Navigation – Plan du site
Notes

Le hukou

Yves Boquet
p. 355-357

Texte intégral

1Le « hukou » (de « hu » = foyer et « kou » = résident, qu’on pourrait traduire par les expressions « livret d’enregistrement de résidence » ou « système d’enregistrement des ménages ») est le principal document d’identité d’un Chinois. Il se situe dans la continuité d’une tradition ancienne de l’Empire chinois de volonté de contrôle des mouvements de population. Créé en 1951 pour les villes, en 1955 pour les campagnes, selon le modèle de la « propiska » (passeport intérieur soviétique), le hukou indique le lieu de résidence officiel d’une personne, classée rurale ou urbaine. Les agriculteurs en zone urbaine disposent d’un hukou rural. Les enfants héritent du hukou de leur mère. Familles rurales et urbaines sont différenciées pour divers domaines : la politique démographique qui leur est appliquée, l’accès au logement, aux soins médicaux, à l’école, les tickets de rationnement alimentaire, la priorité à l’emploi, voire le mariage. Le hukou urbain est très demandé par les ruraux, car il symbolise le statut : selon un proverbe chinois les gens « aiment mieux un lit dans une ville qu’une pièce à la campagne ».

2Le contrôle du hukou est fréquent dans les transports ferroviaires chinois. Les nouveaux venus dans les quartiers urbains sont toujours soumis à une enquête du comité de quartier et les fraudeurs au hukou, vite démasqués, sont remis aux autorités de police. Un hukou rural ne permet pratiquement pas de vivre en ville, sauf attribution d’un permis de transfert de hukou. Il faut alors remplir des formulaires complexes, prouver qu’on aura un emploi en ville - mais comme l’obtention d’un emploi dépend souvent de l’attribution du hukou urbain….

3Le gouvernement central détermine les quotas de transferts de hukou de rural à urbain en fonction des besoins des entreprises d’État ou des unités militaires, des promotions administratives ou des formations universitaires, de manière analogue aux permis de séjour et pour l’immigration dans un pays étranger avec l’attribution de visas de travail. Les hukou urbains peuvent parfois être valables pour de multiples villes - en général un hukou de grande ville permet d’obtenir un transfert vers une petite ville, mais le contraire n’est pas fréquent.

4Des hukou « collectifs » sont attribués aux personnes amenées à résider ensemble dans une institution, une organisation, une école, une entreprise, un établissement d’utilité publique ou une résidence universitaire. Il s’agit donc de permis de résidence intermédiaires entre permis de résidence temporaire et permis de résidence permanent ; ils sont indispensables pour les travailleurs migrants employés sur les chantiers des grandes métropoles ou dans les ateliers des principales zones de production industrielle.

5Le hukou familial concerne les personnes ayant des liens d’alliance ou de sang. En Chine, toute personne inscrite au registre collectif d’une institution doit en être radiée au cours du mois suivant son mariage, car elle obtient un certificat familial à la place. Si les titulaires de hukou collectif n’ont pas les moyens d’acheter un logement et qu’ils souhaitent se marier, ils risquent de se voir refuser la licence de mariage donnant droit au hukou familial et de mettre au monde un enfant sans pouvoir attester d’un domicile sur place, L’enfant devient alors un « résident illégal » ou, comme on les appelle plus communément, un « hukou noir », avec, entre autres conséquences, des difficultés d’accès à l’éducation et aux services de santé. Rien que pour Pékin, cela concernerait un demi-million d’enfants à la fin de 2009.

6Introduite à Wuhan en 1983, étendue à toutes les villes en 1985, et aux villages en 1995, la réforme du hukou donne plus de souplesse avec l’attribution de permis de séjour temporaires en ville d’un mois minimum, renouvelables chaque année. Le livret du hukou et la lettre de recommandation qui l’accompagnait sont remplacés par une carte nationale d’identité informatisée. Les taxes levées sur les migrants par les municipalités ont été interdites. La province du Guangdong a même supprimé le dispositif. En 2007, le Ministère de la Sécurité Publique a annoncé que, dans le but de réaliser l’égalité du statut des citoyens, la Chine ferait activement progresser le système de gestion du hukou, tout en supprimant peu à peu sa double structure, ce qui signifie une abolition graduelle de la distinction entre hukou urbain et rural, ce qui est déjà officiellement le cas en Hebei, Zhejiang et Liaoning. Depuis février 2009, tous ceux qui disposent d'une carte de séjour de Shanghai depuis 7 ans, y travaillant et cotisant au système de sécurité sociale, peuvent postuler au hukou de la ville.

