Navigation – Plan du site
Articles

Les migrations résidentielles des Britanniques et des Néerlandais

Une figure originale de la nouvelle attractivité des moyennes montagnes françaises
The Residential Migrations of the British and Dutch : an Original Pattern of the New Attraction Phenomenon of Low Mountain Ranges
Françoise Cognard
p. 509-520

Résumés

Cet article tente de faire le point sur les migrations résidentielles nord-européennes, et plus spécifiquement britanniques et néerlandaises, à l’échelle des régions rurales françaises de moyenne montagne. Après être revenu sur la dynamique de ce mouvement d’installations, relativement sensible à la conjoncture économique, et la géographie de ces migrations, il esquisse un portrait de ces résidents étrangers, en insistant sur la diversité de leurs profils et sur l’évolution récente de ces derniers. Puis il s’interroge sur les déterminants de leurs migrations et leurs critères de localisation dans les espaces ruraux de moyenne montagne.

renaissance rurale, migration résidentielle, nouvel habitant, nord-européen, britannique, néerlandais, moyenne montagne française

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après plus d’un siècle d'exode rural ayant entraîné une dévitalisation et un vieillissement accentués, la période intercensitaire 1975‑1982 a ouvert une nouvelle phase de repeuplement pour les campagnes françaises. Les recensements successifs ont depuis confirmé que cette « renaissance rurale » est une réalité bien ancrée, tant dans la durée que par son expansion spatiale. Elle concerne non seulement le rural isolé depuis la période intercensitaire 1990-1999, mais s’est également diffusée de manière spectaculaire dans les plus petites communes d’après les résultats des recensements partiels qui consacrent l’extension de l’attractivité des espaces ruraux. Les moyennes montagnes françaises ont globalement été sensibles aux mêmes dynamiques démographiques. Le renversement de tendance y est essentiellement le fait d'une inversion du bilan migratoire dans les années 1970 [Cognard, 2001]. À l’échelle de ces régions, on assiste ainsi à une nette fragmentation des pôles répulsifs, même s’ils ne disparaissent pas totalement (c’est par exemple le cas dans le Massif central) et, depuis en particulier les deux derniers recensements, à une généralisation de l’excédent migratoire, y compris aux cantons les moins densément peuplés.

2Ces nouvelles dynamiques migratoires s’expliquent par l’émergence d’autres modes d’évaluation des territoires et de nouveaux critères d’attractivité [Cognard, 2010], comme l’illustre de manière originale l’installation de migrants nord-européens et, dans le cadre de cet article, plus spécifiquement de Britanniques et de Néerlandais. Ceux‑ci participent aujourd’hui en nombre faible, mais croissant, aux mouvements d’arrivée de nouvelles populations dans les zones rurales de moyenne montagne, invitant à penser les campagnes françaises comme des espaces résidentiels à l’échelle européenne. Le phénomène est déjà ancien dans certaines régions, mais il connaît depuis quelques années une accélération et une diffusion spatiale. Après s’être longtemps essentiellement contenté d’acheter des résidences secondaires (phénomène qui, au demeurant, se poursuit), ceux‑ci sont désormais plus nombreux à s’implanter en permanence ou selon des logiques multirésidentielles complexes. S'ils ne représentent qu’une petite minorité des personnes qui viennent s’établir en milieu rural, ils marquent souvent beaucoup les esprits, d'abord parce qu’ils pèsent sur le marché foncier, ensuite parce que localement leur présence peut être perçue comme une « colonisation », de véritables filières apparaissant parfois. Qu’en est‑il de l’ampleur du mouvement dans les régions de moyenne montagne ? Quels sont les profils de ces migrants nord­‑européens, les déterminants de leurs migrations et leurs critères de localisation ?

1. Géographie des migrations résidentielles nord-européennes

1.1. Données de cadrage

  • 1  « Migrations d’agrément » et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la rec (...)
  • 2 Notre démarche méthodologique articule deux approches complémentaires : d’une part, un travail stat (...)

3Cet article s’appuie essentiellement sur les enseignements d’une thèse de doctorat de géographie1 qui s’est attachée à mieux comprendre les phénomènes migratoires contemporains affectant les espaces ruraux des moyennes montagnes françaises et en particulier sur des enquêtes de terrain2 conduites dans le Diois (Drôme), le Séronais (Ariège) et dans le Morvan (Nièvre). Si pour l’INSEE, les « migrants étrangers » sont les personnes qui résidaient dans un autre pays que la France au recensement précédent, sans autre précision, dans le cadre de nos recherches et plus particulièrement lors des enquêtes qualitatives, nous avons assimilé les « étrangers » aux migrants d’Europe du Nord et du Nord‑Ouest, qui dominent très largement dans ces flux migratoires récents vers les campagnes. L’arrivée d’autres nationalités relève de plus de dynamiques différentes que nous ne souhaitions pas étudier (travailleurs agricoles, réfugiés, etc.).

  • 3 Les fichiers de la taxe d’habitation, du foncier pour ce qui concerne les propriétés bâties, des pr (...)

4Pour diverses raisons, il s’avère difficile d’estimer le poids exact des ressortissants nord‑européens vivant dans l’Hexagone. Ainsi, à l’échelle cantonale depuis le recensement de 1999, les données INSEE relatives à la nationalité des étrangers sont devenues une variable sensible soumise au secret statistique et ne sont donc plus communiquées, ce qui interdit toute géographie fine. Ils échappent également la plupart du temps aux recensements de l’INSEE qui prennent seulement en compte les installations permanentes. Or, beaucoup sont davantage des résidents « secondaires » ou des multirésidents, qui ne sont de plus pas soumis aux formalités d’entrée en France en raison de la liberté de circulation au sein de l’Union Européenne. Si, les statistiques INSEE demeurent intéressantes, elles sont aujourd’hui insuffisantes pour caractériser ces mouvements de population du fait du rôle croissant des pratiques multirésidentielles. Il s’agit, de plus, de phénomènes d’installation assez fluctuants, voire cycliques, que l’étendue des périodes intercensitaires a du mal à appréhender dans toute leur complexité. Les données du Ministère de l’Intérieur ne concernent de même que les étrangers ayant un statut officiel : ceux qui sont en possession d’un titre de résidence, comme la carte de séjour et non pas ceux qui séjournent en France temporairement. Et assez peu sont enregistrés dans les consulats. D’autres indicateurs permettent d’apprécier, au moins partiellement, cette présence étrangère, notamment ceux prenant en compte les résidences secondaires. C’est le cas en particulier des informations sur les achats immobiliers issues des SAFER et des données fiscales qui exploitent les adresses d’envoi des taxes foncières aux propriétaires (notamment le Fichier des Logements par Communes construit par la Direction Générale des Impôts3). L'approche statistique de ces migrations est donc complexe et partielle, ce qui explique la quasi-absence de données chiffrées sur ces phénomènes et implique un recours important aux enquêtes de terrain. En matière de connaissance qualitative, ce sont les professionnels de l’immobilier (notaires, agences) qui permettent d’obtenir les connaissances les plus synthétiques de ces mouvements et de leurs fluctuations, ainsi que les ressortissants nord‑européens eux mêmes, en particulier les plus anciennement installés.

