Navigation – Plan du site
Articles

Dynamiques des espaces ruraux en France

Vers un modèle des trajectoires démographiques ?
Dynamics of Rural Spaces in France : Towards a Model of Demographic Trajectories ?
Marc Dedeire, Lala Razafimahefa, Pascal Chevalier et Maud Hirczak
p. 521-537

Résumés

La recomposition démographique des espaces ruraux est un phénomène acquis en France depuis une trentaine d’années. Même si elle est aujourd’hui en grande partie généralisée, elle s’inscrit encore de manière très différenciée dans l’espace et dans le temps. L’objectif de cet article est de proposer une lecture des trajectoires démographiques et de leur complexité en mettant en exergue les processus de continuité/discontinuité temporelle et spatiale auxquels les espaces ruraux sont soumis. Ce travail statistique et cartographique étudie ces trajectoires à partir de l’analyse dynamique des comportements des différentes composantes démographiques, croît naturel, solde migratoire et variation totale de la population, à l’échelle de l’ensemble des communes rurales françaises, de 1962 à 2006. Il permet d’identifier des modèles de trajectoires qui sont discutés et confrontés aux situations territoriales. Ces modèles s’inscrivent-ils dans des contextes régionaux bien identifiés ou au contraire assiste-t-on à une forte atomisation des comportements démographiques des campagnes françaises ?

Haut de page

Texte intégral

1Le comportement démographique des campagnes françaises continue à interroger et montre la persistance d’espaces ruraux à plusieurs facettes. D’un côté, des communes, situées en grande partie dans l’orbite des villes ou dans des régions devenues attractives, continuent à profiter d’une croissance démographique, parfois entamée il y a plus de quarante ans. De l’autre, des communes, dont le nombre s’amenuise au fur et à mesure des recensements, inscrivent encore dans la continuité un déclin démographique d’intensité variable et souvent séculaire. Entre les deux, des communes qui, constituant un vaste espace hétérogène et dont souvent la seule caractéristique partagée est d’être éloignée des espaces urbains, viennent grossir, selon les recensements, les effectifs de l’un ou l’autre de ces deux ensembles extrêmes.

2Si personne ne nie le fait qu’il existe bel et bien de fortes inégalités géographiques dans la recomposition démographique des campagnes [Bessy-Pietri et al., 2001], plus rares sont les chercheurs qui interprètent celles-ci dans leur rapport croisé avec le temps. Dans les différents travaux, les approches spatiale et temporelle des processus ont rarement été analysées de manière articulée. Elles ont souvent amené à interpréter abusivement comme durables certains processus de croissance ou de déclin. Elles ont aussi parfois conduit à élaborer des modèles d’évolution de la population rurale, alors que, pris sur le moyen terme et dans sa dimension spatiale, la recomposition démographique mérite d’être abordée de façon plus nuancée [Cognard, 2001]. Il en est de même des mécanismes constitutifs de cette recomposition au travers de l’articulation du croît naturel et du solde migratoire dont les multiples combinaisons peuvent offrir différentes interprétations d’un même processus de croissance ou de déclin.

3Le déclin peut résulter de l’érosion concomitante du croît naturel et du solde migratoire dans un processus d’exode rural, comme d’une dynamique asymétrique de ces deux composantes, la croissance de l’une ne compensant pas le déficit de l’autre. Globalement, le renversement des flux migratoires conduisant à l'affirmation quantitative de soldes migratoires positifs ou, tout au moins, de moins en moins négatifs remettent souvent en cause cet exode rural généralisé et séculaire. Il en est de même pour la situation de croissance qui peut exprimer à la fois une revitalisation démographique totale [Berger et al., 1997] caractérisée par une évolution positive cumulée des deux composantes, soit un simple repeuplement [Schmitt, 1999], le croît naturel encore déficitaire étant compensé par l’apport migratoire.

4Dans le prolongement des travaux réalisés sur les évolutions démographiques des espaces ruraux en France (voir entre autres Espace Populations Sociétés, 2001, n° 1-2), cet article présente une analyse des trajectoires de recomposition rurale et de leurs effets spatiaux à l’échelle communale sur les cinquante dernières années. Comment les différents rythmes et intensités de la recomposition se traduisent-ils dans l’espace ? Existe-t-il des profils-types de trajectoire de recomposition ? Si oui, s’inscrivent-ils dans des contextes régionaux bien identifiés ? Ce travail, essentiellement statistique et cartographique, s’organise en deux parties. Dans la première, on s’intéresse aux différents profils d’évolution démographique sur les 50 dernières années. Comment ont-ils évolué dans le temps ? Quelle lecture offrent-ils à voir de l’espace national en général et de l’espace rural en particulier ? Dans une seconde étape, à partir de l’élaboration d’un modèle théorique des trajectoires démographiques combinant, par périodes intercensitaires, solde migratoire, croît naturel et variation de la population, il est question de suivre et d’analyser les différentes « phases » de la recomposition démographique rurale. Comment s’inscrivent-elles dans le temps et dans l’espace et comment s’articulent-elles entre elles ?

1. Une dynamique démographique différenciée selon les catégories spatiales2 ?

1.1. D’une croissance généralisée

5Globalement, la recomposition démographique des espaces ruraux français est aujourd’hui une réalité confirmée. Depuis plus d’une cinquantaine d’années, les recensements généraux de la population confirment un repeuplement de l’espace rural qui, à chaque période intercensitaire, paraît prendre de l’ampleur. Les derniers résultats du recensement de 2006 confirment cette tendance qui semble à présent, à l’échelle nationale, bien s’inscrire dans la durée. Aujourd’hui, un peu plus de 14 millions de personnes, soit 24 % de la population de la France métropolitaine, résident dans l’espace à dominante rurale tel qu’il a été défini sur la base des résultats du recensement de 1999.

Encadré 1. Le zonage en aires urbaines et son complément rural

  • 3 PERRIER-CORNET P. (2004), L’avenir des espaces ruraux français, dynamiques et prospectives des espa (...)

