Navigation – Plan du site
Articles

Les évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine : continuités ou ruptures ?

The Population of France between 1999 and 2007 : Continuity or Change?
Laurent Chalard
p. 441-457

Résumés

La France a changé depuis 2004 de méthode de recensement, ce qui entraîne des biais dans l’étude des évolutions démographiques par rapport au dernier recensement exhaustif de 1999. Pour remédier à ce problème, la mise en place d’une méthode de correction reposant sur l’évolution de la vacance, permet de déterminer de manière plus pertinente les évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine. En effet, cette méthode de redressement montre l’existence d’un écart de 420 000 habitants entre les deux recensements, qui peut correspondre aux personnes oubliées en 1999, année d’un recensement de mauvaise qualité. À l’arrivée, que peut-on en déduire suivant les différentes échelles ? À l’échelle nationale, la croissance démographique est semblable à celle de la période intercensitaire précédente, contrairement à ce que laisserait penser les chiffres bruts, qui témoignent d’une accélération de la croissance. À l’échelle régionale, de nouveau, nous n’avons pas de ruptures apparentes, puisque les régions du Sud et de l’Ouest sont toujours celles connaissant la plus forte progression de leur population, alors que les régions du Nord-Est stagnent relativement. Enfin, à l’échelle départementale, se constate une poursuite des tendances constatées dans les décennies précédentes, à travers le renforcement de l’attractivité démographique des départements littoraux, des départements périurbains, en particulier autour de Toulouse, et des départements ruraux de la moitié sud de la France au cadre de vie jugé agréable. En définitive, les évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine s’inscrivent dans la continuité des périodes intercensitaires précédentes, la dernière rupture démographique française remontant à 1975 et la fin du baby-boom.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 BRUTEL C., OMALEK L. (2003), Projections démographiques pour la France, ses régions, et ses départe (...)
  • 2 www.insee.fr

1Selon les projections démographiques de l’Insee effectuées à l’issue du recensement de la population de 1999, la France métropolitaine devait compter 60,4 millions d’habitants au premier janvier 20071. Or, les résultats du recensement rénové à la même date fournissent un chiffre sensiblement plus élevé de 61,8 millions d’habitants, qui, combiné avec une hausse de la natalité et une croissance démographique quasi généralisée des départements français, donne l’impression d’une rupture certaine par rapport aux périodes intercensitaires précédentes, la première depuis 1975. Cependant, nous sortons d’un contexte particulier, un changement de méthode de recensement, qui, de facto, entraîne des interrogations sur l’existence de biais, et donc nécessite de notre part une extrême vigilance dans le commentaire des résultats, ce que l’Insee précise de manière judicieuse sur son site Internet2. En conséquence, le commentaire des évolutions démographiques 1999-2007 doit s’interroger sur les continuités et les ruptures par rapport aux périodes intercensitaires précédentes. Les ruptures sont-elles réelles ou uniquement le produit du changement de méthode ? La fin de la première vague du recensement rénové s’étant terminée en 2006, nous avons désormais suffisamment de recul, pour faire un bilan définitif et peu contestable des évolutions démographiques de la France en cette décennie 2000. En effet, la plupart des résultats pour les années 2006 et 2007, chiffres-clés et tableaux détaillés, ont été publiés et sont consultables sur Internet. Il s’agit dans ce cadre d’étudier les évolutions démographiques françaises à chaque échelle successivement, du national au départemental.

1. La France métropolitaine : « l’invisible rupture »

2Attachons nous dans un premier temps à l’étude de la France métropolitaine, en essayant de voir si l’évolution de la population totale et de ses composantes sur la période 1999-2007 témoigne d’une rupture.

1.1. Le taux d’accroissement total : « la fausse rupture »

3Au premier abord, il semble s’être produit une rupture entre 1999 et 2007 par rapport aux périodes intercensitaires précédentes, puisque le taux d’accroissement total annuel moyen de la population de la France métropolitaine, qui était à peu près stable depuis 1975, s’accélère brusquement, doublant presque (il passe de 0,4 % à 0,7 %), et se rapprochant du niveau constaté entre 1968-1975, soit dans la période finale du baby-boom. Cette accélération se traduit par une augmentation en volume de 3,3 millions d’habitants en un peu moins de 8 ans, à comparer avec une progression de seulement 1,9 million d’habitants en 9 ans pour la période intercensitaire précédente.

4Ce phénomène, qui est à l’origine d’une certaine rhétorique optimiste véhiculée par les médias, doit cependant être analysé de manière critique. En effet, nous avons changé de méthode de recensement, ce qui, de facto, est source de biais, qui sont, bien évidemment, difficiles à mesurer. Il s’agit donc de s’interroger, sur la réalité de cette accélération de la croissance démographique française. Est-elle le reflet de changements majeurs dans la dynamique de la population française ou bien n’est-elle pas juste le produit d’une croissance « fictive » ?

  • 3 DUMONT Gérard-François (2000),  Les « disparus » du recensement, Population et Avenir, n° 647, (mar (...)

5En effet, rappelons que lors du recensement de 1999, certains chercheurs avaient mis en doute la qualité du recensement pour expliquer la sous-évaluation de la population totale par rapport au résultat attendu par l’Insee. Par exemple, environ 500 000 personnes auraient disparu des statistiques selon Gérard-François Dumont, qui les avait intitulées « les disparus du recensement »3. En conséquence, on peut émettre l’hypothèse qu’une partie de la forte croissance constatée n’est que la récupération de ces « disparus ».

6Cependant, comme toute hypothèse, il faut essayer de la vérifier. Dans ce cadre, il est nécessaire d’utiliser une méthode de redressement de la population pour l’ensemble des communes de plus de 10 000 habitants de France, c'est-à-dire les communes sondées dans la nouvelle méthode de recensement, considérant que pour les autres, recensées de manière exhaustive, il n’y a pas de raison d’envisager des changements de qualité d’un recensement à l’autre, la méthode de recensement étant la même. En effet, on constate que de nombreuses communes très peuplées ont connu une réduction de la vacance considérable (faisant suite à une progression considérable en 1999) qui ne peut s’expliquer par une croissance réelle, mais est le produit uniquement du changement de méthode.

7Partant de l’hypothèse que l’augmentation des résidences principales n’a pu être plus importante que la progression du nombre de logements (encadré ci-dessous), les résultats à l’échelle nationale de la méthode de redressement conduisent à minimiser la croissance de la population entre 1999 et 2007 de la France métropolitaine de 420 000 personnes (soit 0,7 % de la population en 2007), et donc le taux d’accroissement total (tableau 1). La croissance démographique nationale 1999-2007 apparaît en conséquence moins élevée. En définitive, il est probable que le taux d’accroissement total annuel moyen 1999-2007 de la population de la France métropolitaine a été du même ordre que celui de 1990-1999, et donc la rupture disparaît, étant remplacée par une logique de continuité. En effet, l’ajout des disparus du recensement augmente le taux d’accroissement total annuel moyen 1990-1999 à 0,5 %, soit une progression de 2,3 millions de personnes, et inversement abaisse le taux d’accroissement 1999-2007 autour de 0,6 %, soit une hausse de 2,9 millions d’habitants. L’écart est donc bien trop mince pour parler d’une réelle rupture. Cependant, qu’en est-il lorsque l’on décompose l’évolution démographique de la France entre solde naturel et solde migratoire ?

Méthode de correction des évolutions démographiques 1999-2007 appliquée à la commune de Créteil

Cet article se fonde partiellement sur un redressement des évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine, reposant sur une méthode qu’il convient d’expliquer. L’utilisation de l’exemple éclairant de Créteil rendra notre propos plus compréhensible.

Une augmentation inexpliquée des logements occupés

  • 4 Le nombre de résidences principales est égal au nombre de ménages.