1.2. Un phénomène qui prend de l’ampleur, mais reste sensible à la conjoncture économique

  • 4 Le marché immobilier rural en 2006, Terres d’Europe-SCAFR, p. 10.
  • 5 Le marché immobilier rural en 2008 et en 2009, Terres d’Europe-SCAFR.
  • 6 Desplanques G. (2008), « Les Britanniques et les Néerlandais dans les campagnes françaises vers 200 (...)
  • 7 INSEE Auvergne, Atlas du Massif central, Les Dossiers, n° 24, mars 2010, p.10

5La présence de résidents d’Europe du Nord n’est pas totalement nouvelle dans les campagnes françaises, mais elle s’amplifie depuis la fin de la décennie 1990 et surtout se diffuse géographiquement. D’après les données SAFER, la demande étrangère en terres agricoles ne connaît pas d’évolutions très significatives ces dernières années [Diry, 2008], mais les achats de maisons de campagne croissent par contre nettement à partir de 1997 et jusqu’en 2006. Si en 2006 on observe un léger ralentissement (les étrangers représentaient 11 % des achats en 2006 contre 14 % en 2004 et 2003), lié à une moindre demande des Britanniques4, la crise économique de 2008 paraît, elle, être un des facteurs explicatifs du reflux du marché des maisons à la campagne5 et susciter un repli marqué sur le marché immobilier de certaines régions spécialisées en particulier sur la clientèle anglaise (Normandie, Charente, Périgord, etc.). Les résultats des recensements partiels de 2004 et 2005 de l’INSEE indiquent que ce sont les effectifs de résidents anglais et néerlandais qui se sont le plus accrus ces dernières années. Le nombre de Britanniques installés en France a ainsi augmenté de plus de moitié en à peine plus de cinq ans et 64 % de ceux qui vivent en France en 1999 sont arrivés depuis 1990 ; proportion qui s’élève à 53 % pour les Néerlandais6. De même, à l’échelle du Massif central, parmi les nouveaux immigrants arrivés entre 2001 et 2006 provenant majoritairement de l'Union européenne (50 % -contre 41 % à l’échelle nationale-), les ressortissants britanniques se détachent nettement. Plus de 7000 sujets du Royaume-Uni se sont installés de 2001 à 2006. Ils représentent à eux seuls plus du quart des nouveaux immigrés, suivis ensuite par les Néerlandais (2100 ressortissants) »7.

  • 8 Le différentiel de prix avec les régions rurales françaises constitue alors une motivation d’achat (...)
  • 9 Dans le cadre de notre thèse nous avons considéré comme « nouveaux habitants » les personnes en pro (...)

6Si le phénomène est indéniablement en accroissement depuis quelques années, il est néanmoins nécessaire de le resituer dans le temps long, car il paraît en partie cyclique. Outre les premières installations de résidents nord‑européens qui ont eu lieu dans la mouvance de mai 1968, plusieurs vagues successives de migrations britanniques ont ainsi concerné l’Hexagone : Dordogne, dans les années 1960-1970, Bretagne, Basse-Normandie et plus généralement le Sud-Ouest, depuis les années 1980, enfin, plus récemment l’ensemble d’Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin. Ces migrations, en particulier britanniques, semblent donc assez « périodiques » et pour une part calquées sur les cycles économiques et en particulier ceux de l’immobilier [Barou, Prado, 1995 ; Calzada, Le Blanc, 2006]. D’après Barou et Prado (1995), la première phase importante d’acquisitions britanniques (entre 1988 et 1992) coïncide ainsi avec une période d’expansion relative en Grande-Bretagne vers la fin des années 1980, comprenant une hausse très nette à la fois du pouvoir d’achat de la classe moyenne et des prix de l’immobilier8. Ce premier « boom » britannique s’essouffle à partir de 1991 en raison, d’après ces auteurs, de la récession conjoncturelle de l’économie anglaise, d’une baisse des prix de l’immobilier sur le marché britannique et de la dévaluation de la livre en 1992. Il ne faut par ailleurs pas exagérer l’ampleur quantitative de ces flux. Ainsi, à l’échelle de nos trois territoires d’enquête, les migrants en provenance de l’étranger installés entre 1990 et 1999 représentaient respectivement 8,1 % des nouveaux habitants9 dans le Diois, 7,6 % dans le Séronais et 5,2 % dans le Morvan. Une majorité des acheteurs étrangers sont encore des résidents intermittents, qu’ils s’agissent de résidents secondaires, de retraités passant souvent l'hiver dans leur pays ou de personnes en activité très mobiles. Et cela même si la tendance à la sédentarisation se développe indubitablement.

