Navigation – Plan du site
Articles

Pêche à pied en sortie d’estuaire de Seine

Expositions ordinaires, déviances populaires et gestions hétérogènes1
Shellfishing Gathering in the Outer Zone of the Seine Estuary : Ordinary Exposure, Deviances among Populations, and Heterogenous Management
Barbara Evrard, Damien Féménias et Michel Bussi
p. 137-151

Résumés

Activité de loisir traditionnelle et populaire, la pêche à pied reste peu étudiée en elle-même par les sciences sociales. Cette pratique fait néanmoins l’objet d’une attention particulière dans le champ des questions environnementales et sanitaires. Cette contribution propose de montrer comment, en sortie d’estuaire de Seine, le ramassage des moules est identifié et « classé » comme un risque « collectif » par les pouvoirs publics, et comment ce risque est ignoré ou disqualifié par les pêcheurs. Le corpus rassemble des données obtenues par questionnaires (389), mais aussi par entretiens, observations et carnets d’acteurs.
On identifie d’abord le travail des autorités qui construisent la pêche à pied comme une activité risquée. Lorsqu’on examine ensuite les actions de prévention et de contrôle menées, on constate une gestion différenciée du territoire étudié qui construit différentes formes de déviances et d’indifférences.
Si Étretat, haut lieu du tourisme, fait l’objet d’une gestion policière, on observe enfin que les sites de pêche les plus prisés ne sont pas contrôlés et demeurent, malgré l’interdit, toujours les plus fréquentés. Une initiation à la pratique est même ouvertement proposée sur l’un d’entre eux. Quelles sont au juste les logiques d’actions des populations « exposées » ? Rendre compte des pratiques des uns et des autres suppose de prendre en considération les intérêts divergents que médiatise le territoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour des raisons éthiques, le nom précis des sites d’enquête a été rendu anonyme. Pour autant, la p (...)

1L’estuaire de Seine se présente comme un espace fortement anthropisé. Il accueille des zones résidentielles, une agriculture intensive et une importante activité industrielle. Différentes études, menées par le Groupement d’Intérêt Public Seine-Aval, identifient l’estuaire comme le réceptacle des contaminations chimiques et bactériologiques de son bassin versant [Oger et al., 1998 ; Petit, 2001 ; Berthe et al., 2004]. Les scientifiques estiment également que le ramassage des coquillages entre Le Havre et Antifer présente un danger pour les consommateurs. La pêche à pied y est donc interdite à l’année. Néanmoins, on constate que des pêcheurs sont régulièrement en activité sur ces sites.

2La pêche à pied est le plus souvent étudiée, dans les sciences sociales, sous l’angle d’une activité de prélèvement de ressource dans un environnement perçu comme menacé. La connaissance des pêcheurs sert avant tout à les identifier pour répondre à des enjeux de gestion. L’étude de cette activité permet pourtant de comprendre les « jeux », les stratégies et les mises en scène des différents acteurs impliqués dans la définition de la sécurité sanitaire. On peut alors reconstruire a posteriori les processus sociaux à l’œuvre. Qui sont les entrepreneurs de morale ? Dans quelle mesure l’activité est-elle contrôlée ? Comment la pêche à pied apparaît-elle progressivement comme une déviance ? Cette contribution propose d’identifier les logiques d’actions des différents acteurs afin de montrer comment, en sortie d’estuaire de Seine, le ramassage des moules est identifié et « équipé » comme un risque « collectif » [Gilbert, 2002] par les pouvoirs publics, et comment ce risque est ignoré ou disqualifié par les pêcheurs.

3Après une présentation de l’enquête menée et des principaux résultats obtenus, on identifie le travail des autorités sanitaires qui construisent la pêche à pied comme une activité à risque. En identifiant d'autre part les risques des pêcheurs, on voit comment deux représentations de la réalité s'opposent. Les recherches sur les risques sanitaires tendent à se concentrer sur les facteurs individuels [Gilbert, 2005]. Ici, le non respect des interdictions ne peut-être compris isolément du contexte socio-culturel dans lequel se déroule l’activité.

4Il paraît pertinent d'analyser ensuite l'action des autorités de contrôle dont la gestion hétérogène de l'activité produit des espaces de déviances différenciés. L’analyse des modes de contrôle réalisés lors d’alertes sanitaires montre que, sur ce littoral, on ne négocie pas partout de la même façon. Dans la mesure où les enjeux symboliques ne sont pas les mêmes, l’occupation de l’espace et les pratiques sont différemment tolérées.

5Enfin, sur l’un de ces sites, la transgression de l’interdit s’affiche pour donner à voir des revendications. Opposés à la construction d’un équipement industriel (terminal méthanier), les locaux se servent de l’activité pour marquer leur emprise territoriale, donner à voir leurs revendications et promouvoir un littoral alternatif. La pêche à pied peut donc aussi être perçue comme une forme d’appropriation de l’espace qui participe à la construction identitaire [Chlous-Ducharme, 2005].

La commande, l’enquête et l’échantillon

  • 2 Flux de gènes et de bactéries antibiorésistantes en estuaire de Seine, exposition à l'homme

6Ce travail s’appuie sur une enquête financée par le programme FLASH2 Seine-Aval. L’objectif de l’enquête est en premier lieu de mesurer l’exposition des populations humaines à un risque de contamination sanitaire par prélèvement (pêche à pied) et consommation de bivalves pour permettre, ensuite, la réalisation d’une étude épidémiologique. Il s’agit de noter une fréquentation, d’identifier une population et de connaître le mode de pêche ainsi que la représentation des risques. Une enquête par questionnaires a été réalisée sur les trois sites en sortie d’estuaire de Seine sur lesquels la pêche à pied est interdite à l’année. La période de passation correspond aux marées d’équinoxes d’août et septembre 2008. Le public ciblé est constitué de pêcheurs de bivalves, contaminés par la présence de dinophysis (algues toxiques). Par ailleurs, l’ensemble des accès à la mer de la côte d’Albâtre a fait l’objet d’une étude sur les loisirs pendant une durée de trois ans. D’autres questionnaires ont été administrés et des entretiens ont été réalisés permettant de mobiliser d’autres corpus pour compléter cette enquête pêche.

7Nous avons interrogé systématiquement tous les pêcheurs présents sur les trois sites. Notre échantillon se compose de 389 interrogés. La population « mère » des pêcheurs sur ces trois sites sur l’ensemble des sessions d’enquêtes est estimée à environ 450 pêcheurs (soit 389 interrogés auxquels on additionne 59 refus). Le nombre de questionnaires est dégressif au fur et à mesure de l’enquête dans la mesure où nous rencontrions sur les dernières sessions des personnes déjà interrogées (soit 24,4 % « d’assidus »).

