Navigation – Plan du site
Articles

Les concentrations ethniques en France : évolution 1968-2005

Ethnic Concentrations in France : 1968-2005
Bernard Aubry et Michèle Tribalat
p. 493-507

Résumés

La rareté des données sur les origines (lieu de naissance et filiation) oblige, pour retracer les transformations du peuplement des territoires qui ont accompagné différents moments de l’immigration, à se concentrer sur un segment de population particulier : les plus jeunes encore au foyer de leurs parents. Le fichier SAPHIR construit par Bernard Aubry a permis de mener ce type d’analyse entre 1968 et 2005 en retenant la proportion de jeunes âgés de 0-17 ans d’origine étrangère. L’étude de l’évolution des concentrations ethniques est un préalable et un précieux complément à celle d’indicateurs plus sophistiqués, et notamment des indicateurs de dissimilarité, d’usage courant, ou d’autres indicateurs de composition des voisinages.
Une telle étude montre une réelle évolution des lieux de concentration ethnique singularisant fortement l’Ile-de-France devenue la région de très forte concentration ethnique qu’elle n’était pas à la fin des années 1960, alors devancée par les régions de la façade méditerranéenne et la Lorraine. L’exception du grand quart ouest de la France, autrefois très peu touché par l’immigration, est désormais terminée. Enfin, ces concentrations ethniques sont devenues un phénomène de plus en plus urbain, reflétant les changements dans la composition des origines et un chassé-croisé entre les familles de natifs et celles d’immigrés, les premières préférant de plus en plus les zones d’habitat rural et périurbain quand les secondes se sont implantées prioritairement dans les communes de taille moyenne, des grandes zones urbaines.

Haut de page

Texte intégral

1En France, la mesure des populations d’origine étrangère n’est pas possible sur une base régulière. Les enquêtes annuelles de l’Insee n’incluent pas les informations nécessaires. Mais des estimations ont été réalisées par reconstitution [Tribalat, 1991] ou à l’occasion d’enquêtes nationales [Tribalat, 2004 ; Borrel, Simon, 2005 ; Borrel, Lhommeau, 2010] pour la France métropolitaine. Cependant, ces enquêtes ne sont pas de taille suffisante pour éclairer les transformations du peuplement des territoires qui ont accompagné les différents moments de l’histoire de l’immigration en France, quel que soit l’échelon géographique choisi (du régional au très local). Il faut recourir au recensement et aux enquêtes annuelles qui l’ont désormais remplacé pour disposer de tailles d’échantillon suffisantes.

  • 1 C’est ce qu’a fait récemment Edmond Préteceille [2009].

2De nombreuses études se sont contentées de données sur les étrangers [Desplanques, Tabard 1991 ; Pan Ké Shon, 2009] ou sur les immigrés [Préteceille, 2009], voire même sur un mixte d’étrangers et de Français par acquisition [Jayet, Bolle-Ukrayinchuk, 2009, Safi, 2009]. Or, une bonne partie du potentiel démographique de l’immigration étrangère est liée à la natalité. D’où la nécessité d’intégrer la génération née en France d’ascendance immigrée. Mais cette intégration doit garder une certaine cohérence. Dans la mesure ou ces descendants ne sont identifiés que lorsqu’ils sont en âge de vivre encore chez leurs parents, l’estimation de la proportion de personnes d’origine étrangère doit se faire exclusivement sur cette tranche d’âges. Rajouter aux immigrés de tous âges les enfants d’immigrés qui vivent encore chez leurs parents ne semble donc pas très satisfaisant1. Si l’on avait procédé ainsi, l’estimation de la population d’origine étrangère (immigrés et enfants d’immigrés) en 1999 aurait manqué 40 % de l’effectif. Ce défaut n’est pas constant. Il aurait été, par exemple, plus important pour les populations d’origine italienne ou espagnole d’implantation ancienne que pour celles d’origine maghrébine ou subsaharienne, arrivées en moyenne plus récemment. Compte tenu des disparités territoriales selon l’origine, il n’y a aucune raison pour que ce défaut soit d’égale ampleur sur l’ensemble du territoire.

3En limitant l’étude aux jeunes âgés de moins de 18 ans, ne sont pris en compte que les effets démographiques les plus récents de l’immigration étrangère, mais est ainsi évité un mélange entre les descendants d’immigrés arrivés récemment ou à un âge très jeune d’une part, et les immigrés de toutes périodes d’arrivée pourvu qu’ils soient survivants et présents en France.

  • 2 Les grands promoteurs de ce type d’indicateurs ont été Douglass Massey et Nancy A. Denton [Massey, (...)
  • 3 Cette question vient d’être abordée dans un document de travail de l’Insee, à partir du fichier SAP (...)
  • 4 C’est le cas d’Edmond Préteceille qui calcule un indicateur de dissimilarité en Île-de-France à par (...)