7Divers facteurs explicatifs peuvent être avancés concernant cette accélération. L’ouverture des frontières européennes facilite tout d’abord les migrations transfrontalières et ouvre l’éventail des possibles résidentiels pour des générations qui ont une plus grande habitude, voire une culture, de la mobilité. La révolution des compagnies aériennes à bas coût a également joué un rôle important. Depuis la libéralisation du secteur aérien en 1997 et l’ouverture de la première ligne par Ryanair le 1er mai 1997, les compagnies « low cost » ont en quelques années bouleversé le paysage aérien français. Elles ont contribué à accélérer l’installation de migrants étrangers dans les campagnes françaises du fait de la desserte d’un nombre croissant d’aéroports régionaux et grâce à l’extension du réseau, même si l’offre est pour le moment surtout dense au départ des Îles Britanniques, les autres pays du Nord de l’Europe demeurant encore moins concernés. Les politiques tarifaires très avantageuses induisent un nouveau trafic en offrant des opportunités de voyage à un public qui souvent ne prenait pas l'avion. Grâce à des liaisons aériennes régulières et bon marché, de nouveaux touristes viennent en France et certains se transforment en résidents : secondaires, « temporaires » par le biais de la multirésidentialité ou permanents. Localement, cela entraîne donc soit une accentuation des achats, soit la création d’un nouveau marché, en général bien exploité par les agents immobiliers qui anticipent même parfois l’ouverture des lignes à bas coût [Perri, 2005]. Cette révolution aérienne a également influencé la géographie des implantations de résidents nord‑européens, qui a sensiblement évolué ces dernières années.

1.3. Une géographie qui se modifie

  • 10 Desplanques, op. cit., 2008, p. 3.

8La cartographie de la localisation étrangère en France, traditionnellement très urbaine, paraît aujourd’hui se modifier au profit du milieu rural en lien avec l’arrivée de ces populations nord-européennes. D’après les données de l’INSEE [Desplanques, 2008], ce sont les Britanniques et les Néerlandais qui se distinguent par la plus forte implantation dans les communes rurales : près de 40 % des ressortissants de ces deux pays recensés en France en 1999 l’ont été dans une municipalité rurale. Un peu plus de 15 000 Britanniques (soit plus de 20 %) et près de 6000 Néerlandais (25 %) vivaient même dans le « rural isolé »10. Les Britanniques et, dans une moindre mesure, les Néerlandais, les plus actifs ces dernières années sur le marché des maisons de campagne, sont ceux qui participent le plus au processus de diffusion spatiale des installations étrangères. Si les acquisitions se concentrent principalement sur la bordure méditerranéenne, dans l’Ouest de l'Hexagone, avec la Bretagne et la Normandie, dans un large Sud-Ouest et en Bourgogne, en particulier dans le Morvan, d’autres marchés sont apparus plus récemment. Au sein des territoires de moyenne montagne, les arrière-pays méditerranéens ont été les plus précocement concernés, mais le phénomène se propage actuellement et le gradient foncier joue désormais un rôle moteur dans ce processus. Nombre de régions de moyenne montagne, en particulier dans le Massif central, bénéficiant de biens disponibles à un coût très abordable semblent tirer partie de la localisation des compagnies « low cost » et surtout de la saturation de destinations devenues aujourd’hui inaccessibles au plus grand nombre : signe de la « vulgarisation » de ces mouvements de population et aussi probablement de l’accueil de migrants moins aisés. La propagation spatiale de ces installations étrangères s’effectue ainsi en périphérie des pôles anciens les plus réputés, mais aujourd’hui saturés : Dordogne, arrière-pays languedocien, Provence, etc. [Cognard, 2010]. Car si ces lieux prisés trouvent toujours preneurs, c’est à des prix de plus en plus élevés. S’ajoute vraisemblablement pour certains migrants, à la recherche de tranquillité, un « effet de repli » depuis des zones jugées trop occupées par des populations étrangères et la volonté de fuir les territoires les plus touristiques.

9Cette diffusion spatiale des migrations nord-européennes s’explique et s’accompagne tout à la fois d’une sensible modification des profils des résidents étrangers.

2. Portraits et motivations d’installation

2.1. Un profil général qui évolue

  • 11  Parmi les Britanniques établis en Aquitaine étudiés par Gervais‑Aguer (2004), 53% avaient vécu ant (...)

10Ce groupe de migrants est loin d’être homogène. Quelques points communs peuvent cependant être dégagés, même s’il paraît de plus en plus nécessaire aujourd’hui de différencier deux sous‑ensembles en fonction de la chronologie des arrivées, des nouveautés apparaissant depuis quelques années. Le « profil classique » ressortant de la littérature et des enquêtes correspond à des personnes majoritairement d’origine urbaine, souvent en couple, généralement assez aisées, ayant un niveau socio-culturel élevé et plutôt francophiles. À la différence des nouveaux habitants français, elles s’installent le plus souvent sans enfant à charge (même si la situation paraît évoluer ces derniers temps), soit qu’elles n’en aient pas, soit qu’ils aient déjà quitté le domicile familial. Elles sont en effet en moyenne plus âgées que les migrants hexagonaux gagnant le milieu rural (généralement autour d’une cinquantaine d’années contre une quarantaine pour les migrants interdépartementaux français), même si la tendance est actuellement à un rajeunissement. Elles sont majoritairement inactives, comprenant surtout des retraités ou des rentiers. Dans cette première vague, au moins en ce qui concerne la communauté anglaise, beaucoup avaient une habitude, voire une culture de la mobilité, les anciens expatriés des colonies ayant été par exemple les premiers à s’installer en France, notamment en Dordogne11.

  • 12  En Limousin, Depierre et Guitard (2006) notent ainsi concernant l’arrivée de Britanniques que « le (...)
  • 13 Desplanques G., op. cit., pp. 4‑5.

11Mais le profil des migrants est en train de se modifier peu à peu. À cette image traditionnelle s’en superpose une autre, surtout depuis le début des années 2000, correspondant à une population moins aisée, plutôt issue des classes moyennes et plus jeune, car composée de davantage de couples d’actifs avec enfants. Ce qui s’explique d’abord par la « démocratisation » d’un mouvement au départ plutôt réservé à une certaine élite sociale, du fait des compagnies aériennes à bas coût vulgarisant l’accès à la France12, ainsi qu’à une certaine exacerbation de ces migrations liée notamment à l’influence des médias. Mais ceci est aussi lié à un phénomène de filière classique : une fois un certain seuil d’implantation étrangère atteint, y compris dans le cadre de la résidence secondaire, de nouveaux besoins se créent, qui génèrent des activités rentables permettant d’exploiter des niches économiques. Nouveaux emplois que des migrants en âge d’activité viennent aujourd’hui occuper ou créer comme le montre l’exemple des Néerlandais dans le Morvan [Cognard, 2008]. Le rajeunissement de cette population est pour le moment relatif, même si d’après différents indices, il paraît réel. Selon les données de l’INSEE en 1999, 18 % des Britanniques résidant en France avaient 60 ans ou plus. Cette proportion était de 22 % pour les Néerlandais. Les statistiques révèlent malgré tout un léger abaissement de l’âge moyen des nouveaux résidents établis entre 1990 et 1999. La proportion des personnes de 60 ans ou plus en 1999 approche ainsi 14 % chez les Britanniques arrivés entre 1990 et 1999 (soit une différence de 4 points par rapport à l’ensemble des Britanniques vivant en France) et 16 % chez les Néerlandais (soit une différence de 6 points). Les résultats des recensements de 2004 et 2005 soulignent toutefois que la part des personnes de plus de cinquante ans reste très forte parmi les Britanniques et les Néerlandais installés depuis 200013. On commence néanmoins un peu partout à dénombrer davantage d’enfants étrangers dans les écoles en lien avec cette diversification des profils migratoires.

