Navigation – Plan du site
Articles

Croissance urbaine, migrations et diversification sociale dans le golfe Arabo-persique

Urban Growth, Migration and Social Diversification in the Arab-Persian Gulf
Philippe Cadène
p. 15-32

Résumés

Avec l’accélération de l’exploitation du pétrole autour du golfe Arabo-persique à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les villes à proximité desquelles cette activité se développe connaissent une croissance très forte et supplantent rapidement des cités plus anciennes ou plus célèbres. Le présent article désire décrire et analyser les modalités de cette croissance en prenant en compte l’ensemble des villes situées sur les deux rives. Au cours des dernières années, la croissance de ces villes apparaît liée à l’existence de politiques urbaines visant, grâce aux investissements autorisés par l’exploitation des hydrocarbures, à la mise en place d’une économie post-pétrolière qui conduit à une très forte immigration de travailleurs aux compétences très diverses. Loin d’être simplement des sociétés divisées entre, d’une part, des populations très riches composées de familles autochtones et d’étrangers hautement qualifiés, le plus souvent anglo-américains, d’autre part, des travailleurs pauvres, venus sans leur famille dans le cadre de contrats temporaires, les agglomérations urbaines du Golfe voient se développer une diversité de groupes sociaux hiérarchisés. L’analyse de ces sociétés urbaines met l’accent sur l’émergence d’un ensemble de couches moyennes plus ou moins aisées et de couches populaires plus ou moins à même de participer à la dynamique de consommation. Il montre une complexité sociale caractéristique d’une partie des grandes villes, fortement intégrées dans les processus de mondialisation, laissant dernière elles les villes petites et moyennes ne bénéficiant pas des politiques d’investissements étatiques relayées par les milieux financiers internationaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous reprenons ici le découpage que nous avons déjà choisi pour réaliser l’ouvrage suivant : Cadèn (...)

1Avec l’accélération de l’exploitation du pétrole autour du golfe Arabo-persique à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, les villes à proximité desquelles cette activité se développe connaissent une croissance très forte et supplantent rapidement des cités plus anciennes ou plus célèbres. Le présent article désire décrire et analyser les modalités de cette croissance en prenant en compte l’ensemble des villes situées sur les deux rives. Pour les trois vastes pays que sont l’Iran, l’Irak et l’Arabie Saoudite, les villes intéressant ce travail se limitent à celles des provinces littorales du Golfe. Pour les États plus petits, Koweït, Bahreïn, Qatar et Émirats arabes unis, ce sont toutes les villes comprises dans chacun de ces territoires. Pour l’Oman, ce sont seulement les villes des provinces septentrionales, qui, bien que situées sur l’océan Indien participent des processus étudiés1. Il s’agit souvent de villes portuaires. Il peut aussi s’agir de villes localisées à une centaine de kilomètres de la côte, mais qui restent intégrées à la dynamique littorale et sont marquées d’une façon directe ou indirecte par l’économie des hydrocarbures.

2Les modalités de développement des villes étudiées dans cet article présentent de fortes spécificités et conduisent l’ensemble des sociétés urbaines dans la région à posséder des traits particuliers. Il s’agit principalement de l’importance des populations immigrées, de la forte surreprésentation des jeunes actifs, du fort déséquilibre entre population masculine et population féminine, du poids de certains secteurs économiques dans la répartition de la main-d’œuvre, dont celui de la construction.

  • 2  L’importance de Dubai dans la région a conduit à la publication de nombreux ouvrages abordant la v (...)

3Des différenciations se font jour néanmoins entre ces villes. Elles sont largement liées à la diversité des situations nationales, notamment en ce qui concerne l’ancienneté de l’exploitation pétrolière et des politiques de développement suivies par les États. Les situations observées dépendent largement de la capacité des décideurs à envisager un dépassement de l’économie de rente liée à l’exploitation des hydrocarbures et à s’engager dans une diversification de leur économie conduisant à une complexification sociale. Ainsi, le présent article confronte l’idée répandue de sociétés urbaines dichotomiques aux réalités que révèlent l’analyse des statistiques et la familiarité avec le terrain. Cela amène à s’interroger sur le poids des couches moyennes et des couches populaires qui participent de concert aux dynamiques démographiques, sociales et territoriales. Emblématique de pareilles situations, l’agglomération de Doubaï, la plus peuplée du littoral, apparaît comme la référence incontournable dans la région2, obligeant la plupart des grandes villes à se mesurer à sa dynamique et, souvent, à prendre position par rapport au modèle qu’elle propose. D’autres toutefois, en particulier les plus petites, se trouvent comme marginalisées.

  • 3  Les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) ont adopté la directive du Comité économique et (...)

4Cette démarche visant à analyser la dynamique de croissance ainsi que les bouleversements intervenant dans les villes du Golfe n’est guère aisée. Huit États sont concernés et les données proposées par les organismes officiels sont parfois insuffisantes ou manquent souvent de précision tandis que les appareils statistiques sont loin d’être homogènes d’un pays à l’autre. Le parti pris méthodologique pour la construction des bases de données démographiques est donc de se limiter, pour appréhender les dynamiques de populations urbaines tout autour du Golfe, à des estimations statistiques à partir des divers recensements3. Trois années ont été choisies pour établir la cartographie et fonder la réflexion. La première est 1987, moment où l’exploitation pétrolière a déjà marqué les économies de la région, tandis que la croissance des villes a partout commencé. La seconde est 1997 qui voit l’approfondissement du processus. La troisième et dernière année est 2007, date à laquelle les politiques économiques visant à diversifier les activités commencent à marquer les rythmes de croissance. Cette dernière date permet, par ailleurs, de combiner les données fournies par les nombreux recensements effectués dans les États de la région au milieu de la décennie 2000 tout en permettant de tirer profit des résultats préliminaires des derniers recensements déjà disponibles dans certains pays, en particulier pour ceux réalisés en 2010. La base de données constituée prend en compte la totalité des villes du Golfe de plus de 25 000 habitants en 2007. Lorsqu’elles existent, des informations complémentaires ont été collectées, concernant non seulement les caractères strictement démographiques des populations, mais aussi les niveaux d’éducation, les occupations économiques, etc. Enfin, une présence régulière dans la région du Golfe au cours des dernières années a permis la collecte d’information par entretiens auprès des habitants appartenant à un large éventail de groupes sociaux dans de nombreuses villes concernées.

1. Une croissance urbaine spectaculaire depuis le milieu du 20ème siècle

  • 4  Potts Daniel (1990), The Arabian Gulf in Antiquity (2 volumes), Oxford, Clarendon Press.

5Au départ de cette réflexion, il faut noter, à l’encontre d’une idée largement répandue dans les médias, que les villes du Golfe ne sont pas des entités créées à partir de rien par l’exploitation pétrolière. Leur existence remonte le plus souvent à des temps très anciens où le Golfe, étroite avancée de l’océan Indien sur près de 1000 kilomètres à l’intérieur des terres, était traversé par les échanges commerciaux entre les premières civilisations urbaines de Mésopotamie et celles de la vallée de l’Indus4. Tout au long de l’histoire, ce trafic maritime s’est poursuivi. L’intervention des puissances européennes dans la région, Portugais dès le 16ème siècle, puis Anglais à partir du 19ème, n’a fait que renforcer la fonction portuaire de ces villes qui deviennent des entrepôts actifs pour les échanges entre l’Europe, le monde arabe et l’Asie. Alors que les océans sont parcourus par les navires de commerce occidentaux, Bassorah et Koweït, au fond du Golfe, Busheir sur la rive persane, Manama, Doubaï, Sharjah, Ras el Khaïmah, sur la rive arabe, Mascate sur l’océan Indien jouent pleinement leur rôle dans ces circulations. Puissance coloniale de plus en plus présente, la Grande-Bretagne sécurise ces voies commerciales en imposant des protectorats à la plupart des chefs tribaux se partageant le pouvoir dans la région. Dans les déserts de la rive sud existent aussi des itinéraires caravaniers et d’oasis actives comme à Al Ahsa ou à Al Ain où des populations sédentaires œuvrent à la valorisation agricole des ressources hydrologiques et pédologiques, mais qui sont des étapes et des lieux d’échanges pour les marchands nomades.

