Navigation – Plan du site
Articles

Les spécificités démo-géographiques des territoires en France métropolitaine

Analyse de l’évolution des critères de différenciation pour une typologie synthétique
A Clustering Analysis of Evolution Trends of Spatio-Demographic Differences among French Mainland Territories
Nicolas Cauchi-Duval et Christophe Bergouignan
p. 425-439

Résumés

L’étude des évolutions 1968-2006 des caractéristiques démographiques des cantons de France métropolitaine permet d’identifier les manifestations territoriales des principales transformations socio-démographiques. Elles concernent l’économie et l’emploi (tertiarisation et montée du chômage), l’allongement de la durée des études et l’entrée dans la vie adulte, la constitution de la famille et la cohabitation intergénérationnelle. L’analyse multidimensionnelle systématique de l’expression spatiale de ces évolutions plus générales fait apparaître, en 2006, l’existence de 7 profils de territoire (ouvrier, touristique rural, touristique urbanisé, urbain en difficulté, urbain central provincial, urbain central francilien et urbain périphérique familial). Ils résultent de la mutation des espaces ruraux via la réduction du poids des agriculteurs, le développement des activités touristiques, le déplacement et la transformation de certaines activités industrielles et l’extension de l’aire d’influence des villes. Dans les espaces les plus urbanisés ces profils traduisent aussi l’effet des concentrations de populations en rapide augmentation (étudiants, cadres, chômeurs, familles monoparentales).

Haut de page

Texte intégral

1Les spécificités démo-géographiques des territoires en France métropolitaine : analyse de l’évolution des critères de différenciation pour une typologie synthétique

  • L’hétérogénéité démographique de l’espace se trouve au croisement de plusieurs logiques :

  • anthropologique et historique, à travers, entre autres, certaines différences territoriales de structures familiales [Todd, 1988], et plus particulièrement de comportements d’union et de fécondité [Dittgen, 2005 ; Delmeire, 2009],

  • environnementale et paysagère, à travers, les préférences climatiques, l’attrait pour les littoraux, pour certaines formes urbaines ou pour certains territoires ruraux,

  • administrative et économique, à travers l’organisation territoriale des activités, des services, des aménagements et des politiques,

  • sociale et culturelle, à travers les processus de concentration territoriale des populations selon le coût de l’habitat, les préférences communautaires ou les représentations du territoire.

  • 1 Les données des recensements 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999 sont issues d’extractions agrégées très (...)
  • 2 Cauchi-Duval, Bergouignan, 2011.

2Interagissant de façon synergique ou antagoniste, ces logiques contribuent à définir les spécificités démographiques de l’espace autant qu’elles sont affectées par elles. De façon explicite (politiques d’aménagement et d’offre de services,…) ou implicite (perception de l’environnement naturel et humain,….) la distribution spatiale des différentes catégories de population rétroagit sur les logiques qui participent de sa détermination. Si l’impossibilité de démêler ces interactions et rétroactions dans les données statistiques territoriales ne permet guère d’isoler l’effet propre de chaque logique, il est néanmoins envisageable de mobiliser un ensemble d’indicateurs couvrant, pour des échelons géographiques fins, une grande partie des phénomènes en cause (cf. annexe méthodologique, en fin de texte). Construits à partir des données des recensements généraux de population 1968 à 19991, et de la synthèse 2006 des 5 premières vagues du recensement rénové de population, ces indicateurs décrivent des éléments de la structure démographique des territoires tout en synthétisant parfois certaines interférences entre certaines des logiques les influençant. Il s’agit donc d’interpréter l’évolution des hétérogénéités démo-géographiques, mesurées par ces indicateurs en se fondant sur ces logiques interactives et rétroactives de peuplement des territoires. Tout d’abord, cette analyse est entreprise pour chaque indicateur de façon à appréhender les évolutions 1968-2006 tant globales qu’en matière de dispersion des pseudo-cantons métropolitains. On peut ainsi énumérer et décrire les spécificités démo-géographiques les plus nettes, tout en distinguant celles tendant à s’affirmer de celles tendant à s’atténuer. Ensuite, la mesure des corrélations bi-variées entre ces indicateurs permet, à partir des différenciations territoriales croisées, d’entrevoir certaines oppositions multidimensionnelles au sein de l’espace. Dans cette perspective, il a été construit, pour chaque recensement, une typologie des pseudo-cantons métropolitains s’appuyant sur une synthèse de ces indicateurs, combinant analyse en composantes principales et classification ascendante hiérarchique (cf. annexe méthodologique). Assez lourde, la description détaillée des différents types et sous-types, est disponible dans un document de travail2, reprenant, dans une logique procédurale, les différentes analyses statistiques et démographiques ayant conduit aux résultats exposés dans cet article. Ici, l’évolution de ces typologies, du recensement général de 1968 à la synthèse 2006 des premières vagues du recensement rénové, est plutôt utilisée pour interpréter l’action des différentes logiques constituant le peuplement territorial et comprendre leur insertion dans les tendances socio-démographiques et économiques œuvrant à une échelle plus large. Elle permet néanmoins de proposer, pour 2006, 7 profils synthétiques de territoires dont les caractéristiques et la dynamique socio-démographique sont assez tranchés. S’affranchissant de la logique procédurale de construction de l’analyse, cet article explique comment les grandes évolutions socio-démographiques se sont manifestées sur le plan territorial avant d’examiner la façon dont cette expression territoriale a constitué des segmentations de l’espace plus ou moins susceptibles de rétroagir sur les phénomènes qui les gouvernent.

La diversité démo-géographique comme expression territoriale des grandes évolutions socio-démographiques

3L’évolution des différentes formes de dispersion cantonale des indicateurs ici étudiés traduit, pour une large part, l’expression territoriale de quelques transformations socio-démographiques majeures :

  • le développement d’une polarisation des usages du territoire entre activités économiques d’un côté et habitat de l’autre,

  • les modifications des professions et catégories sociales,

  • l’allongement de la durée des études et l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur,

  • les changements dans la constitution de la famille et dans les modes de cohabitation inter-générationnelle,

  • la crise économique et sociale.

  • 3 Pour une bonne part, le fermage de 1968 était un métayage transformé par la loi de 1946, mais dont (...)

4L’évolution du rapport des emplois sur les actifs occupés montre une différence croissante entre les espaces consacrés aux activités se trouvant dans les parties centrales des agglomérations ou leur proche périphérie et ceux dévolus à l’habitat couvrant la périphérie plus lointaine de ces agglomérations et, de plus en plus, un espace rural plus ou moins soumis à l’influence urbaine. L’accès plus large des ménages à la propriété de leur logement, souvent une construction pavillonnaire neuve, initialement favorisé par les conditions d’emprunt (légales et macro-économiques), a constitué, surtout au cours des années 1970 et 1980, mais encore dans les années 2000, de larges espaces périphériques essentiellement consacrés à l’habitat. L’accès à la propriété a été accompagné, pour des couches plus limitées de population, par une croissance de l’habitat secondaire sur des littoraux, plus ou moins urbanisés, dans les territoires de montagne et dans l’espace rural, compensant le recul des résidences secondaires dans les périphéries urbaines désormais dévolues à l’habitat principal. La géographie des ménages propriétaires s’est progressivement modifiée, passant d’une logique reposant sur les formes de l’activité rurale (agriculteurs exploitants versus salariat agricole ou fermage3 et propriété ouvrière dans les bassins industriels), à une logique fondée sur l’accession des urbains au mode de vie pavillonnaire. Dans le même temps, la tertiarisation de l’économie a favorisé la concentration de l’emploi au cœur des agglomérations via le développement des services publics et privés et via la croissance des fonctions administratives, décisionnelles et de conception. Le développement des résidences secondaires et des activités touristiques et de loisirs s’est traduit, dans les espaces les plus concernés par cette autre forme de développement territorial, par celui de certains emplois de service.