2.2. Un éventail de profils qui s’ouvre

  • 14 INSEE Limousin, FASILD, Atlas des populations immigrées, 2004, p. 14.
  • 15  François D. (2004), La migration des pays occidentaux riches vers le Languedoc-Roussillon, Repères (...)

12Même si l’on dispose de peu de données statistiques pour le confirmer, la majorité des résidents nord-européens sont vraisemblablement encore des inactifs : des retraités [Mantovani, 2010] et un nombre non négligeable de rentiers, souvent d’une cinquantaine d’années, pour qui l’installation en France paraît parfois constituer une opportunité d’arrêter de travailler et de vivre de divers revenus financiers. Parmi les immigrés originaires du nord de l'Union Européenne établis en 1999 en Limousin, surtout britanniques, on relève une majorité de retraités : seuls 30 % travaillent14. Selon l’INSEE, les retraités venus de l’étranger s’installent pour moitié dans les pôles urbains, pour moitié dans les campagnes. Ce sont en particulier les territoires méridionaux qui ont leur préférence. Ainsi, sur les 32 000 étrangers de l'Union Européenne âgés de 60 ans et plus qui se sont établis en métropole entre 1990 et 1999, 17,5 % ont porté leur choix sur la région PACA et 12 % sur le Languedoc-Roussillon, respectivement première et deuxième terre d’accueil15. Les retraités étrangers, moins intéressés que les Français par la zone littorale (un sur six seulement s'y implante), y sont en particulier attirés par les secteurs d'arrière-pays et de montagne.

13La part des actifs tend cependant aujourd’hui à augmenter parmi les résidents d’Europe du Nord, même si ce point est plus ou moins net selon les régions. Cette population active compte des cas de figure très variés : certains choisissent de délocaliser leur emploi (vétérinaire, médecin, artiste), d'autres reprennent ou créent une activité (touristique en particulier), ou partagent parfois leur temps entre deux pays, voire plus. Plusieurs générations semblent en fait se succéder. Les agriculteurs, notamment néerlandais, ont souvent été les précurseurs de ces migrations d’actifs. Ils participent encore à ce mouvement, mais de manière minoritaire, bien qu’ils soient relativement surreprésentés dans certaines régions de moyenne montagne. S’il s’agit plutôt d’agriculteurs professionnels attirés par les prix du foncier, l’agriculture entre aujourd’hui parfois dans le cadre de la pluriactivité pour certains migrants. À leur suite, un autre groupe est venu exploiter dans une logique de filière la présence importante de ressortissants étrangers, y compris en résidence secondaire. Ils ont valorisé un certain nombre de niches économiques, parfois de manière illégale : campings, restaurants, agences immobilières, artisans dans le bâtiment, personnes installées en France qui monnayent leurs services pour entretenir des résidences secondaires ‑jardinage, allumage du chauffage, faire de l’accompagnement dans les démarches administratives, etc. Il est suivi actuellement par des personnes libérées des contraintes de localisation professionnelle ou disposant tout au moins d’une grande liberté d’organisation qui leur permet de vivre en France et de travailler en partie dans leur pays grâce aux nouvelles technologies et aux modes de transports rapides. C’est le cas par exemple d'intellectuels et d'artistes, mais aussi de professions libérales. La vague récente est également constituée d’authentiques investisseurs, avec des capitaux importants, souvent dans les activités liées au tourisme vert. De manière générale, il faut souligner l’esprit d’initiatives et la dynamique entrepreneuriale de nombre de ces ressortissants nord-européens.

14Parmi ces migrants, des personnes en difficulté économique sont également signalées dans différentes régions, même s’il s’agit fréquemment de Britanniques, qui se trouvent donc en plus grand nombre dans la moitié ouest de la France [Montagné-Villette, 2000]. Ce sont des personnes qui avaient sous-estimé les difficultés de création d’une activité économique viable en milieu rural, les problèmes de compréhension du français et du système administratif ou bien encore leur incapacité à trouver un travail sans la maîtrise du français. Ce phénomène serait accru pour la vague la plus récente d’arrivées par des départs souvent peu réfléchis et un manque de préparation rendant leur intégration encore plus complexe. Pour quelques migrants déjà plus ou moins en situation précaire, il semblerait enfin que la France fournisse des possibilités d’achat de maisons à bas prix motivant le départ.

15Cette modification des profils s’accompagne de transformations dans les motivations d’installation en France.

3. Déterminants des choix résidentiels et facteurs de localisation en moyenne montagne

3.1. La recherche d’une meilleure qualité de vie en milieu rural

  • 16 « Les Anglais du coin », « Être étranger à la campagne », Études rurales, n°135‑136, p. 60.

16En 1995, Barou et Prado avaient bien mis en évidence un certain nombre de facteurs attractifs du milieu rural français dans leur étude exploratoire concernant les migrants d’Europe du Nord (image de la France et d’un environnement rural « authentique », gradient foncier, attrait du patrimoine bâti, effets de la conjoncture économique, etc.). Les déterminants de leur localisation résidentielle demeurent depuis assez peu explorés, à l’exception de l’implantation britannique qui a fait l’objet de quelques travaux [Gervais‑Aguer, 2004 ; Geoffroy, 2005]. Ces migrants sont majoritairement d’origine urbaine et leur installation en milieu rural est, comme pour leurs homologues français, davantage dictée par la recherche d’une meilleure qualité de vie que par des considérations strictement économiques. En 1994, Buller et Hoggart interprétaient d’ailleurs les mouvements migratoires des Britanniques vers la France « comme l’extension logique d’un processus de recherche d’une ruralité idéale, déjà commencé en Angleterre depuis les années 1970 », ce qui les incitait à situer ce processus dans un contexte de « contre-urbanisation internationale »16. Si l’on retrouve des motivations communes avec les « nouveaux habitants » français et en particulier une quête de bien-être dans une logique hédoniste propre aux « migrations d’agrément » [Cognard, 2010], d’autres éléments entrent en ligne de compte : des facteurs répulsifs dans leurs pays d’origine, mais aussi des représentations propres aux campagnes françaises et enfin l’influence d’un certain nombre de vecteurs qui facilitent et guident leur installation dans l’Hexagone.