8Alors que les enquêtes nationales adoptent par convention le taux de 0,7 % comme norme de représentativité, celle de notre échantillon est de 85,9 %. On peut de ce fait le considérer représentatif des pêcheurs à pied des trois sites enquêtés.

9C’est sur le site C que nous avons recueilli le plus de questionnaires, dans la mesure où c’est un site très fréquenté par les pêcheurs du fait de son accessibilité. Un grand parking jouxte la plage et une cale de mise à l’eau permet de descendre directement sur le sable à marée basse sans passer par les galets. Ce site suscite également un débat autour du projet de port méthanier. De nombreuses personnes interrogées et rencontrées sur le site « occupent » les lieux afin de montrer d’une part leur attachement au site, d’autre part pour animer la plage et ce même lorsque la météorologie est peu favorable.

Carte 1. Sites d'enquête et nombre de questionnaires recueillis (FLASH 2008)

Carte 1. Sites d'enquête et nombre de questionnaires recueillis (FLASH 2008)

Barbara Evrard, UMR IDEES, 2009

10L’enquête a également donné lieu à un comptage des pêcheurs sur l’ensemble du littoral de Seine-Maritime. 398 pêcheurs ont été recensés. Le nombre de pêcheurs à pied que nous avons obtenu est proche du dénombrement réalisé par l’Agence de l’Eau Seine-Normandie [AESN, 2004] par campagnes de photographies aériennes en 1994. Ainsi l’AESN recense 310 pêcheurs en mars, et 630 en juillet 1994.

11Lors des sessions d’enquête, nous avons dénombré en moyenne sur les trois sites simultanément, au mieux, 100 pêcheurs à pied. Au cours de l’enquête nous avons sondé 389 pêcheurs et avons essuyé 59 refus. Notre population « mère », sur les trois sites, s’élève donc à 448 pêcheurs.

12Puisque l’on observe une centaine de pêcheurs simultanément sur les trois sites, que l’on sait qu’il en existe 448 sur cette zone, alors on peut considérer que lorsque 100 sont sur place, 348 restent chez eux.

13Dès lors, si on reprend les données de l’AESN, que l’on a sur une session 630 pêcheurs (fourchette haute) alors on peut estimer la population totale des pêcheurs à pied sur ce littoral à 2192 [630*3,48].

Tableau 1. Estimation du nombre total de la population des pêcheurs à pied sur le littoral

Nombre de pêcheurs sortis simultanément

Nombre total de pêcheurs

3 sites, enquête 2008

100

448

Enquête AESN mars 1994

310

950 (estimation)

Enquête AESN juillet 1994

630

2192 (estimation)

14L’échantillon des pêcheurs interrogés présente des caractéristiques bien spécifiques si on la compare à la population de Seine-Maritime. Cette comparaison est rendue possible dans la mesure où nous avons interrogé les présents sans discrimination.

Tableau 2. Répartition des interrogés par classe d’âge (n =389) et part de la population de Seine-Maritime par classe d’âge

 

Nombre de citations

Part des pêcheurs

Part de la population de Seine-Maritime

moins de 15ans

2

0,50 %

18,86 %

de 15 à 24 ans

26

6,70 %

14,02 %

de 25 à 54 ans

155

39,80 %

40,25 %

55 ans et plus

206

53,00 %

26,87 %

Total

389

100 %

100,00 %

15On constate un âge moyen de 52,13 ans ( 15,25). 53 % de notre échantillon a 55 ans et plus. Les classes utilisées sont celles proposées par l’INSEE dans son recensement de 2006. L’application du test du khi2 d’ajustement révèle une différence significative entre l’âge des pêcheurs interrogés et la population de Seine-Maritime. Les pêcheurs de moins de 15 ans sont significativement moins nombreux (ddl =1 ; n =389 ; Khi2 =85,56 ; p<.05) de même que les 15-24 ans (ddl =1 ; n =389 ; Khi2 =17,37 ; p<.05), alors que les plus de 55 ans sont significativement plus nombreux que dans notre population de référence (ddl =1 ; n =389 ; Khi2 =134,71 ; p<.05). Cette différence positionne la pêche à pied comme une activité de senior.

16La pêche à pied est une pratique quasi exclusivement masculine. 84,1 % de notre échantillon est constitué d’hommes.

Tableau 3. Répartition des pêcheurs en fonction du sexe (n =389) et part de la population de Seine-Maritime en fonction du sexe

 

Nombre de citations

Part des pêcheurs

Par de la population de Seine-Maritime

Masculin

327

84,10 %

51,97 %

Féminin

62

15,90 %

48,03 %

Total

389

100 %

100 %

17La répartition hommes / femmes de notre échantillon est significativement différente de la répartition des sexes dans notre population de référence (ddl =1 ; n =389 ; Khi2 =202,33 ; p<.05). Ces résultats confirment ceux de différentes enquêtes menées sur la pêche récréative, qui établissent que les pêcheurs de loisirs normands sont des hommes dans 80 % des cas [AESN, 2004 ; IFREMER, 2007].

18Les catégories les plus représentées dans notre échantillon sont les retraités (44,7 %) et les ouvriers (26,2 %). On constate une surreprésentation significative des retraités et des ouvriers par rapport à la population locale (ddl =7 ; n =389 ; Khi2 =170,13 ; p<.05). En revanche on remarque une sous-représentation significative des inactifs (hors retraités) et de ceux qui exercent des professions intermédiaires.

Graphique 1 : Répartition des pêcheurs à pied enquêtés par PCS (n =389) comparée à la répartition de la population de Seine-Maritime par PCS

Graphique 1 : Répartition des pêcheurs à pied enquêtés par PCS (n =389) comparée à la répartition de la population de Seine-Maritime par PCS

Source pour la population de Seine-Maritime : enquête INSEE, recensement de la population, 1999.

19La répartition des diplômés dans notre échantillon est significativement différente de la répartition dans la population de référence (ddl =5 ; n =386 ; Khi2 =92,05 ; p<.05). On constate une surreprésentation significative des titulaires d’un CAP ou d’un BEP et de ceux qui ont un BEPC. En revanche on a une sous-représentation significative des non diplômés. La pêche à pied peut dès lors être considérée comme une activité de loisir « populaire ». Ces données sont confirmées par les enquêtes de l’AESN et de l’IFREMER.