4Par ailleurs, les études du peuplement des territoires par origine, outre que cette dernière n’a pu être déterminée de façon satisfaisante, se sont excessivement tournées vers l’analyse de la ségrégation à partir d’indices de dissimilarité dits indice de Duncan2, sans toujours attacher suffisamment d’importance au phénomène de concentration lui-même3. Ces indicateurs sont calculés à partir de découpages géographiques plus ou moins fins reflétant souvent des espaces institutionnels de taille très fluctuante4. Si l’indicateur de dissimilarité a un sens indépendamment de la concentration ethnique d’un espace géographique donné, cette dernière renseigne aussi sur les conditions de mixité de cet espace. Ainsi, dans une commune où 70 % des jeunes sont d’origine étrangère, même sans aucune ségrégation, ils n’ont que 30 % de chances d’interagir localement avec ceux d’origine française, proportion qui peut être inférieure à celle que l’on observerait dans une autre où la jeunesse d’origine étrangère serait plus rare mais plus ségréguée.

5L’étude de la proportion de population d’origine étrangère à différents échelons géographiques apparaît donc comme un préalable à la construction d’indicateurs plus sophistiqués, comme les indicateurs de voisinage des individus, auxquels elle peut d’ailleurs servir de référence [Aubry, Tribalat, 2007].

  • 5 Certains résultats ont déjà fait l’objet d’une présentation dans la revue Commentaire [Aubry, Triba (...)

6Dans cet article, nous étudierons donc l’évolution des concentrations ethniques et de leur localisation à travers la proportion de jeunes d’origine étrangère. Est considérée comme d’origine étrangère toute personne immigrée ou née en France d’au moins un parent immigré. La proportion sera mesurée dans l’ensemble des jeunes âgés de 0-17 ans pour les recensements de 1968 à 1999 et pour le jeu des quatre premières enquêtes annuelles, centré sur l’année 2005, à partir du fichier harmonisé des données de recensement (SAPHIR) mis au point par Bernard Aubry5 (cf. Encadré).

Mais, tout d’abord, voyons ce que l’on peut dire de l’évolution de la population d’origine étrangère, tous âges, en France métropolitaine, d’après les quelques estimations disponibles.

Les informations collectées lors des recensements de la population sont saisies et stockées dans des fichiers informatiques depuis 1962. Ces fichiers volumineux ne sont pas toujours faciles d’accès et les codes et les modalités de variables ne sont pas cohérents d’un recensement à l’autre. C’est dans le but de simplifier l’accès aux données et de pouvoir répondre à des questions où la prise en compte de la perspective historique est nécessaire qu’a été créé SAPHIR (Système d’Analyse de la Population par l’Historique des Recensements) à l’Insee-Alsace. Les premières investigations datent de 1989 et une première version nationale a été achevée en 1993. Une version plus élaborée qui permet d’élargir le champ des exploitations en introduisant la famille (définie selon des critères inchangés sur la période 1962-2006) comme unité statistique en sus de l’individu et du ménage a été développée au début des années 2000. La mise à jour de ce fichier par introduction des quatre premières campagnes du nouveau recensement a permis d’établir les séries historiques qui ont servi à la rédaction du présent article.

Évolution de la population d’origine étrangère

  • 6 Un biais de ce type, probablement moins important, vaut aussi pour les autres personnes originaires (...)

7L’estimation, par l’Insee, pour la France métropolitaine, du nombre de personnes nées en France d’au moins un parent immigré en 2008 combine les résultats des enquêtes annuelles pour les 0-17 ans, sur le modèle de ce que nous analyserons plus tard, les résultats de l’enquête Trajectoires et Origines pour les 18-50 ans et ceux de l’enquête Emploi pour les plus de 50 ans. Dans ce dernier cas, sont estimées d’origine étrangère les personnes qui déclarent être nées d’au moins un parent né à l’étranger avec une nationalité étrangère à la naissance. Les enfants d’immigrés venus d’Algérie et nés avant l’indépendance dans les quinze départements français, s’ils ont déclaré leur père et leur mère Français de naissance, ce qu’ils étaient, ne sont donc pas comptés parmi les enfants d’immigrés, source d’une sous-estimation6. Mais, d’après un calcul plus ancien, la proportion d’enfants de rapatriés était très élevée dans ces générations [Tribalat, 2004]. La sous‑estimation globale est donc faible. Nous privilégions l’estimation de l’Insee à celle du ministère de l’immigration combinant seulement l’enquête Emploi de 2008 – dont on vient de relever le défaut, défaut qui pèse alors sur la totalité des 18 ans et plus – et les informations tirées des enquêtes annuelles pour les personnes âgées de moins de 18 ans [Breem, 2010].

8Il est intéressant de comparer cette estimation récente à d’autres plus anciennes pour essayer de donner une idée de l’évolution de la population d’origine étrangère sur deux générations. Deux estimations ont été faites à partir de l’enquête Famille de 1999 [Tribalat, 2004 ; Borrel et Simon, 2005]. Une estimation encore plus ancienne, non plus à partir d’une enquête, mais d’une reconstitution avait été menée au 1er janvier 1986 [Tribalat, 1991].