Le zonage en aires urbaines et des espaces ruraux (ZAUER) est une nomenclature spatiale établie par l’INSEE en France (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) depuis 1996. Les catégories spatiales sont construites sur la base de deux indicateurs principaux : les effectifs de l’emploi et les déplacements domicile-travail. Elles distinguent l’espace à dominante urbaine de l’espace à dominante rurale.

L’espace à dominante urbaine est constitué d’aires urbaines et de communes multipolarisées. Chaque aire urbaine est formée d’un pôle urbain (agglomération comptant au moins 5000 emplois au recensement de 1999) et, le cas échéant, d’un ensemble de communes appelé « couronne périurbaine », dont au moins 40 % des actifs résidents sont migrants alternants et travaillent dans l’aire urbaine.

L’espace à dominante rurale est défini comme complément de l’espace à dominante urbaine. Il est composé de pôles ruraux (petites villes comptant au moins 1500 emplois au recensement de 1999) et, le cas échéant, d’un ensemble de communes appelé « périphéries des pôles ruraux », dont au moins 40 % des actifs résidents sont migrants alternants et travaillent dans l’aire d’emploi, et d’autres communes rurales, autrefois appelées rural isolé.3.

6Selon cette même définition, entre 1962 et 2006, la population rurale française s’est accrue de plus de 12 % dépassant même le niveau qu’elle atteignait cinquante ans plus tôt. Cependant, le regain de croissance générale des espaces ruraux doit être relativisé car celui-ci n’a pas été suffisant pour empêcher que son poids dans la population totale ne continue à décroître. Il est vrai que, dans le même temps, la croissance démographique des espaces urbains, et plus particulièrement des communes périurbaines, s’est poursuivie à un rythme bien plus rapide (+250 % en 50 ans).

7Pour mesurer l’importance de ce processus de recomposition démographique de l’espace rural, il faut le restituer, au préalable, dans un contexte historique du peuplement des campagnes. Au niveau national, le développement du capitalisme industriel s’est accompagné, notamment dans la seconde moitié du 19ème siècle et au cours de la première moitié du siècle suivant, d’un glissement massif et durable de la population agricole et rurale vers les villes et les activités industrielles. La période de l’après-guerre, qualifiée des Trente Glorieuses, connaît encore une accentuation de l’exode rural consécutif à la modernisation accélérée de l’agriculture française et la forte expansion des pôles urbains. Avec le déploiement de l’économie tertiaire, les villes connaissent un accroissement démographique important avec son apogée (+3,5 % par an) entre 1975 et 1982 (figure 1). Même si celui-ci reste largement positif depuis, il enregistre un tassement sensible à partir des années 80, démontrant ainsi que les villes ne sont plus, comme par le passé, marquées par un transfert conséquent et univoque de la population provenant de leurs campagnes environnantes, les migrations rurales interrégionales l’emportant de plus en plus sur les transferts intra-régionaux [INSEE, INRA, 1998]. De plus, l’accroissement s’opère désormais essentiellement au bénéfice de la périphérie de ces pôles qui, à partir du début de la décennie 80, devient la catégorie spatiale la plus dynamique. Dans le même temps, les pôles ruraux et leurs périphéries enregistrent une variation plus linéaire de leur population. Seule catégorie spatiale avec les pôles urbains à connaître une croissance positive ininterrompue depuis 1962, ils constituent encore des centres d’emplois relativement attractifs et stables.

Figure 1. Profils de la variation annuelle de la population totale (1962– 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Figure 1. Profils de la variation annuelle de la population totale (1962– 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Source : INSEE RGP 2009.

8Le profil le plus original concerne les espaces qualifiés « d’autres communes rurales », précédemment nommées « rural isolé », vaste espace hétérogène de plus de 10 000 communes. Marqué par la poursuite d’un déclin démographique parfois séculaire jusqu’en 1982, celui-ci renoue avec la croissance dès le début de la décennie 90 ; croissance renforcée dans la période suivante avec un taux de variation inégalé jusqu’alors de +0,8 % par an.

9De manière générale, le renversement de tendance dans les espaces ruraux, amorcé à l’échelle nationale dès le milieu de la décennie 70, reste toujours essentiellement, voire exclusivement, le fait d’une inversion du solde migratoire, maintes fois étudié et souligné [Kayser, 1990], dont le profil d’évolution (figure 2.) est fortement corrélé à celui de la variation totale de population. Depuis plus d’une trentaine d’années, cet apport humain redonne à l’espace rural, pris dans son ensemble, une certaine dynamique. Il est bien entendu que le rôle joué par ce facteur dans la croissance démographique est très différent selon la position des communes dans l’armature urbaine. Les communes sous l’influence directe des villes, les pôles ruraux et leurs périphéries, sont caractérisées par les soldes migratoires les plus importants depuis une quarantaine d’années. Ailleurs, dans les espaces ruraux les plus éloignés, le mouvement séculaire de l’exode rural ne s’est véritablement tari qu’à partir de la décennie 80 avec un solde migratoire seulement excédentaire au tournant des années 90 (+1 % par an).

Figure 2. Profils de la variation annuelle due au solde migratoire (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Figure 2. Profils de la variation annuelle due au solde migratoire (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Source : INSEE RGP 2009.

10La comparaison entre la dynamique démographique de l’espace rural et de l’espace urbain permet de dégager les changements qui se sont effectués depuis. La période 1968-1975 apparaît comme la plus importante dans le retournement des déterminants démographiques. Les deux composantes, croît naturel et solde migratoire, vont effectuer un renversement de tendances au profit de l’espace rural. Le croît naturel dont le caractère positif, voire très positif, caractérisant jusque-là les populations rurales, devient négatif dans des espaces de plus en plus soumis à une ponction migratoire conséquente de leur population la plus jeune en âge de procréer. Mais, dans le même temps, le solde migratoire négatif devient égal à zéro, préfigurant un renversement des tendances.

Figure 3. Profils de la variation annuelle due au croît naturel (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Figure 3. Profils de la variation annuelle due au croît naturel (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)

Source : INSEE RGP 2009.

