Navigation – Plan du site
Articles

Les groupes minoritaires en Chine : distribution spatiale et défis d’intégration

Minority Groups in China : Spatial Distribution and Integration Challenges
Huhua Cao et Olivier Dehoorne
p. 397-406

Résumés

Cet article propose d’abord une analyse du pattern de la distribution spatiale des principaux groupes minoritaires de la Chine et son évolution afin de souligner la diversité des situations et des niveaux de développement. La seconde partie de l’étude aborde les problèmes majeurs des minorités ethniques et plus généralement de leurs régions, depuis la réforme économique : les inégalités de revenu, d’accès à l’éducation et aux soins de santé sont au cœur du processus d’exclusion. Au terme de cette réflexion, il conviendra de souligner l’importance pour le gouvernement d’adopter une politique de multiculturalisme pour promouvoir l’intégration harmonieuse des cinquante cinq groupes minoritaires dans la société chinoise.

Haut de page

Texte intégral

1La croissance économique soutenue de la Chine, depuis les réformes économiques de 1978, s’est accompagnée d’une augmentation spectaculaire des disparités régionales [Cao et al., 2000]. La Chine est alors devenue une société polarisée dans les trois dimensions : intérieur-littoral (la disparité spatiale), rural-urbain (la disparité sectorielle) et minorité-majorité (la disparité sociale) [Cao et Bergeron, 2010]. Les premières victimes de ces disparités sont les populations des groupes ethniques minoritaires qui vivent pour la plupart dans les zones rurales situées dans les provinces les moins favorisées de l’Ouest et du Centre. Si les minorités ethniques ne constituent qu’une faible part du total de la population chinoise (environ 9 %), elles n’occupent pas moins des cinq huitièmes du territoire national ; lequel est fort riche en ressources naturelles. Ces disparités régionales et socio-économiques contribuent à fragiliser la cohésion sociale du pays comme l'ont démontré les dernières émeutes et manifestations dans certaines régions, principalement dans les communautés ethniques du Tibet (mars 2008) et du Xinjiang (juillet 2009).

2Cet article propose d’abord une analyse du pattern de la distribution spatiale des principaux groupes de minorités de la Chine et son évolution afin de souligner la diversité des situations et des niveaux de développement. La seconde partie de l’étude aborde les problèmes majeurs des minorités ethniques et plus généralement de leurs régions, depuis la réforme économique : les inégalités de revenu, d’accès à l’éducation et aux soins de santé sont au cœur du processus d’exclusion. Au terme de cette réflexion, il conviendra de souligner l’importance pour le gouvernement d’adopter une politique de multiculturalisme pour promouvoir l’intégration harmonieuse des cinquante-cinq groupes minoritaires dans la société chinoise.

1. Les minorités « nationales » de la chine

3Le terme de minorité a une signification et des implications différentes en fonction des contextes et des lieux ; ce terme de « minorité » est problématique, fluide et difficile à définir. Dans l'intérêt de l'unité nationale et de la croissance économique, les gouvernements privilégient plutôt le dénigrement des minorités ; à l’exception de quelques situations où une culture singulière émanant d’un groupe minoritaire est susceptible d’apporter une plus-value, sur le plan touristique par exemple, ou encore de renforcer des symboles nationalistes indispensables au pouvoir en place. Néanmoins, le terme de minorité n’en reste pas moins incontournable pour qualifier des populations en situation d’infériorité, « minorités » arithmétiques, défavorisés sur le plan social ou politique. Les minorités les plus évidentes sont relatives aux tribus, ethnies et religions. Les minorités peuvent être également créées par l'isolement physique et linguistique, la migration, avec des minorités sans territoire défini (comme les Tsiganes), le déséquilibre entre les sexes, l'exclusion politique, l’accès limité à l’éducation, l’indigence et un déni de droits civiques. Certaines minorités ethniques sont autochtones, d'autres non.

