Navigation – Plan du site
Varia

Dynamiques démographiques et répartition du peuplement

Vers une nouvelle géographie du peuplement dans le Grand Sud-Ouest du Burkina Faso ?
Population dynamics and distribution. Towards a new geography of population in the South-West of Burkina Faso ?
Gabriel Sangli et Bernard Tallet
p. 105-117

Résumés

L’approche diachronique par l’analyse des données des recensements de population de 1975, 1985, 1996 et 2006 permet d’éclairer la dynamique spatiale de la population du sud-ouest du Burkina Faso. La cartographie des densités à ces quatre dates illustre les dynamiques du peuplement et l’évolution des disparités régionales. Le mouvement d’accroissement de la population est aussi éclairé par le suivi des localités sur une période de trente ans ; cette échelle fine d’analyse permet d’éclairer le rôle des héritages historiques, le dynamisme des migrations et de la colonisation agricole, l’émergence de centres secondaires qualifiés de bourgs ruraux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour faciliter la compréhension, nous utilisons l’expression de Grand Sud-Ouest pour désigner l’ens (...)

1Depuis les premiers recensements de population disponibles au Burkina Faso, une observation constante porte sur les inégalités de répartition de la population au sein du territoire national [Drabo, 2003]. Ce travail repose sur une analyse diachronique des évolutions de répartition de la population sur l’ensemble de la période couverte par les 4 recensements de la population au Burkina Faso (1975, 1985, 1996 et 2006) ; il concerne principalement le Grand Sud-Ouest1 [Sangli, 2011] ; l’attention portée sur le peuplement du sud-ouest du Burkina Faso tient au fait que cette région du pays dispose des conditions naturelles favorables qui en font une des dernières zones d’accueil possibles pour la population migrante issue des régions centrales plus peuplées du pays. C’est donc la dynamique de front pionnier qui est questionnée à travers l’examen des dynamiques démographiques.

  • 2 Cette méthode dite aussi méthode du noyau est une représentation des zones d’égale densité de la po (...)

2Celles-ci sont analysées selon deux angles d’approche complémentaires. Une première approche porte sur l’évolution des densités entre 1975 et 2006, en appliquant la méthode de représentation des iso-densités. Cette première approche permet d’éclairer le processus de densification de la population sur une période de 30 ans ; le choix de la méthode de Kernel2 répond au souhait de s’affranchir de la contrainte de l’organisation administrative, les découpages administratifs successifs faussant les éléments de comparaison dans le temps. La méthode de calcul et de représentation de la densité de Kernel éclaire de manière plus satisfaisante la distribution spatiale du peuplement. La seconde approche porte sur le suivi des localités ; une liste d’environ 1500 localités a été établie sur la base de la cartographie de l’atlas du recensement de 1975, la collecte de données sur le terrain a permis de vérifier l’évolution du nombre de localités au cours des années et d’opérer un travail d’actualisation des données. Ces informations ont permis la cartographie des localités pour chacun des 4 recensements ; l’effort de mise en cohérence des données de localisation des villages et de l’évolution de leur population a reposé sur la construction de bases de données intégrées dans un système d’information géographique.

  • 3 La capacité à reconstituer une information statistique fiable sur la période couverte par les 4 rec (...)

3L’approche diachronique selon les 4 recensements de la population et la construction des cartes d’iso-densité3, permettent de présenter l’originalité de l’évolution de la répartition du peuplement dans le grand Sud-Ouest, de souligner les principales tendances des dynamiques démographiques régionales dans le contexte national. Les résultats obtenus, illustrés par une série de cartes, soulignent l’ampleur des modifications et interrogent sur leur interprétation. Si la dynamique de front pionnier conduit à la fin du « vide relatif » de cet ensemble régional, le mouvement de rattrapage démographique n’apparaît pas homogène ; la dimension fortement géographique de la transformation de la répartition du peuplement constitue l’axe structurant de l’analyse présentée ici. Deux principales hypothèses de recherche sont ainsi discutées : l’une porte sur l’analyse du rattrapage démographique soulignée par le processus de densification observé sur 30 ans ; cette densification tient compte du poids des héritages historiques (répartition ethnique, présence de structures urbaines, axes de communication,…). L’autre hypothèse qui s’appuie sur la catégorisation des localités (habitat dispersé, villages, villes), affirme l’émergence de « bourgs ruraux » comme nouvel élément structurant de la répartition du peuplement. Ces deux hypothèses d’analyse des processus de peuplement permettent d’interroger les formes spatiales de la croissance généralisée de la population et de jeter les bases d’un débat sur les politiques d’aménagement de l’espace régional.

