Navigation – Plan du site
Articles

Les territoires de la fécondité en Belgique au 20ème siècle

Une approche longitudinale et communale
Fertility Territories in Belgium through the 20th Century. A Longitudinal Approach at the Municipality Level
Rafael Costa, Thierry Eggerickx et Jean-Paul Sanderson
p. 353-375

Résumés

Cette recherche a pour objectif de procéder à une analyse longitudinale de l’évolution de la fécondité en Belgique et de tester l’hypothèse d’une convergence spatiale des comportements au cours du 20e siècle sur base des données rétrospectives issues des recensements de 1981 à 2001. Premièrement, nous avons vérifié la qualité des données et, en particulier, l’importance des biais de mémoire et de sélection liés à l’utilisation de données rétrospectives. Les tests ont démontré l’absence de biais significatifs. Ensuite, à partir d’une analyse de classification, nous avons élaboré une typologie de l’évolution des comportements de fécondité au cours du 20e siècle à l’échelle des communes. Le résultat est une partition en six groupes aux profils sensiblement distincts et présentant une grande cohérence spatiale. L’analyse de ces différents modèles d’évolution de la fécondité suggère une certaine homogénéisation des comportements reproductifs dans l’espace, qui atteint son paroxysme avec les générations de femmes nées durant les années 1940 ; avec les générations suivantes, en revanche, les différences entre les groupes de communes se sont à nouveau accentuées.

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Ester Rizzi pour sa collaboration à l’article, ainsi que Jean-Pierre Grimmeau et Patrick Deboosere pour leurs remarques critiques et constructives.

Introduction

1De nombreuses études comparatives, menées à l’échelle des pays européens, mettent en évidence des tendances communes dans l’évolution de la fécondité depuis les années 1960 [Monnier, 2004 ; Oris, 2009 ; Sobotka, 2008]. Trois tendances majeures se dégagent : une baisse de la fécondité sous le seuil de remplacement des générations, un vieillissement du calendrier qui se traduit par un âge moyen à la maternité de plus en plus tardif et une augmentation des naissances hors du cadre traditionnel du mariage [Bloom & Sousa-Poza, 2010 ; Kohler, Billari & Ortega, 2002].

2Ces évolutions s’expliqueraient par une série de facteurs : des facteurs socioéconomiques, tels que l’allongement de la durée des études, l’entrée massive des femmes sur le marché du travail, les difficultés d’insertion dans le monde du travail et l’augmentation des coûts liés à la naissance et à l’éducation d’un enfant [Billari & Kohler, 2004] et des facteurs culturels, comme la concurrence entre parentalité et loisirs, la diffusion de la sécularisation ou encore la montée de l’individualisme et la transformation des valeurs par rapport à la famille [Sobotka, 2008 ; Sobotka & Toulemon 2008]. Au-delà de ces éléments explicatifs, les relations entre nuptialité et fécondité se sont inversées. Désormais, les fécondités les plus faibles sont observées là où le mariage demeure fréquent et plus stable, alors que les niveaux les plus élevés caractérisent les pays où la cohabitation hors mariage est largement pratiquée et où les unions sont les plus instables ([Sobotka & Toulemon, 2008].

3Notre recherche concerne moins ces aspects explicatifs que la question de la convergence des comportements de reproduction, largement débattue et contestée depuis une décennie. Dans un article datant de 1992, L. Roussel soutenait qu’il existait une vague de fond, une tendance lourde à l’uniformisation des comportements de fécondité et de nuptialité en Europe qui devait générer des modèles familiaux identiques. Depuis, plusieurs auteurs ont contesté cette hypothèse et souligné la persistance de la diversité des structures familiales et des modes de reproduction [Reher, 1998 ; Sobotka, 2008]. Plusieurs arguments sont avancés. En dépit des grandes lignes de forces – diminution de la fécondité et vieillissement du calendrier – les mesures de dispersions sont relativement constantes d’une période à l’autre [Frejka & Sobotka, 2008]. Si pour certains indicateurs agrégés les différences entre pays s’amenuisent, pour d’autres, plus rares, les écarts se maintiennent, voire s’accroissent, tel le cas des naissances hors mariage ou encore de l’âge moyen au premier mariage [Frejka & Sobotka, 2008]. De même, au fil du temps, la position de chaque pays dans la hiérarchie des courbes évolue ; certains à un moment donné occupent les positions les plus élevées, alors qu’à d’autres moments, ils se situent en bas de classement, ce qui témoigne d’évolutions particulières [Kuijsten, 1996]. L’utilisation de données longitudinales et le calcul d’indicateurs plus sophistiqués tempèrent également le débat autour de la convergence des comportements. Les figures présentées par T. Frejka (2008) sur les distributions de femmes selon les parités atteintes mettent en évidence une diminution des disparités entre pays qui culmine pour les générations nées entre 1930 et 1940, soit celles du baby-boom, pour faire place, avec les générations suivantes, à une diversification plus marquée des situations.

  • 1 La cartographie des indicateurs de natalité et de fécondité a été élaborée par P. Deboosere et R. L (...)

4Enfin, la persistance, voire l’accroissement des différences entre les régions ou milieux d’habitat d’un même pays constitue également un contre argument à cette hypothèse de convergence des comportements. Bien qu’assez rares, ces approches spatiales de la fécondité sont pourtant riches d’enseignements. Le travail réalisé par R. Lesthaeghe et K. Neels (2002) sur les cas de la France, de la Belgique et de la Suisse est l’une des rares études récentes sur les déterminants de l’évolution de la géographie de la fécondité. Pour la Belgique, la cartographie des indicateurs de première et de seconde transition démographique est quasiment identique, avec le maintien du clivage linguistique Flandre-Wallonie et de la spécificité des arrondissements incluant les anciens bassins industriels. Selon les auteurs, ces résultats s’expliqueraient par la persistance de la distribution spatiale des « sous-cultures » à l’origine de la première vague de sécularisation. Avec moins de profondeur chronologique, mais en recourant à un découpage administratif plus fin, J.-M. Decroly et J.-P. Grimmeau (1991) ont réalisé une étude sur la fécondité de la population des communes belges au début des années 1980. Les auteurs soulignaient les importantes disparités de comportement à l’échelle des communes. C’est également la conclusion de l’Atlas du recensement de la population de 1991 [Mérenne, Van der Haegen & Van Hecke, s .d.]1 qui présente les indices standardisés de fécondité générale, légitime et illégitime par commune pour la période 1989-1993. Par exemple, l’indice de fécondité générale montre des écarts importants qui varient de 30 % en dessous de la moyenne nationale à 40 % au-dessus de celle-ci. Les cartes présentées mettent également en évidence une certaine « cohérence spatiale » de la fécondité avec l’identification de sous-régions homogènes. Dans une étude récente [Costa et al., 2010], nous avons mesuré l’évolution de 1970 à 2005 des indicateurs d’intensité et de calendrier de la fécondité pour les 589 communes de Belgique. Cette étude confirme l’accroissement des différences locales et l’existence de « territoires homogènes de fécondité » qui se caractérisent par des modèles d’évolution bien particuliers. Pour certains, c’est la stabilité, l’inertie des comportements qui prime, alors que d’autres se distinguent par des changements radicaux d’intensité et/ou de calendrier de la fécondité au cours de la période d’observation. Ces quelques résultats ne corroborent pas l’hypothèse de convergence des comportements de reproduction.