4Les « minorités ethniques » en Chine sont qualifiées de « nationalités ». Cela repose sur une interprétation basée sur les « quatre communs » staliniens qui identifient les fondements d’une nation à travers une « communauté de langage », une « communauté de territoire », une « communauté de vie économique, de cohésion » et une « communauté de constitution psychologique" [Stalin, 1942]. Ainsi, la définition d'une « nationalité » à partir de cette interprétation de la « nation » peut être expliquée comme une communauté de personnes, historiquement constituée, sur un territoire stabilisé, constituée sur les bases d'un langage, d’une vie économique et culturelle commune [Mackerras, 2003, p. 37]. Suivant ce raisonnement, la Chine compte à ce jour 56 nationalités, dont l'une constitue l'ethnie majoritaire : les Chinois Han, et 55 autres sont des minorités [Gladney, 2004].

5Depuis la fondation de la République populaire de Chine, en 1949, certains territoires, comportant des proportions significatives de populations minoritaires, jouissent de statuts d’autonomie variables. Il existe trois catégories de régions autonomes de minorités en Chine, correspondant aux trois niveaux de juridiction du gouvernement :

  • la Région autonome (niveau provincial),

  • la préfecture autonome,

  • le comté autonome.

6Parmi les 55 minorités nationales officiellement identifiées, 44 disposent de leurs propres territoires autonomes et ces zones, reconnues dans la constitution chinoise, reçoivent un certain nombre de droits spéciaux, distincts des autres circonscriptions administratives [Wang, 2005].

7Grâce à ces statuts de « minorité autonome », les groupes ethniques bénéficient de certains droits et privilèges tels que la possibilité d’utiliser et de développer les langues minoritaires en respectant et protégeant la liberté des minorités religieuses, l'entretien et la réforme des coutumes des minorités, ainsi que l'organisation et la gestion d'un développement économique autonome. En outre, c’est également au niveau des Régions autonomes des minorités qu’il incombe de prendre en charge le développement de l'éducation, de la science et de la technologie, de la culture et autres entreprises sociales, de façon relativement indépendante du gouvernement central chinois. Bien que le concept de minorité implique souvent des besoins particuliers, les minorités ne sont pas toujours économiquement ou politiquement défavorisées. Par exemple, le gouvernement chinois a assoupli la politique de l'enfant unique à l'égard des populations minoritaires dans le but de favoriser le développement régional ; par conséquent, le taux de croissance démographique des populations minoritaires est actuellement supérieur à celui de la moyenne nationale. Les taux de croissance particulièrement élevés de certaines minorités relèvent également du fait que davantage de personnes déclarent aujourd’hui faire partie d'une population minoritaire.

8Toutefois, compte tenu de leurs modes de vie spécifiques et de la concurrence historique qui les opposent à la majorité, les groupes minoritaires vivent d’abord dans les zones géographiques les plus défavorisées. Cela ne les prive pas de certaines opportunités économiques mais les freins y sont beaucoup plus forts. Le sous-développement est plus fréquent dans les zones ethniques et, parfois, il peut être le résultat d’une politique d’intégration conduite par un État insuffisamment sensibilisé aux besoins et réalités locales. Il est important de rappeler que le projet développement ne peut être séparé des réalités politiques.

2. Les groupes minoritaires dans l’espace chinois

9La spatialisation des populations minoritaires sur le territoire chinois met en évidence l’opposition entre, d’une part, les minorités qui dominent les provinces situées à l’ouest et au sud-ouest du pays et, d’autre part, la majorité Han qui contrôle les provinces localisées près de la frontière maritime (figure 1). Ainsi, plus de 70 % de la population ethnique vit dans l’Ouest chinois, tandis que les régions de l’Est et du Centre accueillent chacune seulement 14 % de cette population minoritaire (tableau 1). C’est dans l’Ouest que sont établies les cinq régions autonomes de la Chine : le Guangxi, la Mongolie intérieure (la minorité mongole) dans le Nord-Est, le Ningxia (la minorité Hui) dans le Nord, le Xinjiang (la minorité ouïgoure) dans le Nord-Ouest et le Tibet dans le Sud-Ouest. Parmi les nombreux groupes ethniques en Chine se retrouvent notamment les Zhuang, les Tibétains, les Ouïgours, les Mandchous, les Hui, les Yi, les Miao, les Monghols ainsi qu’une panoplie d’autres minorités. Il est à noter que la province de Yunnan, qui n’a pas le statut de région autonome, est reconnue comme le point de conjoncture du plus grand nombre de minorités ethniques dans tout l’État chinois [Zheng, 1999]. De nombreuses conflictualités, tant territoriales que culturelles et sociales, existent entre les 55 groupes de minorités ethniques et la majorité Han.