1. Les dynamiques démographiques au Burkina Faso et dans le grand Sud-Ouest

4Les données mises en cohérence pour les 4 recensements permettent d’éclairer les dynamiques régionales au sein du contexte national marqué par la poursuite du mouvement de croissance démographique.

1.1. Croissance démographique et inégalités de répartition du peuplement à l’échelle nationale

5En l’intervalle d’une trentaine d’années (1975-2006), la population du Burkina Faso est passée de 5 638 203 à 14 017 262 habitants, ce qui représente une progression relative de 148,6 % et une multiplication par 2,5 environ. Entre 1975 et 2006, le taux de croissance annuel moyen est resté élevé avec 2,98 %/an, ce qui s’explique par un taux de natalité de 45‰ alors que la mortalité connaît une baisse significative en passant de 24 à 12‰ pour la même période. Ce décalage croissant entre natalité et mortalité entraîne une hausse du taux d’accroissement naturel de 2,4 % en 1975 à 3,4 % en 2006 [Sangli, 2011].

Figure 1. Évolution du taux de croissance annuel moyen de la population, au Burkina Faso et dans le Grand Sud-Ouest, entre 1975 et 2006

Figure 1. Évolution du taux de croissance annuel moyen de la population, au Burkina Faso et dans le Grand Sud-Ouest, entre 1975 et 2006

Sources : INSD, 1979, 1989, 2000, 2008.

6Cette évolution généralisée de la population nationale ne s’est pas faite de manière homogène mais comme le montrent les cartes 1a et 1b, en s’inscrivant dans des héritages de répartition du peuplement et dans des mouvements migratoires importants de redistribution de la population [Drabo, 2003]. Si le peuplement du Burkina Faso s’est généralisé comme l’indique l’évolution de la densité nationale qui passe de 37,8 à 51,3 h./km² entre 1996 et 2006, cette généralisation doit être nuancée par les inégalités qui apparaissent sur la carte 1b de répartition de la densité en 2006. En effet, quatre zones de faible peuplement sont observables au nord, à l’est, au sud et au sud-ouest, alors que la partie centrale du pays est de plus fort peuplement. Cette répartition, largement héritée, pose question surtout quand au moins trois régions de moindre peuplement bénéficient de conditions climatiques plus favorables que les régions centrales plus fortement peuplées. Ce constat renvoie évidemment à toutes les études sur les dynamiques migratoires au Burkina Faso [Rémy et al., 1975 ; Quesnel, 1999 ; Dabiré et al., 2009 ; Ouédraogo et al., 2009] qui ont montré comment le cœur central de l’empire mossi (capitale principale Ouagadougou, capitale secondaire Ouahigouya) était entouré de zones beaucoup plus faiblement peuplées. Ces espaces correspondant à des marges géographiques ont fait l’objet de mouvements migratoires soutenus par l’accélération de la croissance démographique dans la seconde moitié du 20ème siècle.

Carte 1a. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 1996

Carte 1a. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 1996

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1996.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

Carte 1b. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 2006

Carte 1b. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 2006

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 2006.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

1.2. Vers un rattrapage démographique du Grand Sud-Ouest ?

7La population du Grand Sud-Ouest est passée de 526 934 habitants en 1975 à 1 152 575 en 2006 ; cet accroissement tient compte du déséquilibre démographique, là aussi hérité, entre les deux régions administratives : la population de la région du Sud-Ouest (345 798 h.) en 1975 était 1,9 fois supérieure à celle des Cascades (181 136 h.). En 2006, ce déséquilibre s’est atténué avec un rapport de 1,2 et une population de 620 767 habitants pour le Sud-Ouest contre 531 808 pour les Cascades. Ces évolutions démographiques témoignent de changements forts : alors qu’en 1975, le rythme de croissance était inférieur à la moyenne nationale, entre 1996 et 2006, il dépasse le niveau national (figure 1), ce qui traduit la dynamique de front pionnier à l’œuvre. Entre les différentes périodes intercensitaires, la région administrative des Cascades a toujours eu un taux de croissance démographique supérieur à celle du Sud-Ouest. Sur la période 1975-2006, pour les Cascades le taux de croissance était de 3,54 %/an contre 1,9 %/an pour la région du Sud-Ouest. Cet écart illustre la force du mouvement migratoire soutenu dans la région des Cascades par la plus grande facilité des communications (rôle de l’axe routier reliant la capitale Ouagadougou à la Côte d’Ivoire en passant par Bobo-Dioulasso, seconde ville du pays et Banfora, chef-lieu des Cascades.