  • 2 L’exercice réalisé en 2001 porte officiellement le nom d’« Enquête socioéconomique 2001 ».
  • 3 Tels que la descendance finale, l’âge moyen aux première et dernière maternités, la distribution de (...)

5L’objectif de cette recherche est d’affiner l’analyse communale évoquée ci-dessus [Costa et al., 2010] par le recours à une approche longitudinale de la fécondité exploitant les données des recensements de la population de 20012 et de 1981. L’utilisation de données rétrospectives autorise une profondeur temporelle plus importante et la production d’indicateurs plus riches et diversifiés3. Il s’agira donc de reconstituer la fécondité des générations nées entre le début du 20ème siècle et le milieu des années 1960 et d’analyser l’évolution des différences d’intensité et de calendrier de la fécondité. Conformément à la chronologie qui scande les analyses sur les parcours de vie au 20ème siècle, et observée à une échelle agrégée par T. Frejka (2008) dans son analyse de l’évolution des modèles familiaux selon les descendantes atteintes, on posera l’hypothèse d’une évolution en deux temps.

6Un premier temps serait marqué par une diminution des différences spatiales des comportements de reproduction qui atteint son paroxysme dans les années 1960 pour les générations nées entre 1930 et 1945. Durant cette période, la vie sociale et familiale est de plus en plus structurée par le cadre institutionnel (l’école, l’armée, le marché du travail, les politiques sociales…) qui définit des modèles typiques de trajectoires [Kohli, 1986 ; Widmer, Ritschard & Müller, 2009]. Ainsi, le mariage, quasi généralisé et célébré à un âge de plus en plus précoce, accompagne le départ du domicile des parents et l’accès au travail et débouche rapidement sur la naissance des enfants. Le calendrier familial s’homogénéise et s’inscrit dans la durée, au même titre que le parcours professionnel. Le divorce reste marginal alors que le plein emploi assure des carrières professionnelles prévisibles et orientées vers une mobilité ascendante. Le développement de l’État-providence et des avancées sociales des Trente Glorieuses symbolise cette époque de planification et de convergence des comportements par la mise en œuvre de politiques publiques [Sapin, Spini & Widmer, 2007].

7Le deuxième temps, qui démarrerait à partir des années 1970 et qui concerne, dans le cadre de la fécondité, les générations nées après la Seconde Guerre mondiale, est celui de l’individualisation des trajectoires de vie, celles-ci se traduisant au niveau agrégé par une diversification des comportements. Les trajectoires familiales se transforment ; l’âge au mariage et l’âge à la maternité sont de moins en moins standardisés, la proportion de célibataires « définitifs » augmente - mais il s’agit désormais de choix personnels -, les couples sont de plus en plus fragiles et l’engagement, lié au mariage, qui jusque-là revêtait un caractère définitif devient plus souvent temporaire… On aboutit ainsi à une diversification des parcours de vie, à un renforcement de l’individualisme [Widmer, Ritschard & Müller, 2009] qui génèrerait à nouveau des comportements reproductifs de plus en plus diversifiés.

8Cette recherche est divisée en deux parties. La première, méthodologique, porte sur l’estimation de la qualité des données rétrospectives provenant des recensements de la population, les interactions entre fécondité et migrations et l’élaboration d’une typologie des « territoires de la fécondité » à partir des données communales. La deuxième partie concerne l’analyse des résultats. Nous vérifierons tout d’abord l’hypothèse d’évolution des comportements de fécondité selon les deux temps évoqués ci-dessus. Ensuite, nous caractériserons les modèles de fécondité et leur évolution pour les groupes de communes résultant de la typologie.

1. Aspects méthodologiques

1.1. La qualité des données de fécondité extraites des recensements de la population

  • 4 Avec une descendance qui se constitue en moyenne à 70% entre 25 et 35 ans, la descendance finale de (...)

9Les données sur lesquelles repose cette étude sont extraites des recensements de la population de 1981 et de 2001 et plus précisément de l’exploitation des questions posées aux mères sur le nombre total d’enfants mis au monde et sur leur date de naissance. Il s’agit d’informations rétrospectives qui permettent de reconstituer la vie reproductive complète de générations de femmes nées entre le début du 20ème siècle et les années 1960. Comme le soulignent T. Frejka et T. Sobotka (2008), l’approche longitudinale permet une analyse très fine des comportements de procréation, mais avec un décalage dans le temps évalué à une dizaine d’années dans le contexte actuel de basse fécondité4. Ce type d’approche, basée sur des données rétrospectives, peut voir ses résultats affectés :

  • par des erreurs de mémoire, tant en ce qui concerne le nombre d’événements déclarés que leur calendrier. Toutes choses égales par ailleurs, ces erreurs concernent davantage les femmes les plus âgées au moment de l’enquête ou du recensement ;

  • par des biais liés aux éventuels effets de sélection induits par la mortalité et la migration [Wunsch, 2001]. En d’autres termes, les femmes d’une génération de naissance donnée qui sont sorties d’observation par décès et par émigration ont-elles ou non les mêmes comportements que celles qui sont restées sous observation ? Comme il est très difficile de répondre à cette question, on pose l’hypothèse d’indépendance entre les phénomènes, soit que la mortalité et la migration n’influent pas sur la fécondité.

10Selon K. Neels (2010), dont les analyses se basent sur le recensement de 1991, les biais inhérents à l’utilisation de données rétrospectives sont limités et il y a peu de différences par rapport aux informations fournies par l’état civil. Les analyses qui suivent permettent de vérifier la qualité des données utilisées et partiellement la validité de cette hypothèse d’indépendance.

11La confrontation des descendances finales fournies par P. Festy (1979) et Eurostat (2006), à partir des données d’état civil, avec les indices extraits des recensements de 1981 et de 2001 confirme l’excellente concordance entre ces deux sources (figure 1). Les différences sont réduites et n’excèdent pas, dans le pire des cas, 3 % entre les indices calculés sur base de l’état civil et ceux construits à partir des recensements. On observe qu’à génération équivalente, les descendances finales extraites du recensement de 1981 sont systématiquement plus faibles que celles provenant du recensement de 2001, mais les différences sont minimes, inférieures à 2 % pour les générations les plus anciennes.

12Indirectement, on peut évaluer les effets de mémoire et de sélectivité, évoqués ci-dessus, en comparant les taux de fécondité par âge des mêmes générations de femmes calculés en 1981 et en 2001 (figure 2). Prenons par exemple la génération de femmes nées entre 1917 et 1921. En 1981, ces femmes, au nombre de 235 000, étaient âgées de 60-64 ans. En 2001, ces femmes, alors âgées de 80-84 ans, ne sont plus que 138 000. En d’autres termes, toute différence significative entre les taux de fécondité calculés aux deux dates révélerait des biais imputables à la mémoire – celle-ci étant a priori moins fiable chez les plus âgées – et à l’effet de sélection, puisque ne subsistent plus en 2001 que celles ayant échappé à la mort et n’ayant pas émigré. Or, les différences pour la génération 1917-1921 sont très faibles et elles sont quasi inexistantes pour la génération 1937-1941.

  • 5 À génération constante, les indices synthétiques, comme les taux par âge, présentent des différence (...)