5À l’évolution de la localisation de l’emploi, liée à la tertiarisation de l’économie et à la transformation des postes et des fonctions, est naturellement associée, celle de la répartition par profession des personnes d’âge actif. Elle est marquée, d’une part, par le recul de l’inactivité féminine et par la baisse des proportions d’agriculteurs exploitants et d’ouvriers (notamment dans les espaces urbanisés), d’autre part, par la montée du poids des employés, des professions intermédiaires et des cadres. Si dès 1968, la géographie résidentielle de ces professions montantes est plutôt urbaine, on assiste au cours des années 1980 à 2000, à une diffusion des employés sur l’ensemble du territoire, à une concentration croissante des professions intermédiaires à la périphérie des villes et des cadres dans les villes centres des grandes agglomérations (notamment parisienne) et certaines de leurs périphéries. Si la diffusion spatiale des employés exprime la diffusion des services, la concentration croissante des cadres traduit la concentration des fonctions administratives et décisionnelles et, sans doute aussi, celle des établissements d’éducation supérieure. De fait, la plus grande dépendance, au fil des générations, de la profession de cadre avec la passation d’un diplôme de l’enseignement supérieur renforce l’existence du lien entre la localisation des cadres et celle des équipements universitaires.

  • 4 La combinaison de ce léger retard et de cette plus forte amplitude se traduit par un moindre accès (...)
  • 5 L’installation d’antennes d’enseignement supérieur dans les villes moyennes, servant de relais, aya (...)

6L’accroissement rapide de la proportion de bacheliers entre les générations 1965 (41 %) et 1976 (65 %) et, par là même, l’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur a accompagné avec un léger retard, mais une plus forte amplitude4, ces mutations des professions et catégories sociales. La concentration géographique des établissements d’enseignement supérieur dans les grandes agglomérations5 s’est combinée avec cette plus grande proportion de bacheliers dans les nouvelles générations pour conduire à une croissance des migrations de très jeunes adultes (18-24 ans) vers les parties centrales des grandes agglomérations de province. La proportion de 18-24 ans a donc fortement augmenté dans les villes-centres des grandes agglomérations de province (et dans quelques cantons voisins) entre 1982 et 1999 alors même que le poids de ce groupe d’âges tendait à diminuer dans la population nationale. Sans en constituer des facteurs essentiels, l’allocation au logement étudiant et le décès des anciens locataires des petits logements des centres-villes (dits « loi 1948 ») [Louchart, 2007] ont contribué à amplifier le peuplement étudiant des villes-centres des grandes agglomérations de province, ce qui a permis à une bonne partie d’entre elles, de renouer, dans les années 1990, voire dès les années 1980, avec la croissance démographique, souvent après d’importantes pertes de population au cours des années 1970. Les parties centrales de l’agglomération parisienne ont été faiblement concernées par ces évolutions, non pas en raison d’une attractivité insuffisante de l’offre universitaire la plus riche et la plus diversifiée de France, mais du fait d’un coût du logement très supérieur à la province et d’un système de transports publics permettant aux étudiants franciliens de se rendre quotidiennement dans les établissements d’enseignement supérieur, tout en demeurant au domicile parental. Du fait de cette accessibilité quotidienne aux sites d’enseignement supérieur, cette présence des très jeunes adultes au domicile parental s’observe aussi de façon assez massive à la périphérie des grandes agglomérations de province dont le centre est, en revanche, massivement peuplé de très jeunes adultes vivant seuls et provenant largement des espaces ruraux et des petites et moyennes villes de leur région. La totalité des générations, mêmes récentes, n’accédant pas à l’enseignement supérieur, la géographie de la présence des très jeunes adultes au domicile parental dépend aussi d’autres facteurs, comme l’accès à l’emploi, qui peuvent par exemple expliquer leur sur-représentation parmi les 20-24 ans du Nord-Nord-Est de la France. En revanche, les facteurs anthropologiques régionaux [Todd, 1988] qui semblaient expliquer la géographie des formes de vie familiale en 1968, paraissent jouer un rôle bien moindre en 2006.

  • 6 Si le retard du calendrier de constitution de la famille est effectivement plus important chez les (...)
  • 7 Qui ne correspondent qu’en partie à l’allongement de la durée des études et à la localisation des é (...)

7Au-delà de l’allongement de la durée des études dont les effets sur le départ du ménage parental, s’inversent, comme on l’a vu, selon la localisation de ce ménage, et dont le rôle explicatif sur les évolutions de la constitution de la famille reste partiel6, on observe la manifestation territoriale d’autres modifications de la composition des ménages. En diminution constante, la cohabitation entre les 75 ans et plus et leurs descendants adultes est devenue très rare en 2006, sa fréquence ne sortant de l’exception que dans des portions très réduites des espaces régionaux où elle était, en 1968, la règle. Si cette géographie de la cohabitation inter-générationnelle des 75 ans et plus, forme le vestige d’une géographie encore associée, en 1968, aux structures anthropologiques régionales [Todd, 1988], pour d’autres phénomènes familiaux elle s’en détache bien plus encore. C’est le cas de la proportion de 20-24 ans vivant en couple avec enfants, qui a beaucoup diminué et dont la géographie ne semble plus obéir aux spécificités anthropologiques régionales de calendrier de la fécondité, mais davantage à des logiques sociales et d’aménagement de l’espace7. C’est aussi le cas de la proportion de 25-54 ans vivant en couple avec enfants, qui a moins diminué, mais dont la géographie, tout comme celle de la proportion de moins de 18 ans, reproduit de moins en moins l’opposition entre « croissant fertile » du Nord et Sud-Ouest et Centre mais, de plus en plus, les logiques d’aménagement spatial des villes. La fréquence des mono-parents, phénomène très rare en 1968, dont la progression reflète des séparations plus fréquentes et plus précoces, affiche, en 2006, une géographie faiblement associée aux structures anthropologiques régionales, sans pour autant apparaître totalement dépendante de l’organisation urbaine.

8La croissance rapide du chômage au sein des âges de forte activité est une autre caractéristique majeure des années 1968-2006, n’épargnant que 9 cantons (sur 3686), sa progression est néanmoins géographiquement très inégale et modérément dépendante de la situation initiale en la matière. La géographie 2006 du chômage dessine plutôt un mélange de spécificités régionales et de différenciation spatiale liée à l’urbanisation, les territoires les plus denses en emplois, notamment de services, semblant plus touchés que les autres.

Des manifestations spatiales des principales évolutions socio-démographiques aux 7 profils territoriaux actuels

9L’analyse des évolutions 1968-2006 des différents indicateurs et de leur dispersion à l’échelle des pseudo-cantons de France métropolitaine, montre l’existence d’un certain nombre de facteurs communs associant leurs tendances. Au-delà des liaisons statistiques en partie structurelles, elles correspondent au lien existant entre les différentes dimensions d’un même phénomène. Cela s’exprime par des systèmes de corrélations cantonales multi-variées, qui renvoient à des oppositions géographiques déjà plus ou moins perceptibles à partir des manifestations territoriales des grandes évolutions socio-démographiques.

