Navigation – Plan du site
Articles

Dynamique socio-spatiale et recomposition identitaire des immigrés kéralais (Inde du Sud) au Koweït

Socio-spatial Dynamics and Identity Change among Keralite (South India) Immigrants in Kuwait
Philippe Venier
p. 33-45

Résumés

Cet article analyse les formes d’installation à long terme des immigrés kéralais (Inde du Sud) au Koweït dans un contexte où, d’une part, l’immigration est intrinsèquement temporaire et contractuelle et, d’autre part, il est impossible pour un étranger d’acquérir la nationalité. S’appuyant sur des enquêtes de terrain, l’étude montre que les logiques de regroupement familial, l’émergence de mobilités résidentielles et la redéfinition des identités confessionnelles révèlent des processus d’ancrage de cette communauté étrangère.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis le choc pétrolier du début des années 1970, les pétromonarchies du Golfe Persique ont enregistré un accroissement démographique spectaculaire. Alimentés par l’arrivée de populations étrangères, ces États ont d’abord privilégié les pays arabes puis, se sont peu à peu tournés vers l’Asie du Sud. Au Koweït, cette réorientation de la politique d’immigration fut, sans aucun doute, plus marquée suite à la seconde guerre du Golfe de 1991. Dès lors, les pays sud-asiatiques ont été les principaux pourvoyeurs de main-d’oeuvre immigrée dans ce pays.

2Dans ce schéma migratoire, les ressortissants indiens occupent une place particulière. Présents bien avant l’indépendance, au temps de l’empire britannique, ces derniers ont toujours représenté une part importante de la population étrangère. Parmi ces ressortissants du sous-continent, ceux originaires du Kérala, petit État du sud de l’Inde, se distinguent non seulement par leur surreprésentation numérique, sans commune mesure avec leur poids démographique en Inde, mais également par leurs positionnements professionnels plus favorables. La dernière décennie a conforté cette prépondérance indienne, et plus encore kéralaise, parmi la population étrangère vivant au Koweït. L’immigration féminine et familiale s’est accrue, les niveaux de qualification se sont élevés, les parcours et les stratégies migratoires se sont modifiés.

3Cet article a pour objectif de mettre en évidence les transformations socio-spatiales et identitaires de la communauté kéralaise présente depuis longtemps au Koweït et jouissant, pour la majorité d’entre elle, d’une situation socio-économique relativement favorable. L’émergence de mobilités résidentielles, qui délaissent le quartier ethnique au profit de lieux où se diluent les nationalités, ou encore le développement et les repositionnements confessionnels des Chrétiens kéralais sont autant de signes, révélant des processus d’installation à long terme, d’ancrage et, d’une certaine manière, de construction d’un sentiment d’appartenance à l’espace koweiti dans toute sa diversité.

  • 1  Les contacts sur place ont été grandement facilités par la présence d’un chercheur originaire du K (...)

4Les analyses présentées ici sont issues d’un premier travail de terrain mené au Koweït en janvier 2010. Ce terrain exploratoire propose quelques pistes de réflexion sur la compréhension des dynamiques socio-spatiales et identitaires en cours au sein de la population immigrée kéralaise1.

La première communauté indienne au Koweït

  • 2  Source : entretien auprès de l’ambassadeur de l’Inde au Koweït en janvier 2010. Eu égard à la prés (...)
  • 3  Website : arabtimesonline, article de juin 2011 relatant les estimations de 2010 (soit 1,12 millio (...)

5Les plus récentes estimations du nombre d’Indiens résidant au Koweït font état d’une population de l’ordre de 0,6 million de personnes2. Rapportés à la population étrangère et à la population totale, ces ressortissants représentent respectivement environ 25 % et 17 %. Il s’agit de la première population étrangère du pays, devant les Égyptiens et les autres Sud asiatiques (Sri Lankais, Pakistanais et Bengladais) 3.

  • 4  Nom donné aux habitants de l’État du Kérala en Inde du Sud.

6Concernant l’origine des migrants sur le sous-continent, l’État du Kérala s’impose de façon prépondérante. Avec environ 250 000 personnes, les Malayalis4 représentent en effet la première communauté indienne du Koweït (soit 41 % des Indiens et plus de 10 % des étrangers), alors qu’au sein de l’Union Indienne le poids démographique de cet État est d’environ 3 %. Cette surreprésentation des Kéralais en migration s’observe d’ailleurs dans tous les États du golfe Persique.

Tableau 1. Répartition de la population indienne du Koweït par État d'origine

États d'origine

Population (valeurs approximatives)

Pourcentages approximatifs

Kérala

250 000

41 %

Andhra Pradesh

120 000

19,7 %

Tamil Nadu

 80 000

13,1 %

Karnataka

 40 000

6,5 %

Goa

 40 000

6,5 %

Total Inde du Sud

530 000

87 %

Bihar

 40 000

6,5 %

Rajasthan

 20 000

3,3 %

Penjab

 15 000

2,5 %

Autres Indiens du Nord

 4 000

0,6 %

TOTAL

609 000

100 %

Source : entretien auprès de l'ambassadeur de l'Inde au Koweït, janvier 2010.

  • 5  Report of the high level committee of the Indian diaspora, 2002.
  • 6  Les enquêtes quantitatives réalisées par des chercheurs du Kérala depuis les années 1970 montrent (...)

7Le tableau ci-dessus amène plusieurs remarques. Depuis le début du 21ème siècle, le nombre d’immigrants au Koweït a doublé. Passant de 295 000 en 20015 à plus de 600 000 en 2010. Au cours de la même décennie, les Indiens originaires du Tamil Nadu et du Karnataka ont vu leur nombre s’accroître fortement (sans doute multiplié par deux). Les ressortissants de l’État de l’Andhra Pradesh ainsi que ceux du nord de l’Inde (à l’exception du Penjab dont l’émigration de la population est aussi ancienne que celle des Kéralais) apparaissent comme des nouveaux venus au Koweït, comme d’ailleurs dans les autres pays du Golfe. Enfin, en ce qui concerne les Kéralais, même si leur nombre a fortement augmenté entre 2001 et 2010, passant d'environ 150 000 à 250 000 personnes, leur proportion tend à se réduire par rapport aux décennies précédentes (il en va de même pour les Indiens de Goa)6.

