Navigation – Plan du site
Articles

Les territoires périurbains à l’épreuve de la progression des célibataires et familles monoparentales

Le cas de la Grande Couronne francilienne
Peri-Urban Areas and the Single Adult Household'sIncrease. The Case of the Île-de-France Great Suburb
Benjamin Motte-Baumvol et Leslie Belton-Chevallier
p. 577-589

Résumés

La seconde transition démographique est associée à une diversification et une diminution de la taille des ménages. Dans le contexte territorial et sociodémographique spécifique du périurbain, les formes de cette transition démographique sont distinctes de celles qui ont marqué les territoires urbains. En effet, une faible urbanité et la forte représentation des couples avec enfants caractérisent traditionnellement les territoires périurbains. Ce type d’environnement est a priori peu adapté aux attentes des petits ménages, notamment les célibataires les plus jeunes, à la recherche d’aménités urbaines proches. Ces petits ménages ne cessent pourtant d’augmenter dans le périurbain francilien. Mais ces évolutions sont très fortement marquées selon le degré d’urbanité des territoires et le passé marital des ménages.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements :

Cette recherche a été effectuée dans le cadre du programme Espaces Sous Influence Urbaine piloté par le CERTU (Centre d'Études sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques) du Ministère de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

Introduction

1Depuis 1999, le solde migratoire de la Grande Couronne Francilienne est devenu négatif [INSEE et IAURIF, 2000]. Essoufflement de la périurbanisation, débordement de cette dernière sur les autres départements du Grand Bassin Parisien [Gilli, 2002] en sont les principales interprétations. Au-delà de ce constat, la dynamique résidentielle reste pourtant vive en Grande Couronne, même si les échanges migratoires avec Paris et la Petite Couronne n’en sont plus les principaux facteurs. Ces flux ont progressivement été remplacés par la forte augmentation du nombre des ménages (+ 9 % entre 1999 et 2006) issus de la « seconde transition démographique » [Van de Kaa, 1987].

2La « seconde transition démographique » désigne la baisse des niveaux de fécondité enregistrée dès les années 60 dans les pays développés. Elle est associée à une croissance du nombre de ménages générée par la diminution de leur taille. La multiplication des décohabitations[(Ogden et Hall, 2004] et ses effets supposés sur la natalité provoquent mécaniquement un accroissement des petits ménages composés d’un adulte isolé vivant seul (célibataire) ou avec des enfants (famille monoparentale). De plus en plus nombreux, ces ménages alimentent la demande de logements et donc la périurbanisation [Berger, 2004 ; Rerat, 2006].

  • 1 Dans cet article, le terme de célibataire est utilisé dans son sens commun. Il désigne une personne (...)

3Dans quelles mesures les évolutions de la structure des ménages sont-elles observables dans les territoires périurbains ? Dans un contexte territorial et sociodémographique spécifique, les formes de la seconde transition démographique sont distinctes de celles qui ont marqué les territoires urbains [Ogden et Schnoebelen, 2005]. En effet, une faible urbanité et la forte représentation des couples avec enfants caractérisent traditionnellement les territoires périurbains. Ce type d’environnement est a priori peu adapté aux attentes des petits ménages, notamment les célibataires1 les plus jeunes [Bonvalet et Arbonville, 2006] à la recherche d’aménités urbaines proches. Ces petits ménages ne cessent pourtant d’augmenter dans le périurbain francilien. Mais ces évolutions sont très fortement marquées selon le degré d’urbanité des territoires et le passé marital des ménages.

Une multiplication des ménages moins forte dans les espaces périurbains ?

La multiplication des ménages célibataires et monoparentaux comme facteur de la seconde transition démographique

  • 2 La France pourrait être en bout de cycle de la seconde transition démographique puisqu’elle connaît (...)

4Dans les dernières décennies, la réduction de la taille des ménages et leur multiplication ont été observées dans tous les pays d’Europe de l’Ouest. Ces changements ont été attribués à un ensemble d’évolutions sociodémographiques appelé « seconde transition démographique » [Van de Kaa, 1987 ; Monnier et Rychtarikova, 1991 ; Lesthaeghe, 1995 ; Kuijsten, 1996]. La fécondité se réduit par une arrivée de plus en plus tardive du premier enfant pour les femmes2. La baisse de la fécondité est la conséquence de plusieurs phénomènes sociétaux : baisse du nombre de mariages, forte précarité conjugale (divorce, séparation), volonté de vivre seul après avoir quitté le domicile parental, mise en couple plus tardive, bi-résidentialité [Lesthaeghe, Moors, 2000]. L’ensemble de ces facteurs a conduit à une diversification des types de ménages et à une diminution de leur taille.

5Familles recomposées [Bornat et al,. 1999], relations homosexuelles [Lauria, Knopp, 1985, couples à double carrière [Green, 1997] sont des manifestations de cette diversification pour les ménages de couples. Les ménages composés d’un adulte seul connaissent la même progression mais de façon plus spectaculaire. Les petits ménages ont connu la plus forte progression. La valorisation croissante des modes de vie solos [Kaufmann, 1999] a généré une multiplication des célibataires et des familles monoparentales à tout âge de la vie. Le célibat (avec ou sans enfants) n’est pas une situation homogène. Une diversité de processus sociodémographiques et socioéconomiques (contraintes et opportunités sur les marchés du logement ou du travail) peut conduire les individus à vivre seuls. L’âge reste le meilleur facteur explicatif de ces situations. Ainsi Kaufmann (1994) distingue trois temps principaux dans le célibat : la décohabitation du domicile parental pour les jeunes, la décohabitation après séparation du couple pour les individus d’âge moyen et enfin le veuvage pour les seniors.

