Navigation – Plan du site
Articles

La profondeur des souches ancestrales au Québec, une mesure de la régionalité de la population

The Depth of Ancestral Roots in Quebec, a Measure of the Regionality of the Population
Marc Tremblay
p. 305-320

Résumés

Les souches ancestrales d’une population font habituellement référence aux lignées paternelles, en raison de la transmission des patronymes d’une génération l’autre. Or, la lignée paternelle ne rejoint qu’une partie des ancêtres, dont l’importance relative s’amenuise à mesure que l’on remonte les générations. Cette étude vise à mesurer et à comparer, à partir d’échantillons généalogiques construits à l’aide des données du fichier BALSAC et remontant jusqu’au 17ème siècle, les profondeurs des souches ancestrales dans les populations de diverses régions du Québec, en tenant compte des origines de l’ensemble des ancêtres. Un indice de la profondeur des souches ancestrales régionales a été développé à partir d’une méthode similaire à celle utilisée pour le calcul des profondeurs généalogiques. Les résultats font ressortir des variations régionales importantes dans les profondeurs des souches ancestrales, qui témoignent de l’histoire migratoire qui a caractérisé le peuplement du Québec au fil des générations. Les profondeurs moyennes vont de moins d’une génération à près de six générations d’ancêtres mariés dans la même région. Pour certains individus, la profondeur ancestrale régionale peut aller jusqu’à huit générations. Des branches maternelles remontant à onze générations ont été observées dans quelques régions.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

L’auteur remercie Ève-Marie Lavoie, Valérie Roy-Lagacé et Bernard Casgrain (Projet BALSAC) pour leur assistance technique dans la production des données. Cette étude a également bénéficié du soutien financier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

Introduction

  • 1 Le terme régionalité est utilisé par certains auteurs pour faire référence au caractère régional d’ (...)

1L’analyse généalogique peut fournir des informations pertinentes sur l’histoire et la structure d’une population ainsi que sur les liens qui unissent les individus qui la composent [Brunet et Bideau, 2000]. Grâce à l’existence d’imposantes banques de données, plusieurs études faisant appel à des généalogies ont été effectuées sur la population du Québec (Canada) depuis une trentaine d’années. Certaines de ces études ont mis en lumière les particularités régionales de cette population, notamment en ce qui a trait à l’intensité de l’apparentement et de la consanguinité parmi les individus des populations concernées [Gagnon, 2001 ; Tremblay et al., 2001 ; Vézina et al., 2004 ; Mourali-Chebil et Heyer, 2006]. Les origines et les contributions démographique et génétique des ancêtres fondateurs de ces populations ont également fait l’objet de nombreux travaux [Heyer, 1999 ; Gagnon et Heyer, 2001 ; Tremblay et al., 2003 ; Mayer et Boisvert, 2006 ; Bergeron et al., 2008 ; Bherer et al., 2010]. Cependant on connaît encore peu de choses sur l’ancrage régional des origines ancestrales, ou ce qu’on pourrait appeler la régionalité1 de la population. Jusqu’à quel point, par exemple, les individus d’une région donnée ont des ancêtres provenant de la même région ? Sur combien de générations faut-il remonter pour voir apparaître une majorité d’ancêtres venus d’ailleurs ? Y-a-t-il des différences importantes entre les ancêtres issus de la branche maternelle et ceux provenant de la branche paternelle par laquelle sont transmis les noms de famille ? Les réponses à ces questions sont bien sûr intimement liées à l’ancienneté du peuplement et aux mouvements migratoires qui ont caractérisé chacune des régions étudiées. Ainsi, on peut s’attendre à trouver proportionnellement plus de souches profondes dans les régions de peuplement ancien ou relativement fermées aux migrations que dans les régions peuplées plus tardivement ou longtemps ouvertes à l’immigration. Cependant, la résultante des effets combinés de l’ancienneté du peuplement, de l’immigration et de l’émigration différentielles ne peut être déterminée de façon précise sans avoir recours à des données fiables et suffisamment complètes.

2Une étude portant sur la population de l’Islande a abordé la question de l’enracinement des générations dans les différents comtés de ce pays insulaire [Helgason et al., 2005]. La population islandaise, à l’instar de celle du Québec, est l’une des rares à pouvoir bénéficier de l’existence de données généalogiques couvrant presque toute la population et qui remontent à plusieurs générations. Les travaux d’Helgason et al. (2005) ont montré que les populations des comtés islandais présentent des différences importantes du point de vue de leurs origines ancestrales, ce qui a permis de faire ressortir une diversité génétique insoupçonnée dans cette population autrement reconnue comme étant plutôt homogène. Helgason et al. (2003) ont également analysé les lignées maternelles et paternelles de la population islandaise, c’est-à-dire les branches généalogiques qui remontent strictement par les mères et les pères, respectivement. D’un point de vue anthropologique ou social, les branches paternelles sont souvent utilisées comme marqueur des origines et de l’enracinement familial, en raison de la transmission des patronymes d’une génération à l’autre [Sagnes, 2004 ; Brunet et al., 2008]. Or, la lignée paternelle ne rejoint qu’une petite partie des ancêtres, dont l’importance relative s’amenuise à mesure que l’on remonte les générations. À cet égard, la prise en compte des branches maternelles s’avère au moins tout aussi importante que celle des branches paternelles. Par ailleurs, sur le plan biologique, les lignées maternelles et paternelles sont déterminantes puisqu’elles sont responsables de la transmission intergénérationnelle de l’ADN mitochondrial (de mère en fille) et du chromosome Y (de père en fils), deux systèmes génétiques très informatifs pour l’étude de l’évolution des populations humaines [Oota et al., 2001 ; Wilkins, 2006]. La comparaison de ces deux systèmes a révélé des distinctions importantes au point de vue des origines et de la diversité des populations islandaise [Helgason et al., 2003] et finlandaise [Kittles et al., 1999]. Une étude récente sur la population québécoise a aussi montré des différences significatives entre les origines maternelles et paternelles des sujets étudiés [Tremblay et Vézina, 2010]. L’utilisation de généalogies ascendantes pouvant remonter sur plusieurs générations s’avère très pertinente pour ce type d’étude puisque plus les données sont complètes et profondes, meilleures sont les conclusions quant à l’ampleur des effets observés.