8La complexité des évolutions démographiques à l’échelle régionale doit être éclairée par l’analyse de l’évolution de la répartition de la population au cours des trente dernières années.

2. Visualisation des dynamiques démographiques régionales

9Au-delà de la tendance générale à l’accroissement démographique, il s’agit d’éclairer l’hétérogénéité du peuplement ; à l’échelle du Grand Sud-Ouest, entre 1996 et 2006, la densité générale de la population est passée de 23,6 à 33,2 habitants/km². Si globalement, l’ensemble régional apparaît subdivisable en trois zones de peuplement, deux zones de plus forte concentration encadrant une zone de plus faible peuplement, l’observation des cartes d’iso-densité construites pour chacun des 4 recensements permet d’affiner les évolutions du peuplement à l’échelle régionale et locale.

2.1. L’observation des contrastes du peuplement

10Il est alors possible d’identifier les tendances selon lesquelles s’est opéré le mouvement de remplissage démographique.

11En 1975, le principal foyer de peuplement est la région administrative du Sud-Ouest, correspondant à la zone de peuplement de l’ethnie lobi avec des foyers de peuplement identifiables autour des centres de Gaoua, Diébougou, Dissin, Dano, mais le niveau général des densités reste modeste : il existe peu d’espaces dépassant le seuil de 25 habitants/km². L’autre zone de concentration humaine se trouve à l’ouest, autour de la ville de Banfora. Mais l’élément le plus frappant est le vide humain qui existe entre ces deux foyers de peuplement modeste ; toute la zone centrale du Grand Sud-Ouest, hormis quelques localités, ne comprend que des espaces où la densité apparaît inférieure à 5 habitants/km² ; ce vide qui correspond aux actuelles communes rurales de Mangodara, Sidéradougou, Ouo, Loropéni, Djigouè, Iolonioro et Niangoloko, illustre un fait de répartition historique du peuplement, par la présence d’une marge géographique, très faiblement occupée entre deux foyers de peuplement ethnique, les populations d’origine sénoufo à l’ouest et les populations d’origine lobi à l’est.

Carte 2. La répartition du peuplement en 1975

Carte 2. La répartition du peuplement en 1975

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1975.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

Carte 3. La répartition du peuplement en 1985

Carte 3. La répartition du peuplement en 1985

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1985.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

12La carte de 1985 illustre le démarrage du processus de remplissage progressif de l’espace régional en réponse à l’accroissement naturel et au mouvement migratoire ; il est important de souligner que cet accroissement général (la densité moyenne passe de 15,17 habitants/km² en 1975 à 20,19 en 1985) reprend en grande partie la distribution antérieure de la population, entraînant un renforcement des pôles existants, à l’ouest et à l’est de la région. À l’est, la région administrative du Sud-Ouest peut être divisée en 4 sous-ensembles correspondant au découpage en provinces : l’espace peuplé autour du couple Dano-Dissin correspondant à la province du Ioba ; un foyer de peuplement autour de Diébougou, capitale de la province de la Bougouriba ; un espace moins homogènement peuplé autour de Gaoua, capitale de la province du Poni ; le noyau de Batié, dans la province du Noumbiel, plus faiblement peuplé. Cet ensemble certes hétérogène apparaît comme le foyer de peuplement le plus marqué du Grand Sud-Ouest, suivi par l’ensemble ouest, où la zone de Banfora se renforce ; il apparaît aussi des foyers secondaires, notamment Sindou et surtout Niangoloko sur l’axe ferroviaire et routier de la Côte d’Ivoire. Le vide central se maintient.