Figure 1. Répartition des minorités en Chine (1982-2000)

Figure 1. Répartition des minorités en Chine (1982-2000)

Projection : Krasovsky_1940_Albers.
Source : Population Census of China, 2000 Population Census of China.

Tableau 1. Ethnies minoritaires par région et province, 2000

Région

Population totale

Population minoritaire

Proportion (%) de la population minoritaire par rapport au total chinois dans chaque province

Proportion (%) de la population minoritaire par rapport au total des minorités

Total Chine

1 242 612

105 226

8,41

100

Est

484 162

15 032

---

14,26

Beijing

13 569

585

4,3

0,56

Tianjin

9 849

267

2,7

0,25

Hebei

66 684

2 903

4,3

2,76

Liaoning

41 824

6 718

16,1

6,38

Shanghai

16 408

104

0,6

0,1

Jiangsu

73 043

260

0,4

0,25

Zhejiang

45 931

395

0,9

0,38

Fujian

34 098

584

1,7

0,55

Guangdong

85 225

1 269

1,5

1,21

Shandong

89 972

633

0,7

0,6

Hainan

7 559

1 314

17,4

1,25

Centre

408 927

15 004

---

14,27

Shanxi

32 471

103

0,3

0,1

Jilin

26 802

2 453

9,1

2,33

Heilongjiang

36 237

1 772

4,9

1,68

Anhui

59 000

398

0,7

0,38

Jiangxi

40 397

126

0,3

0,12

Henan

91 237

1 144

1,2

1,09

Hubei

59 509

2597

4,4

2,47

Hunan

63 274

6 411

10,1

6,1

Ouest

349 519

75 191

---

71,47

Guangxi

43 854

16 830

38,4

16

Mongolie Intérieure

23 323

4 858

20,8

4,62

Sichuan

112 861

6 093

5,4

5,79

Guizhou

35 248

13 336

37,8

12,67

Yunnan

42 360

14 159

33,4

13,46

Tibet

2 616

2 458

93,9

2,34

Shaanxi

35 365

176

0,5

0,17

Gansu

25 124

2 199

8,7

2,09

Qinghai

4 823

2 217

46

2,11

Ningxia

5 486

1 896

34,6

1,8

Xinjiang

18 459

10 969

59,4

10,42

Note : Les données sur Chongquing sont incluses dans les statistiques de la
province du Sichuan.
Source : Adapté à partir de Bhalla et Qiu (2006), p.46 et calculs de l’auteur. [Données tirées du recensement  national de la population (2000)].

10L’analyse de l’évolution spatiale des minorités au cours des deux dernières décennies permet de souligner la progression du poids des populations minoritaires sur pratiquement l’ensemble du territoire chinois et, tout particulièrement, dans les régions du Nord et du centre du pays (Figure 2). En effet, entre 1982 et 2000, la majorité des provinces ont enregistré une croissance des populations appartenant à des groupes minoritaires. L’évolution n’est pas uniforme ; les régions littorales sont moins touchées que celles du Nord-Est, du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et du centre du pays. Les provinces qui connaissent les augmentations les plus significatives sont la Mongolie intérieure, le Guangdong, le Guizhou et le Liaoning, et, dans une moindre mesure, les provinces du Qinghai, du Sichuan, de Hebei, de Yunnan, de Jilin et de Ningxia.

Figure 2. Évolution des minorités dans l’espace chinois entre 1982 et 2000

Figure 2. Évolution des minorités dans l’espace chinois entre 1982 et 2000

Yuanyan Zhai, Department of Geography, University of Ottawa
Projection : Krasovsky_1940_Albers.
Source : Population Census of China, 2000 Population Census of China.