3.2. L’attrait de campagnes françaises idéalisées

17L’implantation dans le milieu rural français répond d’abord à divers éléments répulsifs dans leurs patries, qui sont assez proches de ceux avancés par les Français : lassitude de la vie urbaine, des embouteillages, du stress, sentiment fréquent d’insécurité, cherté de la vie, prix immobiliers très élevés limitant pour beaucoup les possibilités d’accès à la propriété, besoin d’espace, de proximité avec la nature. S’ajoutent, en particulier pour les Britanniques, certaines insuffisances des services publics. Face à ces maux, les espaces ruraux français sont parés de toutes les vertus. Ils répondent à leurs aspirations tant en termes d’aménités naturelles que culturelles, ces dernières renvoyant également à un certain « mode de vie à la française ». La campagne française correspond à ce qu’ils ne trouvent pas, ou plus, dans leur pays d’origine et ils y projettent leurs représentations d’un milieu de vie rêvé, souvent teintée d’une certaine nostalgie. La France, première destination touristique au monde, bénéficie en effet d’un imaginaire migratoire très positif. On vante ainsi une certaine « douceur de vivre » fondée sur un mélange de différents éléments : une quiétude de la vie en milieu rural, un « climat social » rassurant qui est assez fréquemment mis en avant par opposition à l’ancienne vie citadine (calme, sécurité, absence de problème de circulation, de stationnement), mais aussi une sorte d’ « art de vivre à la française » : l’importance de la gastronomie, des produits du terroir, du vin, etc.

18Quelle que soit la région choisie, le climat hexagonal leur paraît plus clément, si ce n’est plus ensoleillé. Si le Sud et le Sud-Ouest ont les préférences de beaucoup, l’aspect « méridional » est relatif pour des résidents nord-européens et certains fuient d’ailleurs l’excès de chaleur. C’est ensuite la spécificité du paysage rural français qui est prisée. Le « désert rural » et « la nature à perte de vue » des secteurs montagnards attirent ces migrants venus de pays très densément peuplés et parfois engagés dans une quête écologiste, car ils répondent parfaitement à leur « besoin d’espace », de tranquillité, voire à une recherche d’isolement. Mais ils apprécient d’autant plus les campagnes françaises faiblement occupées, qu’elles sont relativement bien desservies. C’est aussi ce qui en fait des espaces très attractifs en termes résidentiels. Le modèle social français et la qualité des services publics sont généralement très prisés : transports, système scolaire gratuit, sécurité sociale, reposant sur une médecine de qualité et de proximité. Du fait de l’existence de conventions entre la France et leur pays d’origine, la plupart des migrants ont en effet un accès gratuit aux soins.

19S’ajoute l’attrait d’un bâti de caractère encore très abordable. Car ce sont aussi des atouts financiers qui motivent ces migrants. Du fait de la mise en place de la monnaie unique, les avantages des effets de change ont aujourd’hui perdu de leur importance pour une grande partie des migrants d’Europe du Nord. Et plus qu’un coût de la vie intéressant, la campagne française leur offre surtout un accès à la propriété (au bâti et/ou à la terre), souvent inaccessible dans leur nation d’origine où les prix sont trois à quatre fois plus élevés. Atouts économiques des espaces ruraux français qui, pour la vague la plus récente d’arrivées, semblent prendre encore davantage d’importance. L’attrait de l’immobilier rural ne se résume cependant pas à l’aspect financier, car ces résidents nord-européens sont également très sensibles aux charmes des vieilles bâtisses et au patrimoine architectural français, les travaux de rénovation constituant d’ailleurs un des plaisirs de leur investissement. La recherche de la maison est essentielle dans le choix précis du lieu de résidence, d’autant qu’elle est parfois achetée dans la perspective d’une activité touristique (gîtes, chambres d’hôtes). Le « bien idéal » correspond à une construction isolée (mais pas trop), ancienne et si possible de caractère (manoir, fermette, château), avec un peu de terrain, gage de tranquillité. En termes d’équipement, les besoins exprimés sont très proches de ceux formulés par les nouveaux habitants des territoires ruraux dans leur ensemble, avec peut-être un peu plus d’intérêt encore, du moins pour une partie d’entre eux, pour les activités culturelles.

203.3. Vecteurs de connaissance territoriale et critères de localisation 

21La fréquentation touristique antérieure constitue un vecteur essentiel de découverte de la région, voire de repérage de zones d’habitation potentielles. L’installation passe souvent dans un premier temps par l’achat d’une résidence secondaire, la familiarité préalable avec les lieux facilitant la transition au moment de la retraite ou le transfert, complet ou partiel, d’activités dans le cadre de nouveaux projets de vie. La migration est alors réalisée par un simple changement de statut du logement, sans qu’il soit toujours facile de distinguer d’ailleurs entre réalité de la migration et pratique multirésidentielle, le morcellement des séjours rendant parfois l’évaluation délicate. On retrouve ici le rôle de facteur d’ancrage territorial de la résidence secondaire déjà évoqué par divers auteurs. C’est en particulier à partir des pratiques résidentielles des nouveaux résidents nord-européens en Europe du Sud que les études consacrées aux interrelations « tourisme-migration » ont mis l’accent dès les années 1980 sur la complexification des flux migratoires et la vertu « peuplante » du tourisme [Dehoorne, 2002]. Néanmoins, l’exemple des arrivées néerlandaises récentes dans le Morvan tendrait à prouver que les achats « directs » ont aujourd’hui tendance à se développer [Cognard, 2008. L’itinéraire « classique » était pour eux celui de séjours répétés en camping, suivis de l’acquisition de résidences secondaires, où les plus motivés s'installaient ou séjournaient de plus en plus longtemps. Or ceux qui arrivent ces dernières années, notamment les jeunes familles décidant de changer de vie, y compris dans le cadre de multirésidentialités complexes, sont de plus en plus nombreux à acquérir directement une résidence principale en tenant en particulier davantage compte de son niveau de confort pour pouvoir y habiter en permanence (chauffage par exemple, dont les résidences secondaires n’étaient pas toujours équipées).

