Navigation – Plan du site
Articles

L’évolution démographique en Andorre est-elle compatible avec le maintien de son identité culturelle ?

Will Demographic Change of Andorra be Compatible with a Preservation of its Cultural Identity ?
Jérôme Tourbeaux
p. 279-290

Résumés

La Principauté d’Andorre est un micro-État situé au cœur du massif des Pyrénées-Orientales, entre l’Espagne et la France. Elle fait partie des plus petits États du monde, tant d’un point de vue géographique que démographique.
La population d’Andorre présente la particularité d’être majoritairement composée de non Andorrans. Par conséquent, les droits politiques, tel que le droit de vote, sont détenus par une minorité qui a le pouvoir de prendre des décisions pour l’ensemble des communautés qui forment la société andorrane. Cette situation, qui peut être source de conflits et de ressentiments, s’explique par les puissants flux migratoires qui ont marqué la principauté lors de son essor économique, conjugués à une législation sur l’accès à la nationalité restrictive. Aujourd’hui, les autorités andorranes tentent d’intégrer ces populations en leur faisant acquérir le principal marqueur de l’identité de la principauté : la langue catalane, tout en facilitant l’accès à la nationalité des enfants nés en Andorre de parents étrangers. À l’heure du débat sur l’identité nationale en France, il apparaît intéressant de montrer comment l’Andorre gère cette question sensible.

Haut de page

Texte intégral

1La Principauté d’Andorre est un micro-État situé au cœur du massif des Pyrénées-Orientales, entre l’Espagne et la France. En 2009, avec 84 082 habitants pour une superficie de 468 km², l’Andorre fait partie des plus petits États du monde tant d’un point de vue géographique que démographique.

2La population d’Andorre présente la particularité d’être majoritairement composée de non Andorrans. Par conséquent, les droits politiques, tel que le droit de vote, sont détenus par une minorité qui a le pouvoir de prendre des décisions pour l’ensemble des communautés qui forment la société andorrane. Cette situation, qui peut être source de conflits et de ressentiments [Eccardt, 2005], s’explique par les puissants flux migratoires qui ont marqué la principauté lors de son essor économique, conjugués à une législation sur l’accès à la nationalité restrictive [Degage et Duro i Arajol, 1998]. Aujourd’hui, les autorités andorranes tentent d’intégrer ces populations en leur faisant acquérir le principal marqueur de l’identité de la principauté : la langue catalane, tout en facilitant l’accès à la nationalité des enfants nés en Andorre de parents étrangers. À l’heure du débat sur l’identité nationale en France, il apparaît intéressant de montrer comment l’Andorre gère cette question sensible.

3Mais avant d’aborder ce point proprement dit, il est nécessaire de présenter dans quel contexte l’Andorre est née. Puis, comment après une longue période de fermeture, la principauté a su gagner son indépendance passant d’un système féodal archaïque à un État moderne attractif, ouvert sur le reste du monde.

Une institution originale : le paréage

4Il faut attendre la fin de la première moitié du 9ème siècle pour trouver les premiers témoignages écrits relatifs à l'Andorre. Un précepte carolingien daté de l'an 843 mentionne que Charles le Chauve lègue aux comtes d’Urgell les vallées d’Andorre [Mateu et Luchaire, 1999].

5Au 12ème siècle, les comtes d’Urgell, appelés dans le sud par leur lutte contre les Sarrasins, cèdent leurs possessions andorranes à l’évêque d’Urgell. C’est alors que certains seigneurs locaux vont profiter de la situation pour tenter de récupérer ces territoires, mais également les biens importants de l’église d’Urgell. Dans ces circonstances, afin de garantir l’intégrité de leurs possessions, les évêques n’ont eu d’autre choix que de partager leur autorité avec un seigneur laïque qui assurera leur protection : la famille de Caboet [Baudon de Mony, 1885].

6Dans le contexte de l’époque, naissent rapidement des conflits entre leurs descendants et héritiers - les comtes de Foix - et les évêques d’Urgell, notamment sur des questions liées à la propriété et à leurs droits respectifs sur les vallées d’Andorre. Les discordes vont cesser grâce au Roi Pierre II de Catalogne qui, en 1278 et 1288, impose la signature successive de deux paréages partageant la souveraineté d'Andorre entre les deux seigneurs.

7L'Evêque d'Urgell, Monseigneur Pere d'Urg et le Comte de Foix, Roger Bernard III, signent alors la naissance d’un régime politique dont ils deviennent coprinces, et dont la forme persiste encore de nos jours.

8En 1607, Henri IV alors roi de France et héritier des comtes de Foix rattache à la couronne les droits de co-seigneurie sur l'Andorre. Dès lors, la co-principauté sera partagée entre les évêques d’Urgell et les plus hautes autorités françaises successives (rois de France, empereurs, présidents de la République). Il y a cependant une exception du côté français, lorsque le pouvoir révolutionnaire français ne reconnaît pas le statut de co-principauté à cause notamment de la qüèstia, l'impôt que payaient les Andorrans comme acte féodal de soumission aux coprinces, contraire aux idées révolutionnaires. L'évêque sera alors l’unique souverain d’Andorre et ce, jusqu’en 1806, lorsque Napoléon Ier rétablira - à la demande des Andorrans - la tradition féodale et les droits de co-seigneurie de la France sur la principauté, mais également les privilèges dont jouissaient les Andorrans.