Tableau 1. Décomposition sur deux générations de la population d’origine étrangère en France métropolitaine (1986, 1999 et 2008)

 

1986

1999

2008

∆ 1986-1999 moyen annuel

∆ 1999-2008
moyen annuel

 

(Tribalat, 1991)

(Tribalat, 2004)

(Borrel, Simon, 2005)

(Borrel, Lhommeau, 2010)

Tribalat, 2004 / Tribalat, 1999

Borrel, Lhommeau / Borrel, Simon

Borrel, Lhommeau / Tribalat

Immigrés

3,9

4,3

4,3

5,3

0,7%

2,3%

Enfants d'immigré(s)

5,0

5,5

4,5

6,5

0,7%

4,2%

1,8%

Total

8,9

9,8

8,8

11,8

0,7%

3,3%

2,1%

%

16,1

16,7

15,1

19,0

0,3%

2,6%

1,5%

  • 7 L’Allemagne parle de Migrationshintergrund ou antécédents migratoires en français. En ont un ceux q (...)
  • 8 https://www-ec.destatis.de/csp/shop/sfg/bpm.html.cms.cBroker.cls ?cmspath =struktur,vollanzeige.csp (...)

9En 2008, la population d’origine étrangère sur deux générations (immigrés et nés en France d’au moins un parent immigré) serait donc de 11,8 millions, soit 19 % de la population totale (tableau 1). Cette proportion est identique à celle observée en Allemagne, dans une définition un peu différente7, au micro‑recensement de 20088.

  • 9 L’accroissement Borrel-Lhommeau/Borrel-Simon correspondrait à un doublement en 26 ans.

10Depuis 1999, cette population d’origine étrangère aurait gagné 3 millions ou 2 millions, selon l’estimation retenue en 1999, soit un accroissement moyen annuel (composé) de 3,3 % ou de 2,1 %. Ce qui correspond à un doublement tous les 21 ou 33 ans. Pour la génération née en France, cet accroissement moyen annuel aurait été de 4,2 % ou de 1,8 % selon l’estimation retenue en 1999 (soit un doublement tous les 17 ou 31 ans). Il semble que Borrel et Simon aient sous-estimé le nombre de personnes nées en France d’au moins un parent immigré en 1999. Pour eux, ce nombre était alors à peine supérieur à celui des immigrés, ce qui n’est le cas ni pour Tribalat en 1986 et 1999, ni pour Borrel et Lhommeau en 2008. Le rapport entre enfants d’immigrés et immigrés est voisin dans ces trois estimations (respectivement 1,28 pour les deux premières et 1,23 pour la troisième). Si l’on retient l’évolution Borrel-Lhommeau 2008 /Tribalat 1999, la proportion de personnes d’origine étrangère se serait donc accrue de 1,5 % en moyenne annuelle entre 1999 et 2008 ; ce qui équivaut à un doublement tous les 47 ans9.

11La comparaison 1999/1986 donne une évolution beaucoup moins spectaculaire. Obtenue différemment en 1986, la population d’origine étrangère est peut-être, cette année-là, un peu surestimée et, du coup, la croissance 1999/1986 un peu sous-estimée. Néanmoins, une croissance faible – ici 0,7 % par an en effectifs et 0,3 % par an en pourcentage – est assez vraisemblable, compte tenu de la relative stagnation de la population immigrée jusqu’à la moitié des années 1990. La forte croissance des flux d’immigration entre 1996 et 2003, puis son maintien à un niveau élevé vont dans le sens d’une extension de la population d’origine étrangère sur deux générations beaucoup plus forte sur la deuxième période.

Une grande transformation des origines et des localisations des concentrations entre 1968 et 2005

  • 10 Alfred Sauvy avait ainsi estimé que les francisations intervenues entre 1872 et 1927 avaient contri (...)

12La proportion de jeunes d’origine étrangère est passée de 11,5 à 18,1 % en près de 40 ans. Cette croissance de 57 % est peu spectaculaire si on la compare à ce qu’ont connu certains pays européens où l’immigration est un phénomène récent. En France, elle tient au caractère quasi permanent de l’immigration étrangère depuis très longtemps10. Par contre, l’évolution de la composition par origine a été beaucoup plus impressionnante. En 1968, plus des trois-quarts de cette jeunesse étaient d’origine européenne, le petit quart restant étant essentiellement d’origine maghrébine. En 2005, les enfants d’origine européenne ne représentaient plus qu’un quart de l’ensemble des jeunes d’origine étrangère. Plus de la moitié sont des enfants de migrants d’Afrique, du Maghreb principalement. En 1968, on comptait moins de 1 % de jeunes d’origine étrangère d’ascendance subsaharienne. En 2005, ils étaient devenus beaucoup plus nombreux : 16,5 % (graphique 1). Les origines se sont fortement diversifiées, comme en témoigne l’évolution de la catégorie « Autre ».

Graphique 1. Répartition des jeunes d’origine étrangère par origine en % (1968-2005)

Graphique 1. Répartition des jeunes d’origine étrangère par origine en % (1968-2005)
  • 11 Les villes retenues ici se limitent à celles d’au moins 30 000 habitants. Une étude sur un découpag (...)