6À l’image de nombreux autres pays européens [Van de Kaa, 1987], de la France [Ogden et Hall, 2004] ou de Paris et de la Petite Couronne [Ogden et Schnoebelen, 2005], la seconde transition démographique est, selon toute vraisemblance, à l’œuvre en Grande Couronne francilienne. Pour autant, supposer que ce territoire est concerné de la même façon par l’accroissement des petits ménages ne va pas de soi. En effet, dans les représentations traditionnelles du périurbain, ces ménages n’y auraient pas leur place.

Vivre seul(e) et dans le périurbain : une multiplication limitée des petits ménages ?

7Plusieurs caractéristiques du périurbain laissent supposer que les célibataires et les familles monoparentales s’y développeraient moins que dans des territoires urbains. En effet, le périurbain est souvent considéré comme le territoire de résidence privilégié des couples avec enfants [Dodier, 2007]. Aussi, les territoires périurbains correspondent à un mode d’habiter particulier, « très largement structuré par les pratiques résidentielles et tourné vers la famille » [Sencébé et Lepicier, 2007]. Ce mode d’habiter ne correspond pas à première vue aux célibataires. Les célibataires les plus jeunes seraient plutôt à la recherche de la proximité aux ressources et aux aménités urbaines [Bonvalet et Arbonville, 2006], dont les territoires périurbains sont faiblement pourvus. Plus exposées à la pauvreté [Breuil-Genier et al. 2001], les familles monoparentales seraient limitées dans ces territoires par le coût de la mobilité, l’éloignement des structures d’aides sociales. Enfin, l’offre de logements leur correspondrait peu car elle est plutôt orientée vers les ménages de grande taille et/ou vers l’accession à la propriété. Aussi, les célibataires et les familles monoparentales auraient tendance à se localiser dans l’espace urbain, à proximité de nombreuses aménités urbaines. Une spécialisation résidentielle des territoires serait donc à l’œuvre par la multiplication des étapes, ruptures ou bifurcations dans les cycles de vie des ménages [Bidart, 2006] et donc dans leurs parcours résidentiels [Bonvalet, Lelièvre, 2005]. Le périurbain resterait le privilège des familles avec enfants (recomposées ou non, couples mariés ou cohabitants) alors que les espaces centraux accueilleraient des ménages de taille plus petite (célibataires, familles monoparentales et couples sans enfant). Les mobilités résidentielles liées aux étapes du cycle de vie expliqueraient alors les mouvements migratoires entre urbain et périurbain. Si cette spécialisation s’avérait effective, le périurbain serait moins concerné par l’accroissement des petits ménages que les espaces plus centraux. Plusieurs arguments permettent d’ores et déjà de nuancer cette hypothèse.

8Proximité relationnelle dans la famille et proximité spatiale de ses membres vont souvent de pair comme l’ont montré les enquêtes de l’INED « Biographie et Entourage » et « Proches et Parents » [Bonvalet et Lelièvre, 2005 ; Bonvalet, 2002]. Si les liens familiaux sont ceux qui résistent le mieux à l’éloignement [Grossetti, 2006], l’ancrage résidentiel reste fortement lié à la famille. Les caractéristiques du périurbain suggèrent que l’ancrage familial y est particulièrement fort. S’il a pu être opéré par défaut par des ménages aux ressources modestes en quête d’accession à la propriété, le choix du périurbain est générateur d’un mode de vie casanier, centré sur la maison individuelle et la famille [Sencébé, 2004]. Aussi, vivre dans le périurbain favorise l’entre-soi et implique un repli a priori fort sur la famille nucléaire. Mais que se passe-t-il une fois que les enfants issus des ménages des premières générations de périurbains ont grandi et qu’ils quittent le foyer parental ? Par le biais de leur socialisation (primaire comme secondaire), ces derniers valorisent, au moins pour une partie d’entre eux, les territoires périurbains dont ils sont natifs ou des territoires aux caractéristiques similaires pour élire domicile. En Île-de-France, la majorité de ces natifs choisissent de rester dans le périurbain francilien pour maintenir les liens préexistants avec leurs familles et amis [Morel-Brochet et Motte-Baumvol, 2010]. Choisir de vivre dans le périurbain a été et reste un choix fort marqué par des considérations économiques (coût du foncier moins élevé, accession à la propriété facilitée) mais aussi par des logiques familiales intragénérationnelles (entre-soi, repli sur la maison) et intergénérationnelles (transmission de la préférence pour un mode de vie périurbain).

9Le choix résidentiel du périurbain apparaît cohérent pour diverses catégories de ménages, y compris les plus petits, célibataires ou familles monoparentales. La multiplication des petits ménages est alors en mesure de concerner autant les territoires urbains que les territoires périurbains. Au sein même de ces territoires, la diversification des ménages peut cependant prendre des formes distinctes du fait de l’hétérogénéité du périurbain francilien.

La multiplication des ménages dans le périurbain francilien approche à partir du recensement

Un périurbain francilien hétérogène : une évolution de la structure des ménages à différencier d’un territoire à l’autre

10Pour étudier l’évolution de la structure des ménages dans le périurbain francilien, une définition large de ces espaces a été retenue. Ont été considérés comme périurbain l’ensemble de la Grande Couronne, c'est-à-dire des 4 départements périphériques de l’Île-de-France. Le périurbain francilien ainsi défini renvoie à un espace intermédiaire entre ville et campagne qui se caractérise par un « ensemble de zones où l’on observe des phénomènes de croissance démographique […] où l’on enregistre une production de logements neufs sous des formes variées » ou encore « une fraction de l’espace sur laquelle se localise […] une nouvelle phase de la croissance urbaine, plus adaptée à l’état du système socio-économique […] » [Jaillet et Jalabert, 1985]. S’il peut déborder de l’Île-de-France, il couvre la majeure partie des territoires de Grande Couronne qui, entre 1990 et 1999, ont absorbé la quasi-totalité de la croissance démographique et la majeure partie de celle du parc de logements [Carre, 2005].

