Navigation – Plan du site
Notes

Le taux d’urbanisation de la chine

Yves Boquet
p. 355-357

Texte intégral

1Un problème majeur de la géographie urbaine de la Chine est la difficulté de définir ce qui est «  urbain ». En effet, les « villes » comprennent des espaces ruraux agricoles. Les “municipalités” étaient censées être autosuffisantes à partir du Grand Bond en Avant de 1958, et leur assise géographique s’étend donc bien au-delà de l’espace densément bâti pour inclure un espace de production alimentaire tourné vers la ville qui en est le centre. “Pékin” comporte 3,1 millions de ruraux et “Shanghai” 2 millions... Les statistiques ne sont pas toujours claires en ce qui concerne le type de résidents inclus ou non dans la population “urbaine”, laissant perplexes même les chercheurs les plus chevronnés.

2En 1987, L. Ma et Cui G. écrivent : « Depuis plus de 30 ans, les chercheurs restent mystifiés par la dimension réelle de la population urbaine en Chine : nombre d’estimations ont été effectuées, mais en raison de méthodologies et de sources différentes, on arrive à des résultats extrêmement contradictoires. En Chine elle-même, il existe une grande confusion parmi les chercheurs, les planificateurs, les autorités publiques et les média en ce qui concerne la nature des données urbaines. Parmi les nombreuses raisons pour cette grande confusion, la plus importante est la parcimonie des données, souvent contradictoires, publiées par diverses agences gouvernementales, ainsi que l’évolution incessante des critères de définition de la ville ». Pour C. Pannell (1990) : « Établir une définition de la ville n’est pas chose facile en Chine socialiste : chiffres contradictoires et définitions fluctuantes empoisonnent les chercheurs occidentaux, qui s’en plaignent amèrement ».

3Certaines données officielles donnent en effet 600 millions d’urbains en Chine à la fin des années 1980 : la moitié de la population ; d’autres données indiquent que les villes n’accueillent qu’environ 25 % de la population totale - mais cela fait encore 300 millions de citadins, plus que la population totale des États-Unis. Le taux d’urbanisation officiel aurait progressé de 11 % en 1950 à 20 % en 1960, 17 % en 1970, 19 % en 1980, mais 23 % en 1983, 32 % en 1984, 37 % en 1985, 41 % en 1986, 47 % en 1987 ! La population urbaine serait passée de 211 millions à 503 millions entre 1982 et 1987 !

4Ces chiffres sont étonnants : très faible accroissement urbain, voire recul du taux d’urbanisation, contraire à la tendance mondiale puis doublement du taux en 4 ans ! Les chiffres des années 1980 sont absurdes de toute évidence, liés aux incertitudes sur la définition de la ville. Le cas de Chongqing est emblématique. Cette municipalité-province, récemment détachée du Sichuan, a 32 millions d’habitants. Mais 10,2 millions d’entre eux seulement sont classés comme urbains (33,1 %) et l’aire métropolitaine de Chongqing a environ 5 millions d’habitants. Chongqing n’est donc certainement PAS la plus grande ville du monde !

5Essayons de clarifier. En Chine, il existe 2 catégories d’organismes urbains, les « cités » – shi - et les « bourgs» – zhen.

6L’appellation shi (cité) regroupe 4 catégories de villes, qui obtiennent leur statut urbain par décision du gouvernement chinois et bénéficient d’un budget spécifique dans les finances nationales :

  • très grandes cités avec population non agricole de + de 1 million d’habitants (il y en avait 20 en 1984, elles sont au nombre de 89 en 2007) ;

  • grandes cités à population non agricole de + de 500 000 habitants ;

  • moyennes cités à population non agricole entre 200 000 et 500 000 habitants ;

  • petites cités avec population non agricole de moins de 200 000 habitants.

7Quatre villes chinoises ont un statut spécial, en tant qu’unités de niveau provincial : Pékin, Shanghai, Tianjin, Chongqing, comme Moscou et Saint-Pétersbourg, au niveau des oblast et kraï dans la Russie contemporaine.

8L’appellation zhen (bourg) rassemble deux grands groupes : des villes marchés (jizhen) et des villes “désignées” (jianzhi zhen) dont le statut urbain a été approuvé par les autorités provinciales : toutes les capitales de comtés qui n’ont pas le statut national de cité shi, environ 500 villes gérées directement par les comtés et environ 600 villes dans les districts suburbains de cités shi.

9Le gouvernement chinois décrète selon des critères parfois non expliqués que tel ou tel organisme urbain est une ville ou n’en est pas une. On déclasse parfois des villes. Ainsi entre 1961 et 1963, on est passé de 206 à 177 cités (- 15 %), mais en 1979, on en a regagné 22 d’un coup. Il y avait 300 cités en 1984, 440 en 1989, 656 aujourd’hui. On y distingue 4 municipalités de rang provincial (Pékin, Shanghai, Tianjin, Chongqing), 283 villes-préfectures (dìjíshì) et 369 chef-lieux de comté (xiànjíshì). Même chose pour les “bourgs” au nombre extraordinairement fluctuant : 5402 en 1953, mais on tombe à 3621 en 1957 et 2173 en 1978 (-60 %) avant de remonter à 2968 en 1983. Puis une réforme fait bondir le chiffre à 7186 en 1984, 12 084 en 1990, 17 532 en 1995, 20 312 en 2000, et on redescend légèrement à 19 369 en 2008 ! Voilà de quoi singulièrement compliquer le calcul du taux d’urbanisation, d’autant que les règles ne cessent de se modifier, la définition de la population urbaine étant tour à tour restrictive, libérale, limitative, et impliquant de différencier, selon le hukou des individus, entre urbains agricoles et non agricoles, ruraux urbains et non agricoles, bourgs à majorité agricole ou non agricole des districts périphériques des grandes municipalités urbaines.