Selon les chiffres officiels publiés par l’Insee, il apparaît une augmentation importante des résidences principales, c’est-à-dire des résidences effectivement occupées par un ménage4, à distinguer des logements vacants, dans la plupart des grandes communes entre 1999 et 2007 (jusqu'à 5 points). L’intensité de cette augmentation peut être interprétée comme la conséquence d'une estimation de la population des ménages fondée sur une nouvelle méthode, celle du recensement rénové. En effet, sa hausse apparaît trop importante pour s'expliquer par une reconquête aussi subite des logements vacants, surtout que, dans les communes de moindre peuplement, ce phénomène ne se constate pas aussi fortement.

L’écart entre le nombre supplémentaire de résidences principales occupées entre 1999 et 2007 et le nombre supplémentaire de logements totaux entre 1999 et 2007 sert de base à notre méthode de correction. L'intérêt est de corriger le taux brut d’accroissement démographique de la population des ménages entre 1999 et 2007 pour pouvoir mieux interpréter les évolutions des communes, en cherchant à éliminer le biais dû au changement de méthode censitaire qui produit un taux brut incluant souvent à la fois un accroissement « réel » et une croissance « fictive ».

Fondement de la méthode de correction sur l’exemple de Créteil

  • 5 « Dossier spécial : le recensement en 2004 ». INSEE Actualités Magazine. n° 29, octobre 2003.

L'exemple de Créteil permet d'expliquer notre méthode de correction. Rappelons que, dans les communes de plus de 10 000 habitants, chaque enquête annuelle de recensement porte sur 8 % des adresses recensées dans le répertoire d'immeubles localisés (RIL) de la commune. Ce répertoire, constitué à partir des données du recensement de 1999, est mis à jour en continue5 pour chaque commune à partir des permis de construire et de démolir, des fichiers d'adresse de la Poste, des échanges d'information avec les collectivités territoriales.... Le nombre de résidences principales occupées et de logements totaux est extrapolé à partir de l’enquête annuelle de recensement portant sur 8 % des adresses.

A Créteil, les résultats Insee du RP 2007 conduisent par extrapolation à un chiffre de 3636 résidences principales supplémentaires occupées en 2007 (35 190) par rapport au recensement de 1999 (31 554). Or la commune ne compte que 2233 logements supplémentaires totaux entre 1999 (34 355) et 2007 (36 568). Le pourcentage de résidences principales occupées dans le nombre total de logements passerait donc à Créteil de 91,9 % de l'ensemble des logements en 1999 à 96,2 % en 2007. Comment expliquer une progression aussi importante de 4,3 points supplémentaires (96,2-91,9) ? Sachant la sous-évaluation du recensement de 1999, cet écart peut être considéré comme résultant d’une meilleure estimation de la population en 2007 par rapport au recensement 1999 qui avait omis un certain nombre de ménages. Il résulte de cette différence une « croissance fictive » de la population qu’il faut écarter pour évaluer un taux corrigé d’accroissement de la population entre 1999 et 2007.

Calcul d’un taux corrigé d’accroissement démographique

Le calcul permettant de calculer ce taux corrigé d’accroissement démographique de la population des ménages des communes de plus de 10 000 habitants de 2007 à celle de 1999 s’effectue en trois temps.

Premier temps
Dans un premier temps, on soustrait le nombre de logements totaux supplémentaires du nombre de résidences principales supplémentaires, soit :

résidences principales occupées supplémentaires entre 1999 et 2007

3 636

moins : logements totaux supplémentaires entre 1999 et 2007

‑ 2 233

 = résidences principales occupées supplémentaires résultant d’une augmentation « fictive » entre 1999 et 2007

= 1 403

Ce résultat de 1 403 résidences principales occupées supplémentaires estime le nombre de logements probablement habités lors du recensement de 1999, mais qui avaient alors été considérés comme vacants, leurs résidents n’ayant pas été dénombrés.

Deuxième temps
On multiplie le résultat obtenu par le nombre moyen de personnes par ménages sur l'ensemble de la commune en 2007, soit :

résidences principales occupés supplémentaires omises en 1999

1 403

personnes par ménage dans la commune en 2007

x (2,50)

habitants (augmentation « fictive » équivalente de la population entre 1999 et 2007).

= 3 492

Ce résultat correspond à une augmentation fictive 1999-2007 due à la population omise en 1999.
Troisième temps
On soustrait cette augmentation « fictive » de population des ménages de la différence de population totale résultant des chiffres de 1999 et 2007 (enquête de recensement), soit :

population totale supplémentaire entre 1999 et 2007 (89 410 de population totale à Créteil selon l’enquête de recensement 2007 – 82 154 de population totale à Créteil selon le recensement de 2007)

7 256

Moins : augmentation fictive de la population totale à Créteil entre 1999 et 2007

‑ 3 492

Population totale supplémentaire à Créteil entre 1999 et 2007 (et non 7 256 comme indiqué par les chiffres bruts).

= 3 764

Ce chiffre de 3 764 habitants est donc l’accroissement corrigé de la population de Créteil entre 1999 et 2007 et permet de calculer un taux corrigé d’accroissement démographique de la population pour cette période 1999-2007. Après cette correction, la croissance réelle de la population de Créteil entre 1999 et 2007 est donc ramenée de 7 256 habitants à 3764 habitants.

Pour chacune des communes françaises de plus de 10 000 habitants, un calcul semblable est effectué. Il conduit dans un nombre non négligeable de communes (près de 500) à corriger à la baisse l'évolution brute de la population entre 1999 et 2007. A l’arrivée, la somme de la population redressée pour l’ensemble des communes de plus de 10 000 habitants de France métropolitaine est de 420 000 personnes. Un tel chiffre n'est pas vraiment surprenant, les conditions de recensement étant beaucoup plus difficiles en ville, puisque les populations les moins bien dénombrées sont les jeunes hommes et les étrangers, qui habitent majoritairement dans les grandes communes.

Les résultats cohérents de la méthode de correction pour Créteil

  • 6 « Créteil qui doute et Champigny qui grince ». Le Parisien. Rubrique « La Vie du Val-de-Marne ». Me (...)

Selon les résultats du recensement de 1999, la population de Créteil, 82 154 habitants, a stagné par rapport à 1990, où elle était de 82 088 habitants, évolution qui paraissait inexpliquée, étant donné le rythme soutenu de construction constatée sur cette période dans cette commune (4000 nouveaux logements), qui faisait suite à des décennies de croissance ininterrompue. Des estimations produites par l’Insee en 1995 laissaient pourtant entendre une croissance démographique certaine. La municipalité de Laurent Cathala pensait atteindre 85 ou 86 000 habitants en 19996. Cette stagnation s’expliquait uniquement par une très forte progression de la vacance, qui double entre 1990 et 1999, pour atteindre le seuil des 7 %. En conséquence de cette situation, le maire s’était plaint auprès de l’Insee, demandant un recompte, qui n’a pas eu lieu.

Entre 1999 et 2007, selon les résultats du recensement rénové, la population se remet à augmenter très fortement de plus de 7000 habitants, atteignant 89 410 habitants, alors que le rythme de construction des logements (2200 nouveaux logements) a été près de deux fois moindre que dans la période intercensitaire précédente. Cette explosion démographique est de nouveau principalement le produit de l’évolution de la vacance, qui diminue de moitié, revenant à son niveau de 1990. Ces évolutions « officielles » de la population cristolienne apparaissent donc totalement incohérentes.

Par contre, en appliquant la méthode de redressement précisée ci-dessus, la cohérence est retrouvée, puisqu’on peut estimer la sous-estimation de la population de Créteil lors du recensement de 1999 à 3500 personnes. Cela signifie que la population de Créteil devait être de 85 500 habitants en 1999, conformément à ce que pensait la municipalité ! La croissance démographique a donc été ininterrompue pendant les deux périodes intercensitaires, étant de 3600 habitants entre 1990 et 1999, et de 3900 habitants entre 1999 et 2007. La rupture apparente dans le mouvement démographique de cette commune n’a jamais existé, mais est uniquement le produit du changement de méthode de recensement.

