Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial

Vincent Houillon et Guy Desplanques
p. 409-411

Texte intégral

1Ce numéro 2011.3 de la revue Espace Populations Sociétés est consacré aux dynamiques démographiques internes de la France. Il est construit à partir de contributions spontanées.

2La plupart des textes de ce numéro utilisent abondamment les résultats des recensements de population, incluant celui de 2006, combinaison des enquêtes de recensement de 2004 à 2008. Cela permet aux auteurs de brosser un tableau de l’évolution sur près de quatre décennies, échappant ainsi aux difficultés liées à la qualité de tel ou tel recensement.

3Un équilibre est établi entre les articles généraux couvrant l’ensemble du territoire national et ceux traitant d’aspects plus régionaux. Dans le premier ensemble, plusieurs approches thématiques et méthodologiques donnent un tableau aux multiples facettes des dynamiques démographiques. Dans l’un d’entre eux, la construction d’une typologie présente une vue d’ensemble où s’articulent le mouvement naturel et les échanges migratoires. Dans un autre, les évolutions sont analysées à travers le prisme des structures familiales. Un article, de nature plus méthodologique, s’interroge sur la pertinence des évolutions de population mesurées à l’aide des recensements successifs : 1990, 1999 ainsi que les enquêtes annuelles de recensement menées à partir de 2004. Ailleurs, ce sont les migrations avec l’étranger qui sont au cœur de l’analyse. Les disparités géographiques de fécondité forment le thème central d’un article. Enfin, une autre contribution porte sur les projections démographiques françaises. Il devait servir de socle à une présentation de projections régionales, mais celle-ci n’a malheureusement pas pu être intégrée dans ce numéro.

4Un deuxième ensemble d’articles analyse des fractions du territoire. Celles-ci peuvent concerner les territoires ruraux ou périurbains mais aussi une strate de l’armature urbaine comme les villes moyennes. Dans le cas des villes nouvelles d’Île-de-France, des zones de moyenne montagne, du bassin de la Loire en aval d’Orléans, du littoral atlantique ou des départements d’outremer, les articles abordent des espaces particuliers où des logiques diverses contribuent à expliquer les évolutions démographiques et, en particulier, les échanges migratoires.

5Revenons plus en détail sur chacun des articles et sur les conclusions qui s’en dégagent. Au cours des quarante dernières années, la population de la France s’est accrue de près d’un quart : près de 50 millions d’habitants dans l’hexagone en 1968, 62,1 millions en 2008 auxquels il faut ajouter près de deux millions de personnes vivant dans les départements d’outremer. Cette croissance a davantage profité aux régions de la moitié sud de l’hexagone, ainsi qu’aux régions littorales de l’Ouest et à l’Alsace. Au contraire, la population stagnait ou n’augmentait que très peu dans les régions du Nord-Est : Nord-Pas-de-Calais, Lorraine, Champagne-Ardenne et Bourgogne. Du fait de la périurbanisation, les communes rurales, dans leur ensemble, ont enregistré une croissance analogue à celle des communes urbaines.

6Pour analyser la dynamique des territoires, Nicolas Cauchi-Duval et Christophe Bergouignan ont fait le choix de construire une typologie de « pseudo-cantons », à partir de variables très diverses : type de commune, structure par âge et composition sociale de la population, etc. Ils montrent que tout le territoire est aujourd’hui pénétré par les logiques de l’urbanisation, y compris les cantons ruraux.

7Laurent Chalard adopte une approche méthodologique. S’appuyant sur une méthode consistant à évaluer le parc de résidences principales, il montre que le recensement de 1999 a sous-estimé leur nombre et donc leur population. L’accroissement de population de la période 1999-2007 s’avère donc surestimé tandis que celui de la période 1990-1999 est sous-estimé. La méthode utilisée permet de corriger les chiffres de 1999 à un niveau géographique assez fin. Dans un encadré, François Clanché enrichit le débat sur les chiffres de la croissance démographique des deux dernières décennies. Il nuance les positions de l’auteur de l’article précédent en s’appuyant sur différentes publications récentes de l’Insee.

8En France, les disparités de fécondité sont anciennes et le schéma du croissant fertile, qui prévalait au moment du baby-boom, n’a pas été bouleversé au cours des décennies suivantes. Guy Desplanques note que le seul changement notable concerne l’Île-de-France, où la fécondité est aujourd’hui au-dessus de la moyenne nationale. Les causes des disparités restent difficiles à élucider : les disparités sociales ou l’importance de la population immigrée n’expliquent qu’une faible partie des écarts dont la permanence est remarquable.

9Depuis des décennies, des personnes nées dans les DOM choisissent de venir en métropole, pour des études ou pour trouver un travail. L’intensité de ces mouvements a fluctué au gré de la situation économique et des politiques mises en œuvre qui encourageaient plus ou moins les départs. Claude-Valentin Marie et Franck Temporal analysent l’évolution récente de ces flux et leur impact sur la population des DOM. Aujourd’hui, seule la Guyane bénéficie d’un solde migratoire positif. Les départs massifs de jeunes ont un effet sur la structure par sexe et par âge de la population des DOM : assez peu de personnes d’âge actif et moins d’hommes.

