Navigation – Plan du site
Editorial

Changement démographique et changement social dans les États du golfe Arabo-persique

Brigitte Dumortier
p. 3-7

Texte intégral

  • 1  Khouzestan, Busheir, Hormuzgan et Baloutchistan (dans la province de Seistan et Baloutchistan) en (...)
  • 2  La plus précise et la plus précieuse est constituée par les 2000 pages du volume 2 de John Gordon (...)

1États de faible superficie (Koweït, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis) ou provinces littorales de pays plus vastes (Iran, Irak, Arabie Saoudite, Oman), les territoires riverains de la mer semi-fermée appelée golfe Persique dans la tradition européenne, mais revendiquée comme golfe Arabe par sept pays riverains de l’autre rive, ne doivent aucunement leur importance géopolitique et géostratégique à leur poids démographique. En effet, ils ne totalisent guère plus de 25 millions d’habitants en 2011. Ce chiffre, qui inclut les très nombreux étrangers travaillant et résidant sur la rive arabe du Golfe, est obtenu en cumulant la population totale des petits États riverains du Golfe et la population des provinces littorales concernées1 pour les États plus vastes dont seule une partie du territoire national ressort stricto sensu de l’appellation « Pays du Golfe ». Ces derniers, qui représentent moins de 0,5 % de la population mondiale, doivent, comme chacun sait, leur place sur la scène mondiale à leur importance majeure dans l’approvisionnement du monde en pétrole et en gaz, en termes de production et plus encore de réserves. Dans ces régions de faible densité, marquées par l’aridité jusque sur la côte, prévalaient depuis cinq millénaires le nomadisme et une organisation tribale de la société dans le cadre d’une économie traditionnelle fondée sur la mobilité et la maîtrise de l’eau, mettant à profit la complémentarité entre le désert, la mer et les oasis. La découverte et l’exploitation des hydrocarbures vont engendrer un véritable bouleversement dans un univers qui avait peu changé au fil des siècles, modifiant brutalement et spectaculairement modes de vie et paysages. Dans les limites adoptées pour 2011, si l’on se fonde sur des sources britanniques de l’époque2, la population de la région ne devait pas excéder un million d’habitants en 1900. On peut l’estimer avec moins d’incertitude à 5 millions en 1950. Dès lors, son augmentation spectaculaire s’est nourrie de flux migratoires massifs, internationaux, mais aussi, en particulier en Iran et dans une moindre mesure en Oman et en Arabie Saoudite, interrégionaux au détriment des provinces de l’intérieur.

Tableau 1. Évolution de la population des États entièrement ou partiellement riverains du Golfe

      Estimation
État

en 1900

en 1950

en 1970

en 1990

en 2010

Iran

10 000 000

17 414 000

28 662 000

54 871 000

73 974 000

Irak

2 000 000

5 719 000

10 022 000

17 374 000

31 672 000

Koweït

40 000

152 000

753 000

2 088 000

2 737 000

Arabie Saoudite

3 121 000

5 772 000

16 139 000

27 448 000

Bahreïn

70 000

116 000

212 000

493 000

1 262 000

Qatar

11 000

25 000

108 000

474 000

1 759 000

E.A.U.

70 000

70 000

232 000

1 809 000

7 512 000

Oman

214 000

456 000

732 000

1 868 000

2 782 000

Source : Diverses évaluations britanniques pour 1900 et World Population Prospects pour 1950-2010.

2L’impact démographique du pétrole est connu. Tandis que le Golfe constitue désormais un des trois grands bassins récepteurs mondiaux de migrants avec l’Amérique du Nord et l’Europe occidentale, une sédentarisation rapide a transformé les Bédouins en citadins ; des petits ports sont devenus des villes importantes et les oasis se retrouvent enchâssées dans le tissu urbain. L’écrasante majorité des habitants vit dans des villes, plus particulièrement de grandes agglomérations littorales à la croissance démographique et spatiale rapide et souvent millionnaires. L’analyse minutieuse des modalités de la croissance des villes situées sur les deux rives du Golfe contredit l’idée répandue de sociétés urbaines dichotomiques. Les réalités sociales et culturelles de plus en plus complexes qui ressortent du traitement des données disponibles et du travail de terrain se caractérisent par l’essor des couches moyennes et le multiculturalisme (Philippe Cadène). Elles présentent des traits spécifiques communs à l’ensemble des sociétés urbaines de la région tout en mettant à jour des différenciations entre les villes.