13La lecture du recensement de 1996 traduit le renforcement de pôles de peuplement et l’émergence de nouveaux pôles. La tendance dominante est la mise en continuité des foyers de fort peuplement initiaux, en particulier à l’est où les noyaux autour de Dano-Dissin, Diébougou et Gaoua apparaissent de plus en plus comme un axe structurant de concentration de population. À l’ouest, dans la région des Cascades, le renforcement de l’axe Banfora-Niangoloko apparaît de plus en plus net ainsi que l’augmentation généralisée de la densité dans des centres secondaires en direction de la frontière du Mali. Mais les changements les plus nets concernent la zone centrale où la dynamique de front pionnier commence à se traduire dans les niveaux de densité : les espaces où la densité est inférieure à 5 habitants/km², se sont réduits aux abords de la vallée de la Comoé ; surtout commencent à émerger les chefs-lieux de communes rurales (Sidéradougou, Mangodara,…).

Carte 4. La répartition du peuplement en 1996

Carte 4. La répartition du peuplement en 1996

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1996.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

Carte 5. La répartition du peuplement en 2006

Carte 5. La répartition du peuplement en 2006

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 2006.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

14La carte de 2006 montre la poursuite de mouvement de remplissage démographique sous la poussée de l’accroissement naturel de la population et de l’attractivité migratoire du Grand Sud-Ouest. Les zones de concentration humaine autour de pôles urbains ou semi-urbains (Banfora, Diébougou, Gaoua,…) accentuent leur rôle de polarisation démographique. Ceci est bien illustré par la seule grande ville, Banfora, où la densité de l’ensemble de la commune atteint 117,4 habitants/km². Mais le fait le plus novateur concerne l’évolution démographique de la zone centrale où les poches de faible densité reculent alors qu’apparaissent des situations où les foyers de peuplement de niveau encore modeste marquent l’espace ; il s’agit par exemple de la zone entre Banfora et Sidéradougou par Tiéfora au nord ou, au sud, la jonction entre Niangoloko et Mangodara. Si le déséquilibre entre densités demeure fort, les évolutions montrent des changements de signification dans la répartition du peuplement. Au-delà de l’hétérogénéité du peuplement, il faut interroger la signification de l’émergence au cours des années de nombreux foyers de peuplement secondaires et modestes. Ce questionnement est conduit à partir d’une réflexion sur l’évolution des localités pendant les 3 périodes intercensitaires.

3. L’analyse du processus de peuplement

15Au-delà de la visualisation des faits de peuplement permise par le jeu des cartes d’iso-densité, les dynamiques à l’œuvre sont à analyser en dépassant les dimensions les mieux connues, l’accroissement démographique et l’impact des flux migratoires du front pionnier. La réflexion portera donc surtout sur l’évolution du semis des localités à l’intérieur du Grand Sud-Ouest, comme révélatrice de tendances porteuses de réorganisation spatiale.

3.1. Le poids des héritages dans la répartition du peuplement

16Le panorama dressé à partir de la série des cartes de densité a permis d’éclairer comment la dynamique démographique au cours des trente dernières années témoigne d’abord d’un processus attendu de remplissage démographique, s’appuyant sur les héritages, les foyers de peuplement déjà existants, notamment le réseau des villes anciennement implantées, soit sur des axes de communication (Banfora, Niangoloko), soit remplissant des fonctions administratives (Diébougou, Gaoua,…). Ces pôles anciens de peuplement ont été renforcés par la croissance démographique et ont, en sens opposé, maintenu pendant quelques décennies le vide humain de la zone centrale. Celle-ci est restée marquée par un faible niveau de peuplement que la force des courants migratoires (installation d’agriculteurs et d’éleveurs dans le cadre d’un front pionnier [Tallet, 2007 ; Drabo, 2003 ; Quesnel, 1999 ; Dabiré et al., 2009 ; Rémy et al., 1975 ; Augusseau et al., 2004) n’est venue que partiellement corriger. Cette histoire démographique contemporaine souligne paradoxalement le poids déterminant des héritages mais aussi les capacités d’innovation. C’est cette dimension d’innovation qui peut être éclairée par l’analyse du semis des localités et son évolution au cours des années.

3.2. Le semis des localités dans le Grand Sud-Ouest

  • 4 Au Burkina Faso, la commune urbaine est une ville chef-lieu de province ; ces villes sont ainsi au (...)