10De 1968 à 2006, ces systèmes de corrélations cantonales multi-variées renvoient à certaines permanences et à certaines mutations en termes d’opposition territoriale. En 1968, les cantons dévolus à l’habitat familial, correspondant aux périphéries urbaines, mais aussi à des territoires de faible densité beaucoup plus éloignés des villes, s’opposent aux cantons très denses orientés vers l’activité et les petits ménages qui s’opposent par ailleurs aux cantons agricoles. En 2006, les cantons orientés vers l’habitat familial en accession à la propriété s’opposent aux cantons à situation sociale difficile (fort chômage, inactivité et monoparentalité) et aux cantons les plus denses orientés vers les petits ménages étudiants et les résidents cadres, qui s’opposent par ailleurs aux cantons ouvriers dont les jeunes adultes sont devenus parents plus précocement, les cantons plutôt touristiques où les personnes âgées sont surreprésentées ne s’intégrant qu’assez peu à ces systèmes d’opposition.

11Le recours à l’analyse multidimensionnelle (ACP et ACH, cf. annexe méthodologique), permet de synthétiser ces oppositions en conduisant à 15 catégories, que l’on peut, pour les analyses portant sur les données 2006 du recensement rénové de population, résumer en 7 grands profils.

121-Le profil à dominante ouvrière comprend des espaces à faible densité de logements où les ouvriers représentent plus du tiers des actifs occupés résidents de 30-54 ans, parmi lesquels on trouve des territoires dévolus à l’habitat des ouvriers et des territoires associant habitat ouvrier et activités industrielles. Il s’agit de territoires dont la population a modérément varié entre 1968 et 2006, les moins denses d’entre eux connaissant plutôt une croissance en accélération et les plus denses d’entre eux une décélération de la croissance voire une diminution de la population. Ce profil d’espaces correspond d’une part, au maintien, malgré une tendance à la désindustrialisation, de bassins d’emploi ouvrier, répartis sur l’ensemble de la France métropolitaine, mais plus concentrés dans sa partie nord-est. Dans ce grand quart nord-est, l’importance de ces bassins fait qu’ils sont environnés d’un espace diffus, moins concentré en activités mais beaucoup plus en habitat ouvrier. Les espaces de ce profil à dominante ouvrière correspondent d’autre part, à la mutation de territoires ruraux, notamment du Grand Ouest (et à un moindre degré, en Champagne-Ardenne, dans le nord du Massif Central et dans certaines parties de l’Aquitaine intérieure), où le poids des agriculteurs exploitants est devenu très faible, bien que supérieur à la moyenne métropolitaine, sans que la production agricole ne suive la même tendance, facilitant la persistance voire le développement d’emplois ouvriers dans des filières de transformation. La spécificité de ces territoires est plus économique et sociale que démographique, les couples avec enfants y sont toutefois surreprésentés, notamment chez les plus jeunes adultes, puisque ces espaces sont quittés par les très jeunes adultes suivant des études supérieures dont le calendrier d’entrée dans la vie familiale est retardé, d’où une légère sous-représentation des 18-24 ans.

132-Le profil rural à dominante touristique présente la coexistence d’une forte proportion de résidences secondaires – signe de la présence temporaire de populations, souvent urbaines, et de l’importance de l’économie présentielle qui y est associée – et d’une proportion encore non négligeable d’agriculteurs exploitants au sein des actifs occupés. Par certains aspects ces deux formes d’utilisation de l’espace peuvent s’articuler (via les productions labellisées, par exemple) ou au contraire favoriser les conflits d’usage (nuisance sonores et olfactives associées à certaines activités agricoles), bien que la très faible densité de logements en amoindrisse le risque. Ces territoires sont le fruit de 40 ans de mutation partielle vers l’économie présentielle de la majeure partie des espaces très agricoles traditionnels du Grand Sud-Ouest, du sud du Massif Central, du Vercors et du Morvan. Leur population permanente est particulièrement âgée (entre 45 % et 50 % des résidents ont 50 ans ou plus), ce qui pourrait, à un moindre degré, être aussi le cas des résidents occasionnels, cela résulte des arrivées de retraités (dont l’effet vieillissant est en partie compensé par les arrivées de 35-45 ans avec leurs enfants), mais plus encore des départs de très jeunes adultes (accrus par l’accès plus massif aux études supérieures), comme en témoigne la très forte sous-représentation des 18-34 ans. Cette structure par âge de la population et des migrations se traduit par une absence de croissance naturelle (voire de fréquents déficits), qui depuis les années 1990-2000, est de plus en plus compensée par des excédents migratoires qui conduisent, pour la période récente, à une croissance modérée mais significative de la population résidente.

143-Le profil touristique en partie urbanisé comprend des territoires de densité variable dont l’activité est largement organisée autour de la présence occasionnelle de populations majoritairement urbaines. Contrairement au profil précédent, les agriculteurs exploitants y représentent plus un vestige qu’une réalité encore structurante. Ces territoires sont issus de la spécialisation de plus en plus orientée vers le tourisme d’espaces où ces activités étaient déjà dominantes il y a 40 ans (littoraux méditerranéens, arrière-pays provençal et Corse, stations du littoral atlantique, des Alpes et des Pyrénées, quelques villages pittoresques du Massif Central, de Bourgogne et de Normandie). Ils résultent aussi du basculement vers la spécialisation touristique de la majeure partie des territoires littoraux (notamment sur l’Atlantique et la Manche au sud de l’embouchure de la Seine) ou de montagne qu’elle ne concernait pas encore. La population permanente des territoires de ce profil est particulièrement âgée (entre 40 % et 48 % des résidents ont 50 ans ou plus), ce qui pourrait, à un bien moindre degré, être aussi le cas des résidents occasionnels, cela résulte surtout des arrivées de populations retraitées. Les départs de très jeunes adultes se limitent aux populations suivant des études supérieures (notamment dans les territoires les moins denses), l’intensité des activités touristiques pouvant réduire l’intensité des émigrations professionnelles de jeunes adultes. Cette spécialisation touristique des activités ne semble toutefois pas très satisfaisante sur le plan de l’emploi, puisque, dans ces territoires, le chômage est assez fréquent à tous les âges actifs. Cela ne diminue pas pour autant la croissance de la population résidente de ces territoires (notamment au début des années 1970 et dans les années 2000) qui s’appuie sur les seuls excédents migratoires.

154-Le profil des espaces urbains en difficulté se caractérise par un chômage particulièrement fréquent à tous les âges actifs, par une légère surreprésentation ouvrière et une surreprésentation assez atypique des employés au regard de la relative homogénéité de leur distribution spatiale. À ce chômage très fréquent s’associent des structures familiales et domestiques favorisant en partie les grands ménages, puisque coexistent surreprésentation des 20-24 ans ayant déjà des enfants et assez grande fréquence de la cohabitation des 20-24 ans avec leurs parents, la surreprésentation des mono-parents joue en sens inverse mais constitue encore une forme peu fréquente. Ces espaces sont issus de la crise de certains grands bassins industriels (très concentrés dans le Nord et plus dispersés par ailleurs – vallée de la Seine, Lacq, Alès –) du décollage industriel avorté de certains pôles (étang de Berre et embouchure du Rhône, Dreux), de la dégradation de certaines périphéries urbaines (nord-est de l’agglomération de Paris, parties de la banlieue de Lyon, et de nombreuses grandes villes de province). Leur population est plutôt jeune (moins de 35 ans) mais cette spécificité semble de moins en moins nette. Elle permet néanmoins d’engendrer des excédents naturels qui compensent tout juste des déficits migratoires parfois très profonds depuis le milieu des années 1970. Ce groupe et sa possible hétérogénéité interne met en lumière un des manques de l’analyse ici menée qui ne s’appuie sur aucune variable renvoyant aux courants de migrations internationales récents et plus anciens. Considérées comme des variables sensibles, ces caractéristiques sont disponibles à l’échelle pseudo-cantonale sous un aspect très regroupé (immigré/non immigré) qui permet d’observer une sur-représentation des immigrés dans les espaces urbains en difficulté ici définis, mais pas uniquement. Ainsi, introduire cette variable sommaire dans l’analyse aurait conduit à créer une parenté entre ces cantons urbains en difficulté et certains cantons de l’Ain et de la Savoie frontaliers de Genève où résident de nombreux fonctionnaires internationaux, parenté fallacieuse probablement évitée en disposant ne serait ce que de l’origine nationale des immigrés dénombrés.

