Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrage

Sandrine Depeau, Thierry Ramadier : Se déplacer pour se situer. Places en jeu, enjeux de classes

Presses Universitaires de Rennes, 2011, 196 pages
Alain Barré
p. 121-128
Référence(s) :

Sandrine Depeau, Thierry Ramadier: Se déplacer pour se situer. Places en jeu, enjeux de classes Presses Universitaires de Rennes, 2011, 196 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est, en fait, le recueil de huit contributions présentées lors du colloque « Mobilités, Identités, Altérités » organisé, à Rennes en mars 2008, par les laboratoires ESO-Rennes et Images, Ville, Environnement de Strasbourg. Les auteurs, qui relèvent de diverses disciplines (sociologie, psychologie, ethnographie, géographie, sciences politiques), s’interrogent sur les liens entre mobilité et identité. Il s’agit pour eux d’envisager les multiples interactions entre l’identité des individus et leurs pratiques de mobilité : en effet, chacun aborde la question du déplacement en fonction d’un référentiel qui combine sa position économique et sociale, ses besoins spécifiques et sa connaissance de l’offre existante dans un espace déterminé. Comme le soulignent, dans l’introduction, Thierry Ramadier et Sandrine Depeau, les différents auteurs envisagent donc de chercher « en quoi la mobilité quotidienne relève de l’identité sociale de celui qui pratique l’espace géographique, dans l’optique de cumuler et d’améliorer les connaissances scientifiques sur les ségrégations socio-spatiales. Lesquelles contribueraient à ouvrir de nouvelles pistes politiques et urbanistiques sur l’aménagement de l’espace géographique à l’échelle urbaine ou régionale ».

2Hélène Bailleul et Benoît Feildel commencent par rappeler les changements intervenus dans les approches théoriques de la mobilité en relation avec l’identité, avant de proposer une méthode associant un « récit de vie spatialisé et une épreuve d’herméneutique cartographique » permettant de révéler la complexité des dynamiques entre identité(s) et mobilité(s). Le récit de vie spatialisé fournit une analyse longitudinale reflétant les changements intervenus, volontaires ou non, au cours des différentes étapes de la vie de la personne interrogée. Ensuite, la réalisation d’une carte représentant les spatialités vécues par l’interviewé est utilisée pour reprendre et approfondir avec lui la discussion, ce qui permet notamment de constater le rôle de la dimension affective dans la relation qu’il entretient avec son milieu. Ainsi, certains attachent une grande importance à des lieux qu’ils n’habitent plus depuis longtemps, comme la localité de naissance. Au total, on découvre « un dispositif d’enquête rendant lisibles les dynamiques complexes afférentes à la mobilité des individus ».

3Caroline Legrand et Nathalie Ortar se penchent sur le cas de personnes que leur activité professionnelle contraint à devoir résider loin de leur foyer habituel. Après avoir décrit les principales situations rencontrées et notamment les divers modes de logement de la personne mobile (hôtel, famille, logement loué ou acheté, etc.), les auteurs se focalisent sur quatre cas représentatifs des multiples formes et aspects que prend la multi-résidentialité. C’est un thème similaire qu’aborde Hadrien Dubucs, à partir de sa thèse consacrée aux migrants japonais à Paris : il montre que, pour la grande majorité d’entre eux, le séjour dans la capitale française est une étape bien programmée dans leur vie (études, court séjour professionnel). Dans cette optique, ils mobilisent essentiellement des ressources communautaires : s’adressant à des agences japonaises, installées sur place, pour trouver un logement, cantonnant souvent leurs relations sociales et culturelles à des cercles restreints à des compatriotes. Seuls quelques étudiants et jeunes actifs élargissent leur champ de fréquentations.

4Amotz Giladi aborde la question de l’identité dans la migration, avec le cas de deux écrivains italiens d’avant-garde, venus s’installer à Paris au début du 20ème siècle : Ricciotto Canudo (1877-1923) et Ardengo Soffici (1879-1964). En France, les avant-gardes des années 1900 étaient très internationalisées ; parmi les immigrés, les Italiens étaient renvoyés à deux images contradictoires : les ouvriers faisaient l’objet de clichés dévalorisants, tandis que les intellectuels bénéficiaient d’une incontestable aura, au nom de la latinité qui renvoyait à un héritage historique, linguistique et culturel commun. Canudo se place dans ce courant en s’identifiant progressivement avec la culture du pays d’adoption et en développant la notion de « transplantation ». Soffici, venu à Paris en 1900, y reste et fréquente les milieux d’avant-garde ; mais, il demeure très attaché à sa Toscane natale, où il retourne en 1907, continuant à revenir à Paris pour de brefs séjours jusqu’en 1914. La Première Guerre voit Canudo s’engager dans la légion garibaldienne, combattant aux côtés des Français ; puis, après l’entrée en guerre de l’Italie, il est détaché par les autorités militaires transalpines auprès de l’armée française. Quant à Soffici, il milite pour l’entrée en guerre de son pays et combat sur le front italo-autrichien. Ces deux écrivains illustrent deux trajectoires divergentes d’identification et de pratiques spatiales, parmi les élites du 20ème siècle.