Les limites de la méthode de correction

Comme nous venons de le voir concernant l’exemple de Créteil, notre méthode de correction a pour principal mérite de rétablir une certaine cohérence dans les chiffres de l’évolution de la population pour la plupart des communes concernées. Cependant, elle demeure imparfaite. En effet, comme toute méthode « approximative », la méthode de correction a des limites, qu’il convient de préciser pour une interprétation pertinente de ses résultats. Etudions donc les différents biais inhérents à notre méthode.

Concernant les communes de plus de 10 000 habitants, il peut y avoir quelques communes où la vacance s’est très fortement réduite, liée à des effets locaux du marché du logement. Dans ces cas-là, la méthode de correction aurait tendance à surestimer l’ampleur du redressement. Cependant, notre connaissance du terrain nous laisse penser que cela ne concernerait que des cas marginaux, comme par exemple la commune partiellement balnéaire de Mauguio dans l’Hérault, la vacance ayant tendance à se réduire fortement dans les stations balnéaires. Inversement, on peut faire l’hypothèse que la méthode sous-estime l’ampleur du redressement dans d’autres communes (de Seine-Saint-Denis en particulier), où la vacance ne s’est peut-être pas du tout réduite, le recensement de 1999, pour des raisons variées, ayant été d’une très mauvaise qualité. Ces deux biais précisés ne doivent pas sensiblement modifier le chiffre global du redressement à l’échelle nationale, puisqu’ils se compensent probablement.

Concernant les communes de moins de 10 000 habitants, nous avons fait le choix de ne pas les prendre en compte dans notre méthode de correction, ce qui peut se discuter. En effet, on peut faire l’hypothèse que le phénomène de meilleure comptabilisation de la population ne concerne pas que les grandes communes, mais se retrouve aussi dans les petites communes. Or, il nous semble cependant que la qualité du recensement de 1999 a été la moins bonne dans les communes les plus peuplées, en particulier de région parisienne, et donc que s’il existe un biais pour les communes moins peuplées, il est d’une ampleur beaucoup moindre, ne concernant que quelques dizaines de milliers de personnes à l’échelle nationale.

Une fois ces différents biais précisés, un débat peut émerger sur la surestimation ou la sous-estimation de la correction de la population entre les deux méthodes de recensement, qui est selon nos calculs de 420 000 personnes. Á notre avis, ce chiffre sous-estime légèrement la correction, car il ne prend pas en compte les communes de moins de 10 000 habitants, soit probablement quelques dizaines de milliers de personnes.

En définitive, les résultats de la méthode de correction nous paraissent solides, et permettent de mieux appréhender la réalité des évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine que les chiffres « bruts » de l’Insee, entachés du biais consécutif au changement de méthode de recensement. Nous pensons qu’il est plus pertinent pour la communauté scientifique d’utiliser des chiffres d’évolution démographique 1999-2007, certes « approximatifs », rétablissant une certaine cohérence temporelle des données (comme au recensement de 1962), que d’utiliser des chiffres, certes « officiels », que nous savons pertinemment faux, conduisant à des interprétations erronées concernant le renouveau démographique de certains territoires.

1.2. Des taux d’accroissement migratoire et naturel en continuité de la décennie précédente

8L’état civil en France étant bien tenu, les données concernant le solde naturel sont fiables, et donc le changement de méthode de recensement n’a ici entraîné aucun biais, puisque ce sont des données issues d’une autre source. Pour cet indicateur, une continuité assez remarquable depuis 1975 et la fin du baby-boom émerge, puisque pour chaque période intercensitaire, le taux d’accroissement naturel annuel moyen a été de 0,4 %. En allant plus en détail en analysant les taux de natalité et de mortalité, on constate même que le solde naturel s’est légèrement amélioré (passant de 0,36 % à 0,4 %), grâce à une baisse du taux de mortalité, produit de la poursuite de la progression de l’espérance de vie, combinée à des classes d’âge arrivant à l’âge de décès encore peu nombreuses (classes creuses des années 1930). La hausse de la fécondité, réelle (de l’ordre de 0,3 point par rapport au creux de 1993-94), n’en a pas moins qu’une influence très limitée sur l’évolution du solde naturel, pour la bonne raison, que l’indice de fécondité demeure inférieur au seuil de remplacement des générations (2,06 enfants par femme en France) et que les classes d’âge en âge d’avoir des enfants sont moins nombreuses d’année en année (les générations pléthoriques du baby-boom sont remplacées par celles moins nombreuses post baby-boom). Donc, le « mini baby-boom » des journalistes relève de l’aberration.

  • 7 Ce phénomène est impossible à chiffrer. Il peut être marginal (concernant quelques milliers de pers (...)
  • 8 Le solde migratoire s’est accéléré sensiblement, faisant probablement plus que doubler, avec un sol (...)
  • 9 Entre 1999 et 2008, les naissances de mères étrangères sont passées de 75 108 à 101 520 unités, alo (...)

9Étudions, désormais le solde migratoire. Étant donnée la stabilité du solde naturel, c’est évidemment lui qui explique l’augmentation plus vive de la population totale. En effet, le taux d’accroissement migratoire annuel moyen est passé d’un niveau nul (0 %) entre 1990 et 1999 à 0,3 % entre 1999 et 2007. Il donne donc une impression de rupture. Cependant, comme nous l’avons précisé précédemment, cette évolution est partiellement le produit des « disparus du recensement », voire de l’augmentation des « doubles comptes »7. En effet, en rajoutant les 420 000 « disparus » de 1999, le taux d’accroissement migratoire annuel moyen de la période 1990-1999 est de l’ordre de 0,1 %. Inversement, en les enlevant en 2007, le taux d’accroissement migratoire de la période 1999-2007 est de l’ordre de 0,2 %. Donc, en valeur relative, on ne peut parler réellement de rupture entre les deux périodes intercensitaires, dans le sens que la progression sensible en valeur absolue du solde migratoire8 n’est pas suffisamment importante pour jouer sur le taux d’accroissement migratoire total, contrairement à ce qui s’est passé par exemple en Espagne ou en Italie au cours des années 2000. Finalement, l’immigration semble surtout avoir un impact sur le solde naturel, se traduisant par la forte augmentation des naissances étrangères9. Il est vrai que l’on peut émettre l’hypothèse que la nouvelle méthode de recensement sous-estime encore la population, et donc aussi l’immigration, mais aucun argument scientifique à l’heure actuelle ne vient soutenir cette hypothèse.

10Quoi qu’il en soit, on ne peut parler de ruptures considérables, mais plutôt de poursuite des tendances constatées dans les décennies précédentes, qui, si elles se maintenaient, ne pourraient que conduire à un ralentissement progressif de la croissance démographique de la France métropolitaine.

Tableau 1. Évolution démographique 1999-2007 de la France métropolitaine

Chiffres officiels

Chiffres officiels %

Chiffres redressés

Chiffres redressés %

Population recensée en 1990

56 615 155

56 615 155

Croissance totale 1990-1999

1 905 533

0,4

2 325 533

0,5

Solde naturel 1990-1999

1 863 181

0,4

1 863 181

0,4

Solde migratoire 1990-1999

42 352

0

462 352

0,1

Population recensée en 1999

58 520 688

58 940 688

Croissance totale 1999-2007

3 274 319

0,7

2 854 319

0,6

Solde naturel 1999-2007

1 899 000

0,4

1 899 000

0,4

Solde migratoire 1999-2007

1 374 000

0,3

955 319

0,2

Croissance « fictive » 1999-2007

420 000

0,1

Population recensée en 2007

61 795 007

61 795 007

Source : Insee, RGP 1999 et RP 2007, Laurent Chalard (chiffres redressés).

Les chiffres étant arrondis, la somme est parfois fausse.

1.3. La composition par âge : des ruptures apparentes qui n’en sont pas

11Attachons-nous désormais au commentaire de l’évolution de la population par classe d’âge.