11La situation est à opposer à celle qu’ont connue les pôles urbains. C’est au cours de cette même période (68-75) que les villes connaissent un tassement sensible de leur dynamique démographique. Si cette dernière reste malgré tout toujours positive, le solde migratoire s’y effondre brutalement à partir de la décennie 90, passant de +2,2 % en moyenne par an entre 1968 et 1975 à moins de 0,3 % dès 1990 (variation la plus faible au niveau national). Avec une forte variation de +1,9 % par an entre 1975 et 1982, celui-ci baisse également dans les périphéries de ces pôles. Ceci étant, le croît naturel y reste toujours largement excédentaire, démontrant la poursuite du rajeunissement des villes et surtout de leurs périphéries dans la dernière période intercensitaire avec globalement bien plus de naissances que de décès. Inversement, le vieillissement des campagnes reste responsable de la situation encore délicate du croît naturel, même si la tendance semble s’atténuer depuis 1982 du fait notamment de l’arrivée de nouvelles populations plus jeunes, particulièrement dans les pôles ruraux, leurs périphéries et les espaces ruraux soumis plus ou moins directement à l’influence des villes. En fait, on s’aperçoit qu’encore en 2006, la composante croît naturel est toujours la plus pénalisante pour les communes rurales les plus isolées.

I-2. Á une renaissance démographique spatialement sélective

12Les profils généraux présentés ci-dessus attestent bien d’une reprise démographique des campagnes françaises sur les dernières périodes intercensitaires. Certes, leur rythme de croissance est moins important que pour le reste du pays, mais son solde migratoire est désormais globalement positif. Cependant, ces données moyennes masquent en réalité des écarts considérables d’une région à l’autre et à l’intérieur même de celles-ci. S’il y a un mieux dans les espaces ruraux ces 20 dernières années, l’espoir d’un turnaround généralisé à l’anglo-saxonne à l’ensemble des campagnes [Frey, 1987] né avec les résultats du recensement de 1999, semble faire place désormais à une analyse plus mesurée et même parfois empreinte d’ambiguïté. La croissance s’avère de plus en plus inégalement partagée, et les résultats du dernier recensement semblent conforter des écarts désormais importants entre des régions où cette croissance paraît réellement s’affirmer et celles où elle reste encore extrêmement fragile et éparse.

13Globalement, en 2006, plus de 85 % des communes de l’espace à dominante rurale gagnent des habitants, dont certaines qui, il y a encore peu de temps, étaient qualifiées de fragiles ou de profondes et paraissaient soumises à un inéluctable déclin [Béteille, 1981 ; Cognard, 2001 ; Diry, 2004]. Au-delà de ce simple constat qui pourrait soulever l’enthousiasme, il faut néanmoins noter que ce n’est à peine que 3 % de plus qu’en 1999, alors qu’entre 1990 et 1999, ce nombre de communes en croissance augmentait de plus de 20 %. Cette faible évolution peut s’expliquer de deux manières : tout d’abord, par le maintien, voire le renforcement de certaines poches de déclin, peut-être plus résistantes au renversement des trajectoires démographiques que d’autres ; et ensuite par un retour à une baisse démographique dans des communes où la croissance, plus ou moins récente, est fragilisée par de nouveaux contextes économiques moins favorables que par le passé. Cela invite donc à relire la recomposition démographique des espaces ruraux de manière souvent plus mesurée que ne le laisse supposer l’approche globale.

  • 4 En vue d’obtenir une lecture « spatialisée » de la dynamique, on considère, à l’échelle des 36 000 (...)

14La typologie communale des profils-types de variation de la population4 montre que la tendance à l’amélioration générale, amorcée dans les années 70, et perdurant depuis, doit être fortement relativisée lorsqu’on l’inscrit dans l’espace et dans le temps.

Figure 4. Profils-types de la variation annuelle de la population totale entre 1962 et 2006

Figure 4. Profils-types de la variation annuelle de la population totale entre 1962 et 2006

Source : INSEE RGP 2009.

Tableau 1. Répartition des profils-types de variation de la population totale selon les catégories d’espace

Catégorie d’espace

Type 1

Type 2

Type 3

Type 4

Type 5

Type 6

Total général

1. Pôles urbains

38%

10%

2%

5%

5%

50%

100,0%

2. Périphérie urbaine

20%

27%

11%

0,4%

4%

38%

100,0%

3. Pôles ruraux et leurs périphéries

49%

25%

4%

0,3%

1%

20%

100,0%

4. Autres communes rurales

51%

35%

6%

0,1%

0,3%

7%

100,0%

Profil national

37%

29%

8%

0,6%

2%

24%

100,0%

Source : INSEE RGP 2010.

15Globalement, moins de 50 % des communes appartenant à la catégorie « autres communes rurales » connaissent une reprise qui semble s’inscrire dans la durée (types 2 et 3) et accentuer une tendance déjà observée dans les périodes intercensitaires précédentes. Tout comme près de la moitié des pôles urbains et 38,3 % de leurs périphéries, seulement 20,4 % des pôles ruraux ont une croissance réellement stable depuis 40 ans (type 6). À l’inverse, plus de la moitié des communes rurales « isolées » et des pôles ruraux connaissent encore un déclin, même si celui-ci semble s’atténuer dans les dernières périodes intercensitaires (type 1).

2. Les phases de la recomposition rurale et leur inscription dans les trajectoires démographiques des communes françaises

16Pour suivre les changements démographiques qui se sont opérés depuis 50 ans et offrir une lecture synthétique des processus en œuvre, nous nous proposons maintenant d’analyser plus systématiquement l’articulation entre solde migratoire et croît naturel selon les différentes périodes intercensitaires. À partir d’un modèle théorique inspiré par les travaux de E. Font (1994) et repris par A. Berger et al. (2005) identifiant une trajectoire démographique « type » de la commune rurale française, il s’agit de suivre et d’analyser plus précisément les comportements des espaces ruraux au prisme de la tendance générale. Avec quels rythmes et selon quelles modalités se recomposent-ils ?