13Les données rétrospectives sur la fécondité extraites des recensements de 1981 et 2001 semblent donc particulièrement robustes, conformes aux séries produites par l’état civil et vraisemblablement peu entachées par des biais de mémoire. Quant à l’hypothèse d’indépendance entre les phénomènes démographiques, notamment entre la fécondité et la mortalité, elle semble, ici, vérifiée dans une très large mesure5. Afin de disposer du maximum de femmes soumises au risque de procréer, par génération, et de couvrir la période temporelle la plus longue possible, nos analyses combineront les informations provenant des deux recensements de la population. Les indices des générations 1902-1906 à 1932-1936 sont calculés à partir du recensement de 1981, ceux des générations 1937-1941 à 1962-1966, à partir du recensement de 2001.

Figure 1. La confrontation des descendances finales (enfants par femme) par génération selon différentes sources de données

Figure 1. La confrontation des descendances finales (enfants par femme) par génération selon différentes sources de données

Sources : Festy (1979), Eurostat (2006), recensement 1981 et 2001.

Figure 2. La comparaison des taux de fécondité par âge des femmes de même génération selon les recensements de population de 1981 et de 2001 - Génération 1917-1921

Figure 2. La comparaison des taux de fécondité par âge des femmes de même génération selon les recensements de population de 1981 et de 2001 - Génération 1917-1921

1.2. Une approche rétrospective et longitudinale de la fécondité à l’échelle des communes est-elle pertinente ?

14Il importe également de s’interroger sur la pertinence, à l’échelle communale, d’une approche rétrospective et longitudinale de la fécondité à partir des données de recensements. L'appartenance territoriale des femmes est déterminée par la commune de résidence à la date des recensements. Or, la vie génésique de ces femmes a pu se dérouler en partie, voire totalement, dans une ou plusieurs autres communes, compte tenu des migrations effectuées durant cette période. Dans ce cas, il n’y aurait alors aucun lien ou au mieux une relation indirecte entre le lieu de résidence en 1981 ou 2001 et la fécondité des femmes concernées par cette situation. Compte tenu du nombre de changements de résidence réalisés au cours de la période de vie reproductive et de l’importance des migrations intercommunales en Belgique, la spatialisation de la fécondité, selon une approche rétrospective et longitudinale, paraît donc difficilement soutenable. Néanmoins, plusieurs arguments relatifs aux spécificités des comportements migratoires en Belgique confortent la pertinence d’une telle démarche :

  • La plupart des migrations, définies comme un changement de logement, s’effectue sur de très petites distances. Ainsi, actuellement, on dénombre chaque année environ 1 000 000 de migrations, la moitié d’entre elles se déroule à l’intérieur d’une commune. Et parmi les 500 000 migrations entre communes, seules 200 000 impliquent un changement d’arrondissement et 65 000, un changement de région [Eggerickx et al., 2011].

  • Un modèle gravitaire, basé sur les flux migratoires annuels entre arrondissements, de 1954 à 2006, a démontré que la contrainte de la distance – et donc la propension à migrer sur de petites distances – s’est très nettement renforcée au cours de ces dernières décennies, et en particulier pour les personnes âgées de 25 à 40 ans, soit les âges qui englobent l’essentiel de la vie génésique des femmes. [Eggerickx et al., 2011].

    • 6 Pour la période quinquennale 2001-2006, les taux de migrations intercommunales augmentent de 3% à 1 (...)

    Après 25 ans, les taux de migrations intercommunales ou interarrondissements diminuent très rapidement, car l’accès à la propriété et la constitution de la famille entraînent une plus grande stabilité résidentielle6 [Eggerickx et al., 2011].

    • 7 Il s’agit par exemple de 78% pour la génération née entre 1972-1976, de 64% pour celle née entre 19 (...)

    En comparant le lieu de résidence de la mère à la naissance avec le lieu de résidence des individus en 1991, il a été démontré que, pour les générations en âge de procréer à cette date, plus de 60 % des femmes résidaient dans leur arrondissement de naissance7. En outre, il a également été constaté que c’est lorsque l’on a acquis une certaine stabilité familiale et professionnelle que la propension à revenir s’installer dans son arrondissement de naissance est la plus élevée [Eggerickx, Poulain & Schoumaker, 2000].

15Ces arguments sont renforcés par la cohérence territoriale de l’évolution des comportements de fécondité, comme le montrent les figures 3 et 4. Elles présentent, selon le découpage administratif communal, la descendance finale et l’âge moyen à la première maternité de trois générations de femmes caractéristiques des grandes phases d’évolution de la fécondité au 20ème siècle. La première génération concerne les femmes nées entre 1902 et 1906. Leur vie féconde se déroule essentiellement durant l’entre-deux-guerres, une période marquée, dans de nombreux pays, par de faibles niveaux de fécondité, parfois déjà inférieurs au niveau de remplacement des générations [Van Bavel, 2010]. La seconde génération comprend les femmes nées entre 1937 et 1941. Leur vie génésique couvre essentiellement la période 1960-1975, soit la fin du baby-boom et le début du baby-bust. Cette génération est également marquée par l’avènement de la pilule contraceptive. Enfin, les femmes nées entre 1952 et 1956 constituent la troisième génération, celle dont la vie génésique couvre la période de basse fécondité qui s’étend de 1975 à 1990. Décrivons rapidement la situation de chaque génération :

  • Génération 1902-1906. Les cartes de l’intensité et du calendrier mettent en évidence des modèles régionaux assez différents. Ainsi, l’âge moyen à la première naissance divise le pays en trois zones. Un axe central – qui s’étend de la province d’Anvers (nord) au Hainaut (sud) en englobant une vaste région (le Brabant flamand et le Brabant wallon) autour de Bruxelles – se caractérise par une fécondité précoce. L’âge moyen à la première maternité se situe sous la moyenne nationale (25,7 ans) et descend même à 23 ans dans les bassins industriels hennuyers. Cet axe central est cerné à l’ouest (les deux provinces de Flandre orientale et de Flandre occidentale et le Tournaisis) et à l’est (Campine, provinces de Liège et de Luxembourg, sud du Namurois) par deux régions où la fécondité est sensiblement plus tardive. La carte de la descendance finale présente un « visage » radicalement différent, avec tout d’abord un contraste nord-sud, résultat d’un déclin de la fécondité plus précoce en Wallonie et Bruxelles (démarrage vers 1870-1880) qu’en Flandres (vers 1900-1910) et en Campine (vers 1930) [Lesthaeghe, 1977]. Mais, tant dans le nord que dans le sud du pays, c’est dans les villes (Anvers, Gand, Bruxelles, Liège, Tournai, Namur…) et dans les bassins industriels de Wallonie que la fécondité est la plus basse ;

  • Génération 1937-1941. Les cartes de cette génération ne ressemblent pas à celles de la génération 1902-1906. Les schémas spatiaux ont évolué. Si le Hainaut et la Campine demeurent deux régions à fécondité précoce, ce n’est plus le cas de la région entourant Bruxelles, où l’âge moyen à la première maternité s’est relevé. Les deux Flandres et l’est de la province de Liège sont toujours des zones de fécondité plus tardive, alors que dans le Luxembourg, cet indice a diminué pour se situer au niveau de la moyenne nationale (24,2 ans). Pour la descendance finale, le clivage nord-sud a disparu et deux zones de surfécondité apparaissent clairement : la Campine (comme pour la génération précédente) et surtout l’ensemble des communes wallonnes situées au sud de l’ancien axe industriel Charleroi-Liège ;

  • Génération 1952-1956. À nouveau, les configurations spatiales des deux indicateurs ont évolué. Pour l’âge à la première naissance, ce sont désormais les grandes villes de Flandre (Anvers et Gand) ainsi que les espaces périurbains qui se distinguent par les valeurs les plus élevées. Ce calendrier plus tardif de la fécondité se retrouve également dans l’est de la province de Liège, alors qu’ailleurs, les situations sont plus homogènes, proches de la moyenne nationale (24,3 ans). En ce qui concerne la descendance finale, on relèvera, d’une part, la disparition de la Campine comme zone de surfécondité et, d’autre part, le maintien de niveaux élevés dans les communes « rurales » wallonnes, situées au sud de l’axe Charleroi-Namur-Liège.