165-Le profil des espaces urbains provinciaux les plus denses se caractérise par la surreprésentation des étudiants qui par leur concentration donnent une forte spécificité à la structure démographique et sociale de ces territoires. Le poids des 18-24 ans dans ces espaces a ainsi été assez nettement accru par la hausse de la proportion de bacheliers dans les générations qui a poussé vers les agglomérations de province grandes et moyennes, concentrant les sites d’enseignement supérieur, une proportion beaucoup plus forte de très jeunes adultes dont les parents résident en milieu rural, dans les moyennes et petites villes ou en périphérie très lointaine des grandes agglomérations. Cette surreprésentation des 18-24 ans s’accompagne de celle, moins marquée, des 25-34 ans, qui montre le maintien dans ces territoires d’une partie des anciens étudiants qui n’ont pas été affectés par une migration professionnelle vers les espaces les plus denses de l’agglomération parisienne et dont le retard d’entrée dans la vie familiale s’accommode des petits logements concentrés dans le cœur des agglomérations grandes et moyennes. C’est aussi la raison pour laquelle on observe dans ces territoires une surreprésentation des personnes vivant seules et, à un moindre degré, en couple sans enfant, qui dépasse très largement les âges associés aux études supérieures (18-24 ans) et ceux leur succédant (25-34 ans). À la présence structurellement plus massive des anciens étudiants, répond une surreprésentation, dépassant le groupe des jeunes adultes, des cadres et professions intellectuelles supérieures, elle reste néanmoins légère par l’effet socialement très sélectif des migrations d’insertion professionnelle vers l’Île-de-France [Bergouignan, Caillot, 2008]. On peut ainsi supposer que l’allongement de la durée des études a indirectement amplifié la « gentrification » [Gerber, 2007] des villes centres des grandes agglomérations de province et a participé à la hausse très importante du coût du logement qui y a été observée via l’augmentation structurelle de la proportion de cadres et via la demande des étudiants et anciens étudiants en matière de petits appartements. Ces deux courants en plein développement depuis la fin des années 1980 pour l’un (afflux étudiant) et depuis la fin des années 1990, pour l’autre (présence des cadres), ont permis à ces territoires de renouer avec la croissance démographique après de très importants déficits migratoires au cours des années 1970. La « gentrification », qui reste légère, des espaces les plus denses des grandes agglomérations de province, côtoie des situations de forte difficulté sociale, comme en témoigne la proportion élevée de chômeurs parmi les populations traversant les âges de plus forte activité. Parmi ces populations précarisées, les personnes seules sont très sur-représentées puisque les ménages socialement fragilisés comprenant des enfants bénéficient plus facilement des logements sociaux concentrés dans les espaces urbains les plus marqués par les difficultés. Enfin, ces territoires provinciaux à très forte densité de population, sont aussi des espaces concentrant les services et les administrations, avec d’importantes mobilités quotidiennes qui viennent, chaque jour, accroître très fortement en cadres, professions intermédiaires et employés, la population présente d’âge actif.

176-Le profil des espaces franciliens les plus denses comporte quelques similitudes avec celui des espaces provinciaux les plus denses. Il s’en différencie toutefois nettement par une surreprésentation beaucoup plus légère des 18-24 ans et par une surreprésentation beaucoup marquée des 25-34 ans mais plus encore des cadres et professions intellectuelles supérieures qui constituent près de 45 % des actifs occupés résidents de 30-54 ans. La quasi-absence de surreprésentation des 18-24 ans reflète la possibilité offerte aux étudiants franciliens, par le réseau de transports publics, de se maintenir au domicile parental tout en se rendant quotidiennement dans les sites d’enseignement supérieur très riches et diversifiés de ces territoires qui accueillent donc, chaque jour, des flux d’étudiants provenant des périphéries urbaines de la région Parisienne. Le maintien des étudiants franciliens au domicile de leurs parents est par ailleurs renforcé par le coût du logement dans les parties les plus denses de l’agglomération de Paris, résultat combiné des dimensions touristiques de Paris intra-muros, mais surtout de la rareté des espaces disponibles pour les constructions nouvelles [Dittgen, 2005] et de l’attrait des catégories les plus aisées pour ces territoires. De fait, la concentration des emplois les plus qualifiés dans ces territoires y attire les anciens étudiants, franciliens mais aussi provinciaux, dont le volume a fortement augmenté au cours des années 1990, et pour qui cette mobilité interrégionale facilite l’accès aux professions les plus qualifiées [Caillot, 2006]. Résider dans ces espaces franciliens à très forte densité de logements, de services et d’administrations, à une relative proximité de ces emplois qualifiés permet, en effet, pour les populations suffisamment rémunérées tout en restant modestes dans leurs besoins d’espace habitable, de limiter le temps des déplacements quotidiens. Cette contrainte sur le coût de l’espace habitable sélectionne donc dans ces espaces franciliens très denses, même pour les populations disposant des emplois les plus qualifiés, les petits ménages sans enfant vivant dans des appartements en location. Les autres populations franciliennes privilégient d’autres espaces de résidence. Il s’agit plutôt de périphéries plus ou moins éloignées, selon les revenus, pour les ménages familiaux nucléaires relativement aisés. Il s’agit plutôt de l’espace urbain en difficulté et de ses concentrations de logements sociaux pour les ménages moins aisés dont la structure familiale est plus diverse. Ces populations résidant en périphérie forment alors les flux quotidiens de cadres, de professions intermédiaires et d’employés se rendant chaque jour dans les espaces franciliens à très forte densité, en augmentant ainsi, la population présente via la concentration des emplois de service mais surtout d’administration publique et privée. En termes de population résidente, ces territoires ont renoué très récemment avec la croissance démographique (depuis le début des années 2000), du fait de déficits migratoires beaucoup moins profonds que ceux observés au cours des années 1960-1970, ce qui permet une nette compensation par les excédents naturels.

  • 8 À l’instar des jeunes Franciliens une bonne partie des étudiants dont les parents vivent dans ces p (...)