3La présente étude porte donc sur une analyse des profondeurs ancestrales des populations régionales du Québec, à partir de données concernant les lieux de mariage des ancêtres de sujets contemporains. Il s’agit en quelque sorte de produire une estimation de la régionalité des populations concernées, à travers les générations. Les comparaisons sont effectuées à partir d’observations concernant l’ensemble des ancêtres connus, ainsi que ceux appartenant plus spécifiquement aux lignées maternelles et aux lignées paternelles.

Bref historique du peuplement des régions du Québec

4Le peuplement du territoire québécois s’est développé autour des villes de Québec (fondée en 1608), Trois-Rivières (1634) et Montréal (1642) (figure 1). Très lente durant la première moitié du 17ème siècle, la colonisation s’est intensifiée à partir des années 1660 grâce notamment à l’arrivée des Filles du Roy, envoyées par Louis XIV afin d’encourager la croissance naturelle de la population [Landry, 1992]. À la fin du 17ème siècle, la population d’origine européenne (essentiellement française) comptait à peu près 17 000 individus, dont 80 % étaient nés au Québec [Charbonneau et al., 2000]. À ce moment, le territoire occupé s’étendait principalement entre Montréal et la région de Charlevoix (à l’est de la ville de Québec), sur les deux rives du fleuve St-Laurent. Jusqu’à la fin du Régime français (1760), la croissance démographique fut principalement tributaire de l’accroissement naturel qui, durant cette période, se maintenait autour de 2,5 % annuellement, grâce à une fécondité forte et soutenue [Henripin et Péron, 1973 ; Charbonneau et al., 2000].

Figure 1. Régions du Québec et ancienneté du peuplement

Figure 1. Régions du Québec et ancienneté du peuplement

5Au moment de la conquête anglaise, la population avait atteint un peu plus de 70 000 habitants, dont quelques milliers de réfugiés acadiens qui s’étaient installés au Québec à la suite des événements entourant la période du Grand Dérangement [Dickinson, 1994]. La prise de possession du territoire par les Britanniques amena de nouvelles vagues d’immigration à partir de la fin du 18ème siècle : quelques milliers de loyalistes d’abord, fuyant la guerre d’indépendance américaine, suivis plus tard par des immigrants d’origines anglaise, écossaise et irlandaise [Henripin, 2003]. Dès le début du 19ème siècle, le territoire occupé commençait à s’étendre un peu plus à l’intérieur des terres. Cette expansion territoriale s’amplifia avec la croissance de la population. De nouveaux territoires furent ouverts à la colonisation, notamment au Saguenay, sur la Côte-Nord, dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, ainsi qu’au Témiscamingue. À la fin du 19ème siècle, l’étendue du peuplement couvrait à peu 0près toutes les régions actuelles, sauf l’Abitibi (dans le nord-ouest du Québec) qui se développa principalement à partir du deuxième quart du 20ème siècle. La population totale du Québec compte aujourd’hui environ 7,9 millions d’individus [Institut de la statistique du Québec, 2010].

Données et méthodologie

6Les données utilisées proviennent d’un corpus de 2340 généalogies ascendantes, soit quatre-vingt-dix généalogies pour chacune des vingt-six régions à l’étude, reconstruites à l’aide des données du fichier BALSAC [Projet BALSAC, 2010] et du Registre de population du Québec ancien [Programme de recherche en démographie historique, 2010]. Ces généalogies sont celles de sujets mariés dans l’une ou l’autre des vingt-six régions du Québec entre 1935 et 1974 (année moyenne : 1950), dont les actes de mariage ont été sélectionnés au hasard parmi l’ensemble des actes répertoriés et informatisés dans le fichier BALSAC. Il s’agit essentiellement de mariages catholiques. Les arbres généalogiques ont été reconstruits aussi loin que les sources disponibles le permettent, c’est-à-dire dans la plupart des cas jusqu’aux premiers arrivants en sol québécois. Ainsi, pratiquement toutes les généalogies remontent au 17ème siècle, soit jusqu’à l’arrivée des premiers immigrants d’origine française (pour plus de détails au sujet des caractéristiques de ce corpus généalogique, voir Vézina et al., 2004 et Bergeron et al., 2008).

7Le découpage du territoire québécois en vingt-six régions s’inspire en partie des limites territoriales actuelles des diverses régions administratives de la province [Institut de la statistique du Québec, 2010]. Cependant certaines de ces régions ont été scindées en territoires plus fins, de façon à mieux refléter les caractéristiques particulières de leur peuplement. C’est le cas notamment de la région administrative de la Capitale nationale, qui englobe la ville de Québec mais aussi une bonne partie des territoires environnants, dont la région de Charlevoix qui s’est développée à partir de la fin du 17ème siècle et qui a fourni la plus grande partie des pionniers de la région du Saguenay au 19ème siècle [Gauvreau et al., 1991]. Les régions de l’Abitibi et du Témiscamingue sont également distinguées, le peuplement de l’Abitibi ayant débuté quelques décennies après celui du Témiscamingue [Domey et al., 1996].

