Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Martine Bergues : Jardins et territoires. Ethnologie du fleurissement

Versailles / Paris, Éditions Quæ (collection Indisciplines) / Ministère de la Culture et de la Communication / Maison des Sciences de l’Homme (collection Ethnologie de la France), mars 2011
Jean-Pierre Renard
p. 397-400
Référence(s) :

Martine Bergues : Jardins et territoires. Ethnologie du fleurissement
Versailles / Paris, Éditions Quæ (collection Indisciplines) / Ministère de la Culture et de la Communication / Maison des Sciences de l’Homme (collection Ethnologie de la France), mars 2011, ISBN : 978-2-7592-0632-2

Texte intégral

1Plus que jamais les jardins et parcs, privés ou publics, sont la destination de visites touristiques au même titre que les quartiers anciens de villes, les cathédrales ou châteaux. Ils font désormais partie de circuits programmés et la plupart des régions touristiques, de France et d’ailleurs, possèdent leurs lieux renommés, incontournables. Qui n’est jamais allé se promener dans les jardins thématiques annuels de Chaumont qui attirent chaque année d’innombrables visiteurs, dans les jardins d’Eyrignac si renommés pour l’art topiaire ou encore ceux de Villandry avec la juxtaposition de « quartiers » différents dont les plantes médicinales anciennes (les simples), comme à l’arrière de l’ancien monastère St Paul de Mausole – refuge de Vincent Van Gogh – à Saint-Rémy-de-Provence ?

2Mais désormais, ce sont de plus en plus souvent les jardins privés, de plus petite taille, pas toujours associés à un haut lieu de l’histoire de France, qui se visitent pour leurs spécificités florales ou buissonnantes, leur agencement, leur façon « d’organiser le territoire ». Le jardin est reconnu comme une pièce de notre patrimoine, mais aussi par son organisation, comme l’expression de notre rapport à la Nature, notre représentation contextualisée de la Nature, expression aussi de notre rapport aux autres, aux voisins, aux vacanciers…Plaisir des yeux et des sens, les jardins nous renvoient aussi vers d’autres plaisirs et questionnements intellectuels beaucoup plus profonds et philosophiques, témoins de l’évolution de notre société.

3Jardins de villes, clos, secrets, délimités par des murs, invisibles depuis la rue, jardins « ouvriers » potagers et partiellement fleuris des communes périurbaines et encore plus rurales, jardins d’anciens agriculteurs retraités alternant la production légumière et les « ceintures » fleuries, jardins de lotissement avec leurs haies et fleurs en front de rue, jardins d’art par la recherche de l’harmonie des formes, des couleurs et des senteurs…, tous traduisent une culture, une signification, un imaginaire ou, comme l’écrit Martine Bergues, « pour mieux signifier aux passants ou aux voisins une manière, individuelle ou collective, de voir et d’organiser le monde » (2011). Le jardin de la maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles, au-dessus de Metz, dégage un sentiment de calme et de sérénité qui est à l’image de l’œuvre de paix européenne de son résident.

4Les ouvrages qui traitent des jardins et des parcs abondent désormais et sont aussi l’objet de thèses en sciences sociales et humaines. Certains se sont même spécialisés dans l’étude des jardins de monastères et d’abbayes. Mais il nous fallait aussi le regard de Martine Bergues, ethnologue au Conseil général du Lot et chercheur au centre E. Morin (CNRS) pour étoffer, sur la base d’une thèse soutenue en 2003 à l’EHESS, notre analyse scientifique des jardins et leurs significations sociales, identitaires, culturelles.

5« Prenant pour cadre les villages du Lot, l’auteur a étudié la mise en scène des fleurs plantées dans les jardins privés et les espaces publics. Elle en soulève les enjeux sociaux, mais aussi économiques, symboliques, affectifs, imaginaires… » Dans tous les cas, le fleurissement des jardins « reflète des façons de s’inscrire dans un territoire et de dialoguer avec l’autre ». Dans un ouvrage de 400 pages publié en 2011, l’auteur consacre les trois premières parties de sa réflexion à nous présenter trois grandes catégories de jardins : jardins paysans, jardins fleuris et jardins « au naturel » ; elle adopte systématiquement la même méthode de travail pour chaque type étudié : de la présentation de quelques études de cas, plans à l’appui, elle en dégage des informations et représentations plus générales. L’ouvrage aurait pu se terminer ainsi, mais Martine Bergues nous engage ensuite dans une recherche historique du fleurissement des jardins, du 18ème siècle à nos jours ; une question résume l’ambition de la réflexion : « Comment, depuis la Renaissance, la « culture des fleurs » et son renouveau, s’inscrivent-ils dans un contexte philosophique, social et technique ? » À travers ce questionnement, l’auteur pose aussi une question sociétale et culturelle fondamentale : comment a évolué notre rapport à la Nature depuis trois siècles ?

6Les deux derniers chapitres abordent la question des concours de « villages et de villes fleuris », depuis les années 1950 et leur évolution à compter des années 1990. D’abord fondés sur le principe du fleurissement, les critères d’évaluation évoluent et élargissent leurs perspectives. « Même si la catégorie du fleuri résiste, le parti pris pour le naturel indique que les critères de la mise en paysage, doivent à l’époque dans laquelle ils s’inscrivent : multiplication des entreprises de patrimonialisation qui redonnent sens aux territoires, intervention de l’écologie dans la gestion des espaces sensibles et des milieux urbains…

7À Metz, à proximité de la gare centrale et du nouveau musée « Centre Pompidou 2 », le parc public de la Seille témoigne de nouveaux agencements et de nouvelles représentations de la Nature et de sa mise en scène, en milieu urbain. Les fleurs ne sont plus hégémoniques, les plantes de marais, la vigne, les prairies et bien d’autres variétés témoignent de la biodiversité en ville. De même, les aménageurs ont voulu traduire ici une certaine diversité topographique, autre manifestation de la Nature en Ville : plaine, colline, vallée humide… De même, en bordure de l’Eure (le parc des bords de l’Eure), au pied de la vieille ville perchée de Chartres, les aménageurs ont laissé des espaces apparemment en friches, des prairies inondables, pour réinsérer la biodiversité en ville. Aurait-on pu concevoir de telles parcelles en ville, dans les années 1980 ? Rien n’est moins certain car nos représentations de la nature et du jardin « nature » ont fortement évolué depuis une vingtaine d’années.

8Les hommes s’emploieraient-ils à redéfinir leur place dans la nature, élaborant le jardin planétaire que Gilles Clément appelle de ses vœux ? Ou bien, entre-t-on dans une nouvelle phase de consommation hédoniste, qui prend la nature pour prétexte ? ».

9Un livre passionnant pour tous les « jardiniers », les scientifiques, les géographes et philosophes, tous ceux en fait qui s’intéressent à l’expression de nos rapports à la Nature, au Territoire, à Autrui, ainsi qu’à leur évolution historique. « Martine Bergues offre ici une analyse aussi éclairante qu’alerte de notre société au miroir de son décor végétal ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Renard, « Martine Bergues : Jardins et territoires. Ethnologie du fleurissement », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 397-400.

Référence électronique

Jean-Pierre Renard, « Martine Bergues : Jardins et territoires. Ethnologie du fleurissement », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://eps.revues.org/4561

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Renard

Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org