3. Une réforme économique qui renforce le processus d’exclusion des minorités ethniques

11Les réformes économiques engagées en Chine, depuis 1978, ont soutenu la croissance économique et la modernisation du pays dont l’un des corollaires est l’accroissement substantiel des disparités de revenus entre les régions (littorales versus intérieures), mais aussi au niveau infra-régional (urbain versus rural) et entre les groupes d’individus [Luo et al., 2007 ; Song & George, 2000 ; Wu & Perloff, 2004]. Les disparités de développement sont exacerbées dans ce contexte, à l’image du sous-développement qui caractérise les régions minoritaires de l’Ouest [Xue, 1997].

12Les minorités vivent davantage dans les zones défavorisées, mal desservies, qui manquent d'infrastructures et de services sociaux ; autant de handicaps qui freinent le développement des activités économiques et qui affectent le capital humain [Borooah et al., 2006]. Gustafsson et Shi (2003) ont constaté que l'écart entre les revenus moyens des minorités nationales et de la majorité n’a cessé de s’accroître, progressant de 35,9 % lors de la seule décennie 1980-1990. La corrélation entre le statut de minorité, la localisation géographique et le niveau des revenus ne peut pas être niée. Des études démontrent que la situation socio-économique dans les régions des minorités s’est dégradée au cours des vingt dernières années, comme dans le Gansu [Zhang, 2000].

13Avant la réforme de 1978, les politiques de redistribution qui prévalaient depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949 ont toujours manifesté un biais urbain fort [Lin et al., 1996 ; Liu et al., 2002] au profit d’une stratégie alternative en zones rurales destinée à promouvoir l'éducation de base à partir des écoles villageoises [Hannum & Wang, 2006 ; Tsang, 1994], ces campagnes bénéficiaient d’une redistribution inter-régionale. Certes, les soins de santé et les conditions d'enseignement pour les résidents en milieu rural n’étaient pas aussi favorables que dans les villes, mais les services éducatifs de base et de soins de santé préventifs n'en étaient pas moins largement disponibles. Par exemple, le système de santé en milieu rural se composait d'un programme à trois niveaux de services :

  • des postes de santé dans la plupart des villages dotés de « médecins aux pieds nus »,

  • des centres de santé dans les cantons,

  • des hôpitaux financés par le gouvernement dans les comtés [Hebel, 2003].

14Globalement ce système a connu un certain succès, permettant notamment de contrôler les maladies infectieuses et parasitaires.

15À partir de la réforme fiscale de 1994 qui marque un changement important du système de partage des recettes fiscales, tous les niveaux de gouvernements sont contraints de renforcer leur autofinancement [Jin et al, 2005 ; West & Wong, 1995]. Ce processus de décentralisation des responsabilités, notamment en matière des services sociaux publics, a eu pour effet de réduire la disponibilité des services tout en augmentant leur coût pour les particuliers [Zhang & Kanbur, 2005 ; Qi, 2008]. Confrontés aux limites de leur budget, les gouvernements locaux des provinces défavorisées ont limité leurs programmes sociaux.

3.1. Les défaillances de l’encadrement scolaire

16Le gouvernement chinois reconnaît l’importance d’investir dans la formation de sa main-d’œuvre pour entrer dans l’ère de la modernité. La loi sur l’enseignement obligatoire de 1986 impose 9 années d’éducation de base, soit 6 au niveau primaire (6-12 ans) et 3 au niveau secondaire (13-15 ans). Mais la mise en application de cette loi et son financement échoient aux administrations locales. Si les régions les plus développées du pays sont en mesure de répondre à cet objectif, la situation est plus complexe dans les régions minoritaires.

17Sur l’ensemble du territoire, les populations, rurales et urbaines, sont contraintes d’investir des sommes toujours plus importantes pour leur propre éducation. La part de la contribution financière du gouvernement central en matière d’éducation est passée de 64,6 % en 1990 à 53,1 % en 1998. Dans le même temps, les administrations locales aux ressources limitées ont également réduit leurs investissements dans le secteur de l’éducation ; les contributions des citoyens couvraient 12,5 % des dépenses du secteur en 1998 contre 2,3 % 8 années auparavant [Adams & Hannum, 2005 ; Hannum, 2003]. Cette situation réduit donc les perspectives d’accès à l’éducation des enfants [Qian & Smyth, 2008] et l’envolée des coûts du secteur renforce les disparités dont les premières victimes sont les enfants, particulièrement les filles des familles les plus pauvres qui rencontrent les plus grandes difficultés à terminer les 9 années d’études obligatoires [Wang & Zhou, 2003]. En effet, les filles de 12 à 15 ans sont les plus vulnérables : leur déscolarisation les « libère » pour des tâches ménagères des plus utiles pour les familles [Khan et al., 1993 ; Yang, 2001 ; Yang & Liang, 2004].