8Pour chacune des régions, les lieux de mariage des sujets (points de départ des généalogies ascendantes) ont été comparés à ceux de leurs ancêtres, de façon à déterminer quelle proportion d’ancêtres, à chaque génération, s’étaient mariés dans la même région que celle des sujets. Ainsi, la profondeur de la souche ancestrale régionale d’un sujet donné, exprimée en nombre de générations, a été obtenue en faisant la somme, à chaque génération, des proportions d’ancêtres mariés dans la région du sujet (voir l’exemple à la figure 2). Cette mesure s’apparente à celle de la profondeur généalogique, utilisée comme indicateur de l’ancienneté des ancêtres identifiés dans un arbre généalogique [Cazes et Cazes, 1996]. La mesure par génération s’apparente quant à elle à la mesure de la complétude généalogique, qui correspond à la proportion d’ancêtres identifiés à chaque génération [Jomphe et al., 2002]. Dans l’exemple donné à la figure 2, la profondeur de la souche ancestrale du sujet est égale à 3,125 générations. Une profondeur ancestrale moyenne a été calculée pour chaque région, en faisant la moyenne des valeurs des profondeurs ancestrales individuelles.

Figure 2. Mesure des profondeurs des souches ancestrales régionales : exemple sur quatre générations d’ancêtres

Figure 2. Mesure des profondeurs des souches ancestrales régionales : exemple sur quatre générations d’ancêtres

9Dans le cas des lignées maternelles et paternelles, la profondeur des souches a été mesurée de façon continue, c’est-à-dire en remontant les générations jusqu’à l’interruption de la séquence régionale des mariages des ancêtres, dans chacune des lignées. Ainsi, dans l’exemple illustré à la figure 2, la profondeur de la souche paternelle est de trois générations (jusqu’à l’arrière-grand-père), tandis que celle de la souche maternelle atteint quatre générations (jusqu’à l’arrière-arrière-grand-mère).

Résultats

Analyse par génération

10La figure 3 présente les proportions d’ancêtres mariés dans la même région que celle des sujets, à partir de la première génération d’ancêtres (celle des parents des sujets), jusqu’à la douzième génération. Ces proportions ont été calculées en faisant la moyenne des proportions observées pour chaque sujet. En raison de la grande quantité d’informations, les résultats sont distribués dans six graphiques (quatre à cinq régions par graphique).

Figure 3. Proportion d’ancêtres mariés dans la même région que celle des sujets, par génération

Figure 3. Proportion d’ancêtres mariés dans la même région que celle des sujets, par génération

11Une grande variété de schémas régionaux se dégage de ces résultats. Déjà à la première génération, la proportion des sujets dont les parents se sont mariés dans la même région varie entre 19 % (région de l’Abitibi, figure 3a) et 98 % (Îles-de-la-Madeleine, figure 3f). Cette faible valeur pour les sujets de l’Abitibi s’explique par le peuplement relativement récent de cette région. Quant aux Îles-de-la-Madeleine, le caractère insulaire de cette région et la faible immigration au cours du 20ème siècle ne sont pas étrangers au fait que la quasi-totalité des parents de ses sujets s’y sont mariés.

12La région du Témiscamingue, voisine de l’Abitibi, affiche aussi une proportion relativement faible à la première génération, soit 36 %. Comme dans le cas de sa voisine, le peuplement du Témiscamingue a débuté tardivement par rapport aux autres régions du Québec, soit vers la fin du 19ème siècle. On constate toutefois que ce résultat est semblable à celui de la région de Laval (figure 3b). Or cette région a été peuplée dès la fin du 17ème siècle, soit plus de deux cents ans avant celle du Témiscamingue. L’ancienneté du peuplement ne suffit donc pas à expliquer les proportions observées. Dans le cas de Laval, il faut tenir compte des effets importants de l’immigration récente, correspondant à une forte expansion de la population dans les zones situées autour de l’île de Montréal. La situation de Laval s’apparente d’ailleurs à celle de la région des Environs de Québec (figure 3d), de peuplement ancien mais qui a également connu une forte expansion démographique au cours de la première moitié du 20ème siècle.

13Les cas des villes de Montréal (figure 3b) et Québec (figure 3d) sont particulièrement intéressants. On remarque en effet que les proportions de sujets dont les ancêtres se sont mariés dans ces mêmes villes baissent assez fortement dans les premières générations, mais remontent par la suite avant de diminuer à nouveau dans les dernières générations. Pour les Montréalais, on passe ainsi d’une proportion de 48 % de sujets dont les parents se sont aussi mariés à Montréal, à un plancher de 13 % pour ce qui concerne leurs arrière-arrière-grands-parents (quatrième génération). Par la suite, les proportions remontent jusqu’à 20 % à la septième génération, pour rebaisser graduellement jusqu’à la douzième génération. Ce modèle est encore plus prononcé dans le cas de la ville de Québec. De 44 % à la génération des parents, la proportion d’ancêtres mariés à Québec frôle les 3 % aux cinquième et sixième générations, remonte jusqu’à 25 % à la neuvième génération puis baisse rapidement par la suite. Ces fluctuations ne sont pas étrangères au fait que Montréal et Québec figurent à la fois parmi les plus anciens lieux de peuplement et parmi les principaux pôles de migration interne. Les proportions d’ancêtres mariés dans ces mêmes villes baissent d’abord rapidement à mesure que l’on remonte les générations, en raison de l’attrait de ces villes pour les migrants des 19ème et 20ème siècles. La remontée subséquente des valeurs est liée au fait que ces deux villes contenaient une part substantielle de la population dans les premiers temps de la colonie, surtout en ce qui concerne Québec au 17ème siècle. La chute des proportions après la neuvième génération s’explique essentiellement par la migration internationale (arrivées des premiers pionniers).

