Navigation – Plan du site
Articles

La construction métropolitaine en Haute Silésie

The Metropolitan Construction in Upper Silesia
Frédéric Durand
p. 377-393

Résumés

Cet article décrit le processus de métropolisation à l’œuvre au sein de la région urbaine de Haute Silésie (Pologne). Centrée autour de Katowice, la capitale régionale, cette vaste conurbation de deux millions d’habitants, héritière de la période industrielle, tente de se réorganiser institutionnellement et économiquement, afin de s’adapter aux nouvelles lois de la globalisation. L’objet de cette communication est d’exposer les difficultés que rencontrent les acteurs institutionnels pour structurer le territoire métropolitain. En effet, l’émergence d'une métropole polycentrique dans cette région est rendue délicate du fait des nombreux héritages qui la composent (restructuration des sites industriels, histoire régionale complexe) et qui en imprègnent encore aujourd’hui l’espace et la société.

Haut de page

Texte intégral

1Le processus de métropolisation, défini comme la forme contemporaine de l’urbanisation [Ascher, 2003], touche l’ensemble des grandes villes mondiales. De nombreuses études ont déjà été réalisées sur le phénomène métropolitain dans les capitales européennes [Le Galès, 2002 ; Rozenblat & Cicille, 2003 ; Bourdeau-Lepage, 2003 ; Jouve & Lefèvre, 2004 ; Krätke, 2007], principalement dans les aires métropolitaines d’Europe occidentale. Mais l’Europe change, rapidement. Depuis la chute du système communiste et l’adhésion à l’Union Européenne de la plupart des anciens pays du « bloc soviétique », les grandes agglomérations d’Europe centrale connaissent elles aussi de profondes transformations. L’entrée dans l’économie de marché a constitué une étape importante de l’après communisme, et marque le retour des villes centre-européennes dans les jeux économiques et politiques mondiaux. En Pologne, le processus de métropolisation est dorénavant perceptible, notamment au regard du développement des fonctions métropolitaines [Coudroy de Lille & Wolaniuk, 2005 ; Coudroy de Lille, 2007 ; Budner, 2008].

2Cette communication souhaite présenter le cas du processus de métropolisation à l’œuvre dans la région urbaine de la Haute Silésie (Pologne). Autour de Katowice, capitale régionale, une quinzaine de villes s’agglomèrent et forment une conurbation de plus de deux millions d’habitants. Par métropolisation, nous entendons parler ici des effets spatiaux de l’urbanisation croissante du territoire silésien, mais également de l’accentuation du rôle joué par les villes composant cette entité spatiale. Nous distinguerons, d’une part, le processus à l’œuvre sur l’espace (recomposition des territoires économiques, résidentiels, étalement urbain, tertiarisation des activités) qui tend à transformer la conurbation en une métropole et, d’autre part, la démarche politique visant à établir une structure métropolitaine – supra-communale – dont l’objectif est de coordonner l’organisation spatiale à l’échelle de ce territoire. Dans le cas silésien, la dynamique de mutation des espaces induit une réaction politique de la part des élus locaux.

3La conurbation de Haute Silésie constitue le plus vaste ensemble industriel et urbain d’Europe centrale. Cette apparente unité est cependant toute relative. En effet, depuis plus de mille ans, cette région, « coincée » dans l’étau centre-européen [Rey, 1998], subissant les pressions de ses voisins germanophones à l’ouest et russes à l’est, a été découpée, fragmentée, reconfigurée maintes fois ; les populations locales voyant les frontières naître et disparaître au fil des revendications et des conquêtes territoriales. Cette histoire « mouvementée » a produit de nombreux héritages, qui perdurent encore aujourd’hui et génèrent des différences entre les territoires et les populations locales [Rykiel, 2002].

4À travers les questions de la permanence des héritages et des modalités du changement urbain, quelle est la dynamique actuelle du développement urbain, notamment autour de la conurbation de Katowice ? Cette nouvelle étape de mutation apparaît-elle comme une continuité ou une innovation par rapport au passé ? Se révèle-t-elle être une rupture dans l'évolution de ce vaste territoire ? Dans ce contexte spécifique, comment l'action collective s'organise-t-elle et participe-t-elle à cet élan de modernisation ? La démonstration s'articulera en trois parties. Dans un premier temps, il s'agira de présenter l'histoire de la formation de la conurbation et de décrire les différentes étapes qui ont conduit à la structuration du bassin industriel et urbain silésien. Dans un deuxième temps, nous analyserons les transformations actuelles de cet espace. Ceci nous amènera à décrire le contexte de la transition postcommuniste (les changements politiques et économiques) qui a conduit à un phénomène de métropolisation de l'espace silésien. Enfin dans une dernière partie, nous nous interrogerons sur la construction politique de la métropole et plus particulièrement sur la nouvelle organisation des acteurs et les nouveaux outils à leur disposition pour tenter de constituer un territoire avec une gestion plus cohérente de l’espace.

1. Naissance d'une conurbation industrielle en Haute Silésie, une genèse décousue

5La région silésienne a connu à partir du 19ème siècle une mutation totale de son espace, principalement en termes de paysages, de dynamisme industriel, de transformation des lieux de vie et des structures sociales. Ces métamorphoses tirent leurs origines de la Révolution Industrielle, qui a transformé fondamentalement et organiquement la région. L'industrialisation et l'urbanisation effrénées de la Haute Silésie tout au long des 19ème et 20ème siècle, la fragmentation de l'espace silésien jusqu'en 1945 et la formation d'identités régionales ont produit un territoire urbain particulier. En quoi ces héritages du passé constituent-ils des obstacles au développement spatial actuel de la conurbation de Haute Silésie ?

1.1. L'origine de l'urbanisation en Haute Silésie, l’éclosion de villes en milieu frontalier

6Le développement urbain en Haute Silésie s’est produit peu après les partages successifs du Royaume de Pologne (1772-1793-1795) et le démantèlement du grand Duché de Varsovie (1815) par les trois Empires continentaux européens [Davies, 1981]. À cette époque, l’importance des ressources en charbon et le passage à la dimension industrielle de cette source énergétique ont modifié de manière radicale la structure de cette région. Les puissances étrangères ont orienté le développement territorial selon leurs objectifs économiques et politiques [Gieysztor, 1971]. Malgré la tripartition de l'espace silésien, la présence des frontières impériales au cœur de ce bassin industriel en gestation ne représenta pas un frein au développement urbain. Par contre les modes d'urbanisation n’ont pas été les mêmes de part et d’autre des frontières. Des différences sont apparues dans la façon de concevoir la ville, les logiques d'aménagement de l'espace se différenciant selon les objectifs de chacun [Durand, 2008].

Figure 1. Photographie de paysage industriel en Haute Silésie au 19ème siècle

Figure 1. Photographie de paysage industriel en Haute Silésie au 19ème siècle

Figure 2. Carte de la région silésienne au 19ème siècle

Figure 2. Carte de la région silésienne au 19ème siècle

Source Tazbir Julia, Atlas historyczny szkola srednia 1815-1839.
Auteur : Durand, 2008.