8Le doublement du nombre d'immigrants indiens au Koweït s'inscrit dans une logique de forte augmentation du nombre d’emplois depuis le début des années 2000 et de maintien d’une population active composée à plus de 80 % d’étrangers, comme le montre le tableau 2.

Tableau 2. Population active au Koweït (en milliers)

Koweitis

Étrangers

Part des étrangers dans la population active (en %)

1998

197

12,4

93,3

677

262,9

83,1 %

2006

241,3

42,4

96,9

1010,5

501

85 %

2008

262,7

57

111,8

1120,6

501,1

84,4 %

1998

197

12,4

93,3

677

262,9

83,1 %

Source : National Bank of Kuwait/Public Authority for Civil Information, Kuwait. Cité par N. Janardhan, 2011, dans Boom Amid Gloom – The Spirit of Possibility in the 21st Century Gulf, Ithaca Press, Reading, United Kingdom.

  • 7  On notera par ailleurs que les politiques de « koweitisation » de l’emploi mises en place au cours (...)

9Au cours de la dernière décennie, le développement important du marché du travail dans le secteur privé ainsi que dans les services aux particuliers a accentué la présence des Sud-asiatiques et notamment des Indiens originaires d’États qui n’étaient pas des foyers d’émigration jusqu’au début du 21ème siècle7. Concernant les ressortissants kéralais, si l’on constate une diminution relative de leur nombre parmi les immigrants indiens, leur positionnement socio-professionnel reste, en revanche, largement plus favorable que celui d’autres expatriés.

Une prépondérance de migrants qualifiés

  • 8  Au début des année 1960, il y avait environ 30 000 Indiens au Koweït, avec une majorité de « cols (...)

10Le positionnement d’une large majorité de Kéralais sur des emplois qualifiés s’observe dès les premiers temps d’émigration vers le Koweït. Migrants recrutés pour leur qualité d’administrateurs de l’empire britannique et d’employés administratifs des compagnies pétrolières anglaises dans l’entre-deux-guerres, cette filière et ces profils migratoires se sont confirmés dans les années 19608 puis lors des deux grandes vagues migratoires indiennes des années 1970 et 1990.

  • 9  Zachariah Rajan, 2007, p. 32.
  • 10  Venier, 2003.

11Depuis les années 2000, avec une troisième vague migratoire, on constate une élévation générale des niveaux de qualification des ressortissants kéralais et donc un renforcement de la présence de cette communauté indienne sur des emplois de responsables administratifs, de comptables, de techniciens supérieurs, d’ingénieurs ou de cadres divers. La principale raison est à rechercher dans le pays d’origine et a trait à l’évolution du profil de formation des candidats au départ. Selon des études menées par des chercheurs kéralais, en 1998, 10,5 % des émigrés dans le Golfe étaient titulaires d’un diplôme supérieur ou égal au baccalauréat. Cinq ans plus tard, ces derniers représentaient près d’un cinquième du total des migrants (19,4 %). Dans le même temps, la part des migrants sans qualification diminuait de plus de 10 %9. Cette tendance n’a cessé de se confirmer au cours de la décennie écoulée. Il faut voir dans cette évolution des niveaux de formation la conséquence de plus de trois décennies d’intense émigration internationale vers le Golfe. Alors que, dans les années 1970 et 1980, les transferts financiers des migrants s’orientaient principalement dans l’achat de terres et l’amélioration de l’habitat, à partir du début des années 1990, les domaines de l’éducation et de la santé devenaient les secteurs de dépense privilégiés, créant dès lors des opportunités migratoires plus intéressantes pour les nouvelles générations10.

  • 11  Ce déplacement des foyers d’émigration d’Indiens peu ou pas qualifiés a été mentionné à plusieurs (...)

12Parallèlement à ce que l’on pourrait qualifier de maturité du champ migratoire Kérala-Golfe, s’est opérée une hiérarchisation des destinations sur laquelle se calquent les proportions de migrants diplômés. Au sein du Conseil de Coopération du Golfe, le Koweït et les Émirats Arabes Unis sont en tête de l’attractivité migratoire et c’est dans ces pays que l’on retrouve la part de migrants qualifiés la plus importante. À l’inverse, l’Arabie Saoudite et, dans une moindre mesure, Oman accueillent une majorité de migrants pas ou peu qualifiés. Enfin, à l’échelle de l’émigration indienne, une autre hiérarchie s’instaure, plaçant les nouvelles filières migratoires d’Inde du Sud (hors Kérala) et du Nord essentiellement sur les emplois les moins qualifiés11.

  • 12  La présence de docteurs est également importante car il y a eu substitution des médecins palestini (...)

13Le Koweït apparaît être une destination privilégiée pour les Kéralais, en particulier pour les plus qualifiés. Une autre spécificité de ce pays d’accueil tient au fait qu’il existe une proportion plus importante qu’ailleurs dans le Golfe d’expatriés travaillant dans le domaine de la santé et plus précisément en qualité d’infirmières12.

Une importante immigration féminine et familiale

  • 13  En l’absence de statistiques, nos sources proviennent d’enquêtes personnelles (2010) et du rapport (...)
  • 14  Percot et Nair, 2010. Précisons par ailleurs que les Chrétiens du Kérala représentent 19 % de la p (...)
  • 15  Dans les autres pays du Conseil de Coopération du Golfe, il y a une plus grande diversité d’origin (...)

14« Here, all Indian nurses are Malayalis you know ! » Cette remarque, émanant d’un chef d’entreprise kéralais installé depuis trente ans au Koweït, corroborée par d’autres entretiens, met en évidence une des composantes majeures de la communauté kéralaise immigrée, à savoir la présence importante et bien identifiée d’infirmières vivant avec leur famille à Koweït city. Dans ce métier, plus de 90 % des emplois sont occupés par des étrangères provenant principalement d’Inde et des Philippines (dans une proportion respective d’une moitié et d’un tiers)13. Pour ce qui est des Indiennes, environ 90 % sont des Kéralaises, toutes de confession chrétienne14. Une infirmière sur deux exerçant dans les hôpitaux du Koweït est originaire du Kérala15, soit entre 7000 et 7500 personnes.