Figure 3. La descendance finale des générations

Figure 3. La descendance finale des générations

Figure 4. Âge moyen à la première naissance des générations

Figure 4. Âge moyen à la première naissance des générations

Source : recensements de 1981 et 2001.

16Pour chaque génération, ces cartes mettent en évidence des disparités spatiales importantes et des modèles spécifiques d’évolution qui se caractérisant par une forte cohérence territoriale. En outre, ces modèles corroborent les études sur l’histoire de la fécondité en Belgique basés sur des indicateurs transversaux de fécondité [Lesthaeghe, 1978 ; Costa et al., 2010]. Ces résultats démontrent qu’a priori, il n’y aurait pas de contre-indication à mener une analyse de la fécondité au niveau communal à partir de données longitudinales et rétrospectives extraites des recensements de la population.

17En dépit de l’intensité des migrations internes et du nombre de changements de résidence réalisés au cours de la vie des individus, la plupart des déménagements se réalisent sur de petites distances et n’occasionnent pas, dans la plupart des cas, un changement fondamental d’environnement socioculturel. Ceci explique très probablement pourquoi, à partir de données rétrospectives et longitudinales, on observe une réelle cohérence spatiale des comportements de fécondité, en conformité avec les résultats des analyses transversales.

1.3. L’élaboration d’une typologie communale de l’évolution de la fécondité

18L’élaboration d’une typologie communale de l’évolution de la fécondité est une démarche importante pour plusieurs raisons :

  • La typologie permettra de synthétiser les nombreuses informations à analyser, à savoir l’évolution de l’intensité et du calendrier de la fécondité des générations de femmes nées entre 1902 et 1961;

    • 8 Des travaux ultérieurs permettront d’approfondir ce sujet. Il s’agira par exemple de confronter la (...)

    Elle permettra également de contrôler davantage les interactions évoquées ci-dessus entre migrations et fécondité8, puisqu’elle définit des espaces plus vastes aux comportements homogènes;

  • Enfin, certains indicateurs de fécondité (taux de fécondité selon l’âge des mères, parités atteintes au terme de la vie génésique…) sont difficilement exploitables à l’échelle des communes en raison des aléas statistiques liés aux petits nombres d’événements observés ; en définissant des groupes homogènes de communes, ces indicateurs pourront être calculés et analysés à cette échelle.

19Nous avons donc eu recours à une analyse de classification pour regrouper les 589 communes belges en un nombre réduit de groupes homogènes en termes d'évolution de la fécondité. L’analyse de différents indicateurs calculés pour ces groupes nous permettra de vérifier notre hypothèse d’une diminution des différences spatiales de fécondité, suivie d’une augmentation à partir des générations nées après la Seconde Guerre mondiale. En outre, la typologie pourra révéler des particularités régionales dans l’évolution de la fécondité.

  • 9 Il s’agit des indicateurs synthétiques statistiquement les plus robustes à l’échelle communale. D’a (...)
  • 10 La petite commune d’Herstappe (84 habitants au 1er janvier 2008) a été exclue de l’analyse.

20Trois indicateurs ont été retenus pour la classification : un indicateur d'intensité de la fécondité (la descendance finale des générations) et deux indicateurs de calendrier (l'âge à la première naissance et l'âge à la dernière naissance)9. Ces trois indicateurs ont été calculés au niveau des communes belges pour les 12 générations quinquennales de femmes nées entre 1902 et 1961.On obtient au final l'observation de 36 variables pour 588 communes10.

  • 11 On a procédé ici à une ACP avec rotation. Des tests ont été réalisés en procédant sans rotation. To (...)

21Une analyse en composante principale (ACP) a été réalisée au préalable, de manière à éliminer la part de la variation commune des variables et à ne procéder à la classification que sur des facteurs indépendants. En effet, un examen de la matrice de corrélations révèle, d’une part, des associations assez fortes entre générations voisines et, d’autre part, une corrélation très forte entre les descendances finales et l’âge à la dernière naissance des générations les plus anciennes. Le résultat de cette ACP11 (annexe 1) est une réduction de l’information à 4 facteurs (dont la valeur propre dépasse 2 alors que le cinquième facteur a une valeur propre inférieure à l’unité) qui expliquent 80 % de la variance initiale des 36 variables :

  • Le premier facteur rassemble l’âge à la dernière maternité pour les générations 1902 à 1931 et la descendance finale de ces mêmes générations. Il s’agit d’un facteur « intensité ancien » puisqu’il se réfère aux générations les plus vieilles, celles des femmes ayant vécu l’essentiel de leur vie génésique avant 1970.

  • Le second facteur rassemble l’âge à la dernière naissance pour les générations 1907 à 1916 et 1922 à 1951, ainsi que l’âge à la première naissance de ces mêmes générations. Il s’agit ici d’un facteur « calendrier ».

  • Le troisième facteur reprend l’âge à la dernière naissance et la descendance finale de la génération 1937-1941 ainsi que la descendance finale des générations 1942 à 1961. Ce troisième facteur porte surtout l’empreinte de la génération 1937-1941, soit celle qui vit la révolution contraceptive.

  • Le quatrième facteur reprend l’âge à la première naissance et à la dernière naissance des générations 1942-1956 ainsi que les trois indicateurs de la génération 1957-1961. Il reprend les principales caractéristiques des générations du baby-bust et s’oppose aux deux premiers facteurs plus marqués par la fécondité des générations anciennes.

22Le résultat de cette ACP consacre surtout un regroupement de générations où des comportements plus « anciens » s’opposent à des attitudes plus « modernes ». À partir de cette analyse factorielle, on a procédé à une analyse de classification de type hiérarchique ascendante (méthode de Ward) afin de construire des groupes homogènes de communes. Le résultat est la partition de l’espace belge en six groupes révélant la coexistence de différents modèles d’évolution des comportements de fécondité. On observe d’emblée la forte cohérence spatiale de ces groupes : il s’agit d’ensembles quasiment contigus de communes qui reflètent l’organisation économique, socioculturelle et historique du pays (figure 5).

Figure 5. La typologie communale de l’évolution de la fécondité des générations de femmes nées entre 1902 et 1961

Figure 5. La typologie communale de l’évolution de la fécondité des générations de femmes nées entre 1902 et 1961
  • Le groupe 1 : « Urbain-périurbain » est composé de grandes villes (Anvers, Bruges, Bruxelles, Gand et Liège) ainsi que de leurs espaces périurbains, soit au total 120 communes ;

  • le groupe 2 : « Flandre » reprend des communes correspondant à l’ancien comté de Flandre et s’étendant sur les provinces de Flandre orientale et de Flandre occidentale ainsi que sur des communes du Tournaisis et des communes de la province de Liège (notamment le long de la frontière avec l’Allemagne). Il compte 172 communes ;

  • le groupe 3 : « Campine ouest » est strictement flamand, reprenant des communes de Campine mais également des communes situées à la frontière est de la Flandre occidentale et quelques communes près de Bruges. 78 communes constituent ce groupe ;

  • le groupe 4 : « Campine est » correspond à la portion orientale de la Campine. C’est le plus petit groupe avec 40 communes ;

  • le groupe 5 : « Ardenne » reprend essentiellement des communes de l’Ardenne, de la Lorraine belge, du Condroz ainsi que le Westhoek en Flandre. Essentiellement rural, ce groupe réunit 104 communes ;

  • le groupe 6 : « Hainaut » réunit 74 communes dont Mons et Charleroi. Ce groupe, principalement implanté dans la région hennuyère, aujourd’hui socio-économiquement déshéritée et constituée des anciens bassins industriels de Charleroi et du Borinage (Mons).