7Du côté prussien, la volonté d’intégrer l’espace silésien à l’armature urbaine prussienne révéla une appropriation totale de la Silésie par la Prusse. Le dessein était de construire, autour des activités industrielles, un territoire non isolé de la métropole berlinoise, en vue d'établir durablement une société allemande [Tkocz, 1995]. Les mines et les industries se trouvaient aux mains des grands industriels capitalistes prussiens, alors que la population ouvrière était composée en grande majorité de Polonais. Pour cette époque, l'aménagement de l'espace était remarquable, planifié, méthodique et rigoureux (installation de conduites d'eau, de centrales électriques et d'un réseau de distribution complexe, mise en place d'un service de ramassage des ouvriers vivant dans les campagnes,...). Les bourgs de Kattowitz et de Königshütte avaient des centres élégants (hautes maisons bourgeoises, magasins, places et bâtiments publics). Un triangle urbain, où se trouvait la majorité des mines, s'était formé entre les villes de Gliwice, de Bytom et de Katowice, dans lequel se localisaient deux autres grandes cités industrielles (Zabrze et Huta Krolewska). Ces trois villes encadraient la production industrielle de la région. Mais tout l’espace silésien était moucheté de territoires urbains, ce qui provoqua une densification des réseaux de communication. Les espaces urbains périphériques se multiplièrent et furent ainsi reliés aux centres urbains locaux.

8Du côté russe, l’appropriation n’a pas été de la même teneur. L'idée directrice n’était pas de construire méthodiquement la ville, mais d'exploiter au maximum les ressources minérales du sol. Les logiques étaient exclusivement économiques. Des infrastructures ont été mises en place afin d'exploiter les richesses du sous-sol, certes des villes se créèrent, mais sans véritable organisation territoriale. Les villages grossissaient, formant de véritables agglomérations, mais sans aucune cohésion. D'ailleurs l'administration russe ne leur reconnaissait pas le statut de ville. Les 100 000 personnes vivant dans ce bassin industriel au début du 20ème siècle restaient, contrairement à la population prussienne et autrichienne de Silésie, sans canalisation d'eau, sans lumière électrique, sans rue pavée. Finalement le résultat urbanistique importait peu, seule l’extraction des matières premières intéressait les autorités russes.

9Du côté autrichien, les villes n'ont pas connu le même développement urbain que leurs homologues russe ou prussien. Elles se sont développées sur le tard, sans un développement industriel à outrance. Elles ont su conserver leur patrimoine et leur culture polonaise tout en s'imprégnant de la culture autrichienne. En outre et contrairement à leurs voisins, les autorités locales ont bénéficié d'une large autonomie dans leur gestion. Elles restaient néanmoins sous une tutelle, non pas pesante mais conciliante, de l'Empire d'Autriche, tout en bénéficiant des aides et des logiques gestionnaires autrichiennes.

10La vue générale de la région à la fin du 19ème siècle laisse apparaître des îlots dispersés de territoires industriels et urbains connectés entre eux par un réseau de communication élémentaire. Ces territoires se localisent majoritairement dans la partie prussienne de la Haute Silésie. Au début du 20ème siècle, ces îlots se reforment pour donner lieu à une coalescence urbaine. À l'aube de la Première Guerre mondiale, de part et d’autre des frontières impériales se dressent donc des espaces urbains similaires dans leur nature mais différents dans leur structure et leur organisation spatiale. La formation de cet espace urbain est fortement imprégnée de l’appropriation territoriale des trois puissances étrangères, qui ont transposé leurs modèles urbanistiques dans cette région.

1.2. Le développement urbain durant l'entre-deux guerres, l'urbanisation à la polonaise

  • 1 La période entre 1918-1921 a été l'une des plus troubles de l'histoire silésienne. La fin de la gue (...)

11Avec la restauration de l'État polonais en 19181, l'extension urbaine s’est poursuivie. Cette période de l’entre-deux guerres a vu la disparition des frontières impériales. Cependant, de nouvelles frontières se sont dressées dans la région silésienne. En premier lieu, de nouvelles frontières nationales furent tracées, séparant la Haute Silésie en deux entités territoriales distinctes : une Silésie allemande et une Silésie polonaise. Le bassin industriel fut donc partagé entre les deux pays. Gliwice, Bytom et Zabrze restèrent affiliées à l'Allemagne, alors que Katowice, Chorzow, Myslowice devinrent polonaises. D'autre part, les anciennes villes prussiennes et autrichiennes de Haute Silésie qui avaient participé aux plébiscites du 20 mars 1921 et qui étaient devenues polonaises en 1922, furent toutes regroupées au sein de la voïvodie de Katowice. Ces délimitations administratives continuèrent à marquer une distinction entre les villes qui avaient été sous domination prussienne et sous domination russe.

Figure 3. Carte de la région silésienne entre 1920 et 1939

Figure 3. Carte de la région silésienne entre 1920 et 1939

Source Tazbir Julia, Atlas historyczny szkola srednia 1815-1839.
Auteur : Durand, 2008.

12La crise économique de l'entre-deux guerres, la concurrence avec le charbon anglais et les problèmes de douanes avec l'Allemagne, ont limité le développement des sites miniers en Haute Silésie. Mais la force industrielle alors développée dans cette région constituait un atout sérieux pour la rénovation de la Pologne. Les changements survenus depuis le 19ème siècle transformèrent radicalement la structure de la population. Au début des années 1930, 22,5 % des habitants silésiens vivaient de l'agriculture et 51 % travaillaient dans l'industrie ou les mines (325 000 ouvriers) [Klarner, 1934]. La région silésienne devint donc un lieu éminemment stratégique et un pôle majeur du pays. Son bassin houiller, en tant que source d'énergie (dite inépuisable à l'époque), offrait à la Pologne les meilleures possibilités de développement économique. Malgré les difficultés de la mise en place d’une démocratie politique, les faiblesses des structures institutionnelles et la situation économique et sociale tendue, les villes de la région prospérèrent. Ces réussites économiques attirèrent de plus en plus de personnes. En une vingtaine d'années, la population urbaine connut une croissance exceptionnelle (figure 4).

1.3. L'apport de la vision communiste, ou l'idée de rassembler les territoires et les hommes

13L’après-guerre vit la réhabilitation de l’État polonais dans une nouvelle configuration spatiale (translation du territoire vers l’ouest). En 1945, les communistes, guidés par Moscou, tenaient les rênes du pays. La Pologne ayant ''choisi'' sa voie, la reconstruction put commencer. Avec la fin de la Deuxième Guerre mondiale, toutes les frontières de la région silésienne furent effacées et les villes du bassin industriel regroupées pour la première fois au sein d'une même et unique région administrative, la voïvodie de Haute Silésie – Slask Wojewodstwo.

  • 2 Les Territoires Recouvrés identifiaient les territoires polonais d’après-guerre, qui avaient été de (...)
  • 3 Osiedle : petits immeubles de quatre étages de vie communautaire.

14Durant cette période, le phénomène urbain prit une nouvelle direction. Les plans qui se sont succédés, se sont évertués à développer prioritairement l'industrie lourde dans la région. Ces choix politiques ont fait de la Haute Silésie la place forte de ce développement industriel. Cela provoqua une augmentation des surfaces industrielles, qui s’étendirent depuis les sites d’exploitation existants. Durant cette période, l’urbanisation s’accentua, les villes formèrent peu à peu un espace urbanisé continu. De ce pôle industriel et urbain a émergé le district industriel de Haute Silésie, GOP (Gornoslaski Okreg Przemyslowy). L’explosion de la production industrielle s’accompagna d’une croissance démographique dont l’origine se trouvait dans le contexte social de l’époque (baby boom) mais aussi dans son contexte politique. La translation territoriale effectuée par la Pologne d’après-guerre obligea les populations des anciens territoires de l'est (principalement de la région de Lviv) à migrer vers les Territoires Recouvrés2, et notamment en Haute Silésie où le développement industriel nécessitait un besoin important de main-d’œuvre. Des espaces résidentiels se créèrent, ce qui provoqua une consommation de l’espace pour le logement. Dans les premières années du communisme, de nouvelles habitations furent dressées dans les villes, principalement des Osiedle sociaux3. Malgré la construction de ces habitations, la pénurie ne fut pas résorbée. À partir des années 1960, les dirigeants communistes décidèrent de bâtir en périphérie des villes de grands immeubles d'habitat collectif, afin de répondre à ce besoin. Ils appliquèrent une politique économe : moins d’investissement et plus de logements. Aujourd’hui, ces grands ensembles de qualité médiocre sont le lieu de résidence de la majorité des citadins polonais.