  • 3  Alliance régionale regroupant Koweït, Arabie Saoudite, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis, Oman.

3Encore dominées par de jeunes actifs masculins, les migrations se traduisent par une structure par âge particulière et un sex ratio déséquilibré. La présence et l’afflux massifs d’étrangers, qui restent difficiles à quantifier, concernent les États du Conseil de Coopération du Golfe3 alors que l’Iran et l’Irak présentent des bilans migratoires déficitaires et une faible proportion d’étrangers. Un nombre croissant d’articles, d’ouvrages collectifs, de colloques ont abordé la question des migrations dans le Golfe, souvent davantage du point de vue des pays émetteurs que des récepteurs. Les grandes questions sont connues : asiatisation de la main-d’œuvre et recul de la composante arabe ; clivage nationaux/étrangers ; protection des plus démunis, en particulier travailleurs de chantiers et personnel domestique. Des travaux récents centrés sur l’évolution des politiques migratoires et l’apport des chercheurs du Sud, notamment Indiens et Philippins, ont contribué à l’enrichissement des points de vue. De nouvelles vagues de migrants, entre autres Chinois, mais aussi Latino-américains, attestent la mondialisation du bassin de recrutement. Il convient donc de procéder à des actualisations et d’affiner les analyses. L’étude des travailleurs népalais, fortement demandés, mais cantonnés à des travaux non qualifiés (Tristan Bruslé), aborde une population nouvellement arrivée. Celle des Indiens du Kerala, remarquables par la précocité de leur présence, leur importance numérique et leur positionnement professionnel moins subalterne (Philippe Venier) illustre l’accroissement des migrations familiales et l’évolution des stratégies migratoires. Abordées sous l’angle des représentations, au demeurant passablement éloignées de la diversité des situations observables sur le terrain, les Marocaines offrent l’exemple de l’essor des populations en provenance du Maghreb et de la montée des migrations de femmes seules (Wafae Ben Abdebenni, Ablame Rahmi).

4Compte tenu des dynamiques à l’œuvre dans ces pays, nombre d’idées reçues sont à battre en brèche, non seulement du point de vue des migrations, mais aussi du point de vue du mouvement naturel. L’exploitation du registre des naissances permet d’inférer des changements rapides en matière de nuptialité et de fécondité (Dominique Creton). Les revenus du pétrole ont permis la mise en place de systèmes éducatifs et de systèmes sanitaires, inexistants jusqu’alors dans la plupart des États de la région, hormis l’Iran et l’Irak, dotés plus précocement d’un État de type moderne que leurs voisins. Cela n’a pas manqué d’avoir un impact fort sur les indicateurs démographiques, notamment un recul drastique de la mortalité infantile et un allongement de l’espérance de vie. Le taux de scolarisation, y compris des filles, puis, avec un décalage lié à l’inertie des vieilles générations très majoritairement analphabètes dans un contexte conjuguant transmission orale des savoirs et respect du Livre, le taux d’alphabétisation s’est élevé rapidement. Ces changements ont hissé ces pays, que leurs indicateurs économiques situent parmi les plus riches au monde, vers le haut des classements selon l’indice de développement humain (IDH). Excepté l’Irak qui peine à sortir du chaos, les pays du Golfe se situent parmi les pays à IDH très élevé ou élevé. Bien que le revenu national brut par habitant intègre autant la richesse du pays que le nombre d’habitants, il est clair que la corrélation entre la richesse pétrolière et l’IDH n’est pas absolue. Cela reflète des différences de priorités ou d’efficacité dans les politiques publiques, mais aussi l’ancienneté de l’exploitation pétrolière comme l’illustre le cas de Bahreïn qui se situe dans la catégorie des pays à développement humain très élevé bien que les gisements bahreïniens mis en exploitation dès 1932 soient épuisés depuis plusieurs années. Urbanisation et progrès de l’éducation sont à prendre en compte pour appréhender une réalité complexe, en rapide évolution et diversifiée à grande échelle. Souvent paradoxale, que ce soit la transition démographique rapide de l’Iran qui doit faire face à la question du vieillissement ou la question du divorce en Arabie Saoudite (Françoise de Bel-Air), elle se révèle, ici sans doute plus qu’ailleurs, bien différente des stéréotypes véhiculés par les médias.