15L’affirmation et la visibilité de ce groupe socio-professionnel se sont fortement amplifiées depuis le milieu des années 2000. Plusieurs raisons expliquent cet accroissement. Il y a eu, d’une part, la volonté de l’État du Koweït d’augmenter le nombre d’infirmières afin d’obtenir un taux de couverture par habitant plus proche de celui des pays occidentaux (passage progressif de quatre infirmières pour 1000 habitants à cinq pour 1000). D’autre part, dans un contexte de pénurie d’infirmières en Amérique du Nord et en Grande-Bretagne, les pétromonarchies du Golfe sont devenues des espaces de recrutement pour ces pays. À la suite de tests spécifiques de qualification, les Kéralaises et les Philippines réémigrent ainsi en Europe ou en Amérique du Nord ; leur expérience et leur maîtrise de l’anglais étant des atouts primordiaux. Face à ce marché internationalisé de main-d’oeuvre, le gouvernement du Koweït a procédé à plusieurs reprises à une réévaluation des salaires des infirmières. Cela a non seulement engendré une valorisation socio-économique de la profession mais également permis à ces immigrantes de pouvoir faire venir leur conjoint et leur(s) enfant(s).

  • 16  « It is better to bring siblings here rather than paying for them till the end » (entretien auprès (...)
  • 17  Depuis quelques années, apparaît une autre tendance, auparavant culturellement impossible : le dév (...)

16Enfin, une dernière raison tient au changement de mentalité et de stratégie de vie en migration. Alors que, jusque dans les années 1990, les projets migratoires étaient conçus sur un court ou moyen terme (deux ou trois contrats de travail de trois ans), avec pour objectif unique d’épargner afin de se construire un avenir meilleur dans le pays d’origine, on constate aujourd’hui chez les migrants qualifiés une volonté d’allonger et de mieux vivre le temps d’expatriation en procédant notamment au regroupement familial. Par ailleurs, c’est aussi un moyen de réduire la pression financière exercée à l’égard de l’expatrié par la famille restée au Kérala, comme le précise l’une de nos interlocutrices : « C’est mieux de faire venir nos enfants ici plutôt que de payer pour eux indéfiniment »16. Ce changement de mentalité s’observe parmi les infirmières les plus jeunes qui font maintenant le choix - contrairement à leurs aînées - de faire venir leur mari et éventuellement leurs enfants au Koweit17.

17Hormis le sort de ces infirmières « devenues les têtes de pont d’une migration familiale » [Percot et Nair, 2010], on observe un accroissement des regroupements familiaux parmi les cadres et les chefs d’entreprise. Si l’évolution des stratégies migratoires évoquées ci-dessus s’applique également à ces catégories socio-professionnelles, leur capacité financière et les assouplissements de la politique d’immigration ont indéniablement joué en faveur de ces installations en famille.

  • 18  Comme dans tous les pays du Conseil de Coopération du Golfe, plusieurs systèmes scolaires coexiste (...)
  • 19  Source : entretien auprès d’un directeur de trois établissements et membre du Conseil de l’enseign (...)
  • 20  Ils’agit de BTS ou d’IUT. Source : voir note 19.

18Il reste néanmoins difficile d’évaluer précisément la part des familles dans la communauté kéralaise ; cela concerne sans doute entre 15 à 20 % de la population. En l’absence de données statistiques, cette présence accrue peut être appréhendée par des informations concernant les établissements scolaires indiens (Indian Schools)18. En 1991, 6 établissements de ce type étaient implantés au Koweït ; en 2000, ils étaient au nombre de 11 et en 2010, 17, avec environ 30 000 inscrits, presque tous d’origine indienne19, les deux tiers étant Kéralais. Selon notre interlocuteur, on assiste depuis quelques années, non seulement à une forte augmentation du nombre d'élèves – ce qui explique l’ouverture de nouveaux établissements – mais également à un accroissement sensible de leur nombre par classe, passant d’une moyenne de 20 à 25 élèves en 2003 à presque 40 en 2010 dans le secondaire (collèges et lycées). Ce ratio élevé devrait d’ailleurs prochainement concerner l’école primaire, notamment en raison de l’arrivée d’enfants issus d’une deuxième génération de Kéralais nés et ayant grandi au Koweït. Face à cet accroissement d’élèves scolarisés, le gouvernement koweiti limite à 40 le nombre d'enfants par classe et tend à freiner l'ouverture de nouvelles sections. Cette manière indirecte de contrôler le regroupement familial a toutefois peu de chance de réussir. « Ce n’est qu’une question de négociation et de temps ! D’ici 2013 ou 2014, il y aura un doublement des bacheliers et dans dix ans sans doute un quadruplement. Jusqu’à présent, nous ne pouvions pas ouvrir d’établissements d’enseignement supérieur, mais récemment nous avons eu l’autorisation de créer deux filières techniques20 ».

19Cette dernière remarque met en évidence le poids croissant des familles dans la population indienne et plus encore dans la communauté kéralaise. Cela révèle par ailleurs des logiques d’installation à plus long terme et d’une certaine façon des processus d’ancrage dans le paysage socio-économique du Koweït.

Vers des redéfinitions socio-spatiales et identitaires

  • 21  Le climat désertique du Koweït s’oppose radicalement à celui du Kérala , tropical et humide. À plu (...)

20De manière générale, tout d’abord, on constate que se construit peu à peu, à des degrés divers et en dépit de l’impossibilité d'acquérir la nationalité locale, un sentiment d'appartenance à l'espace koweiti, entendu comme un espace urbain auquel se rattache un mode de vie, une organisation et une structure communautaire particulières. Ces formes d’appropriation de l’espace pouvant d’ailleurs aller jusqu’à donner un point de vue sur le climat du Koweït21.

  • 22  Soit directement par téléphone, soit le plus souvent par l’intermédiaire d’un journal kéralais (Ma (...)
  • 23  Les leaders palestiniens s’étant rangés aux côtés de l’Irak.