12Concernant les jeunes, il semble s’être produit une rupture, puisque la part des moins de 15 ans dans la population totale en 2007 a progressé par rapport à 1999, alors qu’elle diminuait régulièrement depuis la fin du baby-boom. Cette progression de la part des moins de 15 ans n’est pas le reflet d’une diminution des autres classes d’âge, mais est le produit de l’augmentation sensible de leur nombre, de 8 %, soit de plus de 850 000 personnes, alors que leur nombre avait diminué dans la période intercensitaire précédente. C’est le premier indicateur pour lequel le terme de rupture n’apparaît pas galvaudé, étant la traduction de la remontée de la fécondité, mais aussi, phénomène bien souvent occulté, de la montée des jeunes issus de l’immigration. Cependant, il y a de fortes chances que ce phénomène ne soit que conjoncturel. Il paraît trop tôt pour parler d’une rupture.

13Concernant l’évolution des personnes âgées, entre 1999 et 2007, la part des 60 ans ou plus dans la population totale n’a que faiblement progressé (de 0,4 point), soit beaucoup moins que dans la période intercensitaire précédente. Cette évolution apparaît remarquable dans un contexte de poursuite de l’augmentation de l’espérance de vie. En regardant en détail, on constate cependant que selon l’âge, l’évolution est divergente. En effet, la part des 75 ans ou plus dans la population totale progresse sensiblement (de 0,8 point) entre 1999 et 2007, soit à un rythme plus élevé que dans la décennie précédente. Le ralentissement de l’augmentation de la part des 60 ans ou plus dans la population totale n’est que le produit des 60-74 ans, pour la bonne raison, que cette classe d’âge est peu nombreuse, correspondant aux classes creuses des années 1930, qui ont précédé le baby-boom. On ne peut donc parler de rupture dans la hausse du vieillissement, mais juste de répit. En effet, le processus de vieillissement n’est pas linéaire. D’ailleurs, cette faible progression de la part des 60 ans ou plus, ne doit pas cacher une gérontocroissance sensible (de 7 %) entre 1999 et 2007, bien qu’un peu moins importante que dans la période précédente, pour la raison précisée précédemment, c’est-à-dire, l’arrivée des classes creuses des années 1930 dans la classe d’âge 60-74 ans, où la hausse n’a été que de 2 % contre 9,8 % entre 1990 et 2009. Par contre, pour les 75 ans ou plus, la gérontocroissance a été très vive, de 17 %, soit beaucoup plus que dans la décennie précédente.

14Finalement, on assiste globalement à une continuité de la croissance démographique française dans les années 2000, par rapport aux années 1990. Seule la progression des jeunes constitue une rupture, mais probablement conjoncturelle.

15Cette relative continuité se retrouve-t-elle à une échelle plus fine, celle des régions ?

2. Á l’échelle des régions : la continuité domine

16L’étude des évolutions démographiques de la France métropolitaine à l’échelle régionale, repose sur une analyse en trois temps. Dans un premier temps, la photographie de la croissance officielle 1999-2007 est présentée. Ensuite, nous allons voir les enseignements du redressement de la population. Enfin, nous effectuerons une comparaison des évolutions 1999-2007, une fois tenu compte du redressement, avec celles de 1990-1999, pour déterminer l’existence de ruptures

2.1. La photographie de la croissance 1999-2007 : une opposition nord/sud

17En suivant les chiffres officiels de l’Insee, il est possible de dégager six classes de régions selon le taux d’accroissement démographique annuel moyen constaté sur la période 1999-2007.

  • 10 [Noin, Chauviré, 2004].
  • 11 [Davezies, 2008].

18La croissance démographique maximum, correspondant à un taux d’accroissement total annuel moyen supérieur ou égal à 1 % par an, est constatée dans quatre des cinq régions du Midi français, grâce à des soldes migratoires très positifs : l’Aquitaine, Midi-Pyrénées, le Languedoc-Roussillon, et la Corse (le record). Ce sont des régions où la variation naturelle est nulle ou très légèrement positive car leur fécondité est la plus abaissée du pays pour des raisons culturelles10, donc le fort excédent migratoire est le seul facteur explicatif de leur croissance. Manifestement, la France connaît un basculement démographique qui s’accélère vers le sud de la France. Plusieurs facteurs explicatifs entrent en considération. Le premier est le développement de l’économie de la connaissance, surtout pour les deux régions du Sud-Ouest, dont les deux principales métropoles (Bordeaux et Toulouse) ont su tirer parti. Parallèlement, de manière accentuée en Languedoc-Roussillon et en Corse, l’héliotropisme positif et le cadre de vie réputé agréable, entraînent, entre autres, l’arrivée de retraités dans les zones balnéaires. Ce sont des régions types qui bénéficient de l’économie résidentielle11 : une économie de consommation plus que de production.

19Les croissances de la population relativement fortes, c'est-à-dire un taux d’accroissement annuel moyen supérieur à la moyenne nationale (0,7 %), mais inférieur à 1 %, concernent quatre autres régions du Sud-Est et de l’Ouest : Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Bretagne, Pays de la Loire, et Rhône-Alpes. Pour les deux premières, la hausse démographique suit la même logique que dans les régions précédentes, mais leur attractivité est un peu moindre (seulement en valeur relative cependant pour Provence-Alpes-Côte-d’Azur). Par contre, pour les deux autres régions, le constat est différent. La progression démographique apparaît beaucoup plus équilibrée, reposant presque à égalité sur l’excédent migratoire et l’excédent naturel, constituant de loin le profil le plus favorable sur le long terme. Elles combinent un dynamisme économique certain, avec une industrie qui résiste à la crise, et un cadre de vie jugé relativement agréable à l’échelle nationale.

20Deux régions ont une croissance démographique identique à la moyenne nationale, soit un taux d’accroissement total annuel moyen de 0,7 % : l’Île-de-France et Poitou-Charentes, mais avec un profil totalement différent. La première doit sa croissance à son excédent naturel très élevé (avec un taux de presque 1 % par an), du fait de sa structure par âge favorable et d’une immigration internationale importante. A contrario, elle connaît un déficit migratoire avec le reste du pays. En Poitou-Charentes, la situation est inverse. Cette région de basse fécondité, qui se rattache aux comportements culturels du quart sud-ouest, a un solde naturel nul. La croissance de la population repose uniquement sur l’excédent migratoire, relativement élevé, grâce au développement de l’économie résidentielle.

21Une seule région a une croissance de la population relativement faible, avec un taux d’accroissement total annuel moyen compris entre 0,4 % et la moyenne nationale de 0,7 % : l’Alsace. Malgré un certain dynamisme économique, l’Alsace connaît une progression inférieure à la moyenne nationale, du fait d’un solde migratoire quasiment nul. En effet, elle souffre d’un déficit d’attractivité, lié à son image de région froide, peu ouverte sur l’extérieur, phénomène combiné à un départ important des retraités vers des régions au climat plus agréable.

22Les régions en faible croissance démographique, dont le taux d’accroissement total annuel moyen est inférieur ou égal à 0,4 % mais positif, sont les plus nombreuses, soit dix. On y retrouve les régions de tradition industrielle du Nord-Est (Nord - Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie, Lorraine, et Franche-Comté), correspondant aux régions situées au nord de la fameuse ligne Le Havre-Marseille, et des régions du Massif Central ou de sa bordure septentrionale (Centre, Limousin, Bourgogne et Auvergne). Il faut aussi ajouter la Basse-Normandie. Cependant, ces régions offrent des profils diversifiés. Trois régions voient leur population augmenter uniquement du fait d’un solde migratoire positif, le solde naturel étant négatif ou nul : l’Auvergne, le Limousin, et la Bourgogne. Elles bénéficient d’une certaine attractivité résidentielle, principalement pour les retraités. Deux régions ont une croissance qui combine faibles excédents naturel et migratoire : le Centre et la Basse-Normandie. Elles souffrent d’une faible attractivité, liée à un déficit migratoire chez les jeunes. A contrario, dans les autres régions de tradition industrielle, l’augmentation de la population est uniquement ou essentiellement le fait du solde naturel, grâce à l’héritage d’une fécondité plus élevée : Picardie, Nord - Pas-de-Calais, Lorraine, Haute-Normandie, et Franche-Comté. Ce sont des régions qui subissent la désindustrialisation, à l’origine d’un déficit migratoire pour la plupart des classes d’âge, en particulier les jeunes actifs.