Une croissance récente de la population

9En 1419 est créé le Consell de la Terra, une sorte de Parlement qui tient un rôle de représentation des Andorrans. Son rôle va se consolider les siècles suivants tout en raffermissant le pouvoir politique et économique des grandes familles andorranes.

10En effet, la société se partage alors entre les maisons des chefs des grandes familles - les feux (focs) - au sein desquelles il y avait tous les héritiers (hereus) ou héritières (pubilles), et les maisonnées (casalers) composées du bas peuple (cabalers) et/ou des enfants non héritiers des feux (cabaleres) qui doivent quitter la maison patriarcale ou matriarcale sans pouvoir en avoir l'usufruit, et chercher ailleurs des ressources pour survivre.

11La société andorrane qui est pauvre et sans grandes ressources en raison de la rigueur du climat et du relief, survit alors grâce au maigre commerce rendu possible par les exemptions fiscales accordées par la France et par l'Espagne aux échanges commerciaux. La situation conduit de nombreux casalers à émigrer. C'est pourquoi jusqu'à la fin du 17ème siècle la population stagne autour de 3000 habitants.

12Le 18ème siècle marque une amélioration des conditions économiques et sociales des habitants de la principauté. Cette avancée est due aux effets de la révolution industrielle introduite en Andorre par le biais des forges. L'émigration de tous les non héritiers n'est plus la règle et du point de vue démographique cela se traduit, tout au long des 18ème et 19ème siècles, par la croissance de la population, conduisant à l’augmentation des casalers qui deviennent plus nombreux que les focs. On compte près de 6000 habitants en 1875.

13Ces bouleversements au sein de la structure sociale andorrane conduisent les coprinces à adopter en 1868, la Nova Reforma. Elle apporte divers changements politiques et administratifs, notamment l'octroi du droit de vote à tous les chefs des familles andorranes pouvant désormais siéger au Consell General - succédant au Consell de la Terra -, privilège jusqu'alors réservé aux chefs des grandes familles.

14Lors du 20ème siècle le visage traditionnel du pays change complètement grâce à l'ouverture des voies de communication : une route faisant la liaison avec l'Espagne est construite en 1913, puis avec la France en 1933. L'introduction de l'électricité, la mise en place de postes (espagnole et française), l'introduction de la radio en 1935 et la création d'une station de ski en 1934 marquent la mutation de l’Andorre. Notons que c’est également en 1933 que le droit de vote est octroyé à tous les hommes majeurs.

15À partir des années 1960, on assiste à un « boom commercial » qui se traduit par une explosion démographique (graphique 1), ainsi qu’à de nouvelles mesures institutionnelles telles que l’octroi du droit de vote pour les femmes en 1971, ou la création en 1981 d'un organe exécutif, le Govern, qui permet la séparation des pouvoirs législatifs et exécutifs.

16S'enchaînent alors différents chantiers de réformes (code pénal, code administratif), toujours soumis à l'accord des coprinces. Cependant, le processus s'enlise et, devant la volonté unanime du Conseil Général, s'engage au printemps 1991, une négociation en vue d'élaborer une constitution. Elle verra le jour le 14 mars 1993. Cela a permis au pays d’obtenir une reconnaissance internationale, notamment de l’ONU. Si cette Constitution réserve encore aux coprinces quelques pouvoirs, leurs rôles deviennent essentiellement symboliques, à l’instar de maintes monarchies constitutionnelles européennes.

17La population en Andorre va passer de près de 6000 habitants au début des années 1950 à presque 85 000 résidents en 2009. Mais nous allons voir que cette croissance exceptionnelle n’a pas été le fait des seuls Andorrans.

Graphique 1. Évolution de la population en Andorre depuis la fin du 19ème siècle

Graphique 1. Évolution de la population en Andorre depuis la fin du 19ème siècle

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

Les composantes de la croissance de la population

18Dès le milieu des années 1950, la population en Andorre commence à croître, phénomène qui s’amplifie à partir des années 1960 [Tapinos, 1987]. Au début de cette décennie, la population connaît des taux de croissance qui vont atteindre jusqu’à près de 15 % annuellement (graphique 2). La tendance de cette croissance diminue jusqu’en 2000 mais tout en connaissant des taux relativement élevés jusqu’à la fin des années 1980, et des reprises ponctuelles comme au tournant des années 1980 ou au début des années 1990. Depuis, la croissance de la population rencontre à nouveau des taux soutenus, notamment au cours du milieu des années 2000.