13Les concentrations régionales se sont déplacées et accrues dans nombre de régions. En 1968, elles étaient les plus marquées dans les régions de la façade méditerranéenne : environ 22 % en PACA et Languedoc-Roussillon. Venaient ensuite la Lorraine (18 %), Rhône-Alpes (16,7 %), la Corse (16 %) et l’Île‑de-France (15,8 %). Ces concentrations se retrouvaient amplifiées dans certaines villes11 : 45,2 % dans le 16ème arrondissement de Marseille, 44 % à Saint-Martin-d’Hères, 41 % à Vaulx-en-Velin, 36 % à Marignane.

14Les régions de l’Ouest restaient relativement peu touchées par les effets démographiques de l’immigration : moins de 1 % des jeunes Bretons étaient d’origine étrangère.

15Désormais, il y a l’Île-de-France et les autres régions. La proportion de jeunes d’origine étrangère a plus que doublé en Île-de-France (36,8 % en 2005). Elle a doublé aussi en Alsace et atteignait 23 % en 2005. Mais elle a un peu régressé dans le pourtour méditerranéen, plus fortement en Lorraine. La diversification de l’immigration a été moins poussée dans ces régions et n’a pas compensé la chute des effets démographiques des anciens immigrants d’Europe du Sud.

16Des régions autrefois relativement peu touchées par l’immigration connaissent désormais des flux d’immigrants dont les enfants commencent à peser démographiquement, même à l’échelle de la région a fortiori au niveau des départements.

17La carte du graphique 2 représente le rapport des écarts relatifs à la moyenne nationale des proportions départementales en 2005 relativement à 1968. La part des jeunes d’origine étrangère a progressé très fortement dans les départements franciliens, surtout en Seine-Saint-Denis où elle n’était que de 19 % en 1968. Elle a été multipliée par trois en un peu moins de 40 ans et la Seine-Saint-Denis est désormais le département où la concentration est la plus élevée (57 % en 2005), devant Paris (41 %), le Val-de-Marne (40 %) et le Val-d’Oise (38 %).

Graphique 2. Évolution relative de la proportion de jeunes d’origine étrangère par rapport à la moyenne nationale – en % – (2005/1968)

Graphique 2. Évolution relative de la proportion de jeunes d’origine étrangère par rapport à la moyenne nationale – en % – (2005/1968)

18De nombreuses villes de Seine-Saint-Denis connaissent des concentrations très élevées (environ trois-quarts des jeunes sont d’origine étrangère à Clichy-sous-Bois, Aubervilliers et la Courneuve, 70 % à Saint-Denis et 67 % à Saint-Ouen). C’est aussi le cas d’autres villes franciliennes. Par exemple, à Grigny dans l’Essonne, 70 % des jeunes sont d’origine étrangère, dont près de la moitié d’origine subsaharienne.

19Dans un grand quart Ouest, l’accroissement de la proportion de jeunes d’origine étrangère a été particulièrement important. Le Maine-et-Loire ne comptait guère plus d’un jeune sur cent d’origine étrangère en 1968. En 2005, c’est le cas d’un jeune sur quatorze. Dans le Loir-et-Cher, la proportion de jeunes d’origine étrangère est passée de 3 à 16 % et en Eure-et-Loir de 4 à 15 %. Ces évolutions se sont traduites par des changements importants dans la composition ethnique de la jeunesse des principales villes du grand quart Ouest de la France (tableau 2). Blois arrive en tête avec 33 % de jeunes d’origine étrangère (comme à Nice). L’origine des jeunes est en accord avec la provenance des flux migratoires les plus récents. À Blois, ces jeunes sont principalement d’origine maghrébine, subsaharienne ou turque. Certaines villes au peuplement autrefois très homogène ont fait connaissance avec l’immigration étrangère et ses effets démographiques. C’est le cas de Cholet, Laval, Saint‑Brieuc et Quimper. Laval connaissait ainsi en 2005 une concentration équivalente à celle d’Évry et des Mureaux en 1968. Dans ces deux villes, elle a dépassé 50 % en 2005.

Tableau 2. Villes du grand quart Ouest de la France où la proportion des jeunes d’origine étrangère (en %) s’est fortement accrue (1968-2005)

 