  • 3 Selon la définition de l’Unité Urbaine de l’INSEE
  • 4 Une seule classification des communes de Grande Couronne francilienne a été établie. Les évolutions (...)

11La Grande Couronne comporte de nombreuses communes appartenant à l’agglomération parisienne au sens du zonage en Aire Urbaine de l’INSEE. On pourrait exclure ces communes du terrain d’étude, d’autant que plusieurs d’entre elles, comme Meaux, sont des communes urbaines d’un point de vue morphologique3. Mais, plutôt que d’exclure des communes insuffisamment périurbaines car trop urbaines ou trop rurales, nous avons choisi de nous y appuyer sur une typologie de ces territoires prenant en compte l’hétérogénéité des espaces périurbains [Roux et Vanier, 2008]. En effet, les territoires périurbains sont caractérisés par la plus faible présence locale d’aménités (emplois, commerces, services, etc.). Les ménages périurbains doivent aller chercher plus souvent ces aménités à l’extérieur des territoires où ils résident. L’urbanité de ces territoires, c'est-à-dire le caractère urbain du mode de vie [Wirth, 1938] des populations qui y résident, est plus faible en général mais modulé selon les aménités présentes. Via les données de la Base Permanente des Équipements 2007 (INSEE), cette typologie classe les communes de la Grande Couronne à partir de quatre niveaux d’offre de services aux ménages [Motte-Baumvol, 2008]. Plus un territoire dispose de services, plus son niveau d’urbanité est considéré comme fort. À l’inverse, l’absence de services indique un fort niveau de périurbanité (ou très faible niveau d’urbanité)4.

Figure 1. Niveaux d’urbanité des communes de la Grande Couronne francilienne

Figure 1. Niveaux d’urbanité des communes de la Grande Couronne francilienne

Données : BPE 2007

12Si les petits ménages se multiplient dans le périurbain et contribuent au brouillage croissant du modèle « traditionnel » des dynamiques résidentielles périurbaines (centre vers périphérie pour les couples et périphérie vers centre pour les ménages d’adultes seuls) déjà contesté pour sa simplicité excessive [Frey, 1985 ; Gober, 1986], la présence et l’accessibilité aux ressources et aux aménités urbaines varient fortement d’un territoire périurbain à l’autre [Motte-Baumvol, 2007]. Cette variabilité est à même de moduler le caractère particulier et exigeant du périurbain pour les célibataires et les familles monoparentales : ces derniers s’installeraient dans les territoires périurbains mais dans les mieux dotés. Ainsi, si les couples, les célibataires et les familles monoparentales semblent se côtoyer, ils pourraient être distribués de façon différente selon la présence et l’accessibilité aux ressources et aménités urbaines.

Méthodologie

13Pour cerner l’ampleur du phénomène de multiplication des petits ménages dans les territoires périurbains, les données étudiées sont issues de l’exploitation des fichiers détails des recensements de 1982 et 2006. Cette période correspond à l’installation de la seconde génération de ménages périurbains dans les communes qui ont connu les premières vagues de périurbanisation à partir des années 60 [Berger, 2004]. La dynamique résidentielle des communes périurbaines n’est plus seulement alimentée par le desserrement de familles de l’espace urbain, mais est aussi marquée par les migrations résidentielles des familles périurbaines, notamment au travers des décohabitations [Morel-Brochet et Motte-Baumvol, 2010].

14L’analyse est menée au niveau des ménages, unités de base de la mobilité résidentielle, de la consommation et de la reproduction, pesant sur le niveau de revenu et de bien-être social des populations [Wallerstein et Smith, 1992]. Cette étude a pris en compte l’ensemble de la population des ménages. Mais les résultats seront focalisés sur les ménages dont la personne de référence est un actif (occupé ou non), principaux animateurs de la dynamique résidentielle en Grande Couronne.

15Pour montrer la part croissante des petits ménages, les résultats seront ciblés sur les ménages de célibataires et de familles monoparentales. Plusieurs difficultés liées à l’exploitation des données de recensement sont à souligner. D’abord, le célibat n’est pas considéré ici comme le statut matrimonial légal d’un individu (sauf mention contraire). Avec la multiplication des unions sans mariage (et donc des désunions sans divorce), être célibataire et vivre ou avoir vécu en couple est une situation difficile, voire impossible, à identifier. Néanmoins, si le statut matrimonial légal ne permet pas de déceler les individus ayant fait ou faisant partie de couples cohabitants non mariés, cette variable différencie les ménages par leur passé marital. Les veufs ou veuves, divorcés et personnes mariées de fait ont en commun d’avoir été mariés. Cette expérience du mariage joue un rôle significatif dans les comportements résidentiels dans le périurbain. Ensuite, les recensements (INSEE) considèrent comme familles monoparentales les ménages constitués d’un parent isolé (sans conjoint) vivant avec enfant(s) dans la même résidence. Ce critère de résidence ne va pas sans poser problème. Ainsi, en 2006, 10 % des familles monoparentales déclaraient être en couple, c’est-à-dire se considéraient comme tels sans vivre nécessairement avec leurs conjoints (recomposition en cours, choix plus institué, etc.). De même, 8 % de ces familles, sans être en couple, vivent avec d’autres adultes. Ces familles monoparentales font partie de ménages complexes. Elles vivent majoritairement avec leurs ascendants, plus rarement avec leurs descendants adultes [Algava, 2002].

16Malgré leur tendance à minimiser l’évolution des petits ménages, les données du recensement permettent de saisir l’évolution de la structure des ménages à l’œuvre en Grande Couronne francilienne. Cette dernière se caractérise par la part croissante des petits ménages issus de décohabitations.