19Alors que le taux de variation naturelle de la population varie peu (entre 7 et 18‰ selon les années) au cours de la même période, le taux de variation migratoire fluctue davantage et épouse celui de la population. Le solde migratoire est très rarement négatif et, lorsque c’est le cas, il contribue généralement à la diminution - infime - de la population dans son ensemble, comme au début de la période observée ou au milieu des années 1990.

20Cette migration est l’un des facteurs qui expliquent que l’on soit passé d’une société andorrane composée de 95 % de nationaux en 1920, à 38 % aujourd’hui. En 1963, les Andorrans ne représentent déjà plus que le tiers de la population totale du pays. Cette proportion atteint son minimum (27 %) dans la première moitié des années 1980, puis ne va cesser d’augmenter jusqu’en 2009.

Graphique 2. Taux (‰) annuels de variation de la population, naturelle et migratoire, en Andorre depuis le début

Graphique 2. Taux (‰) annuels de variation de la population, naturelle et migratoire, en Andorre depuis le début

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

21Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l’Andorre est composée quasi exclusivement d’une population de nationalité andorrane (graphique 3). En 1920, on dénombre seulement 224 Espagnols et 2 Français contre un peu plus de 4000 Andorrans [Adellach Baró et Ganyet Soler, 1978]. Rappelons que l’Andorre fut désenclavée une première fois par une route reliant la principauté à l’Espagne en 1913. L’immigration espagnole va se poursuivre pendant l’entre-deux guerres, notamment avec l’accueil de réfugiés pendant la guerre d’Espagne, période pendant laquelle le nombre d’Espagnols supplante celui desAndorrans [Sermet, 1953].

22À partir des années 1960, le pays se modernise et devient un centre du commerce hors taxe et du tourisme (avec l’essor des sports d’hiver notamment) entraînant la construction de commerces et d’hôtels, et par conséquent l’afflux de commerçants, travailleurs du bâtiment et employés de l’hôtellerie étrangers [Taillefer 1984a].

23Cet afflux se traduit prioritairement par l’immigration d’Espagnols. Au début des années 1960, avec environ 7000 habitants, ils représentent un peu plus de 60 % de la population totale de la principauté. Toutefois, même si leur nombre ne va cesser d’augmenter jusqu’au début des années 1990 (ils sont 30 000 en 1993), leur proportion va continuellement diminuer jusqu’à ne représenter que 32 % de la population en 2009, et ce au profit d’autres nationalités.

24Parmi celles-ci, remarquons tout d’abord la tendance à la hausse du nombre de Français qui, en passant de 400 habitants au début des années 1960 à environ 5000 de nos jours, représentent respectivement 4 à seulement 6 % de la population de l’Andorre.

25En revanche, si ce n’est qu’au début des années 1970 que l’on observe l’apparition des premiers Portugais dans le pays, leur progression va être telle que leur effectif va dépasser celui des Français au début des années 1990. En 2009, 16 % de la population est portugaise.

26Enfin, des représentants d’autres nationalités que celles évoquées ci-dessus résident en Andorre. Ils ne sont que 1 % au début des années 1960 contre 8 % aujourd’hui. Parmi ces derniers les Anglais sont les plus nombreux, mais leur part relative diminue continuellement au fil du temps. En 2009, on dénombre 1100 Anglais (soit 16 % des nationalités autres qu’andorrane, espagnole, française ou portugaise).

  • 1 Les nats a Andorra sont des fils d’immigrés, nés et résidant en Andorre, n’ayant pas pu acquérir la (...)

27Parallèlement à cette évolution, le nombre d’Andorrans - comptabilisés avec les nats a Andorra1 - a lui aussi été croissant tout au long de cette période, et dépasse celui des Espagnols au milieu des années 2000. Ils sont passés de 4000 unités au début des années 1960 à 32 000 aujourd’hui, contre 26 600 Espagnols.

Graphique 3. Évolution de la population en Andorre, selon la nationalité, depuis la fin de la Grande Guerre

Graphique 3. Évolution de la population en Andorre, selon la nationalité, depuis la fin de la Grande Guerre

Sources : Departament d´Estadística d’Andorra, B.Adellach Baró, J.Becat, J-C.Sacotte. Traitement : J. Tourbeaux.

Un accès restrictif à la nationalité andorrane

28L’autre facteur qui explique la croissance de la part des étrangers dans la population totale de la principauté réside dans les conditions dans lesquelles la nationalité andorrane est octroyée.

29En effet, la législation andorrane en matière de nationalité a toujours eu comme constante, depuis le décret du 17 juin 1939, en raison des flux migratoires qui traversent le territoire, la préservation de l'identité nationale. Initialement, la législation qui procède à la fois du jus sanguinis et du jus soli, énonce que seuls peuvent acquérir la nationalité andorrane : les individus nés dans les vallées de parents andorrans ; ceux nés à l’étranger de père andorran ; les descendants de l’individu né en Andorre « fils du père étranger à la troisième génération à condition que les 3 générations aient vécu d’une façon continue dans les vallées et qu’il soit prouvé qu’ils aient eu de l’intérêt pour les affaires du pays » ; et enfin, l’étranger marié à une pubille (héritière) andorrane [Sacotte, 1974].