Tableau 4. Répartition des pêcheurs enquêtés par diplôme comparée à la répartition de la population active de Seine-Maritime

Nombre de citations

Part des pêcheurs (%)

Part de la population de Seine-Maritime (%)

CAP, BEP

160

41,10%

26,96%

Sans diplôme

95

24,40%

42,12%

BEPC seul

49

12,60%

6,90%

Bac ou bac pro.

42

10,80%

10,34%

Bac +2

21

5,40%

7,09%

> Bac +2

19

4,90%

6,59%

Non réponse

3

0,80%

0,00%

Total

389

100,00%

100,00%

20Enfin, si l’on s’intéresse à la représentation des risques des pêcheurs, on constate qu’ils mettent en avant ceux qui présentent un danger immédiat, au moment de la pratique, pour leur intégrité physique. À la question « quels sont, pour vous, les risques principaux de l’activité pêche à pied ? », ils sont 74,7 % à déclarer que les principaux risques sont liés à la possibilité de tomber ou de glisser, de se blesser, de se faire piéger par la marée.

21Pour 12,7 % des interrogés, l’activité pêche à pied ne présente aucun risque. Et seuls 7,3 % d'entre eux identifient un risque sanitaire, lié à une possible intoxication. Lorsque la question leur est directement posée (« selon-vous, y’a-t-il des risques concernant votre santé à consommer les produits de votre pêche ? »), ils sont 71,5 % à considérer qu'il n'y a « aucun risque ». Si l'on effectue un changement de strate et que l'on analyse la réponse des pêcheurs de coquillage à cette question, 69 % considèrent qu'il n'y a « pas de risque ». Les risques sanitaires semblent apparaître comme plus lointains voire inexistants, pures inventions de scientifiques. Lorsqu'un risque est perçu, les conséquences sur la santé ne sont pas, elles, clairement identifiées (attraper un microbe, avoir de la fièvre, des maux de ventre ou des problèmes gastriques). Mais la menace semble ne pas les concerner puisqu’ils ne consomment pas de moules ou, lorsqu’ils en consomment, déclarent n’avoir jamais été malades.

Extrait de notes d'observation du Dimanche 3 août 2008.

Malgré les interdictions, certains viennent ramasser des moules et des coquillages en nous expliquant que pour ne pas être malade avec des coquillages il faut terminer le repas par un verre d’alcool fort (souvent cité le Calva et le Rhum), qui tue les microbes.

Deux pêcheurs interrogés sont venus sur le site B parce que sur le site D les gendarmes faisaient de la prévention et les dissuadaient de ramasser des moules. En arrivant sur le site B ils connaissent l’interdiction temporaire. En revanche il n’y a pas de panneaux annonçant l’arrêté d’interdiction permanente sur ces sites. Les pêcheurs considèrent « donc » que la zone n’est pas polluée puisque la pêche à pied y est, selon eux, autorisée.

22À la question « si c’était interdit et que vous le sachiez, continueriez-vous à venir pêcher ici ? », les réponses sont partagées. Si 57,1 % « renonceraient à leur site de pêche et iraient ailleurs », 42,2 % sont « attachés à leur site et n’y renonceraient pas ».

Graphique 2. Principaux motifs expliquant la fréquentation du site malgré les interdictions (n =389)

Graphique 2. Principaux motifs expliquant la fréquentation du site malgré les interdictions (n =389)

23Les principaux motifs expliquant la venue malgré l’interdiction sont « l’habitude » (19,7 %), « l’incompréhension de l’interdiction » (19,1 %), « le plaisir » (18 %), et « la mer comme espace public dont on ne peut interdire l’accès » (15,7 %).

24Le test du khi2 d’indépendance permet de vérifier si une variable est contingente d’une autre [Howell, 2008. Lorsque l’on croise les réponses aux questions des interrogés avec les variables sociologiques classiques (âge, sexe, PCS, niveau d’étude), l’application du test du khi2 d’indépendance ne révèle que trois contingences significatives au seuil p<0.05. Autrement dit, la plupart des réponses aux questions sont indépendantes du statut social des interrogés.

25Cette absence de résultats significatifs au test du khi2 d’indépendance peut s’expliquer par la sensibilité du test au nombre de modalités. Plus le degré de liberté du tableau de contingence est grand, plus grandes sont les fluctuations du khi2 dues à l’échantillonnage [Cibois, 2003, p. 84]. De plus, malgré le regroupement de modalités, certaines cases de nos tableaux de contingence comportent des effectifs théoriques inférieurs à 5. Le test du khi2 ne peut donc pas s’appliquer. Enfin, la forte homogénéité de notre échantillon (majoritairement des hommes, de plus de 55 ans, peu ou pas diplômés, ouvriers ou retraités) limite l’intérêt d’une analyse par les variables classiques.

26On constate cependant que l’âge et les motifs de pêche ne sont pas indépendants (khi2 =17,12 ; ddl =8 ; p<0,05). Les moins de 24 ans sont significativement plus nombreux à pêcher pour faire des économies. Les 25-54 ans sont significativement plus nombreux à pêcher pour passer un moment en famille ou entre amis. Et les plus de 55 ans sont significativement plus nombreux à venir pêcher pour le loisir.

27De la même façon, le sexe et la réaction face aux interdictions ne sont pas indépendants (khi2 =6,86 ; ddl =1 ; p<0,01). À la question « si c’était interdit et que vous le sachiez, continueriez-vous à venir pêcher ici ? », les femmes sont significativement plus nombreuses à répondre « non ».

28Enfin, l’âge et la réaction face aux interdictions ne sont pas indépendants (khi2 =21,12 ; ddl =2 ; p<0,01). Les moins de 24 ans sont significativement plus nombreux à continuer à venir pêcher sur le site même en ayant connaissance d’une interdiction.

29Ces deux dernières contingences semblent cependant moins liées à l’activité pêche à pied qu’aux comportements face aux risques observés dans les sociétés contemporaines par les femmes d’une part et les jeunes d’autre part. Peretti-Watel (2001) a effectivement démontré que le risque est culturel et qu’il dépend des caractéristiques sociales des individus.

30Malgré tout, le ramassage des coquillages est interdit à l’année sur les trois sites et on constate une différence entre le risque de contamination, identifié par les scientifiques, et la représentation d’une absence de risque sanitaire, dominante chez les pêcheurs à pied. Comment expliquer ces différences de perception ?

Le risque des scientifiques, la surdité des pêcheurs

31Les sociétés contemporaines sont marquées par une extension importante de la représentation des dangers, de leur inventaire et des systèmes de prévention qui leur correspondent [Peretti-Watel, 2001]. Si le danger est une menace réelle à laquelle on est physiquement exposé, le risque correspond, lui, à la probabilité d'être exposé à ce danger. Il est en cela une prévision des « menaces » qui pèsent sur l'individu ou la société [Beck, 2001]. Se représenter les risques et tenter de les prévenir, c’est finalement se confronter à ce que Charbonneau appelle « la gestion de l’impossible » [Charbonneau, 1992].

