Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Monique Bertrand : De Bamako à Accra, Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest ; Amandine Spire : L’étranger et la ville en Afrique de l’Ouest, Lomé au regard d’Accra

Paris, Karthala, 2011
Armelle Choplin
Référence(s) :

Monique Bertrand : De Bamako à Accra,Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2011, 384 p.

Amandine Spire : L’étranger et la ville en Afrique de l’Ouest, Lomé au regard d’Accra, 2Paris, Karthala, 2011, 378 p.

Texte intégral

1Hasard des publications ou choix de l’éditeur, deux ouvrages ayant en commun un lieu d’étude (Accra) et des thématiques proches (questions urbaines et mobilités en Afrique de l’Ouest) sont sortis simultanément chez Karthala durant l’hiver 2011. Le premier, signé de Monique Bertrand (directrice de recherche à l’IRD), nous conduit De Bamako à Accra et invite à réfléchir sur les mobilités urbaines et ancrages locaux. Le second ouvrage d’Amandine Spire (maître de conférences à l’université Paris-VII) s’intitule L’étranger et la ville en Afrique de l’Ouest. Il porte sur la place du migrant à Lomé (Togo), ville mise en regard avec celle d’Accra (Ghana).

2Les ouvrages sont à première vue bien différents, ne serait-ce que sur la forme : le premier est tiré d’une riche habilitation à diriger des recherches et fait état des nombreux travaux que Monique Bertrand a conduits ces vingt dernières années en Afrique ; le second est issu d’une recherche de doctorat en géographie soutenu à Paris-Ouest Nanterre en 2009, sous la direction de Philippe Gervais-Lambony (qui signe là une belle postface). En dépit de ces différences, de nombreux points communs peuvent être mis en exergue. Ces travaux sont d’abord ceux de deux chercheuses engagées qui, partant d’une ville d’Afrique francophone, osent et prônent l’ouverture sur l’Afrique anglophone. Pour qui en doutait encore, la comparaison enrichit fortement les propos et permet de rappeler combien l’Afrique est un continent pluriel. Bamako, Accra, Lomé se dévoilent progressivement, au gré de leurs dissemblances, alors même qu’elles ne sont guère éloignées spatialement. Monique Bertrand insiste sur la différence entre Afrique francophone et anglophone, les héritages coloniaux (opposition direct rule et indirect rule) jouant sur les structures foncières. Dans les deux cas, les auteures mobilisent les analyses classiques des études urbaines, telles celles de l’École de Chicago, pour mieux les compléter. Amandine Spire renvoie avec justesse aux travaux de l’École de Manchester, tandis que Monique Bertrand couple de façon heuristique données qualitatives (biographie résidentielle, analyses de parcelles) et quantitatives (enquêtes auprès des habitants, échantillonnage en grappe, bases de données statistiques). Les deux ouvrages ont en commun de fines analyses, liées à une grande connaissance des lieux, résultat de longs séjours in situ. Une attention toute particulière est également portée aux temporalités urbaines : les auteures prennent en compte la jeunesse puis la maturation progressive de ces villes qui accompagne l’arrivée, l’installation et l’ancrage des habitants. Enfin, le lecteur se réjouit de retrouver cette même approche par la « micro-géographie » [Spire, p. 295] / « micro geografia » [Bertrand, p. 84], tout à fait pertinente, pour mettre en lumière les dynamiques et difficultés du « vivre ensemble ». Un réel jeu d’échelles permet d’évoluer de la cour à l’agglomération, en passant par l’îlot et le quartier, et ainsi de décrypter les territorialités des individus, familles et communautés.

3Parce qu’il est d’une immense richesse et d’une densité impressionnante, le texte de Monique Bertrand offre plusieurs niveaux de lecture. Il s’agit tout d’abord d’une réflexion menée sur la ville en général et deux métropoles africaines en particulier. Le foncier urbain est au cœur du propos (chap. 3), de même que les questions de mobilités intra-urbaines et résidentielles (chap. 4) ou encore celles de gouvernance urbaine (chap. 5). Monique Bertrand étudie l’impact des discours internationaux, des politiques de gestion urbaine et de l’urbanisme de projet. Ses analyses rendent compte de la difficulté à mettre en place la décentralisation ou encore de l’exclusion et de la mise en concurrence des plus pauvres. Par ailleurs, l’auteure affirme un réel positionnement méthodologique : faire du quantitatif en Afrique est possible (chap. 2). Grâce à des suivis de quartiers sur plusieurs années, les trajectoires résidentielles et familiales sont étudiées « au microscope », dans la lignée des travaux conduits par A. Osmont, E. Le Bris, A. Marie, A. Sinou… et qui ont fait l’objet d’un double numéro des Cahiers d’études africaines [« Villes africaines au microscope », 1981, vol. 21, n° 81-83]. L’analyse multiscalaire (ménage-logement / parcelle / îlot) met en évidence les différents statuts fonciers propres à chacune des deux villes. La troisième et dernière partie de l’ouvrage se place à hauteur des habitants et interroge la tension entre mobilité et ancrage (chap. 6 et 7). L’auteure démontre que les deux dynamiques ne s’opposent pas nécessairement. Au Mali, c’est la question de l’âge qui joue sur la stabilisation résidentielle (aînés vs. cadets) tandis qu’au Ghana, ce sont davantage les classes sociales qui influencent les choix résidentiels. La stabilisation de certains, les « notables » ou « anciens », permet l’ancrage et par conséquent donne la possibilité de se mobiliser politiquement via des associations de migrants. À l’inverse, les habitants « captifs » ou « ballottés » entre différents logements (principalement des jeunes, locataires, pauvres ou en situation irrégulière) peinent à faire entendre leurs voix. On regrettera d’ailleurs de ne pas entendre dans le texte cette voix des habitants contraints à une « mobilité en sauts de puce » (p. 248) et soumis aux « turbulences résidentielles ». Enfin, au-delà de l’approche proprement urbaine, le lecteur se réjouira de lire ici une réflexion stimulante sur les études africanistes en France : M. Bertrand invite à revisiter la façon dont on perçoit la ville, les pratiques citadines, la « modernité ». Pareillement, elle interpelle sa discipline, la géographie et en particulier la géographie sociale, courant auquel elle a largement contribué lorsqu’elle était maître de conférences à Caen (chap. 8). En cela, son approche de l’espace social, des ancrages et territorialités ouvre des pistes de réflexion qui dépassent largement le seul cadre des « Africanistes ».