2.1. Un modèle d’évolution démographique comme cadrage méthodologique

17Le modèle de la recomposition démographique de l’espace rural (figure 5) va donc servir de cadre méthodologique à l’analyse suivante. Globalement, celui-ci appréhende l’évolution démographique des campagnes à partir de la combinaison des composantes (croît naturel et solde migratoire) et de ses effets sur la variation totale de population. Il identifie quatre phases de recomposition.

Figure 5. Les quatre phases de la recomposition démographique des espaces ruraux

Figure 5. Les quatre phases de la recomposition démographique des espaces ruraux

Source : Berger et al. (2005).

18La première phase correspond à une situation d’exode. Elle est marquée par une variation de plus en plus négative de la population totale sous l’effet exclusif d’un solde migratoire très largement déficitaire, le croît naturel étant encore souvent excédentaire. La seconde phase, qualifiée de transitoire se distingue de la précédente par le tassement progressif de l’exode rural sous l’effet d’une inversion des comportements migratoires. Même si la poursuite du départ des forces vives de l’espace rural se maintient, accentuant le vieillissement, de nouvelles formes migratoires commencent à s’affirmer. L’installation de nouvelles populations compense progressivement les départs consécutifs à la poursuite de l’exode rural traditionnel. Le solde migratoire devenant nul, puis positif, contrebalance progressivement le déclin lié à un croît naturel de plus en plus négatif, consécutif à la poursuite du vieillissement de la population. Au terme de cette phase, l’équilibre entre les deux composantes démographiques conduit à une stabilisation de la population rurale.

19La troisième phase, qualifiée de repeuplement, est largement dominée par les courants migratoires dont bénéficie l’espace rural et dont le rôle moteur agit de deux manières sur la dynamique démographique rurale. L’une est quantitative. Elle s’exprime par une accentuation des gains de population, de plus en plus de ménages venant s’installer dans une commune rurale. L’autre est plus qualitative puisque les migrants arrivant en milieu rural sont essentiellement des jeunes couples avec des enfants en bas âge ou à naître. Ils peuvent contrecarrer à terme la tendance au vieillissement de la population rurale, modifier par là même le comportement naturel de l’ensemble de la population et transformer la société locale. Ainsi, à la fin de la phase de repeuplement, le solde naturel est à l’équilibre. Le retour à un croît naturel positif marque alors une reprise de la croissance endogène de la population rurale, qui justifie le qualificatif donné à la dernière phase, la revitalisation. La croissance de la population résulte de la conjonction de cette dynamique endogène et d’un stimulant exogène, le solde migratoire, toujours positif même s’il peut parfois connaître un certain tassement. Au travers de l’évolution de la population des communes rurales, l’hypothèse est donc faite que le solde migratoire, dans ses aspects quantitatif et qualitatif, joue bien, sur le long et le moyen terme, un rôle prépondérant pour la restauration du croît naturel et donc pour le passage du repeuplement à la revitalisation. L’on peut considérer qu’à partir d’une croissance strictement exogène (sous le seul effet du solde migratoire) apparaît un phénomène partiellement endogène puisque le solde naturel restauré contribue, lui aussi, à la croissance de la population rurale.

2.2. Un schéma d’évolution théoriquement pertinent à l’échelle des catégories spatiales

20Comme il a été précisé auparavant, l’ensemble des communes de l’espace à dominante rurale a bénéficié du regain de la croissance démographique au niveau national. Le graphique suivant (figure 6) montre, pour chaque catégorie d’espace, l’évolution de la variation de la population, de ses composantes en valeurs brutes et de l’insertion de celles-ci dans le modèle. Bien que l’évolution du solde migratoire ne corresponde pas strictement en début de période, pour les pôles ruraux, à celui du schéma proposé (ce dernier étant déjà positif dans les années 60), l’espace à dominante rurale, et notamment le moins polarisé, se comporte bien comme dans le modèle proposé. Jusqu’en 1968, il est encore dans une phase d’exode. C’est après cette date que son solde migratoire, tout en étant encore négatif, amorce un renversement de tendance, qui le fait basculer, dès le début des années 68-75, dans une phase transitoire. Mais c’est surtout au tournant des années 90 que celui-ci s’accélère faisant passer le rural le plus isolé vers une phase de repeuplement qu’il ne va pas véritablement quitter depuis. En effet, contrairement aux autres catégories spatiales et notamment aux pôles ruraux, aujourd’hui en phase de revitalisation – c'est-à-dire cumulant à nouveau croissance exogène et endogène – les communes du rural isolé semblent toujours freinées dans leur dynamique démographique par un déficit naturel qui a toujours du mal à se combler. Si, durant la période précédente, celui-ci semblait en voie de résorption – conséquence probable de la baisse de l’âge moyen des migrants en « quête de campagne » – et laisser supposer le passage des communes du rural isolé en phase de revitalisation, la dernière période intercensitaire montre qu’il n’en est encore rien. Certes, si quantitativement, le solde migratoire a bien continué à progresser, qualitativement, l’âge moyen des migrants dans l’espace rural n’a pas poursuivi sa baisse [Baccaïni, 2005] et donc n’a pu contrecarrer suffisamment le vieillissement naturel de la population rurale. À l’inverse, les périphéries des pôles urbains et les pôles ruraux sont les espaces les plus avancés dans la revitalisation. Ils sont également les plus dynamiques en termes économique [Baccaïni, 2005].

Figure 6. Trajectoires démographiques des différents types d’espace (définiton ZAUER 1999) selon les phases de la recomposition

Figure 6. Trajectoires démographiques des différents types d’espace (définiton ZAUER 1999) selon les phases de la recomposition

Source : INSEE RGP 2009

2.3. Mais des trajectoires locales bien plus complexes

21Si les évolutions de la population par catégorie d’espace confirment bien le fait que les trajectoires démographiques globales tendent vers une phase de revitalisation (phase atteinte ou en voie de l’être), il semble intéressant maintenant de descendre d’un degré dans la hiérarchie territoriale afin d’observer plus finement les trajectoires des 36 000 communes françaises au prisme de ce modèle.