1968

1975

1982

1990

1999

2005

Blois

5,4

12,9

19,1

22,9

25,3

33,2

Évreux

6,0

7,4

13,1

22,9

23,1

27,6

Joué-les-Tours

11,1

19,3

23,4

21,5

22,1

26,8

Poitiers

3,3

6,2

8,4

10,3

16,7

22,4

Chartres

4,5

12,5

18,7

19,9

21,0

21,7

Rouen

4,6

7,3

10,5

15,5

17,4

21,7

Tours

5,8

10,4

13,6

14,6

16,7

21,0

Rennes

2,6

4,1

7,0

11,7

15,0

19,9

Amiens

4,2

11,3

13,4

18,0

17,4

19,5

Cholet

1,1

5,4

14,0

18,0

15,3

18,8

Angoulême

5,3

8,5

13,9

16,9

18,9

18,6

Nantes

3,0

4,9

8,6

12,1

14,7

17,9

Chatellerault

4,3

8,5

11,0

13,2

14,8

17,4

Laval

1,7

5,6

7,9

10,0

12,7

17,3

Saint-Herblain

3,6

5,6

7,9

10,7

12,0

16,3

Angers

2,7

4,5

8,3

9,8

11,7

16,2

Le Mans

2,3

4,6

7,2

9,7

9,7

14,3

Saint-Brieuc

1,3

1,8

4,0

6,4

12,1

13,9

Vannes

3,3

3,0

4,9

6,5

6,9

12,4

Lorient

2,3

2,7

4,0

6,5

7,4

11,6

Niort

2,6

5,1

7,3

7,7

8,3

11,1

Saint-Nazaire

2,7

3,4

4,8

6,6

8,3

10,6

Quimper

0,8

2,5

5,5

5,9

7,0

9,7

Rezé

1,9

2,7

3,5

5,5

6,6

8,9

La Roche-sur-Yon

1,3

2,0

3,8

4,6

6,9

8,5

Brest

1,8

4,5

6,5

6,4

7,8

8,4

Concentrations : un phénomène de plus en plus urbain

  • 12 Une comparaison avec ce que donnerait un classement correspondant aux tailles effectives aux différ (...)

20Grâce à SAPHIR, il est possible d’étudier l’évolution de la localisation, selon la taille des communes, celle-ci étant mesurée en 199912. L’univers des communes de chaque tranche urbaine est donc fixe sur l’ensemble de la période. En 1968, en France métropolitaine, la proportion de jeunes d’origine étrangère était voisine de 14 % dans les communes de 5000 habitants ou plus, quelle qu’en soit la taille. Dans les communes plus petites, elle variait de concert avec la taille de la commune. Depuis, la proportion de jeunes d’origine étrangère n’a pas augmenté dans les communes de moins de 10 000 habitants, contrairement à la croissance qui a touché toutes les autres communes, et surtout celles peuplées de 30 000 à 100 000 habitants où elle a plus que doublé (graphique 3). Dans les communes de 30 000 habitants ou plus, la concentration dépasse désormais 30 %.

21Cette évolution fait la moyenne des tendances régionales. Pour certaines régions, le schéma est voisin de la tendance nationale. C’est le cas par exemple en Île-de-France, mais en plus contrasté et avec une tendance haussière qui touche aussi des communes moins densément peuplées. Ce sont les communes de taille moyenne qui ont vu leur proportion de jeunes d’origine étrangère s’accroître le plus : elle a été multipliée par trois dans celles abritant entre 30 000 et 50 000 habitants. Dans les communes de 30 000 à 100 000 habitants, la proportion de jeunes d’origine étrangère dépasse désormais 45 %.

22On trouve tout un dégradé d’évolutions de ce type dans les régions avec, par exemple, une relative stagnation entre 1982 et 1999 en Alsace (sauf à Strasbourg et Mulhouse) et en Rhône‑Alpes. En Alsace, la concentration est devenue de plus en plus dépendante de la taille de la commune. En 2005, elle va de 10 % dans les communes de moins de 1000 habitants à 45 % dans celles d’au moins 100 000 habitants (en fait Strasbourg [44 %] et Mulhouse [48 %]).

23Pour les régions d’immigration traditionnelles, Sud-Est et Nord-Est, les lieux d’implantation se sont inversés, comme en témoigne de façon exemplaire l’évolution en région PACA. En 1968, les plus fortes concentrations étaient localisées dans les communes de tailles petite ou moyenne : 25 % des jeunes des communes de 1000 à 50 000 habitants étaient d’origine étrangère. Ces concentrations ont d’autant plus fondu que la taille des communes était faible. En 2005, la proportion de jeunes d’origine étrangère varie grosso modo avec la taille de la commune et se trouve la plus élevée (30 %) dans les villes de 100 000 habitants ou plus (dont 31 % à Marseille).

24Dans les régions du grand Ouest, les concentrations se sont accrues pour toutes les tailles de communes, mais surtout pour les plus peuplées. Ainsi, en 2005, dans les Pays de la Loire, la concentration est fonction de la taille de la commune, allant de 3 % pour les plus petites à 17 % pour les plus grandes.

25Les concentrations sont donc devenues, au fil du temps, un phénomène de plus en plus urbain.

Graphique 3. Évolution de la proportion de jeunes d’origine étrangère (%) en fonction de la taille des communes en France et pour quelques régions (1968-2005)

Graphique 3. Évolution de la proportion de jeunes d’origine étrangère (%) en fonction de la taille des communes en France et pour quelques régions (1968-2005)

Chassé-croisé des familles de natifs et des familles d’immigrés

  • 13 En fait, ce sont plutôt les familles ouvrières de natifs qui se sont dirigés vers le périurbain et (...)