22Si l’influence de la littérature et des récits de voyage sur l’imaginaire migratoire est également bien connue, ces dernières années, le relais semble avoir été pris très efficacement par différents médias influençant les velléités d’installation en France, voire les exacerbant : presse spécialisée, Internet, feuilletons télévisés et même émissions de téléréalité. Divers magazines ou sites Internet vantent en effet aujourd’hui les mérites de la vie en France, proposant des biens à l’achat, des conseils d’installation, des adresses de réseaux immobiliers. C’est en Grande-Bretagne que le phénomène paraît le plus développé [Geoffroy, 2005]. Ce matraquage médiatique, qui s’apparente parfois à un véritable racolage, contribue au développement de ces flux migratoires, mais il peut vraisemblablement aussi conduire à des décisions précipitées et à une fréquente sous-estimation des difficultés liées à ce changement de vie. Dans cette logique d’offre et de demande les maisons françaises deviennent un bien de consommation parmi d’autres, que certains étrangers achètent sans même les avoir visitées. Et face à ce nouveau marché, d’efficaces filières immobilières se sont peu à peu constituées. Si de nombreux Européens font aujourd’hui leurs premières démarches de prospection par Internet ou dans des salons (« Salon Vivre en France » de Londres ou Salon d’Utrecht aux Pays‑Bas par exemple), ils disposent également d’un nombre sans précédent d’agents immobiliers ou d’intermédiaires spécialisés, y compris nord-européens, pour les aider dans leur projet. Certains exercent depuis longtemps, ayant fréquemment commencé par proposer leurs services aux notaires et aux agences immobilières françaises, avant de s’installer eux‑mêmes, d’autres beaucoup moins, l’arrivée des compagnies à bas coût ayant en particulier suscité l’apparition de nouvelles filières.

23En matière de localisation, si la liberté de circulation et d’installation dans l’Union européenne a considérablement atténué les « effets de frontière », chaque nationalité a ses préférences territoriales, pour lesquelles la proximité frontalière joue un rôle certain, mais à laquelle s’ajoutent des éléments plus subjectifs tenant à des préférences climatiques, paysagères, à des affinités historiques et culturelles, à d’éventuels liens familiaux, etc. L’aspect sécurisant de la proximité du pays d’origine demeure important et le choix du lieu d’implantation en tient souvent compte. Celle-ci permet de ne pas trop s’éloigner de ses proches, de ses contacts professionnels, d’une clientèle potentielle (notamment pour ceux qui restent dans une logique de pratiques multirésidentielles), voire de son médecin. On observe en particulier un « effet de limite » : celui du seuil d’une journée de voyage. La trame autoroutière joue donc un rôle important pour les migrants venant en voiture, même si la présence du réseau TGV et des aéroports intervient aujourd’hui de manière croissante. L’avion a en effet changé les règles en permettant de raisonner davantage en « distance-temps » qu’en proximité spatiale pure. La présence sur place de compatriotes joue un rôle ambigu : rassurante dans un premier temps, elle ne doit pas dépasser un certain seuil, devenant alors plutôt un facteur répulsif.

24Concernant le choix des régions de moyenne montagne, comme on l’a vu, l’accessibilité foncière y explique en partie l’extension récente de ces phénomènes migratoires. Elle semble intervenir notamment par l’intermédiaire d’Internet où les moteurs de recherche des agences immobilières proposent une sélection de biens en fonction de fourchettes de prix. Ce qui laisse à penser que ce n’est pas l’image ou la notoriété de ces territoires montagnards [Bordessoule, 2008] qui guideraient les migrants. Mais la moyenne montagne est‑elle uniquement choisie par défaut, du fait de prix très concurrentiels ? Plusieurs modèles migratoires paraissent en réalité coexister. L’un est, si ce n’est totalement suscité, au moins largement alimenté par les compagnies aériennes à bas coût et un certain effet de mode et semble se traduire par des installations parfois rapides et peu réfléchies, dans lesquelles le lieu d’implantation ne serait pas toujours familier. L’étude sur les résidents britanniques en Limousin [Depierre, Guitard, 2006] insiste ainsi sur le fait qu’un nombre important d’entre eux ne connaissaient pas cette région avant de s’y installer et que pour une bonne part des personnes interrogées les éléments attractifs correspondaient avant tout au coût abordable de l’immobilier et à la présence de « low cost », suggérant l’existence fréquente d’une sorte de choix par défaut (faute notamment de pouvoir pénétrer en Dordogne).

25Nos zones d’enquêtes de terrain, il est vrai moins concernées par le phénomène d’implantation britannique, témoignent d’un autre processus et d’itinéraires migratoires différents. Elles mettent en particulier davantage en avant le poids de la fréquentation touristique antérieure et le rôle de vecteur de sédentarisation de la résidence secondaire. Si on est loin des migrants britanniques venus s’établir à Chamonix par passion de la montagne et de l’alpinisme [Geoffroy, 2005], la moyenne montagne semble prisée par certains migrants et ne pas être uniquement un choix par défaut lié à une opportunité financière. Elle est ainsi souvent pensée sur le mode de l’altérité pour les originaires du Benelux, habitués des « plats pays » et à la recherche d’autres paysages. On retrouve alors fréquemment les concernant l’idée de modération, de milieu « intermédiaire » plus facile à vivre, associée à la moyenne montagne par rapport aux régions de haute altitude. Ces espaces offrent aussi à certains migrants en quête de calme une tranquillité disparue dans les régions très touristiques ou dans des territoires trop concernés par les installations étrangères.