30Au fil du temps, cette législation va peu à peu être assouplie jusqu’à la loi du 27 mai 2004. Cette dernière prévoit que les enfants nés en Andorre sont Andorrans si : l’un des parents est Andorran ; si l’un des parents est aussi né en Andorre et y réside de manière principale et permanente ; ou encore si l’un des parents étranger a sa résidence principale et permanente en Andorre au moment de la naissance de l’enfant et pendant les 10 ans qui ont précédé celle-ci. Si cette durée n’est pas atteinte au moment de la naissance de l’enfant, il pourra la demander avant sa majorité après l’accomplissement de la période de 10 ans.

31Par ailleurs, notons que l’enfant né à l’étranger d’un parent, à la fois Andorran et né en Andorre, peut lui aussi demander la nationalité.

32Les adultes peuvent également acquérir la nationalité s’ils épousent une personne de nationalité andorrane après 3 ans de résidence principale et permanente dans la principauté, ou s’ils résident principalement et de manière permanente en Andorre pendant les 20 ans qui précèdent la demande. Dans ces deux cas, ils devront prouver leur intégration dans le pays. Enfin, celui qui a eu sa résidence principale et permanente en Andorre pendant 10 ans, et qui a effectué toute sa scolarité obligatoire en Andorre, peut également devenir Andorran.

33Même si l’accès à la nationalité andorrane peut encore apparaître restrictif, les demandes en faveur de son acquisition demeurent peu nombreuses [CRI, 2008] et ce, en raison de plusieurs facteurs dissuasifs. Tout d’abord, l’article 7 de la Constitution - ainsi que toute la législation antérieure -, interdit aux Andorrans la double nationalité : l'acquisition de la nationalité andorrane entraîne la perte de la nationalité précédente, ce qui peut rebuter certaines personnes pour des raisons légales ou sentimentales. Ensuite, l’article 6 de la Constitution énonce que « Toutes les personnes sont égales devant la loi. Nul ne peut faire l'objet d'une discrimination, notamment pour des raisons de naissance, de race, de sexe, d'origine, de religion, d'opinion ou de toute autre condition tenant à sa situation personnelle ou sociale. » Dans les faits, cet article garantit les mêmes droits sociaux et économiques entre les Andorrans et les ressortissants étrangers, ce qui ne conduit pas ces derniers à opter pour la nationalité andorrane. Cette situation remonte à l’époque où la principauté était sous domination politique des coprinces, qui ne voulaient pas léser la population originaire de leurs État respectifs. Enfin, lorsque l’on demande aux candidats à la nationalité andorrane de prouver leur intégration dans le pays, cela passe notamment par un test de langue en catalan. Nous verrons par la suite dans quelle mesure cette condition linguistique est remplie par les étrangers.

34La législation concernant l’accès à la nationalité a donc toujours eu pour objet de préserver l’identité nationale andorrane. Mais en raison de l’évolution de la composition démographique de la principauté, notamment une proportion d’étrangers en progression, certains aménagements ont été opérés afin de la contenir. Afin d’illustrer l’effet de certaines mesures politiques en matière de nationalité, nous allons établir un modèle de projections qui débute en 2009 et dont l’horizon est l’année 2100 :

    • 2 Les conditions sanitaires en Andorre étant sensiblement les mêmes qu’en France, nous appliquons pou (...)

    En hypothèse 12, nous considérons que le gouvernement décide d’attribuer la nationalité andorrane exclusivement aux enfants qui ont leurs deux parents andorrans et que le pays est fermé aux migrations. Il est tout d’abord notable qu’avec un indice conjoncturel de fécondité respectif de 1,1 et de 1,4 enfant par femme, l’effectif des Andorrans et des étrangers va se réduire et par conséquent, la population totale va diminuer jusqu’à un peu moins de 36 000 unités en 2100 (graphique 4A). Malgré une fécondité très faible, le nombre d’Andorrans va tout de même légèrement augmenter jusqu’au début des années 2040 grâce à la structure de sa population relativement jeune en 2009 (tableau 1A). Par la suite, sa population vieillira logiquement, marquée par la réduction des adultes et des jeunes au profit des plus vieux. En revanche, la structure par âge des étrangers commencera par vieillir, jusqu’en 2050, puis la part des adultes - et des jeunes depuis 2009 - augmentera alors que celle des vieux diminuera (tableau 1B). Cette situation s’explique parce qu’en 2009, la proportion d’étrangers de moins de 20 ans ne reflète pas le poids des naissances de mères étrangères. En effet, depuis au moins le début des années 2000, environ 70 % des naissances en Andorre sont de mères étrangères, alors que chaque année, moins de 10 % des enfants de moins de 1 an dénombrés sont étrangers. Cela signifie que si peu de parents étrangers deviennent Andorrans, ils décident tout de même que leurs enfants le soient. Il en résulte que dans notre projection, malgré la faiblesse de l’ICF que l’on applique aux mères étrangères, leurs enfants naissent et demeurent tous étrangers, ce qui a pour conséquence d’augmenter la proportion de jeunes étrangers dans un premier temps, puis celle d’adultes dans un second temps.
    Sous cette hypothèse, le nombre relatif d’étrangers et d’Andorrans s’équilibre aux alentours des années 2050, puis devient favorable pour ces derniers par la suite (graphique 4B).