Les décohabitations moteurs de la multiplication du nombre de ménages selon des logiques résidentielles fonctions du passé marital

Une diminution de la taille des ménages dans le périurbain francilien : le rôle moteur des décohabitations

17Entre 1982 et 2006, la croissance du nombre de ménages en Grande Couronne a été de 42 % pour l’ensemble des ménages et de 28 % pour les ménages d’actifs (tableau 1). Cette progression est plus rapide que celle de la population totale (14,4 % pour la même période) et est caractérisée par la forte augmentation des petits ménages. En effet, le nombre des célibataires et des familles monoparentales a plus que doublé. S’il reste majoritaire, le nombre des couples a très faiblement progressé : 4 % contre 28 % pour l’ensemble des ménages. Cette stagnation s’accompagne d’une diminution de la taille des ménages de couples. En 1982, ces ménages comptaient 3,6 personnes en moyenne. En 2006, ils n’en comptent plus que 3,1. La diminution de la taille des ménages de couples contribue à la diminution globale de la taille des ménages. Cette évolution serait donc le résultat d’un double mouvement : la progression des petits ménages (célibataires et familles monoparentales) et la diminution de la taille des ménages plus grands (couples).

Tableau 1. Principales évolutions démographiques par types de ménages actifs entre 1982 et 2006

Effectifs

Parts relatives (%)

Évol. 1982-2006 (base 100)

1982

2006

1982

2006

Célibataires

123 376

278 812

9,2

14,6

226

Sans famille

29 116

40 975

2,2

2,1

141

Familles monoparentales

56 648

149 505

4,2

7,8

264

Couples

840 876

876 095

62,6

45,9

104

Ensemble

1 050 016

1 345 387

78,1

70,5

128

Données : RGP 1982 et 2006.

  • 5 Le solde migratoire calculé à partir des données du recensement est une approximation. De nombreux (...)

18Le recul relatif des couples s’explique d’abord par la contraction des flux de couples arrivant de Paris et de la Petite Couronne. Le solde migratoire de la Grande Couronne est désormais presque nul. Ensuite, le recul serait le résultat du retard et/ou de la diminution des cohabitations et d’une intensification des séparations parmi les couples périurbains [Ogden et Hall, 2004]. Le fort accroissement des célibataires en Grande Couronne n’est pas porté par les apports migratoires externes, comme pour Paris et la Petite Couronne dans les décennies précédentes. En 2006, le solde migratoire5 des ménages de célibataires en Grande Couronne est négatif. La progression des célibataires s’appuie donc sur des décohabitations, notamment sur celles de jeunes adultes qui ont quitté le domicile familial [Hall et al., 1997]. Dans une Grande Couronne caractérisée par plusieurs décennies de périurbanisation, le nombre d’enfants arrivés à l’âge adulte doit tendre à se multiplier en réponse aux vagues de périurbanisation de leurs parents.

19Même si les célibataires jeunes (moins de 40 ans) regroupent une majorité des ménages de célibataires, les plus de 40 ans sont la catégorie qui a progressé le plus vite depuis 1982. Les célibataires deviennent en proportion plus âgés. Ce constat renvoie à une autre évolution : la progression des séparations de couples [Hall et al., 1997] où les conjoints qui se séparent sont plus âgés en moyenne [Kaufmann, 1994]. Le nombre des célibataires issus de séparations a sans aucun doute fortement progressé. Mais il est impossible d’en chiffrer l’augmentation exacte via le recensement. Tout au plus, on peut relever à partir du statut matrimonial que 33 % des célibataires sont veufs/veuves, divorcés ou encore mariés.

  • 6 73 % des familles monoparentales sont issues d’une séparation d’après l’Enquête Histoires de Famill (...)

20Si les séparations sont une cause probable de l’augmentation des ménages de célibataires, elles sont aussi le moteur de la progression des familles monoparentales. En effet, les apports des autres territoires sont limités. Seules 9,3 % des familles monoparentales ne résidaient pas en Grande Couronne dans les cinq années précédant le recensement de 2006. Le décès du conjoint et l’arrivée d’un enfant sont des causes de constitution d’une famille monoparentale mais la séparation d’un couple (marié ou célibataires cohabitants) reste, à l’échelle nationale, le motif majoritaire6 [Algava, 2002]. Dans le recensement, par le statut matrimonial, il est seulement possible de savoir si la personne de référence est ou a été mariée. En l’occurrence, plus de la moitié des personnes de référence d’une famille monoparentale ont été mariées.

21Au vu de ces résultats, la Grande Couronne semble bien marquée par la multiplication des petits ménages caractéristique de la seconde transition démographique. L’ensemble des territoires a connu à la fois une forte progression du nombre de ménages et une diminution de la taille de ces derniers. En somme, si les couples restent la catégorie majoritaire de ménages dans le périurbain francilien, la multiplication des ménages de petites tailles parmi les actifs y remet, d’une certaine façon, en compte leur hégémonie. Cependant, ces évolutions ont été inégales d’un territoire à l’autre, selon leurs niveaux d’urbanité, et elles sont différentes de celles observées pour Paris et la Petite Couronne [Ogden et Schnoebelen, 2005].

Un desserrement différencié des célibataires et familles monoparentales selon le niveau d’urbanité des territoires

22La multiplication des petits ménages prend des formes différentes selon les territoires observés dans le périurbain francilien. Si le nombre de ménages augmente et leur taille diminue dans l’ensemble, les facteurs de ces évolutions n’ont pas partout la même intensité. Les célibataires et les familles monoparentales ont fortement progressé entre 1982 et 2006, mais ont connu une inégale déconcentration de leurs localisations résidentielles (tableau 2).