23Enfin, la dernière catégorie correspond aux régions en déclin démographique, en l’occurrence une seule, qui est la Champagne-Ardenne, avec un taux d’accroissement total annuel moyen de - 0,1 %. Son solde naturel est positif, du fait de son appartenance au « croissant fertile » français, le déclin de la population s’expliquant uniquement par son déficit migratoire, le plus fort du pays avec la région Nord - Pas-de-Calais. Cette situation est le produit de la désindustrialisation intense, avec une perte des activités traditionnelles (comme la métallurgie dans les Ardennes et en Haute-Marne), l’absence de diversification économique, mais aussi un déficit d’attractivité, la région étant victime d’un cadre de vie jugé peu agréable (climat rude).

2.2. Les enseignements du redressement

24Cependant, comme précisé concernant l’étude de l’évolution démographique de la France à l’échelle nationale, il est nécessaire de redresser les chiffres d’évolution de la population des régions entre 1999 et 2007 du fait du changement de méthode du recensement. Globalement, le redressement (tableau 2) ne change pas grand-chose au panorama précédent, sauf pour deux régions, car les volumes concernés ne sont, en règle générale, pas assez importants pour faire varier de manière significative les taux d’accroissement démographique des régions.

25Sans surprise, la région la plus concernée est l’Île-de-France, puisque le redressement de la population est de l’ordre de 220 000 personnes, soit le taux le plus élevé de toutes les régions françaises (1,9 % de la population recensée en 2007), correspondant à plus de la moitié du volume du redressement national, alors que le poids démographique de cette région dans le total national est de seulement 19 %. En conséquence, rapportée à la croissance globale constatée sur la période 1999-2007, un tiers de la croissance de l’Île-de-France est fictive, ce qui signifie que dans les faits, son taux d’accroissement a été inférieur à la moyenne nationale. Donc, son déficit migratoire est beaucoup plus important que ne le laisserait penser le chiffre officiel, du même ordre que celui constaté dans les années 1990, ce qui ne permet pas d’en déduire une amélioration de l’attractivité régionale.

26La seconde région où le redressement de la population fait évoluer sensiblement la variation totale est le Nord - Pas-de-Calais. En effet, après redressement de 24 000 personnes (un taux dans la moyenne nationale), il se constate que 97 % de la croissance de cette région entre 1999 et 2007 apparaît fictive ! Donc, cela signifie que le déficit migratoire est très important et s’est détérioré dans les années 2000. Ce n’est pas forcément le signe d’une poursuite de la crise économique, l’accentuation du déficit migratoire pouvant aussi témoigner de l’augmentation de la mobilité des jeunes actifs, qui, faisant plus d’études, trouvent des emplois dans d’autres régions.

Tableau 2. La population redressée de quelques régions

Région

Population redressée 1999-2007

Croissance « fictive » 1999-2007

Population redressée/PopulationTotale en 2007

Ile-de-France

21 8755

33,8 %

1,9 %

Corse

4594

11,8 %

1,5 %

Provence-Alpes-Côte-d'Azur

35 397

9,9 %

0,7 %

Rhône-Alpes

41 476

9,9 %

0,7 %

Nord-Pas-de-Calais

24 277

96,8 %

0,6 %

Aquitaine

18 269

7,5 %

0,6 %

Midi-Pyrénées

15 595

6,0 %

0,6 %

Alsace

10 123

10,9 %

0,6 %

France Métropolitaine

420 952

12,8 %

0,7 %

Calculs : Laurent Chalard.

2.3. Une relative continuité des évolutions par rapport à la décennie précédente

27Finalement, l’élément le plus intéressant pour mesurer l’idée de continuité ou de rupture n’est pas la photographie de l’évolution démographique sur une période donnée, mais sa comparaison d’une période intercensitaire à l’autre, c’est-à-dire la comparaison de la période 1990-1999 et de la période 1999-2007, en tenant compte du redressement effectué précédemment.

28Or, dans la majorité des régions françaises une continuité des évolutions démographiques apparaît par rapport à la période intercensitaire précédente. Les régions de l’Ouest et du Sud confirment le renforcement de leur attractivité. Par exemple, les Pays de la Loire ont un solde migratoire qui n’a jamais été aussi positif depuis 1968. À l’opposé, les régions du Nord-Est et du Bassin parisien ont une perte d’attractivité qui se confirme. Par exemple, la croissance démographique de la Haute-Normandie est la plus faible depuis 1968. Enfin, l’Île-de-France s’inscrit aussi dans une logique de continuité. En effet, si au premier abord, il apparaît une rupture, puisque le taux d’accroissement total annuel moyen double (0,7 %), une fois redressé, il apparaît identique à la période intercensitaire précédente (0,5 %). Donc, il y a bien continuité, puisque la région est toujours la plus répulsive du pays. Les classes moyennes « basses » s’en vont.

29Globalement, les ruptures sont assez rares. Elles concernent seulement quatre régions. La première est la Franche-Comté, où le taux d’accroissement total annuel moyen progresse sensiblement, grâce à un retournement du solde migratoire, devenu légèrement positif, pour la première fois depuis 1968-1975. Un relatif succès dans la reconversion industrielle explique cette situation, même si le phénomène demeure fragile. Ensuite, viennent deux régions rurales du Massif Central : le Limousin et l’Auvergne, qui connaissent la première hausse de leur population, respectivement depuis 1975 et depuis 1982, grâce au solde migratoire qui devient de plus en plus excédentaire. Ces deux régions profitent pleinement du développement de l’économie résidentielle, qui profite avant tout aux deux métropoles régionales. Enfin, la Corse connaît une explosion démographique, qui est à prendre avec beaucoup de précaution, même si l’arrivée de retraités peut expliquer cette situation.

30Les migrations exercent toujours une influence considérable sur la recomposition du peuplement de la France. Ce sont elles le moteur principal du changement démographique. Elles semblent s’être accélérées dans la décennie 2000, dans une logique d’accentuation des tendances constatées dans les décennies précédentes. En conséquence, globalement, la continuité domine, même si se signalent quelques ruptures. L’échelle des régions est cependant trop large pour pouvoir déterminer précisément tous les facteurs d’évolution démographique des territoires, certains phénomènes n’étant pas pris en compte à cette échelle, comme la périurbanisation.

3. Á l’échelle des départements : de nouveau une relative continuité

31L’étude des évolutions démographiques des départements suit la même logique d’analyse en trois temps que pour les régions, dans la même optique de déterminer qui l’emporte de la continuité ou de la rupture.

3.1. La photographie de la croissance 1999-2007 : un panorama un peu différent par rapport à l’échelle régionale

32En s’appuyant de nouveau sur les chiffres officiels de l’Insee, il est possible d’élaborer une typologie des départements de la France métropolitaine en fonction du taux d’accroissement total de leur population sur la période 1999-2007.

  • 12 Les chiffres 1999-2007 ne prennent pas encore en compte la croissance de la population entraînée pa (...)

33Les départements en très forte croissance sont ceux dont le taux d’accroissement total de la population est plus du double de la moyenne nationale (soit plus de 11,2 %). Ils sont au nombre de douze (tableau 3). Pour chacun d’entre eux, la progression démographique s’explique principalement par le très fort excédent migratoire, l’excédent naturel jouant un rôle moindre, souvent négligeable, voire dans certains cas limitant la croissance totale, puisque s’avérant être négatif. Les départements concernés se localisent tous au sud de la Loire. Parmi eux, se distinguent quatre types de départements. Le premier, le plus représentatif, correspond à sept départements littoraux dont l’attractivité est fortement liée au développement balnéaire : deux départements de la Corse, trois de la côte méditerranéenne (Hérault, Aude, Pyrénées-Orientales), et deux de la côte atlantique (Vendée, Landes). Le deuxième type concerne trois départements périurbains dont l’attractivité est liée à la proximité d’une grande métropole : le Tarn-et-Garonne (Toulouse), la Haute-Savoie (Genève), et l’Ain (Lyon et Genève). Le troisième type comprend un seul département urbain, la Haute-Garonne, dont la métropole toulousaine est en plein boom économique. Enfin, le dernier type est un département rural, bénéficiant de l’économie résidentielle, grâce à l’héliotropisme et à son cadre de vie réputé agréable : les Alpes-de-Haute-Provence12.