26Ainsi, dans le Morvan, la proximité géographique des Pays-Bas est certes importante et l’attrait des prix du foncier n’est pas dédaigné, mais le massif est également apprécié pour ses qualités propres : paysages naturels préservés, vallonnés et comportant de nombreux lacs, habitat vernaculaire, etc. Dans le Diois, bien que l’arrivée de certains migrants étrangers soit liée au reflux de régions plus méridionales inaccessibles financièrement, les facteurs attractifs principaux paraissent liés d’une part au climat, ensoleillé mais sans excès de chaleur, au charme des paysages, à la présence de la Drôme, à la tranquillité (le relief très compartimenté multipliant les vallées et les lieux de vie isolés) et à l’aspect peu touristique. Enfin, il semblerait qu'un lien avec le protestantisme et la recherche de racines existe pour quelques individus (Suisses, Belges et Néerlandais). Le Séronais en Ariège apparaît un peu en situation intermédiaire, témoignant de phénomènes de repli depuis des régions plus saturées (Quercy, Périgord ou Corbières), mais aussi d’un attrait pour le « Midi vert », offrant un environnement calme et verdoyant tout en étant à proximité de l'aéroport de Toulouse.

Conclusion

27Bien que marquant beaucoup les esprits, le mouvement d’installation de migrants nord-européens reste d’ampleur limitée, même si localement il peut prendre des proportions importantes. Et cela d’autant plus que beaucoup d’acquisitions étrangères sont encore le fait de « résidents secondaires », même si ceux-ci sont pour partie de futurs résidents principaux et des multirésidents qui alimentent également les phénomènes de filières fournissant des emplois à d’autres compatriotes. Le phénomène reste de plus assez récent dans de nombreux secteurs de moyenne montagne et relativement sensible à la conjoncture économique. Ces arrivées témoignent néanmoins de nouvelles pratiques résidentielles de plus en plus complexes, soulignant notamment les interrelations entre fréquentation touristique et installation permanente. Elles se caractérisent par ailleurs par une diversification des origines géographiques et sociales, des motivations et des itinéraires migratoires. À une vague de migrations plutôt d’ordre résidentiel semble succéder aujourd’hui une nouvelle phase accordant davantage de place aux migrants actifs.

28Dans les régions de moyenne montagne, les arrière-pays méditerranéens ont été les plus précocement concernés, mais le phénomène se propage actuellement. Certains secteurs, en particulier du Massif central, connaissent ainsi une accélération des arrivées liée principalement à leur accessibilité financière et à la relative « massification » des flux migratoires, en partie engendrée par la révolution des compagnies aériennes à bas coût. Ces contrées montagnardes profitent aussi d’un mouvement de repli depuis des hauts lieux réputés, aujourd’hui saturés (régions méditerranéennes, Dordogne, etc.), dicté par la disponibilité foncière et facilité par des filières immobilières de plus en plus efficaces. Une partie des territoires de moyenne montagne est donc gagnée un peu par défaut, avant tout pour une question de coût et l’attachement territorial des migrants ne semble pas toujours très prononcé, ce qui rend problématique la durabilité des installations. D’autres personnes apprécient néanmoins les caractéristiques de la moyenne montagne, car elles répondent parfaitement à leurs attentes : cadre paysager agréable et tranquillité par rapport aux régions très touristiques.

  • 17 Face à l'euro, la livre sterling a perdu environ un tiers de sa valeur en 2008, ce qui a entraîné u (...)

29Il est aujourd’hui assez difficile de statuer sur la pérennité d’un phénomène qui est pour partie cyclique et sur lequel la crise économique et financière de 2008 a eu des incidences indéniables, expliquant en partie le reflux du marché des maisons à la campagne et suscitant le départ de Britanniques dans certaines régions du fait d’une perte de pouvoir d’achat17 (Normandie, Périgord, etc.). Il faut également souligner l’existence d’une rotation importante des biens. Si des migrants arrivent, d’autres repartent, ailleurs en France, voire en Europe ou dans leur pays d’origine, notamment parce que l’âge venant, la proximité de la famille ou tout simplement d’un médecin dont on peut se faire comprendre aisément apparaît rassurante. D’autres départs sont liés à des échecs ou alimentés par une certaine déception, les campagnes françaises ne correspondant pas toujours à l’eldorado promis et/ou rêvé. 

Haut de page

Bibliographie

BAROU J., PRADO P. (1995), Les Anglais dans nos campagnes, L’Harmattan, collection minorités et sociétés, 228 p.

BORDESSOULE E. (2008), « Étrangers et campagnes sans image : l’exemple de la moyenne Combraille », in Les étrangers dans les campagnes, Collection « CERAMAC », Presses Universitaires Blaise Pascal, pp. 203‑216.

BULLER H., HOGGART K. (1994), Les Anglais du coin , Être étranger à la campagne, Études rurales, n° 135‑136, pp. 59‑68.

CALZADA C., LE BLANC F. (2006), Attractivité résidentielle : les résidences secondaires allemandes en Lorraine Insee Lorraine, n° 49, 8 p.

COGNARD F. (2001), Reprise démographique et nouvelles populations dans les moyennes montagnes françaises in « Repopulation et mobilités rurales », Espace Populations Sociétés, n° 1-2, pp. 53‑68.

COGNARD F. (2008), « Les résidents néerlandais dans le Morvan : diversité des parcours et facteurs d’attractivité résidentielle », in Les étrangers dans les campagnes, Collection « CERAMAC », Presses Universitaires Blaise Pascal, pp. 189‑202.

COGNARD F. (2010), « Migrations d’agrément » et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la recomposition sociale au développement territorial. L’exemple du Diois, du Morvan et du Séronais, Thèse de Doctorat en géographie, 528 p.

DEHOORNE O. (2002), Tourisme, travail, migration : interrelations et logiques mobilitaires, in « Tourisme et migrations », Revue Européenne des Migrations Internationales, volume 1, pp. 7‑35.

DEPIERRE F., GUITARD F. (2006), L’accueil et l’installation des Nord-Européens en Limousin, l’exemple des Britanniques : quel poids, quels effets, quelles perspectives ?, Conseil Régional du Limousin, Université de Limoges, 132 p.

DESPLANQUES G. (2008), « Les Britanniques et les Néerlandais dans les campagnes françaises vers 2000 », in Les étrangers dans les campagnes, Collection « CERAMAC », Presses Universitaires Blaise Pascal, pp. 79‑89.

DIRY J.‑P., (2008), « Acquisitions étrangères et pression foncière dans les campagnes françaises », in Les étrangers dans les campagnes, Collection « CERAMAC », Presses Universitaires Blaise Pascal, pp. 91‑108.