7Mais les prérequis à l'obtention du hukou urbain restent en vigueur et les grandes villes ont maintenu un dispositif très discriminatoire à l'encontre des migrants. À Shanghai, les candidats font l'objet de vérifications fiscales, judiciaires et bancaires. Les exemptions sont accordées à ceux qui jouissent d'une certaine compétence professionnelle ou occupent des postes technologiques ou administratifs importants. De plus, c’est l'employeur du travailleur migrant qui doit faire la demande, non pas le travailleur migrant lui-même : l'efficacité des demandes de hukou dépend donc des employeurs. La corruption rampante des fonctionnaires tend à rendre le hukou urbain de plus en plus cher, surtout dans les villes les plus recherchées (Shanghai, Pékin, Canton et Shenzhen) : un marché noir du hukou s’est développé. Ce système favorise la fraude (par les paysans cherchant un emploi en ville ou par les employeurs cherchant de la main-d’oeuvre très bon marché) et l’attribution de permis temporaires (par exemple pour les chantiers olympiques) permettant de renvoyer rapidement les migrants vers la campagne.

8La question du hukou, une des pièces maîtresses du régime pour contrôler la société, reste très délicate sur le plan politique. Le 1er mars 2010, à la veille de la réunion annuelle de l’Assemblée consultative du Parti Communiste, un éditorial commun est paru dans 13 quotidiens chinois de diverses provinces, demandant une accélération de la réforme du hukou. La critique était cinglante : "La Chine a souffert depuis longtemps sous le système du hukou. La première génération de paysans ouvriers a payé le développement des villes par son travail, mais leurs enfants n’ont toujours pas les moyens de résoudre leur problème d’identité. Ils supportent toujours les difficultés que connaissent leurs parents, les villes dans lesquelles ils vivent ne les intègrent toujours pas. Nous posons la question : pendant combien de générations cette séparation sera-t-elle encore maintenue ?  ….. Nous pensons que les citoyens sont nés libres et que les gens doivent disposer du droit de se déplacer en toute liberté. …. Nous demandons aux délégués de faire tout leur possible pour annoncer un calendrier de réforme du hukou." Bien que le premier ministre Wen Jiabao ait lui-même indiqué que le gouvernement chinois souhaitait poursuivre l’évolution du système du hukou, la réponse des autorités a été immédiate : disparition de toute mention de cet éditorial sur les sites Internet chinois et renvoi du directeur adjoint du journal Jingji Guancha Bao (l’Observateur Économique de Pékin), qui avait rédigé le texte.

Haut de page

Bibliographie

CHAN Kam Wing (2009), The Chinese Hukou System at 50, Eurasian Geography and Economics, vol. 50, n° 2, pp. 197-221.

CHAN Kam Wing & BUCKINGHAM Will (2008), Is China Abolishing the Hukou System?, The China Quarterly, n° 195, pp. 582-606.

CHENG Tiejun & SELDEN Mark (1994), The Origins and Social Consequences of China's Hukou System, The China Quarterly, n° 139, pp. 644-668.

FROISSART Chloé (2008), Le système du hukou : pilier de la croissance chinoise et du maintien du PCC au pouvoir, Études du CERI, n° 147, (septembre), Paris, Sciences Po, 47 p.

LIU Zhiqiang (2005), Institution and inequality: the Hukou system in China, Journal of Comparative Economics, vol. 33, n° 1, pp. 133-157.

ZHU Yu (2007), China’s floating population and their settlement intention in the cities: Beyond the Hukou reform, Habitat International, vol. 31, n° 1, pp. 65–76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Le hukou », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 355-357.

Référence électronique

Yves Boquet, « Le hukou », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/4422 ; DOI : 10.4000/eps.4422

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Département de Géographie
Université de Bourgogne
Campus Universitaire
2, Boulevard Gabriel
21000 Dijon
yves.boquet@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org