22Dans celui-ci, qui s’inscrit dans la lignée des grandes tendances observées ces 50 dernières années, les quatre phases démographiques se succèdent chronologiquement ; la recomposition, essentiellement sous l’impulsion migratoire (dans ses aspects quantitatif et qualitatif), se faisant théoriquement dans le sens le plus favorable (de l’exode à la revitalisation), mais avec plus ou moins de rapidité selon les contextes. Or, comme on l’observe à une échelle locale, et malgré des tendances lourdes, les trajectoires démographiques ne sont pas homogènes et confirment bien des comportements disparates au sein d’une même catégorie spatiale. Selon les cas, elles apparaissent comme une manifestation de continuité et vont effectivement dans le sens du modèle théorique proposé, c'est-à-dire vers un processus de revitalisation. Mais elles peuvent aussi traduire des comportements plus ambigus, moins linéaires et dans ce cas, elles semblent aller à contre-courant des tendances lourdes qu’elles remettent partiellement en cause.

2.3.1. Identification de types de trajectoires

23D’un point de vue méthodologique, nous avons donc suivi le comportement démographique des 36 000 communes françaises au prisme du modèle d’évolution présenté ci-dessus. Nous y avons également inclus les communes de l’espace à dominante urbaine (pôles urbains et périphérie), les trajectoires démographiques des campagnes ne pouvant pas se lire et s’interpréter de manière indépendante de celles des villes et de leurs agglomérations.

24Dans cet objectif, nous avons défini cinq périodes glissantes couvrant chacune deux intervalles intercensitaires consécutifs : 1962-1975 (P1), 1968-1982 (P2), 1975-1990 (P3), 1982-1999 (P4) et 1990-2006 (P5). La trajectoire démographique d’une commune se matérialise ainsi par l’enchaînement de ses phases démographiques au cours de ces cinq périodes.

25Il convient donc en premier lieu, pour chaque commune et pour chaque période, de déterminer la phase de recomposition (exode, transition, repeuplement ou revitalisation) dans laquelle la commune se trouve. Cette détermination, se conformant au modèle présenté au paragraphe 2.1., repose sur une conjugaison de la dynamique des trois composantes (c’est-à-dire l’augmentation ou la diminution de la variation totale de population, du croît naturel et du solde migratoire) avec la situation démographique atteinte à la fin de la période considérée (à savoir si les composantes sont positives ou négatives).

26En second lieu, la caractérisation proprement dite de la trajectoire démographique d’une commune combine d’une part la manière dont l’ensemble de ses cinq phases s’enchaînent et, d’autre part, la comparaison de ses deux phases extrêmes P1 et P5. On aboutit ainsi au classement des 36 000 communes françaises en 2 catégories, elles-mêmes subdivisées en 3 groupes (figure 7).

27La première catégorie identifie les communes dont la trajectoire démographique, qualifiée de « linéaire », présente un aspect ordonné dans l’enchaînement des phases de la recomposition, et donc une permanence de tendance. Cet enchaînement peut-être :

  • soit croissant, ce qui signifie que la commune accède à une phase plus favorable à chaque changement de période. On parlera alors de « commune en croissance constante ». C’est ce type de commune qui s’inscrit véritablement dans le modèle ;

  • soit plat, la commune demeurant alors dans la même phase sur les cinq périodes. On la qualifiera de « commune en stabilisation constante » ;

  • soit décroissant, la commune déclinant vers une phase de niveau inférieur à chaque changement de période. On parlera de « commune en déclin constant ».

28La seconde catégorie regroupe les communes dont la trajectoire, plus incertaine, est qualifiée de « complexe ». Les différentes phases de la recomposition s’enchaînent dans un ordre en apparence aléatoire, traduisant des ruptures, parfois brutales et rapides, voire des retournements de tendance plus ou moins durables. Selon le niveau (supérieur, égal ou inférieur) de leur phase finale par rapport à celui de leur phase initiale, on parlera de « communes globalement en croissance », de « communes globalement stabilisées » ou de « communes globalement en déclin ».

Figure 7. Modélisation des trajectoires démographiques linéaires et complexes

Figure 7. Modélisation des trajectoires démographiques linéaires et complexes

2.3.2. Inscription spatiale des types de trajectoires

29Les communes dont les trajectoires démographiques sont linéaires représentent seulement 14 % de l’ensemble des collectivités locales (tableau 2) parmi lesquelles plus des trois-quarts sont aujourd’hui en phase de revitalisation ou tout au moins tendent par une croissance constante vers celle-ci (type 1a). Même si on trouve pour partie des pôles urbains où les croissances exogène et endogène se cumulent sans faillir depuis plus de 50 ans, certaines campagnes inscrivent dans la durée une tendance favorable.

30Les communes rurales de ce type, dont l’ancienneté de la croissance ne s’est pas démentie avec le temps, sont essentiellement représentées dans les régions du Sud-Est de la France et de l’ouest du grand bassin parisien. Ces campagnes, fortement reliées aux dynamiques urbaines environnantes et en croissance démographique, présentent en général des activités économiques diversifiées, notamment tertiaires, et conjuguent, au moins pour plus des trois- quarts d’entre elles (Beaujolais, Monts du Lyonnais, sud de la Normandie et grande couronne parisienne), des soldes naturel et migratoire qui s’intensifient à chaque recensement. Seule exception à ce tableau, la Provence qui, malgré une croissance démographique des plus soutenues dans le pays, accuse dans la dernière décennie un tassement de sa croissance naturelle, probablement lié au vieillissement progressif de toute une région.

31Toutefois, à part quelques pôles ruraux du sud de la France, désormais en phase de revitalisation, rares sont les communes rurales à avoir atteint en 2006 le stade ultime de la recomposition. Elles sont encore, en grande majorité, en phase de repeuplement qu’elles ont atteint au tournant des années 90. Néanmoins, certaines, notamment dans les Cévennes, le Périgord, les massifs provençaux, les contreforts orientaux des Pyrénées et quelques vallées alpines, dont le rythme de la recomposition s’est accéléré ces 20 dernières années, sont en passe de glisser de la phase de repeuplement à celle de la revitalisation. Ce passage traduit le commencement d’une croissance démographique en partie proprement rurale, qui devrait s’avérer auto-cumulative dans le temps (le rajeunissement de la population sous l’effet migratoire se répercutant sur l’amélioration du croît naturel). S’il existe quelques différences infrarégionales, elles se font seulement en termes d’intensité et de décalage temporel.