32L’identification des risques varie en fonction de la connaissance qu’ont les individus de la situation. À chaque culture correspond de « bons » et de « mauvais » risques. Les entrepreneurs de morale définissent ce qui constitue une menace pour les individus. Ils énoncent de cette façon des principes de précaution voire des interdictions au nom de « l'intérêt général ». Autrement dit les entrepreneurs de morale reconnaissent un danger et le construisent comme un risque identifié. Un risque correspond alors à un problème « équipé » en tant que risque [Gilbert, 2003], à partir de la mobilisation d'outils que sont, dans notre exemple, les études épidémiologiques. La relation « experte » qui s'établit entre les scientifiques et les pouvoirs publics est rendue possible par le partage d'une même approche des dangers potentiels, qui sont rationalisés et analysés afin de faciliter la prise de décision. L'expertise se définit alors comme la « mobilisation de connaissances scientifiques ou techniques utiles à la décision politique ou administrative, et, plus généralement, à la bonne administration et au bon gouvernement » [Buton, 2006].

33De risque privé, la santé est devenue l'affaire de tous et est entrée dans le champ des risques collectifs, entendus comme « des menaces d’atteintes qui affectent des biens collectifs (environnement) ou qui concernent de larges groupes de personnes du fait du comportement d’autres agents ou de phénomènes naturels » [Godard, 2003]. Les pouvoirs publics sont désormais tenus à l'évaluation des risques sanitaires et à la mise en place de dispositifs de veille, d'alerte, de police et de précaution.

34Dans notre exemple, c'est à partir d'analyses effectuées par des microbiologistes que la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) et la préfecture prennent la décision d'interdire la pêche à pied, au nom de la protection de la santé publique, à l'année ou simplement lors de périodes déterminées. Les pouvoirs publics sont tenus d'agir face au danger potentiel sous la menace, le cas échéant, de sanctions pour « carence fautive » [Tabuteau, 2007]. Les autorités sanitaires (la DDASS et la préfecture), lancent donc des alertes et le préfet choisit (ou non) d'interdire la pêche à pied en s'appuyant sur les analyses des microbiologistes.

35S’opposent alors le droit des personnes de faire ce qu’elles veulent d’elles mêmes et les enjeux sanitaires qui font de la santé un problème public. Ce sont finalement deux définitions du bien qui s’affrontent, dans la mesure où l’analyse des risques, effectuée par les pouvoirs publics grâce au recours à l'expertise scientifique, ne rencontre pas toujours les risques identifiés par le public [Gilbert, 2003].

36L’absence de risque pour les pêcheurs peut être liée à l’absence de pollution visible. En effet 73,3 % d'entre eux considèrent que leur zone de pêche « n’est pas polluée ». Différentes études montrent que les informations officielles ou les recommandations des experts comptent moins que les signes visibles de pollution [Day, 2006 ; Bickerstaff et Walker, 2001 ; Wakefield et al., 2001, Sirost, 2006].

37Un autre élément explicatif peut être la méconnaissance de l'interdiction. Pour 94,1 % des interrogés, « la pêche est autorisée sur leur zone de pêche ». L’absence de panneaux signalant formellement l’interdiction du ramassage des coquillages (en dehors des interdictions temporaires comme celles d'août 2008) leur laisse penser que la pêche y est autorisée.

38Mais le refus de l'interdiction est aussi l'expression d'un refus des contraintes, ou au moins d'une demande de desserrement de celles-ci, au bénéfice de la responsabilité individuelle et préférant l'incitation à l'obligation [Tabuteau, 2007]. Pour Tabuteau, lorsqu’il y a « trop » d’interdiction, celle-ci devient soit banalisée, soit intolérable, mais les deux cas incitent à un non respect de la règle.

39Ce sont deux conceptions d’une même réalité socio-naturelle qui s’opposent et qui mettent en jeu des savoirs « savants » et des savoirs « populaires ». Pour les scientifiques, le ramassage des moules présente un danger, alors que pour les pêcheurs elle est une activité « innocente », sans risque, de loisir où se combine utilitarisme (« manger des produits frais ») et plaisir (« se détendre au contact du milieu marin »). Pour Hobson-West, nous vivons dans un nouvel ordre social, où le système d’expertise scientifique a perdu le monopole de la vérité [Hobson-West, 2003]. La divergence d’analyse entre les scientifiques et le grand public résulte de la différence d’attention qu’ils portent au danger. Plusieurs logiques sont mobilisées. Les scientifiques se concentrent notamment sur la fréquence et la gravité des conséquences de l’exposition au danger. Le grand public se concentre quant à lui sur des connaissances résultant d’expériences vécues, et sur les informations, incomplètes, dont il dispose [Zinn, 2008 ; Krystallis et al., 2007].

40Si l’on reprend la définition d’Akoun [Akoun, 1999], le dialogue suppose une recherche de consensus entre les interlocuteurs. Ceci implique qu’il y ait d’abord une rencontre, le partage d’un langage commun et d’un même horizon d’attente.

41Or on constate une certaine opacité dans le discours des scientifiques. Même pour le sociologue qui travaille au contact des microbiologistes, les raisons de l’interdiction permanente de ramassage des coquillages ne sont pas toujours claires. Les quantités à ingérer présentant des risques pour la santé semblent assez éloignées des pratiques des pêcheurs. De la même façon, l’identification et la distinction entre les différents types de polluants présents en estuaire de Seine et leurs conséquences sur la santé restent difficiles à saisir.

42Il n’y a pas non plus de rencontre entre ces deux groupes. Si les scientifiques sont présents sur le terrain pour effectuer des prélèvements ils ne vont pas vers les pêcheurs. Ils ne cherchent pas à dialoguer avec les pêcheurs à pied dans la mesure où ils estiment que, quoi qu’ils disent, les pêcheurs ne changeront pas leurs habitudes. Les scientifiques sont résignés et affichent même parfois un certains mépris vis-à-vis des usagers qu’ils pensent incapables de comprendre les raisons de l’interdiction. De plus ils estiment qu’il n’est pas dans leurs attributions de modifier les comportements des usagers.