6Sans remonter à ces temps anciens où, en dépit d’une présence étrangère toujours plus grande, les changements sociaux étaient lents dans cette région du monde, une étude de la dynamique démographique des villes du Golfe doit au moins commencer au milieu du 20ème siècle, au moment où l’économie de la plupart de ces territoires n’est pas encore transformée par l’exploitation pétrolière. Cette dernière a débuté en Iran en 1901, puis a démarré en Arabie Saoudite dans l’entre-deux-guerres. En Irak où l’exploitation des hydrocarbures commence en 1927 dans le Nord du pays, au Kurdistan, elle est plus tardive en Basse-Mésopotamie, à proximité du Golfe. Au Koweït, elle commence en 1946, mais c’est seulement à partir des années 1960 que les autres pays de la région commencent à tirer des revenus de leurs ressources en hydrocarbures. Ceci explique qu’en 1950 la plus grande agglomération de la région soit Abadan, ville iranienne au bord du Chatt el Arab, avec environ 250 000 habitants, suivie de Koweït City qui dépasse tout juste 100 000 habitants. Ahvaz, le long du Karoun, en Iran et en Irak Bassora approchent ce chiffre. Busheir, Manama, Doha, Doubaï et quelques autres villes, où n’existent encore que les activités portuaires traditionnelles, comptent seulement quelques dizaines de milliers d’habitants. Al Ahsa, un temps capitale de sa province, reste un ensemble oasien principalement agricole et Abou Dhabi un petit centre administratif d’environ 25 000 habitants.

7Vingt ans plus tard, au début de la décennie 1970, la poursuite de l’exploitation du pétrole a entraîné de nombreuses villes dans une dynamique de croissance rapide. Koweït City dépasse désormais Abadan, qui a elle-même considérablement crû, excédant 400 000 habitants, taille que Bassora approche. Ahvaz et Doubaï comptent environ 250 000 habitants, Dammam, Manama et Al Ahsa près de 150 000. Abou Dhabi (près de 120 000 hab.) devient une ville non négligeable dans la région ainsi que Doha (100 000 hab.).

Figure 1. Les populations des agglomérations en 1987

Figure 1. Les populations des agglomérations en 1987

Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.

8À la fin de la décennie 1980, les hiérarchies urbaines sont modifiées. Les Indépendances ont fait émerger de nouvelles capitales, qui ont déjà bénéficié d’une vingtaine d’années pour s’affirmer en tant que telles. De nouveaux champs d’hydrocarbures ont été mis en exploitation tandis que d’autres s’épuisent. La guerre Irak-Iran a entraîné chez les deux belligérants de terribles destructions dans les régions frontalières. Koweït City reste la plus grande ville du littoral avec un million d’habitants. La grande cité portuaire irakienne, Bassora, a retrouvé rapidement sa taille après la fin des combats, rassemblant environ 400 000 habitants, taille qui, désormais, est également celle de Doubaï et Dammam qui émergent. Abou Dhabi (plus de 300 000 hab.) s’établit comme centre politique et pétrolier, à la tête d’un émirat riche en gisements et d’un jeune État fédéral. Au sein des Émirats arabes unis, elle dépasse désormais Sharjah qui avoisine les 270 000 habitants et n’est pas encore intégrée à la dynamique de Doubaï, tout proche. À l’ouest, Doha, capitale du Qatar, atteint 230 000 habitants. À l’est, sur le littoral de l’océan Indien, la région urbaine de Mascate a un poids démographique du même ordre avec 300 000 habitants environ. Côté iranien, Ahvaz reste une ville majeure avec 700 000 habitants, mais dans les ruines d’Abadan ne vivent plus que 60 000 personnes. Si le port historique de Busheir (plus de 100 000 hab.) a gagné en importance, c’est toutefois Bandar Abbas (250 000 hab.) à proximité du détroit d’Ormuz, qui est désormais le port essentiel, bien que son développement soit freiné par l’embargo imposé par les États-Unis à la suite de la crise des otages de l’ambassade américaine en 1979.

9Les années qui suivent voient se prolonger le processus engagé vers une configuration nouvelle. Le Golfe devient un lieu de tension majeur à l’échelle mondiale. Le Koweït est occupé par l’armée irakienne en 1991, provoquant l’intervention des troupes états-uniennes et alliées, sous mandat de l’ONU. Des troubles politiques dans le sud de l’Irak suivent la fin du conflit tandis que le pays est placé sous embargo économique. Bassora s’enfonce dans une longue stagnation. L’évolution de Koweït est freinée par le conflit. Quant aux villes iraniennes du littoral du Golfe, elles souffrent toujours de la marginalisation du pays et ne connaissent pas de véritable croissance. Sur la rive sud du Golfe, en revanche, deux vastes ensembles urbains affirment leur croissance, constituant, en une décennie à peine, de larges conurbations.

Figure 2. Population des agglomérations urbaines en 1997

Figure 2. Population des agglomérations urbaines en 1997

Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.

10En 1997, Doubaï constitue désormais une conurbation avec Sharjah et Ajman. Cette nouvelle entité urbaine égale Koweït City en nombre d’habitants, avoisinant un million et demi d’habitants. Une autre grande conurbation a émergé, constituée par Damman, Dharan, Al Khobar. Elle abrite près d’un million de personnes. On estime que l’agglomération de Mascate, dont la population a doublé en dix ans, rassemble 650 000 habitants. La ville d’Abou Dhabi, engagée dans une croissance rapide, en rassemble 500 000, taille proche de celle de Doha et d’Al Ahsa. Manama compte 350 000 habitants environ. L’agglomération transfrontalière constituée par l’ensemble oasien d’Al Aïn (E.A.U.) et Boureimi (Oman) atteint 250 000 habitants. Les activités pétrolières ne constituent plus le moteur unique de la croissance urbaine. Le développement industriel et surtout celui des activités tertiaires créent de plus en plus d’emplois. Il est cependant à noter que les petites villes ne se développent guère au cours de la décennie pas plus que les grandes villes iraniennes d’Ahwaz et Shiraz, en marge de la zone d’étude. Ryad, la plus grande ville de la région, a gagné un million d’habitants en dix ans et atteint 3 370 000 habitants.

Figure 3. Population des agglomérations urbaines en 2007

Figure 3. Population des agglomérations urbaines en 2007

Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.

11En 2007, la tendance s’est renforcée, affirmant cette nouvelle hiérarchie urbaine mise en place au tournant du millénaire. La conurbation centrée sur Doubaï est devenue un pôle régional de près de 2 500 000 d’habitants, symbolisant à la fois la croissance urbaine de la région et ses limites. Koweït City reste une agglomération essentielle avec 2 200 000 habitants. Comme libérée de la menace irakienne, la ville retrouve même une part de son dynamisme ancien. Moins peuplée, mais aussi moins médiatisée, la conurbation de Dammam (1 250 000 hab.) monte en puissance. Ahwaz, solide grâce à ses industries, conserve une place importante avec plus d’un million d’habitants. Abou Dhabi, enfin, approche le million d’habitants et construit sa croissance rapide sur le développement d’activités du tertiaire supérieur, grâce à des investissements autorisés par les revenus du pétrole. Six agglomérations sont estimées entre 400 000 à 850 000 habitants : Doha (environ 850 000), Mascate (800 000) , Manama ( près de 700 000), Al Ahsa (653 000), Al Aïn et Bandar Abbas (400 000 environ chacune). Ensuite, une quinzaine de villes rassemblent 100 000 à 250 000 habitants et une trentaine 30 000 à 100 000. En quelques décennies, certaines villes du Golfe, hier simples bourgades entre mer et désert, sont aujourd’hui connues dans le monde entier.

12La comparaison des trois cartes illustre la forte croissance démographique qu’ont connue en vingt ans seulement les grandes villes situées sur les rives du Golfe ou qui en sont peu éloignées. Les agglomérations situées au sommet de la structure urbaine ont des taux de croissance dépassant 200 %. Les seules grandes villes qui restent en retrait sont Koweit City et Ahwaz, avec des taux de croissance de “seulement” 89 %, situation largement due aux conflits armés et à l’instabilité politique de cette partie du Golfe. La croissance des villes de moindre taille apparaît par contre en retrait. Celles-ci sont situées pour la plupart en Irak, Iran et Oman, trois États qui, pour des raisons très différentes, ne bénéficient pas de la croissance en vigueur dans les autres parties de la région.