Figure 8. Les communes en croissance démographique (1962 - 2006)

Figure 8. Les communes en croissance démographique (1962 - 2006)

Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.

Figure 9. Les communes en stabilité démographique (1962- 2006)

Figure 9. Les communes en stabilité démographique (1962- 2006)

Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.

32À l’autre extrême, en 2006, peu de communes rurales restent engagées dans une trajectoire de déclin constant depuis 50 ans (type 1c). Elles représentent moins de 130 collectivités, réparties essentiellement à la périphérie orientale du Massif central (Monts du Lyonnais, Monts du Forez) où les déficits migratoires déjà importants dans les années 60 et responsables de la situation particulièrement délicate du croît naturel, se sont maintenus, voire accentués. Les communes en stabilisation constante (type 1b) se situent pour les entités rurales, au sein de la région Centre et des Pays de la Loire même si une dissémination est constatée (92 cas au total).

Figure 10. Les communes en déclin démographique (1962- 2006)

Figure 10. Les communes en déclin démographique (1962- 2006)

Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.

Tableau 2. Trajectoires démographiques des communes selon les catégories d’espaces (ZAUER 1999) entre 1962 et 2006

Tableau 2. Trajectoires démographiques des communes selon les catégories d’espaces (ZAUER 1999) entre 1962 et 2006

Source : INSEE RGP 2010.

33Les communes aux trajectoires démographiques complexes et globalement en déclin (type 2c), qui représentent 21 % des collectivités locales, ont par définition une situation en 2006 bien moins favorable qu’elle ne l’était en 1962. Même si 90 % d’entre elles ont connu une phase de revitalisation plus ou moins intense dans les périodes intercensitaires 1962 - 1982, le gain accumulé pendant ces années n’a pas permis de compenser l’hémorragie globale de la population. Ces communes sont revenues pour la plupart d’entre elles dans une phase de transition ou d’exode avec perte de population.

34Il s’agit d’abord de communes périurbaines ou de pôles urbains (agglomérations de l’Est de la France, premières couronnes urbaines des villes d’Île-de-France, etc.) dont l’apport migratoire, généralement ancien et aujourd’hui tari, ne permet plus de contrebalancer un croît naturel devenu légèrement déficitaire. L’élévation du coût du foncier à l’échelle des agglomérations, les surcoûts engendrés par les mobilités quotidiennes mais surtout le manque récurent de foncier disponible ayant largement freiné la dynamique démographique d’espaces devenant à chaque fois plus vieillissants.

35Il s’agit aussi de communes rurales souvent de très faible densité qui, après une légère reprise dans la décennie 90, renouent à nouveau avec un déclin démographique (périphéries occidentales du Massif central, Massif ardennais). Ces communes, revenues pour la majorité d’entres elles dans une phase de transition après avoir connu un repeuplement, sont plus sensibles au déficit naturel.

36Prises en écharpe du sud-ouest du Massif central aux Ardennes et du centre du massif armoricain au nord-est du pays, les autres communes rurales du type 2c connaissent un profil de variation démographique plus incertain. Pour 25 % d’entre elles (Monts du Cantal, Plateaux limousin et ardéchois), malgré le fait d’un léger excédent migratoire depuis le milieu des années 90, le dépeuplement perdure sous l’effet d’un déficit naturel encore catastrophique. Pour d’autres (Morvan, Cantal, Lévezou, Velay), le déclin séculaire, ne laissant place à une légère reprise que très récemment, ne permet pas encore de conclure à un renversement durable de tendance. Enfin, et c’est peut-être une nouveauté par rapport aux situations précédentes, dans les campagnes de l’Est (Franche-Comté, est de la Lorraine et du plateau Picard) et en dépit de leur vitalité naturelle, la dégradation du bilan migratoire, reflet probable de difficultés industrielles majeures, se traduit par un déclin démographique après parfois plus de 30 ans de croissance.

37Tout comme l’origine du retournement de tendance, l’essentiel de la croissance démographique des communes rurales du type 2a (trajectoire complexe globalement en croissance) est à attribuer au solde migratoire et à ses aléas dont le profil d’évolution est très souvent corrélé avec celui de la variation totale de la population. Durant la période 1999-2006, plus de 90 % de ces communes, dont la croissance démographique est effective dans la durée, bénéficient d’un solde migratoire positif ; constat global d’amélioration qui doit être quelque peu tempéré par l’examen du détail des différents profils communaux. D’abord, il ne faut pas oublier la loi des petits nombres et le fait que le surplus démographique signifie parfois plus la rareté des départs que l’arrivée réelle de nouvelles populations dans la plupart de ces espaces, souvent de très faible densité. Ensuite, une césure fondamentale existe toujours entre les communes qui présentent encore un déficit naturel important ou modéré (contreforts méridionaux du Massif central) et celles plus urbanisées qui affichent une meilleure dynamique naturelle (Bretagne, Touraine, région angevine, Poitou, etc.).

38Alors qu’en Haute-Vienne ou dans le Lot, les communes du type 2b, globalement stabilisées (qui représentent désormais plus de 60 % de l’ensemble des communes à dominante rurale des deux départements) accusent encore un déficit naturel, à l’inverse, en Indre-et-Loire ou dans le Maine-et-Loire, elles affichent toutes des bilans naturels positifs. Cette situation, qui est vraisemblablement à relier à une inversion de la balance migratoire plus ancienne dans l’Ouest du pays que dans les régions du centre ou du sud-ouest, semble avoir permis à ces communes de renouer localement avec une croissance naturelle positive. Tendance encore timide mais potentiellement prometteuse pour d’autres régions qui, de manière diachronique, apparaissent de plus en plus attractives au fil du temps.