34Les départements en forte croissance sont des départements dont le taux d’accroissement total de la population est supérieur à la moyenne nationale (5,6 %), mais inférieur au double de cette moyenne (11,2 %), soit 31 départements. Donc, un phénomène de concentration de la croissance démographique se dessine, puisqu’il y a plus de départements en dessous de la moyenne nationale (53) qu’au-dessus (43). Ces départements apparaissent mieux répartis que dans la catégorie précédente, mais il se constate de nouveau une large domination de ceux situés au sud de la Loire, soit 20. Néanmoins, leurs profils apparaissent forts différents. Une large majorité d’entre eux ont une progression démographique essentiellement le produit de l’excédent migratoire, suivant la même logique que les départements de la catégorie précédente. Ce sont principalement des départements du sud de la Loire, soit littoraux, comme le Var, le Morbihan, et la Charente-Maritime, ou soit d’économie résidentielle, comme l’Ardèche, le Lot ou le Lot-et-Garonne. Trois départements connaissent une augmentation de leur population reposant à la fois sur un excédent migratoire et naturel : l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, et les Bouches-du-Rhône. Ils abritent des métropoles (respectivement Rennes, Nantes, et Marseille-Aix), ce qui stimule leur solde naturel, qui sont relativement dynamiques, ce qui permet un excédent migratoire. Enfin, un troisième profil correspond aux départements dont la hausse de la population est essentiellement le produit de l’excédent naturel. Sans surprise, on retrouve cinq départements en Île-de-France (dont les trois de Première Couronne, et en Grande Couronne : la Seine-et-Marne et l’Essonne), ainsi que le département périurbain de l’Eure, mais aussi deux départements abritant les deux principales métropoles rhône-alpine : l’Isère (Grenoble), et le Rhône (Lyon), et, enfin, le Bas-Rhin avec Strasbourg. Ces départements sont surtout des lieux de résidence de jeunes actifs, qui sont répulsifs pour les autres catégories de population, car leur cadre de vie est jugé peu agréable, en particulier du fait des problèmes de pollution et d’insécurité.

35Les départements au taux d’accroissement démographique total inférieur à la moyenne nationale (5,6 %) sont les plus nombreux, soit 46. Leur répartition suit une logique inverse des deux catégories précédentes. Ils se trouvent principalement au nord de la Loire, même si on en retrouve 14 au sud de la Loire, dont dix dans le Massif Central, qui, subit un déficit naturel important, limitant la croissance de la population, alors que le solde migratoire est positif. Les départements du nord de la Loire sont surtout des départements d’industrie traditionnelle, comme le Nord, le Pas-de-Calais ou encore la Seine-Maritime, qui souffrent d’un déficit migratoire conséquent, uniquement compensé par un solde naturel qui demeure relativement élevé, grâce à une plus forte fécondité.

36Enfin, les départements en déclin démographique sont peu nombreux : sept seulement (tableau 3). Leur répartition géographique laisse ressortir deux principales concentrations. La première se retrouve sur la bordure septentrionale du Massif Central, avec quatre départements ruraux (Allier, Creuse, Cantal et Nièvre) très vieillis, dont la diminution de la population s’explique uniquement par le déficit naturel très défavorable, héritage d’une composition par âge vieillie consécutive de l’émigration rurale des Trente Glorieuses, qui n’est pas compensé par un excédent migratoire suffisamment important. La seconde concentration se localise à l’est avec trois départements (Vosges, Ardennes et Haute-Marne) de tradition industrielle (textile, métallurgie) qui subissent de plein fouet la désindustrialisation. Le déclin est le produit d’un déficit migratoire important non compensé par un excédent naturel, qui a d’ailleurs tendance à se réduire. Ces départements souffrent beaucoup du départ des jeunes. Ils ne peuvent s’appuyer sur des métropoles proches qui pourraient les relayer.

Tableau 3. Les départements en croissance et en déclin

Numéro

Département

Taux de croissance 1999-2007

2A

Corse-du-Sud

17,5 %

31

Haute-Garonne

15,0 %

2B

Haute-Corse

12,9 %

34

Hérault

12,8 %

85

Vendée

12,6 %

82

Tarn-et-Garonne

12,5 %

40

Landes

12,3 %

74

Haute-Savoie

11,9 %

04

Alpes-de-Haute-Provence

11,8 %

11

Aude

11,6 %

01

Ain

11,5 %

66

Pyrénées-Orientales

11,3 %

 

France métropolitaine

5,6 %

88

Vosges

-0,2 %

03

Allier

-0,5 %

23

Creuse

-0,5 %

15

Cantal

-1,1 %

58

Nièvre

-1,6 %

08

Ardennes

-1,9 %

52

Haute-Marne

-3,8 %

Source : INSEE, RGP 1999, RP 2007.

3.2. Les enseignements du redressement

37Comme pour les régions, globalement, le redressement de la population des départements sur la période 1999-2007 ne change pas grand-chose au panorama général de l’évolution démographique, sauf pour quelques départements (tableau 4).

38En effet, seulement 13 départements ont un pourcentage de population redressée supérieur ou égal à 1 % de leur population en 2007. Le maximum de population redressée se constate en Seine-Saint-Denis, avec un pourcentage de 3,7 % de sa population de 2007, ce qui n’a rien de surprenant, puisque c’est le département le plus populaire du pays, et donc le plus difficile à recenser, et que son taux d’accroissement total 1990-1999, qui aurait été nul, apparaissait plus que suspect. Le Val-de-Marne, autre département francilien relativement populaire, avec un pourcentage de 2,6 % de sa population en 2007 arrive juste derrière. Les autres départements concernés se situent principalement en Ile-de-France, soit cinq (seule la Seine-et-Marne, plus rurale, se situant en dessous). Dans le reste du pays, seuls cinq départements connaissent un redressement important de leur population. Le premier est le Rhône, qui abrite Lyon, la deuxième métropole du pays, avec d’importantes difficultés à recenser dans ses communes populaires de la banlieue de l’est ; suivant la même logique que Paris. Le deuxième est le Var, pour une raison différente : la présence de beaucoup de résidences secondaires dans un contexte de moindre qualité du recensement peut expliquer la sous-estimation de 1999. Les troisième et quatrième sont la Gironde et la Haute-Garonne, dont traditionnellement la qualité des recensements dans les deux principales communes respectives, Bordeaux et surtout Toulouse, est insatisfaisante. Enfin, les deux derniers départements sont la Haute-Corse et la Corse-du-Sud, ce qui ne surprendra personne, et ne nécessite pas de longues explications.

  • 13 Après redressement, il s’avère que la population de la Seine-Saint-Denis a augmenté de 63 947 habit (...)

39Cependant, le redressement de la population ne prête pas à conséquence sur l’ensemble des départements. Par exemple, pour le Var, il explique seulement 11 % de la croissance totale, et donc ne joue pas sur l’évolution générale. Par contre, 11 départements ont une croissance démographique, qui est d’origine fictive pour plus du tiers, dont six départements franciliens. Dans le Nord, en réalité, la population a probablement diminué de plus de 10 000 habitants entre 1999 et 2007, alors que les chiffres du recensement laissent penser à une légère progression. En effet, la croissance « fictive » de 23 000 personnes est supérieure à la croissance officielle de 10 000 habitants. En Seine-Maritime, 81 % de la progression démographique est fictive, correspondant, dans les faits, à une quasi-stagnation de la population. Le même phénomène se retrouve dans la Marne, avec 61 % de la croissance apparaissant fictive. Dans la région parisienne, une fois redressée, l’augmentation de la population de la Seine-Saint-Denis apparaît moindre que celle des Hauts-de-Seine, ce qui apparaît logique, le rythme de construction y étant beaucoup moindre13. En effet, la Seine-Saint-Denis, l’Essonne et le Val-de-Marne voient leur taux d’accroissement total passer sous la moyenne nationale après redressement.