2. Une immigration massive et récente

  • 5  Kapiszewski A. (2001), National and Expatriates Population and Labour Dilemnas of the GCC States, (...)

13Les grandes villes de la rive arabe n’auraient pas connu une croissance aussi rapide si elles n’avaient bénéficié d’un flot migratoire continu depuis les années 1950 pour celles situées dans les États ayant été les premiers à exploiter les ressources pétrolières. Au cours de la décennie 1970, une accélération et une généralisation du phénomène migratoire conduisent la part des étrangers parmi les populations à ne cesser d’augmenter dans la presque totalité des grandes villes de la rive sud. L’enrichissement des pays arabes du Golfe méridional, lié à l’exploitation des hydrocarbures, s’accompagne de l’arrivé de travailleurs étrangers occupant tous les niveaux de qualification5. Frappant les voyageurs dès leur arrivée, ce phénomène confère un caractère particulier aux économies et aux sociétés locales.

  • 6  Farmanesh Amir (2009), Regional dimensions of economic development in Iran : A new economic geogra (...)
  • 7  Moghadan Amin (2008), La zone franche : implications économiques et territoriales du projet “Qeshm (...)

14Une dynamique de croissance moins spectaculaire s’observe dans les grandes villes de la rive iranienne où elle est basée sur des migrations internes et non pas internationales6. Le développement économique de ces territoires repose, comme sur la rive arabe, sur l’exploitation des hydrocarbures et les activités portuaires. Ce sont des populations iraniennes venues du Nord qui s’installent dans les villes de Bushehr et Bandar Abbas ou dans les zones essentiellement gazières et industrielles comme celle d’Assalouyeh. Ces migrants sont porteurs de compétences difficiles à trouver dans ces provinces littorales, fortement excentrées par rapport aux zones les plus développées du pays, isolées des plus grandes villes par le massif du Zagros et occupées en partie par des populations arabophones et sunnites, marginales au sein d’une population nationale majoritairement shiite7.

15Quelle que soit la rive considérée, migrations et exploitation des hydrocarbures sont liées et fondent la croissance urbaine dans la seconde moitié du 20ème siècle où, face à l’Occident, les États pétroliers de la région revendiquent une capacité de décision en matière de prix et s’efforcent de prendre le contrôle des compagnies pétrolières opérant sur leur territoire. Les deux grands États du Nord, l’Irak et l’Iran, cherchent, chacun à leur façon, une voie vers la modernisation, l’Irak dans le cadre d’un traité d’amitié avec l’URSS, l’Iran avec l’appui des États-Unis. Pour les petits Émirats de la côte orientale de l’Arabie, sous protectorat britannique depuis le milieu du 19ème siècle, les années 1970 sont le temps des indépendances tandis que le Proche-Orient traverse une période de tensions aiguës : guerre des Six jours en 1967 et guerre de Kippour en 1973 sans oublier le conflit entre l'armée jordanienne et l'OLP en 1970-71, ni la guerre civile libanaise qui débute en 1975. Nombreux sont alors les ressortissants de ces pays du Proche-Orient qui fuient les conflits et le marasme économique qui les accompagnent pour participer à la dynamique de développement des pays du Golfe. Au Koweït, en Arabie Saoudite et dans les Émirats, les emplois sont nombreux à tous les niveaux de compétence. Palestiniens, Libanais, mais aussi Jordaniens, Syriens et Irakiens viennent occuper ces postes dans des villes en pleine croissance qui leur offrent des opportunités professionnelles et un cadre culturel peu éloigné de celui de leur pays d’origine. L’Égypte, quant à elle, le plus peuplé des pays arabes, alimente un courant migratoire massif vers le Golfe. Enfin, les Yéménites, fuyant la pauvreté, sont nombreux à se rendre en Arabie Saoudite.

  • 8  Cadène Philippe, Dumortier Brigitte (2009), Les pays du Conseil de coopération du Golfe : à nouvel (...)

16Les migrations s’accélèrent à partir des années 1980 et changent de nature. Si des cadres ou des ouvriers continuent à arriver du Proche-Orient, affluent désormais en grand nombre dans les pays au sud du Golfe des travailleurs d’Asie du Sud, en particulier Indiens et Pakistanais, mais aussi, en nombre moins important, des migrants d’Asie du Sud-Est, Indonésiens et Philippins8. Les besoins en main-d’œuvre sont, en effet, massifs dans ces villes qui deviennent d’immenses chantiers. Beaucoup de migrants sont employés dans le BTP. Pauvres, originaires de villages, ils sont recrutés par des « entrepreneurs de main-d’œuvre » de leur région natale en relation avec des membres de leur diaspora résidant dans les villes où les contrats sont signés. Ils partent, encouragés par leur famille, afin d’envoyer de l’argent chez eux, avec de faibles garanties sur le sort qui les attend. Pendant toute une période, leurs conditions de travail seront très dures en l’absence de législation du travail et il faudra de nombreuses années pour que ces nouveaux États édictent les règles nécessaires à la protection des travailleurs étrangers. Les villes en croissance rapide au sud du Golfe deviennent en quelques années un eldorado, qui peut se révéler un mirage ou virer au cauchemar, pour les populations pauvres de quelques pays asiatiques qui constituent dès la fin des années 1980 une part grandissante de leur population.

  • 9  Kouaouci A. (2006), « Migrations internationales vers les pays du Golfe : ce que la guerre en 1991 (...)

17Ces changements dans l’origine géographique des migrants s’expliquent par l’accentuation des besoins en main d’œuvre dans ces pays en construction, mais aussi par les tensions nées des prises de position pro-irakiennes de quelques États ou de certains migrants au moment de l’invasion du Koweït par l’Irak, durant l’été 19919. Désireux de ne pas importer chez eux les tensions que connaissent les pays voisins, les États du Sud du Golfe mettent en place des politiques visant à la diversification de la provenance des migrants, diminuant le poids relatif de la composante arabe au profit des Asiatiques. En Arabie Saoudite, ce sont 80 000 travailleurs yéménites qui sont expulsés en 48 heures après l’invasion du Koweït en réaction aux positions pro-irakiennes de leur gouvernement. Après la guerre, le Koweït fera de même avec les Palestiniens, les Égyptiens et les Yéménites. Au-delà de cette situation de crise, c’est de manière moins brutale que cette nouvelle politique sera implantée dans tous les États récepteurs des migrations. Presque partout, sera favorisée la venue de populations asiatiques non musulmanes par crainte de la montée de l’islamisme.

  • 10  Parmi les très nombreux travaux sur ce thème, cf. par exemple Willoughby J. (2006), « Ambivalent A (...)

18Ainsi, la structure de ces populations étrangères connaît une forte évolution alors que les flux d’arrivée de migrants se poursuivent. À l’exception du Koweït où leur nombre stagne, les migrants originaires des États arabes ont connu un triplement ou plus de leur effectif dans les pays de la rive sud du Golfe entre 1975 et 2005. Mais en proportion, ils sont désormais fortement minoritaires parmi les étrangers. Ainsi, les Égyptiens, initialement les étrangers les plus nombreux et formant toujours la plus importante communauté arabe immigrée dans le Golfe, ne constituent plus, en 2005, une proportion importante parmi les migrants qu’en Arabie Saoudite et au Koweït. À l’échelle du Golfe, ce sont désormais l’Inde et le Pakistan qui se hissent au rang des deux premiers pays de provenance des travailleurs migrants, la répartition de ces deux populations augmentant selon un gradient nord-ouest, sud-est10.

  • 11  Par exemple dans le domaine des métiers de bouche où se trouvent de nombreux Français, le secteur (...)