Graphique 4A. Population (H1)

Graphique 4A. Population (H1)

Graphique 4B. Proportion de la population (H1)

Graphique 4B. Proportion de la population (H1)

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

Tableau 1A. Structure par âge des Andorrans

2009

2050

2100

moins de 20 ans

38

16

10

20-59 ans

50

49

35

plus de 60 ans

11

35

55

Tableau 1B. Structure par âge des étrangers

2009

2050

2100

moins de 20 ans

7

10

12

20-59 ans

71

25

38

plus de 60 ans

22

65

50

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

  • En hypothèse 2, le pays est toujours fermé, mais on applique désormais l’ICF de l’ensemble des femmes qui résident en Andorre, soit 1,2 enfant par femme. Les changements observés par rapport à l’hypothèse 1 sont infimes : on compte alors un peu plus de 36 000 habitants en 2100.

  • En hypothèse 3, on conserve les modalités de l’hypothèse 2 auxquelles on ajoute la possibilité pour les enfants étrangers qui naissent en Andorre d’acquérir la nationalité andorrane dans les conditions en vigueur aujourd’hui, en considérant que 90 % d’entre eux font ce choix. Ici, le nombre d’habitants de la principauté en 2100 est identique à celui observé avec l’hypothèse 2. Toutefois, cet afflux de nouveaux Andorrans va conduire au déclin de la population étrangère : en 2100, ils sont environ 1000, et ne représentent plus que 3 % de la population totale (graphiques 5A et 5B). À terme, la structure par âge de la population andorrane est très proche de celle constatée dans l’hypothèse 1, alors que du côté des étrangers le vieillissement s’est accéléré (tableaux 2A et 2B). Mais sous cette hypothèse, il ne reste quasiment plus d’étrangers à la fin du 22ème siècle.

Graphique 5A. Population (H3)

Graphique 5A. Population (H3)

Graphique 5B. Proportion de la population (H3)

Graphique 5B. Proportion de la population (H3)

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

Tableau 2A. Structure par âge des Andorrans

2009

2050

2100

moins de 20 ans

38

20

11

20-59 ans

50

53

37

plus de 60 ans

11

27

52

Tableau 2B. Structure par âge des étrangers

2009

2050

2100

moins de 20 ans

7

0,4

0,1

20-59 ans

71

14

5

plus de 60 ans

22

86

95

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

  • En hypothèse 4, on introduit dans le modèle l’ouverture du pays aux flux migratoires, pour lui permettre de maintenir sa population totale aux alentours de 84 000 habitants. Ces migrants ont eu aussi des enfants dont 90 % deviennent Andorrans, ce qui a pour effet de ralentir le vieillissement de la population andorrane en 2100 et au contraire, réduit la part des jeunes dans la population des étrangers (tableaux 3A et 3B). Mais sous cette hypothèse, les adultes étrangers demeurent relativement nombreux du fait de la structure par âge « classique » des migrants dont la plupart sont des adultes et donc, des femmes en âge de procréer. Il est notable que le nombre d’Andorrans supplante celui des étrangers dès le milieu des années 2030, et représente près de 55 % de la population totale à partir des années 2050.

Graphique 6A. Population (H4)

Graphique 6A. Population (H4)

Graphique 6B. Proportion de la population (H4)

Graphique 6B. Proportion de la population (H4)

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.

Tableau 3A. Structure par âge des Andorrans

2009

2050

2100

moins de 20 ans

38

22

20

20-59 ans

50

52

41

plus de 60 ans

11

27

39

Tableau 3B. Structure par âge des étrangers

2009

2050

2100

moins de 20 ans

7

3

4

20-59 ans

71

29

44

plus de 60 ans

22

69

53

Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux

35Si la préservation de l’identité nationale andorrane passe par une large majorité de la population ayant la nationalité andorrane, l’hypothèse 3 semble la plus performante mais peu réaliste : la principauté peut-elle se permettre de fermer ses frontières avec le reste du monde, ne serait-ce que d’un point de vue économique ? La politique pratiquée actuellement, de favoriser l’accès à la nationalité aux enfants d’étrangers nés en Andorre tout en permettant la venue d’étrangers à l’avenir (hypothèse 4), permettrait d’obtenir et de conserver une population majoritairement andorrane. Cependant, il suffirait d’assouplir davantage les conditions d’accès à la nationalité pour que l’ensemble de la population, ou du moins une très grande partie, soit andorrane. Donc, la seule question de la nationalité à des fins de préservation de l’identité nationale peut apparaître insensée en l’absence d’un programme de valorisation de l’identité culturelle andorrane, notamment envers les enfants nés en Andorre de parents étrangers.