5Avec le cas du transport de marchandises par camions, Guillaume Courty montre l’émergence et le développement d’une profession désignée par son activité : les « routiers ». Ce terme, apparu dans les années 1930, par opposition au transport des marchandises par voie ferroviaire ou par voie d’eau, désigne toute une profession par référence à la mobilité assurée par le mode routier. Cependant derrière l’étiquette « routier » se cache une diversité de situations que décrypte l’auteur, même si les professionnels s’attachent à composer une identité globale dans une corporation où l’individualisme reste fort et contribue, d’ailleurs, à entretenir l’image de celle-ci dans le public.

6C’est un sujet particulièrement original que présente Yves Jouffe en évoquant la mobilité des travailleurs intérimaires en banlieue parisienne. « Ces travailleurs incarnent ainsi à la fois le comble de la précarité professionnelle et de la flexibilité géographique », d’autant qu’ils cumulent bien souvent les handicaps : pas de voiture et mauvaise connaissance du français, accentuée pour certains par l’illettrisme. Pour faire face à ces contraintes, les travailleurs mettent en œuvre deux stratégies opposées : la première repose sur « un investissement dans la mobilité », en répondant aux attentes et exigences des agences d’intérim, et la seconde consiste en une « modération de la mobilité », par la recherche d’un emploi stable.

7Sylvain Pasquier (Caen) et trois chercheurs de l’Université du Havre se sont intéressés à la co-territorialité dans le périurbain havrais, suite à la mise en service du pont de Normandie (1995). Cet ouvrage a rompu la discontinuité entre les deux rives de l’estuaire de la Seine et provoqué une accentuation de la périurbanisation de la rive sud, avec l’arrivée de « Havrais ». Il en résulte la coexistence entre « une population nouvelle pour qui la mobilité est constitutive de l’appropriation des territoires » et « une population dont l’appartenance au territoire est première ».

8Dans le huitième et dernier chapitre, Samuel Charpentier utilise l’exemple du Luxembourg pour étudier les rapports entre mobilités résidentielles, mobilités quotidiennes et choix résidentiels, tant sur le plan spatial que sur le type de logement choisi. Il montre finalement que « l’ancrage résidentiel serait ainsi plus structurant des représentations que les pratiques de mobilités qui en découlent. Cela tend à supposer que s’il existe une dimension identitaire liée aux pratiques et aux représentations des modes de transports, celle-ci est relative à un mode d’habitat ».

9Dans la postface, Michel Koebel insiste sur les logiques sociales qui sous-tendent la mobilité spatiale ; en effet, si l’on met volontiers l’accent sur les pratiques individuelles de la mobilité, celle-ci correspond généralement à des motivations socioéconomiques et utilise des réseaux publics, c’est-à-dire qu’elle est très dépendante de l’équipement d’un territoire donné.

10Au total, un ouvrage qui offre une série d’approches complémentaires de la notion de mobilité et illustre bien le côté polysémique de ce terme. Le lecteur n’est pas tenu de l’aborder de manière linéaire : il peut privilégier la lecture des chapitres correspondant à ses centres d’intérêt. Peu de critiques à formuler : on peut ainsi déplorer que les quatre figures aient été placées au centre de l’ouvrage, loin des chapitres qu’elles illustrent ; par ailleurs, il est navrant de trouver dans un article scientifique des expressions relevant du langage parlé : « Marc arrive sur Lyon » au lieu de « Marc arrive à Lyon » (p. 64).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Barré, « Sandrine Depeau, Thierry Ramadier : Se déplacer pour se situer. Places en jeu, enjeux de classes », Espace populations sociétés, 2012/1 | 2013, 121-128.

Référence électronique

Alain Barré, « Sandrine Depeau, Thierry Ramadier : Se déplacer pour se situer. Places en jeu, enjeux de classes », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/1 | 2013, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/4906

Haut de page

Auteur

Alain Barré

Université de Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org