14Un autre modèle remarquable est celui des régions où la proportion d’ancêtres qui s’y sont mariés ne varie pratiquement pas durant au moins les trois ou quatre premières générations. C’est le cas notamment des sujets de la Rive-Nord-Ouest-de-Montréal (figure 3a), de Lanaudière et du Richelieu (figure 3b), de la Côte-de-Beaupré (figure 3d), de la Côte-du-Sud et de Charlevoix (figure 3e). Il s’agit dans tous les cas de régions dont le peuplement initial est assez ancien (fin 17ème – début 18ème siècles) et qui contiennent une part importante de familles fortement enracinées, surtout sur la Côte-du-Sud et dans Charlevoix où les proportions d’ancêtres mariés dans la même région demeurent presque toujours au-dessus de 80 % jusqu’à la cinquième génération. La stabilité observée pour la région de la Côte-de-Beaupré est frappante : la proportion d’ancêtres des sujets mariés dans cette petite région demeure autour de 47 % jusqu’à la huitième génération.

15Dans la plupart des autres régions, la baisse de la proportion d’ancêtres mariés dans la région s’effectue graduellement à partir de la génération des grands-parents, selon un rythme variable. La baisse est ainsi relativement lente parmi les ancêtres des sujets de la Mauricie, des Bois-Francs et de Portneuf (figure 3c) et rapide pour les sujets de l’Outaouais (figure 3a), de l’Estrie (figure 3c), du Saguenay (figure 3e) et de la Côte-Nord (figure 3f). Ici encore, l’évolution des proportions observées est liée à l’ancienneté du peuplement. Les quatre dernières régions, situées en périphérie des grands centres, ont en effet été le théâtre de fronts pionniers relativement récents, alors que les trois régions situées au centre du Québec et fondées dès le 17ème siècle n’ont pas connu de poussées démographiques aussi importantes que celles qui ont touché les régions périphériques aux 19ème et 20ème siècles [Bouchard, 1996].

Profondeurs ancestrales moyennes

16La carte présentée à la figure 4 illustre les profondeurs moyennes des souches ancestrales régionales, regroupées par intervalles. Cette carte constitue, en quelque sorte, un résumé des résultats de la figure 3. Ainsi, les régions de Charlevoix et de la Côte-du-Sud affichent les plus grandes profondeurs de souches ancestrales régionales, avec une valeur de près de six générations en moyenne dans les deux cas. Suivent une dizaine de régions avec des profondeurs moyennes variant entre trois et quatre générations. Ces régions se situent principalement dans le centre du Québec, sauf pour ce qui concerne la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine où le peuplement initial, quoique relativement tardif, n’a pas été soutenu pendant longtemps par de fortes vagues d’immigration. Cinq des sept régions dont les profondeurs moyennes oscillent entre deux et trois générations sont situées près des villes de Montréal et Québec. Les deux autres régions, l’une sur la rive nord du fleuve St-Laurent (Saguenay) et l’autre sur la rive sud (Bas-St-Laurent), ont été peuplées surtout à partir du milieu du 19ème siècle.

Figure 4. Profondeur moyenne des souches ancestrales régionales

Figure 4. Profondeur moyenne des souches ancestrales régionales

17Parmi les cinq régions dont la profondeur moyenne se situe entre une et deux générations, on retrouve les villes de Montréal, Laval et Québec. Malgré leur peuplement ancien, ces centres urbains affichent des profondeurs ancestrales relativement faibles en raison d’apports migratoires importants et soutenus au cours du 20ème siècle. C’est surtout au 20ème siècle aussi que s’est développée la région de la Côte-Nord, avec l’exploitation de nombreux centres miniers [Frenette et al., 1997]. Auparavant, seuls quelques villages de pêcheurs avaient été établis dans cette région, à partir du milieu du 19ème siècle. La région de l’Estrie a ceci de particulier qu’elle fût d’abord peuplée par des Loyalistes qui ont quitté les États-Unis après la guerre d’indépendance américaine à la fin du 18ème siècle [Kesteman et al., 1998]. L’arrivée des francophones catholiques dans cette région fut plus tardive et elle fut suivie par le départ de nombreux anglophones. Ainsi, les plus vieilles souches ancestrales de cette région se sont progressivement éteintes au profit de souches plus récentes.