23Les célibataires connaissent une déconcentration spatiale relativement limitée. Leur nombre s’accroît plus fortement dans les communes de moyenne urbanité. L’intensité de cet accroissement diminue ensuite avec le niveau d’urbanité. La déconcentration des célibataires s’identifie à un débordement des territoires de forte urbanité vers les niveaux d’urbanité inférieurs et vers les communes d’urbanité moyenne en premier lieu. Les familles monoparentales connaissent un mouvement de déconcentration plus profond. Elles progressent plus vite dans les communes de très faible urbanité, l’intensité de cet accroissement diminuant ensuite à mesure que le niveau d’urbanité augmente. En cela, les évolutions connues par les familles monoparentales sont similaires à celles des couples. La plus forte augmentation du nombre de couples est enregistrée dans les communes de très faible urbanité alors que leur nombre décroît dans les communes à forte urbanité.

Tableau 2. Évolution (base 100) et distribution (%) des différents types de ménages d’actifs en Grande Couronne Francilienne

Niveau d’urbanité de la commune de résidence

Très faible

Faible

Moyenne

Forte

Ensemble

%

Évol.

%

Évol.

%

Évol.

%

Évol.

%

Evol.

Célibataires

5,0

236

8,6

248

20,3

275

66,2

211

100,0

226

Sans famille

7,6

140

10,6

158

21,1

159

60,8

133

100,0

141

Familles monop.

5,1

351

8,7

324

22,9

312

63,3

240

100,0

264

Couples

9,4

137

11,5

121

24,8

115

54,4

94

100,0

104

Ensemble

7,9

152

10,5

142

23,5

140

58,0

119

100,0

128

Données : RGP 1982 et 2006.

24En 2006, les célibataires et les familles monoparentales restent plus fortement concentrés que les couples dans les communes de forte urbanité. Les différences de distribution des célibataires et des familles monoparentales entre les différents types de communes sont faibles. Pour autant, en 2006, les familles monoparentales sont plus déconcentrées que les célibataires. En 1982, la situation était inverse : les célibataires vivaient plus que les familles monoparentales dans des communes à faible urbanité. En l’occurrence, dans les communes de moyenne urbanité, l’augmentation du nombre des ménages et la diminution de leur taille a été portée par la très forte progression des célibataires. À l’inverse, dans les communes de très faible urbanité, les célibataires ont plus faiblement progressé, alors que les familles monoparentales y connaissaient une croissance importante.

25Les petits ménages du périurbain n’ont donc pas une implantation résidentielle homogène. Les raisons de ces différences sont à lier avec le passé marital ou conjugal des ménages. La taille des logements et le statut marital aident à comprendre l’importance d’avoir vécu en couple dans ces choix de localisation résidentielle.

Petits ménages mais grands logements ou la probable conséquence de séparations conjugales

  • 7 Le nombre de pièces du logement est la seule variable relative à la taille du logement présente dan (...)

26Entre 1982 et 2006, alors que la taille des ménages d’actifs a fortement diminué passant de 3,2 à 2,6 personnes par ménage, la taille des logements a augmenté, passant de 3,8 à 4,0 pièces7 par logement. L’accroissement de la taille des logements a touché tous les territoires et toutes les catégories de ménages, mais plus particulièrement les familles monoparentales et les célibataires. L’analyse plus détaillée de ce phénomène permet de saisir le rôle majeur des séparations dans l’explosion de ce type de ménages dans les territoires périurbains.

27La hausse de la taille des logements en Grande Couronne passe par la forte croissance des logements de cinq pièces et plus (grands logements). En 2006, les grands logements sont devenus les plus fortement représentés (tableau 3). Leur nombre a augmenté de 66 points entre 1982 et 2006 (tableau 4) alors que le nombre de ménages d’actifs n’a augmenté que de 28 points. Les petits logements ont également connu une croissance soutenue : les logements de 1 et 2 pièces ont cru plus vite que le nombre des ménages d’actifs.

Tableau 3.  Distribution (%) des logements en fonction du nombre de pièces par type de ménages en 2006

Nombre de pièces

1

2

2

4

5 et +

Ensemble

Célibataires

21,8

33,3

24,8

12,0

8,0

100,0

Non célibataires

1,5

6,7

21,5

28,3

42,1

100,0

Ensemble

5,7

12,3

22,2

24,9

35,0

100,0

Données : RGP 2006.

28Tableau 4.  Évolution (base 100) des logements de 1 pièce et 5 pièces et plus par niveau d’urbanité entre 1982 et 2006

Niveau d’urbanité de la commune de résidence

Très faible

Faible

Moyenne

Forte

Ensemble

1 p

5 p et +

1 p

5 p et +

1 p

5 p et +

1 p

5 p et +

1 p

5 p et +

Célibataires

132

389

173

388

217

452

179

332

182

373

Non célibataires

51

207

79

182

97

169

98

143

94

161

Ensemble

99

212

138

187

174

174

154

147

153

166

Données : RGP 1982 et 2006.

29Aujourd’hui, une part importante de célibataires occupe de grands logements dans les territoires de faible et très faible urbanité. Pour les célibataires, la taille des logements est passée de 2,4 pièces en moyenne en 1982 à 2,6 pièces en 2006. Cette catégorie de ménages a cru deux fois plus vite dans les grands logements que dans les petits. Les années de construction des logements montrent que la construction de logements neufs (i.e. constuits dans la dernière période intercensitaire) n’aurait pas alimenté la croissance des grands logements pour les célibataires. Depuis 1999, le nombre de grands logements a augmenté de 20 % pour les célibataires, alors que seulement 5,2 % des logements ont été construits après. Or, d’une manière générale, la mobilité résidentielle ne contribue pas à la forte croissance des grands logements pour les célibataires. En effet, les actifs célibataires résidant dans un grand logement sont caractérisés par leur plus grande stabilité résidentielle. 73,4 % des actifs célibataires résidant dans un logement de 5 pièces et plus n’ont pas changé de logement dans les cinq dernières années contre 46 % en moyenne pour l’ensemble des actifs célibataires. Si la construction de logements neufs et, dans une faible mesure, la mobilité résidentielle dans le parc ancien ne sont pas des causes de l’accroissement des grands logements pour les célibataires, le basculement des occupants de grands logements d’une catégorie de ménages vers une autre est alors l’explication la plus plausible. La forte croissance du nombre des grands logements pour les célibataires serait pour partie le résultat de décohabitations, de séparations ou de décès intervenus dans les couples.