18Les services sont de moindre qualité dans les zones rurales à forte densité ethnique [Cao et Feng, 2009]. En conséquence, les degrés d’éducation diffèrent considérablement entre les minorités et la majorité. À titre d’exemple, le recensement de la population chinoise de 1990 indique que la proportion de minorités analphabètes au Tibet s’élevait à 72,82 % en comparaison avec seulement 3,09 % pour la majorité. Dans la province du Qinghai, ce rapport se chiffrait à 62,74 % du côté des minorités et à 25,78 % du côté de la majorité.

19L’analyse de cette spirale du sous-développement qui frappe les minorités peut être encore étendue : outre le coût des services, il faut aussi prendre en considération l’état des installations scolaires, avec des écoles délabrées, essentiellement concentrées dans les régions rurales de l’intérieur, notamment au sein de la province Guizhou, ou encore les difficultés de recrutement des enseignants pour lesquelles les localités rurales marginalisées de l’Ouest, faute de financements adéquats, n’ont guère d’autre alternative que d’employer des professeurs non qualifiés.

3.2. L’iniquité face aux services de santé

20La problématique de l’iniquité, qui contribue à pénaliser les populations les plus pauvres, parmi lesquelles les minorités, s’étend sur le plan de la santé. Dans ce domaine, la part moyenne des soins à la charge du patient est passée de 16 % en 1980 à 61 % en 2001. Dans les régions rurales, et principalement les zones habitées par les minorités, la couverture médicale est encore plus faible [West & Wong, 1995 ; Wong, 2007]. De fait, la plupart des résidents ruraux n’ont plus de prise en charge médicale et payer la visite médicale est devenue la norme. Selon le rapport du Conseil d'État du China Development Research Center, 80 % des populations rurales des provinces de l'Ouest n'ont pas un accès adéquat aux services de soins [Bergsten et al., 2006].

21La qualité des prestations de santé publique offerte à la population diffère considérablement entre les régions chinoises, particulièrement entre les petites localités rurales et les grands centres urbains : 70 % des soignants ruraux n’ont eu qu’une éducation de niveau secondaire et une formation médicale d’une durée moyenne de vingt mois [Eggleston et al., 2008, p. 152]. Et, même s’il existe de nombreux établissements médicaux dans les campagnes des provinces intérieures, la capacité d’accueil est nettement supérieure dans les régions urbaines avec 3,56 lits disponibles pour 1000 personnes contre 1,43 lit dans les régions rurales [Houggard et al., 2008].

22Indicateur de l’accessibilité des soins de santé vitaux notamment, l’espérance de vie de la population (figure 3) souligne les inégalités entre les populations des régions de l’Est et du centre et celles de l’Ouest. L’espérance de vie est inférieure à 70 ans dans sept des douze provinces de l’Ouest. La municipalité de Shanghai, qui détient le premier PIB provincial par habitant du pays (57 695 yuan), affiche l’espérance de vie la plus élevée (78,14 ans), à l’opposé, la région autonome du Tibet, située au 25e rang en termes du PIB provincial par habitant (10 430 yuan), enregistre l’espérance de vie la plus faible (64,37), un écart de presque 14 ans les sépare !

Figure 3. Espérance de vie par province

Figure 3. Espérance de vie par province

Source : China Statistical Yearbook (2007).