19Les expatriés occidentaux, peu nombreux, ne doivent toutefois pas être négligés. Ils forment de petites communautés, principalement nord-américaines, européennes, australiennes, jouant un rôle important du fait de leur haut niveau de qualification ou de leur spécialisation11. Le besoin en main-d’œuvre qualifiée devient d’ailleurs l’enjeu majeur pour ces pays dont les économies sont aujourd’hui engagées dans des stratégies post-pétrolières. Si les hauts salaires réservés aux cadres supérieurs restent attractifs, il apparaît désormais difficile, dans un contexte de croissance rapide des économies asiatiques, d’attirer et de retenir des personnels de qualification moyenne. Cette situation conforte la diversification des régions d’origine. Les travailleurs les moins qualifiés, qui proviennent pour l’essentiel d’Asie du Sud, avec désormais de nombreux ressortissants du Bengladesh, doivent maintenant être recrutés parmi les communautés les plus défavorisées dans leur propre pays, voire de régions reculées de Chine ou d’autres pays asiatiques (Népal, Vietnam…).

20La poursuite de la croissance appelle de nouvelles migrations, tout particulièrement dans le cadre de la complexification des économies qu’implique la mise en place de stratégies visant à construire des économies post-pétrolières dans lesquelles le rôle des activités informationnelles et culturelles est déterminant. La diversification des origines de la main-d’œuvre s’accompagne d’une diversification des types et des niveaux de qualification, une partie des nouveaux venus devant occuper des postes hautement qualifiés participant d’une économie de la connaissance. Cette tendance nouvelle qui s’installe au milieu de la décennie 2000 contribue à accentuer la différenciation entre les villes, non seulement du point de vue de leur rythme de croissance, mais aussi sur le plan des dynamiques sociales. La diversification des activités induit une complexification des systèmes sociaux qui les fait répondre fortement au modèle des villes des pays émergents, tout particulièrement asiatiques, par exemple les villes chinoises, indiennes, thaïlandaises ou malaisiennes. L’importance des populations étrangères conduit cependant les sociétés urbaines du Golfe à présenter un ensemble de caractères très originaux.

21Le caractère le plus marquant concerne évidemment le nombre d’immigrés dans la population urbaine totale qui peut, dans certains cas, être très majoritairement étrangère. Les trois agglomérations qui enregistrent le taux de croissance le plus rapide, Doha, Abou Dhabi et Doubaï, ont une proportion d’étrangers exceptionnellement importante, respectivement 94 %, 88 % et 89 %. Moins élevés, les taux d’étrangers sont toutefois très forts à Koweït City, Dammam, Manama ou encore Mascate. Un tel phénomène est observable dans l’ensemble des grandes villes de la région et se rencontre aussi dans les villes de moindre taille. Le pourcentage d’étrangers y est plus réduit, mais n’en représente pas moins une part non négligeable des populations. Sur la rive iranienne, les nombreux travailleurs venus des régions du Nord du pays apparaissent aussi comme une population allogène au sein des communautés locales, tandis qu’une immigration afghane, largement clandestine, se fixe ou transite dans l’espoir de gagner l’autre rive. Quant aux villes irakiennes, elles ont été tellement bouleversées par les déplacements de population consécutifs à la guerre que bon nombre de leurs habitants n’y résidaient pas dix ou vingt ans auparavant. Au-delà de l’importance des populations étrangères, ou du moins extérieures à la région, d’autres caractères liés au phénomène migratoire rendent ces populations spécifiques. Les migrants restant majoritairement des hommes de 20 à 40 ans, les pyramides des âges de ces villes montrent toujours une surreprésentation des jeunes adultes ainsi qu’un sex-ratio très déséquilibré.

22Concernant la stratification sociale de la population urbaine, il est difficile d’obtenir des informations homogènes pour l’ensemble des villes de la région étudiée. Quelques recensements offrent toutefois des informations précises à l’échelle des localités et d’autres proposent des données à l’échelle régionale qui permettent de saisir sans ambiguïté les tendances de l’organisation sociale dans les villes de ces territoires où le taux d’urbanisation dépasse 90%. L’analyse de ces données pour les grandes villes de la rive arabe, - l’Iran et l’Irak constituant des cas d’espèces ne seront pas traités ici -, met partout en avant des caractéristiques similaires.

3. Des populations en voie de diversification

  • 12  Davis Make (2006), Fear and Money in Dubai, New Left Review, n° 41.

23L’immigration massive et récente que nous venons de présenter caractérise les sociétés urbaines du Golfe au point qu’une des thèses consiste à les présenter comme des sociétés intrinsèquement éclatées. Tout d’abord, un fossé profond séparerait population locale et populations étrangères. Ensuite, ces dernières seraient fondamentalement divisées entre, d’une part, les personnes vivant en famille, d’autre part, celles qui ne peuvent pas faire venir leurs proches restés au pays et ne sont présentes que pour leur envoyer de l’argent. Enfin, une très forte fragmentation résulterait de la diversité des origines géographiques, des appartenances ethniques, des langues, des croyances religieuses. Sur la rive arabe, les nationaux des différents États, enrichis par les revenus des hydrocarbures et associés à un ensemble de cadres supérieurs très largement occidentaux, constitueraient une élite très privilégiée, tandis que des travailleurs pauvres et peu qualifiés assureraient les divers services et poursuivraient la construction des infrastructures dans des villes sans cesse en développement. Ce clivage est d’ailleurs présenté comme intrinsèque d’un nouveau monde capitaliste en cours d’établissement à l’échelle mondiale. Doubaï serait ainsi l’archétype d’un futur urbain présenté comme apocalyptique dans de nombreux articles de journaux et magazines, mais aussi dans certains ouvrages rédigés par des universitaires12.

24La vision des sociétés du Golfe présentée ici est autre. Elle ne remet pas en question le clivage réel entre population locale et population immigrée, ni l’existence dans ces villes d’une élite sociale très privilégiée bénéficiant du contrôle de la rente pétrolière, ni la présence d’ouvriers pauvres venus d’Asie trimant sur les chantiers et vivant dans les campements temporaires sommaires qui leur sont réservés. En revanche, elle analyse ces villes comme des lieux dans lesquels se développent depuis une dizaine d’années, voire davantage dans quelques cas, une économie et une société du même type que celles qui exsistent dans les pays les plus avancées ou dans certains pays émergents. Cette économie et cette société sont fondées sur les activités produisant ou mettant en œuvre des biens de haute technologie et sur les couches sociales qui les créent et les maîtrisent. Dans les villes du Golfe, le développement aujourd’hui en cours de nombreuses activités tertiaires, en particulier du tertiaire supérieur, mais aussi d’industries lourdes, est l’effet d’un processus de diversification des économies urbaines lié à la volonté, souvent la nécessité, de construire une économie post-pétrolière. Certes, la tertiairisation dans ces villes repose encore sur peu de secteurs. La banque et la finance sont très importantes, liées à la gestion des capitaux produits par l’exportation des hydrocarbures. Le commerce international apparaît solide, lié au développement de zones d’entrepôts construites à l’arrière des ports et redistribuant les produits dans l’ensemble de la région. Le tourisme est en pleine expansion, offrant séjours dans des hôtels internationaux, activités balnéaires et randonnées dans le désert, tourisme culturel et shopping dans des souks revisités et d’immenses malls. Ce modèle économique a été initié par Doubaï et Bahreïn, deux États qui ne possédaient pas de réserves importantes en hydrocarbures et se sont engagés dans le développement d’activités non pétrolières dès le début des années 1980. Ils ont déjà acquis une réputation en ces domaines : Doubaï avec le commerce de réexportation et le tourisme international, Bahreïn avec le secteur bancaire et un tourisme régional, essentiellement saoudien. Quant au développement industriel, il repose encore largement sur des activités directement liées au pétrole (raffinage, pétrochimie) ou fortement consommatrices en énergie en particulier la production d’aluminium.

  • 13 Philippe Cadène (2008), « Société de la connaissance et politiques dedéveloppement aux Émirats Arab (...)
  • 14 Richard Florida (2002), The Rise of the Creative Class. And How It's Transforming Work, Leisure and (...)
  • 15  Brigitte Dumortier (2008), « Les Émirats arabes unis : pétrole et société de la connaissance », Ma (...)
  • 16 Christopher Davidson M., Mackenzie-Smith Peter (Eds.) (2008), Higher Education in the Gulf : Buildi (...)
  • 17  Nermine El Shimy (2008), Les processus d’adaptation à la mondialisation aux Émirats arabes unis : (...)