18Les plus petites profondeurs ancestrales sont celles des régions de l’Abitibi et du Témiscamingue, avec moins de une demi-génération en moyenne. Ces faibles valeurs de profondeurs ancestrales, qui s’expliquent par le peuplement récent de ces régions, ne doivent toutefois pas être interprétées comme une absence de liens entre les sujets de ces régions. En effet, les origines géographiques des ancêtres des sujets qui se sont mariés à l’extérieur de la région peuvent présenter certaines similitudes ou proximités se traduisant notamment par des liens de parenté plus ou moins éloignés entre les sujets, comme en font foi les résultats obtenus par Vézina et al. (2004) dans leur étude sur l’apparentement biologique au sein de la population québécoise. De façon générale, les populations des régions qui ont des profondeurs ancestrales élevées affichent aussi des coefficients de parenté plus grands que la moyenne. De même, les faibles profondeurs sont généralement associées à de faibles coefficients de parenté. Cependant, les relations entre les deux mesures ne sont pas parfaites. Par exemple, le coefficient de parenté observé en Abitibi est du même ordre de grandeur que ceux des régions du Richelieu, de la Mauricie et des Bois-Francs, dont la profondeur ancestrale est pourtant beaucoup plus élevée que celle de l’Abitibi. Aussi, les coefficients de parenté les plus élevés sont ceux observés parmi les sujets des Îles-de-la-Madeleine [Vézina et al., 2004, p. 76]. Bien que la profondeur ancestrale moyenne parmi les Madelinots soit relativement élevée, elle demeure tout de même inférieure à celles d’autres régions comme Charlevoix, la Côte-du-Sud ou la Beauce. Le fort apparentement entre les sujets de cette région s’explique à la fois par des origines communes et par un certain isolement de la population [Bergeron et al., 2008]. Les comportements matrimoniaux et les origines géographiques des ancêtres des sujets s’inscrivent ici dans une sorte de prolongement ou de renforcement de la régionalité de la population.

Variations individuelles

19Les profondeurs des souches ancestrales de chacun des sujets, placées par ordre décroissant dans chaque région, sont présentées à la figure 5 (les regroupements régionaux sont les mêmes que ceux utilisés à la figure 3). Ces profondeurs atteignent des valeurs allant jusqu’à huit générations dans certains cas.

Figure 5. Profondeur des souches ancestrales régionales individuelles

Figure 5. Profondeur des souches ancestrales régionales individuelles

20De façon générale, les plus grandes profondeurs se retrouvent évidemment parmi les sujets des régions où la profondeur moyenne est la plus élevée, comme dans Charlevoix (figure 5e), où 80 % des sujets ont une profondeur ancestrale de plus de cinq générations (jusqu’à un maximum de 7,5 générations), pour une profondeur moyenne de 5,7 générations et sur la Côte-du-Sud (figure 5e) où 78 % des souches ancestrales dépassent cinq générations (maximum 7,8 générations), pour une moyenne de 5,7 générations. Cependant, des régions à faible profondeur moyenne ont aussi des sujets ayant des profondeurs ancestrales élevées. Sur l’Île-de-Montréal par exemple, certaines profondeurs atteignent plus de sept générations (figure 5b). Pour la ville de Québec par contre, la valeur maximale observée est de 4,4 générations (figure 5d). Le quart des sujets montréalais ont une profondeur ancestrale d’au moins trois générations (40 % d’au moins 2 générations), comparativement à 13 % seulement des sujets mariés dans la ville de Québec (28 % d’au moins deux générations).

21La répartition des profondeurs ancestrales des sujets de la Côte-de-Beaupré est intéressante : près du quart des souches ancestrales dépassent sept générations (jusqu’à huit générations, soit la plus haute valeur de tout l’échantillon) mais, en même temps, 39 % des souches ont moins de deux générations de profondeur (figure 5d). C’est donc dire qu’il y a, dans cette région, un noyau important d’individus fortement enracinés depuis de nombreuses générations, avec une proportion encore plus grande d’individus faiblement enracinés. À l’opposé, la variabilité des profondeurs est nettement plus faible dans des régions comme celle des Îles-de-la-Madeleine (figure 5f) où 93 % des sujets ont une profondeur se situant entre trois et cinq générations et au Saguenay (figure 5e) où la profondeur varie entre deux et 3,7 générations dans 68 % des cas. La variabilité est encore plus faible au Témiscamingue, où les profondeurs ne dépassent jamais deux générations, et en Abitibi où aucun sujet n’a de grands-parents mariés dans cette région (figure 5a). Ces faibles variabilités s’expliquent en partie par le peuplement récent des régions concernées (Abitibi et Témiscamingue) mais aussi par l’isolement relatif de la population (Saguenay et Îles-de-la-Madeleine).

22L’ancienneté du peuplement ne suffit donc pas à expliquer à elle seule les différences constatées entre les régions au point de vue de l’enracinement de leurs populations respectives. En effet, il existe des variations assez importantes de profondeurs ancestrales entre plusieurs régions d’ancienneté comparable. En plus des effets causés par la migration différentielle, on peut supposer que certaines régions offrent un environnement plus propice à l’enracinement que celui d’autres régions. C’est le cas notamment pour les régions rurales, par rapport aux régions plus urbanisées [Bouchard, 1996]. Ce qui ne veut pas dire que les villes n’abritent pas de souches ancestrales profondes, comme le montrent bien les résultats observés pour certains sujets de l’Île-de-Montréal. En fait, ces divers schémas de profondeurs ancestrales montrent qu’il demeure difficile de distinguer les effets respectifs des mouvements migratoires (entrées et sorties régionales) et de l’enracinement des familles (continuité intergénérationnelle). Une région ouverte à l’immigration peut aussi, en même temps, conserver les descendants de ses pionniers pendant plusieurs générations. À l’inverse, une région quasi fermée aux entrées avec un haut taux d’émigration affichera une profondeur ancestrale élevée qui, dans ce cas, sera moins le reflet d’un enracinement familial que celui d’un non-renouvellement du pool génique. Une analyse de données généalogiques descendantes (suivi des générations) permettrait d’éclairer davantage cette question.