21Deux événements majeurs de l’histoire récente du Koweït ont indéniablement contribué à ces changements de stratégies et à la construction de nouvelles identités migratoires chez les Kéralais. Il s’agit tout d’abord de la deuxième guerre du Golfe, en 1990/1991. Au cours des mois qui ont suivi l’invasion de l’armée irakienne (août 1990), les Indiens ont fui vers la Jordanie puis ont été rapatriés dans leur pays. Après la guerre (fin février 1991), à l’exception d’une minorité (réémigration ailleurs dans le Golfe, décision d’un retour définitif), la plupart des migrants qualifiés ont été rappelés par leur employeur koweiti22. Hormis la nécessité de reconstruire le pays et de relancer l’économie, les compétences professionnelles des Kéralais étaient devenues d’autant plus irremplaçables que les cadres palestiniens avaient été expulsés23. Cette substitution de main-d’oeuvre étrangère a ainsi favorisé de multiples processus d’ascension professionnelle, la possibilité de regroupements familiaux et donc l'installation à plus long terme de personnes qualifiées. L’invasion du Koweït a toutefois produit un sentiment d'insécurité, de peurs, avec toujours en arrière-pensée l’éventualité de devoir rentrer précipitamment en Inde. La consolidation de l’ancrage socio-professionnel s’est alors accompagnée d’un resserrement autour de la communauté, plus particulièrement chez les Kéralais de confession chrétienne qui représentent environ 40 % des immigrés de cet État au Koweït et la très grande majorité des plus qualifiés.

  • 24  Le propos complet est le suivant : « We are happy with the American intervention during the Kuwait (...)

22C’est dans ce contexte que la troisième guerre du Golfe, en 2003, est venue modifier cet état d’esprit. Cet événement a eu un double effet parmi les Kéralais. Il a tout d’abord effacé le sentiment d’insécurité, d’incertitude et d’une certaine manière d’impossibilité de penser une installation à long terme. « Nous sommes heureux (...) de l’invasion américaine en Irak. Maintenant, on se sent en sécurité (...), jusqu’en 2003 on était tendus ; maintenant, nous sommes soulagés »24. Ensuite, le renforcement de la présence américaine au Koweït a permis le développement de diverses Églises protestantes et mouvements charismatiques pentecôtistes.

23En résumé, tandis que la guerre de 1990/1991 a renforcé les positions socioprofessionnelles et le regroupement communautaire et identitaire des Chrétiens kéralais, la guerre de 2003 a offert l’opportunité d’envisager plus sereinement une installation à long terme et de redéfinir les identités confessionnelles. Ces deux événements conjugués ont alors fait émerger de nouvelles dynamiques socio-spatiales et identitaires.

D’un quartier ethnique à l’émergence de mobilités résidentielles

  • 25  Abbasiya constitue une partie du block 7 du quartier de Jleeb Al Shuyoukh situé au-delà de la sixi (...)

24C’est à la fin des années 1970 que le quartier d’Abbassiya a été aménagé au sud du centre-ville de Koweït-city, sur un emplacement où stationnaient auparavant les populations bédouines25. À la suite de l’extension de la ville accompagnant le boom pétrolier de 1973/74 et de l’arrivée massive de travailleurs étrangers, ce quartier a accueilli les migrants sud-asiatiques qualifiés ; les non qualifiés vivant dans des camps hors de la ville et à proximité des zones industrielles. Abbassiya se caractérise alors par sa mixité ethnique. Certes, les ressortissants indiens sont les plus nombreux mais d’autres nationalités sont également présentes (Sri Lankais, Bengladais, Pakistanais).

25Cependant, au cours des années 1990, on assiste à un phénomène progressif de concentration communautaire et identitaire (Chrétiens kéralais). Et c’est notamment par le biais de l’accroissement du nombre d’infirmières et de leur famille que ce regroupement s’effectue. Alors qu’auparavant celles-ci vivaient majoritairement seules dans des foyers, « de plus en plus d’entre elles ont commencé à vivre ‘en ville’ avec leur mari, ce qui a abouti à la formation de quartiers kéralais où se construit une forte sociabilité de type diasporique » [Percot, 2010, p. 212]. Dès lors, Abbassiya s’est clairement identifié comme un quartier ethnique où les classes moyennes et supérieures kéralaises et chrétiennes sont devenues majoritaires.

Photo 1. Une des rues principales d'Abbasiya

Photo 1. Une des rues principales d'Abbasiya

26L’aspect architectural du quartier est assez uniforme. Les îlots sont composés de petits immeubles de six à dix étages avec des logements de taille moyenne (de type F3 ou F4). Il n’y a pas véritablement de cœur de quartier avec, par exemple, une rue principale où se concentreraient les commerces ethniques. Ces derniers, peu nombreux, sont disséminés dans les quelques artères qui structurent le quartier. Seule l’école indienne est centrale. Par ailleurs, l’ensemble de cet espace est ceinturé de grandes avenues desquelles et vers lesquelles seules quelques entrées/sorties desservent le quartier, ce qui lui confère un caractère relativement enclavé.

27La vie sociale est rythmée par les horaires de travail. Tôt le matin, après le passage des bus des établissements hospitaliers qui déposent et prennent les infirmières, le quartier se vide de ses voitures. Les enfants scolarisés apparaissent alors par petits groupes dans les rues ; puis c’est le calme plat. Seules quelques infirmières ayant eu leur service de nuit font quelques courses dans la matinée. À partir du milieu de l’après-midi, les choses s’inversent et les rues s’animent peu à peu lorsque la nuit tombe et qu’il fait moins chaud : petits groupes d’hommes discutant au pied d’un immeuble, achats ou simple promenade pour d’autres, jeunes allant à un cours particulier... Dans les immeubles, on se rend visite dans la famille élargie ou selon les affinités, le village d’origine, la profession,... Autour d’un thé, tout en discutant, on regarde la télévision sur une des nombreuses chaînes kéralaises. Il existe une forte cohésion socio-professionnelle et confessionnelle dans ces immeubles. C’est encore plus vrai dans les foyers d’infirmières où, de par le rythme de travail de jour ou de nuit, services et entraides sont développés.

28De ce quartier qui s’est peu à peu ethnicisé au cours des années 1990 commencent cependant à émerger des mobilités résidentielles qui privilégient des installations hors d’Abbasiya. Le déménagement hors de cette enclave concerne en premier lieu les cadres supérieurs et les chefs d’entreprise. Depuis quelques années, on constate également des déménagements de familles d’infirmières les plus qualifiées (chefs de services, spécialité professionnelle, etc.) dont l’époux dispose d’un revenu élevé. Plusieurs raisons motivent ces mobilités. Les premières sont relatives à la recherche de logements de grande taille et de meilleur standing, d’un environnement agréable, ou encore à la proximité du lieu de travail. Les secondes, souvent exprimées implicitement, ont trait aux relations communautaires et aux pressions sociales perçues comme pesantes. L’installation dans des quartiers plus huppés procède ainsi à l’expression d'un détachement, d'une individuation vis-à-vis de la communauté kéralaise d’Abbasiya. Il y a alors passage d’une logique résidentielle sur une base ethnique à une logique résidentielle de classe. Autrement dit, ces mobilités s’inscrivent dans une recherche de mixité ethnique en l’absence de mixité sociale.