Figure 4. Tableau de l’évolution démographique des villes de Haute Silésie de 1830 à 2009

Figure 4. Tableau de l’évolution démographique des villes de Haute Silésie de 1830 à 2009

Source : Główny Urząd Statystyczny (Office National des Statistiques), Villes silésiennes.

15Cette conurbation constitue l'aboutissement de la planification territoriale communiste dans la région. En effet, l'État a encadré et façonné cet espace selon une conception gestionnaire centralisée. La refonte de l'administration, les changements de frontières nationales, l'introduction du système communiste ont entraîné, de la part des dirigeants politiques, une volonté d'homogénéiser le pays et d'uniformiser la population. À travers la création de ce pôle industriel puissant, l'optique était d'intégrer l'ensemble des populations silésiennes au projet de l'État central. L'urbanisation et les migrations devaient effacer les différences culturelles existant de part et d'autre de ces anciennes frontières et métisser la population locale. De même, la mine et la métallurgie étaient censées rassembler une grande part des populations locales dans une seule et même classe sociale. L'objectif était de façonner une nouvelle société, dans un cadre territorial nouveau, en passant outre les différences et les dissensions passées.

1.4. L’urbanisation actuelle : un processus qui s’étend spatialement

  • 4 Glowny Urzad Statystyczny (Office National des Statistiques).

16La fin des années 1980 marqua un tournant dans le développement de la Haute Silésie. L’industrie houillère, en perte de vitesse, ne put rivaliser avec la concurrence internationale. L’activité économique des conglomérats silésiens n’était plus rentable. L’emploi d’une main-d’œuvre pléthorique, la perception de subventions publiques massives et l’utilisation de technologies archaïques et désuètes constituaient des entraves trop importantes face à la compétitivité des industries silésiennes [Rusin, 2007]. Les réformes entreprises par le gouvernement dans les années 1990 conduisirent à la fermeture de nombreuses usines et mines de la région. La politique libérale initiée dans le cadre du plan Balcerowicz obligea les sites industriels à s’adapter aux nouvelles contraintes extérieures et à assumer leur restructuration. Ce changement radical de cap économique entraîna de profonds bouleversements, notamment sociaux qui se sont traduits par plusieurs grèves [Bafoil, 2007]. Cette perte de dynamisme économique s’est traduite par une baisse de l’activité minière et sidérurgique, par la fermeture de nombreuses mines et usines conduisant à multiplier les friches industrielles et par un taux de chômage élevé (14 % en 1995, 20 % en 2003)4. Malgré ces bouleversements économiques et sociaux, le phénomène d’urbanisation s’est poursuivi durant cette période postcommuniste [Hamilton, 2005].

  • 5 Source : Rocznik statystyczny wojewodztwa katowicekiego (2004).
  • 6 Source : Eurostat (2010).

17L’urbanisation se développa non plus de manière concentrée et dense autour des centres urbains, mais dans les espaces périphériques des villes. D’un point de vue spatial, le phénomène de périurbanisation intensifia l’extension de la couverture urbaine en Haute Silésie, d’une part, et accentua la continuité urbaine entre les villes qui s’était matérialisée durant le régime communiste d’autre part. D’un point de vue démographique, les principales villes de la région se dépeuplèrent au profit des communes périurbaines. Les raisons de la diminution du nombre d’habitants dans les villes silésiennes sont liées à la désindustrialisation et au sous-emploi [Ciesla, 2007], mais aussi au développement du réseau routier et à l’explosion du parc automobile privé (750 000 voitures en 1991, 850 000 en 1996 et 1 367 800 en 2002)5 qui a conduit à l’essor de l’habitat pavillonnaire (type de résidence récente dans l’histoire urbanistique du pays). Cependant il faut préciser que la région de Haute Silésie connaît un déclin démographique depuis les années 1990 (passant de 4 890 000 habitants en 1995 à 4 645 000 en 20096), qui s’explique en grande partie par la crise industrielle que traverse la région. Les restructurations économiques ont eu de nombreuses conséquences sociales négatives : augmentation du taux de chômage, augmentation de la délinquance, problèmes de logement (souvent plusieurs générations vivent dans le même appartement). De plus, les nouveaux emplois créés aujourd’hui sont des emplois qualifiés qui ne peuvent être pourvus par les anciens ouvriers (sauf si ces derniers ont entrepris des formations professionnelles). Dans ces conditions, de nombreuses familles quittent la région.

18Les cartes de l’expansion urbaine en Haute Silésie nous permettent d’apprécier le développement urbain au cours des cent dernières années et de définir les limites actuelles de cette aire urbaine. Aujourd’hui, la trame urbaine reste profondément marquée par les héritages industriels et cultuels du 19ème siècle et par les politiques socialistes du 20ème siècle. Cependant, depuis une quinzaine d’années, cet espace urbain traverse une nouvelle étape de transformation.

Figure 5. Cartes de l’expansion urbaine dans la région silésienne au 20ème siècle

Figure 5. Cartes de l’expansion urbaine dans la région silésienne au 20ème siècle

Source : ww. Ossa.org.pl
Auteur : Durand, 2008.

2. La transition postcommuniste, une nouvelle orientation dans l’aménagement des espaces urbains en Haute Silésie

19Le changement de régime opéré en Pologne en 1989 a transformé radicalement la manière d'administrer et de gérer le territoire à l'échelle nationale mais également à l'échelle régionale et locale. Le système de la planification centrale a été supprimé par les nouveaux dirigeants politiques et a été remplacé par une nouvelle organisation de l'administration dans un contexte de décentralisation des pouvoirs. Cette restructuration institutionnelle a permis aux collectivités territoriales d’élargir les champs de leurs compétences, ce qui a eu des incidences sur le développement urbain en Haute Silésie.

2.1. Les changements politiques et économiques à la base du renouveau urbain

20À la suite des Accords de la Table Ronde de 1989, l'administration territoriale s'est restructurée, modifiant ainsi l'ossature et les rouages du système institutionnel et le jeu des acteurs politiques en Pologne. Dans un contexte d'adhésion à l'Union Européenne, la Pologne a choisi de se conformer aux exigences communautaires, à savoir un degré de décentralisation considéré comme acceptable par l'Union Européenne [Lepesant, 2002], qui doit se traduire par une autonomie de gestion des collectivités territoriales. Dès 1989, les autorités polonaises optèrent pour une redéfinition du découpage administratif de leur pays. Elle a été pensée afin de donner plus d'importance aux régions ainsi qu'à l'échelon local, en leur transférant davantage de pouvoir. De ce fait, le nouveau découpage administratif devient le cadre spatial de la politique postcommuniste et du processus de décentralisation.