25Les politiques de développement des États ou des villes ont, par ailleurs, l’ambition de poursuivre le processus de diversification économique par la construction d’une économie de la connaissance. Le modèle suivi a déjà fait la richesse de nombreuses régions dans le monde. Il met en synergie des activités mobilisant des technologies et des compétences de haut niveau dans des branches variées, à l’exemple de la finance la plus pointue, de la recherche et du développement, de l’enseignement supérieur, du tourisme international de luxe, des activités culturelles et sportives prestigieuses, des aéroports modernes associés avec des compagnies aériennes de niveau international13…Il implique une capacité à attirer une main-d’œuvre hautement diplômée, à forte compétence, définie comme les « travailleurs du savoir » et présentée par Richard Florida14, qui a forgé ce terme, comme le groupe social clé des sociétés modernes. La seule évolution de l’exploitation des hydrocarbures a contribué à placer une bonne part des villes du Golfe sur cette voie. Les activités qui lui sont liées relèvent, en effet, des hautes technologies et drainent vers la région non seulement de nombreux ingénieurs fortement qualifiés, mais aussi des institutions de formation et de recherche spécialisées15. D’une manière générale, l’éducation est partout devenue une priorité et chacun des États s’efforce de se doter d’établissements d’enseignement supérieur de qualité16. Il s’agit plus généralement de produire et d’attirer les compétences afin de favoriser l’établissement d’activités économiques dans les secteurs innovants et, à ce titre, les plus profitables. La réalisation de zones économiques spéciales et autres zones franches spécialisées où les entreprises étrangères peuvent s’établir en évitant les contraintes liées à la kafala, c’est-à-dire l’obligation d’avoir un répondant local, est un élément clé de cette stratégie17. La construction de centres de congrès pour accueillir des conférences internationales, la création d’institutions culturelles, notamment de musées, la réalisation de voies rapides dans les villes, d’aéroports modernes à leur périphérie, de réseaux de télécommunication efficaces participent aussi de cette politique qui entend créer les conditions indispensables au fonctionnement de l’économie la plus moderne, fondée sur la création, la manipulation et la circulation des connaissances.

26Les statistiques relatives aux catégories socioprofessionnelles ou aux actifs employés dans les diverses activités économiques ne permettent guère une analyse sociologique fine de ces villes. Les données fournies par les services statistiques, complétées par la conduite d’enquêtes, par des séjours prolongés en plusieurs lieux de la région ainsi que par le partage de la vie quotidienne aux Émirats Arabes Unis, permettent néanmoins d’esquisser un cadre général des divisions au sein des sociétés urbaines du Golfe, une approche qui reste toutefois à approfondir et à documenter. Il apparaît en première analyse que les grandes villes du Golfe possèdent incontestablement les caractéristiques de sociétés urbaines des pays les plus développés en ce qu’elles combinent fortes inégalités et multiculturalisme.

27À l’instar des sociétés développées, les groupes situés au sommet des systèmes sociaux, qui sont en faible nombre, n’ont pas une véritable présence dans la vie urbaine. Ici, il s’agit principalement des familles régnantes, occupant les postes clés au sein des États, de l’ensemble des familles de sheikhs et des familles marchandes qui leur sont liées et qui, entretenant entre elles de fortes relations au sein de chaque État, composent un réseau complexe18. Aujourd’hui, avec la construction d’une économie à l’échelle du Golfe au travers des investissements et prises de participation dans des sociétés, elles apparaissent de plus en plus liées à l’échelle des divers pays du GCC19. Au sommet du système social se trouvent également quelques conseillers et experts étrangers, originaires de pays occidentaux, de pays arabes extérieurs au Golfe ou d’Asie du Sud. Installées depuis plusieurs décennies, ces personnes, par leur fortune, leur position à proximité du pouvoir ou à la direction de puissantes entreprises ou institutions locales, possèdent une capacité de décision qui justifie de les classer parmi les groupes au pouvoir. Déterminant pour la dynamique économique mais aussi sociale des divers États, cet ensemble de personnes participe aux décisions essentielles, à la définition des politiques économiques aussi bien qu’aux décisions d’investissement, mais ne jouent pas de rôle dans la détermination des modèles en œuvre dans la vie urbaine.

  • 20  Depuis les débuts de la sociologie, le thème des classes moyennes ou des couches moyennes, dépasse (...)
  • 21  Cf. Solayman Khalaf (2006), « The evolution of the Gulf city type, oil and globalization », in Joh (...)

28Comme dans les villes des pays développés ou émergents, étroitement intégrées par la mondialisation, ce sont les couches moyennes qui créent la dynamique de la vie urbaine. Celles-ci, dont les caractéristiques font l’objet d’un débat depuis les débuts de la sociologie, sont en effet envisagées ici comme un ensemble de groupes sociaux très hétérogènes quant à leur statut économique, mais toujours détenteurs d’un niveau de connaissances leur permettant de répondre aux besoins en compétences techniques des sociétés mondialisés et possédant en retour des revenus de leur travail suffisants pour participer à la culture consumériste qui caractérise ces sociétés. Elles apparaissent à ce titre centrales dans la dynamique des sociétés contemporaines, tout en présentant une grande fragilité, tout particulièrement dans le cas des groupes qui se situent au bas du système hiérarchique qu’elles constituent20. Dans les grandes villes du Golfe, résidant dans de spacieuses villas ou de confortables appartements, les membres des couches moyennes occupent activement les lieux qui symbolisent ces cités : malls, lobbies et restaurants des grands hôtels,  spas, clubs de sport, marinas… Ces groupes sociaux, dont le développement accompagne l’avancée de la diversification économique, possèdent des statuts sociaux et économiques très variables. Il peut s’agir de familles originaires de ces villes ou du moins des États de la région qui bénéficient de revenus élevés grâce à la redistribution de la manne pétrolière. En proportion variable selon les villes en fonction de l’ancienneté de l’exploitation pétrolière, les membres de ces familles possèdent un bon niveau de qualification et occupent des emplois à responsabilité très bien rémunérés. Ces familles contrôlent par ailleurs souvent des affaires diverses, localement, mais aussi à l’étranger, généralement au travers de partenariats21. La majorité des membres des couches moyennes appartient toutefois à des familles expatriées dont au moins un des membres possède un haut niveau de qualification et occupe un emploi bien rémunéré, souvent dans un organisme d’expertise ou une firme internationale. Beaucoup de ces personnes sont occidentales, mais une proportion non négligeable d’entre elles sont originaires d’États arabes ou sont venues d’Inde ou du Pakistan. Ces familles appartenant aux couches moyennes peuvent aussi être formées de personnes occupant des emplois moyennement qualifiés. Il s’agit alors d’expatriés, occidentaux, arabes, asiatiques, dont les revenus sont plus faibles que ceux des familles précédentes, mais suffisent néanmoins pour leur permettre de fréquenter certains des lieux symboliques de la vie sociale des couches moyennes auxquelles elles appartiennent par leur mode de vie dont la motorisation individuelle est un attribut majeur.

29Les couches moyennes ne sont toutefois pas les seules à se développer au gré de la diversification économique. Un second groupe prend également de l’ampleur au sein des sociétés urbaines du Golfe. Il s’agit des couches populaires, dont les membres actifs sont principalement employés dans les bureaux des administrations et des entreprises ou ouvriers qualifiées, électriciens, menuisiers, mécaniciens... Ces couches sociales sont constituées le plus souvent d’expatriés originaires du monde arabe ou d’Asie, aux revenus relativement faibles, mais ne les excluant pas de la vie urbaine. Selon la chronologie du développement des villes où elles vivent, ces personnes peuvent être installées avec leur famille depuis longtemps, par exemple à Koweït City, ou être arrivées voilà une décennie seulement, voire quelques années, et n’avoir leur famille avec elles que plus récemment, par exemple à Abou Dhabi ou à Doha. Elles peuvent aussi immigrer sans leur famille et résider chez des parents ayant émigré avant elles ou partager un logement avec des collègues ou des compatriotes. Elles se rendent dans les malls, souvent en taxi, ne possédant pas forcément d’automobile. Mais elles y achètent chichement, mêlées à une clientèle aux revenus plus élevés, bien plus consumériste. Elles fréquentent surtout des centres commerciaux plus modestes et des petites boutiques de quartier mieux adaptées à leur niveau de rémunération et qui tendent à reproduire l’atmosphère de leur pays d’origine. Parmi les membres des couches populaires, se trouvent dans certaines villes des populations locales appartenant à des communautés ou à des tribus spécifiques. Tel est le cas des Bidoun (les « sans ») à Koweït, ces populations nomades transfrontalières qui n’ont pas demandé la nationalité koweitienne au moment de l’indépendance et, juridiquement apatrides, se trouvent marginalisés au sein de la société ne bénéficiant pas de la redistribution des revenus des hydrocarbures et ne possédant pas les compétences scolaires permettant d’occuper des emplois correctement rémunérés.