Conclusion

39Au-delà de la diversité des cas communaux, le modèle de recomposition démographique et son application au niveau national offrent une vision globalement favorable des trajectoires démographiques de l’espace rural. À quelques exceptions près, la recomposition rurale est aujourd’hui une réalité généralisée que plus personne ne conteste en France, et qui concourt à stabiliser les structures démographiques locales. Ainsi, pour la plupart des communes rurales, les phases de transition ou de repeuplement (largement majoritaires) peuvent être considérées comme de bons indicateurs de vigueur et d’intensité de la dynamique rurale. Ces phases, qui peuvent s’étendre sur moins d’un recensement dans une grande partie des communes du Sud du pays où la recomposition a été relativement rapide (avant-pays méditerranéen, Sud-Ouest, etc.), en couvre plus de trois dans les communes dont la recomposition, certes effective, est bien plus lente (Cévennes, cœur de la Bretagne, Berry, etc.).

40D’une manière plus générale, il semble qu’au-delà du binôme urbanisation/désertification, on puisse observer de nouvelles formes de répartition des hommes dans l’espace, une nouvelle voie qui est celle du repeuplement rural, voire de la revitalisation, très sensible aux contextes régionaux. Dans ce cas, l’élément primordial est sans doute le passage du repeuplement à la revitalisation. Ce passage matérialise le glissement de la croissance strictement exogène à une croissance partiellement endogène. Ainsi, d’un moteur exclusivement migratoire jusqu’à la fin de la phase de repeuplement, on passe à un retournement naturel moteur qui traduit le commencement d’une croissance démographique en partie proprement rurale.

41Cependant, les différences infrarégionales, lorsqu’elles existent, se font en termes d’intensité et de décalage temporel. Celles-ci, traduisant des rythmes de recomposition très différenciés malgré des contextes territoriaux pouvant paraître similaires au départ, renvoient à deux mécanismes.

42Le premier concerne le point de départ de la recomposition qui est très différent selon les régions. Il reflète souvent des situations économiques spécifiques. Les communes ayant connu un exode rural précoce, et surtout les mieux reliées aux villes, comme c’est le cas en Touraine, en Bourgogne, et de manière plus large dans l’ensemble du Bassin parisien et picard, sont celles qui se sont repeuplées le plus tôt et ont bénéficié des premiers effets de l’attractivité résidentielle.

43Le second concerne la rapidité avec laquelle la recomposition s’est produite. Alors qu’elle est relativement lente et continue dans ces mêmes régions, elle est beaucoup bien plus intense dans le Sud, qui poursuit depuis 20 ans sa revanche sur l’histoire économique du pays [Berger et al., 1989 ; Berger, 1996]. Mais, de manière générale, elle atteste toujours du rôle de la ville dans la recomposition des espaces ruraux. Le repeuplement est fréquent dans les régions dans lesquelles les maillages urbains et denses sont capables de dynamiser leurs régions environnantes (Ouest de la France, Bretagne, Pays de la Loire) [Chevalier et al., 2010]. Ceci dit, des phénomènes plus autonomes de recomposition existent dans des régions où ils ne sont pas liés aussi fortement aux villes, comme c’est le cas dans le Massif central français (dans sa partie méridionale) ou dans les régions touristiques du Sud-Ouest ou des Alpes.

44Néanmoins, dire que ces régions basculent désormais vers une revitalisation démographique globale ne suffit pas pour conclure à une revitalisation générale, c'est-à-dire également économique et sociale. La stricte augmentation de la population rurale dans ces régions ne suffit pas pour revitaliser complètement les espaces ruraux, qui vivent désormais d’une économie résidentielle dont les retombées économiques, à l’échelle des communes, sont encore incertaines et dépendent des nouveaux comportements des ménages et des entreprises [Chevalier, 2006].

45Nonobstant, les différences communales semblent désormais s’accentuer, remettant en cause l’idée d’un turnaround spatialement généralisé. Si ces différences peuvent s’expliquer en partie en termes d’intensité ou de simple décalage des processus, force est de constater que les trajectoires démographiques locales ne s’inscrivent plus toutes dans le même modèle. Dans certains espaces désormais soumis à nouveau à des processus de dévitalisation démographique après avoir connu des phases de croissance, le déclin s’explique pour partie par des processus de restructuration économique aux conséquences fortes sur l’emploi et la localisation des populations. Dès lors, de nouveaux modèles régionaux de dynamiques démographiques semblent être une entrée à privilégier car le processus peut être distingué selon la situation et les dynamiques territoriales que les régions peuvent vivre, à travers leur campagne mais aussi leurs littoraux ou leur métropole.

Haut de page

Bibliographie

BACCAÏNI Brigitte (2005), Enquêtes annuelles de recensement : résultats de la collecte de 2004. Des changements de région plus fréquents qui bénéficient aux régions du sud et de l’ouest, INSEE première, n° 1028, (juillet).

BERGER A. (1996), La recomposition de l’espace rural en Europe du sud : l’exemple français, Pôle Sud, n° 5, pp. 57-74.

BERGER A. CATANZANO J., FORNAIRON J., ROUZIER J. (1989), La revanche du sud, Paris, L’harmattan, Logiques sociales.

BERGER A., CHEVALIER P., DEDEIRE M. (2005), Les nouveaux territoires ruraux. Eléments d’analyse, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée.

BERGER A., DEDEIRE M., FONT E, BRETEL J.-M. (1997), Nouveaux espaces ruraux en Languedoc-Roussillon, Territoires en Mutation, n° 1, (janvier), 150 p.

BESSY-PIÉTRI P. HILAL M., SCHMITT B. (2001), Des évolutions démographiques rurales liées à la proximité et aux dynamiques urbaines : le cas de la Rance, Espace Populations Sociétés, n° 1-2, pp. 19-36.

BÉTEILLE R. (1981), La France du vide, Paris, Librairies Techniques (LITEC), Géographie économique et sociale.

CHEVALIER P. (2006), Les systèmes productifs locaux : de nouvelles relations urbain-rural ?, L’Information géographique, vol. 70, n° 1, pp. 89-102.

CHEVALIER P., DEDEIRE M., GHIOTTI S., HIRCZAK M., RAZAFIMAHEFA L. (2010), L’espace rural euro-méditerranéen : approches méthodologique et typologique, Les cahiers de géographie du Québec, vol. 54, n° 152, pp. 291-312.