  • 7 Programme PHARE : programme d'aide communautaire aux pays d'Europe centrale et orientale (initialem (...)

21Le mouvement de décentralisation mit fin au mode de fonctionnement centralisateur et donne dorénavant l'initiative à l'échelle locale et régionale en matière d’aménagement du territoire [Maurel & Halamska, 2006]. L'Office du Maréchal de la Voïvodie (organe exécutif de l’administration régionale) joue désormais un rôle d'encadrement des actions locales. Afin d'homogénéiser les plans de développement des différentes communes, une politique de développement régional a été mise en place. L'objectif principal était de créer les conditions pour augmenter la compétitivité des régions et combattre la tendance à la marginalisation de certaines zones, de manière à soutenir le développement à long terme du pays, sa cohésion sociale et territoriale ainsi que son intégration dans l'Union Européenne [Conseil de l’Europe, 2000]. La politique de développement régional, comme la régionalisation, a été étroitement liée à la perspective de l'adhésion de la Pologne à l'Union Européenne. Les voïvodies ont été reconnues comme correspondant au niveau NUTS II par la Commission européenne. Par la suite, la stratégie nationale de développement régional et les contrats régionaux ont été orientés en fonction des perspectives offertes par l'adhésion à l'Union Européenne et les financements du programme PHARE7 et des fonds structurels.

22Le changement de système politique a aussi modifié radicalement la manière dont s’organisaient les activités économiques. La fin du monopole de l’État sur l'économie a conduit à des vagues de privatisations et à la création d'entreprises privées (majoritairement des PME). D'autre part, l'ouverture des frontières nationales a changé les pratiques commerciales et ouvert le marché polonais sur le marché mondial. Cette ouverture a eu l'effet d'un séisme puisqu'elle a bouleversé profondément le secteur économique polonais et silésien. Auparavant le secteur économique était encadré et protégé par l'État, qui définissait les besoins et quantifiait la production, dorénavant les lois du marché régulent l'activité des entreprises. En Haute Silésie, même si la restructuration des industries lourdes s’est déroulée de manière brutale, avec la fermeture des sites les moins productifs, cette réforme a permis d’assainir un minimum l’économie régionale et de repartir sur de nouvelles bases, en promouvant la création d’entreprises, en développant de nouveaux secteurs d’activités. Les autorités étatiques recommandèrent aux municipalités – nouveaux acquéreurs des friches industrielles – de mettre en œuvre des programmes de revitalisation et de restructuration sur ces terrains, dont la plupart étaient fortement pollués.

2.2. Restructurations et mutations des espaces urbains silésiens

23Depuis les réformes institutionnelles de 1991 et de 1999, les équipes municipales multiplient les projets urbains (rénovation des routes, réhabilitation et création de logements, réorganisation des centres-villes). En Haute Silésie, le plus bel exemple est la transformation du centre de Katowice. De nouvelles voies autoroutières ont été tracées, un échangeur routier s’est construit, reliant ces différents axes de communication. En son cœur, se situe une gare de tramway, qui donne sur un accès piétonnier vers le centre-ville de Katowice. À côté de cet échangeur, se dresse un quartier des affaires qui prend de plus en plus d’ampleur. Dans la continuité de cet espace, une zone commerciale fait la jonction avec la ville de Chorzow.

  • 8 La place Jan Kiepura porte le nom de l'artiste polonais, chanteur d'opéra, né à Sosnowiec en 1902, (...)

24Un autre exemple de projet urbain d’envergure est celui de la ville de Sosnowiec, avec la reconstruction du quartier central dans un style très moderne, avec une place centrale, la place Kiepura8, recomposée à la fois en lieu pivot de la circulation locale (arrêt de bus, de tramway, gare ferroviaire) et en un lieu de commerce urbain où des petits magasins fleurissent dans cette nouvelle zone piétonne. Cet espace est devenu la vitrine du renouveau de la ville de Sosnowiec.

25À travers ces deux exemples, se constate la volonté des municipalités de se moderniser, de rendre plus accessible leur centre-ville par différents types de transport individuel et collectif, mais aussi de donner une nouvelle modernité à leur image, détachée des paysages gris des mines de charbon qui caractérisent la région silésienne. La réalisation de ces projets passe par la mise en place de politiques d'investissement, soutenues par les fonds structurels européens, afin de permettre aux villes d'accroître leur budget en vue de réaliser tous ces aménagements. Au final, nous constatons une prise en charge des espaces par les institutions locales. En ce sens les municipalités apparaissent comme des acteurs majeurs de la transition postcommuniste, tandis que les villes deviennent des lieux de renouveau.

26D'un point de vue économique, pour pallier la non compétitivité des industries locales, les municipalités silésiennes ont mis en place des plans de restructuration. De nouvelles zones économiques se sont créées dans les périphéries des villes : des zones industrielles modernes et des zones commerciales ont été aménagées et équipées. Dans le même temps, afin de faciliter l'installation de nouvelles entreprises, les infrastructures de transport ont été rénovées et de nouveaux axes de communication ont été construits, notamment deux autoroutes (A1 et A4), et des voies express (DTS et S1) qui traversent la conurbation. En une vingtaine d'années, les villes silésiennes se sont en tout point métamorphosées : la surface des espaces urbanisés a augmenté (grignotage de la ville sur la campagne), elles ont restructuré leur territoire (habitat, activités économiques) et elles ont cherché à s'ouvrir sur l'extérieur en améliorant leur accessibilité.

2.3. La métropolisation de l'espace silésien

27Le processus de métropolisation de l'espace silésien impulse une réorganisation des espaces économiques, des espaces résidentiels, des espaces de loisirs. S'affranchissant progressivement des obstacles du cloisonnement du bloc soviétique, les opportunités économiques récentes (ouverture des frontières, libre concurrence) génèrent de nouvelles dynamiques en termes d'activités et créent de nouvelles polarités sur l'espace silésien. Les secteurs moteurs de l'économie silésienne se sont élargis depuis une dizaine d'années. Auparavant, seules les industries issues de l'extraction du charbon constituaient les forces vives de la région silésienne. Le retour à la propriété privée, à la liberté d’entreprendre, conjugué à la fermeture de nombreuses mines liée au vieillissement des moyens de production et à la faible rentabilité des exploitations, ont conduit les acteurs régionaux à investir dans de nouveaux types d'activités dès le début des années 1990.

  • 9 Cette agence, créée à la suite d’une ordonnance ministérielle adoptée par le Conseil des Ministres (...)
  • 10 Source : Voïvodie de Haute Silésie (2010).