187-L’opposition entre les espaces urbains denses concentrant services et administrations et ceux plutôt dévolus à l’habitat est déterminante dans la formation du profil des périphéries urbaines. Territoires ayant connu la croissance démographique la plus rapide (entre une augmentation de moitié et un doublement, selon la distance avec le centre des agglomérations), ces périphéries urbaines sont issues d’une extension très importante de l’aire d’influence des villes, les personnes y travaillant ayant massivement accédé à la propriété pavillonnaire dans des espaces les environnant. Phénomène structuré par l’évolution de l’habitat des couples avec enfants (y compris leurs enfants majeurs étudiants8), cette péri-urbanisation concerne tous les groupes sociaux à l’exception des personnes en situation de précarité. Elle est néanmoins socialement sélective en fonction de la distance séparant ces territoires d’accession à la propriété pavillonnaire, des villes-centres. La surreprésentation des cadres en couple avec enfants est donc maximale dans ces proches périphéries pavillonnaires et elle décroît au fil des couronnes, pour être inexistante dans les périphéries lointaines et s’inverser dans l’espace sous faible influence urbaine. La sur-représentation des professions intermédiaires est maximale dans les couronnes intermédiaires et disparaît dans l’espace sous faible influence urbaine, alors qu’on y observe une très légère surreprésentation des employés et ouvriers, ces derniers étant très fortement sous-représentés à la proche périphérie des villes. Entre 1968 et 2006, ce processus d’extension urbaine a comporté deux phases. La première, très concentrée, s’est étalée sur les années 1960-1980, et a touché de façon très massive les périphéries urbaines pas trop éloignées, elle a conduit pour les territoires considérés, à des croissances très rapides du nombre de logements et de la population. La seconde, plus diffuse, a démarré à la fin des années 1970 et se poursuit encore, et touche de façon plus éparse de très vastes périphéries situées parfois à plus de 80 kilomètres du cœur des villes, elle se traduit par des évolutions plus progressives du nombre de logements et du peuplement, transformant davantage les modes de vie et la composition socio-démographique de la population que sa densité. Cette très forte consommation d’espace associée à la croissance des périphéries urbaines a phagocyté de façon un peu « aveugle » des territoires au départ très divers sur le plan démo-géographique, leur nature initiale dépendant de spécificités régionales voire locales en matière de relief, de structures productives, culturelles et anthropologiques. Ces espaces périphériques où résident majoritairement des familles dont les actifs occupés et les enfants étudiants effectuent des mobilités quotidiennes importantes vers les espaces urbains les plus denses, présentent donc, en dépit de la similitude socio-démographique de chaque type de couronne, une grande diversité paysagère. Ainsi, les périphéries urbaines des villes du Nord et de l’Est se sont constituées à partir de l’extension de l’aire d’influence de ces villes sur un espace en partie rural et plus ou moins dense initialement à dominante ouvrière. Les périphéries urbaines du Grand Ouest se sont plutôt développées sur un espace à dominante agricole dont la mutation s’est orientée soit vers l’habitat des personnes travaillant dans les services et administrations de ces villes, soit vers un espace ouvrier en partie associé aux productions de ces espaces initialement ruraux (voir supra). Les périphéries urbaines du Sud-Ouest et du Massif Central ont plutôt pris leur essor sur des territoires très agricoles traditionnels (notamment pour Toulouse, Clermont, Agen et Pau) et sur des territoires agricoles où les activités touristiques avaient fait leur apparition (notamment pour les villes proches du littoral comme Bordeaux). Les périphéries urbaines du littoral méditerranéen se sont développées sur des espaces plus ou moins urbanisés, déjà clairement orientés vers les activités touristiques ou constituant un continuum de petites agglomérations juxtaposées les unes aux autres. Les périphéries de Rhône-Alpes se sont formées de façon hybride en englobant des espaces semblables à ceux phagocytés par les périphéries urbaines du Nord et de l’Est et des espaces semblables à ceux phagocytés par les périphéries urbaines du littoral méditerranéen. Au-delà de leur spécificité et de leur plus grande ancienneté liées à la taille de l’agglomération et à son rôle administratif et politique, les périphéries urbaines de Paris se sont développées à la fois en incorporant des territoires initialement à peuplement ouvrier (est et centre du Val-d’Oise, nord des Yvelines et de la Seine-et-Marne) et sur des territoires initialement plus agricoles (Essonne, sud des Yvelines et de la Seine-et-Marne) et plus rarement, sur des territoires associant déjà agriculture et résidences secondaires. De façon générale, les territoires périphériques des villes comprenant déjà en 1968 une proportion importante de résidences secondaires, constituent les rares espaces, en général ruraux, où le développement du tourisme et de l’habitat non permanent a été dépassé par un mouvement plus fort : l’extension de l’aire d’influence de villes. Dans ces espaces, la périurbanisation s’est traduite par une réduction de la proportion de résidences secondaires via la transformation de l’habitat secondaire en habitat principal, mais surtout via le développement beaucoup plus rapide d’un habitat principal « noyant » les résidences secondaires déjà présentes.

Vue d’ensemble

  • 9 Peu d’évolutions de la proportion de bacheliers pour les personnes nées de 1944 à 1965, notamment p (...)

19En près de 40 ans les transformations de la démogéographie de la France métropolitaine vont toutes dans le sens d’une prédominance du fait urbain. Cela ne signifie pas qu’il n’existe plus de territoires ruraux, mais seulement que la plupart des espaces sont configurés par des segmentations fonctionnelles renvoyant à une hiérarchie territoriale partant des espaces les plus denses des agglomérations urbaines les plus importantes. Elles apparaissent dans les divers types d’espace à travers la composition de leur population résidente et celle des groupes présents de façon plus occasionnelle, les activités économiques et le mode vie des habitants. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une situation radicalement nouvelle, puisqu’on en observait déjà des signes manifestes à la fin des années 1960, mais, entre 1968 et 2006, elle s’est quantitativement amplifiée et qualitativement élargie. Pour décrire ce phénomène on utilise souvent le terme de métropolisation qui décrit très bien la façon dont les aires d’influence des villes se sont étendues en englobant de vastes espaces dévolus à l’habitat de populations se déplaçant quotidiennement vers les parties urbaines les plus denses concentrant les activités de service et d’administration. Ainsi, les populations de larges territoires d’assez faible densité sont, par leur travail et par certaines de leurs consommations, directement reliées aux grandes et moyennes agglomérations. D’une autre façon, des territoires moins denses encore, se trouvent fortement impactés par le fait urbain via le développement de la présence temporaire de populations résidant en majorité habituellement en ville – dont l’habitat secondaire est la partie statistiquement visible et localisable –. Elle engendre des activités économiques spécifiques pour les résidents (services ordinaires, services de loisirs, micro-productions labellisées, …) que l’on désigne sous le terme d’économie présentielle. Ces territoires ruraux entrés progressivement dans ce type de mise en valeur de leur espace naturel et de leurs traditions culturelles s’ajoutent aux stations littorales et montagnardes qui formaient des zones plus ou moins continues d’urbanisation partielle connaissant depuis plus longtemps cette forme de développement économique. Enfin, via la concentration des sites d’enseignement supérieur, l’allongement de la durée des études a fait entrer dans un parcours de vie urbain, une proportion beaucoup plus large de très jeunes adultes dont les parents résident loin des villes grandes et moyennes. Cette évolution d’origine scolaire et universitaire portant sur quelques générations9, a renforcé la dépendance des structures démographiques des territoires ruraux et des petites villes à la concentration urbaine de certains équipements. De façon générale, on assiste à une déconnexion de plus en plus grande entre les éventuelles productions agricoles et industrielles intensives des territoires les moins denses, les populations qui y résident et les parcours de formation et d’insertion professionnelle des jeunes qui en sont originaires. Cette déconnexion ne signifie pas pour autant que ces productions ont disparu de ces territoires avec l’extrême raréfaction des résidents qu’elles emploient, mais seulement que la plupart des résidents y sont étrangers, ce qui peut engendrer des conflits d’usage et de plus grandes difficultés d’acceptation de certaines nuisances. Seuls certains espaces ruraux à dominante ouvrière semblent moins caractérisés par une telle logique. Toutefois, pour les bassins industriels du Nord et de l’Est, les tendances en matière d’emploi ouvrier indiquent une diminution de ce lien autrefois très fort, elle est moins perceptible dans les espaces ruraux ouvriers du Grand Ouest, du nord du Massif Central et de l’Aquitaine intérieure, peut-être du fait de leur plus grande orientation vers l’agroalimentaire.