17Pour donner du sens à la présentation du semis des localités, nous avons établi une hiérarchisation des localités en fonction de leur taille : les localités de moins de 2000 habitants sont considérées comme appartenant au milieu rural sous forme de villages, au-dessus, entre 2000 et 5000 habitants, nous utilisons l’expression de bourgs ruraux et les localités supérieures à 5000 habitants sont considérées comme des villes. Cette classification qui ne correspond pas à la nomenclature officielle du Burkina Faso4 offre l’avantage de présenter de manière originale la répartition de l’évolution du peuplement sur 30 ans selon les grands types de localités. Une illustration de l’intérêt de cette classification est donnée par l’évolution de la répartition entre 1975 où 75 % de la population vivaient dans des localités inférieures à 2000 habitants, et 2006 où la proportion est descendue à 45 %, ce qui rend compte d’un profond mouvement de redistribution de la population. C’est ainsi qu’en 1975, il a été dénombré 28 localités de plus de 2000 habitants. Leur effectif est passé à 40 en 1985, 55 en 1996 avant d’atteindre 108 en 2006, soit une multiplication par 3,9 de leur nombre entre 1975 et 2006.

Carte 6. Évolution du nombre de localités de plus de 2000 habitants de 1975 à 2006

Carte 6. Évolution du nombre de localités de plus de 2000 habitants de 1975 à 2006

Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1975, 1985, 1996, 2006.
Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.

18Sur la même période, le nombre d’entités urbaines est resté constant (7, avec les localités de Banfora, Sindou, Niangoloko, Dano, Diébougou, Gaoua, Batié), même si les effectifs de population ont bien changé, la population urbaine passant de 50 733 personnes en 1975, à 76 367 en 1985, 112 856 en 1996 pour atteindre 172 626 en 2006. Certes, la croissance de la population urbaine a été forte puisqu’elle représente en 2006, 15 % de la population totale (multiplication par 3,4). Mais en termes de localités, la dynamique principale semble donc concerner l’émergence ou le renforcement des foyers secondaires de peuplement, ce que nous appelons dans notre classification les bourgs ruraux ; cet élément renvoie donc à l’une des hypothèses d’interprétation des changements en cours.

Tableau 1. Évolution de la proportion des localités selon le milieu de résidence et suivant leur taille, de 1975 à 2006

Tableau 1. Évolution de la proportion des localités selon le milieu de résidence et suivant leur taille, de 1975 à 2006

Sources : INSD (1979, 1989, 2000, 2008).

Tableau 2. Évolution de la proportion de la population selon le milieu de résidence, suivant la taille des localités, de 1975 à 2006

Tableau 2. Évolution de la proportion de la population selon le milieu de résidence, suivant la taille des localités, de 1975 à 2006

Sources : INSD (1979, 1989, 2000, 2008).

3.2. Vers l’émergence de bourgs ruraux ?

19La focalisation sur cette catégorie de localités tient d’abord à leur évolution numérique ; l’ensemble des localités avec un effectif de population compris entre 2 et 5000 habitants (statut urbain et rural confondu) représente 21 localités en 1975, 41 en 1996 et 88 en 2006 ; cette progression est importante aussi en nombre d’habitants puisque cette catégorie regroupe une part croissante de la population (71 094 habitants en 1975, 112 853 en 1996 et 251 307 en 2006), soit presque un quart de la population totale en 2006 (21,44 % pour environ 10 % en 1975).

20L’ampleur des changements dans la répartition de la population est donc une évidence et la distinction de catégories à l’intérieur des localités permet de jeter un regard nouveau sur les évolutions démographiques. À l’intérieur de la région, la redistribution de la population rurale se fait en faveur du renforcement des petits centres urbains (compris entre 2000 et 5000 habitants) ; nous avons choisi l’expression de bourgs ruraux, non seulement pour distinguer ces localités des centres urbains, mais aussi pour attirer l’attention sur les fonctions que ces centres remplissent en milieu rural. Le fondement scientifique de cette attention repose sur l’hypothèse de l’émergence de centres de services en milieu rural selon des observations similaires faites dans d’autres pays en développement [Guibert et al., 2011 ; Arlaud et al,. 2005). Les campagnes y apparaissent dominées par des processus de recomposition où les activités rurales non agricoles voient leur importance croître en parallèle aux activités agricoles. Cet essor des activités rurales, signe de diversification économique, est analysé comme un élément clef dans la structuration des campagnes en voie de modernisation en Amérique latine ou en Asie ; il reste à démontrer que l’émergence de centres ruraux est bien le signe de changements positifs et de dynamiques nouvelles en Afrique subsaharienne.

Conclusion

21L’analyse diachronique des données issues des recensements de population, grâce à un double traitement des cartes de densité et du semis des localités, permet de mettre en valeur les dynamiques démographiques en faisant apparaître l’originalité des processus de répartition du peuplement et de leur évolution au cours des trente dernières années.