28Actuellement, les activités tertiaires émergentes et des activités industrielles nouvelles constituent les pôles dynamiques de la conurbation. Elles se localisent soit à Katowice (rue Chorzowska) qui accueille de nombreux sièges sociaux de banques et d'entreprises ainsi que d’autres sociétés de finance (PKO, ING Bank,...) dans de grands buildings modernes (Business Center 2000, City Bank Handlowy, Chorzowska 50), soit dans les parcs industriels et les technopôles de Tychy et Gliwice ou dans les zones économiques spéciales gérées par l’agence Katowicka Specjalna Strefa Ekonomicza9 (KSSE). Trois grandes zones ont été choisies dans la conurbation : les ZES de Gliwice (349 ha) de Sosnowiec/Dabrowa Gornicza (221,8 ha) et de Tychy (143,52 ha). Ces zones économiques spéciales (ZES) ont pour vocation d’assurer le développement des régions où elles sont implantées et, notamment, d’y juguler la montée du chômage grâce à la consolidation du tissu industriel, à la création d’activités nouvelles et à la rénovation des infrastructures [Barys, 2003]. L'agence KSSE établit conjointement avec les services municipaux une politique d'aménagement de ces zones (revitalisation des terrains, installation d'infrastructures routières et ferroviaires, mise en place des réseaux électriques, des canalisations,...), facilitant l'implantation d'entreprises en leur vendant des terrains ''clé en main" et en leur faisant bénéficier des aides publiques. Les ZES, véritables zones franches, constituent des instruments économiques intéressants pour les collectivités territoriales dont le but est de redynamiser leur territoire : 14 milliards d'euros y ont été investis entre 1995 et 2010, plus de 268 entreprises s’y sont implantées, créant 37 000 emplois10. L'investissement le plus important fut l'implantation de l'usine automobile Opel du Groupe General Motors à Gliwice. Pour suivre les tendances économiques en vogue, mais aussi être en accord avec la législation, les ZES se sont tournées vers les projets concernant les services externalisés de type Buisness Process Outsourcing et les centres d'études et de développement.

29Ces espaces économiques jouent de plus en plus un rôle économique majeur, puisqu'ils ont dans leur enceinte les plus grandes entreprises de la région. Il s'agit surtout de compagnies travaillant dans les secteurs de l'automobile (Opel, Fiat, Berger, Brembo, Ergom, TRW, Meca lux), du bâtiment (Altur, Ekocem, Final) et de l'alimentation (Duda), ou encore dans le secteur de la chimie et de la pharmacie. Les plates-formes multimodales telles que l'aéroport de Katowice, le port de Gliwice et le terminal ferroviaire de Slawkow constituent des infrastructures capitales du développement économique, car elles permettent d'attirer les flux d'échanges en Haute Silésie [Durand, 2009]. Les zones commerciales, implantées en périphérie des villes, principalement le long des routes E 75 et E 40, font figure aussi de lieux centraux au sein de la conurbation. Les principaux bénéficiaires de ces nouvelles implantations sont les grands groupes européens (Carrefour, Ikea, Tesco). Enfin, le théâtre de Zaglebie à Sosnowiec, le théâtre silésien à Katowice, le « Spodek » ou encore l’opéra de Bytom représentent les hauts lieux culturels de la conurbation et participent à son dynamisme.

30La multiplicité de pôles économiques et culturels, répartis sur l'ensemble du territoire urbain, donne une configuration spatiale multipolaire à la conurbation. Grâce à l'émergence de ces nouvelles centralités, la conurbation voit son rôle s'amplifier à l'échelle du pays, une caractéristique typique des espaces métropolitains. En définitive, la transition postcommuniste, au-delà du passage à une économie de marché, a conduit à une transformation de l’organisation intra-urbaine de la conurbation silésienne avec une remise en cause des relations centre-périphérie (émergence de pôles d’activités attractifs et innovants en périphérie, qui se substituent aux centres classiques).

31Devant l’ampleur des travaux à effectuer, les villes doivent sélectionner les zones à restructurer et faire un choix quant aux aménagements qu’elles souhaitent mettent en œuvre. Mais les transformations récentes en Haute Silésie laissent apparaître des situations antagonistes. En effet, les centres-villes rénovés et modernisés sont entourés de quartiers délabrés ; des espaces périphériques restructurés côtoient des friches industrielles ; des équipements modernes font face à des infrastructures vétustes. Le phénomène de métropolisation a donc entraîné une réorganisation spatiale et économique de la conurbation, produisant inévitablement un étalement de l'urbain et une mutation sélective des espaces. Dans ces circonstances, comment s’organisent les acteurs politiques face aux changements induits par la métropolisation ?

3. Structuration politique de l’aire métropolitaine silésienne

32Actuellement la conurbation de Haute Silésie tend à devenir le centre d'une aire métropolitaine qui domine et influence l'organisation régionale et qui s'étend bien au-delà des limites communales du district industriel (GOP). Le bassin d'emploi de cette agglomération étendue est de quatre millions d'habitants. Le processus de métropolisation remet sur la table l'idée d'unifier les territoires urbains de la conurbation silésienne. Les changements à l’œuvre sur l'espace conduisent les acteurs à se rassembler dans le but de coordonner leurs efforts pour réussir au mieux la mue métropolitaine. Quels sont les jeux et les enjeux politiques autour de cette construction métropolitaine ? Existe-t-il des formes de résistance à ce mouvement de cohésion territoriale ?

3.1. Les acteurs qui impulsent la structuration politique de la métropole

33Comprendre les dynamiques de l'espace urbain silésien, c'est s'intéresser à la manière dont les acteurs institutionnels élaborent des politiques urbaines, les redéfinissent et les mettent en œuvre. La transformation de la conurbation en une métropole est-elle le fait d'un laisser-faire ou bien de l'interventionnisme de la part de l'État, de la Voïvodie et/ou des municipalités ? L'émergence d'une métropole peut apparaître comme une conséquence des dernières transformations qui ont eu lieu dans la conurbation, mais le projet de constituer un pôle métropolitain est latent depuis un certain temps. Les autorités communistes avaient déjà envisagé la création d'un tel territoire il y a plus de quarante ans, mais sans réussite [Geisler, 2004].

  • 11 Le powiat est la division administrative intermédiaire entre la voïvodie (région administrative) et (...)

34Depuis la fin de l'année 2006, le projet de constituer un territoire politique métropolitain en Haute Silésie est concret. Les maires des communes de la conurbation en ont pris l’initiative et ont créé l'Union Métropolitaine de Haute Silésie (Gornoslaski Zwiazek Metropolitalny - GZM). Initialement, dix-sept municipalités y adhéraient. Mais pour des raisons d’ordre légal, toutes les communes n’ont pu intégrer cette structure supra-communale. Le gouvernement polonais ayant décidé que seules les municipalités disposant du double statut de ville-powiat11 pouvaient appartenir à une telle structure ; les autres en furent exclues (Bedzin, Czeladz, Knurow). Le territoire de la métropole ainsi défini, l’optique de GZM fut d'établir une stratégie de développement commune pour les villes de la conurbation, en accord avec les plans régionaux et nationaux. Les principaux objectifs furent d'améliorer l'organisation et la gestion de la conurbation ; de renforcer l'économie régionale et de stimuler le marché du travail ; de supporter les programmes économiques innovants, améliorant ainsi la compétitivité des villes. L’idée politique, centrée sur le marketing territorial, était de créer de la valeur ajoutée en Haute Silésie en travaillant sur l’image de la région et sur son repositionnement économique. La construction politique de la métropole en Haute Silésie se réalisa donc avec tous les niveaux institutionnels : commune, powiat, voïvodie et État. L’élan fut collectif. Cependant, le challenge était de taille, car le contexte historique régional et les changements économiques et sociaux récents tendaient à fragiliser la construction métropolitaine.

Figure 6. La construction politique de la métropole en Haute Silésie

Figure 6. La construction politique de la métropole en Haute Silésie

Source : Voïvodie de Haute Silésie.
Auteur : Durand Frédéric, 2010.