20Dans une perspective plus globale on a constaté, au cours des 40 dernières années, l’affirmation de plus en plus marquée de la corrélation entre parcours de vie (formation, profession, famille) et mobilité résidentielle entre les types d’espace. La liaison entre parcours de vie professionnel, notamment, et mobilité résidentielle entre les espaces, n’est pas nouvelle. Ainsi, les études supérieures ou l’obtention d’un concours administratif ont souvent constitué, y compris pour des générations très anciennes, un motif de migration interrégionale et, pour les natifs du monde rural ou des petites villes, un facteur d’installation, plus ou moins durable dans les grandes agglomérations. On peut toutefois constater, pour les générations nées depuis les années 1960, que non seulement la massification de l’accès aux études supérieures a accru la fréquence de ce type de parcours résidentiel, mais que dans le même temps les corrélations entre les étapes qui le constituent se sont renforcées. Des évolutions sociales économiques, démographiques et géographiques majeures y ont contribué. Tout d’abord, la tertiarisation de l’économie a favorisé le développement des emplois de services et d’administration plus concentrés géographiquement, surtout pour les plus qualifiés d’entre eux, favorisant pour les anciens étudiants ayant déjà eu une étape résidentielle dans une ville grande ou moyenne au cours de leurs études supérieures, l’ajout d’une étape en Île-de-France ou dans une des plus grandes métropoles provinciales. Ensuite, les facilités et les préférences pour l’accession à la propriété pavillonnaire, associées à cette concentration de certains types d’emplois ont renforcé le lien entre la constitution de la famille et son installation dans les périphéries urbaines, riches en espaces constructibles, alors que ses membres adultes se rendent pour travailler dans les parties plus centrales. Enfin, le retard de constitution de la famille, observé de façon générale, mais touchant beaucoup plus nettement les personnes ayant fait de longues études a favorisé leur maintien prolongé dans les petits logements des grandes villes-centres et leur ancrage dans un mode de vie spécifique à ces territoires. Cette préférence des diplômés pour la grande ville et leur faible attirance pour les territoires ruraux, les petites villes ou les couronnes périurbaines trop éloignées d’une grande agglomération, s’exprime, entre autres, à travers la difficulté à faire s’installer les médecins ou les enseignants dans des espaces parfois fortement attractifs pour l’ensemble de la population. De ce point de vue, l’allongement de la durée des études opère comme une « machine à urbaniser les modes de vie », pour autant, une part non négligeable des populations, y compris dans les générations récentes, ne s’inscrit pas dans un tel parcours de vie, mais voit néanmoins ses étapes résidentielles davantage se corréler avec celles de la biographie familiale et professionnelle. De fait, les membres des générations nées après 1960, ayant fait des études relativement courtes, connaissent aussi, dans le cadre des emplois qu’ils occupent, le développement des activités de service et d’administration, ce qui les conduit à réaliser des mobilités de plus courte distance. Elles interviennent tout d’abord, vers les centres urbains, notamment des petites agglomérations, ou les pôles touristiques, lors de leur insertion dans la vie professionnelle. Ensuite, lors de l’agrandissement de leur famille, elles se dirigent vers les périphéries urbaines, parfois très lointaines, s’agissant de grandes agglomérations dont la périphérie proche est déjà fortement convoitée.

  • 10 L’espace rural isolé très agricole défini en 1968, est, par exemple, idéal-typique de la famille so (...)

21Cette plus forte liaison entre parcours résidentiel et biographie professionnelle et familiale tend naturellement à accroître de concert les différences de structure démographique et sociale existant entre les populations des différents espaces [Dasre, Kersuzan, Caillot, Bergouignan, 2009]. Aussi, alors qu’en 1968, on pouvait identifier des profils territoriaux, essentiellement ruraux, renvoyant à des spécificités culturelles et anthropologiques clairement identifiées10, les mobilités résidentielles sélectives s’étant accrues pendant la période 1968-2006, ont fait disparaître la manifestation de telles spécificités dans les structures démographiques et sociales des différents types d’espace obtenus en 2006.

22Dans le contexte de vieillissement général de la population observé de 1968 à 2006 (assez peu rapide au regard de ce qu’il devrait être au cours des années 2006-2025), cette plus forte dépendance entre parcours résidentiel et biographie professionnelle et familiale s’est traduite par une sensibilité très différente des territoires aux évolutions macro-démographiques. Accéléré dans les espaces ruraux et touristiques où la population était souvent déjà plus âgée que la moyenne métropolitaine, le vieillissement a été plutôt freiné dans les espaces urbains ou périurbains, notamment dans les parties les plus denses des grandes agglomérations et dans les couronnes éloignées récemment englobées par l’extension de l’aire d’influence des villes. Dans les périphéries plus proches du cœur des agglomérations qui, en 1968 étaient les territoires dont la population était la moins âgée, le vieillissement 1968-2006 a peu différé de la moyenne métropolitaine. Toutefois la structure actuelle de la population, pourrait conduire, dans les années 2006-2025, en cas de réduction des flux de nouveaux arrivants, à un vieillissement sensiblement plus rapide qu’à celui observé dans l’ensemble de la France métropolitaine.

Annexe méthodologique

Les variables retenues pour différencier les pseudo-cantons

23L’analyse des facteurs de différenciation démogéographique s’appuie ici sur 4 catégories de variables :

  • l’utilisation des territoires : densité de logements ; poids des résidences secondaires ; taux de vacance des logements ; rapport du nombre d’emplois exercés dans le territoire au nombre d’actifs occupés résidant dans le territoire,

  • la structure démographique des territoires : poids des différents groupes d’âges (0-17 ans, 18-24 ans, 25-34 ans, 35-49 ans, 50-64 ans, 65 ans et plus) ; taille moyenne des ménages ; répartition des adultes d’un groupe d’âges donné – 20-24 ans, 25-54 ans, 75 ans et plus – selon leur situation domestique et familiale (enfant d’une famille, membre d’un couple avec et sans enfant, adulte d’une famille monoparentale, personne vivant seule, membre hors famille d’un ménage complexe, membre d’une communauté – qui regroupe ici l’ensemble de la population hors-ménage),

  • la dynamique démographique récente des territoires : variation annuelle moyenne du nombre de ménages au cours de la dernière période intercensitaire ; variation migratoire annuelle moyenne de la population (structurellement très dépendante de la composition par âge de la population, déjà intégrée à l’analyse, la variation naturelle moyenne de la population n’est pas ici utilisée),

  • la structure socio-économique des populations des territoires aux âges de plus forte activité : poids des ménages propriétaires de leur logement ; poids des inactifs parmi les 30-54 ans, poids des chômeurs au sein des actifs de 30-54 ans, répartitions des actifs occupés de 30-54 ans selon les grands groupes de professions et catégories sociales (agriculteurs exploitants ; artisans, commerçants, chefs d’entreprise ; ouvriers ; employés ; professions intermédiaires ; cadres et professions intellectuelles supérieures).