La question de l’andorranisation

  • 3 La principauté d’Andorre est aujourd’hui le seul État souverain au monde ayant pour langue officiel (...)

36Si à l’instar de n’importe quelle région du monde, la Principauté d’Andorre a ses propres facteurs d’identification culturelle, elle se définit avant tout comme un État de culture catalane, ce qui est confirmé par l’article 2 de la Constitution qui énonce que « la langue officielle de l’État est le catalan3 ». En effet, les autorités andorranes, en vertu de la loi du 16 décembre 1999 réglementant l'usage de la langue officielle, considèrent que le principal élément du maintien de l’identité, dans un pays marqué par un fort afflux d’immigrés, passe par la sauvegarde du patrimoine linguistique d’Andorre. En outre, son article 4 prévoit que les Andorrans ont « le devoir de connaître la langue catalane » et de l’employer en conformité avec les cas prévus par la loi, notamment dans les institutions publiques andorranes (article 8).

37L’andorranisation de la population passe donc par l’apprentissage et la connaissance du catalan. C’est pourquoi depuis la fin des années 1970, le Conseil Général a entrepris la création des premières classes trilingues (catalan, castillan, français), et les premiers enseignements spécifiques assurés par des professeurs andorrans dont le programme est de donner une éducation spécifiquement andorrane où tous les enfants doivent connaître le catalan, l’histoire et la géographie de l’Andorre, ainsi que les institutions du pays [Taillefer, 1984b]. Cependant cette politique s’est heurtée à la structure éducative andorrane plurielle qui se composait également d’un système espagnol et d’un système français, dont les programmes étaient fixés par les Ministères de l’Éducation des pays concernés, et dans lesquels l’enseignement était délivré respectivement en castillan et en français. En outre, pour payer le prix de l’indépendance institutionnelle de 1993, les Andorrans ont dû convenir d’un accord qui protégeait et pérennisait ce système d’éducation singulier, minimisant les compétences andorranes dans ce domaine [Becat, 1997]. Toutefois, une convention signée avec le gouvernement de la République française en 1993 d’une part, et avec le royaume d'Espagne en 2003 d’autre part, prévoit qu’au primaire l'enseignement est bilingue et que durant toute la scolarité, le catalan doit continuer d’être enseigné. Dès lors, à la fin de leur scolarité et grâce à un modèle d’enseignement proche de ce qui se fait au sein des communautés autonomes espagnoles [Tourbeaux et Valdes, 2010], tous les élèves doivent en principe terminer leurs études secondaires en sachant parler le catalan. Notons enfin que pour faciliter l'intégration des nouveaux immigrants dans la principauté, le secteur de la formation pour adultes offre un programme gratuit et complet de cours en catalan, favorisant également l'approfondissement des connaissances sur la culture andorrane.

  • 4 L’Estadística d’usos lingüístics a Andorra 2004 - réalisée conjointement par le Secrétariat des Pol (...)
  • 5 L’aire linguistique catalane correspond à l’Andorre, la Catalogne, la Communauté Valencienne, les I (...)

38Une enquête sociolinguistique de 20044 dont l’objectif est d’évaluer le niveau de connaissance de la population andorrane en catalan montre que 96 % des individus le comprennent lorsqu’il est parlé, et que 9 personnes sur 10 sont capables de le lire (tableau 4). La quasi-totalité de la population originaire d’Andorre ou du reste de l’aire linguistique catalane5 comprend le catalan, qu’il soit écrit ou oral. En ce qui concerne les individus qui ne sont pas originaires de l’aire linguistique catalane, la proportion de ceux qui le comprennent est également loin d’être négligeable puisque c’est le cas de 92 % d’entre eux oralement et 81 % le lisent. Enfin, il est notable que plus la population est jeune et plus le niveau de compréhension du catalan est élevé. En revanche, le niveau d’expression orale (79 %) et écrite (61 %) en catalan, est moindre parmi la population totale résidant en Andorre. C’est surtout du fait des individus originaires d’une région autre que catalane car ils sont seulement 60 % à le parler et environ 37 % à savoir l’écrire. Là encore, plus la population est jeune et plus le niveau d’expression en catalan est élevé. Ces résultats peuvent partiellement être expliqués par la politique d’enseignement qui est menée en Andorre, notamment envers les enfants. En outre, comme le catalan est une langue romane, et que la plupart des immigrés en Andorre qui ne sont pas originaires de son aire linguistique, viennent de pays dont les langues sont également romanes (espagnol, portugais, français), il n’est pas exclu que cette proximité culturelle puisse leur faciliter sa compréhension.

Tableau 4. Niveau de compréhension et d’expression du catalan en Andorre

Tableau 4. Niveau de compréhension et d’expression du catalan en Andorre

Source : Estadística d’usos lingüístics.