Carte 1. Mobilités résidentielles des Kéralais dans Koweit City

Carte 1. Mobilités résidentielles des Kéralais dans Koweit City

NB : trois quartiers sont privilégiés dans les mobilités résidentielles des kéralais. Dans un ordre croissant de standing, il s’agit de Riggae à l’ouest de la ville et à proximité immédiate des hôpitaux, Salmiya et Salwa, quartiers résidentiels proches des plages de l'est de la ville

Source : Enquêtes de l’auteur.

Développement et affirmation d'organisations confessionnelles

  • 26  Église orthodoxe orientale.
  • 27  Depuis les premières migrations de Kéralais dans l’entre-deux-guerres, il existe au Koweït une gra (...)

29Lorsque l’on se promène le soir dans les rues d’Abbasiya, on peut entendre les chants de petits groupes de prière réunis dans les sous-sols ou les étages des immeubles. Ces lieux de culte officieux se sont multipliés depuis une dizaine d’années et constituent une activité essentielle de la vie des Kéralais de confessions syriaque26 et protestante27 qui représentent environ la moitié des Chrétiens kéralais du Koweït et la plupart des migrants qualifiés et des familles d’infirmières.

  • 28  “Worship and Church had been nothing more than a routine and low key affair.”
  • 29  Il y aurait actuellement quelque 60 groupes de prière charismatiques parmi les migrants kéralais.

30Ces manifestations récentes s’inscrivent dans une évolution identitaire et confessionnelle directement en lien avec les deux derniers conflits armés du Golfe. En effet, jusqu’au début des années 1990, la religion était considérée comme secondaire. Selon l’un de nos interlocuteurs vivant au Koweït depuis plusieurs décennies, « le culte et l’Église n’étaient rien d’autre qu’une routine et une chose sans importance »28. Mais, à la suite de l’invasion par l’Irak, et plus encore après 2003, les pratiques religieuses sont devenues plus fréquentes et plus ferventes ; elles se sont par ailleurs modifiées et réorientées vers les mouvements charismatiques pentecôtistes29.

  • 30  Les Catholiques de diverses origines officient quant à eux dans les locaux de l’ambassade du Vatic (...)
  • 31  Précisément entre le port de Shuwaikh et le centre-ville.

31Plusieurs facteurs expliquent cette affirmation et cette redéfinition des identités confessionnelles. Il y a, tout d’abord, le fait que le culte des différentes confessions chrétiennes non catholiques30 soit situé en un même lieu, le Koweït n’autorisant pas l’implantation ou la construction d’église ou de temple sur son territoire. Sur cet espace dédié, proche du centre-ville31, chaque congrégation dispose alors d’un créneau horaire pour officier. Par ailleurs, les Chrétiens kéralais syriaques et protestants sont regroupés au sein de la Kuweit Town Malayalee Christian Congregation (KTMCC, fondée en 1956 et première organisation chrétienne non occidentale dans le Golfe), elle-même rattachée à la National Evangelical Church of Koweït (NECK) où se retrouvent les congrégations arabes et occidentales (principalement nord-américaines). Ainsi, par cette concentration spatiale des lieux de culte et ce regroupement institutionnel des Églises, les contacts et les échanges entre ressortissants de divers pays se retrouvent grandement facilités.

  • 32  Voir le rapport sur la liberté religieuse de l’United States Department of State qui précise : “Th (...)

32L’autre raison est liée à la présence accrue des États-Unis au Koweït depuis 2003 et à sa politique plaçant au centre de sa diplomatie la liberté religieuse comme élément clé du respect des droits humains32. L’activisme des mouvements évangéliques et charismatiques, notamment ceux liés au pentecôtisme, s’est dès lors déployé. Prônant l’idée d’une religion globale mettant en valeur et en synergie foi et enrichissement dans une logique d’évangile de la prospérité (gospel of prosperity), ces mouvements ont trouvé un écho favorable auprès d’une population immigrée dont l’ascension économique et financière est au cœur de leur projet migratoire. Cela a ainsi entraîné une adhésion massive des migrants kéralais qui voient dans cette logique une justification, un sens à leur vie en migration conduite par l’objectif prioritaire de s’enrichir.

  • 33  Cette affirmation de l’identité religieuse et sa plus grande visibilité dans l’espace public conce (...)

33Le développement et l’affirmation confessionnelle des Chrétiens kéralais se manifestent concrètement par une plus grande visibilité dans l’espace public33. Par exemple, les célébrations de Noël ou de Pâques se traduisent par de petites processions dans les rues d’Abbasiya ou encore par la présence d’étoiles de Noël accrochées aux fenêtres des appartements, ce qui était impensable il y a une dizaine d’années. Parallèlement, les chaînes religieuses de télévision, calquées sur le modèle américain et en langue kéralaise (malayalam), sont apparues depuis la fin des années 1990 (Shalom, Jeevan, Power vision). Dans quasiment tous les foyers que nous avons visités, les programmes religieux sont suivis avec assiduité, même sur les lieux de travail : « Je regarde souvent les sermons sur mon portable quand je suis au travail », a précisé l’un de nos interviewés. Le financement de ces chaînes et programmes est en grande partie assuré par les donations des expatriés résidant dans les pays du Golfe.

34Ces mouvements charismatiques, en collaboration avec les différentes Églises auxquelles restent rattachés les migrants, organisent également des pèlerinages en Israël, de petits voyages récréatifs, des pique-niques, des événements sportifs et d’autres rencontres liées à des anniversaires ou des succès aux examens. De plus, par leur structuration en réseaux, les groupes de prière se font le relais d’informations relatives aux opportunités d’emploi, de logements, ou encore d’investissements entrepreneuriaux. En d’autres termes, c’est tout un espace relationnel qui se crée et qui joue le rôle de ciment communautaire ; le quotidien tendant alors à se structurer autour de trois pôles : travail, foyer, groupe de prière.