24Pour chaque indicateur, on procède à une analyse de concentration et de dispersion par la mesure de différents quantiles et de leur évolution dans le temps, puis on traite les corrélations bi-variées entre ces indicateurs. La présentation de ces analyses ainsi que les difficultés liées à la comparabilité dans le temps des recensements généraux 1968 à 1999 et du recensement rénové de population, eu égard aux définitions des âges et aux statuts d’activité, sont abordées dans le document de travail [Cauchi-Duval, Bergouignan, 2011].

Différencier les pseudos-cantons à travers une multiplicité d’indicateurs

25Considérer un nombre important de variables en vue de distinguer les pseudo-cantons de France métropolitaine, s’accompagne de l’accumulation des variations erratiques de chacune d’elles. Toute tentative de classification est, de fait, soumise au risque d’associer ces pseudo-cantons en raison d’aléas, et non de réelles similitudes.

26Pour minorer cet écueil, on recourt préalablement à une Analyse en Composantes Principales (ACP) qui, par une représentation géométrique des distances statistiques, favorise l’identification et la hiérarchisation des tendances les plus marquantes en éliminant les effets marginaux. C’est plus précisément par la production d’axes factoriels (ou composantes) qu’elle y parvient. Ces axes offrent une combinaison linéaire de l’ensemble des variables plus riche que leur examen séparé. Afin de s’absoudre du rôle que jouent les unités de mesure et, plus encore, de la possible variabilité de dispersion de chaque indicateur − bornée pour les taux et non pour les autres − l’ACP est normée. Le poids relatif de chaque territoire est quant à lui défini par l’effectif de sa population.

27Par la suite, on effectue une Classification Ascendante Hiérarchique (CAH) à partir des coordonnées des pseudo-cantons sur les axes pertinents de l’ACP ; les six premières composantes représentant ici près de trois quarts de l’ensemble de l’information. La coordonnée d’un pseudo-canton sur un axe illustre la valeur que prend la variable synthétique constitutive de l’axe pour ce pseudo-canton. Elle en est d’autant plus représentative que le pseudo-canton en question se distingue singulièrement des autres au travers de cet axe, donc qu’il y est corrélé. Différencier les pseudo-cantons à partir de leurs coordonnées préserve ainsi l’ordonnancement de leurs particularismes, mais les regroupe parfois à tort faute d’une qualité de représentation idoine. Le cosinus carré (de l’angle formé par un axe et une droite liant son origine à un pseudo-canton donné) mesure la corrélation susmentionnée, et informe de la qualité de représentation des coordonnées. Pour contourner l’imperfection de représentativité des coordonnées, la somme des cosinus carrés des pseudo-cantons sur les axes conservés leur est affectée à titre de pondération. Les similarités ou dissemblances factices sont par conséquent atténuées.

Mesurer l’intensité des relations entre typologies et la contribution des facteurs à ces typologies

28Dans un premier temps, on mesure le degré de stabilité dans le temps des typologies successives. Pour cela, on s’assure que la ventilation des pseudo-cantons parmi les diverses catégories d’une classification est significativement liée à celle des autres par la réalisation de tests d’indépendance du khi². Puis, on recourt au V de Cramer qui mesure le niveau de corrélation entre variables qualitatives ; les variables en questions sont ici les 15 modalités des typologies et il se mesure ainsi :

29Dans un deuxième temps, on mesure le niveau de corrélation de chaque caractéristique étudiée avec la typologie qui lui est contemporaine par la réalisation d’une analyse de variance, et plus spécifiquement par la part de variance de chacune des variables corrélée à la classification des pseudo-cantons selon les différentes typologies établies à chaque recensement. Cela permet d’identifier les périodes de transition au regard de l’évolution des associations entre la différenciation spatiale et ses facteurs ou marqueurs.

30Les valeurs et évolutions des différents indicateurs sont présentées dans le document de travail [Cauchi-Duval, Bergouignan, 2011].

Haut de page

Bibliographie

BACCAÏNI Brigitte (1993), Régions attractives et régions répulsives entre 1982 et 1990, Population, n° 6, pp. 1791-1812.

BECKOUCHE Pierre (1993), « Métropolisation et système productif. Approche fonctionnelle du fait métropolitain en France », in Actes du colloque Métropoles en déséquilibre ?, Programme interministériel « mutations économiques et urbanisation », Paris, Economica, pp. 43-64.

BERGER Alain et ROUZIER Jacques (1995), L’espace rural, élargissement conceptuel et orientation méthodologique, Économie rurale, n° 229, pp. 3-10.

BERGOUIGNAN Christophe, CAILLOT Mélanie (2008), « La mobilité des jeunes adultes : reflet et moteur des transformations contemporaines », in La conscience de génération en France et au Québec, PUL, pp 139-166.

BÉTEILLE Roger (1994), La crise rurale, PUF, 128 p.

BESSY-PIETRI Pascale, HILAL Mohamed et SCHMITT Bertrand (2000), Recensement de la Population 1999 - Évolutions contrastées du rural, INSEE Première, n° 726, 5 p.

BOINON Jean-.Pierre et RAMAZ-BEAUJARD Danièle (1992), Propriétés agricoles : qui achète et pourquoi ?, Études foncières, n° 56, pp. 28-33.

BONNEVIELLE Marc (1993), « Processus de métropolisation et dynamiques de recomposition territoriale dans l’agglomération lyonnaise », in Actes du colloque Métropoles en déséquilibre ?, Programme interministériel « mutations économiques et urbanisation », Economica, pp. 321-343.

BONTRON Jean-Claude et MATHIEU Nicole (1973), Les transformations de l'espace rural, problèmes de méthode, Études Rurales, n° 49-50, pp. 137-159.

BONTRON Jean-Claude (1985), Population et espace rural, vers une nouvelle dynamique, POUR, pp. 10-22.

BONTRON Jean-Claude (1993), « La reprise démographique confirmée », in Naissance de nouvelles campagnes, DATAR, pp. 23-36.

BOUDOUL Jacques et FAUR Jean-Paul (1987), Trente ans de migrations intérieures, Données sociales, INSEE, pp. 262-268.

CAILLOT Mélanie (2005), L’élévation du niveau de diplôme, La Population de la France, Évolutions démographiques depuis 1946, CUDEP, pp 785-792.

CAILLOT Mélanie (2006), « Mobilité des jeunes diplômés sur le territoire français », in Population et travail, AIDELF, www.erudit.org/livre/aidelf/2006/001445co.pdf.

CATANZANO Joseph (1987), Retour vers l'arrière-pays, migrations en Languedoc-Roussillon, Cahiers de l'Économie Méridionale, n° 9, 358 p.

CAUCHI-DUVAL Nicolas, BERGOUIGNAN Christophe (2011), Analyser les évolutions démo-géographiques de l’espace métropolitain à partir des recensements : de la mesure des dispersions cantonales à l’élaboration de typologies synthétiques, Document de travail, IEDUB.

CAVAILHÈS Jean et LEVESQUE Robert (1993), « Les surprises du marché foncier », in Naissance de nouvelles campagnes, DATAR, pp. 89-104.

CAVAILHÈS Jean, DESSENDRE Cécile, GOFFETTE-NAGOT Florence et SCHMITT Bertrand (1994), Analyse des évolutions récentes de l'espace rural, Économie rurale, n° 223, pp. 13-19.

CHAUVEL Louis (2010), Le destin des générations : structures sociales et cohortes en France du XXe siècle aux années 2010, PUF, 426 p.

CORBOZ André (1992), L’urbanisme du XXe siècle : esquisse d’un profil, Faces, n° 24, pp. 53-55.

COURGEAU Daniel (1987), Constitution de la famille et urbanisation, Population, n° 1, pp. 57-81.