10Entre 1953 et 1964, les directives étaient assez claires : il fallait que la ville ait au moins 2000 résidents dont 50 % non agricoles. En 1964, on a porté le chiffre à 3000 et 70 %, mais un organisme urbain entre 2500 et 3000 habitants avec au moins 85 % de population non agricole pouvait aussi être considéré comme ville. On atteint un maximum entre 1961 et 1963 avec le développement de grandes communes populaires qui s’industrialisent, mais ensuite le nombre diminue avec l’éclatement des plus grandes communes populaires et le déclin de l’industrie rurale, ainsi qu’avec le relèvement du seuil urbain de 2000 à 3000 habitants en 1964. L’évolution des années 70 est assez confuse : Ma et Cui, pourtant d’éminents spécialistes, avouent en 1987 : “nous sommes incapables d’offrir la moindre explication pour le déclin constant du nombre de villes entre 1976 et 1983”. L'évolution de la taille de la population urbaine est aussi, avec les autres mesures administratives, le résultat de ces artifices statistiques.

11Le critère d’inclusion dans la catégorie urbaine est révisé en 1984 pour inclure une partie des populations agricoles urbaines et des populations rurales non agricoles. Avec le réajustement ultérieur des limites des municipalités et le doublement du nombre de villes désignées, cela explique le bond prodigieux du taux d’urbanisation au milieu des années 80 : 300 millions de Chinois ont été urbanisés par simple redéfinition administrative ! Les calculs de taux d’urbanisation ont alors été révisés (travaux de Kam Wing Chan, entre autres chercheurs), en excluant la population non agricole. Si on élimine les secteurs ruraux incorporés aux municipalités, on revient à un taux de l’ordre de 26 % en 1990, avec une forte progression dans les années suivantes : 36 % en 2000 et 45,7 % à la fin 2008 selon les sources officielles chinoises.

12Les fluctuations vont sans doute se poursuivre, avec les réflexions en cours sur le maillage administratif au sein des provinces, qui entraînera sans doute de nouveaux changements de statuts, voire le découpage envisagé de certaines provinces (Henan, Shandong, Sichuan) approchant les 100 millions d’habitants, et jugées trop peuplées pour une gestion efficace (ou trop influentes politiquement ?).

13De ces statistiques complexes émerge cependant un fait majeur au 20ème siècle : la Chine a connu une longue période de croissance de sa population sans exode rural massif. Avec le hukou, elle a réussi à obtenir une relative maîtrise de sa croissance urbaine. La Chine a ainsi pu échapper aux bidonvilles de Bombay, Calcutta, Delhi, Bangkok, Jakarta, Manille, Mexico, Caracas, Lima, Rio, Kinshasa, Lagos, Nairobi, Johannesburg, Le Caire, Casablanca. Mais la question de la population flottante de migrants rapproche aujourd’hui les villes chinoises de celles d’autres pays en développement.

Haut de page

Bibliographie

CHAN Kam Wing (2007), Misconceptions and Complexities in the Study of China’s Cities : Definitions, Statistics, and Implications, Eurasian Geography and Economics, vol. 48, n° 4, pp. 383-412.

CHAN Kam Wing & HU Ying (2003), Urbanization in China in the 1990s : New Definition, Different Series, and Revised Trends, The China Review, vol. 3, n° 2, pp. 49-71.

CHAN Kam Wing and XU Xueqiang (1985), Urban Population Growth and Urbanization in China Since 1949 : Reconstructing a Baseline, The China Quarterly, n° 104, pp. 583–613.

MA Lawrence & CUI Gonghao (1987), Administrative changes and urban population in China, Annals of the Association of American Geographers, vol. 77, nº 3, pp. 373-395.

PANNELL Clifton (1990), China’s urban geography, Progress in Human Geography, vol. 14, n° 2, pp. 214-236.

SANJUAN Thierry (1996), Qu’est-ce qu’une population urbaine en Chine ? L’exemple du delta de la rivière des Perles (province du Guangdong), Géographie et Cultures, n° 19, pp. 33-49.

WHITEHAND Jeremy & GU Kai (2006), Research on Chinese urban form : retrospect and prospect, Progress in Human Geography, vol. 30, nº 3, pp. 337-355.

ZHANG Li & ZHAO Simon Xiaobin (2003), Reinterpretation of China's under-urbanization : a systemic perspective, Habitat International, vol. 27, n° 3, pp. 459-483.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Le taux d’urbanisation de la chine », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 355-357.

Référence électronique

Yves Boquet, « Le taux d’urbanisation de la chine », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://eps.revues.org/4421 ; DOI : 10.4000/eps.4421

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Département de Géographie
Université de Bourgogne
Campus Universitaire
2, Boulevard Gabriel
21000 Dijon
yves.boquet@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org