Lignées maternelles et paternelles

23Les profondeurs des branches généalogiques remontant strictement par les mères ou strictement par les pères ont été examinées de plus près. Afin de ne pas alourdir l’analyse, une partie seulement des résultats est présentée ici, pour quelques régions représentatives des divers modèles observés (figure 6).

Figure 6. Distribution des sujets selon la profondeur de leurs souches maternelles et paternelles

Figure 6. Distribution des sujets selon la profondeur de leurs souches maternelles et paternelles

24On remarque d’abord qu’à l’intérieur de chaque région, les deux distributions sont, somme toute, assez semblables. Les profondeurs ancestrales matrimoniales sont donc tout aussi importantes que celles des lignées paternelles. Les branches maternelles atteignent même, de façon générale, des profondeurs un peu plus grandes que celles des branches paternelles. Ceci est dû aux variations des écarts intergénérationnels existant entre les enfants et leurs parents. Les écarts moyens sont en effet plus courts du côté des mères que du côté des pères, en raison des écarts d’âge au mariage et des âges limites à la maternité et à la paternité, ce qui occasionne, pour une même période, un plus grand nombre de liens mères-filles que de liens pères-fils [Tremblay et Vézina, 2000 et 2010]. Ainsi, les profondeurs ancestrales régionales maximales observées du côté maternel dépassent souvent de deux générations celles des branches paternelles. Les plus grandes profondeurs observées sont de onze générations du côté maternel et de neuf générations du côté paternel (sujets de l’Île-de-Montréal et de la Côte-de-Beaupré).

25Comme pour l’ensemble des branches généalogiques, plusieurs schémas très différents se dégagent de ces résultats. D’abord, signalons que les proportions des lignées maternelles et paternelles à zéro génération correspondent au complément à un des proportions observées à la figure 3 à la première génération ; les sujets concernés sont ceux dont les parents se sont mariés à l’extérieur de la région de référence. Pour des régions comme l’Île-de-Montréal et la ville de Québec, cette proportion dépasse les 50 %. Les sujets de l’Île-de-Montréal comptent toutefois quelques lignées qui dépassent les 7 générations, ce qui n’est pas le cas pour les sujets de Québec. Cette proportion est assez élevée également parmi les sujets de la Côte-de-Beaupré (48 %) mais ceux-ci sont aussi beaucoup plus nombreux à posséder des branches maternelles et paternelles atteignant huit ou neuf générations d’ancêtres mariés dans la même région. Dans des régions où les souches ancestrales sont en moyenne les plus profondes, comme celles de la Côte-du-Sud, la plus grande partie des branches maternelles et paternelles se retrouvent à des profondeurs de six à huit générations. Dans la région de la Mauricie, les profondeurs se distribuent un peu plus uniformément entre une et huit générations, alors qu’au Saguenay, elles ne dépassent pas cinq générations (quatre générations dans le cas des lignées paternelles), en raison du peuplement plus récent dans cette région. Cependant, malgré les profondeurs relativement faibles des lignées paternelles du Saguenay, il est intéressant de noter que l’homogénéité patronymique dans cette région est une des plus fortes au Québec [Tremblay et al., 2001 ; Duchesne, 2006]. Ceci s’explique par les origines des ancêtres fondateurs du Saguenay, dont une grande partie sont venus de la région voisine de Charlevoix [Gauvreau et al., 1991].

Conclusion

26Cette étude sur la régionalité de la population du Québec visait à mesurer les variations des souches ancestrales dans les régions québécoises, à l’aide de données généalogiques remontant jusqu’aux premiers pionniers d’origine européenne. Divers schémas de profondeurs ancestrales régionales sont ainsi apparus, qui témoignent de l’histoire migratoire qui a caractérisé le peuplement du Québec au fil des générations. Ainsi, dans toutes les régions où le début du peuplement remonte à plus de cinq générations, on a pu constater la présence dans la population contemporaine de familles fortement enracinées, c’est-à-dire d’individus pour lesquels la grande majorité des ancêtres sont originaires de la même région.

27Les mesures de profondeurs ancestrales moyennes cachent cependant des variations importantes qui reflètent des situations bien particulières pour certaines populations. C’est le cas par exemple pour la population de l’Île-de-Montréal, dont la profondeur ancestrale moyenne (moins de deux générations) est beaucoup plus faible que celles d’autres régions de peuplement ancien comme Charlevoix ou la Côte-du-Sud (près de six générations en moyenne), mais dont certaines généalogies ont montré une profondeur moyenne allant jusqu’à huit générations d’ancêtres mariés dans la même région. Ce type d’enracinement régional prononcé au sein de certaines familles constitue un aspect méconnu de l’histoire démographique des régions du Québec.

28Ces résultats sont fortement liés aux caractéristiques du peuplement de chacune des régions depuis leur fondation. D’autres facteurs sont en jeu, tels que la superficie et la densité démographique. À ancienneté égale, on peut s’attendre en effet à ce que la profondeur des souches ancestrales soit plus grande dans des régions à grande superficie et à faible densité, comme par exemple à Charlevoix et sur la Côte-du-Sud, que dans des régions plus petites et plus densément peuplées, comme l’Île-de-Montréal et la Ville de Québec. Cependant, même dans des régions de faible superficie, certaines souches remontent jusqu’à huit générations en moyenne et jusqu’à onze générations dans le cas des branches maternelles. La situation géographique est un autre élément important. Les régions plus isolées géographiquement sont habituellement des lieux plus propices à l’enracinement. La population de la région des Îles-de-la-Madeleine est un bon exemple de ce type d’isolement. Dans cette région, en fait, les souches ancestrales ne sont pas nécessairement plus profondes que celles d’autres régions situées dans le centre du Québec, comme Lanaudière, la Mauricie ou les Bois-francs par exemple, mais la grande majorité des souches des Îles-de-la-Madeleine remontent au peuplement fondateur de la région, ce qui n’est pas le cas dans la plupart des autres régions.

