16 Vision Abou Dhabi pour 2030 insiste aussi sur la participation des femmes à l’activité économique dans le cadre d’un développement équitable.

17 www.sheikhmohammed.co.ae, site de l’émir de Doubaï, vice-président de la FédérationVision.

18 Cf. Article 15 de la Constitution : « La famille est le fondement de la société. Elle est fondée sur la religion, la moralité et l’amour de la patrie. La loi protège son existence, la consolide et la protège de toute déviation ».

19 Dans les années1990, les estimations pour les E.AU. étaient de l’ordre de 15 % (ref..).

20 Sauf indication contraire, la source des données est le registre de naissances de l’année 2010 fourni par le Ministère de la santé.

21 Pour la même année, selon, Statistical Yearbook Abu Dhabi, le nombre de naissances dans l’émirat d’Abou Dhabi serait de 29 366.

22 Un calcul du sex-ratio à la naissance n’a montré aucune anormalité globale ou nationale.

23 En dépit de demandes répétées pour cet indicateur essentiel pour l’analyse démographique de la fécondité et des familles.

24 Les parents sont, dans ce cas, comptabilisés à chaque fois.

25 Par exemple, il est impossible, pour le moment, de recourir aux divers taux de fécondité ou aux distributions selon le rang de naissance.

26 Par maternité précoce, on entend dans le présent article les maternités entre 15 et 19 ans.

27 Mais les estimations de l’ensemble de la population pour 2010 le sont aussi.

28 Elle comprend les ressortissants d’Amérique du Nord, d’Australie/Nouvelle-Zélande, du Japon et de la Corée du Sud, ainsi que les Européens.

29 Le Kérala est un État du sud de l’Inde qui fournit le plus gros contingent de migrants indiens dans le Golfe.

30 Dans l’islam, un homme peut épouser une non-musulmane des religions du Livre (christianisme ou judaïsme), en revanche le mariage d’une femme musulmane avec un non-musulman, fut-il juif ou chrétien, est interdit.

31 D’un père émirien.

32 La faiblesse des effectifs et la confidentialité expliquent le choix des catégories présentées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. L’émirat d’Abou Dhabi
Crédits D’après Ph. Cadène et B. Dumortier, Atlas des Pays du Golfe, RFI/PUPS, 2012.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 1. Population émirienne dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)
Crédits Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2. Population expatriée dans l’émirat d’Abou Dhabi (2010)
Crédits Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 3. Évolution de la natalité à Abou Dhabi (1985 - 2010)
Crédits Source : Statistical Yearbook 2011, H.A.A.D., Abu Dhabi.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4. Répartition des parents selon les principales nationalités
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5. Répartition des parents par origine géographique
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 6. Distribution des naissances selon l’âge des parents pour quelques nationalités
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 7. Distribution des naissances selon le groupe d’âge de la mère pour quelques nationalités
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 8. Distribution des naissances selon le groupe d’âge du père pour quelques nationalités
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 9. Différence d’âge entre époux selon l’âge et la nationalité des époux (2010)
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 10. Distribution des naissances selon l’âge de la mère et le type d’union
Crédits Source : Abu Dhabi birth registration file.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4968/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Creton, « Familles, multiculturalisme et genre dans l’émirat d’Abou Dhabi : les apports des registres de naissances », Espace populations sociétés, 2012/2 | 2012, 59-77.

Référence électronique

Dominique Creton, « Familles, multiculturalisme et genre dans l’émirat d’Abou Dhabi : les apports des registres de naissances », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/4968 ; DOI : 10.4000/eps.4968

Haut de page

Auteur

Dominique Creton

MIGRINTER
Université de Poitiers
Département de Géographie
UFR des Sciences Humaines et des Arts
97, avenue du Recteur Pineau
86000 Poitiers Cedex
Dominique.Creton@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org