10Dans leur article, Bernard Aubry et Michèle Tribalat s’intéressent aux minorités d’origine étrangère, mesurées à travers le nombre d’enfants dont les parents sont immigrés. Au fil des décennies, leur part dans la population s’est accrue. La concentration en Île-de-France et dans les zones les plus urbanisées s’est accentuée par une sorte de chassé-croisé : les immigrants s’installent dans ces zones, tandis que les populations natives tendent à les quitter pour des villes moyennes ou des communes rurales.

11Parmi les étrangers vivant en France, les Britanniques et les Néerlandais forment deux groupes particuliers. Françoise Cognard analyse cette présence dans les moyennes montagnes françaises où ils sont nombreux. Contrairement à la plupart des autres étrangers qui s’installent en zone urbaine, ils jettent en effet leur dévolu sur des zones rurales où ils rachètent des maisons anciennes. Depuis 2000, les nouveaux immigrants venant de ces pays sont plus souvent des actifs, appartenant à des catégories sociales moins favorisées qu’auparavant.

12Deux articles portent sur les espaces ruraux. Marc Dedeire, Lala Razafimahefa, Pascal Chevalier et Maud Hirczak distinguent les communes rurales en fonction de l’évolution de la population depuis 1962, depuis les communes en perte constante jusqu’aux communes en croissance constante. Ils peuvent ainsi distinguer repeuplement, fondé sur un solde migratoire positif, c’est-à-dire un apport exogène, et revitalisation, fondée sur une croissance endogène. Ils mettent aussi en évidence le calendrier de ces phases. Si peu de communes rurales ont perdu de la population au cours de la dernière décennie, toutes ne peuvent être considérées en repeuplement et moins encore en revitalisation. Celle-ci concerne plutôt des communes du Sud ou de l’Ouest de la France.

13Pierre Pistre s’intéresse aux mêmes espaces, avec une approche différente. Il analyse les migrations résidentielles dont les espaces ruraux sont les points de départ ou d’arrivée. À cette fin, il utilise une typologie de bassins de vie ruraux, fondée sur des variables socio-démographiques. Il montre que même le « rural peu dense, agricole, vieilli » bénéficie de gains de population dans la dernière période, grâce à un solde migratoire largement positif. Il montre aussi que la périurbanisation gagne des pôles de taille moyenne.

14Jean-François Léger s’intéresse aux villes moyennes, entre 50 000 et 100 000 habitants (en termes d’agglomération). Dans les années soixante, leur composition, tant par âge que par milieu social, était proche de celle de villes plus grandes. Aujourd’hui, elles sont clairement en retrait, avec un vieillissement plus rapide et une proportion de cadres ou de professions intermédiaires plus faible.

15 Plus que l’évolution du nombre des habitants, Benjamin Motte-Baumvol et Leslie Belton-Chevallier analysent la montée des personnes célibataires et des familles monoparentales en Grande couronne francilienne. Dans cet espace, où les familles avec enfants étaient largement dominantes, les ménages de ces deux types se sont multipliés, en grande partie à cause de séparations plus nombreuses.

16Restant dans la périphérie urbaine, Christophe Imbert, Anthony Brune et Caroline Rozenholc jettent leur regard sur les villes nouvelles d’Île-de-France et leurs structures. La population tend à vieillir sur place : les ménages qui se sont installés dans une ville nouvelle y restent, même s’ils changent parfois de logement. Cette évolution obligera à construire de nouveaux logements et à adapter les équipements.

17Dominique Andrieu et Laurent Nowik adoptent une approche plus géographique portant leur regard sur la Loire en aval d’Orléans. Les rives du fleuve ont connu une forte croissance à la fin du 19ème siècle. Plus tard, du fait de la périurbanisation, des communes plus éloignées ont accru leur population. Mais ce n’est pas tant le fleuve lui-même que la création des liaisons ferroviaires qui est à la source de cette évolution. Aujourd’hui, la Loire reste un axe important entre Paris et Nantes mais les relations entre les différentes villes qui jalonnent son cours ne paraissent pas renforcées par la présence du fleuve. Aujourd’hui la géographie administrative structure davantage l’espace que la géographie physique. 

18À l’aide d’une typologie des aires urbaines, Didier Vye montre que celles du littoral atlantique, souvent en croissance, offrent bien des points communs : elles appartiennent toutes à trois des neuf types identifiés. Une comparaison des aires de La Rochelle et de Lorient, qui appartiennent à deux types différents, complète cette analyse globale. La Rochelle a des airs de petite métropole, avec de la périurbanisation et une immigration en provenance de la région parisienne. Au contraire, Lorient exerce son attraction sur des zones peu éloignées.

19Après une analyse des évolutions passées, il n’est pas surprenant de terminer ce numéro par un regard vers l’avenir. Nathalie Blanpain et Olivier Chardon présentent les résultats des projections démographiques effectuées par l’Insee en 2010. Elles confortent les conclusions des exercices précédents, à savoir un vieillissement inévitable de la population, qui touchera la France au même titre que tous les pays d’Europe et même du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Houillon et Guy Desplanques, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2011/3 | 2011, 409-411.

Référence électronique

Vincent Houillon et Guy Desplanques, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/3 | 2011, mis en ligne le 29 mai 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://eps.revues.org/4622

Haut de page

Auteurs

Vincent Houillon

Université Lille Nord de France, T.V.E.S. E.A. 4477
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59650 Villeneuve-d’Ascq
Vincent.Houillon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Guy Desplanques

Ancien chef du département de démographie, Insee, Paris
guy.desplanques@club-internet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org