43Enfin, il semble ne pas exister de consensus entre les intérêts des pêcheurs et ceux des scientifiques. Les pêcheurs présents sur les trois sites contaminés pratiquent une activité de loisir, traditionnelle, qui correspond aussi à une forme d’appropriation de l’estran. Autrement dit, ils investissent et donnent sens à un territoire vécu. Pour les scientifiques, le bord de mer est un laboratoire à ciel ouvert dans lequel ils viennent prélever des échantillons. Ils cherchent des résultats en restant détachés des usages locaux. Au final les uns et les autres ne cherchent ni à communiquer ni à se comprendre bien qu’ils partagent les mêmes sites.

44L'ignorance et l'incompréhension de l'interdit, face à un danger qui n'est pas immédiat et dont les pêcheurs ignorent la nature, laisse place à une transgression « en toute bonne foi » de la norme. Les populations exposées ne veulent pas toujours savoir qu'elles le sont, elles ne veulent pas « croire » au risque, car cette représentation va à l'encontre de leurs croyances ou de comportements durablement établis [Appéré, 2006]. Comme le souligne Sirost [Sirost, 2006] dans une enquête relative à la perception des risques chimiques en estuaire de Seine, entre traditions (baignade, pêche, nautisme) et habitations à proximité, l’appropriation de l’eau rend caduques les mises en garde (politiques, scientifiques, affichages). Les connaissances empiriques des acteurs s’opposent ici aux connaissances scientifiques des experts. Malgré les risques identifiés par les scientifiques, la tradition de la pêche à pied et les représentations des risques des usagers rendent sourd aux mises en garde. Les interdictions sont vues comme des précautions prises « à l’usage des touristes » et comme une restriction de leur liberté d'accéder et d'utiliser le littoral comme ils l’entendent. De plus, il a été constaté que pour de nombreux risques concernant le style de vie, les individus ont tendance à penser qu’ils seront probablement moins affectés que le « grand public » [Fischer et Devries, 2008 ; Frewer, Shepherd et Sparks, 1994, Hoggart, 1970]. Par conséquent, les comportements liés au style de vie tendent à être résistants face aux interventions prévues pour les transformer.

45La stratégie des pêcheurs déviants, lorsqu'ils connaissent la norme, consiste alors à décrédibiliser l'interdiction par voie de constats contradictoires [Geffroy et Papinot, 2005] (« ça n'a aucun sens, c'est fait pour les touristes, c'est fait pour empêcher l'épuisement des ressources »), à puiser dans leur propre expérience des motifs de négation (« je n'ai jamais été malade ») et à justifier leur comportement (« ça fait 50 ans que je pêche ici, c'est une tradition »).

46Dans la gestion des risques collectifs, le comportement des individus face au risque n'est pas considéré comme une donnée primordiale [Appéré, 2006], et les procédures d'interdictions ne s'accompagnent pas nécessairement d'une campagne d'information : c'est aussi l'une des explications possibles du refus de l'interdiction et de la méconnaissance globale du règlement. Appéré et Bonnieux confirment pourtant l'importance de l'information dans le processus de construction du risque sanitaire par les pêcheurs à pied [Appéré et Bonnieux, 2003]. Même lorsqu’une campagne d’information est organisée, elle pose le problème de la communication en direction du grand public, maîtrisée par les médias, dont le contenu échappe aux scientifiques [Calman et al., 1999].

47Bien que la pêche à pied soit interdite toute l’année sur les trois sites étudiés, des pêcheurs bravent l’interdit. Soit parce qu’ils méconnaissent la réglementation, soit parce qu’ils la considèrent comme non légitime [Chlous-Ducharne, 2005]. Ces pêcheurs transgressent, volontairement ou non, l'interdit. Le rapport IODDE souligne l'importante méconnaissance de la réglementation par les pêcheurs et l'absence de prise d'information sur la qualité sanitaire des sites de pêche auprès des autorités compétentes [IODDE, Rapport 2007]. Ce non respect des interdictions peut s'expliquer sur les trois sites par une absence d'affichage. Aucun panneau n'indique les mesures spécifiques prises. Seules les interdictions ponctuelles sont affichées sur le site C, mais elles ne le sont pas sur les sites A et B. Or on sait que les populations ne vont pas aller chercher l’information. S’il n’y a pas d’affichage sur les sites de pêche, les interdictions ne seront pas connues, elles ne seront donc pas respectées. Cette absence d'information explique pour partie la transgression, mais ajoute également de la confusion. Lorsqu'un affichage ponctuel est effectué en période d'alerte sanitaire sur le littoral, les pêcheurs peuvent estimer qu'une fois l'alerte passée la pêche est de nouveau autorisée.

Pêche à pied et sécurité sanitaire, entre jeux d’acteurs et mise en scène

48Comprendre comment la pêche à pied peut être perçue comme une activité déviante nécessite de reconstruire l’ensemble du processus en identifiant les autorités de contrôle qui, dans notre étude, n’exercent pas leurs contrôles partout de la même façon et construisent du même coup différents types de déviance. Si le site D ne faisait pas partie des sites échantillonnés pour l’enquête pêche à pied, la commune a cependant fait l’objet d’une enquête sur les loisirs. Deux enquêtes ont été menées en parallèle. À marée basse l’équipe d’enquêteurs était présente sur les sites de pêche. Une fois l’ensemble des pêcheurs présents interrogés, nous nous déplacions sur le littoral afin de faire passer des questionnaires et d’effectuer des observations sur les activités récréatives du littoral haut-normand.

49Il a ainsi été constaté que sur la période d’enquête, une alerte sanitaire a été lancée sur l’ensemble du littoral haut-normand. Sur le site D, elle a fait l'objet de contrôles policiers qui visaient d'une part à dissuader les pêcheurs de ramasser des moules, d'autre part, à vérifier le contenu des pêches. Les autorités jouent ici sur la « peur du gendarme ». Lorsqu'une infraction est constatée, les pêcheurs sont contraints de jeter les moules. L’action est certes efficace puisque les produits ne peuvent pas être consommés, mais est-ce que les individus sont responsabilisés ? Est-ce que les comportements sont modifiés ? Dès lors que s'exerce un contrôle du respect de l'interdiction, l'activité est construite comme une déviance. À la suite de H. Becker (1985), il est en effet possible de considérer la déviance comme un processus. Les entrepreneurs de morale identifient d’abord un risque. Les autorités sanitaires fixent en conséquence une interdiction. Les autorités de contrôle constatent une transgression de l’interdit. Et enfin, dans une dernière étape, le transgresseur est identifié et étiqueté par « les autres » comme un déviant. La déviance est donc « une conséquence de l'application, par les autres, de normes et de sanctions à un « transgresseur » » [Becker, 1985, p. 33].