  • 12 Le tableau 1 présente aussi la valeur du test F qui est le rapport entre la variance intragroupe et (...)

23Le tableau 1 présente les principales caractéristiques de chacun des groupes de communes. Les valeurs des indicateurs sont présentées pour trois générations de femmes12.

Tableau1. Les principales caractéristiques des 6 groupes de communes

Tableau1. Les principales caractéristiques des 6 groupes de communes

2. La fécondité des générations selon la typologie des communes belges

2.1. Une tendance générale : convergence puis divergence des comportements

24Afin d'analyser l'évolution des comportements de fécondité selon la typologie élaborée, six indicateurs d'intensité et de calendrier ont été (re)calculés au niveau des groupes de communes à partir des données individuelles :

  • la descendance finale des générations (figure 6), indicateur utilisé par ailleurs dans l'élaboration de la typologie ;

  • l'âge moyen à la première naissance (figure 7), également utilisé dans la typologie ;

  • la durée de vie génésique (figure 8), calculée par la différence entre l'âge à la dernière naissance et l'âge à la première naissance ;

  • trois indicateurs de parité : la proportion de femmes n'ayant pas eu d’enfant (figure 9), la proportion de femmes ayant eu exactement 2 enfants (figure 10) et la proportion de femmes ayant eu 4 enfants ou plus (figure 11).

Figure 6. Descendance finale par génération et par groupe de communes

Figure 6. Descendance finale par génération et par groupe de communes

Figure 7. Âge moyen à la première naissance par génération et par groupe de communes

Figure 7. Âge moyen à la première naissance par génération et par groupe de communes

Figure 8. Durée de vie génésique par génération et par groupe de communes

Figure 8. Durée de vie génésique par génération et par groupe de communes

Figure 9. Proportion de femmes n’ayant pas eu d’enfants par génération et par groupe de communes

Figure 9. Proportion de femmes n’ayant pas eu d’enfants par génération et par groupe de communes

Figure 10. Proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants par génération et par groupe de communes

Figure 10. Proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants par génération et par groupe de communes

Figure 11. Proportion de femmes ayant eu quatre enfants ou plus par génération et par groupe de communes

Figure 11. Proportion de femmes ayant eu quatre enfants ou plus par génération et par groupe de communes

25Globalement, l'évolution de la fécondité de la Belgique au cours du 20ème siècle se conforme à celle de la plupart des pays d’Europe occidentale [Monnier, 2004 ; Frejka, 2008 ; Frejka & Sobotka, 2008]. Cette évolution peut être scindée en deux grandes périodes. La première période concerne les générations de femmes nées dans la première moitié du 20ème siècle. La descendance est maximale pour les générations nées vers 1930, celles dont la vie génésique s’enclenche après la Seconde Guerre mondiale et qui participent activement au baby-boom (figure 6). La diminution de la fécondité s’amorce ensuite et se poursuit jusqu’aux générations de femmes nées entre 1947 et 1951, dont la descendance finale passe sous le seuil de remplacement des générations. La baisse de la fécondité a été accompagnée par de profondes modifications du calendrier au fil des générations. La durée de vie génésique, stable autour des 6 années jusqu’à la génération née entre 1927 et 1931, amorce ensuite une diminution rapide qui atteindra un minimum de 4 années avec la génération née entre 1942 et 1946 (figure 8). Quant à l’âge moyen à la première naissance, il a diminué de 26 ans à moins de 24 ans entre les générations 1912-1916 et 1942-1946 (figure 7). Dans ce processus, la taille des familles a été sensiblement modifiée. Les familles avec deux enfants (figure 10), sont devenues le modèle dominant : la proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants a progressé de 20 % pour les premières générations du siècle à près de 40 % pour les générations 1947-1951. En revanche, la proportion de femmes ayant eu 4 enfants et plus (figure 11) a chuté de 20 à 8 %. Enfin, la proportion de femmes sans enfant (figure 9) a connu une diminution sensible, de 28 % à 10 %.

26La deuxième période concerne les générations nées à partir des années 1950. La descendance de ces générations se stabilise autour de 1,9 enfant par femme (figure 6). En revanche, on assiste à une augmentation de l'âge à la première naissance, qui se rapproche à nouveau de 26 ans avec la génération 1962-1966 (figure 7). Si le modèle de famille à deux enfants se stabilise (figure 10), la proportion de femmes sans enfant connaît une reprise soutenue, atteignant 16 % pour les générations les plus récentes (figure 9).

27L'évolution de la fécondité belge est donc marquée par un double mouvement. La première période, qui concerne les générations nées durant la première moitié du 20ème siècle, correspond à l'apparition d'un modèle standard de fécondité : à mesure que le mariage se généralise et devient de plus en plus précoce, la fécondité se concentre aux jeunes âges et est limitée au sein des couples, lesquels ont le plus souvent deux enfants. La deuxième période, qui correspond aux générations nées après 1950, se distingue par une diversification des modèles de fécondité. Le calendrier est également plus tardif et on observe une augmentation sensible de la proportion de femmes sans enfant.

28Ces tendances s’observent-elles pour les six groupes de communes ? De manière générale, les groupes de communes répondent plus ou moins fidèlement à ces mouvements de l’intensité et du calendrier de la fécondité par génération, à deux exceptions près. En effet, compte tenu de leur transition de fécondité tardive [Lesthaeghe, 1977], les deux groupes campinois (groupes 3 et 4) n’ont pas connu le relèvement de la fécondité lié au baby-boom. Les évolutions de la descendance finale et de la proportion de femmes ayant eu 4 enfants et plus se démarquent de la tendance générale. Hormis ces particularités campinoises, force est de constater que les évolutions des groupes suivent des tendances communes.

29Comment ont évolué les disparités entre groupes de communes, au-delà des tendances globales ?

30Premièrement, l’analyse des figures 6 à 11 corrobore l’hypothèse d'une évolution de la fécondité en deux temps.

  • Pour les générations nées avant 1950, on observe un rapprochement des courbes autour de la moyenne nationale pour tous les indicateurs (hormis la proportion de femmes ayant eu deux enfants). Ainsi, la standardisation progressive des trajectoires démographiques, marquées notamment par des naissances de plus en plus limitées, précoces et concentrées dans le temps, s’est accompagnée d’une réduction des différences spatiales des comportements de fécondité. Ces processus pourraient s'expliquer par une structuration croissante de la vie familiale et sociale engendrée par les institutions à caractère national, telles que l'école, le marché du travail, les politiques sociales, etc. Cette institutionnalisation, qui concerne toutes les régions du pays, impliquerait partout l'instauration d’un modèle standard de fécondité.