30Parmi les familles monoparentales, de tels constats sont impossibles à établir (cf. méthodologie). Toutefois, à partir du fichier détail relatif aux ménages, un aperçu de l’évolution des grands logements pour les familles monoparentales est possible à partir de la progression des maisons individuelles. En effet, en Grande Couronne Francilienne, 86,3 % des logements de 5 pièces et plus sont des maisons individuelles. Depuis 1982, le nombre de maisons individuelles occupées par des familles monoparentales a triplé (tableau 5). De plus, la mobilité résidentielle des familles monoparentales à destination des maisons individuelles est la plus faible alors que ce type de logement a le plus augmenté pour ces ménages. Comme pour les célibataires, l’accroissement des grands logements pour les familles monoparentales serait donc le résultat du basculement des occupants de grands logements d’une catégorie de ménages vers une autre. Une large part des familles monoparentales résidant dans un grand logement l’aurait hérité d’une période où elle était en couple.

Tableau 5. Évolution (base 100) des maisons individuelles entre 1982 et 2006 par type de ménage et par niveau d’urbanité

Très faible

Faible

Moyenne

Forte

Ensemble

Célibataires

221

193

224

169

193

Sans famille

138

137

131

101

118

Familles monoparentales

332

298

305

283

297

Couples

142

129

129

113

124

Ensemble

152

138

140

122

133

Données : RGP 1982 et 2006.

31Si les familles monoparentales habitent de plus en plus en maisons individuelles, le constat est plus particulièrement valable pour les territoires de très faible urbanité. À l’inverse, pour les célibataires, ce sont dans les communes de moyenne urbanité que les grands logements ont cru le plus fortement. De même, concernant les petits logements, leur progression est cantonnée aux territoires, de moyenne et de forte urbanité. Dans les autres territoires, le nombre de logements d’une pièce augmente moins vite que le parc de logements. Il recule même dans les territoires de très faible urbanité. Pour les actifs célibataires, principaux occupants de petits logements, la part des petits logements diminue pour les célibataires quel que soit le territoire considéré.

Le passé marital comme indicateur de l’accroissement de petits ménages dans les communes à faible urbanité

32Vivre seul à nouveau (avec ou sans enfants) ne se traduit pas forcément par une diminution de la taille du logement. En cas de séparation, il est plutôt fréquent qu’un des conjoints garde, au moins temporairement, le logement partagé auparavant. Cette fréquence augmente considérablement en présence d’enfants mais est importante dans toutes les désunions [Festy, 1988]). Pour les célibataires et les familles monoparentales, la progression en taille des logements est à relier aux décohabitations suite à la séparation de couples qui résidaient déjà dans ces logements (ou dans ce type de logements) et dans ces types de communes. La précarité conjugale jouerait un rôle important dans la progression des célibataires et familles monoparentales dans les communes périurbaines à très faible ou moyenne périurbanité.

33La forte augmentation de la taille des logements des célibataires et des familles monoparentales, notamment celle des grands logements, est le résultat de la transformation de couples en familles monoparentales et en célibataires plus que la conséquence d’une mobilité résidentielle en direction de ces logements. Une partie des célibataires et des familles monoparentales actifs habiteraient dans de grands logements « hérités » de leur vie de couple. En utilisant la variable statut matrimonial de la personne de référence du ménage dans le recensement, d’autres résultats tendent à valider cette hypothèse. Aussi contestable qu’il soit (cf. méthodologie), le statut matrimonial de ces ménages permet de distinguer deux types d’inscription des célibataires et des familles monoparentales dans les territoires de la Grande Couronne selon leur passé matrimonial respectif.

34En comparant les profils des ménages de célibataires et de familles monoparentales qui occupent des logements de deux pièces (taille de logement la plus représentée) avec les profils des mêmes ménages dans des grands logements (taille de logement avec la plus forte croissance), plusieurs différences sont observées :

  • les ménages qui habitent dans de grands logements sont plus souvent propriétaires et plus âgés ;

  • les occupants de grands logements comptent une très forte surreprésentation de veufs/veuves, de divorcés et de personnes mariées (mais séparées de fait).

35La seconde observation corrobore le lien entre augmentation de la taille des logements des célibataires et décohabitation (par séparation ou décès survenu au sein des couples). Les ménages de célibataires ne se reportent donc pas tous vers les grands logements en raison de la faiblesse de l’offre de petits logements (ou un prix du foncier particulièrement attractif en Grande Couronne). Mais ils resteraient dans leur logement précédent, celui occupé quand ils étaient en couple. L’inscription territoriale des célibataires et de familles monoparentales diffère donc selon leur passé marital. Les célibataires ou les chefs de familles monoparentales anciennement mariés affichent une forte stabilité dans leur localisation résidentielle actuelle. En 2006, 59,6 % des célibataires et 51,2 % des chefs de familles monoparentales (tableau 6) n’ont pas changé de logement dans les 5 années précédentes, contre respectivement 39,3 % et 45,2 % des individus qui n’ont jamais été mariés dans ces mêmes types de ménages. Les célibataires précédemment mariés sont moins fortement concentrés (Gini =0,68), en particulier dans les communes à forte urbanité, que l’ensemble des ménages dont le statut matrimonial est célibataire (Gini =0,72). Les célibataires et plus encore les chefs de familles monoparentales ont très souvent conservé le logement qu’ils avaient quand ils étaient mariés. Ils ont donc moins tendance à migrer quand ils se séparent que les couples cohabitants [Eggerickx et al., 2006]. À l’instar des couples mariés, ils sont donc marqués par une plus faible concentration et une plus forte présence dans les communes de faible et très faible urbanités. Même en cas de mobilité résidentielle, les célibataires anciennement en couple gardent une tendance moins forte à la concentration que les autres actifs célibataires (cf. ante).