50Le comportement déviant est ici construit par la présence policière, mais celle-ci ne s’exerce par partout de la même façon. La commune D, à environ vingt kilomètres du site C, a fait l'objet d'une surveillance sanitaire pendant la période d'alerte. Site prestigieux, la commune D accueille en période estivale de nombreux touristes. Par la présence policière, il s'agit de montrer que l'on est présent pour assurer la sécurité des usagers de la plage. On assiste à une mise en scène de la gestion des risques collectifs de santé publique : la sécurité sanitaire s'affiche sur la commune D lors des périodes d’alerte.

51Les trois sites interdits à l’année n'ont, en revanche, fait l'objet d'aucun contrôle. Activité de locaux et d'habitués sur des sites plutôt « confidentiels », car peu connus des touristes, la sécurité sanitaire est ici davantage construite comme un risque « domestique » [Martin, 2008], géré dans « l'entre soi ». Les déviants ne sont, dès lors, pas forcément ceux que l’on attend puisque les pêcheurs sont âgés en moyenne de 52 ans (40 % ont 60 ans et plus). Chacun fait ainsi le choix de respecter ou non l'interdiction. Nous avons d'ailleurs rencontré des pêcheurs qui habituellement fréquentent le site D venus exceptionnellement sur le site C pour se soustraire aux contrôles.

  • 3 Becker fait, lui, référence à une déviance secrète. Ici, la déviance est connue mais faint d'être i (...)

52Cette gestion non homogène ou « différenciée » des territoires et des populations par les forces de l’ordre produit deux types de déviances. Une déviance finalement inexistante en période d’alerte sur le site D par l’effet dissuasif de la présence policière. En revanche, l’absence de contrôle sur les trois sites d’enquête fait de cette même pratique une déviance « discrète »3, tolérée, que l’on feint d’ignorer. Le regard est détourné, et aucune sanction n’est appliquée. La pêche à pied traduit, sur ces sites, un laisser-faire. Ni les pêcheurs désertant la commune D, ni les policiers présents ailleurs ne sont dupes. Chacun « sauve la face » [Goffman, 1974], et la vie quotidienne se présente ici dans ce qu'elle a de plus absurde, vide de sens, dans la mesure où on se détourne des problèmes plus qu'on ne les traite ou les affronte.

Figure 1. Deux types de déviances sont constatés sur le littoral.

Figure 1. Deux types de déviances sont constatés sur le littoral.

53Au final dans ce jeu de « dupes », tout le monde sort à la fois « grandi » et menacé. Grandi, parce que les autorités de contrôle font leur travail, mais le problème demeure. Le préfet se protège puisqu'il interdit et contrôle, sans pour autant intervenir et protéger sur les sites les plus exposés. Les pêcheurs sont satisfaits de la possibilité de poursuivre leur activité au-delà des interdictions. Et enfin, les scientifiques ont alerté les pouvoirs publics et continuent à percevoir des financements pour l'étude des moules alors que la majorité des pêcheurs ramassent et consomment des crustacés.

54Mais tout le monde se trouve aussi menacé dans la mesure où la sécurité sanitaire est vidée de sa substance et perd son sens, puisque les contrôles sont insuffisants et qu'une tolérance s'est établie [Tabuteau, 2007]. L'intervention des autorités de contrôle perd son sens et une partie de son efficacité. La science, de son côté, perd de sa pertinence et de son utilité sociale. Et les pouvoirs publics perdent de leur crédibilité dans les campagnes de prévention des risques.

55Au-delà du problème de l’affaiblissement de la sécurité sanitaire, la pêche à pied sur le site C prend un autre sens et devient le symbole d’un littoral alternatif. Au cours du 20ème siècle, les équipements et les paysages de la côte d’Albâtre se trouvent profondément bouleversés. L’aménagement du littoral est externalisé, parfois confié à des promoteurs privés, orienté vers l’industrie énergétique et échappe aux locaux. Au plan local, cette orientation énergétique, décidée par l’État dans les années soixante, fait aujourd’hui l’objet d’un rejet. L’objectif est, ici, de montrer comment la pêche à pied cristallise ces oppositions et ces conflits.

56Au niveau de la méthodologie, le projet d’implantation d’un terminal méthanier sur la commune C a fait l’objet d’une étude de cas dans le cadre d’une thèse [Évrard, 2010]. Des observations ont été menées et les cahiers d’acteurs produits par les participants au débat public ont fait l’objet d’une analyse détaillée.

57Contrairement aux sites A et B, où la pêche à pied se fait discrète, sur le site C, la transgression de l’interdit s’affiche pour donner à voir des revendications. La plage était à l'origine une valleuse, vallée sèche encaissée entre les falaises, à laquelle on accédait par un chemin en terre à l’aide d'une corde, pour déboucher sur une étroite bande de galets. L’État décide en 1969 de construire sur ce site un premier équipement industriel pour faire face à l’engorgement du port du Havre. Mais ce site n’a jamais connu le développement escompté.

58Dans le même temps, la construction du terminal a facilité l’accès à la plage. À gauche du site, un parking et une plage ont été aménagés en compensation du terminal pétrolier. Un équilibre a été trouvé pour parvenir à faire cohabiter l’activité industrielle du port d’une part, et les activités récréatives d’autre part. Ce site est notamment prisé pour la pêche et la possibilité de mise à l’eau qu’offre une cale, gratuite, à disposition des particuliers. La construction de l’équipement détruit donc autant qu’il démocratise l’accès au littoral. Si la destruction de la valleuse est pointée du doigt par les locaux comme un schéma à ne pas reproduire, ils n’ont jamais été aussi nombreux à se rendre sur la plage. Mais cet équilibre est aujourd’hui remis en cause par la mise en place d’un projet de construction d’un second équipement industriel.

Photo 1. Actuel terminal pétrolier, au premier plan la plage

Photo 1. Actuel terminal pétrolier, au premier plan la plage

Source : www.antifer-energie-marine.com.

59Opposés à ce projet, les locaux utilisent l’activité pêche à pied à la fois pour marquer leur emprise territoriale, donner à voir leurs revendications et promouvoir un littoral alternatif (vert et récréatif). La pêche à pied sert ici de symbole au cœur des questions politiques d’aménagement du territoire. L’analyse sociologique de la mobilisation [Neveu, 2000] révèle alors l'importance fondamentale du rapport symbolique à l'estran dans l'activité.