29Un autre résultat intéressant concerne la profondeur des lignées maternelles. Dans toutes les régions, ces lignées sont, en moyenne, aussi profondes, sinon plus profondes que les lignées paternelles. C’est donc dire que l’ancrage régional des familles s’effectue tout aussi fortement de mère en fille que de père en fils. À ce sujet, il faut souligner qu’au Québec, le mariage a lieu traditionnellement dans la paroisse de résidence de l’épouse, ce qui peut soulever certains problèmes d’interprétation lorsqu’il s’agit de comparer les souches maternelles et paternelles à partir des lieux de mariages. On peut présumer que cela n’a pas trop d’effet sur les résultats obtenus dans la présente étude puisque le découpage géographique utilisé est beaucoup plus large que celui de l’échelle paroissiale. Des données plus détaillées (par exemple sur les lieux de naissance et les lieux de résidence des époux) seraient toutefois nécessaires afin d’y voir plus clair.

30Enfin, il est important de rappeler que les données utilisées pour cette étude proviennent de généalogies ascendantes. Une mesure des profondeurs des souches ancestrales régionales effectuée à partir de généalogies descendantes pourrait fournir des informations complémentaires utiles pour mieux comprendre l’enracinement régional des familles. Ce type de données n’est toutefois pas disponible pour l’instant à l’échelle de la population du Québec.

Haut de page

Bibliographie

BERGERON J., VEZINA H., HOUDE L., Tremblay M. (2008), La contribution des Acadiens au peuplement des régions du Québec, Cahiers québécois de démographie, vol. 37, n° 1, pp. 181-204.

BHERER C., LABUDA D., ROY-GAGNON M.-H., HOUDE L., TREMBLAY M., VEZINA H. (2010), Admixed ancestry and stratification of Quebec regional populations, American Journal of Physical Anthropology (publié en ligne le 10 novembre 2010).

BOUCHARD G. (1996), Quelques arpents d’Amérique : population, économie, famille au Saguenay, 1838-1971, Les Éditions du Boréal.

BRUNET G., BIDEAU A. (2000), Démographie historique et généalogie, Annales de démographie historique, n° 100, pp. 101-110.

BRUNET G., DARLU P., BARBERO D. (2008), Patronymes, propriété et mobilité géographique. L’avant-pays savoyard du XVIIIe au XXe siècle, Histoire et Sociétés Rurales, vol. 30, n° 2, pp. 67-90.

CAZES M.-H., CAZES P. (1996), Comment mesurer la profondeur généalogique d’une ascendance, Population, vol. 51, pp. 117-140.

CHARBONNEAU H., DESJARDINS B., LEGARE J., HUBERT D. (2000), « The Population of the St-Lawrence Valley, 1608-1760 », in M.R. Haines and R.H. Steckel (ed.), A Population history of North America, Cambridge University Press, pp. 99-142.

DELISLE M.-A. (1999), Vieillissement et régionalité, Recherches sociographiques, vol. 40, n° 2, pp. 313-344.

DICKINSON J.A. (1994), Les réfugiés acadiens au Canada, 1755-1775, Études canadiennes / Canadian Studies, n° 37, pp. 51-61.

DOMEY O., ASSELIN M. , GOURD B.B., VIAU R., MERCIER C., COTE M., MARQUIS J.-P., RIOPEL M., SABOURIN C. (1996), Histoire de l'Abitibi-Témiscamingue, Québec, Éditions IQRC.

DUCHESNE L. (2006), Les noms de famille au Québec : aspects statistiques et distribution spatiale, Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

FRENETTE P., CHEVRIER D., DUBOIS J.-M.M., DUFOUR P., FORTIN J.-C., LEPAGE A., MAILHOT J., NIELLON F., PERRON N. (1997), Histoire de la Côte-Nord, Québec, Éditions PUL / IQRC.

GAGNON A. (2001), « Patronymes, lignées et généalogies. Trois méthodes d’estimation de la parenté au Québec ancien (1608-1800) », in G. Brunet, P. Darlu, G. Zei (dir.), Le patronyme : histoire, anthropologie, société, Paris, CNRS-Éditions, pp. 333-352.

GAGNON A., HEYER É. (2001), Fragmentation of the Quebec Population genetic pool (Canada) : evidence from the genetic contribution of founders per region in the 17th and 18th centuries, American Journal of physical anthropology, vol. 114, n° 1, pp. 30-41.

GAUVREAU D., GUERIN M., HAMEL M. (1991), « De Charlevoix au Saguenay : mesure et caractéristiques du mouvement migratoire avant 1911 », in G. Bouchard, M. De Braekeleer (dir.), Histoire d’un génome. Population et génétique dans l’est du Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 145-159.

HELGASON A., HRAFNKELSSON B., GULCHER J.R., WARD R., STEFANSSON K. (2003), A Population wide coalescent analysis of Icelandic matrilineal and patrilineal genealogies : evidence for a faster evolutionary rate of mtDNA lineages than Y chromosomes, The American Journal of Human Genetics, vol. 72, pp. 1370-1388.