22La profonde évolution du semis des localités et en particulier la place importante occupée par la catégorie des bourgs ruraux éclaire d’un jour nouveau les problématiques de l’aménagement du territoire dans ses dimensions rurales. La part croissante occupée par des établissements humains compris entre 2000 et 5000 habitants pousse à questionner les formes actuelles d’organisation de l’espace rural : si la dispersion de l’habitat en milieu rural reste importante, en particulier en pays lobi, l’émergence de pôles mi-ruraux, mi-urbains tend à soulever la place occupée par des centres d’importance secondaire dans la hiérarchie des localités ; ne s’agirait-il pas de la mise en place progressive d’un réseau de centres de services capables de porter les dynamiques rurales de demain ? Cette dynamique pourrait être un ressort pour rendre opérationnelle la politique de décentralisation voulue par les autorités du Burkina Faso et pour engager des mesures de développement local porteuses de diversification économique en milieu rural.

Haut de page

Bibliographie

ARLAUD S., JEAN Y., ROYOUX D. (2005), Rural-urbain. Nouveaux liens, nouvelles frontières, Presses Universitaires de Rennes, 506 p.

AUGUSSEAU X., CHEYLAN J.-P., LIEHOUN E. (2004), Dynamiques territoriales de l’agropastoralisme en zone de migration : niveaux d’organisation et interactions, Cahiers Agricultures, Organisation sociale et usage des ressources, vol. 13, n° 6, pp. 488-494.

CAMBRÉZY L., SANGLI G. (2011), « Les effets géographiques de l’accroissement de la population en milieu rural africain : l’exemple du sud-ouest du Burkina Faso », in : Le Monde des Cartes : Revue du Comité français de cartographie, pp. 75-94.

DABIRE B., KONE H. et LOUGUE S. (2009), Recensement Général de la Population et de l’Habitation 2006 (RGPH-2006), Analyse des résultats définitifs, thème 8 : Migrations, INSD, 150 p.

DRABO I., ILBOUDO F., TALLET B. (2003), Dynamique des populations, disponibilités en terres et adaptation des régimes fonciers : le Burkina Faso, une étude de cas, CICRED (Comité International de Coopération dans les Recherches Nationales en Démographie), FAO, Institut National des Sciences des Sociétés (INSS), Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), 114 p.

GUIBERT M., JEAN Y. (dir.) (2011), Dynamiques des espaces ruraux dans le monde, A. Colin, Paris, 408 p

INSD (1975), Atlas des villages de Haute-Volta : Carte de localisation des villages par district de recensement, série de 52 carte au 1/ 200 000 + liste des villages de la Haute-Volta.

INSD (1979), Recensement de 1975 : fichier des villages, projet FNUAP UPV/73/P01, Direction de la recherche démographique, Ministère du plan et de la coopération, Haute Volta, 194 p.

INSD (1989), Recensement général de la population 1985 : structure par âge et sexe des villages du Burkina Faso, 2ème édition, octobre, Direction de la démographie, Ministère du plan et de la coopération, Burkina Faso, 330 p.

INSD (2000), Recensement général de la population et de l’habitation, décembre 1996 : fichier des villages du Burkina Faso, Direction de la démographie, Ministère du plan et de la coopération, Burkina Faso, 315 p.

INSD (2008), Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2006 : résultats définitifs, Direction de la démographie, 52 p.

LOYE A. S., TINGUERI R. K., ZIDA Y., ZOMA L. (2009), Monographie de la Région des Cascades, Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH 2006), INSD, 180 p.

OUATTARA A., SOME L. (2009), La croissance urbaine au Burkina Faso, Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH 2006), Analyse des résultats définitifs, INSD, 118 p.

OUEDRAOGO M., RIPAMA T. (2009), État et structure de la population, Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH), 2006, Analyse des résultats définitifs, INSD, 181 p.

QUESNEL A. (1999), Dynamique de peuplement des zones rurales libérées de l’onchocercose en Afrique de l’Ouest : synthèse des monographies nationales, Kokou Vignikin, Benjamin Zanou, Koffi N’Guessan, Éric Vilquin (éds.), CICRED/ FAO, 125 p.

RÉMY G., MARCHAL J.-Y. (1975), Enquête sur les mouvements de population à partir du pays Mossi (Haute-Volta), Tome 1 : Les migrations internes Mossi, Fascicule 1 : Des aires refuge du passé aux « terres neuves » d’aujourd’hui, ORSTOM, Ouagadougou.