23Depuis les réformes de 1978, les politiques gouvernementales plus favorables à la majorité Han ont contribué à renforcer les inégalités urbaines-rurales et minorités-majorité [Wang & Postiglione, 2008]. Comparativement aux Hans, les minorités plus pauvres, plutôt localisées dans des zones rurales et dans les régions intérieures de la Chine, sont plus affectées par les contraintes du contexte géographique. Ces minorités doivent faire face aux défis typiques des régions sous-développées où s’accumulent les handicaps de la pauvreté, du mauvais encadrement scolaire et sanitaire, dans un contexte d’isolement [Wong, 2007 ; Yi, 2007 ; Zha & Ding, 2007]. La pauvreté est aussi liée à l’inégalité de genre au sein des groupes minoritaires : les groupes ethniques qui connaissent le plus grand écart de genre en matière de décrochage scolaire sont aussi ceux qui sont caractérisés par les plus forts taux de pauvreté [Demurger et al., 2002 ; Postiglione et al, 2006].

24Indicateur important de l'inégalité sociale, l’accessibilité aux services sociaux (éducation et santé) demeure une grande inquiétude pour les populations, particulièrement pour celles des régions minoritaires de la Chine [Connelly & Zheng, 2000 ; Lin & Chen, 2004 ; Sen, 2000].

Conclusion

25Avant d’envisager des solutions pérennes destinées à réduire le déséquilibre global, il s’avère nécessaire de comprendre les facteurs à l’origine des disparités chinoises où les Hans dominent le secteur industriel, source d’enrichissement, tandis que les minorités ethniques pratiquent davantage l’agriculture pour subvenir à leurs besoins de base. La qualité lamentable de l’enseignement dans les régions rurales des minorités limite considérablement les possibilités de développement professionnel de ces populations [Cao, 2008]. Le retard des populations minoritaires relève donc de choix politiques arrêtés en matière de développement et d’un ensemble de facteurs collectifs, parmi lesquels l’éloignement géographique, l’absence d’infrastructures fonctionnelles et ponctuellement le bagage culturel (certaines croyances religieuses et coutumes traditionnelles, perception du rôle de l’éducation et place de la femme par exemple).

26Dans ce contexte, il est clair que les inégalités qui n’ont cessé de se creuser en Chine au cours des dernières années vont menacer sérieusement la stabilité économique et politique du pays. Conscient de l’importance de définir un nouvel équilibre dans le multiculturalisme pour assurer le devenir du pays, le gouvernement doit définir une politique permettant de poser les bases d’une coexistence pacifique entre les différents groupes ethniques. Le respect et la protection de la culture des minorités de la Chine s’inscrivent dans la reconnaissance d’un pays de 5000 ans de civilisation. À travers les Jeux Olympiques de Pékin en 2008, la Chine a montré au monde sa nouvelle puissance économique et politique ; le gouvernement chinois a désormais la capacité et la responsabilité d'inclure les différents groupes de minorités ethniques, indépendamment de la taille des groupes, dans le processus de développement et d’assurer la protection de leur culture.

Haut de page

Bibliographie

ADAMS J. and HANNUM E. (2005), Children’s social welfare in China, 1989-1997 : access to health insurance and education, The China Quarterly, n° 181, pp. 100-121.

BERGSTEN C. F., GILL B., LARDY N.R. and MITCHELL D. (2006), China : The Balance Sheet : What the World Needs to Know Now about the Emerging Superpower, www.comw.org/cmp/fulltext/0604bergsten.pdf, p. 15.

BHALLA A.S. and QIU S. (2006), Poverty and Inequality among Chinese Minorities. Abingdon(Oxon), Routledge Taylor & Francis Group.

BOROOAH V.K., GUSTAFSSON B. and SHI L. (2006), China and India : Income inequality and poverty North and South of the Himalayas, Journal of Asian Economics, no 7, pp. 797-817.

CAO H. (2008), Spatial Inequality in Children’s Schooling in Gansu, Western China : Reality and Challenges, The Canadian Geographer, vol. 55, no 3, pp. 331-350.

CAO H. and FENG J. (2009), « Chapter 5 : Access to education for girls in minority region of Gansu : A geographic perspective », in H. Cao et M. Elizabeth (dir.), Regional Minorities and Development in East and Southeast Asia, London and New York : Routledge, pp. 99-118.

CAO H. et BERGERON S. (2010), Disparités régionales et inclusion des minorités : Les défis de la Chine de l’après Jeux Olympiques de Beijing, Québec, Presses de l’Université du Québec, 174p.