26Cette tendance reflète un chassé-croisé entre les familles de natifs et les familles d’immigrés. À mesure que se modifiaient les flux d’immigration, les implantations de familles immigrées se sont plus souvent opérées dans les villes de taille moyenne ou grande. Au contraire, les familles de natifs ont eu tendance à se localiser de plus en plus dans des communes de taille modeste13. La proportion des jeunes d’origine française vivant dans une commune de moins de 10 000 habitants n’a cessé d’augmenter depuis la moitié des années 1970 : elle est passée de 52 à 60 % en 2005, au détriment des villes moyennes ou grandes. La jeunesse d’origine étrangère a été affectée du mouvement inverse au profit des villes de taille moyenne : 27 % habitaient une commune de moins de 10 000 habitants en 2005 contre 39 % en 1968 (graphique 4).

Graphique 4. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine française ou étrangère (1968-2005)

Graphique 4. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine française ou étrangère (1968-2005)

27En fait, ce « mouvement » reflète bien plus l’évolution de la composition par origine qu’un changement de localisation. Le graphique 5, représentant la proportion de jeunes résidant dans une commune de moins de 10 000 habitants par origine détaillée, donne une bonne idée de cet effet de structure. La proportion de jeunes d’origine étrangère habitant une petite commune faisait la moyenne, en 1968, entre un groupe majoritaire de jeunes d’origine sud-européenne qui y résidaient plus volontiers et un groupe minoritaire, principalement originaire du Maghreb beaucoup plus citadin. Si la localisation en zone faiblement urbanisée des enfants d’immigrés d’Europe du Sud a plutôt régressé dans les années 1970-80, elle s’y est raffermie ensuite. En 2005, la proportion de ces jeunes qui résidaient dans une commune de moins de 10 000 habitants était encore plus éloignée de celle observée parmi les enfants d’immigrés du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne qui ne dépasse jamais 25 % et descendait même à 15 % parmi les jeunes d’origine subsaharienne ou tunisienne.

Graphique 5. Proportion (en %) de jeunes résidant dans une commune de moins de 10 000 habitants, selon leur origine détaillée

Graphique 5. Proportion (en %) de jeunes résidant dans une commune de moins de 10 000 habitants, selon leur origine détaillée

28La relocalisation des familles de natifs dans les petites communes est également visible dans une région aussi densément peuplée que l’Île-de-France. Ainsi, la part des enfants de natifs habitant une commune de moins de 10 000 habitants a doublé en près de 40 ans. Elle est passée de 12 à 24 %. Ces petites communes sont restées, au contraire, un lieu exceptionnel de localisation pour les familles immigrées : un jeune sur dix seulement y a résidé sur l’ensemble de la période. En 1968, le restant des enfants d’immigrés se répartissait de manière à peu près égale entre grandes villes (dont Paris) et villes moyennes. En 2005, leur localisation a évolué au profit des villes moyennes (graphique 6).

29C’est le « transfert » Paris-Banlieue qui explique une bonne partie de cette évolution, comme l’indique de manière emblématique l’évolution de la localisation des familles d’immigré(s) turc(s) au fur et à mesure de l’amplification du courant migratoire (graphique 7). Si, en 2005, le nombre de jeunes d’origine turque à Paris était un peu supérieur à ce qu’il était à la fin des années 1960, ceux qui se sont retrouvés en banlieue, principalement dans des villes de taille moyenne, ont été bien plus nombreux.

Graphique 6. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (française ou étrangère) en Île-de-France (1968-2005)

Graphique 6. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (française ou étrangère) en Île-de-France (1968-2005)

Graphique 7. Répartition des jeunes d’origine turque par catégorie de commune (en %) en Île-de-France (1968-2005)

Graphique 7. Répartition des jeunes d’origine turque par catégorie de commune (en %) en Île-de-France (1968-2005)

Graphique 8. Évolution de la répartition par origine (en %) de la jeunesse d’origine étrangère en Île de France (1968-2005)

Graphique 8. Évolution de la répartition par origine (en %) de la jeunesse d’origine étrangère en Île de France (1968-2005)

30Si l’on retient deux blocs d’origines dominants en 1968 ou en 2005 (Europe du Sud et Afrique, Maghreb compris), le déplacement de la composition par origine s’est fait au détriment des communes moins densément peuplées, d’autant que les jeunes d’origine sud-européenne, qui ont connu, à l’image des enfants de natifs, une délocalisation des grandes villes vers les petites communes, sont en diminution. Guère plus de 5 % des enfants d’immigrés venus d’Afrique ont habité dans de petites communes sur l’ensemble de la période. Mais ils ont été, au fil du temps de moins en moins nombreux à résider dans les grandes villes de la région parisienne, Paris notamment, au profit des villes de taille moyenne.

Graphique 9. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (sud-européenne ou africaine) en Île-de-France (1968-2005)

Graphique 9. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (sud-européenne ou africaine) en Île-de-France (1968-2005)

31Le chassé-croisé entre jeunes d’origine française et jeunes d’origine étrangère se retrouve dans bien d’autres régions. C’est le cas, par exemple, en Languedoc-Roussillon où la présence de jeunes d’origine étrangère était plus affirmée dans les communes de petite taille à la fin des années 1960 (graphique 10A). Par contre, dans les Pays de la Loire, où le caractère citadin (villes moyennes) de l’implantation immigrée l’était déjà et l’est restée, le chassé-croisé est de faible ampleur. Seules les familles d’origine française ont approfondi leur préférence pour les petites communes (graphique 10B).