SANGLI G. (2011), La dynamique du peuplement dans le sud-ouest du Burkina Faso de 1975 à 2006 : essai à partir des données de recensement des localités, Thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1, 356 p.

SOMDA S., SOME L. (2009), Monographie de la Région du Sud-Ouest, Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH) de 2006, INSD, 152 p.

TALLET B. (2007), Á l’arrière des fronts pionniers : recompositions territoriales dans l’Ouest du Burkina Faso et le Sud du Veracruz (Mexique), Essai, Habilitation à Diriger des Recherches, Volume 3, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 206 p.

Haut de page

Notes

1 Pour faciliter la compréhension, nous utilisons l’expression de Grand Sud-Ouest pour désigner l’ensemble régional correspondant à 2 régions administratives, le Sud-Ouest [Somda et al., 2009] et les Cascades [Loye et al., 2009 ; voir aussi la carte 1]. L’ajout du qualificatif « grand » sert à éviter la confusion possible de la double utilisation du terme de sud-ouest pour désigner des entités différentes.

2 Cette méthode dite aussi méthode du noyau est une représentation des zones d’égale densité de la population. Elle procède du calcul de la densité de la population suivant un rayon de voisinage standard défini autour de chaque localité. Pour chaque cercle l’ensemble des localités qui s’y trouve participe au calcul de la densité.

3 La capacité à reconstituer une information statistique fiable sur la période couverte par les 4 recensements généraux de population présente un apport scientifique original pour les études démographiques africaines [Cambrézy, Sangli, 2011].

4 Au Burkina Faso, la commune urbaine est une ville chef-lieu de province ; ces villes sont ainsi au nombre de 45. S’ajoutent à ces villes quatre chefs-lieux de département (à savoir, Bittou, Garango, Niangoloko et Pouytenga) au regard de l’importance de leurs activités commerciales.
En 2004, pour la première fois, le législateur définit la ville à partir de trois critères (administratifs, démographiques et économiques) selon la définition suivante : « la commune urbaine est une entité territoriale comprenant au moins une agglomération permanente de 25 000 habitants et dont les activités économiques permettent de générer des ressources budgétaires propres annuelles d’au moins 25 000 000 de francs CFA » (art.19 du code général des collectivités territoriales).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution du taux de croissance annuel moyen de la population, au Burkina Faso et dans le Grand Sud-Ouest, entre 1975 et 2006
Crédits Sources : INSD, 1979, 1989, 2000, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 1a. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 1996
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1996.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Carte 1b. L’inégale répartition du peuplement à l’échelle nationale en 2006
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 2006.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Carte 2. La répartition du peuplement en 1975
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1975.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Carte 3. La répartition du peuplement en 1985
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1985.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Carte 4. La répartition du peuplement en 1996
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1996.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Carte 5. La répartition du peuplement en 2006
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 2006.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Carte 6. Évolution du nombre de localités de plus de 2000 habitants de 1975 à 2006
Crédits Source : fond de carte IGB (BNDT, 1999), données INSD 1975, 1985, 1996, 2006.Élaboration : Gabriel Sangli, 2011.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 1. Évolution de la proportion des localités selon le milieu de résidence et suivant leur taille, de 1975 à 2006
Crédits Sources : INSD (1979, 1989, 2000, 2008).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 2. Évolution de la proportion de la population selon le milieu de résidence, suivant la taille des localités, de 1975 à 2006
Crédits Sources : INSD (1979, 1989, 2000, 2008).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4896/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Sangli et Bernard Tallet, « Dynamiques démographiques et répartition du peuplement », Espace populations sociétés, 2012/1 | 2013, 105-117.

Référence électronique

Gabriel Sangli et Bernard Tallet, « Dynamiques démographiques et répartition du peuplement », Espace populations sociétés [En ligne], 2012/1 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4896 ; DOI : 10.4000/eps.4896

Haut de page

Auteurs

Gabriel Sangli

Institut Supérieur des Sciences de la Population
Université de Ouagadougou
03 BP 7118 Ouagadougou 03 Burkina Faso
gsangli@issp.bf

Bernard Tallet

Université Paris1, UMR 8586 PRODIG
191 rue Saint Jacques 75005 Paris
Bernard.Tallet@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org