Tableau 2.  Développement économique et développement humain dans les États riverains du Golfe en 2011

IDH

Rang selon IDH

RNB/hab. en  $

Iran

0,707

88

10 164

Irak

0, 577

132

3 177

Koweït

0,760

63

47 926

Arabie Saoudite

0,770

51

23 470

Bahreïn

0, 806

42

28 169

Qatar

0, 832

37

107 721

E.A.U.

0,889

30

59 993

Oman

0,705

89

22 841

Source : Rapport sur le développement humain, PNUD.

  • 4  PAKDAMAN Nasser (1965), Étude critique du recensement général de l'Iran (1956), Tiers-Monde, vol.  (...)
  • 5  Voir http://independent.academia.edu/GéraldineChatelard/Papers/262900/The Politics of Population M (...)

5Une des difficultés pour brosser une synthèse à l’échelle du Golfe vient de ce que les sources disponibles ne sont pas identiques, ni même équivalentes sur les deux rives. Il existe une différence majeure entre l’Iran, où ont prévalu des logiques impériales et étatiques, et ses voisins arabes, héritiers, hormis l’Irak, d’une organisation économique, sociale et politique tribale. Dans le premier cas, on dispose d’un appareil statistique ancien et solide qui permet de mener des analyses démographiques fondées sur des recensements et des enquêtes. Doté d’un État centralisé et bureaucratique depuis le début du 20ème siècle, l’Iran offre des statistiques nombreuses et détaillées. Les premiers recensements partiels ont été effectués dans le pays de 1939 à 1941. Il faut toutefois attendre 1952 pour qu’un département de statistique publique soit créé4. Cette institution, renommée Centre Statistique d’Iran en 1956, réalise cette année-là un premier recensement exhaustif de la population, opération ensuite répétée tous les dix ans, jusqu’en 2006, où il est décidé que le rythme deviendrait quinquennal. Autre pouvoir ancien de la région, né sous sa forme moderne à la fin du Mandat britannique en 1932, l’Irak a effectué depuis 1947 des comptages détaillés de sa population renouvelés tous les dix ans jusqu’en 1977, le recensement de 1987 se limitant à fournir des informations générales sur la situation démographique du pays. Depuis, on ne dispose pas de statistiques valables du fait des conflits qui ont entraîné des bouleversements dans la répartition de la population au sein du pays5 et désorganisé l’État. Les données disponibles ne sont que des estimations et le projet de recensement prévu pour 2009, puis reporté à 2010, n’a pas abouti du fait des tensions interethniques qui minent le pays. Pour les États du Conseil de Coopération du Golfe, on dispose de recensements récents, asynchrones, aux entrées différentes, non sans quelques omissions, au niveau d’agrégation des données aussi varié que changeant. Ces recensements sont d’une fiabilité différente selon les dates et les pays. Cela implique une analyse critique non seulement des informations disponibles, mais aussi des découpages administratifs qui ont fait l’objet de remaniements successifs et d’une terminologie arabe, parfois d’origine ottomane, où le même terme ne recouvre pas le même niveau territorial et statistique d’un pays à l’autre. Toutefois, conscients de la nécessité de recensements menés dans les règles de l’art pour planifier le développement d’une économie post-pétrolière et les infrastructures nécessaires, les six États du CCG, qui avaient déjà une expérience des recensements et possédaient chacun une institution dédiée, ont réorganisé leurs organismes statistiques au cours de la décennie 2000. Ils ont adopté la directive du Comité économique et social des Nations Unies demandant à tous les pays du monde d’effectuer un recensement en 2010. La plupart souhaitent, par ailleurs, coordonner à l’avenir leurs opérations de recensement, les coupler avec la construction de SIG et mettre en place un maillage équivalent aux niveaux NUTS de l’Union Européenne.