DASRE Aurélien, KERSUZAN Claire, CAILLOT Mélanie, BERGOUIGNAN Christophe (2009), Sélectivité migratoire des Populations selon leur âge et concentrations socio-spatiales, Espace Populations Sociétés n° 1. pp. 67-84.

DAVEZIES Laurent (2008), La république et ses territoires : la circulation invisible des richesses, La république des idées, Seuil, 128 p.

DELMEIRE Yohan (2009), « Du rôle des comportements d’unions dans les spécificités régionales de fécondité », in Reproduction et renouvellement des Populations. CUDEP, pp. 85-114.

DITTGEN Alfred (2005a), « L’évolution de la Population de la France de 1800 à 1945 », in La Population de la France, Évolutions démographiques depuis 1946, CUDEP, pp. 5-48.

DITTGEN Alfred (2005b), Logements et taille des ménages dans la dynamique des Populations locales : l’exemple de Paris, Population, n° 3. pp. 307-347.

DONADIEU Pierre, BOURAOUI Moez, DUMONT-FILLON Nathalie et FLEURY André (2001), « Le rôle du paysage dans l'aménagement des territoires ruraux périurbains », in Colloque Dynamique rurale, environnement et stratégies spatiales, CNRS. pp. 179-187.

DONADIEU Pierre et DALLA-SANTA Gérard (1998), Campagnes urbaines, Actes Sud. 219 p.

ESTÈBE Philippe (2004), Quel avenir pour les périphéries urbaines ?, Esprit, n° 303, pp. 82-95.

FRIEDMAN Georges (1952), Villes et campagnes, civilisation urbaine et civilisation rurale en France, Paris, Armand Colin, Études sociologiques, 473 p.

GERBER Philippe (2007), « Gentrification et cohésion urbaine », in Les Populations locales, CUDEP. pp 251-264.

JAILLET Marie Christine (2004), L'espace périurbain : un univers pour les classes moyennes, Esprit, n° 303, pp. 40-60.

KERSUZAN Claire, CAILLOT Mélanie, BERGOUIGNAN Christophe (2009), Portrait démographique des grandes aires urbaines de province, Cahiers de démographie locale, pp. 9-69.

LE JEANNIC Thomas (2007), « Villes et péri-urbanisation : le zonage en aires urbaines », in Démographie et aménagement du territoire, CUDEP, pp. 91-105.

LOUCHART Philippe (2007), De l’influence du parc de logements sur la structure et la dynamique des Populations au sein de l’Île-de-France, in Démographie et aménagement du territoire, CUDEP, pp. 325-334.

MATHIEU Nicole (1974), Propos critiques sur l'urbanisation des campagnes, Espaces et Sociétés, n° 12, pp. 71-89.

MATHIEU Nicole (1982), Questions sur les types d'espaces ruraux en France, Espace géographique, n° 2, pp. 95-110.

MATHIEU Nicole (1990), La notion de rural et les rapports ville-campagne en France : des années cinquante aux années quatre-vingts, Économie rurale, n° 197, pp. 35-41.

MENDRAS Henri (1967), La fin des paysans, innovations et changements dans l’agriculture française, S.E.D.I.S, coll. Futuribles, 364 p.

MERLIN Pierre (2009), « L’influence des conditions de financement du logement sur la structure démographique interne des agglomérations », in Reproduction et renouvellement des Populations, CUDEP, pp. 285-288.

ORFEUIL Jean-Pierre (2001), « Accroissement de la mobilité et étalement des villes », in La ville aux champs. ADEF, 218 p.

PINCHEMEL Philippe (1957), Structures sociales et dépopulation des campagnes picardes, Armand Colin, 232 p.

SEMMOUD Nora (2003), L’habiter périurbain : choix ou modèle dominant ?, Revue de Géographie Alpine, n° 91-4, pp. 55-64.

SLAK Marie-Françoise (2000), Vers une modélisation du mitage, périurbanisation et paysage, Études foncières, n° 85, pp. 33-38.

TABARD Nicole et CHENU Alain (1993), Les transformations socioprofessionnelles du territoire français, 1982-1990, Population, n° 6, pp. 1735-1769.

TODD Emmanuel (1988), La nouvelle France, Seuil, 285 p.

Haut de page

Notes

1 Les données des recensements 1968, 1975, 1982, 1990 et 1999 sont issues d’extractions agrégées très détaillées réalisées à partir du fichier SAPHIR (élaboré par B. Aubry, INSEE) lors de stages à la direction régionale de l’INSEE Alsace, de 2004 à 2008. B. Aubry, J. Postic et la direction régionale de l’INSEE Alsace doivent être remerciés pour la mise à disposition de ces données.

2 Cauchi-Duval, Bergouignan, 2011.

3 Pour une bonne part, le fermage de 1968 était un métayage transformé par la loi de 1946, mais dont toutes les pratiques n’avaient pas disparu.

4 La combinaison de ce léger retard et de cette plus forte amplitude se traduit par un moindre accès aux professions d’encadrement au sein des diplômés des générations nées dans les années 1960, mais surtout 1970, qui du fait de l’augmentation du poids des diplômés du supérieur en leur sein, comptent néanmoins, globalement, une proportion de cadres légèrement supérieure aux générations antérieures [Caillot 2005 ; Chauvel 2010].

5 L’installation d’antennes d’enseignement supérieur dans les villes moyennes, servant de relais, ayant plutôt facilité que freiné cette mobilité résidentielle des très jeunes adultes [Kersuzan, Caillot, Bergouignan, 2009].

6 Si le retard du calendrier de constitution de la famille est effectivement plus important chez les diplômés du supérieur que chez les personnes ayant achevé leurs études avant 18 ans, l’écart entre ces deux groupes s’étant d’ailleurs accru entre les générations nées dans les années 1940 et celles nées dans les années 1960, il n’en demeure pas moins, qu’à niveau d’études égal, les femmes ayant fait de longues études, nées dans les années 1940 entraient beaucoup plus tôt dans la vie familiale que celles nées dans les années 1960.

7 Qui ne correspondent qu’en partie à l’allongement de la durée des études et à la localisation des établissements universitaires.

8 À l’instar des jeunes Franciliens une bonne partie des étudiants dont les parents vivent dans ces périphéries urbaines continuent à vivre au domicile parental, pour limiter les dépenses associées aux études supérieures, d’où une forte cohabitation intergénérationnelle des 20-24 ans et, en raison d’une moindre densité des réseaux de transport public provinciaux, une proportion élevée de ménages possédant au moins 2 voitures.

9 Peu d’évolutions de la proportion de bacheliers pour les personnes nées de 1944 à 1965, notamment pour les garçons, et plus aucune augmentation de la proportion de bacheliers pour les personnes nées après 1978.

10 L’espace rural isolé très agricole défini en 1968, est, par exemple, idéal-typique de la famille souche : double cohabitation intergénérationnelle, constitution retardée de la famille.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Cauchi-Duval et Christophe Bergouignan, « Les spécificités démo-géographiques des territoires en France métropolitaine », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 425-439.

Référence électronique

Nicolas Cauchi-Duval et Christophe Bergouignan, « Les spécificités démo-géographiques des territoires en France métropolitaine », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4635 ; DOI : 10.4000/eps.4635

Haut de page

Auteurs

Nicolas Cauchi-Duval

Université de Strasbourg
nicolascd@yahoo.fr

Articles du même auteur

Christophe Bergouignan

Université Montesquieu-Bordeaux IV
Institut d’Études Démographiques (IEDUB)
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex
christophe.bergouignan@u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org