FRANÇOIS D. (2004), La migration des pays occidentaux riches vers le Languedoc‑Roussillon, Repères Synthèse pour l’économie du Languedoc‑Roussillon, n° 10.

GEOFFROY C. (2005), « L’immigration des Britanniques à Chamonix », in La sociabilité dans tous ses états, CRIDAF, 29 p.

GERVAIS-AGUER M.‑M. (2004), Les fondements de l’attractivité territoriale résidentielle. Les enseignements d’une recherche portant sur les résidents britanniques en Aquitaine, Cahiers du G.R.E.S, n° 25, 39 p.

INSEE Limousin, FASILD (2004), Atlas des populations immigrées, 33 p.

INSEE Auvergne (2010), Atlas du Massif central, Les Dossiers, n° 24.

Le marché immobilier rural, Terres d’Europe-SCAFR, 2006, 2007, 2008, 2009.

MANTOVANI J. (2010), « Les retraités européens dans le sud-ouest de la France : enjeux identitaires et locaux », in Changer de résidence ? Changer de pays ? Les comportements résidentiels des retraités, Programme de recherche vieillissement de la population et habitat, PUCA, Actes de Colloque, pp. 91‑94.

MONTAGNÉ‑VILLETTE S. (2000), « L'espace rural : prison et refuge des RMIstes », in Les nouveaux espaces ruraux de l'Europe Atlantique, Hommage au Professeur Roger Béteille, Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Poitiers, ITEEM ICOTEM, pp. 271‑281.

PERRI P. (2005), Impact des compagnies aériennes low cost sur les prix de l’immobilier : cas du Limousin, de la Dordogne et de l’Aude, synthèse de l’étude menée pour la Direction du Tourisme, 4 p.

Haut de page

Notes

1  « Migrations d’agrément » et nouveaux habitants dans les moyennes montagnes françaises : de la recomposition sociale au développement territorial. L’exemple du Diois, du Morvan et du Séronais, 2010.

2 Notre démarche méthodologique articule deux approches complémentaires : d’une part, un travail statistique et cartographique à l’échelle des cantons de moyenne montagne et, d’autre part, une analyse qualitative, à partir d’enquêtes de terrain approfondies et en particulier d’entretiens semi‑directifs. Plus de 200 entretiens ont ainsi été conduits à partir de trois schémas d’enquête semi‑directive : auprès de nouveaux habitants, de personnes ressources amenées à être en contact avec ces populations migrantes et d’élus locaux.

3 Les fichiers de la taxe d’habitation, du foncier pour ce qui concerne les propriétés bâties, des propriétaires et de l’impôt sur le revenu ont ainsi été fusionnés. La version 2003 permettait d’appréhender le nombre de résidences secondaires occupées par des étrangers en se fondant sur l’avis d’imposition aux taxes locales qui est adressé à leur domicile. Mais, comme cette population de référence est constituée des propriétaires installés à l’étranger, on y trouve également des Français expatriés possédant une résidence secondaire dans l’Hexagone et les propriétaires étrangers résidant en France n’y figurent pas.

4 Le marché immobilier rural en 2006, Terres d’Europe-SCAFR, p. 10.

5 Le marché immobilier rural en 2008 et en 2009, Terres d’Europe-SCAFR.

6 Desplanques G. (2008), « Les Britanniques et les Néerlandais dans les campagnes françaises vers 2000 », in « Les étrangers dans les campagnes », Collection « CERAMAC », Presses Universitaires Blaise Pascal, pp. 4‑5.

7 INSEE Auvergne, Atlas du Massif central, Les Dossiers, n° 24, mars 2010, p.10

8 Le différentiel de prix avec les régions rurales françaises constitue alors une motivation d’achat importante pour un nouveau groupe d’acquéreurs (jeunes citadins de la classe moyenne), surtout de maisons secondaires, et pour quelques investisseurs motivés par la spéculation foncière.

9 Dans le cadre de notre thèse nous avons considéré comme « nouveaux habitants » les personnes en provenance d’un autre département ou de l’étranger arrivées depuis 1990 et ayant choisi l’espace rural comme cadre de vie permanent.

10 Desplanques, op. cit., 2008, p. 3.

11  Parmi les Britanniques établis en Aquitaine étudiés par Gervais‑Aguer (2004), 53% avaient vécu antérieurement à leur arrivée en France dans un pays étranger. « Les fondements de l’attractivité territoriale résidentielle. Les enseignements d’une recherche portant sur les résidents britanniques en Aquitaine », Cahiers du G.R.E.S, n° 25, p. 24.

12  En Limousin, Depierre et Guitard (2006) notent ainsi concernant l’arrivée de Britanniques que « les dernières destinations des lignes low cost montrent un glissement des foyers émetteurs du Grand Londres vers le nord du pays, c’est-à-dire les anciens bassins industriels britanniques ». L’accueil et l’installation des Nord-Européens en Limousin, l’exemple des Britanniques : quel poids, quels effets, quelles perspectives ?, Conseil Régional du Limousin, Université de Limoges, p. 52.

13 Desplanques G., op. cit., pp. 4‑5.

14 INSEE Limousin, FASILD, Atlas des populations immigrées, 2004, p. 14.

15  François D. (2004), La migration des pays occidentaux riches vers le Languedoc-Roussillon, Repères Synthèse pour l’Économie du Languedoc‑Roussillon, Insee Languedoc‑Roussillon, n° 10, p. 3.

16 « Les Anglais du coin », « Être étranger à la campagne », Études rurales, n°135‑136, p. 60.

17 Face à l'euro, la livre sterling a perdu environ un tiers de sa valeur en 2008, ce qui a entraîné une perte de pouvoir d'achat pour ceux qui perçoivent leurs revenus en monnaie britannique. C’est le cas en particulier des retraités, dont les pensions ont perdu 25 à 30 % de leur valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Cognard, « Les migrations résidentielles des Britanniques et des Néerlandais », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 509-520.

Référence électronique

Françoise Cognard, « Les migrations résidentielles des Britanniques et des Néerlandais », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4672 ; DOI : 10.4000/eps.4672

Haut de page

Auteur

Françoise Cognard

CERAMAC
Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II
29, boulevard Gergovia
63037 Clermont-Ferrand
Francoise.cognard@univ-bpclermont.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org