30Dans cette brève analyse de la composition sociale dans les villes du Golfe, il est nécessaire de distinguer le groupe composé par le personnel de maison. Chaque famille aisée, mais aussi les membres des couches moyennes, emploie, en effet, une à plusieurs personnes. Il s’agit surtout de femmes venues d’Asie, en particulier des Philippines ou du Sri Lanka, secondairement de la Corne de l’Afrique, qui s’occupent des travaux ménagers, de la tenue des maisons, de la garde des enfants. Mais il peut s’agir aussi de chauffeurs, de jardiniers, d’hommes à tout faire. Ce sont donc des dizaines de milliers de personnes qui occupent ces emplois ancillaires. Hébergées par la famille pour qui elles travaillent, ces personnes ont des statuts extrêmement variables. Si certaines sont maintenues dans une situation de dépendance extrême dans les maisons où elles servent, beaucoup d’entre elles ont aujourd’hui la possibilité de bénéficier d’un minimum de vie sociale qu’elles partagent avec des personnes occupant les mêmes emplois qu’elles. Leur niveau de consommation est cependant très bas et elles fréquentent durant leur maigre temps libre les lieux de consommation de la ville où elles se rendent en bus sans pouvoir y faire des achats.

31Enfin, la part des ouvriers non qualifiés, pour la plupart employés pour des périodes limitées dans les entreprises de BTP, reste évidemment très importante, leur proportion étant d’ailleurs liée au rythme de l’expansion urbaine de chacune des villes. Au début de la décennie 2010, c’est ainsi à Abou Dhabi et à Doha qu’ils sont en proportion les plus nombreux, représentant près de la moitié de la population active. Concentrés dans des bâtiments précaires appartenant aux entreprises pour lesquelles ils travaillent, ils ne jouent partout qu’un rôle minimal dans la vie sociale, économisant la majeure part de leurs faibles revenus qu’ils envoient à leur famille restée au pays.

32Les données du recensement de 2009 à Doubaï permettent de se rendre compte de la diversification de l’économie. En effet, on y relève 78 000 actifs de l’Émirat occupés dans les affaires, 25 000 dans la finance et 14 000 dans l’éducation. Au total, ce sont 23,39 %, soit près du quart de l’ensemble de la population active, qui peuvent être classés parmi les couches moyennes et dont presque la moitié occupent des emplois de direction et d’encadrement ou sont membres de professions libérales appartenant ainsi à la frange supérieure des classes moyennes. Un autre quart de la population est formé d’ouvriers et d’employés qualifiés qui constituent la classe populaire. Les données du recensement montrent par ailleurs que les membres des couches moyennes supérieures vivent généralement à Doubaï avec leur femme et leurs enfants, mais que les membres des couches populaires aussi sont de plus en plus nombreux à faire venir leur famille et donc à participer plus activement à la vie de la cité. Ce recensement, présentant la situation sociale à Dubaï avant la crise du secteur de l’immobilier, montre aussi que sur 1 352 000 actifs, 579 000 travaillent dans le secteur de la construction, beaucoup étant des travailleurs faiblement qualifiés. La moitié de la population est ainsi composée d’ouvriers qui construisent la ville, mais n’y ont pas accès et la quittent le plus souvent dès la fin de leur contrat, soit la fin du chantier sur lequel ils travaillent.

33À quelques différences près, la situation sociale de l’ensemble des grandes villes de la rive arabe est très proche de celle de Doubaï. L’ancienneté de l’exploitation des hydrocarbures apparaît un facteur aussi puissant que la date de la mise en place d’une politique de diversification économique pour expliquer l’organisation sociale des villes. Koweit City et la conurbation de Dammam semblent ainsi posséder des structures sociales dans lesquelles les couches populaires sont très importantes numériquement, alors que Manama, Doha ou Abou Dhabi présentent des sociétés urbaines plus diversifiées, comme le sont leurs économies. Manama, où la part des étrangers est moindre que dans les autres grandes villes de la rive sud, présente la spécificité d’avoir une part de sa population nationale appartenant aux couches populaires, les inégalités sociales se doublant ici d’un clivage communautaire entre sunnites et chiites, au détriment de ces derniers. Doha ou Abou Dhabi sont des villes en pleine croissance où le nombre d’ouvriers engagés dans la construction représente près de la moitié de la population active totale et où les couches moyennes, déjà numériquement importantes, ne cessent de croître. La situation dans les oasis d’Al Ahsa ou d’Al Ain est légèrement différente. La proportion des couches moyennes y est peu élevée ; les couches populaires sont nombreuses. Mais la caractéristique de ces lieux réside surtout dans la proportion de nationaux qui atteint à peu près la moitié des habitants. Il en est d’ailleurs de même à Mascate en Oman ou à Ras Al Khaïmah, la ville la plus à l’est des Émirats arabes unis.

34Sur le littoral iranien, la caractéristique des villes portuaires comme Busheer ou Bandar Abbas réside surtout dans la dichotomie entre la population autochtone, souvent de religion sunnite, parfois arabophone ou pratiquant des dialectes arabo-persans, globalement faiblement qualifiée, et la population immigrée, venue du nord de l’Iran, chiite, persophone, qualifiée et participant des couches moyennes, même si les revenus dans ces villes sont bien moindres que sur l’autre rive.

35Enfin, les petites villes semblent partager tout autour du Golfe des caractéristiques communes. Elles sont encore largement engagées dans des activités traditionnelles, pêche sur les littoraux, agriculture dans les terres, et toujours commerce au service des populations environnantes. Elles ne sont pas nombreuses dans les territoires désertiques de la rive sud, mais elles existent néanmoins dans les lieux où l’irrigation est possible. Elles sont plus nombreuses en Oman, sur la côte ou sur les piémonts intérieurs, ainsi qu’en Iran, dans la plaine littorale au sud des monts Zagros.

Conclusion

36Les villes du golfe Arabo-persique se caractérisent par une croissance démographique et spatiale rapide qui, pour les plus grandes, se combine avec une diversification des activités et une complexification des systèmes sociaux. Ainsi, ces dernières agglomérations, aujourd’hui millionnaires alors qu’elles ne rassemblaient que quelques centaines de milliers d’habitants, voire bien moins, voilà quarante ou cinquante ans, s’apparentent aux grandes villes des pays émergents. Comme celles des pays émergents, les grandes villes situées autour du Golfe voisinent avec des villes moyennes aux activités de plus en plus spécialisées et avec des villes de plus petite taille dont beaucoup apparaissent quelque peu à l’écart de la dynamique de développement qui profite avant tout aux villes littorales situées au sommet de la hiérarchie urbaine.

37Ces villes des pays du Golfe possèdent toutefois des spécificités qui, outre leur croissance récente et particulièrement rapide, se trouvent dans le lien étroit entre les rythmes de leur développement et la dynamique des marchés pétroliers, ainsi que dans l’importance de l’immigration pour nourrir leur croissance. Ces caractères, qui concernent la totalité des villes autour du Golfe, s’affirment à mesure que la taille des entités urbaines augmente, les investissements dans les plus grandes villes visant désormais à la construction d’une économie post-pétrolière qui entraîne une forte diversification de l’origine géographique et des compétences professionnelles des migrants. Mais si ces villes ont des traits communs, leur dynamique de croissance, leur appartenance à tel ou tel État menant des politiques différentes, leur situation par rapport au littoral et leur poids démographique contribuent à les différencier et tendent à accroître les différenciations régionales existant de longue date autour du Golfe. Dans ce contexte de développement économique rapide appuyé par des flux migratoires très forts, les taux de croissance des villes entre 1987 et 2007 apparaissent comme un bon révélateur de ces différences.