3.2. À la recherche d'une cohésion territoriale

35Le phénomène de métropolisation implique de la part des acteurs institutionnels, d’instaurer une nouvelle organisation, afin de répondre aux défis locaux et internationaux (effets de la mondialisation et de la concurrence entre les villes). Ceci passe par une coordination des collectivités territoriales pour réussir au mieux la construction métropolitaine. Le but de cette réorganisation est de maîtriser autant que faire se peut le développement urbain à partir d'outils de gestion et de contrôle, dans le but de rendre cohérent l’aménagement de l’espace au sein de ce territoire métropolitain. Un premier problème survient : la métropole, en tant que territoire supra-communal, ne constitue pas une entité territoriale administrativement reconnue en Pologne [Jalowiecki, 2006]. Les acteurs gestionnaires se retrouvent d'une certaine manière embarrassés par l'absence de règles administratives et de méthodes de gestion à cette échelle. L'objectif de ces acteurs est donc de trouver une nouvelle façon de ''gouverner'' cet espace métropolitain.

36La gouvernance intercommunale est un fait nouveau pour les acteurs silésiens, car hormis la création d'un organisme public de gestion des transports collectifs sur l'ensemble de l'aire urbaine (KZK GOP), aucune gestion collective n’existe. En Haute Silésie, la difficulté a toujours été de rassembler l'ensemble des acteurs impliqués (institutionnels, associatifs, privés) autour d'un projet de développement territorial commun. L'instauration d'une gouvernance métropolitaine introduit l'idée d'un développement mutuel de l'espace. La fin des années 1990 a démontré la nécessité d'introduire plus de lisibilité et plus de dialogue entre les acteurs locaux. En effet de nombreux aménagements doublons se sont formés : zones commerciales qui se font face, équipements sensiblement identiques. Au début des années 2000, nourris des apprentissages et des expériences étrangères (jumelages, partenariats avec les villes européennes, transferts de savoir-faire au niveau technique mais aussi au niveau des pratiques et des institutions), les acteurs locaux ont davantage collaboré. Plusieurs projets de coopérations entre les villes ont vu le jour, notamment au niveau de la gestion des services publics entre les communes de la conurbation (transport, eau, réseau assainissement).

37Afin de fortifier et de valoriser les communes de l'agglomération silésienne, tous les services ne se centralisent pas à Katowice. Une répartition des services culturels et universitaires s'observe entre les grandes villes de la conurbation. Ceci conduit à un assouplissement des relations politiques entre les communes de la conurbation et constitue un pas de plus dans la recherche d'une politique plus cohérente à l'échelle de la conurbation. L'ensemble de ces actions révèle la volonté de forger une ligne directrice consensuelle au développement de la conurbation. Le processus n'en est qu'à ses débuts, mais les intentions de coopération des communes de la conurbation vont dans le sens de la construction d'un espace métropolitain. Ce mouvement démontre le changement de perspective politique des municipalités qui ne perçoivent plus uniquement leur développement à l'échelle de leur commune mais dans une relation plus étroite avec les autres villes de la conurbation.

38Bien que l’aménagement du territoire reste du ressort de la commune, l’idée de la gouvernance métropolitaine est de rassembler plusieurs acteurs autour d’un projet commun. Des initiatives intéressantes s'observent dans le jeu des acteurs locaux et régionaux, en vue d'instaurer à moyen terme un système organisationnel plus ou moins souple, plus ou moins intégré, qui conduira à une gestion partagée des espaces. Ce mouvement politique représente une avancée à la fois prometteuse et historique dans un espace qui a été tout au long de son histoire fortement divisé. Cependant des obstacles viennent perturber l'édification d'un territoire plus fonctionnel.

3.3. Les freins à ce mouvement fédérateur

39Les transformations liées au processus de métropolisation font apparaître de nouvelles inégalités entre les villes de la conurbation. Toutes n’ont pas le même impact tant politique qu’économique. D'une manière générale, les villes les plus dynamiques sont les villes qui possèdent une plus grande marge financière via les fonds structurels, les impôts locaux et autres taxes, mais aussi parce qu’elles réussissent à faire venir davantage d’investisseurs sur leur territoire (créant ainsi des emplois dans leur commune). Il existe une grande disparité de villes dans la conurbation. Les plus dynamiques sont principalement les villes les plus peuplées comme Katowice, Gliwice ou encore Sosnowiec dans une moindre mesure, mais aussi les villes les plus innovantes, comme Tychy ou Jaworzno, grâce à une gestion de leur territoire exemplaire et à la définition de stratégies économiques audacieuses. En définitive, le renforcement des inégalités spatiales, économiques et sociales accentue les décalages entre les ambitions des uns et les contraintes des autres, engendrant des frictions politiques. D’autant plus que la mondialisation des échanges accroît la concurrence économique entre les municipalités de la conurbation. Dans ces conditions, la mise en place d'une politique cohérente au sein de cet espace est un exercice délicat.

40L’instauration d’un cadre politique supra-communal au sein de la conurbation est mise à mal aussi par les héritages du passé impérial et communiste qui freinent ce mouvement de modernisation. L’attitude de certains acteurs semble vouloir ébranler cet élan de cohésion territoriale. La persistance des anciennes rivalités nées du sentiment de différences identitaires crispe les relations entre les communes qui n'appartiennent pas aux mêmes aires culturelles. De plus, les programmes de coopération entre les municipalités n’apparaissent pas comme des programmes d'envergure. Ceux-ci restent cantonnés à l’entretien de la voirie ou à des aménagements environnementaux. À cette observation s'ajoute la faible part de projets réalisés avec plus de deux partenaires. Les municipalités restent dans un canevas politique classique et optent pour une gestion individualiste de leur ville. Dans ces conditions, il est difficile de parler d'une intensification de la cohérence territoriale au sein de la conurbation. Celle-ci se trouve prise au piège du contexte silésien, à savoir son histoire complexe et tumultueuse mais aussi la nouvelle distribution des compétences territoriales, qui voit les villes devenir des acteurs majeurs du développement territorial.

41Contraints par les enjeux de la métropolisation, les présidents des villes de la conurbation jouent-ils le jeu de la recherche d'une plus grande cohésion territoriale ? Depuis les nouvelles lois sur la redistribution des compétences de chaque entité administrative (1999), les municipalités ont davantage de pouvoir. Elles souhaitent jouer in extenso la carte de l'autonomie de leur gestion territoriale, qui leur permet de prendre leurs propres décisions dans les choix d'aménagement et dans les perspectives du développement local. Coopérer avec l'Autre devient dans ces circonstances, une solution secondaire. Pour l’instant, les villes préfèrent organiser leur territoire en respectant les plans d'aménagement qu'elles ont décidés et programmés, plutôt que d'envisager une planification commune. Le nombre de coopérations au sein de la conurbation reste limité et les communes ne donnent pas à GZM les ressources financières nécessaires à son épanouissement. Cette structure supra-communale demeure pour l’instant un acteur peu influent.

  • 12 Le seul exemple de la réglementation juridique spécifique pour les grandes villes est la loi sur l' (...)
  • 13 Depuis la création de GZM, les villes adhérentes n'arrivent pas à s’accorder sur le nom de la métro (...)