39L’enquête montre également des résultats intéressants sur la manière dont la langue catalane est perçue et utilisée par la population. En effet, si en Andorre la distribution dans la population des langues maternelles correspond à peu près à la distribution des nationalités, on peut observer que 42 % de la population s’identifie à la langue - et donc à la culture - catalane, alors que seulement 31 % des individus l’ont comme langue maternelle (tableau 5). Il y a donc une appropriation de l’identité catalane par une partie de la population qui s’est faite au cours de la vie. Aussi, soulignons que seuls 44 % de la population utilise principalement la langue catalane au quotidien, alors que comme nous venons de le voir, la très grande majorité des individus sont capables de s’exprimer dans cette langue.

Tableau 5. Langue maternelle, d’usage et d’identification de la population en Andorre

Catalan

Castillan

Catalan et

Portugais

Français

Autre

langue

Total

Castillan

Langue maternelle

31,4

35,9

1,5

14,7

7,8

8,7

100

Langue d'usage

43,8

32,8

2,7

7,6

7,1

6

100

Langue d'identification

42,3

31

1

11,6

7,8

6,3

100

Source : Estadística d’usos lingüístics.

Perspectives pour l’Andorre

40La pérennité de l’Andorre a été permise par son isolement géographique et par le fait que son territoire n’a jamais présenté d’enjeux stratégiques forts pour ses puissants voisins. En outre, le paréage a assuré à la principauté une double protection : de l’Espagne par l’intermédiaire de l’évêque d’Urgell d’une part, et de la France d’autre part. Depuis qu’ils sont ses « tuteurs », les coprinces n’ont donc jamais tenté d’intégrer l’Andorre au sein de leurs territoires respectifs. À la fin du 20ème siècle, une constitution et une reconnaissance mondiale assurent désormais la légitimité et la pérennité de ce micro-État. Cependant, suite à un fort afflux d’immigrés et une population nationale mise en minorité, le risque n’est plus celui de sa continuité mais celui de la protection de son identité culturelle. Pour l’assurer, les autorités andorranes se sont lancées dans un programme d’andorranisation de la population née en Andorre de parents étrangers, tout en leur facilitant l’accès à la nationalité. L’objectif est d’augmenter la part des nationaux - de culture catalane - dans la population totale afin de réduire les frustrations d’une population majoritairement étrangère - parfois née en Andorre de parents eux même y étant nés - et ne pouvant donc pas participer à la vie politique du pays, ou à certains événements qui forgent le sentiment de partager un destin commun. On pense par exemple à l’équipe nationale de football qui écarte de ses rangs un nombre important de sa population du fait de sa nationalité. À l’avenir, grâce à une politique d’intégration volontaire, les enfants d’immigrés sont donc appelés à se fondre avec les descendants d’Andorrans pour former une population unie dans une culture commune.

Haut de page

Bibliographie

ANDORRA, Consell General, Constitució del Principat d'Andorra, 14/03/1993, Andorra la Vella.

ANDORRA, Consell General, Llei d'ordenació de l'ús de la llengua oficial, 16/12/1999, Andorra la Vella.

ANDORRA, Consell General, Llei 10/2004 qualificada de modificació de la Llei qualificada de la nacionalitat, 27/05/2004, Andorra la Vella.

ANDORRA, Decret del M. I. Consell General de les Valls d’Andorra, relatíu a la nationalita andorrana aprovada per els Excellentíssims Co-Prínceps, 17/06/1939, Andorra la Vella.

ANDORRA, Govern, Departament d´Estadística, Estadística de població, Andorra la Vella.

ADELLACH BARO B., GANYET SOLER R. (1978), Valls d’Andorra - Geografia, Ed. Consell General de les Valls d'Andorra, 75 p.

BAUDON DE MONY C. (1885), Origines historiques de la question d'Andorre, Bibliothèque de l'École des Chartes, tome 46, pp. 95-107.

BECAT J. (1997), Les Portugais seront-ils les meilleurs Andorrans ? Réflexions sur l'évolution de la société et de l'identité andorrane, Revue européenne de migrations internationales, vol. 13, n° 3, Les Catalognes, laboratoire de l'Europe, pp. 135-156.

CRI (2008) 3 : Troisième rapport sur Andorre, Commission européenne contre le racisme et l’intolérance, Conseil de l’Europe, 12 février 2008.

DEGAGE A. et DURO i ARAJOL A. (1998), L'Andorre, PUF, Que sais-je, 128 p.

ECCARDT T. (2005), Secrets of the Seven Smallest States of Europe : Andorra, Liechtenstein, Luxembourg, Malta, Monaco, San Marino, and Vatican City, New York, Hippocrene Books Inc., 348 p.

GENERALITAT DE CATALUNYA et GOVERN D’ANDORRA (2004), Secretaria y Servei de Política Lingüística, Estadística d’usos lingüístics a Andorra, 2004, Barcelona, 82 p.