Tableau 3. Les recensements des États riverains du Golfe

   Recensements

États

Date du premier recensement

Recensements réalisés entre le premier et le dernier

Date du recensement le plus récent

Iran

novembre 1956

1966, 1976, 1986, 1996, 2006

novembre 2011

Irak

juin 1927

1934, 1947, 1957, 1965, 1977, 1987, 1997

Prévu pour octobre 2009, mais ajourné

Koweït

février 1957

1961, 1965, 1970, 1975, 1980, 1985, 1990, 1995, 2000, 2005

avril 2011

Arabie Saoudite

septembre 1974

1992, 2004

avril 2010

Bahreïn

janvier 1941

1950, 1959, 1965, 1971, 1981, 1991, 2001

avril 2010

Qatar

avril-mai 1970

1986, 1997, 2004

avril 2010

E.A.U.

décembre 1975

1980, 1985, 1995,2005

avril 2010

Oman

décembre 1993

2003

avril 2010

6Bien qu’ils soient souvent au centre de l’actualité, peu d’études sont consacrées à ces pays dans le domaine des sciences sociales, en particulier de la démo-géographie. Ce numéro vise à contribuer à une meilleure connaissance de cette partie du monde qui passe d’une économie pétrolière rentière à une économie productive mondialisée et connaît, à des degrés et des rythmes divers, des évolutions démographiques marqueurs et facteurs de changements sociaux, eux-mêmes porteurs de réformes inéluctables au-delà des tensions entre traditionalistes et modernistes.

Haut de page

Notes

1  Khouzestan, Busheir, Hormuzgan et Baloutchistan (dans la province de Seistan et Baloutchistan) en Iran ; gouvernorat de Bassorah en Irak ; Province Orientale (As-Sharkyiah) d’Arabie Saoudite et pour l’Oman, considérant que le littoral du golfe d’Oman participe des mêmes logiques que le golfe Arabo-persique, les gouvernorats du Musandam et de Mascate ainsi que la région de la Batinah.

2  La plus précise et la plus précieuse est constituée par les 2000 pages du volume 2 de John Gordon Lorimer, Gazetteer of the Persian Gulf, Oman and Central Arabia : Geographical and Statistical. Classifié « secret » à sa première impression au tirage confidentiel en 1908, le travail de cet agent britannique, désormais accessible, a été réédité en 1986 dans les Cambridge Archives.

3  Alliance régionale regroupant Koweït, Arabie Saoudite, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis, Oman.

4  PAKDAMAN Nasser (1965), Étude critique du recensement général de l'Iran (1956), Tiers-Monde, vol. 6, n° 21, pp. 231-246.

5  Voir http://independent.academia.edu/GéraldineChatelard/Papers/262900/The Politics of Population Movements in Contemporary Iraq. A Research Agenda et Dawn Chatty, Dispossession and Displacement in the Modern Middle East, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitte Dumortier, « Changement démographique et changement social dans les États du golfe Arabo-persique », Espace populations sociétés, 2012/2 | 2012, 3-7.

Référence électronique

Brigitte Dumortier, « Changement démographique et changement social dans les États du golfe Arabo-persique », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/2 | 2012, mis en ligne le 03 juin 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4931

Haut de page

Auteur

Brigitte Dumortier

Université de Paris-Sorbonne
UFR de Géographie
191, rue Saint-Jacques
75005 PARIS
Brigitte.Dumortier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org