42À l'heure actuelle il n’existe, en Pologne, ni de définition officielle, ni de réglementation sur les régions métropolitaines12 [Swianiewicz & Lackowska, 2008]. En 2006, un débat national a eu lieu sur l’instauration d’une loi sur les métropoles. Ce projet de loi proposait de redéfinir les modes de gestion des territoires métropolitains. Cette année-là, les maires de la conurbation se sont entendus pour créer GZM, en affirmant avoir trouvé un consensus pour mettre en place un cadre politique intercommunal. L’instauration de cette structure est apparue comme la réponse des acteurs locaux silésiens au projet de loi sur la métropole. En fondant GZM, ils envoyaient un message fort au gouvernement : les autorités silésiennes n’ont pas besoin d’une loi – contraignante – pour s’organiser et mettre en place une entité intercommunale métropolitaine. À la suite d’un mouvement de pression et de contestation des maires de Pologne, lobbying très influent dans le jeu politique polonais, le projet de loi a été reporté. Aujourd’hui la question est de savoir comment poursuivre le développement métropolitain sans loi et avec une structure intercommunale sans véritable reconnaissance politique. Au final, les maires pratiquent un double langage [Barel, 1979]. D’un côté ils mettent en avant leur volonté de coopérer davantage et de construire une métropole conjointement – ironie du sort ils disent d’ailleurs être en attente d’une loi ; mais de l’autre ils restent obstinément sur leurs acquis et ne se risquent à aucun changement. De fait, le manque de coopération et de coordination entre les municipalités prône une gestion territoriale individualiste et accentue ainsi la compétition entre les villes. Dans ces circonstances, la constitution de la métropole est source de conflits politiques à l'intérieur de la conurbation. Le nom de la métropole pose déjà un épineux problème13 ! En effet, chaque ville désire défendre au mieux sa position par rapport aux autres et ne veut surtout pas d’une domination de Katowice sur le territoire métropolitain en construction.

Conclusion

43Des logiques paradoxales s'affrontent actuellement dans la conurbation. D'un côté, il existe une volonté politique de créer un espace métropolitain autour de GZM. C'est un projet ambitieux souhaité par l'ensemble des acteurs locaux et régionaux, en vue de s'ouvrir sur le monde. La solidité de la construction métropolitaine passe par la recherche d'une cohésion plus importante au sein de ce territoire. De l'autre côté, certains acteurs et une partie de la population se reportent aux anciens différends territoriaux, aux anciens clivages culturels et historiques. Il y a des réticences à coopérer avec les communes voisines. Ce n'est pas dans les mentalités, ni dans les pratiques politiques usuelles. Finalement, dans ce rapport antinomique, la métropole se structure autour des lieux centraux de la conurbation et grâce aux réseaux de collaboration qui se tissent sur cet espace. Ces réseaux tentent de dépasser les contraintes immuables du contexte silésien dans le but de faire travailler collectivement les communes de la conurbation. Les acteurs de ces réseaux constituent les principaux partisans d'une cohésion territoriale. À travers leurs actions, ils essayent de gommer les inégalités, d'effacer les animosités. Mais cette tâche apparaît difficile car l’idée d’un territoire métropolitain unique va à l'encontre de l'essence même de l'espace silésien. Il n'existe pas d'identité urbaine commune, ni de lieux d'union ou de symbole commun fort pouvant prétendre à la réunion des populations silésiennes de la conurbation. Cependant la création de GZM révèle néanmoins une avancée certaine dans l’instauration d’un pouvoir métropolitain. Elle constitue une étape importante de la coopération intercommunale mais cette structure n’a pour l’instant qu’une marge de manœuvre limitée, puisque les autorités locales ne lui accordent pas les moyens de ces ambitions.

44Des engagements politiques et économiques ont été entrepris pour structurer l’espace métropolitain. Une gouvernance se met en place petit à petit à l'intérieur de la conurbation silésienne, afin de réguler par un cadre politico-administratif, le développement urbain et le processus de métropolisation en cours sur cet espace. Cependant, cette nouvelle conception de la gestion urbaine pose des problèmes en termes d'articulation verticale (entre les communes qui composent la métropole, la Voïvodie de Haute Silésie et l’État central) et horizontale (nécessité de clarifier les compétences de la métropole). En effet, depuis les lois de décentralisation les villes de Haute Silésie sont devenues d’un côté plus autonomes. Mais de l’autre, la construction de la métropole oblige d'une certaine manière les acteurs politiques locaux, dans l'optique de créer une gestion cohérente de l'espace métropolitain, à ''laisser de côté'' leur autonomie et les invite à davantage de partages, de coopérations. Toute l’aporie de la situation est là. Construire la métropole apporterait un rayonnement international à la région, aux villes qui la constituent, mais cette construction conduirait nécessairement les communes à perdre de leur initiative, puisque celle-ci serait diluée dans une politique métropolitaine. L'idée d'un partage futur de la souveraineté locale entre les différentes municipalités et la métropole soulève déjà des contestations de la part des élus locaux, car ces derniers ont peur de voir leurs pouvoirs diminuer au profit de la métropole. Pour l’instant, les municipalités ne savent comment répondre à ce paradoxe.

45Au-delà du problème de régulation du jeu des acteurs, la structuration politique de la métropole pose la question du statut et des compétences futures d’un tel territoire. Depuis mars 2009, un autre projet de loi sur les métropoles, conduit par Grzegorz Schetyna vice-premier ministre et ministre de l’intérieur et de l’administration, prévoit la création de trois métropoles en Pologne : la conurbation silésienne, la « tricity » de Gdansk-Sopot-Gdynia et Varsovie. Cette loi pourrait dans les prochains temps clarifier la situation et définir les règles de gestion d'un territoire métropolitain en Pologne.

Haut de page

Bibliographie

ASCHER F. (2003), « Métropolisation », in J. Lévy & M. Lussaut (2003), Dictionnaire de géographie, Belin, 1034 p.

BAFOIL F. (2007), La Pologne, Fayard et CERI, p. 596.

BAREL Y. (1979), Le paradoxe et le système : essai sur le fantastique social, PUG, p. 268.

BARYS R. (2003), Les zones économiques spéciales en Pologne, Le courrier des pays de l'Est, vol. 2, n° 32, pp. 40-46.

BOURDEAU-LEPAGE L. (2003), « Metropolization in Central and Eastern Europe : unequal chances », LEG - Document de travail – Économie, p. 22.

BUDNER W. (2008), Procesy metropolizacji I Rozwoju metropolii w Polsce, Acta Scientiarum Polonorum, pp. 5-16.

Conseil de l'Europe (2000), Structure et fonctionnement de la démocratie locale et régionale en Pologne (situation en 1992 et 2000), Éditions du Conseil de l’Europe, p. 54.

COUDROY de LILLE L. (2007), Les zones économiques spéciales en Pologne : un tremplin pour l’emploi régional ou des miettes de la mondialisation ?, Les Annales de Géographie, n° 658, pp. 645-666.

COUDROY de LILLE L. (2007), « Quels gouvernements métropolitains en Europe centrale et orientale ? », in M.-F. Mattei, D. Pumain (dir.), Données Urbaines, vol. 5, Paris, Anthropos, pp. 37-52.

COUDROY de LILLE L. & WOLANIUK A. (2005), Lodz, ou les ressources territoriales d’une stratégie métropolitaine, Géocarrefour, vol. 80, n° 1, pp. 35-48.

CIESLA A. (2007), The process of shrinkage in Upper Silesian Conurbation, Conference Juniorstav, Brno, p. 6.

DAVIES N. (1981), God’s Playground, A History of Poland. vol. 1 : The Origins to 1795, vol. 2 : 1795 to the Present, Oxford University Press, p. 638 et p. 725.

DUBIEL J. (1995), Gorny Slask Wczoraj, Éditions Wokol nas, p. 200.

DURAND F. (2009), De la discontinuité à l'interconnexion : réseaux ferrés, frontières et construction métropolitaine en Haute Silésie, L'Espace Géographique, n° 4, pp. 317-327.