Graphique 10. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine en Languedoc-Roussillon et dans les Pays de la Loire (1968-2005)

Graphique 10. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine en Languedoc-Roussillon et dans les Pays de la Loire (1968-2005)

Conclusion

32Malgré la rareté des informations sur les origines dans la statistique française, les quelques estimations réalisées jusque-là montrent que la population d’origine étrangère (immigrés et personnes nées en France d’au moins un parent immigré) a fortement augmenté sur la dernière décennie, de concert avec l’accroissement, puis le maintien, à un niveau élevé de l’immigration étrangère en France. Son poids dans la population de la France métropolitaine a gagné plus de deux points en neuf ans. En l’absence de suivi régulier via les recensements et les enquêtes annuelles de l’ensemble de la population d’origine étrangère, l’indicateur construit sur la jeunesse montre que les origines et les localisations ont beaucoup changé depuis la fin des années 1960 : concentrations massives et croissantes en Île-de-France, fin du peuplement à peu près homogène à l’Ouest. Les concentrations ethniques sont également devenues un phénomène de plus en plus urbain correspondant à un chassé-croisé entre les familles d’origine française dont la prédilection pour le rural ou la petite ville s’est accentuée, tandis qu’un mouvement inverse affectait la localisation des familles immigrées, tenant en partie à l’évolution de l’origine de ces familles.

Haut de page

Bibliographie

APPARICIO P. (2000), Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 134, mis en ligne le 16 juin, http://cybergeo.revues.org/index12063.htlm.

AUBRY B., TRIBALAT M. (2007), Importance et évolution des concentrations en zone gendarmerie de 1968 à 1999, Centre de Prospective de la Gendarmerie Nationale (CPGN), 27 mars.

AUBRY B., TRIBALAT M. (2008), « Les voisins des jeunes d’origine étrangère », co-signé avec Bernard Aubry, in Démographie et cultures, colloque de l’AIDELF, 25-29 août, http://www.aidelf.org/images/stories/S13-2.pdf.

AUBRY B., TRIBALAT M. (2009), Les jeunes d’origine étrangère, Commentaire, n° 126, (Été).

BORREL C., LHOMMEAU B. (2010), Être né en France d’un parent immigré, Insee Première, n° 1287, (mars).

BREEM Y. (2010), Les descendants d’immigrés, Infos migration, n° 15, (juillet).

DESPLANQUES G., TABARD N. (1991), La localisation de la population étrangère, Économie et statistique, n° 242.

JAYET H., BOLLE-UKRAYINCHUK N. (2009), « La localisation des immigrants en France », in Saint-Paul, Immigration, qualifications et marché du travail, Conseil d’analyse économique, 2009.

MASSEY D., DENTON N. A. (1988), The dimensions of Residential Segregation, Social Forces, vol. 67, n° 2.

PAN KÉ SHON J.-L. (2009), Ségrégation ethnique et ségrégation spatiale en quartiers sensibles. L’apport des mobilités résidentielles, Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, (juillet-septembre).

PIRON O. (2010), Densification versus modes de vie, Études foncières, n° 146, (juillet-août).

PRÉTECEILLE E. (2009), La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ?, Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, (juillet-septembre).

RATHELOT R., SILLARD P. (2010), « L'apport des méthodes à noyaux pour mesurer la concentration géographique : application à la concentration des immigrés en France de 1968 à 1999 », Institut National de la Statistique et des Études Économiques, Document de travail de la Direction des Études et Synthèses Économiques G 2010 / 11. http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/docs_doc_travail/G2010-11.pdf.

SAFI M. (2009), La dimension spatiale de l’intégration : évolution de la ségrégation des immigrés en France entre 1968 et 1999, Revue française de sociologie, vol. 50, n° 3, (juillet-septembre).

SAUVY A. (1927), La population étrangère en France et les naturalisations, Journal de la Société de statistique de Paris, (février-mars).

TRIBALAT M. [dir.] (1991), Cent ans d’immigration, Étrangers d’hier Français d’aujourd’hui, INED/PUF.

TRIBALAT M. (2004), Une estimation des populations d’origine étrangère en France en 1999, Population, vol. 59, n° 1.

TRIBALAT M. (2008), Effets démographiques de l’immigration étrangère. Éléments de comparaison européenne. Futuribles, n° 343, (juillet-août).

Haut de page

Notes

1 C’est ce qu’a fait récemment Edmond Préteceille [2009].

2 Les grands promoteurs de ce type d’indicateurs ont été Douglass Massey et Nancy A. Denton [Massey, Denton, 1988]. Pour une présentation en français de cet indicateur et une discussion sur ses vertus relativement à d’autres voir Apparicio, 2000.