CAO H., ZHAO Y. et LOSIER S. (2000), Le projet urbain de Pudong à Shanghai : Offre-t-il un développement durable pour la globalisation de la Chine ?, Les Annales de la Recherche Urbaine, no 86, pp. 92-100.

CONNELLY R. and ZHENG Z. (2000), Determinants of primary and middle school enrollment of 10-18 years olds in China, Economics of Education Review, vol. 21, pp. 455-470.

DEMURGER S., SACHS J., WOO W., BAO S., CHANG G. and MILLINGER A. (2002), Geography, Economic Policy and Regional Development in China, Asian Economic Papers, vol. 1, n° 1, pp. 146-197.

EGGLESTON K., LING L., QINGYUE M., LINDDELOW M. and WAGSTAFF A. (2006), Health service delivery inChina : A literature review, World Bank.

GLADNEY D.C. (2004), Dislocating China. Muslims, Minorities, and Other Subaltern Subjects, Chicago : The University of Chicago Press, 421p.

GUSTAFSSON B. and SHI L. (2003), The ethnic minority-majority income gap in rural China during transition, Economic Development and Cultural Change, no 51, pp. 805-822.

HANNUM E. (2003), Poverty and Basic Education in Rural China : Villages, Households, and Girls' and Boys' Enrolment, Comparative Education Review, vol. 47, pp. 141-159.

HANNUM E. and WANG M. (2006), Geography and educational inequality in China, China Economic Review, vol. 17, n° 3, pp. 253-265.

HEBEL J. (2003), Social Welfare in Rural China, Rural Development in Transitional China, pp. 251-224.

HOUGGARD J. L., ØSTERDAL L.P. and. YU Y. (2008), The Chinese Health Care System : Structure, Problems and Challenges, Discussion Paper, n° 08-01, Department of Economics, University of Copenhagen.

JIN H., QIAN Y. and WEINGAST B.R. (2005), Regional decentralization and fiscal incentives : Federalism, Chinese style, Journal of Public Economics, vol. 89, n° 9-10, pp. 1719-1742.

KHAN A. R., RISKIN K.G. and ZHAO R. (1993), Sources of Income Inequality in Post-reform China, China Economics Review, vol. 4, n° 1, pp. 19–35.

LIN J., CAI F. and ZHOU L. (1996), The China Miracle : Development Strategy and Economic Reform, Hong Kong, The Chinese University Press.

LIN W.L. and CHEN T.P. (2004), China’s Widening Economic Disparities and Its ‘Go West Program, Journal of Contemporary China, vol. 13, n° 41, pp. 663-686.

LIU G.G., WU X.D., PENG C.Y. and FU A.Z. (2002), Urbanization and Health Care in Rural China, Contemporary Economic Policy, vol. 21, n° 1, pp. 11-25.

LUO R., Zhang L., HUANG J. and ROZELLE S. (2007), Elections, fiscal reform and public goods provision in rural China, Journal of Comparative Economics, vol. 35, no 3, pp. 583-611.

MACKERRAS C. (2003), China's Ethnic Minorities and Globalisation, London, Routledge.

QI, J. (2008), On financial support system for compulsory education in China's Western minority areas, Frontiers of Education in China, vol. 3, no 1, pp. 97-114.

QIAN X. and SMYTH R. (2008), Measuring regional inequality of education in China : Widening coast-inland gap or widening rural-urban gap ?, Journal of International Development, vol. 20, n° 2, pp. 132-144.

POSTIGLIONE G.A., JIAO B. and GYATSO S. (2006), Household perspectives on school attendance in rural Tibet, Educational Review, vol. 58, n° 3, pp. 317-337.

SEN A. (2000), Development as Freedom, New York, Random House, Inc.

SONG S.F. and GEORGE S.F. (2000), Intercity regional disparity in China, China Economic Review, vol. 11, pp. 246-261.

STALIN J. (1942), Marxism and the National Question : Selected Writings and Speeches, New York, International Publishers.

TSANG M. (1994), Costs of Education in China : Issues of Resource Mobilization, Equality, equity, and efficiency, Education Economics, vol. 2, n° 3, pp. 287-312.

WANG C. and ZHOU Q. (2003), Minority education in China : From state's preferential policies to dislocated Tibetan schools, Educational Studies, vol. 29, n° 1, pp. 85-104.