Figure 4. Croissance des villes du Golfe entre 1987 et 2007

Figure 4. Croissance des villes du Golfe entre 1987 et 2007

Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.

38Deux groupes de villes, poursuivant une politique de diversification économique plus ou moins affirmée, se distinguent. Le premier, situé aux Émirats Arabes Unis, a pour cœur la conurbation Doubaï-Sharjah-Ajman dont le taux de croissance approche les 250 % au cours de la période. À celle-ci sont associées l’agglomération d’Abou Dhabi qui connaît un taux de croissance de 125 % s’accélérant à la fin de la décennie 2000, la ville oasienne d’Al Ain dont le taux de croissance s’élève à 185 %, et Ras Al Khaimah, ville moyenne à la croissance aujourd’hui très rapide. Ces quatre entités urbaines bénéficient de la dynamique fédérale qui entraîne des interactions très fortes et ne cesse de renforcer leur interdépendance. Le second groupe est formé de quatre villes : les agglomérations de Manama et de Doha qui connaissent une croissance très rapide entre 1987 et 2007, avec un taux supérieur à 280 % dans les deux cas ; la conurbation de Dammam-Dharan-Al Khobar, formant désormais le Grand Dammam, dont le taux de croissance est de 110 % ; l’agglomération d’Al Ahsa avec un taux de croissance de « seulement » 62 %. Les différences de rythme de croissance entre ces villes s’expliquent par leur appartenance à des États différents, les politiques urbaines des villes saoudiennes n’étant pas les mêmes que celles des capitales du royaume du Bahreïn et de l’émirat de Qatar qui sont, elles-mêmes, différentes du fait des différences de moyens entre ces deux derniers États. Les villes de ce groupe ont toutefois une commune aspiration à construire des économies post-pétrolières.

39Un autre groupe de villes enregistre des taux de croissance élevés sans atteindre les niveaux des villes précédentes et résultant manifestement des mouvements de population liés aux conflits de la période. Situé dans la partie la plus occidentale du Golfe, ce groupe comprend les villes du Sud de l’Irak et leurs voisines iraniennes. Les estimations concernant la ville de Khoramshar lui accordent un taux de croissance supérieur à 215 % pour la période 1987 à 2007. Pour Bassora, les estimations indiquent un taux de 154 %, pour Abadan 135 % et pour Al Zubayr 110 %.

40Un ensemble de villes se caractérise par des taux de croissance modérés, dont deux agglomérations de grande taille, Riyad et Koweit City avec des taux voisinant 90 %. Leurs politiques de développement ne se calquent pas sur le modèle de Doubaï. Riyad est marquée par la politique du royaume dont elle est la capitale, combinant gestes monumentaux impressionnants et méfiance envers l’Occident. Koweït City, quant à elle, souffre encore des conséquences de la guerre, qui rendent hésitants aussi bien les investisseurs locaux qu’étrangers, ce qui ne permet pas la concrétisation de nombreux projets ambitieux.

41Enfin, la large majorité des villes petites et moyennes de la région connaît des taux de croissance inférieurs à 70 % pour la période considérée. En Irak et en Iran, où elles sont éloignées des centres de décisions, les villes de cette catégorie ne semblent pas bénéficier directement de la dynamique apportée par l’exploitation des hydrocarbures. En Oman, elles semblent souffrir de la faible capacité d’investissement de l’État et de l’attraction de la région capitale malgré une politique d’aménagement du territoire visant à enrayer l’exode rural.

42Ainsi, la croissance des villes autour du Golfe apparaît liée à l’existence de politiques urbaines visant, grâce aux investissements autorisés par l’exploitation des hydrocarbures, à la mise en place d’une économie post-pétrolière qui conduit à une très forte immigration de travailleurs aux compétences très diverses. C’est là une conclusion importante du travail. Loin d’être simplement des sociétés divisées entre, d’une part, des populations très riches composées de familles autochtones et d’étrangers hautement qualifiées, le plus souvent anglo-américains, d’autre part, des travailleurs pauvres, venus sans leur famille dans le cadre de contrats temporaires, les agglomérations urbaines du Golfe voient se développer une diversité de groupes sociaux hiérarchisés. Ils correspondent à des couches moyennes plus ou moins aisées et à des couches populaires plus ou moins à même de participer à la dynamique de consommation. Cette complexité sociale est caractéristique d’une partie des grandes villes, fortement intégrées dans les processus de mondialisation, laissant dernière elles les villes petites et moyennes ne bénéficiant pas des politiques d’investissements étatiques relayées par les milieux financiers internationaux.

Haut de page

Bibliographie

ABDULLA Abdulkhaleq (2012), « The Arab Gulf moment », in David Held, Kristian Ulrichsen (Eds.), The transformation of the Gulf. Politics, economics and the global order, London and New York, Routledge.

ACUTO Michele (2010), « High-rise Dubai urban entrepreneurialism and the technology of symbolic power », Cities, vol. 27, n° 4, pp. 272–284

AL FAHIM Mohammed (1995), From Rags to Riches : A Story of Abu Dhabi, London, I.B. Tauris.

AL-RASHEED Madawi (2005), Transnational connections and the Arab Gulf, London and New-York, Routledge.

CADÈNE Philippe, DUMORTIER Brigitte (2011), Atlas des pays du Golfe, Paris, PUPS - RFI.

CADÈNE Philippe, DUMORTIER Brigitte (2009), Les pays du Conseil de coopération du Golfe : à nouvelles tendances migratoires, nouvelles politiques ?, Maghreb-Machreck, n° 199, pp. 101-120.

DAVIDSON Christopher (2008), Dubai : The Vulnerability of Success, New York, Columbia University Press.

DAVIDSON Christopher (2009), Abu Dhabi : Oil and Beyond, New York, Columbia University Press.

DUMORTIER Brigitte [éd.] (2008), Mondialisation et société de la connaissance aux Émirats arabes unis, Paris, Éditions Choiseul.

DUMORTIER Brigitte (2008), Les Émirats arabes unis : pétrole et société de la connaissance, Maghreb-Machrek, n° 195, pp. 41-56.

DUMORTIER Brigitte, LAVERGNE Marc (2002), L'Oman contemporain : État, territoire, identité, Paris, Karthala.

ELSESHTAWY Yasser [ed.] (2008), The Evolving Arab City. Tradition, Modernity and Urban Development, London/New York, Routledge.

ELSHESTAWY Yasser (2010), Dubai: Behind an Urban Spectacle, Oxfordshire/New York, Routledge.

FOX John W., Al-MUTAWA Mohammed, MOURTADA-SABBA Nada (2006), Globalism and the Gulf, London/New York, Routledge.

FUCCARO Nelida (2009), Histories of City and State in the Persian Gulf : Manama since 1800, Cambridge University Press.

GARDNER Andrew (2010), City of Strangers: Gulf Migration and the Indian Community in Bahrain, New York, ILR Press.

HVIDT Martin (2009), The Dubai Model : An Outline of Key Development-Process Elements in Dubai, International Journal of Middle East Studies, vol. 41, n° 3, pp. 397- 418.

KAPISZEWSKI Andrzej (2001), National and Expatriates. Population and Labour Dilemmas of the GCC States, Reading, Ithaca Press.

LADIER-FOULADI Marie (2009), Iran : un monde de paradoxes, Nantes, L’Atlante.

MOGHADAM Amin (2009), L’autre rive: les Iraniens aux Émirats arabes unis, entre visibilité et invisibilité, Maghreb-Machreck, n° 201, pp. 79-92.

NADEYA Sayed Ali (2003), Population and development of the Arab gulf states : the case of Bahrain, Oman and Kuwait, Farnham, Surrey, Ashgate Publishing.

PACIONE Michael (2005), City profile Dubai, Cities, vol. 22, n° 3, pp. 255-265.