35Enfin, le développement et les redéfinitions confessionnelles permettent à ces populations sud-asiatiques immigrées et sans droits d’acquérir une certaine forme de reconnaissance, de dignité, en quelque sorte une légitimité au sein de la société d’accueil. Il se construit ainsi un vécu autonome qui vient compléter et renforcer le sentiment d’appartenance à l’espace et au mode de vie urbain koweiti.

Conclusion

36Présente dans les paysages migratoire et socio-économique bien avant l’indépendance du Koweït, la communauté indienne originaire du Kérala a connu au cours de ces vingt dernières années de profondes redéfinitions de ses stratégies migratoires.

37À l’issue de la seconde guerre du Golfe, en 1991, cette dernière a bénéficié d’une réorientation de la politique d’immigration du pays en sa faveur. Dans le même temps, les positionnements professionnels se sont améliorés et les regroupement familiaux, notamment à partir d’une migration féminine travaillant dans le secteur de la santé, ont été plus importants. Toutefois, le ‘syndrôme de l’invasion’ a fragilisé les processus d’installation à long terme de certains migrants. Les recentrages communautaires, identitaires et spatiaux ont alors engendré une ethnicisation du quartier d’Abbasiya, communément appelé Little Kerala.

38La chute du régime de Saddam Hussein et la fin de la menace irakienne ont encore modifié ce schéma migratoire. Une partie des Kéralais les plus qualifiés et les plus aisés ont quitté Abbasiya pour s’installer dans des quartiers de meilleur standing où il existe une plus grande mixité ethnique.

39Par ailleurs, on constate un essor des mouvements charismatiques pentecôtistes soutenus par une diplomatie nord-américaine plaçant la liberté religieuse comme un des éléments au cœur de sa politique régionale. L’adhésion des Chrétiens kéralais non catholiques à ces mouvements s’est généralisée.

40Ainsi, mobilités résidentielles et changements des pratiques religieuses ont engendré une plus grande mixité ethnique et un développement des relations entre populations étrangères chrétiennes. Cela a contribué à construire et à renforcer le sentiment d’appartenance à l’espace koweiti. Cela révèle également l’émergence d’un cosmopolitisme d’un genre nouveau où les facteurs de ségrégation socio-spatiaux tendent à s’établir selon des critères socio-économiques et confessionnels plutôt qu’ethniques, comme c’était le cas depuis les années 1970.

41Certes, cette ouverture se limite essentiellement aux autres populations étrangères ; les interactions avec les Koweitis sont encore très réduites et se cantonnent le plus souvent à des relations professionnelles. Mais, aux dires des jeunes adultes kéralais nés, éduqués et travaillant au Koweït, des liens se tissent – timidement – hors du lieu de travail.

42Ce sont sans doute ces secondes générations qui seront les acteurs principaux de cet ancrage dans le pays d’immigration de leurs parents. De la rencontre et des quelques entretiens effectués auprès de ces jeunes, plusieurs éléments révélateurs de ces changements peuvent être soulignés.

  • 34  Les mariages arrangés restent la norme pour les Indiens, issus ou pas de la diaspora.

43Il y a, tout d’abord, une absence totale de contact – hors cadre professionnel – avec les Kéralais primo-arrivants de même niveau de qualification ; ces derniers ayant un mode de vie très différent et un rapport très étroit au pays d’origine. Cette étanchéité des rapports sociaux révèle une distanciation des secondes générations à l’égard du pays d’origine, au-delà des liens familiaux maintenus par des retours temporaires fréquents. Ensuite, nous avons constaté une adhésion plus systématique aux mouvements charismatiques pentecôtistes. Parfois motivée par une volonté de rompre avec les pratiques religieuses de leurs parents et l’organisation des Églises traditionnelles, cette adhésion s’inscrit dans un désir, plus ou moins inconscient, d’appartenir à une communauté confessionnelle transcendant les identités ethniques et nationales. Enfin, en ce qui concerne les stratégies matrimoniales34, les jeunes ‘Kéralais koweitis’ ont signifié qu’ils préféraient un(e) conjoint(e) de même origine mais étant né(e) ou ayant vécu depuis l’enfance dans un pays du Golfe, en raison de leur ‘façon de vivre’ proche de la leur. Autrement dit, alors qu’il y a seulement une dizaine d’années, les alliances matrimoniales privilégiaient les ressortissants du Kérala ou plus encore les immigrés kéralais des pays occidentaux, on assiste aujourd’hui à une valorisation des recherches de conjoint(e)s issu(e)s de l’immigration résidant dans un des pays du golfe Persique. Ainsi, pour ces secondes générations, les dynamiques socio-spatiales et les recompositions identaires observées au Koweït tendraient à s’inscrire dans des processus d’intégration s’exprimant à l’échelle régionale.

Haut de page

Bibliographie

BEAUGÉ G. (1991), Les migrations au Moyen-Orient : tendances et perspectives, in G. Beaugé et F. de Buttner (dir), Les migrations dans le monde arabe. Éditions du CNRS, Sociétés Arabes et Musulmanes, n° 4, pp. 9-28.

BENSAAD A. (2009), Le Moyen-Orient : un carrefour migratoire entre conflits territoriaux et mondialisation des circulations, Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 9-22.

CADÈNE Ph., DUMORTIER B. (2009), Les pays du Conseil de coopération du Golfe : à nouvelles tendances migratoires, nouvelles politiques ? Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 101-119.

KURIEN P. (2004), Multiculturalism, Immigrant Religion and Diasporic Nationalism : The Development of an American Hinduism, Social Problems, vol. 51, n° 3.

LAVERGNE M. (2003), « Golfe arabo-persique : un système migratoire de plus en

plus tourné vers l’Asie », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, n° 3, pp. 229-241.

JANARDHAN N. (2011), Boom Amid Gloom – The Spirit of Possibility in the 21st Century Gulf, Ithaca Press, Reading, United Kingdom.

PERCOT M., NAIR S. (2010), « Comment s’ouvrir les frontières du monde ? La migration des infirmières indiennes », in Circulation et territoire dans le monde indien contemporain, Collection Purushartha, n° 28.

VENIER Ph. (2003), Travail dans le Golfe persique et développemnt au Kérala. Les migrants internationaux, des acteurs au cœur des enjeux sociaux et territoriaux0, Thèse de doctorat de géographie, Université de Poitiers, 497 pages

VENIER Ph. (2009), Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats Arabes Unis, Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 121-138.