60Par la « cueillette », les pêcheurs transforment l'espace public en territoire revendiqué socialement [Papinot, 2003] et marqueur des appartenances locales. La dimension traditionnelle de l'activité, que dévoile l'enquête, rajoute à la fonction symbolique une fonction patrimoniale. La pêche à pied « se transmet » de génération en génération, et est « à défendre » face aux « menaces de fermeture » du site C. La pratique, dans un site localement connu, participe à la construction de l'identité locale par le partage d’une action collective d’opposition. On se pose effectivement d’autant mieux que l’on s’oppose à un « adversaire » commun. L'activité fonctionne comme symbole de la contestation et instrument d’occupation du territoire. Des animations pêche à pied sont ainsi organisées au cours de l'été 2008 et sont l'occasion de rappeler ce qui risque d'être perdu si le projet aboutit. « Si elle ne constitue évidemment pas le seul vecteur d'appartenance sociale locale, l'appropriation de l'estran par l'usage, les normes et les valeurs engagées dans la pratique contribuent à légitimer et construire de l'autochtonie, et ceci d'autant plus qu'elle est mobilisée contre cette menace « extérieure » sur le droit « coutumier » d'accès à la grève - territoire que les collectivités littorales particularisent et qui les particularise » [Papinot, 2003, p. 120].

61Par la réinvention d’une tradition, le jeu consiste à faire reconnaître un problème non identifié comme tel par les pouvoirs publics. La prise en compte de la menace que représente, pour les opposants, le terminal méthanier rend compte d'une confrontation entre la société civile et les autorités publiques. Les groupes protestataires tentent alors de faire pression sur les décideurs politiques en mobilisant l'opinion publique, pour les inciter à prendre en compte le problème, au nom du principe de précaution. Cette notion qualifie l'attitude à adopter face à des « risques collectifs potentiels » dans la mesure où l'existence des dangers n'est pas scientifiquement établie ni réfutée en l'état des connaissances scientifiques [Godard, 2003]. En prenant à témoin l'opinion publique et politique locale, les acteurs de la société civile interpellent les gestionnaires et sont à l'origine de la constitution du projet en « problème » [Gilbert, 2003], en réaction à l'échec du débat public. Ce qui paraît paradoxal dans l'exemple de ce site c'est que la contestation s’exprime au travers de la promotion d’une pratique normalement interdite, dans des espaces et pour des paysages inattendus. Les résistants du site C s'organisent pour résister et défendre un territoire et un paysage qui, loin d’être « naturel », est au contraire industrialisé et artificialisé. De plus, s'ils demandent l'application du « principe de précaution » au regard du risque environnemental, ils ne tiennent pas compte des alertes sanitaires lancées sur le ramassage des moules, et qui les concernent de façon permanente.

Les risques sanitaires de la pêche à pied : un problème de gouvernance territoriale

62Comprendre le non respect des interdictions par les pêcheurs suppose de ne pas les réduire à de « simples » agents rationnels, mais de prendre également en compte leurs cultures et leurs enracinements sociaux et spatiaux [|Zinn, 2008]. L’analyse d'une activité aussi anodine que la pêche à pied contribue ainsi à révéler des « jeux », des stratégies et des mises en scène.

Figure 2. Processus sociaux à l'œuvre dans la mise en scène de l'activité pêche à pied

Figure 2. Processus sociaux à l'œuvre dans la mise en scène de l'activité pêche à pied

63Les pêcheurs à pied obligent les pouvoirs publics à gérer de façon différenciée les territoires. L’analyse de l’activité invite de fait à interroger les systèmes de gouvernance locale en place, puisque parler de gouvernance c’est finalement parler de régulations et d'adaptations de l'action politique. Gérés « collectivement » dans le cas des risques sanitaires en période d'alerte sur les sites les plus fréquentés, les dangers de la pêche à pied font aussi l'objet d'un laisser-faire par les pouvoirs publics locaux. On aboutit dès lors à une gestion « domestique » des risques [Martin, 2008]. On peut également noter une différence de gouvernance entre la pêche récréative et les activités professionnelles. Les huîtres du bassin d’Arcachon ont été plusieurs fois interdites à la consommation du fait d’une contamination à la dinophysis révélée par le « test de la souris » (remplacé depuis le 1er janvier 2010 par un test chimique). Les pouvoirs publics font preuve de plus d’autorité et mettent en œuvre des contrôles plus sévères au nom du « principe de précaution » alors même que l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) émet un avis réservé sur les risques réels de contamination des consommateurs [AFSSA, 2006].

64Cette enquête sur la pêche à pied conduit également à s’interroger sur la place du chercheur en sciences sociales dans une enquête « commanditée ». Le problème de cette enquête est qu’elle est destinée à la fois à d’autres chercheurs, les résultats de l’étude servent de base à la mise en place d’une future enquête épidémiologique, mais aussi des décideurs publics qui sont les principaux financeurs et parties prenantes dans le programme Seine-Aval. Dans un contexte d’extension importante de la représentation des dangers, de leur inventaire et des systèmes de prévention qui leur correspondent [Peretti-Watel, 2001], cette enquête pourrait servir de caution à un plus grand contrôle et à une interdiction totale de l’activité sur les sites étudiés, d’ores et déjà considérés comme exposés. L’enquête est alors susceptible de légitimer certaines interventions publiques, par le recours à des expertises qui n’ont pas nécessairement de visée pratique [Martucelli, 2002] et qui contribuent à l’équipement du problème en risque.

65Les travaux sociologiques, parce qu’ils utilisent un langage commun, accessible à tous, peuvent aboutir à des usages dénaturés des travaux. Le but de cette étude n’est pas de dire ce qu’il « faut faire », mais de comprendre quelles sont les pratiques des pêcheurs et quelles sont leurs représentations du danger. Pour autant, le chercheur a-t-il les moyens de contrôler le devenir des résultats qu’il obtient ? Doit-il publier tous ses résultats ? Peut-il être tenu pour responsable de l’utilisation qui en est faite ? Pour Dubet, la réception des travaux scientifiques est sélective [Dubet, 2005], et le chercheur est reconnu en même temps qu’il est dépossédé des savoirs qu’il produit, dans la mesure où chaque acteur puise dans la recherche ce qui l’intéresse pour renforcer ses propres représentations. Qu’il le veuille ou non, la recherche est prise dans les jeux et les stratégies des acteurs. « Ce n’est pas parce que les sociologues ne contrôlent pas les effets de la sociologie qu’ils produisent que la sociologie est sans effets. […] Après tout, la sociologie nous apprend que rien n’échappe au social, y compris la sociologie » [Dubet, 2005]. Acteur social lui-même, le chercheur ne peut être totalement détaché de la société et des enjeux qui s’y rencontrent. La production scientifique, nécessairement rendue publique pour être reconnue comme telle, entre dans l’espace public et n’appartient plus de ce fait au chercheur. Pour autant les modalités de réceptions ne peuvent être négligées et nécessitent, de la part du sociologue, de s’interroger sur les effets potentiels des résultats qu’il produit, à défaut de pouvoir en maîtriser la réception.