  • En revanche, pour les générations nées après 1950, on observe un décrochage dans l’évolution des différents groupes. C’est notamment le cas de la descendance finale (figure 6), de la durée de vie génésique (figure 8), de la proportion de femmes sans parité (figure 9) et de la proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants (figure 10). Ainsi, la diversification des trajectoires démographiques des générations nées après 1950 semble s’être accompagnée d'une nouvelle différenciation spatiale de la fécondité.

31Deuxièmement, il n’y a pas réellement de convergence des comportements de fécondité pour l’ensemble des générations du 20ème siècle, et certainement pas pour celles nées après 1950. Différents arguments peuvent être avancés :

  • Pour les générations plus récentes, des différences significatives subsistent. Ainsi, par exemple, pour la génération de femmes nées entre 1957 et 1961, la descendance finale varie de 1,75 à 2,13 enfants entre les groupes de communes (figure 6). Pour cette même génération, la durée moyenne de vie génésique varie entre 3,3 et 5 années (figure 7).

  • Pour certains indicateurs, tels que l’âge à la première naissance (figure 7) ou encore la proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants (figure 10), les différences entre les groupes pour les générations récentes sont aussi importantes que celles qui caractérisaient les générations du début du 20ème siècle.

  • En faisant abstraction des deux groupes campinois, marqués par une transition de fécondité particulièrement tardive, les écarts entre les valeurs minimun et maximum de la plupart des indicateurs demeurent quasi constants entre les générations.

  • Pour chaque indicateur, la position des groupes évolue différemment au fil des générations. Les permanences côtoient les changements radicaux de position. Ainsi, par exemple, pour toutes les générations, le groupe « Hainaut » se caractérise par un âge moyen à la première maternité très nettement inférieur à celui des autres groupes (figure 7). Inversement, le groupe « Campine ouest », qui se distinguait par la précocité de son calendrier de fécondité jusqu’à la génération 1947-1951, a connu depuis l’augmentation la plus rapide de l’âge moyen à la première maternité. Le groupe « urbain-périurbain » présente pour toutes les générations les proportions les plus élevées de femmes n’ayant jamais eu d’enfant (figure 9). Le groupe « Ardennes » partage cette caractéristique jusqu’à la génération 1942-1946, pour figurer, avec les générations suivantes, parmi les groupes où cette proportion est la plus faible.

32En bref, les différences observées, notamment pour les générations les plus récentes, ainsi que les permanences et variations brutales qui caractérisent certains groupes, constituent autant d’arguments qui contredisent l’hypothèse de convergence des comportements de fécondité au cours des dernières décennies.

2.2. Des modèles différents d’évolution de la fécondité

33En dépit des tendances lourdes d’évolution de la fécondité – faible intensité et calendrier de plus en plus tardif – différents modèles de fécondité coexistent encore. Cette section décrit brièvement les modèles d’évolution de la fécondité caractéristiques des différents groupes de communes.

34Le groupe « Urbain-périurbain » se distingue des autres par une fécondité très faible tout au long du 20ème siècle. Très basse pour les générations du début du siècle, la descendance finale augmente progressivement, mais ne dépasse guère le seuil de 2 enfants par femme pour les générations du baby-boom. Pour les générations plus récentes, cet indice d’intensité de la fécondité demeure parmi les plus faibles. Cette faible fécondité est associée aux proportions les plus élevées, pour toutes les générations, de femmes sans descendance. Elles étaient 30 % pour les générations les plus anciennes et 20 % pour la génération 1962-1966. En moyenne, la durée de vie génésique des femmes de ce groupe figure parmi les plus faibles pour toutes les générations. Pour les générations nées après 1942, on soulignera l’augmentation rapide de l’âge moyen à la première maternité et les écarts importants par rapport aux autres groupes de communes. En résumé, ce groupe « urbain-périurbain » se caractérise par une descendance faible, un calendrier tardif qui a subi un vieillissement rapide et un modèle familial qui privilégie les familles avec très peu d'enfants.

35À l’instar du groupe précédent, les communes du groupe « Hainaut » se distinguent par de très faibles descendances finales pour les premières générations du 20ème siècle. Néanmoins, l’intensité de la fécondité va rapidement s’accroître pour culminer à 2,4 enfants par femme pour la génération 1932-1936. Pour les générations suivantes, la fécondité a chuté tout en restant supérieure à la moyenne nationale. Mais la principale particularité de ce groupe de communes concerne la précocité de son calendrier de fécondité. Pour toutes les générations, l’âge moyen à la première maternité est le plus bas, avec en permanence, un écart important par rapport aux autres groupes. D’autres singularités caractérisent ce groupe de communes, notamment pour les générations récentes : on y observe les plus faibles proportions de femmes sans enfant alors que les modèles familiaux à descendance nombreuse (4 enfants et plus) y sont très bien représentés.

36L’accroissement de la fécondité des générations du baby-boom a été particulièrement important pour les communes du groupe « Ardennes ». Entre les générations 1902-1906 et 1932-1941, la descendance finale a augmenté de 1,8 à 2,4 enfants par femme. Mais, contrairement aux autres groupes, la baisse de la fécondité qui caractérise les générations suivantes fut très lente, les descendances finales se maintenant au-dessus du seuil de remplacement. En ce qui concerne le calendrier de la fécondité, ce groupe a connu une évolution radicale au fil des générations. Pour les générations les plus anciennes, c’est pour ce groupe que l’âge moyen à la première naissance était le plus tardif, alors que pour les générations récentes, cet indice est l’un des plus faibles. Pour ces générations, le modèle ardennais associe une fécondité élevée, un calendrier précoce et une durée de vie génésique supérieure à celle des autres groupes. Pour les générations récentes, il s’agit d’un modèle que l’on pourrait qualifier de « traditionnel et stable ». En outre, les proportions de femmes sans enfant sont faibles, alors que la proportion de femmes ayant mis au monde 4 enfants et plus est deux fois supérieure à la moyenne nationale.

37L’évolution de la fécondité du groupe « Flandre » se calque assez fidèlement à la moyenne nationale, tant pour les indicateurs d’intensité que de calendrier et de parité. Il s’agit donc d’un modèle « moyen ».

38Pour le groupe « Campine est », la fécondité des premières générations du 20ème siècle était particulièrement élevée, proche de 4 enfants en moyenne par femme. Cette région se caractérise par une transition de la fécondité tardive, mais brutale lorsqu’elle s’amorce [Lesthaeghe, 1977]. Dès la génération 1942-1946, le niveau de fécondité a rejoint la moyenne nationale. La durée de vie génésique a subi le même type d’évolution rapide : d’une dizaine d’années pour les générations du début du 20ème siècle, elle s’effondre à 4,5 ans pour la génération 1942-1946 et à moins de 4 ans pour la génération 1962-1966. D’une manière générale, c’est ce groupe qui a connu les évolutions les plus radicales au cours du 20ème siècle. Pour les générations les plus récentes, ce groupe se distingue par un âge moyen à la première maternité et une durée de vie génésique légèrement inférieure à la moyenne nationale. En d’autres termes, la période de procréation est très brève et largement concentrée avant 30 ans. Les femmes sans enfant sont peu représentées, alors que les familles à deux enfants constituent de loin le modèle dominant.