VENIER Ph. (2011), « Development of entrepreneurial initiatives in the UAE among Kerala Emigrants. » in M. Percot, I. Rajan, (eds), Dynamics of Indian Migration. Historical and Current Perspectives, New Delhi, Routledge, pp. 165-194.

VERTOVEC S. (1997), “Three meanings of Diaspora Exemplified among South Asian Religions”, Diaspora, vol. 6, n° .3, pp. 273-275.

Zachariah K.C., MATHEW E.T., Irudaya Rajan S. (2003), Dynamics of Migration in Kerala. Dimensions, Differentials and Consequences, Orient Longman.

Zachariah K.C., Irudaya Rajan S. (2007), Migration, Remittances and Employment. Short-term Trends and Long-term Implications, Working paper n° 395, C.D.S., Thiruvananthapuram, Kerala.

Rapports et articles sur le web

Report of the high level committee of the Indian diaspora, 2002. (http://moia.gov.in)

International Religious Freedom Report , U.S. Department Of State , October 26, 2009 (http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2009/127351.htm)

Arabian Business.com. “Kuwait’s image tarnished by Church Fiasco”, by Shane Daniel, April 8, 2012, (http://www.arabianbusiness.com/kuwait-s-image-tarnished-by-church-fiasco-453105.html)

Workforce needs of Health Professionals in Kuweit, 2005, (http:///www.kims.org.kw/booklet/Nurses.PDF).

International Religious Freedom Report , U.S. Department Of State , October 26, 2009 (http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2009/127351.htm)

Arabtimesonline.com (article de Juin 2011)

Haut de page

Notes

1  Les contacts sur place ont été grandement facilités par la présence d’un chercheur originaire du Kérala invité pour un an dans notre laboratoire. Grâce à lui, notre immersion dans la communauté kéralaise fut immédiate ; les entretiens et recueil d’informations furent dès lors très fructueux. Son frère et sa soeur vivant au Koweït depuis une vingtaine d’années, sa connaissance du terrain était optimale.

2  Source : entretien auprès de l’ambassadeur de l’Inde au Koweït en janvier 2010. Eu égard à la présence massive d’étrangers au Koweït comme dans tous les États du Conseil de Coopération du Golfe, il est très difficile d’avoir des données précises en matière de population. Celles proposées dans cet article sont des approximations émanant de diverses sources qui, recoupées, donnent des ordres de grandeur fiables.

3  Website : arabtimesonline, article de juin 2011 relatant les estimations de 2010 (soit 1,12 million de Koweitis et 2,34 millions d’étrangers). Les Indiens sont la première communauté étrangère au Koweït depuis au moins une décennie (En 2002 : 295 000 Indiens selon le Report of the high level committee of the Indian diaspora ; devant les Égyptiens (275 000), les Bengladais et les Sri lankais (160 000 chacun) et les Pakistanais (100 000).

4  Nom donné aux habitants de l’État du Kérala en Inde du Sud.

5  Report of the high level committee of the Indian diaspora, 2002.

6  Les enquêtes quantitatives réalisées par des chercheurs du Kérala depuis les années 1970 montrent que les Kéralais représentent depuis quatre décennies entre 40 et 50 % des migrants indiens au Koweït. Au début des années 1980, ils étaient environ 20 000 sur un total de 45 000 immigrants indiens (soit 44 %). En 1998, ils étaient environ 70 000 sur 170 000 (soit 41 %). Source : P. Venier, 2003.

7  On notera par ailleurs que les politiques de « koweitisation » de l’emploi mises en place au cours des années 2000 ont essentiellement concerné le secteur public et n’ont que très peu modifié le rapport étrangers-nationaux dans la population active (la proportion d’étrangers dans la fonction publique est passée de 32,1 % en 1998 à 29,8 % en 2008).

8  Au début des année 1960, il y avait environ 30 000 Indiens au Koweït, avec une majorité de « cols blancs » Kéralais (et dans une moindre mesure de Goanais). Les Sikhs et Penjabis étaient plutôt positionnés dans le commerce. Source : entretien auprès d’un entrepreneur kéralais arrivé en 1962 au Koweït.

9  Zachariah Rajan, 2007, p. 32.

10  Venier, 2003.

11  Ce déplacement des foyers d’émigration d’Indiens peu ou pas qualifiés a été mentionné à plusieurs reprises au cours de nos enquêtes de terrain (2007 et 2010 notamment). Alors que, jusqu’au milieu des années 1990, les migrants kéralais recherchaient et envoyaient systématiquement des contrats de travail non qualifiés dans leur village d’origine (source complémentaire de revenu par la « vente » de ces contrats et prestige renforcé dans la communauté), ces pratiques sont aujourd’hui évitées car non seulement il n’y aurait aucun candidat mais de plus cela nuirait à leur image… Le commerce des contrats de travail se fait donc à destination des Tamouls (Tamil Nadu) ou des Telugu (Andhra Pradesh).

12  La présence de docteurs est également importante car il y a eu substitution des médecins palestiniens expulsés par des médecins égyptiens et indiens (principalement kéralais) depuis la deuxième guerre du Golfe de 1991.

13  En l’absence de statistiques, nos sources proviennent d’enquêtes personnelles (2010) et du rapport suivant : Workforce needs of Health Professionals in Kuweit, 2005 (http:///www.kims.org.kw/booklet/Nurses.PDF).

14  Percot et Nair, 2010. Précisons par ailleurs que les Chrétiens du Kérala représentent 19 % de la population totale de cet État mais plus de 30 % des migrants internationaux dans le Golfe et environ 40 % au Koweit (Venier, 2003).

15  Dans les autres pays du Conseil de Coopération du Golfe, il y a une plus grande diversité d’origine des infirmières étrangères et les Kéralaises sont donc proportionnellement moins nombreuses.

16  « It is better to bring siblings here rather than paying for them till the end » (entretien auprès d’une infirmière, janvier 2010). Au Kérala, comme dans beaucoup de pays d’intense émigration internationale, les transferts des migrants sont une source de revenus essentielle pour de nombreux foyers (cela concerne près d’un quart d’entre eux au Kérala). Il est alors fréquent de constater que la famille et les amis d’un migrant exercent une forme de pression par leurs sollicitations financières répétées, et cela d’autant plus que l’argent de la migration est perçu comme gagné facilement par ceux restés au pays (Gulf money : easy money !). Autres références dans le monde ?