Tableau 4. Les départements à la plus forte croissance « fictive »

Région

Population redressée 1999-2007

Croissance « fictive » 1999-2007

Population redressée/Population Totale en 2007

59 Nord

23 320

234,8 %

0,9 %

76 Seine-Maritime

4 420

80,8 %

0,4 %

51 Marne

769

60,9 %

0,1 %

93 Seine-Saint-Denis

55 532

46,5 %

3,7 %

94 Val-de-Marne

33 361

44,1 %

2,6 %

78 Yvelines

20 256

40,8 %

1,4 %

75 Seine

27 454

40,5 %

1,3 %

95 Val-d'Oise

21 666

39,2 %

1,9 %

42 Loire

4 092

33,7 %

0,6 %

54 Meurthe-et-Moselle

4 291

33,5 %

0,6 %

91 Essonne

22 191

32,8 %

1,8 %

France Métropolitaine

420 949

12,8 %

0,7 %

Calculs : Laurent Chalard.

3.3. Trois tendances notables par rapport à la décennie précédente

40La comparaison des évolutions démographiques des départements sur la période 1999-2007 par rapport à la période 1990-1999, témoigne de variations, qui relèvent plus d’une accélération de processus constatés dans la décennie précédente, que de réelles ruptures.

  • 14 [Davezies, 2008], op. cit.

41La première évolution est le renforcement de l’attractivité des départements ruraux au cadre de vie agréable, lié au développement de l’économie résidentielle14. Par exemple, des départements comme l’Aveyron ou la Corrèze, qui étaient en déclin jusqu’ici, voient leur population augmenter, grâce à la forte accélération de leur attractivité migratoire. Le taux d’accroissement migratoire de l’Aveyron, nul sur la période 1990-1999, devient fortement positif entre 1999 et 2007 : + 0,7 %. L’aire urbaine de Rodez, en dépit de son enclavement, s’affirme comme une petite agglomération attractive. Suivant la même logique, le Lot-et-Garonne (qui avait fait une campagne de publicité dans le métro parisien particulièrement réussie) ou les Deux-Sèvres voient leur taux de croissance s’accélérer.

42La deuxième évolution est l’accélération de la croissance démographique des départements littoraux. Ce phénomène se constate particulièrement dans trois départements littoraux, moins urbanisés, que sont l’Aude, les Landes et la Vendée, qui offrent encore de vastes possibilités d’urbanisation le long du littoral. Ce phénomène est le produit de l’accélération des migrations de retraites, qui entraîne aussi dans leur sillage une migration d’actifs (pour les services à la personne entre autres), à la recherche d’un cadre de vie plus agréable. En effet, le solde naturel y étant stable d’une période intercensitaire à l’autre (en général négatif), cette évolution est le produit du renforcement de leur attractivité migratoire, pourtant déjà élevée. Par exemple, dans les Landes, le solde migratoire est passé de + 0,7 % entre 1990 et 1999 à + 1,5 % entre 1999 et 2007. La hausse de la population se concentre sur le littoral du sud du département. Les communes de Soustons, Capbreton ou Tarnos connaissent une progression démographique sensible.

  • 15 L’Isle-Jourdain, la ville gersoise la plus proche de Toulouse, est en passe de devenir la deuxième (...)
  • 16 Gaillac, située sur cet axe, qui était la sixième commune la plus peuplée du département en 1975, e (...)

43Enfin, la troisième évolution concerne les départements qui connaissent une périurbanisation intensive. L’exemple type de ce phénomène se produit autour de Toulouse, où les quatre départements limitrophes de la Haute-Garonne connaissent une accélération très forte de leur croissance démographique, concentrée dans la portion de leur territoire la plus proche de Toulouse. Le Tarn-et-Garonne connaît une hausse de près de 10 points de son taux d’accroissement total avec une croissance concentrée à 81,9 % dans l’arrondissement de Montauban. Dans l’Ariège, la hausse du taux est de 8 points, et 70 % de la croissance départementale se produisent dans l’arrondissement de Pamiers. Dans le Gers, l’évolution est encore plus remarquable, puisque la hausse du taux d’accroissement de 8 points, fait que le département est désormais en croissance sensible, alors qu’il était en déclin démographique dans la période intercensitaire précédente. 70 % de la croissance s’effectuent dans l’arrondissement d’Auch15. Enfin, dans le Tarn, la hausse du taux de croissance est de 7 points, avec une croissance concentrée à proximité de Toulouse et sur l’axe menant à Albi16 alors que le secteur de Mazamet poursuit son déclin. À un degré moindre, s’inscrivent dans la même logique : la Haute-Loire, avec une hausse de 4 points de son taux d’accroissement total, grâce à l’accentuation de la périurbanisation stéphanoise dans l’Yssingelais, et la Haute-Saône, qui voit sa population progresser désormais, faisant suite à plusieurs décennies de stagnation, grâce à la périurbanisation bisontine et accessoirement à celle de l’aire urbaine 2000 (Belfort-Montbéliard). En effet, les parties rurales profondes des deux départements (les Monts de la Margeride en Haute-Loire, les secteurs de Gray et de Luxeuil-les-Bains en Haute-Saône) continuent de perdre des habitants.

44L’échelle départementale confirme l’influence des migrations sur la croissance démographique. La continuité domine dans les processus d’évolution de la population, puisqu’on assiste à un renforcement de tendances préexistantes dans la période intercensitaire précédente. Après redressement, la forte croissance constatée dans certains départements parisiens, qui constituait une rupture, n’apparaît plus, l’exemple type étant la Seine-Saint-Denis.

Conclusion : la continuité domine

45L’analyse des évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine aux échelles nationale, régionale ou départementale, montre que la continuité domine par rapport à la période intercensitaire précédente. En effet, au niveau national, après redressement de la population, la croissance démographique apparaît semblable à la période intercensitaire précédente. Au niveau régional, les régions en croissance sont les mêmes que dans les dernières décennies du 20ème siècle. Au niveau départemental, la situation est identique, puisque les évolutions notables concernent l’accélération de processus préexistants et non l’apparence d’un nouveau processus, susceptible de remettre en cause les tendances des décennies précédentes. En conséquence, quelle que soit l’échelle étudiée, on ne peut parler de rupture.

46Pour l’instant, la dernière rupture démographique en France métropolitaine demeure 1975, date de la fin du baby-boom, qui s’est traduit par un effondrement de la croissance démographique du pays. À court terme, une nouvelle rupture, comme par exemple une forte hausse de la fécondité, apparaît peu probable. Cependant, par définition, le futur est imprévisible, et il nous réserve probablement des surprises.

Haut de page

Bibliographie

BACCAÏNI Brigitte (1999, 2007), La rénovation du recensement, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 15 août 1999, modifié le 22 mars 2007. URL : http://cybergeo.revues.org/5514.

BRUNET Roger, L’Espace Géographique, Mappemonde, n° 58 (2000.2), Enseignements géographiques du recensement de 1999 en France, pp. 23-29.

BUSSI Michel (1999, 2007), Recensement en continu… Découpages figés. Quelques précisions pour recentrer et élargir le débat, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 17 août 1999, modifié le 22 mars 2007. URL : http://cybergeo.revues.org/5513.

BUSSI Michel (1999, 2007), Quand l’INSEE projette d’enterrer le recensement de population... et la Géographie avec !, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 20 juin 1999, modifié le 27 mars 2007. URL : http://cybergeo.revues.org/5531.

CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2006), Les évolutions des territoires français selon les enquêtes de recensement. Certitudes et interrogations, Population et Avenir, n° 677, (mars-avril), pp. 14-16.

CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2007), Territoires français : le renforcement de la « para-urbanisation » et de la « litturbanisation », Population et Avenir, n° 682, (mars-avril), pp. 14-16.

CHALARD Laurent, DUMONT Gérard-François (2008), Le bilan démographique des maires, Population et Avenir, n° 686 (janvier-février), pp. 4-8 et 20.

COURGEAU Daniel (1999, 2007), Commentaires sur l´estimation de la population légale par le recensement rénové de la population, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 20 décembre 1999, modifié le 22 mars 2007. URL : http://cybergeo.revues.org/5509.

DAVEZIES Laurent (2008), La république et ses territoires, Paris, Seuil, 109 p.

ISNARD Michel (1999, 2007), La rénovation du Recensement de la Population, Cybergeo : European Journal of Geography, Recensement de la population en continu : choisir le temps et l'espace ?, mis en ligne le 15 juillet 1999, modifié le 23 mars 2007, URL : http://cybergeo.revues.org/5529.

NOIN Daniel Noin, CHAUVIRÉ Yvan (2004), La population de la France, 7° édition, Paris, Armand Colin, 207 p.

Haut de page

Annexe

Réponse de l’Insee à l’article de Laurent Chalard

Le projet de texte (…) pose le problème, bien repéré par l'Insee de la plausibilité des analyses démographiques qui résulteraient d'une exploitation « brute » des résultats du recensement de 2007 (et, plus généralement des résultats issus de la nouvelle méthode de recensement) avec les recensements généraux précédents, ceux de 1990 et 1999. L'auteur propose une méthode de correction de la rupture apparente entre les rythmes de croissance entre les périodes 1990-1998 d'une part et 1999­2006 d'autre part qui résulterait de ces exploitations. L'intérêt de cette réflexion est certain, et la méthode proposée, décrite avec précision, est sans doute un apport intéressant à ce débat.

En revanche, il est extrêmement regrettable qu'il ne soit pas fait référence des travaux publiés de l'Insee qui portent sur cette question. Pour ne citer qu'un exemple, dans la publication Bilan démographique 2008 « Insee Première n° 1220 de janvier 2009 d'Anne Pla, un long encadré intitulé »Révision des estimations grâce aux résultats définitifs du recensement« est consacré aux questions de variation des qualités dans la mesure de la population. Il y est clairement indiqué, par exemple, que certaines évolutions sociales « dans les modalités de recensement contribuent à minorer la variation de la population intercensitaire 1990-1999. À l'inverse, la nouvelle méthode de recensement permet de mieux suivre la collecte dans les grandes villes et de limiter le nombre de personnes qui ne sont pas recensées ».

Afin de tenir compte de ces variations de qualité, l'Insee a introduit dans ses statistiques démographiques annuelles des ajustements statistiques, comme il l'avait déjà fait à l'issue des recensements de 1968 et 1999, afin de faire coïncider la variation de population observée (par d'autres sources) entre deux recensements et l'écart constaté entre les recensements de 1999 et 2007. Cet ajustement a été fixé, sur la période allant du 1er janvier 1999 et 1er janvier 2006, à 660 000 personnes (il est donc supérieur aux 420 000 personnes de la « croissance fictive »évaluée par l'auteur). Sur la période 1990-1998, l'Insee avait procédé à un ajustement en sens inverse de 480 000 personnes (chiffre légèrement supérieur aux 420 000 proposés). Ces données et ces analyses ont été publiées, dans la publication citée, mais aussi (notamment) dans les tableaux rétrospectifs de La situation démographique 2010. Toujours sur le site internet de l'Insee, on trouve le tableau rétrospectif suivant : http://www.insee.fr/​fr/​themes/​detail.asp ?ref_id =bilan-demo®_id =0&page =donnees-detaillees/bilan-demo/pop_age3.htm qui montre bien que les données »officielles« (tel est le terme employé par l'auteur) ne font pas apparaître une rupture de la tendance démographique en 1999 : ni les chiffres du solde naturel, ni ceux du solde migratoire estimé ne connaissent d'accélération à cette date.

En ce sens l'Insee partage globalement l'analyse de l'auteur, mais il est inexact de dire que l'Insee décrit une rupture démographique en 1999. Il est tout aussi inexact, au vu de ces tableaux, d'annoncer que les « chiffres officiels » font apparaître une croissance annuelle moyenne de 0,4 % par an entre 1990 et 1999, puis de 0,7 % entre 1999 et 2007, comme cela est fait dans le tableau 1. Ils sont, si l'on applique les mêmes modes de calcul et d'arrondi que l'auteur, de respectivement 0,6 et 0,7 % (…).

Pour ce qui est de la répartition territoriale de ce que l'auteur appelle le « redressement » des chiffres issus du recensement (qui correspond, sur le fond, à l'ajustement dans notre terminologie), l'Insee n'a à ce jour rien publié, faute d'une méthode jugée assez robuste. À notre connaissance, le seul travail publié sur ce sujet est celui de l'IAU-IdF sur la région Île de France dans« Près de 11,6 millions de Franciliens au 1er janvier 2007 », Note rapide N° 448 - juin 2008. Le travail de l'auteur est donc une contribution au débat, sur la base d'une hypothèse bien décrite en annexe qui a l'avantage de permettre des décompositions locales.

François Clanché
Chef du département de la démographie, Insee

Haut de page

Notes

1 BRUTEL C., OMALEK L. (2003), Projections démographiques pour la France, ses régions, et ses départements (horizon 2030-2050)  », INSEE Résultats, n°16 Société (Juillet).

2 www.insee.fr

3 DUMONT Gérard-François (2000),  Les « disparus » du recensement, Population et Avenir, n° 647, (mars-avril).

4 Le nombre de résidences principales est égal au nombre de ménages.

5 « Dossier spécial : le recensement en 2004 ». INSEE Actualités Magazine. n° 29, octobre 2003.

6 « Créteil qui doute et Champigny qui grince ». Le Parisien. Rubrique « La Vie du Val-de-Marne ». Mercredi 7 juillet 1999. Page III.

7 Ce phénomène est impossible à chiffrer. Il peut être marginal (concernant quelques milliers de personnes) ou beaucoup plus important (plus de 100 000 personnes).

8 Le solde migratoire s’est accéléré sensiblement, faisant probablement plus que doubler, avec un solde migratoire que l’on peut estimer à + 120 000 personnes entre 1999 et 2007, en tenant compte du redressement.

9 Entre 1999 et 2008, les naissances de mères étrangères sont passées de 75 108 à 101 520 unités, alors que les naissances de mères françaises n’augmentaient que de 7000 unités. Voir C. Beaumel, A. Pla, M. Vatan, La situation démographique en 2008-Mouvement de la population. Insee Résultats, 268 p.

10 [Noin, Chauviré, 2004].

11 [Davezies, 2008].

12 Les chiffres 1999-2007 ne prennent pas encore en compte la croissance de la population entraînée par le projet ITER à Cadarache dans les Bouches-du-Rhône, qui concerne le bassin d’emploi de Manosque.

13 Après redressement, il s’avère que la population de la Seine-Saint-Denis a augmenté de 63 947 habitants entre 1999 et 2007 contre une progression de 57 196 personnes entre 1990 et 1999. La rupture a complètement disparu.

14 [Davezies, 2008], op. cit.

15 L’Isle-Jourdain, la ville gersoise la plus proche de Toulouse, est en passe de devenir la deuxième commune du département.

16 Gaillac, située sur cet axe, qui était la sixième commune la plus peuplée du département en 1975, est devenue en 2007 la troisième. Inversement, Mazamet, troisième commune la plus peuplée du département en 1975, n’est désormais plus que la septième en 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Chalard, « Les évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine : continuités ou ruptures ? », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 441-457.

Référence électronique

Laurent Chalard, « Les évolutions démographiques 1999-2007 de la France métropolitaine : continuités ou ruptures ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/4636 ; DOI : 10.4000/eps.4636

Haut de page

Auteur

Laurent Chalard

Docteur en géographie
Université Paris IV-Sorbonne
Globelaurent@aol.co

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org