DURAND F. (2008), La dynamique des frontières en Europe centrale – Villes et frontières en Haute Silésie, Thèse de doctorat en géographie soutenue à l'Université Paris X, Nanterre, p. 612.

GARCON G. (1995), « Le rétablissement des frontières de la Pologne 1918-1923 », in Le rayonnement culturel polonais, Cahier n° 21, (septembre), p. 13.

GEISLER R. & WROBLEWSKA-JACHNA J. (2004), « The set of institutions in Upper Silesia and the regional ability for action », in M. Szczepanski, Regional actors and regional contexts of action – the case of Upper Silesia and Lower Lusatia, Slaskie Wydawnictwa Nankowe, 310. p. 

GIEYSZTOR A., KIENIEWICZ S., ROSTWOROWSKI J., WERESZYCKI H. (1971), Histoire de Pologne, Éditions Scientifiques de Pologne, p. 840.

HAMILTON I., DIMITROVSKA ANDREWS K., & PICHLER-MILANOVIC N. (2005), Transformation of Cities in Central and Eastern Europe : Towards Globalization, United Nations University Press, 519. p. 

JALOWIECKI B. (2006), Polish Cities and Metropolisation Processes, Regional and Local Studies, pp. 75-84.

JOUVE B., LEFEVRE C. (2004), Horizons Métropolitains, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 274. p.

KLARNER C. (1934), Poméranie et Silésie, symboles de l'indépendance polonaise, Société Française de Librairie « Gebethner & Wolff », 69 p..

KRATKE S. (2007), Metropolisation of the European Economic Territory as a Consequence of Increasing Specialisation of Urban Agglomerations in the Knowledge Economy, European Planning Studies, vol. 15, pp. 379-398.

LEPESANT G. (2002), Les territoires centre-européens : état des lieux après une décennie de transition, Datar, Territoires 2020, n° 5, pp. 79-92.

LE GALES P. (2002), European Cities Social Conflicts and Governance, European societies, 280. p.

MAUREL M-C. & HALAMSKA M. (2006), Démocratie et gouvernement local en Pologne, CNRS Éditions, 265 p.

REY V. (1998), Les Territoires centre-européens, Dilemmes et défis – L’Europe médiane en question, La Découverte, p. 263.

ROZENBLAT C. & CICILLE P. (2003), Les villes européennes - Analyse comparative, La Documentation Française, 94. p.

RUSIN P. (2007), « Économie politique de la transition polonaise, 1989 - 2006 », in F. Bafoil, La Pologne, Fayard et CERI, 596. p.

RYKIEL Z. (2002), Social and spatial integration in the Katowice region, L'Espace Géographique, n° 4, pp. 345-354.

SWIANIEWICZ P. & LACKOWSKA M. (2008), « Governing Metropolitan Areas in Poland », in J.P. Collin & M. Robertson, Governing Metropolises : Profiles of Issues and Experiments on Four Continents, Presses de l’Université Laval, pp. 317-343.

TKOCZ M. (2005), La restructuration socio-économique du Bassin Industriel de Haute Silésie, Géocarrefour, vol. 80, n° 1, pp. 49-58.

TKOCZ M. (1995), Katowice, jako osrodek regionalny w latach 1865-1995, Wydawnictwo Uniwersytetu Slaskiego, 156. p.

Haut de page

Notes

1 La période entre 1918-1921 a été l'une des plus troubles de l'histoire silésienne. La fin de la guerre mondiale vit la renaissance de l'État polonais, mais la délimitation de ses frontières occidentales posa problème. Les Alliés ne sachant répondre à cette question décidèrent d'organiser un plébiscite en Haute Silésie afin que les populations locales choisissent leur appartenance nationale. La consultation populaire donna l'Allemagne gagnante (707 605 voix contre 489 359 pour la Pologne). Cependant les résultats ne permirent aucun compromis et la question fut remise à la SDN, qui décida d'un tracé de frontière conciliant entre les deux États [Garcon, 1995].

2 Les Territoires Recouvrés identifiaient les territoires polonais d’après-guerre, qui avaient été des territoires allemands avant 1945 (Poméranie, une partie de la Mazurie, toute la Silésie prussienne).

3 Osiedle : petits immeubles de quatre étages de vie communautaire.

4 Glowny Urzad Statystyczny (Office National des Statistiques).

5 Source : Rocznik statystyczny wojewodztwa katowicekiego (2004).

6 Source : Eurostat (2010).

7 Programme PHARE : programme d'aide communautaire aux pays d'Europe centrale et orientale (initialement Pologne Hongrie Aide à la reconstruction économique - 1989).

8 La place Jan Kiepura porte le nom de l'artiste polonais, chanteur d'opéra, né à Sosnowiec en 1902, qui devint l'un des plus grands ténors de la scène lyrique mondiale de l'entre-deux-guerres.

9 Cette agence, créée à la suite d’une ordonnance ministérielle adoptée par le Conseil des Ministres le 18 juin 1996, est une société anonyme mise en place dans le but de gérer et d'administrer toutes les zones économiques spéciales de la région de Haute Silésie.

10 Source : Voïvodie de Haute Silésie (2010).

11 Le powiat est la division administrative intermédiaire entre la voïvodie (région administrative) et la gmina (commune). Une ville-powiat est une commune unique, où la municipalité dispose des prérogatives dévolues au powiat.

12 Le seul exemple de la réglementation juridique spécifique pour les grandes villes est la loi sur l'administration locale de Varsovie, mais qui ne traite que de l'organisation politique à l’intérieur des limites communales.

13 Depuis la création de GZM, les villes adhérentes n'arrivent pas à s’accorder sur le nom de la métropole. Quatre noms ont déjà été avancés : Union Métropolitaine de Haute Silésie, Union Métropolitaine Silésia, Métropole de Katowice, Union Métropolitaine de Silésie et de Zaglebie Dabrowskiego, tous ont été rejetés. Le dernier en date est Metropolia Silesia.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Photographie de paysage industriel en Haute Silésie au 19ème siècle
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 2. Carte de la région silésienne au 19ème siècle
Crédits Source Tazbir Julia, Atlas historyczny szkola srednia 1815-1839.Auteur : Durand, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 3. Carte de la région silésienne entre 1920 et 1939
Crédits Source Tazbir Julia, Atlas historyczny szkola srednia 1815-1839.Auteur : Durand, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4. Tableau de l’évolution démographique des villes de Haute Silésie de 1830 à 2009
Crédits Source : Główny Urząd Statystyczny (Office National des Statistiques), Villes silésiennes.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 5. Cartes de l’expansion urbaine dans la région silésienne au 20ème siècle
Crédits Source : ww. Ossa.org.plAuteur : Durand, 2008.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 6. La construction politique de la métropole en Haute Silésie
Crédits Source : Voïvodie de Haute Silésie.Auteur : Durand Frédéric, 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4555/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Durand, « La construction métropolitaine en Haute Silésie », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 377-393.

Référence électronique

Frédéric Durand, « La construction métropolitaine en Haute Silésie », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4555 ; DOI : 10.4000/eps.4555

Haut de page

Auteur

Frédéric Durand

Département Géographie et Développement (GEODE)
Centre de recherche public CEPS/INSTEAD
B.P. 48
L. 4501 DIFFERDANGE
Grand Duché de Luxembourg
http://metrolux.ceps.lu
frederic.durand@ceps.lu
frederic.durand.fd@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org