HELGASON A., YNGVADOTTIR B., HRAFNKELSSON B., GULCHER J., STEFANSSON K. (2005), An Icelandic example of the impact of Population structure on association studies, Nature Genetics, vol. 37, n° 1, pp. 90-95.

HENRIPIN J. (2003), La métamorphose de la Population canadienne, Collection Histoire et Société, Les Éditions Varia.

HENRIPIN J., PERON Y. (1973), « La transition démographique de la province de Québec », in H. Charbonneau (éd.), La Population du Québec : études rétrospectives, Éditions du Boréal Express, pp. 23-44.

HEYER É. (1999), One founder-one gene hypothesis in a new expanding Population : the case of the Saguenay (Quebec, Canada), Human Biology, vol. 71, pp. 99-109.

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC (2010), Panorama des régions du Québec, édition 2010, Gouvernement du Québec, Institut de la statistique du Québec.

JOMPHE M., TREMBLAY M., VEZINA H. (2002), Analyses généalogiques à partir du fichier RETRO, Document no I-C-215, Projet BALSAC, Chicoutimi.

KESTEMAN J.-P., SOUTHAM P., SAINT-PIERRE D. (1998), Histoire des Cantons de l’Est, Québec, Éditions IQRC.

KITTLES R.A., BERGEN A.W., URBANEK M., VIRKKUNEN M., LINNOILA M., GOLDMAN D., LONG J.C. (1999), Autosomal, mitochondrial, and Y chromosome DNA variation in Finland : evidence for a male-specific bottleneck, American Journal of Physical Anthropology, vol. 108, pp. 381-399.

LANDRY Y. (1992), Orphelines en France, pionnières au Canada. Les Filles du roi au XVIIe siècle, Leméac, Montréal.

MAYER F.M., BOISVERT M. (2006), Représentation différentielle des immigrants fondateurs de l’Isle-aux-Coudres (Québec) : unions, parenté biologique, fécondité, Cahiers québécois de démographie, vol. 34, n° 2, pp. 201-234.

MOURALI-CHEBIL S., HEYER É. (2006), Evolution of inbreeding coefficients and effective size in the Population of Saguenay Lac-St.-Jean (Québec), Human Biology, vol. 78, n° 4, pp. 495-508.

OOTA H., SETTHEETHAM-ISHIDA W., TIWAWECH D., ISHIDA T., STONEKING M. (2001), Human MtDNA and Y-chromosome variation is correlated with matrilocal versus patrilocal residence, Nature Genetics, vol. 29, pp. 20-21.

Programme de recherche en démographie historique (2010), www.genealogie.umontreal.ca/fr

Projet BALSAC (2010), www.uqac.ca/balsac

SAGNES S. (2004), Cultiver ses racines. Mémoire généalogique et sentiment d’autochtonie, Ethnologie française, vol. 34, n° 1, pp. 31-40.

TREMBLAY M., ARSENAULT J., HEYER E. (2003), Les probabilités de transmission des gènes fondateurs dans cinq Populations régionales du Québec, Population, vol. 58, pp. 403-423.

TREMBLAY M., JOMPHE M., VEZINA H. (2001), « Comparaison de structures patronymiques et génétiques dans la Population québécoise », in G. Brunet, P. Darlu, G. Zei (dir.), Le patronyme : histoire, anthropologie, société, CNRS-Éditions, Paris, pp. 367-389.

TREMBLAY M., VEZINA H. (2000), New estimates of intergenerational time intervals for the calculation of age and origins of mutations, The American Journal of Human Genetics, vol. 66, pp. 651-658.

TREMBLAY M., VEZINA H. (2010), Genealogical analysis of maternal and paternal lineages in the Quebec Population, Human Biology, vol. 82, n° 2, pp. 179-198.

VEZINA H., TREMBLAY M., HOUDE L. (2004), Mesures de l’apparentement biologique au Saguenay-Lac-St-Jean (Québec, Canada) à partir de reconstitutions généalogiques, Annales de démographie historique, n° 108, pp. 67-84.

WILKINS J.F. (2006), Unraveling male and female histories from human genetic data, Current Opinion in Genetics & Development, vol. 16, pp. 611-617.

Haut de page

Notes

1 Le terme régionalité est utilisé par certains auteurs pour faire référence au caractère régional d’un milieu donné, aux comportements qui résultent de l’appartenance à une région [Delisle, 1999]. Dans le cadre de la présente étude, ce terme est employé strictement du point de vue généalogique (origines ancestrales régionales).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Régions du Québec et ancienneté du peuplement
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 2. Mesure des profondeurs des souches ancestrales régionales : exemple sur quatre générations d’ancêtres
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 3. Proportion d’ancêtres mariés dans la même région que celle des sujets, par génération
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 4. Profondeur moyenne des souches ancestrales régionales
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Figure 5. Profondeur des souches ancestrales régionales individuelles
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 6. Distribution des sujets selon la profondeur de leurs souches maternelles et paternelles
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Tremblay, « La profondeur des souches ancestrales au Québec, une mesure de la régionalité de la population », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 305-320.

Référence électronique

Marc Tremblay, « La profondeur des souches ancestrales au Québec, une mesure de la régionalité de la population », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4516 ; DOI : 10.4000/eps.4516

Haut de page

Auteur

Marc Tremblay

Université du Québec à Chicoutimi
Groupe de recherche interdisciplinaire en démographie et épidémiologie génétique (GRIG)
Département des Sciences humaines
555, boulevard de l’Université
Chicoutimi, Québec G7H 2B1
Canada
Marc_tremblay@uqac.ca
www.uqac.ca/grig

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org