 Tableau 6. Caractéristiques des célibataires et familles monoparentales par statut matrimonial en 2006 (%)

Caractéristiques

Statut matrimonial célibataire

Statut matrimonial non-célibataire

Ensemble

Célibataires

Familles Monop.

Célibataires

Familles Monop.

Célibataires

Familles Monop.

+ de 40 ans

30,9

34,3

84,8

60,7

48,7

49,4

Stabilité résidentielle

39,3

45,2

59,6

51,2

46,0

48,6

4 pièces et +

12,3

34,2

35,9

57,1

20,1

47,3

Maison individuelle

12,9

18,0

30,1

33,5

18,6

26,9

Propriétaire

31,8

22,1

43,2

38,1

35,5

31,3

Locataire HLM

22,9

50,7

25,5

37,3

23,7

43,0

Données : RGP 2006.

36La recherche d’urbanité n’est donc pas égale pour tous les ménages de célibataires. En dehors des caractéristiques du logement, les célibataires séparés et ceux qui n’ont pas vécu d’épisode marital se différencient par leurs caractéristiques propres. Les premiers sont plus âgés : 8 % des célibataires anciennement mariés ont plus de 40 ans tandis que 70 % des ménages dont le statut matrimonial est célibataire ont moins de 40 ans. On relève le même type de différence, à des niveaux différents, pour les chefs de familles monoparentales entre ceux dont le statut matrimonial indique qu’ils ont été mariés (divorcé, veuf, séparation de fait) et les autres.

Conclusion

37À l’image des territoires plus urbains, la Grande Couronne francilienne est marquée par une diminution de la taille des ménages. Parmi les ménages d’actifs, cette évolution est le résultat de la progression des célibataires et des familles monoparentales dont le nombre a plus que doublé depuis 1982.

38La progression des célibataires et des familles monoparentales en Grande Couronne a entraîné une diversification croissante des ménages actifs qui y résident. Les célibataires et les familles monoparentales actifs bousculent les couples en Grande Couronne et érodent la part de ces derniers dans les territoires périurbains franciliens. Ainsi, ils ne représentent plus que 46 % des ménages en 2006 contre 62 % en 1982. Si elle n’est pas propre à la Grande Couronne francilienne, la diminution de la part des couples y a été très rapide.

39La progression des petits ménages (et le recul des couples) n’est le résultat ni de migrations, ni d’un desserrement des espaces centraux denses vers les territoires périurbains. De fait, un tel desserrement existe, mais est limité aux communes d’urbanité moyenne ou forte. Dans les communes de faible et très faible urbanité, les célibataires et les familles monoparentales augmentent par la croissance des séparations de couples. Ainsi deux groupes de petits ménages cohabitent en Grande Couronne, mais s’y inscrivent de façon très différente par leurs territoires d’installation et les types de logement occupés. D’une part figurent les ménages d’âge moyen, dont une très large majorité a plus de 40 ans, qui ont été mariés, qui résident dans de grands logements dont ils sont propriétaires et qui sont localisés dans des communes de faible ou de très faible urbanité. D’autre part, sont identifiés les ménages plus jeunes, qui se concentrent dans les communes les plus fortement dotées en aménités urbaines. Ils n’ont jamais été mariés avant, occupent plutôt des appartements d’une ou deux pièces dont ils sont locataires.

40Finalement, la diversification des ménages en Grande Couronne francilienne change la composition sociodémographique des territoires périurbains mais ne la bouleverse pas radicalement. Les évolutions restent mesurées et se notent sur le long terme. Mais la progression des célibataires et des familles monoparentales est le signe d’une maturation des territoires de Grande Couronne en termes de dynamiques résidentielles. Leur peuplement ne se définit plus par leur lien (de dépendance) avec Paris et la Petite Couronne.

Haut de page

Bibliographie

ALGAVA É. (2002), Les familles monoparentales en 1999, Population, vol. 57, n° 4-5, pp. 733-758.

BERGER M. (2004), Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée, Paris, CNRS Éditions.

BONVALET C., ARBONVILLE D. [éds] (2006), Quelles familles ? Quels logements ? La France et l’Europe du Sud, Paris, INED.

BONVALET C., LELIÈVRE É. (2005), Les lieux de la famille, Espaces et sociétés, n° 2, pp. 99-122.

BREUIL-GENIER P., PONTHIEUX S. et al. (2001), Profils sur le marché du travail et caractéristiques familiales des actifs pauvres, Économie et statistique, vol. 349, n° 1, pp. 99-124.

CARRE S. (2005), La construction neuve en Île-de-France de 1990 à 2004, Paris, Direction Régionale de l’Équipement Île-de-France, Rapport.

DODIER R. (2007), Les périurbains et la ville : entre individualisme et logiques collectives, Les annales de la recherche urbaine, vol. 102, pp. 31-39.

EGGERICKX T., GAUMÉ T. et al. (2006), « Dissolution des couples et devenir des enfants : une analyse de cheminement migratoire », in Enfants d'aujourd'hui, diversité des contextes, pluralité des parcours, Dakar, Ined.

FESTY P. (1988), « Statut d'occupation du dernier domicile conjugal et mobilité résidentielle à partir de la séparation », in C. Bonvalet et P. Merlin (éds.), Transformation de la famille et de l'habitat, Paris, INED, pp. 95-106.

FREY W.H. (1985), Mover destination selectivity and the changing suburbanization of metropolitan whites and blacks, Demography, vol. 22, pp. 223-243.

GILLI F. (2002), Déplacements domicile-travail et organisation du Bassin parisien, L’Espace Geographique, vol. 31, n° 4, pp. 289-305.