COGNARD F. (2001), Reprise démographique et nouvelles populations dans les moyennes montagnes françaises, Espace Populations Sociétés, n° 1-2, pp. 53-68.

DATAR (2010), Prospectives périurbaines et autres fabriques de territoires, Territoires 2040, Revue d’études et de prospectives, n° 2.

DIRY J.-P. (2004), Les espaces ruraux, Paris, Éditions Armand Colin, coll. Campus.

FONT E. (1994), Un schéma d’évolution démographique pour les communes rurales, Revue de l’économie méridionale, vol. 42, n° 65-66, pp. 27-47.

FREY W.H. (1987), Migration and Depopulation of the Metropolis : Regional Restructuring or Rural Renaissance ?, American Sociological Review, vol. 52, pp. 240-257.

HIRCZAK M., CHEVALIER P., DEDEIRE M., RAZAFIMAHEFA L. (2011), Dynamiques rurales et trajectoires démographiques : comparaison France, Italie, Espagne, L’information Géographique, vol. 75, n° 2, pp. 68-87.

INSEE-INRA (1998), Les campagnes et leurs villes, Contours et caractères, Paris, INSEE éditions.

KAYSER B. (1990), La Renaissance rurale : sociologie des campagnes du monde occidental, Paris, Éditions Armand Colin, coll. U/Sociologie.

LACQUEMENT G., CHEVALIER P. (2011), Ländliche Räume in Frankreich. Typen jüngerer sozioökonomischer Entwicklung, Geographische Rundschau, vol. 63, n° 2, pp. 36-42.

MARCONIS R. (1997), Villes et campagnes, l’évolution des zonages statistiques en France, Historiens et géographes, n° 356, pp. 181-189.

MAUREL M.-C. (2009), « Penser l’historicité des territoires », in A. Berger., P. Chevalier, G. Cortes., M. Dedeire, Héritages et trajectoires rurales en Europe, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Sociales, pp. 21-40.

PERRIER-CORNET P. (2004), L’avenir des espaces ruraux français, dynamiques et prospectives des espaces ruraux français à l’horizon 2020, Futuribles, n° 299, p. 77-95.

SCHMITT B. (1999), Economic Geography and Contemporary Rural Dynamics : An Empirical Test on Some French Regions, Regional Studies, vol. 33, n°8, pp. 697_711

Haut de page

Notes

2 Nous faisons référence ici au Zonage en Aires Urbaines et des Espaces Ruraux (ZAUER), [INRA-INSEE, 1998].

3 PERRIER-CORNET P. (2004), L’avenir des espaces ruraux français, dynamiques et prospectives des espaces ruraux français à l’horizon 2020, Futuribles, n° 299, pp. 77-95.

MARCONIS R. (1997), Villes et campagnes, l’évolution des zonages statistiques en France, Historiens et géographes, n° 356, pp. 181-189.

4 En vue d’obtenir une lecture « spatialisée » de la dynamique, on considère, à l’échelle des 36 000 communes, le profil obtenu par combinaison des variations de la population sur les six périodes intercensitaires entre 1962 et 2006. L’ensemble de ces profils, analysés par la méthode de classification mixte, a permis de construire six profils-types regroupant les communes en fonction de leur ressemblance, à savoir :
Type 1 : faible dynamique démographique mais légère reprise en fin de période ;
Type 2 : faible dynamique démographique mais reprise notable à partir des années 99 ;
Type 3 : croissance continue de la population depuis 30 ans ;
Type 4 : forte dynamique démographique jusqu’en 1975 avant diminution brutalement de celle-ci ;
Type 5 : forte dynamique démographique jusqu’en 1980 avant légère diminution de celle-ci ;
Type 6 : dynamique stable et continue de la population.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Profils de la variation annuelle de la population totale (1962– 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)
Crédits Source : INSEE RGP 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 2. Profils de la variation annuelle due au solde migratoire (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)
Crédits Source : INSEE RGP 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3. Profils de la variation annuelle due au croît naturel (1962 – 2006) selon les catégories spatiales (définition ZAUER 1999)
Crédits Source : INSEE RGP 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 4. Profils-types de la variation annuelle de la population totale entre 1962 et 2006
Crédits Source : INSEE RGP 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 5. Les quatre phases de la recomposition démographique des espaces ruraux
Crédits Source : Berger et al. (2005).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 6. Trajectoires démographiques des différents types d’espace (définiton ZAUER 1999) selon les phases de la recomposition
Crédits Source : INSEE RGP 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 7. Modélisation des trajectoires démographiques linéaires et complexes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 8. Les communes en croissance démographique (1962 - 2006)
Crédits Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 9. Les communes en stabilité démographique (1962- 2006)
Crédits Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 10. Les communes en déclin démographique (1962- 2006)
Crédits Sources : INSEE RGP 2009, ©IGN GEOFLA 2001.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Tableau 2. Trajectoires démographiques des communes selon les catégories d’espaces (ZAUER 1999) entre 1962 et 2006
Crédits Source : INSEE RGP 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4687/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Dedeire, Lala Razafimahefa, Pascal Chevalier et Maud Hirczak, « Dynamiques des espaces ruraux en France », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 521-537.

Référence électronique

Marc Dedeire, Lala Razafimahefa, Pascal Chevalier et Maud Hirczak, « Dynamiques des espaces ruraux en France », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4687 ; DOI : 10.4000/eps.4687

Haut de page

Auteurs

Marc Dedeire

ART-Dev – UMR 52811ART-Dev (Acteurs, Ressources et Territoires dans le Développement), UMR 5281 Université Montpellier 3 - CNRS – CIRAD.
CNRS / Université Montpellier 3
Route de Mende, 34199 Montpellier Cedex 5
marc.dedeire@uiv-montp3.fr
lala.razafimahefa@univ-montp3.fr
pascal.chevalier@univ-montp3.fr
maud.hirczak@univ-montp3.fr

Lala Razafimahefa

Pascal Chevalier

Maud Hirczak

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org