4Cette même richesse d’analyse se retrouve dans le travail d’Amandine Spire qui propose de revisiter la figure multiple et complexe de l’étranger dans la ville ouest-africaine. Si ce sujet a déjà fait l’objet de nombreuses recherches, l’approche géographique ici retenue permet d’interroger de façon innovante les relations entre étrangers et support spatial. Les logiques de territorialités, d’appropriation et de contrôle de l’espace urbain sont au cœur de son propos. Au fil des pages ponctuées par des récits de vie très imagés et nourries par de nombreuses lectures aussi bien géographiques que sociologiques ou anthropologiques, francophones ou anglophones, A. Spire reprend et discute certaines notions fondamentales des sciences humaines : étranger, migrant, visibilité, citadinité, transnational, frontière, autochtonie, diaspora, métissages (chap. 1 et 4). On retiendra de très bonnes pages sur l’arrivée en ville et les différents réseaux d’accueil (chap. 3). La focale est ici placée sur les « portes d’entrées » : gares routières et réseaux de transports qui accompagnent ces circulations, marchés, maisons « communautaires » (une comparaison intéressante est faite entre la Maison de Côte d’Ivoire et celle de Guinée). Dans le chapitre 5, les liens entre là-bas et ici sont bien mis en évidence à travers certains lieux qui permettent de créer et maintenir du lien (gares, marchés, « nouvelles églises »), de même que certaines activités spécifiques (transferts d’argent, commerces) ou réseaux (associations d’étrangers). Les chapitres 6, 7 et 8 qui closent l’ouvrage nous transportent au cœur des deux villes. À travers une approche multiscalaire, l’auteure interroge l’(in)visibilité des migrants dans la ville et la transformation de morceaux urbains par leur présence. Dans la lignée des travaux de Michel Agier menés dans les années 1980, elle opère un zoom sur ces quartiers emblématiques d’Accra et de Lomé que sont les zongo. Dans les zongo, l’altérité s’exprime clairement : ces quartiers sont marqués par l’empreinte de l’islam (mosquées, prières quotidiennes, rassemblement du vendredi). À l’inverse, les étrangers ont tendance à être invisibles, voire à s’invisibiliser, lorsqu’ils sortent du quartier pour se confronter à la ville. Seuls quelques micro-territoires de l’altérité peuvent alors être repérés (les « cours » où se côtoient nationaux et « allochtones », les « cafétérias » ou certains « maquis » de Lomé, ou encore les « kiosques », lieux de rencontre des francophones à Accra). Bien que le texte pêche parfois par le manque de contextualisation sur Accra (ville pour laquelle l’analyse est beaucoup moins développée que Lomé) et une économie générale du texte qui aurait pu être envisagée autrement (des chapitres auraient pu être regroupés et/ou inversés afin d’éviter quelques répétitions), cet ouvrage rend compte de l’ambivalence de la figure de l’étranger. Visible/invisible, accueilli et relégué, accepté en même temps qu’exclu, il demeure toujours étranger, et ce, en dépit du temps qui passe.

5Au final, loin d’être redondants, ces deux ouvrages se complètent à moult égards et apportent, chacun à leur manière et de façon innovante, de précieux éclairages sur cette ville africaine en train de se faire au jour le jour. Aussi serons-nous moins pessimiste que Monique Bertrand sur l’avenir de la recherche française sur l’Afrique et en géographie. Le travail d’Amandine Spire s’inscrit dans le sillage de nombreux travaux récents ou en cours qui proposent un renouveau des approches et paradigmes. Rappelons qu’une jeune génération de chercheurs sort avec aisance du « pré carré » français, comme bien d’autres l’avaient d’ailleurs fait auparavant, et nous invite à des découvertes tout aussi géographiques que surprenantes à Maputo, Arusha, Addis-Abeba, Asmara, Lalibela, Khartoum, Le Cap…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Choplin, « Monique Bertrand : De Bamako à Accra, Mobilités urbaines et ancrages locaux en Afrique de l’Ouest ; Amandine Spire : L’étranger et la ville en Afrique de l’Ouest, Lomé au regard d’Accra », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://eps.revues.org/4563

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org