WANG, J. and POSTIGLIONE G.A. (2008), China's minorities without written scripts : The case of education access among the Dongxiang, Journal of Asian Pacific Communication, vol. 18, no 2, pp. 166-189.

WANG W. (2005), Zhongguo Minzu Fazhan Shi (History of Minority Development in China), China : Minority Press (in Chinese).

WEST L.A. and WONG C.P.W. (1995), Fiscal decentralization and growing regional disparities in rural China : some evidence in the provision of social services, Oxford Review of Economic Policy, vol. 11, n° 4, pp. 70-84.

WONG C. (2007), “Can retreat from equality be reversed ? An assessment of redistributive fiscal policies from Deng Xiaoping to Wen Jiabao”, in V. Shue et C. Wong (dir.), Paying for Progress in China : Public finance, human welfare and changing patterns of inequality, Oxford, Routledge, pp. 12-28.

WONG C. K., K., Tang L. and LO V. (2007), Unaffordable healthcare amid phenomenal growth : The case of healthcare protection in reform China, International Journal of Social Welfare, vol. 16, no 2, pp. 140-149.

WU X. and PERLOFF J. M. (2004), China's Income Distribution Over Time : Reasons for Rising Inequality, Department of Agriculture and Resource Economics, University of California, Berkeley, Working paper.

XUE J. (1997), Urban-rural income disparity and its significance in China, Hitotsubashi, Journal of Economics, no 38, pp. 45-49.

YANG J. (2001), Problems for Minority Elementary Education and Countermeasures in Gansu Province, Xibei Shaoshu Minzu Yanjiu (Northwest Minorities Research), no 2, pp. 165-173 (in Chinese).

YANG, X. et LIANG X. (2004), The Cultural and Educational Conditions and Countermeasures in Gansu Province, Xibei Renkou (Northwest Population), no 2, pp. 51-62 (in Chinese).

YI L. (2007), Ethnicization through schooling : The mainstream discursive repertoires of ethnic minorities, China Quarterly, n° 192, pp. 933-948.

ZHA X. and DING S. (2007), Can low tuition fee policy improve higher education equity and social welfare ?, Frontiers of Education in China, vol. 2, n° 2, pp. 181-190.

ZHANG S. (2000), Minority regional development in Gansu Province, China, Gansu Social Science, n° 1, pp. 72-76 (in Chinese).

ZHANG X. and KANBUR R. (2005), Spatial Inequality in Education and Health Care in China, China Economic Review, vol. 16, pp. 189-204.

ZHANG X. and KANBUR R. (2005), Spatial Inequality in Education and Health Care in China, China Economic Review, no 16, pp. 189-204.

ZHENG P. (1999), Géographie de la Chine, Beijing, China International Press, 176p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition des minorités en Chine (1982-2000)
Crédits Projection : Krasovsky_1940_Albers.Source : Population Census of China, 2000 Population Census of China.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 2. Évolution des minorités dans l’espace chinois entre 1982 et 2000
Crédits Yuanyan Zhai, Department of Geography, University of OttawaProjection : Krasovsky_1940_Albers.Source : Population Census of China, 2000 Population Census of China.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 3. Espérance de vie par province
Crédits Source : China Statistical Yearbook (2007).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Huhua Cao et Olivier Dehoorne, « Les groupes minoritaires en Chine : distribution spatiale et défis d’intégration », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 397-406.

Référence électronique

Huhua Cao et Olivier Dehoorne, « Les groupes minoritaires en Chine : distribution spatiale et défis d’intégration », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/4417 ; DOI : 10.4000/eps.4417

Haut de page

Auteurs

Huhua Cao

University of Ottawa
Department of Geography
60 University Street (030)
Simard Hall
Ottawa ON
Canada K1N 6N5
caohuhua@uottawa.ca

Articles du même auteur

Olivier Dehoorne

Université des Antilles et de la Guyane
UFR Lettres et Sciences Humaines
Campus Universitaire de Schoelcher
BP 7207
97275 Schœlcher Cedex
Martinique
Olivier.dehoorne@martinique.univ-ag.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org