MATEU M. et LUCHAIRE F. (1999), La Principauté d'Andorre, Paris, Éd. Economica, 158 p.

SACOTTE J.-C. (1974), Les vallées d’Andorre, Notes et Études Documentaires, La Documentation française, n° 4087, pp. 1-24.

SERMET J. (1953), « La Nouvelle Andorre », in Mélanges géographiques offerts à Ph. Arbos, Clermont-Ferrand, Éd. Les Belles Lettres, tome 2, pp. 91-107.

TAILLEFER F. (1984a), Andorre la Neuve, Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, vol. 146, tome 5, pp. 205-219.

TAILLEFER F. (1984b), Un pôle d’immigration dans la haute montagne pyrénéenne : l’Andorre, Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 55, fasc. 4, pp. 421-440.

TAPINOS G. (1987), Rapport sur l'immigration en Andorre. Diagnostics et perspectives, Paris, Institut d'Études Politiques, 95 p.

TOURBEAUX J. et VALDES B. (2010), « Le rôle de la famille dans la transmission de la culture par l’apprentissage des langues régionales en Espagne », in Relations intergénérationnelles. Enjeux démographiques, XVIe colloque international de l’AIDELF, Genève, 21 au 24 juin 2010.

VALLIN J. et MESLÉ F. (2001), Tables de mortalité françaises 1806-1997 et projections jusqu’en 2102, Institut National d’Études Démographiques, Paris, 102 p.

Haut de page

Notes

1 Les nats a Andorra sont des fils d’immigrés, nés et résidant en Andorre, n’ayant pas pu acquérir la nationalité andorrane du fait de la législation sur la nationalité en vigueur entre 1975 et 1992. Par conséquent, ils ont été recensés à part sans que la statistique ne leur affecte de nationalité [Becat, 1997].

2 Les conditions sanitaires en Andorre étant sensiblement les mêmes qu’en France, nous appliquons pour toutes nos hypothèses les quotients perspectifs de mortalité établis par J.Vallin et F.Meslé (2001). La loi de fécondité est celle de l’Andorre en 2008.

3 La principauté d’Andorre est aujourd’hui le seul État souverain au monde ayant pour langue officielle le catalan. Il est toutefois co-officiel dans les communautés autonomes de Catalogne, Valencienne et des Îles Baléares.

4 L’Estadística d’usos lingüístics a Andorra 2004 - réalisée conjointement par le Secrétariat des Politiques Linguistiques de la Generalitat de Catalogne et le Service des Politiques Linguistiques du Gouvernement d'Andorre - a pour principal objectif d'obtenir une estimation de l'utilisation des langues, en particulier du catalan, dans les relations interpersonnelles de la population âgée de 15 ans et plus résidant en Andorre. Pour ce faire, 637 personnes représentatives de la société andorrane (selon le sexe, l’âge et la nationalité) ont été interrogées par entretiens téléphoniques sur les thèmes suivants : langue maternelle, langue d’usage et langue d’identification, connaissance de la langue catalane, usage linguistique au domicile, transmission linguistique, usage linguistique dans les relations interpersonnelles et avec les institutions, représentations sociales de la langue.

5 L’aire linguistique catalane correspond à l’Andorre, la Catalogne, la Communauté Valencienne, les Iles Baléares, la Frange d’Aragon, la majeure partie du département des Pyrénées-Orientales en France et à l'Alghero en Sardaigne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution de la population en Andorre depuis la fin du 19ème siècle
Crédits Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 2. Taux (‰) annuels de variation de la population, naturelle et migratoire, en Andorre depuis le début
Crédits Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 3. Évolution de la population en Andorre, selon la nationalité, depuis la fin de la Grande Guerre
Crédits Sources : Departament d´Estadística d’Andorra, B.Adellach Baró, J.Becat, J-C.Sacotte. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Graphique 4A. Population (H1)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Graphique 4B. Proportion de la population (H1)
Crédits Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 5A. Population (H3)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 5B. Proportion de la population (H3)
Crédits Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Graphique 6A. Population (H4)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Graphique 6B. Proportion de la population (H4)
Crédits Source : Departament d´Estadística d’Andorra. Traitement : J. Tourbeaux.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 4. Niveau de compréhension et d’expression du catalan en Andorre
Crédits Source : Estadística d’usos lingüístics.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4486/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Tourbeaux, « L’évolution démographique en Andorre est-elle compatible avec le maintien de son identité culturelle ? », Espace populations sociétés, 2011/2 | 2011, 279-290.

Référence électronique

Jérôme Tourbeaux, « L’évolution démographique en Andorre est-elle compatible avec le maintien de son identité culturelle ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/2 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4486 ; DOI : 10.4000/eps.4486

Haut de page

Auteur

Jérôme Tourbeaux

Université Montesquieu Bordeaux IV
Institut d’Études Démographiques
Avenue Léon Duguit
33608 Pessac Cedex
Tourbeaux.jerome@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org