17  Depuis quelques années, apparaît une autre tendance, auparavant culturellement impossible : le développement d’une émigration de jeunes femmes non mariées qui, une fois installées dans le Golfe, deviennent courtisées sur le marché matrimonial [Percot et Nair, op. cit.].

18  Comme dans tous les pays du Conseil de Coopération du Golfe, plusieurs systèmes scolaires coexistent : l’un réservé aux nationaux, les autres destinées aux différentes communautés étrangères. Les Indian schools, entreprises privées d’éducation, sont présentes dans tous les pays et offrent, de la maternelle au baccalauréat, un cursus reconnu par l’Inde.

19  Source : entretien auprès d’un directeur de trois établissements et membre du Conseil de l’enseignement indien au Koweït. Seuls 2 ou 3 % des élèves sont de nationalité pakistanaise ou bengladaise.

20  Ils’agit de BTS ou d’IUT. Source : voir note 19.

21  Le climat désertique du Koweït s’oppose radicalement à celui du Kérala , tropical et humide. À plusieurs reprises, les vieux migrants présents depuis trente ou quarante ans et plus encore les secondes générations ont dit ne plus vraiment apprécier le climat et le paysage lors de leurs retours temporaires au Kérala ( « Too much rain and greenery ! »).

22  Soit directement par téléphone, soit le plus souvent par l’intermédiaire d’un journal kéralais (Malayalam manorama) qui, chaque jour, publiait une liste de cadres ou d’infirmières sollicités par leur employeur koweiti.

23  Les leaders palestiniens s’étant rangés aux côtés de l’Irak.

24  Le propos complet est le suivant : « We are happy with the American intervention during the Kuwait crisis and also with the American invasion of Iraq. Now we feel secure because of the American presence here [au Koweït].Till American invasion of Iraq in 2003 we were tensed. Now we are relived ». D’autres interviews mettent plutôt en avant l’exécution de Saddam Hussein comme tournant essentiel : « Till the death of Saddam we were very insecure. American presence is a great relief for us » ; « Till Saddam, we all were scared and after 2003, especially after Saddam’s death we all are relived ».

25  Abbasiya constitue une partie du block 7 du quartier de Jleeb Al Shuyoukh situé au-delà de la sixième rocade (sixth ring), à proximité de l’aéroport.

26  Église orthodoxe orientale.

27  Depuis les premières migrations de Kéralais dans l’entre-deux-guerres, il existe au Koweït une grande diversité de confessions chrétiennes, à l’image du Kérala. Très sommairement, trois groupes se distinguent : les Chrétiens syriaques (conversions dès les origines du christianisme), les Catholiques (à la suite de l’arrivée des Portuguais à la fin du 15e siècle) et les Protestants (à partir de la présence des Hollandais au 17e siècle puis des Anglais au 18e siècle). Pour ces deux derniers groupes, cela concerne essentiellement les castes inférieures qui ont été converties au christianisme durant la période coloniale. En revanche, les Syriaques se classent au même niveau que les hautes castes. Par ailleurs, ils se subdivisent en plusieurs congrégations (Syro-malabars, Jacobites, Syriaques orthodoxes, Marthomites, Cannanites, Protestants syriaques, etc).

28  “Worship and Church had been nothing more than a routine and low key affair.”

29  Il y aurait actuellement quelque 60 groupes de prière charismatiques parmi les migrants kéralais.

30  Les Catholiques de diverses origines officient quant à eux dans les locaux de l’ambassade du Vatican ; le Koweït étant le seul État du Conseil de Coopération du Golfe à avoir toujours maintenu des liens diplomatiques avec le Vatican.

31  Précisément entre le port de Shuwaikh et le centre-ville.

32  Voir le rapport sur la liberté religieuse de l’United States Department of State qui précise : “The U.S. Government discusses religious freedom with the Government as part of its overall policy to promote human rights. Intensive monitoring of religious freedom matters remained an embassy priority. During the reporting period, embassy officials met with senior representatives from the major recognized Christian denominations, encouraged them to present their concerns in a unified manner to the Government, and advocated on their behalf in high-level meetings with government officials” ; International Religious Freedom Report , U.S. Department Of State , October 26, 2009 (http://www.state.gov/j/drl/rls/irf/2009/127351.htm)

33  Cette affirmation de l’identité religieuse et sa plus grande visibilité dans l’espace public concernent également les communautés kéralaises de religions musulmane et hindoue. Plusieurs organisations islamiques se sont développées ces dernières années ainsi que des associations de caste et/ou religieuses hindoues. Pour les Musulmans, il s’agit par exemple du Kuwait-Kerala Islamic Group, du Kuwait-Kerala Islamic Center, du Lizallie Study Circle, du Friday Forum, de la Kuwait-Kerala Muslim Association. Pour les Hindous, il y a notamment les adeptes d’AMMA, de l’Ayappa Sewa Sanghomo ou encore l’organisation de caste SNDP (Shree Narayana Dharma Paripalana Yogom).

34  Les mariages arrangés restent la norme pour les Indiens, issus ou pas de la diaspora.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Une des rues principales d'Abbasiya
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Carte 1. Mobilités résidentielles des Kéralais dans Koweit City
Légende NB : trois quartiers sont privilégiés dans les mobilités résidentielles des kéralais. Dans un ordre croissant de standing, il s’agit de Riggae à l’ouest de la ville et à proximité immédiate des hôpitaux, Salmiya et Salwa, quartiers résidentiels proches des plages de l'est de la ville
Crédits Source : Enquêtes de l’auteur.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Venier, « Dynamique socio-spatiale et recomposition identitaire des immigrés kéralais (Inde du Sud) au Koweït », Espace populations sociétés, 2012/2 | 2012, 33-45.

Référence électronique

Philippe Venier, « Dynamique socio-spatiale et recomposition identitaire des immigrés kéralais (Inde du Sud) au Koweït », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/4948 ; DOI : 10.4000/eps.4948

Haut de page

Auteur

Philippe Venier

Université de Poitiers
Département de Géographie
UFR des Sciences Humaines et des Arts
97, avenue du Recteur Pineau
86000 Poitiers Cedex
Philippe.Venier@univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org