39Pour le groupe « Campine ouest », l’évolution de l’intensité et du calendrier de la fécondité des générations ressemble à celle du groupe précédent, mais de manière moins brutale. Néanmoins, pour les générations récentes, ce groupe présente des traits distinctifs forts. C’est pour ce groupe que la descendance finale est la plus faible et la durée de vie génésique la plus réduite (moins de 3,5 années), compte tenu d’un âge à la première maternité tardif et d’un âge à la dernière maternité précoce. Les familles nombreuses sont faiblement représentées, à l’inverse des familles à deux enfants. On relèvera également que la proportion de femmes sans enfant figure parmi les plus élevées.

Conclusions

40Les objectifs de cette recherche étaient de procéder à une analyse longitudinale de l’évolution de la fécondité et de tester l’hypothèse d’une convergence des comportements au cours du 20ème siècle au sein de l’espace belge à partir des données rétrospectives des recensements de 1981 à 2001.

41Comme préalable, nous avons vérifié la qualité des données utilisées et en particulier l’importance des biais de mémoire et de sélection (par la mortalité et la migration) liés à l’utilisation de données rétrospectives. Les différents tests ont démontré la très bonne qualité des données utilisées et l’absence de biais significatifs.

42L’analyse repose sur l’élaboration d’une typologie de l’évolution de la fécondité au cours du siècle dernier, à l’échelle des communes belges. Cette typologie a été réalisée au moyen d’analyses en composantes principales et de classification. Le résultat est une partition en six groupes de communes aux profils sensiblement distincts et présentant une grande cohérence spatiale.

43L’analyse des différents indicateurs d’intensité, de calendrier et de parité de la fécondité vérifie l’hypothèse d’une évolution en deux temps, conformément à la chronologie qui caractérise les études sur les parcours de vie en Europe occidentale. Le premier temps est marqué par une homogénéisation progressive des comportements démographiques entre les différents groupes de communes, dans un contexte d’institutionnalisation croissante de la vie sociale et familiale. Cette homogénéisation atteint son paroxysme, pour la plupart des indicateurs de fécondité, avec les générations de femmes nées à la fin des années 1940. Avec les générations suivantes, les différences entre les groupes de communes vont à nouveau s’accentuer, dans un contexte de renforcement de l’individualisme. Il n’y a donc pas de convergence des comportements de fécondité sur l’ensemble du 20e siècle, et certainement pas au cours des dernières décennies. Pour les générations les plus récentes, les disparités d’intensité, de calendrier et de parité de la fécondité demeurent importantes, parfois autant que pour les générations du début du 20ème siècle. L’analyse des caractéristiques et de l’évolution de la fécondité de chacun des groupes de communes démontre qu’en dépit des tendances lourdes, marquées par les faibles fécondités et le vieillissement du calendrier, différents modèles de fécondité coexistent.

44Il reste à expliquer cette géographie des territoires de la fécondité, les différences, les résistances et les changements plus ou moins rapides. Quel est le rôle réel joué par les migrations socioculturellement sélectives orientées vers les espaces périurbains ? Comment expliquer la persistance des hautes fécondités et du modèle de la famille nombreuse dans les Ardennes belges, alors que ce territoire bénéficie depuis deux décennies d’une dynamique démographique intense, marquée par une très forte attractivité migratoire de jeunes adultes ? Quels sont les déterminants des très basses fécondités observées dans certaines régions de Flandre ? Les questions sont multiples et les analyses multivariées et menées sur les observations individuelles devraient apporter certaines réponses dans le second volet de cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

BILLARI F., KOHLER H-P. (2004), Patterns of low and very low fertility in Europe, Population Studies, vol. 58, n° 2.

BLAYO C., BERGOUIGNAN C. (2005), « Fécondité et pression sociale en France dans les 50 dernières années », in La population de la France. Évolutions démographiques depuis 1946, Tome 1, Bordeaux, CUDEP, pp. 273-332.

BLOOM D.E., SOUSA-POZA A. (2010), Introduction to special issue of the European Journal of Population : Economic consequences of low fertility in Europe, European Journal of Population, vol. 26, pp. 127-139.

COSTA R., EGGERICKX T., RIZZI E., SANDERSON J.-P. (2010), « Analyse spatiale et temporelle de la fécondité en Belgique : une approche communale », XVe Colloque national de démographie, CUDEP, Strasbourg, 25-28 mai 2010 (à paraître).

DECROLY J.-M., GRIMMEAU J.-P. (1991), La démographie à l’échelle locale : une géographie de la population de la Belgique dans les années 80, Courrier hebdomadaire du CRISP, n° 1308-1309, 52 p.

EGGERICKX T., POULAIN M., SCHOUMAKER B. (2000), La mobilité spatiale de la population, Monographie 2 du recensement de la population de la Belgique, Bruxelles, Institut National de Statistique, 129 p.

EGGERICKX T., HERMIA J.-P., SURKJIN J., WILLAERT D., avec la collaboration de L. Dal, M. Poulain et J.-P. Sanderson (2011), Les migrations internes en Belgique, Monographie 2 de l’Enquête socioéconomique de 2001, Bruxelles, DGSIE, 200 p., (à paraître).

EUROSTAT (2006), Statistiques de population. Population et conditions sociales, Commission européenne, Luxembourg, 181 p.

FESTY P. (1979), La fécondité des pays occidentaux de 1870 à 1970, Travaux et Documents, Cahier n° 85, PUF, Paris, 398 p.

FREJKA T. (2008), Parity distribution and completed family size in Europe : Incipient decline of the two-child family model, Demographic Research, vol. 19, n° 2, pp. 47-72.

FREJKA T., SOBOTKA T. (2008), Fertility in Europe : diverse, delayed and below replacement, Demographic Research, vol. 19, pp. 15-46.

KOHLER H.-P., BILLARI F., ORTEGA J. A. (2002), The emergence of lowest-low fertility in Europe during the 1990s, Population and Development Review, vol. 28, n° 4, pp. 641-680.

KOHLI M. (1986), « The world we forgot : a historical review of life course », in V.W. Marshall (Ed.), Later life. The social psychology of aging, London, pp. 271-303.

KUIJSTEN A. (1996), Changing family patterns in Europe : a case of divergence ?, European Journal of Population, vol. 12, pp. 115-143.

LESTHAEGHE R. (1977), The decline of Belgian fertility, 1800-1970, Princeton, Princeton University Press, 259 p.

LESTHAEGHE R., NEELS K. (2002), From the first to the second demographic transition – an interpretation of the spatial continuity of demographic innovation in France, Belgium and Switzerland, European Journal of Population, vol. 18, pp. 325-360.

MÉRENNE B., VAN DER HAEGEN H., VAN HECKE E. (s.d.), La Belgique. Diversité territoriale, Atlas du recensement de la population de 1991, Bruxelles, SSTC-Crédit communal, 144 p.

MONNIER A. (2004), Démographie contemporaine de l’Europe. Évolutions, tendances, défis, Paris, A. Colin, Collection U, 415 p.

NEELS K. (2010), « Period and cohort effects in Belgian nuptiality and fertility : 1960-1990 », in T. Eggerickx, J.-P. Sanderson (eds.), Histoire de la Population de la Belgique et de ses territoires, Chaire Quetelet 2005, Louvain-la-Neuve, Centre de Recherche en Démographie et Sociétés, Presses Universitaires de Louvain, pp. 463-488.

ORIS M. (2009), « Aux origines de la deuxième transition démographique en Europe : une relecture des enquêtes fécondité-famille entre 1966 et 1972 », in R. Marcoux (sous la direction de), Mémoires et Démographie, aspects croisés au Sud et au Nord, Québec, Presses Universitaires de Laval, Collection Cahiers du CIEQ, pp. 33-44.