GOBER P. (1986), Homogeneity versus heterogeneity in household structure : the recent experience of twenty US cities, Environment and Planning A, vol. 18, pp. 715-727.

HALL R., OGDEN P. et al. (1997), The Pattern and Structure of One-Person Households in England and Wales and France, International Journal of Population Geography, vol. 3, pp. 161-181.

INSEE, IAURIF [Eds] (2000), Territoire et population, Atlas des Franciliens, Paris, INSEE - IAURIF.

JAILLET M.-C., JALABERT G. (1985), « La société des lotis : les propriétaires pavillonnaires autour de Toulouse », Communication au Colloque d'Angers sur les périphéries urbaines, in Géographie Sociale, vol. 2, pp. 183-188.

KAUFMANN J. (1994), Les ménages d'une personne en Europe, Population (French Edition), vol. 49, n° 4, pp. 935-958.

KUIJSTEN A.C. (1996), Changing family patterns in Europe : A case of divergence, European Journal of Population/Revue Européenne de Démographie, vol. 12, n° 2, pp. 115-143.

LESTHAEGHE R. (1995), « The second demographic transition in Western countries : an interpretation », in K. O. Mason et A.-M. Jensen (eds.), Gender and family change in industrialized countries, Oxford, Clarendon, pp. 17-62.

MONNIER A., RYCHTARIKOVA J. (1991), Comment l'Europe s'est divisée entre l'Est et l'Ouest, Population (French Edition), vol. 46, n° 6, pp. 1617-1650.

MOREL-BROCHET A., MOTTE-BAUMVOL B. (2010), « Les périurbains franciliens : stratégies résidentielles, tactiques du quotidien et résistance des modes d'habiter », in M. H. Massot (éd..), Mobilités et modes de vie métropolitains, les intelligences du quotidien, Paris, L'oeil d'or, pp. 93- 110.

MOTTE-BAUMVOL B. (2007), La dépendance automobile pour l'accès des ménages aux services : le cas de la grande couronne francilienne, Revue d'économie régionale et urbaine, vol. 2007, n° 5, pp. 897-920.

MOTTE-BAUMVOL B. (2008), L’accès des ménages aux services dans l’espace périurbain francilien, Strates, vol. 14, pp. 149-164.

OGDEN P., HALL R. (2004), The second demographic transition, new household forms and the urban population of France during the 1990s, Transactions of the Institute of British Geographers, pp. 88-105.

OGDEN P.E., SCHNOEBELEN F. (2005), The rise of the small household : demographic change and household structure in Paris, Population, space and place, vol. 11, pp. 251-268.

RERAT P. (2006), Mutations urbaines, mutations démographiques. Contribution à l'explication de la déprise démographique des villes-centres, Revue d'économie régionale et urbaine, n° 5, pp. 725-750.

ROUX E., VANIER M. (2008), La périurbanisation : problématiques et perspectives, Paris, La Documentation française.

SENCÉBÉ Y. (2004), « Mobilités quotidiennes et ancrages périurbains : attrait pour la campagne ou retrait de la ville ? », in M. Bonnet et P. Aubertel (éds.), La ville aux limites de la mobilité, Paris, PUF, pp. 153-160.

SENCÉBÉ Y., LEPICIER D. (2007), Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale, EspacesTemps.net, n° 2270, 10 mai 2007, 26, http://www.espacestemps.net.

VAN DE KAA D.J. (1987), Europe’s second demographic transition, Population bulletin, vol. 42, n° 1, pp. 1-59.

WALLERSTEIN I., SMITH J. (1992), Creating and transforming households : the constraints of the world-economy, Cambridge, Cambridge University Press.

WIRTH L. (1938), Urbanism as a Way of Life, American journal of sociology, vol. 44, n° 1, pp. 1-24.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, le terme de célibataire est utilisé dans son sens commun. Il désigne une personne vivant seule.

2 La France pourrait être en bout de cycle de la seconde transition démographique puisqu’elle connaît une reprise de la fécondité imputable en totalité aux femmes de plus de 30 ans et surtout à celles de 35 ans et plus (www.insee.fr).

3 Selon la définition de l’Unité Urbaine de l’INSEE

4 Une seule classification des communes de Grande Couronne francilienne a été établie. Les évolutions mesurées sont calculées à périmètre constant pour éviter le prisme déformant des évolutions de l’urbanité dans ces territoires.

5 Le solde migratoire calculé à partir des données du recensement est une approximation. De nombreux mouvements résidentiels sont inconnus. En s’intéressant à des profils d’individus et de ménages, l’approximation est plus importante encore. Leurs caractéristiques évoluent entre deux recensements et seules les caractéristiques de l’individu à l’arrivée sont renseignées.

6 73 % des familles monoparentales sont issues d’une séparation d’après l’Enquête Histoires de Familles (INSEE, INED, 1999).

7 Le nombre de pièces du logement est la seule variable relative à la taille du logement présente dans les deux recensements utilisés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Niveaux d’urbanité des communes de la Grande Couronne francilienne
Crédits Données : BPE 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Motte-Baumvol et Leslie Belton-Chevallier, « Les territoires périurbains à l’épreuve de la progression des célibataires et familles monoparentales », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 577-589.

Référence électronique

Benjamin Motte-Baumvol et Leslie Belton-Chevallier, « Les territoires périurbains à l’épreuve de la progression des célibataires et familles monoparentales », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4711 ; DOI : 10.4000/eps.4711

Haut de page

Auteurs

Benjamin Motte-Baumvol

Université de Bourgogne
Laboratoire ThéMA (UMR 6049)
2 boulevard Gabriel
21000 Dijon
benjamin.motte@u-bourgogne.fr

Leslie Belton-Chevallier

IFSTTAR
DEST
2 rue de la Butte Verte
93166 Noisy-le-Grand Cedex
leslie.belton@enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org