3 Cette question vient d’être abordée dans un document de travail de l’Insee, à partir du fichier SAPHIR, mais pour les seuls immigrés et à partir d’indicateurs statistiques plus sophistiqués que celui utilisé ici, avec notamment, un indice entropique, censé mesurer une disharmonie moyenne par nationalité d’origine dans la répartition sur l’ensemble du territoire national [Rathelot, Sillard, 2010].

4 C’est le cas d’Edmond Préteceille qui calcule un indicateur de dissimilarité en Île-de-France à partir d’un découpage en communes et quartiers parisiens [Préteceille, 2009]. C’est aussi le cas de Mirna Safi qui calcule différents indicateurs sur la base d’un découpage communal. L’Insee présente également, dans les tableaux complémentaires associés à l’Insee première n° 1287, un indice de Duncan pour différents groupes de personnes nées en France d’au moins un parent immigré, reposant sur un découpage en 8 grandes régions [Borrel, Lhommeau, 2010]. Nous avons proposé un substitut à travers l’étude des voisinages, non plus en découpant l’espace, mais en étudiant les origines des jeunes figurant dans le voisinage immédiat des personnes âgées de moins de 18 ans. Ce qui permet de mesurer l’entre-soi, le contact avec d’autres groupes et l’isolement relatif par rapport aux jeunes d’origine française [Aubry, Tribalat, 2007].

5 Certains résultats ont déjà fait l’objet d’une présentation dans la revue Commentaire [Aubry, Tribalat, 2009].

6 Un biais de ce type, probablement moins important, vaut aussi pour les autres personnes originaires des autres pays du Maghreb, et plus largement des pays anciennement sous administration française.

7 L’Allemagne parle de Migrationshintergrund ou antécédents migratoires en français. En ont un ceux qui ont migré depuis 1950 comme étrangers ou comme anciens Allemands des pays de l’Est et les enfants d’au moins un parent étranger, naturalisé ou ancien Allemand de l’Est.cf. Tribalat, 2008.

8 https://www-ec.destatis.de/csp/shop/sfg/bpm.html.cms.cBroker.cls ?cmspath =struktur,vollanzeige.csp&ID =1025211

9 L’accroissement Borrel-Lhommeau/Borrel-Simon correspondrait à un doublement en 26 ans.

10 Alfred Sauvy avait ainsi estimé que les francisations intervenues entre 1872 et 1927 avaient contribué à la moitié de l’accroissement démographique de ces années-là [Sauvy, 1927].

11 Les villes retenues ici se limitent à celles d’au moins 30 000 habitants. Une étude sur un découpage en brigades de gendarmerie et circonscriptions de police a montré que certaines localisations dans l’Est connaissaient également de fortes concentrations : 50 % dans la brigade de Behren-Lès-Forbach et dans la circonscription de Fameck [Aubry, Tribalat, 2007].

12 Une comparaison avec ce que donnerait un classement correspondant aux tailles effectives aux différentes dates pour l’ensemble de la France donne des résultats très proches. Dans tous les cas, la population qu’il a été impossible de classer est relativement faible. Elle est de très loin la plus élevée en 1968 où elle représente 0,9 % de la classe d’âge 0-17 ans.

13 En fait, ce sont plutôt les familles ouvrières de natifs qui se sont dirigés vers le périurbain et les pôles ruraux. « La zone « rurale » est désormais la plus ouvrière de France, les agriculteurs n'y représentant plus que 5 % des actifs. Le périurbain se trouve à mi-chemin entre les centres-villes et les secteurs ruraux. » [Piron, 2010].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Répartition des jeunes d’origine étrangère par origine en % (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 2. Évolution relative de la proportion de jeunes d’origine étrangère par rapport à la moyenne nationale – en % – (2005/1968)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 3. Évolution de la proportion de jeunes d’origine étrangère (%) en fonction de la taille des communes en France et pour quelques régions (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Graphique 4. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine française ou étrangère (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Graphique 5. Proportion (en %) de jeunes résidant dans une commune de moins de 10 000 habitants, selon leur origine détaillée
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Graphique 6. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (française ou étrangère) en Île-de-France (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Graphique 7. Répartition des jeunes d’origine turque par catégorie de commune (en %) en Île-de-France (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Graphique 8. Évolution de la répartition par origine (en %) de la jeunesse d’origine étrangère en Île de France (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Graphique 9. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine (sud-européenne ou africaine) en Île-de-France (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Graphique 10. Répartition des jeunes par catégorie de commune (en %) selon leur origine en Languedoc-Roussillon et dans les Pays de la Loire (1968-2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Aubry et Michèle Tribalat, « Les concentrations ethniques en France : évolution 1968-2005 », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 493-507.

Référence électronique

Bernard Aubry et Michèle Tribalat, « Les concentrations ethniques en France : évolution 1968-2005 », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4663 ; DOI : 10.4000/eps.4663

Haut de page

Auteurs

Bernard Aubry

Retraité de l’Insee Alsace
Baubry.stg@orange.fr

Michèle Tribalat

Institut national d’études démographiques
33, boulevard Davout
75980 Paris cedex 20
tribalat@ined.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org