Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrage

Alain Dubos : Rouges rivières

Timée-Éditions, Pocket, 2008, 332 pages
Jean-Pierre Renard
p. 124-125
Référence(s) :

Alain Dubos : Rouges rivières, Timée-Éditions, Pocket, 2008, 332 pages

Texte intégral

  • 1 « La légende. Elle a la peau dure. Le romancier respectueux de l’Histoire doit éviter d’en épaissir (...)

1Dans ce roman que l’auteur souhaite respectueux de l’histoire douloureuse des hommes1 des grandes prairies canadiennes, les faits et la chronologie racontés sont ceux des minorités de « sangs-mêlés », ces métis issus d’anciens Français de souche, parfois aussi d’Irlandais, et d’Indiennes (Cris, Assiniboines…). L’histoire de ces minorités commence à l’automne 1869, soit deux ans après la naissance de la Confédération canadienne, alors dirigée par John Mac Donald (Écossais d’origine). L’auteur nous « installe » immédiatement, dès les premières pages de l’ouvrage, dans les grandes prairies, plus particulièrement dans le Manitoba, que le « héros de la nation métisse » (Louis Riel) hisse rapidement au niveau d’une nouvelle province fédérée du Canada. « Ici, il y a toujours eu de la place pour les hommes. Pour les bêtes aussi. De l’herbe, grasse et verte, des horizons au bout desquels le regard se perd de toutes parts, aussi loin que du milieu de la Baie d’Hudson. À l’Ouest de l’Ontario, à plus de trois mille kilomètres de Québec, s’étendent des prairies vastes comme un continent, limitées à des semaines de marche, par la haute barrière des montagnes Rocheuses. Ce pays s’appelle Terre de Rupert… » (p. 13).

2Ce roman raconte l’histoire conflictuelle, violente qui oppose les francophones (et parfois des anglophones) et aussi des tribus indiennes, au pouvoir « Canadian » d’Ottawa. Ce fut une suite de rêves, de promesses et de déclarations non tenues qui a mené à la révolte de Fort Garry dans le Manitoba puis, quelques années plus tard à celle de Batoche en Saskatchewan. Progressivement repoussées vers l’Ouest, mais aussi vers le Nord-Ouest des États-Unis, comme par exemple le Montana, ces minorités se voient déposséder de leurs espaces de vie au profit de nouveaux colons symbolisant la Conquête de l’Ouest de la deuxième partie du 19ème siècle au Canada.

3Chocs de cultures effectivement, entre les tenants de l’oralité, de la tradition (indienne) et ceux de la modernité « européenne » et canadienne de l’Est qui s’exprime à travers des actes rédigés de propriété terrienne, de mise en clôture des grands espaces, de la colonisation agricole et des grands travaux ferroviaires progressant vers le Pacifique. Mais aussi conflits entre religions, entre ennemis européens traditionnels à l’époque moderne, Britanniques et Français, conflits transférés sur le continent nord-américain (revoir l’histoire des Acadiens aussi) ; conflits enfin entre ethnies dont les unes vivent leur liberté dans de grands espaces ouverts, avec la trappe, la chasse aux « buffalos », refusant les frontières imposées et les autres qui veulent au contraire borner les grandes prairies avant que les appétits territoriaux nord-américains voisins ne remontent au nord du 49ème parallèle.

4Les frontières, les rapports aux autres, la difficulté d’être ni Indiens, ni Blancs à part entière, les malentendus, la violence de la conquête de l’Ouest trop longtemps déformée par la légende, constituent la trame de ce roman historique qui s’achève en 1885 avec la pendaison de Riel à Regina et la fin du rêve de reconnaissance des « sangs-mêlés ».

Haut de page

Notes

1 « La légende. Elle a la peau dure. Le romancier respectueux de l’Histoire doit éviter d’en épaissir le dossier. Se mettre dans la peau de personnages réels, penser, parler et agir à leur place n’étant pas sans risques, la part de fiction nécessaire doit demeurer en permanence sous le contrôle de la vérité des faits ». (avertissement de l’auteur, p. 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Renard, « Alain Dubos : Rouges rivières », Espace populations sociétés, 2012/1 | 2013, 124-125.

Référence électronique

Jean-Pierre Renard, « Alain Dubos : Rouges rivières », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/1 | 2013, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4913

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Renard

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org