REHER D. (1998), Family ties in Western Europe : persistent contrasts, Population and Development Review, vol. 24, n° 2, pp. 203-234.

ROUSSEL L. (1992), La famille en Europe occidentale : divergences et convergences, Population, n° 1, pp. 133-152.

SAPIN M., SPINI D., WIDMER E. (2007), Les parcours de vie. De l’adolescence au grand âge, Lausanne, 135 p.

SOBOTKA T. (2008), The diverse of the Second Demographic Transition in Europe, Demographic Research, vol. 19, n° 8, pp. 171-224.

SOBOTKA T, TOULEMON L (2008), Changing family and partnership behaviour : common trends and persistent diversity across Europe, Demographic Research, vol. 19, n° 6, pp. 85-138.

VAN BAVEL J. (2010), Subreplacement fertility in the West before the baby boom : Past ant current perspectives, Population Studies, vol. 64, n° 1, pp. 1-18.

WIDMER E., RITSCHARD G., MÜLLER N. (2009), « Trajectoires professionnelles et familiales en Suisse : quelle pluralisation ? », in M. Oris et al., Transitions dans les parcours de vie et construction des inégalités, Lausanne, pp. 253-272.

WUNSCH G. (2001), « L’analyse de la fécondité par cohorte », in G. Caselli, J. Vallin, G. Wunsch, (eds.), Démographie : analyse et synthèse. I. La dynamique des populations, Paris, Éditions de l’INED, pp. 149-163.

Haut de page

Notes

1 La cartographie des indicateurs de natalité et de fécondité a été élaborée par P. Deboosere et R. Lesthaeghe.

2 L’exercice réalisé en 2001 porte officiellement le nom d’« Enquête socioéconomique 2001 ».

3 Tels que la descendance finale, l’âge moyen aux première et dernière maternités, la distribution des femmes selon la descendance finale atteinte, les taux de fécondité par âge, etc.

4 Avec une descendance qui se constitue en moyenne à 70% entre 25 et 35 ans, la descendance finale de la génération de femmes nées en 1960, calculé en 2001, reflète surtout le niveau de fécondité atteint entre 1985 et 1995.

5 À génération constante, les indices synthétiques, comme les taux par âge, présentent des différences minimes selon qu’ils proviennent du recensement de 1981 ou de celui de 2001. De surcroit, ces différences s’amenuisent au fil des générations. Néanmoins, les courbes des taux de fécondité par âge révèlent que pour toutes les générations, les valeurs calculées en 1981 sont très légèrement inférieures à celles mesurées en 2001. Cela suppose que les personnes sorties d’observation entre 1981 et 2001 (ces sorties sont d’autant plus importantes que les générations sont anciennes) se caractérisent par une fécondité très légèrement inférieure. Par conséquent, les indices calculés sur base du recensement de 1981, pour les générations les plus anciennes, seront très légèrement surestimés.

6 Pour la période quinquennale 2001-2006, les taux de migrations intercommunales augmentent de 3% à 14% entre 18 et 25 ans pour ensuite diminuer très rapidement pour atteindre 8% à 30 ans, 3 % à 45 ans et moins de 2% entre 55 et 80 ans [Eggerickx et al., 2011].

7 Il s’agit par exemple de 78% pour la génération née entre 1972-1976, de 64% pour celle née entre 1962-1966 et de 59% pour celle née entre 1952-1956 [Eggerickx et al., 2000].

8 Des travaux ultérieurs permettront d’approfondir ce sujet. Il s’agira par exemple de confronter la fécondité selon le lieu de résidence aux recensements avec la fécondité selon le lieu de résidence à la naissance pour les différentes générations de femmes, d’analyser la fécondité des migrantes dans chacun des groupes de communes ou encore de reconstituer, grâce aux différentes générations, la fécondité du moment de chaque groupe et confronter les résultats avec les données transversales disponibles par ailleurs [Costa et al., 2010].

9 Il s’agit des indicateurs synthétiques statistiquement les plus robustes à l’échelle communale. D’autres indicateurs, tels les taux de fécondité par âge de la mère ou les parités atteintes au terme de la vie génésique sont beaucoup plus sensibles au problème des petits nombres. Néanmoins, ces indicateurs seront exploités pour l’analyse des différents groupes de communes, résultats de l’analyse de classification.

10 La petite commune d’Herstappe (84 habitants au 1er janvier 2008) a été exclue de l’analyse.

11 On a procédé ici à une ACP avec rotation. Des tests ont été réalisés en procédant sans rotation. Toutefois, la classification obtenue à partir des facteurs de l’ACP sans rotation était très proche de celle obtenue avec rotation, si ce n’est que, dans ce dernier cas, on observe une plus grande cohérence spatiale des résultats et un morcellement géographique plus réduit des groupes de communes. Nous avons donc choisi de retenir la typologie construite à partir des facteurs de l’ACP avec rotation.

12 Le tableau 1 présente aussi la valeur du test F qui est le rapport entre la variance intragroupe et la variance intergroupe. Une valeur de F plus petite que 1 indique que la variance à l'intérieur du groupe est inférieure à la variance entre les groupes ; un groupe est d'autant plus homogène que le F est petit. Dans le tableau synthétique sont présentées des valeurs moyennes de F, calculées pour chaque indicateur sur l'ensemble de générations. On observe que les valeurs moyennes de F de la descendance finale sont inférieures à 1 pour les 6 groupes de communes, ce qui révèle une certaine homogénéité interne de ces groupes en termes d'intensité de fécondité. Le calendrier, en revanche, est moins homogène au sein des groupes. En effet, le F moyen de l'âge à la première naissance est supérieur à 1 pour tous les groupes ; pour l'âge à la dernière naissance, c’est aussi le cas pour deux des groupes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 6. Descendance finale par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 2. La comparaison des taux de fécondité par âge des femmes de même génération selon les recensements de population de 1981 et de 2001 - Génération 1917-1921
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Figure 3. La descendance finale des générations
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 4. Âge moyen à la première naissance des générations
Crédits Source : recensements de 1981 et 2001.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 5. La typologie communale de l’évolution de la fécondité des générations de femmes nées entre 1902 et 1961
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Tableau1. Les principales caractéristiques des 6 groupes de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 7. Âge moyen à la première naissance par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 8. Durée de vie génésique par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 9. Proportion de femmes n’ayant pas eu d’enfants par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 10. Proportion de femmes ayant eu exactement deux enfants par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 11. Proportion de femmes ayant eu quatre enfants ou plus par génération et par groupe de communes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4550/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Costa, Thierry Eggerickx et Jean-Paul Sanderson, « Les territoires de la fécondité en Belgique au 20ème siècle », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 353-375.

Référence électronique

Rafael Costa, Thierry Eggerickx et Jean-Paul Sanderson, « Les territoires de la fécondité en Belgique au 20ème siècle », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4550 ; DOI : 10.4000/eps.4550

Haut de page

Auteurs

Rafael Costa

Centre de Recherche en Démographie et Sociétés
Université catholique de Louvain
1, Place Montesquieu, bte 4
B. 1348 Louvain-la-Neuve
Belgique
Rafael.costa@uclouvain.be
Thierry.eggerickx@uclouvain.be
jean-paul.sanderson@uclouvain.be

Articles du même auteur

Thierry Eggerickx

Articles du même auteur

Jean-Paul Sanderson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org