RAMAKRISHNAN A. K [ed.] (2012), Society & Change in the Contemporary Gulf, New Dehli, New Century Publication.

RIVLIN Paul (2010), Abu Dhabi : Oil and Beyond, Middle Eastern Studies, vol. 46, n° 2, pp. 320-322.

SHAH Nasra (2004), Gender and Labour Migration to the Gulf Countries, Feminist Review, n° 77, pp. 183-185.

VENIER Philippe (2009), Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats arabes unis, Maghreb-Machreck, n° 199, pp. 121-138 .

VISSER Reidar (2006), Basra, the Failed Gulf State : Separatism and Nationalism in Southern Iraq, Berlin, Lit Verlag.

ZOGBY James (2007), Shedding light on the Gulf’s middle class, Mc Kinsey Quaterly.

Haut de page

Notes

1  Nous reprenons ici le découpage que nous avons déjà choisi pour réaliser l’ouvrage suivant : Cadène Philippe et Dumortier Brigitte (2011), Atlas des pays du Golfe, Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne et RFI.

2  L’importance de Dubai dans la région a conduit à la publication de nombreux ouvrages abordant la ville de manière très contradictoire. Voir par exemple Elsheshtawy Yasser (2010), Dubai : Behind an Urban Spectacle, Londres/NewYork, Routledge et Mike Davis (2007), Le stade Dubaï du capitalisme, Paris, Les prairies ordinaires.

3  Les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) ont adopté la directive du Comité économique et social des Nations Unies proposant à tous les pays du monde d’effectuer un recensement en 2010. Désirant par ailleurs coordonner leurs opérations de comptage, les six États se sont engagés dans une opération de recensement en 2010 ou 2011, mais les résultats ne sont pas encore pleinement utilisables. Dans le cas de l’Iran, il a été décidé que le rythme des recensements deviendrait quinquenal afin de renforcer le contrôle de l’État sur les populations. Le premier de ces recensements quinquenaux a donc eu lieu en 2011 et les résultats ne sont pas encore publiés en 2012. En Irak, la désorganisation de l’État et l’insécurité n’ont pas permis la réalisation d’un recensement en 2010 comme projeté.

4  Potts Daniel (1990), The Arabian Gulf in Antiquity (2 volumes), Oxford, Clarendon Press.

5  Kapiszewski A. (2001), National and Expatriates Population and Labour Dilemnas of the GCC States, Reading, Ithaca Press.

6  Farmanesh Amir (2009), Regional dimensions of economic development in Iran : A new economic geography approach, University of Maryland, MPRA Paper N° 13580, Online at http://mpra.ub.uni-muenchen.de/13580/

7  Moghadan Amin (2008), La zone franche : implications économiques et territoriales du projet “Qeshm Free Area” dans le sud iranien, Université Paris Sorbonne, Master d’aménagement et d’urbanisme.

8  Cadène Philippe, Dumortier Brigitte (2009), Les pays du Conseil de coopération du Golfe : à nouvelles tendances migratoires, nouvelles politiques ?, Maghreb-Machrek, n° 199 et Cadène Philippe, Dumortier Brigitte (2008), L'impact politique des flux migratoires dans les pays du Conseil de coopération du Golfe, L'espace politique, n° 4, http://espacepolitique.revue.org/index706.html

9  Kouaouci A. (2006), « Migrations internationales vers les pays du Golfe : ce que la guerre en 1991 a changé », Les migrations internationales, observation, analyse et perspective, Budapest, AIDELF.

10  Parmi les très nombreux travaux sur ce thème, cf. par exemple Willoughby J. (2006), « Ambivalent Anxieties in the South-Asian-Gulf Arab Labor Exchange », in J. Fox, N. Mourtada-Sabbah, M. al-Mutawa (dir.), Globalization and the Gulf, Londres et NewYork, Routledge, et Venier Ph. (2009), Stratégies d’ancrage des immigrés kéralais (Inde du Sud) dans les villes des Émirats arabes unis, Maghreb-Marchrek, n° 199.

11  Par exemple dans le domaine des métiers de bouche où se trouvent de nombreux Français, le secteur hippique où sont employés bon nombre de Britanniques, certaines professions para-médicales, etc…

12  Davis Make (2006), Fear and Money in Dubai, New Left Review, n° 41.

13 Philippe Cadène (2008), « Société de la connaissance et politiques dedéveloppement aux Émirats Arabes Unis », in B. Dumortier (dir.), Mondialisation et Société de la Connaissance aux Émirats Arabes Unis,Maghreb-Machrek, n° 195.

14 Richard Florida (2002), The Rise of the Creative Class. And How It's Transforming Work, Leisure and Everyday Life, Basic Books et Richard Florida (2005), Cities and the Creative Class, London, Routledge.

15  Brigitte Dumortier (2008), « Les Émirats arabes unis : pétrole et société de la connaissance », MaghrebÉMachrek, n° 195, pp. 41-56.

16 Christopher Davidson M., Mackenzie-Smith Peter (Eds.) (2008), Higher Education in the Gulf : Building Economies, Politics and Cultures, London, Saqi Books ; Nadia Sabri (2008), L’implantation et l’évolution d’un système éducatif national aux Émirats arabes unis, Maghreb-Machrek, n° 195.

17  Nermine El Shimy (2008), Les processus d’adaptation à la mondialisation aux Émirats arabes unis : des zones franches aux zones économiques spéciales, Maghreb-Machrek, n° 195 ; Brigitte Dumortier (2010), « Les zones franches de la péninsule Arabique et du golfe Persique », in François Bost (dir.), Atlas mondial des zones franches, Economica.

18  J.E. Peterson (2007), « Rulers, Merchants and Shaikhs in Gulf Politics », in Alanoud Al Sharek, The Gulf Family. Kingship, Policies and Modernity, London, SAQI Bokks with London Middle East Institute, SOAS.

19  Adam Hanieh (2011), Capitalism and Class in the Gulf Arab States. New York, Palgrave Macmillan.

20  Depuis les débuts de la sociologie, le thème des classes moyennes ou des couches moyennes, dépassement d’une vision bipolaire de la société, reste d’un abord très complexe, tant au niveau des données objectives qu’en termes de représentations. L’analyse ici proposée se fonde sur les auteurs présentant la question de la connaissance comme fondamentale des nouvelles divisions sociales [Alain Touraine (1991), Face à l’exclusion, in Citoyenneté et urbanité, Paris, Éditions Esprit] et défendant l’idée d’une “moyennisation” des sociétés contemporaines [Henri Mendras, avec la collaboration de Laurence Duboys-Fresney (1988 [1994]) La seconde révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard], idée dont la réalité doit être prise en compte partout dans le monde [Bernard Kayser (Ed.) (1985), Pour une analyse de la classe moyenne dans les pays du Tiers-Monde, Revue Tiers-Monde, vol. 26], mais qui doit être relativisée par la prise en compte d’une individualisation des modes de différenciation [Pierre Rosanvallon (1995), La nouvelle question sociale, Paris, Seuil] et de la fragilisation des statuts de couches moyennes [Louis Chauvel (2006), Les Classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil].

21  Cf. Solayman Khalaf (2006), « The evolution of the Gulf city type, oil and globalization », in John W. Fox et al., Globalization and the Gulf, London and NewYork, Routledge.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les populations des agglomérations en 1987
Crédits Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2. Population des agglomérations urbaines en 1997
Crédits Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 3. Population des agglomérations urbaines en 2007
Crédits Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 4. Croissance des villes du Golfe entre 1987 et 2007
Crédits Source : Estimations de l’auteur à partir des recensements nationaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Cadène, « Croissance urbaine, migrations et diversification sociale dans le golfe Arabo-persique », Espace populations sociétés, 2012/2 | 2012, 15-32.

Référence électronique

Philippe Cadène, « Croissance urbaine, migrations et diversification sociale dans le golfe Arabo-persique », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/4933 ; DOI : 10.4000/eps.4933

Haut de page

Auteur

Philippe Cadène

Professeur
Université Paris Diderot
Détaché au département de Géographie et Aménagement de l'Université Paris Sorbonne Abu-Dhabi
philippe.cadene@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org