Haut de page

Bibliographie

AESN (2004), Étude socio-économique et spatialisée de la pêche de loisir, Rapport d'étude.

AFSSA (2006), Avis de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments relatif à l’évaluation du dispositif de surveillance du milieu et à l’évaluation du risque lié à la consommation des coquillages, notamment dans la situation du bassin d’Arcachon, AFSSA – Saisine n° 2006-SA-0254.

AKOUN A. (1999), « Dialogue », in A. Akoun. et P. Ansart, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Robert-Seuil, p. 148.

APPÉRÉ G. et BONNIEUX F. (2003), Analyse du comportement face à un risque sanitaire cas de la consommation non-marchande de coquillages, Revue d'économie politique, n° 113, pp. 373-401.

APPÉRÉ G. (2006), Gestion des risques et information endogène, Revue française de gestion, n° 162, pp. 63-76.

BECK U. (2001), La société du risque. Sur la voie d'une autre modernité, Paris, Aubier.

BECKER H.S. (1985), Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

BERTHE T., PETIT F., RATAJCZAK M., TOUTON A. (2004), Thème 1 : Résistance bactérienne aux antibiotiques et aux métaux lourds et présence de bactéries d’origine fécale en estuaire de Seine, Rapport du GIP Seine-Aval.

BICKERSTAFF K. and WALKER G. (2001), Public understanding of air pollution : the 'localization' of environmental risk, Global Environmental Change, n° 11, pp. 133-145.

BUTON F. (2006), De l'expertise scientifique à l'intelligence épidémiologique : l'activité de veille sanitaire", Genèses, n° 65, pp. 71-91.

CALMAN K.C., BENNETT P.G. and COLES D.G. (1999), Risks to health : some key issues in management, regulation and communication », Health, Risk & Society, vol. 1, n° 1, pp. 107-116.

CHARBONNEAU S. (1992), La gestion de l'impossible, Paris, Economica.

CIBOIS P. (2003), Les Écarts à l’indépendance. Techniques simples pour analyser des données d’enquêtes, Paris, Sciences Humaines collection en ligne « Méthodes quantitatives pour les sciences sociales ».

CHLOUS-DUCHARME F. (2005), Les savoirs-outils de distinction et de légitimation dans le cadre d’une gestion durable : le cas des pêcheurs à pied d’ormeaux, Vertigo, vol. 6, n° 1, pp. 1-11.

DAY R. J. (2006), Traffic-related air pollution and perceived health risk : Lay assessment of an everyday hazard, Health, Risk & Society, vol. 8, n° 3, pp. 305-322.

DUBET F. (2005), Sociologie : quelles évolutions ? Les places de la sociologie dans les sciences sociales, Cahiers français, n° 326, pp. 9-14.

ÉVRARD B. (2010), La côte d’Albâtre comme terrain de jeux ? Aménagements, activités physiques et paysages vécus, Thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, sous la direction de Michel Bussi et Damien Féménias, Rouen, non publiée.

FISCHER A., De VRIES P. (2008), Everyday behaviour and everyday risk : An approach to study people’s responses to frequently encountered food related health risks, Health, Risk & Society, vol. 10, n° 4, pp. 385-397.

FREWER L.J., SHEPHERD R. and SPARKS P. (1994), The interrelationship between perceived knowledge, control and risk associated with a range of food-related hazards targeted at the individual, other people and society, Journal of food safety, n° 14, pp. 19-40.

GEFFROY G. et PAPINOT C. (2005), Pollution littorale et "alimentation naturelle". La consommation des produits de collecte en Bretagne (enquête), Terrains & Travaux, n° 9, pp. 159-176.

GILBERT C. [dir.] (2002), Risques collectifs et situations de crises : Apports de la recherche en sciences humaines et sociales, Paris, L’Harmattan.

GILBERT C. (2003), La fabrique des risques, Cahiers internationaux de sociologie, n° 114, pp. 55-72.

GILBERT E. (2005), Contextualising the medical risks of cigarette smoking : Australian young women’s perceptions of anti-smoking campaigns, Health, Risk & Society, vol. 7, n° 3, pp. 227-245.

GODARD O. (2003), Le principe de précaution comme norme de l'action publique, ou la proportionnalité en question, Revue Économique, vol. 54, n° 6. pp. 1245-1276.

GOFFMAN E. (1974), Les rites d'interaction, Paris, Éditions de Minuit.

HOBSON-WEST P. (2003), Understanding vaccination resistance : moving beyond risk, Health, Risk & Society, pp. 273-283.

HOGGART W. (1970), La culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit.

HOWELL D.C. (2008), Méthodes statistiques en sciences humaines, Bruxelles, De Boeck.

IFREMER (2007), Enquête relative à la pêche de loisir (récréative et sportive) en mer en Métropole et dans les DOM, Synthèse des résultats.

IODDE (2007), La pêche à pied récréative sur Marennes - Oléron. Programme « R.E.V.E. » 2006 – 2009, Second rapport intermédiaire de diagnostic.

KRYSTALLIS A., FREWER L., ROWE G., HOUGHTON J., KEHAGIA O. and PERREA T. (2007), A perceptual divide ? Consumer and expert attitudes to food risk management in Europe, Health, Risk & Society, vol. 9, n° 4, pp. 407-424.

MARTIN M. (2008), « Entre protection nationale et résistances locales : le retour du loup en Cévennes », in XVIIIème Congrès de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française , Istanbul, 7 - 11 juillet.

MARTUCELLI D. (2002), La production des connaissances sociologiques et leur appropriation par les acteurs, Éducation et Sociétés, n° 9, pp. 27-38.

NEVEN E. (2000), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La découverte.

OGER C., QUILLET L., CHIFFOLEAN J.-F., BOUST M., FICHT A., GUESPIN-MICHEL J., PETIT F. (1998), Thème 2 : Présence de métaux lourds et modification de la biodiversité des communautés microbiennes dans l’estuaire de Seine, Rapport du GIP Seine-Aval.

PAPINOT C. (2003), Requalification du littoral et conflits d'usage. L'estran-environnement et l'estran territoire, Sociétés Contemporaines, n° 52, pp. 105-121.

PERRETTI-WATTEL P. (2001), La société du risque, Paris, La Découverte.

PETIT F. (2001), Thème 1 et 2 : Analyse des risque chimiques microbiens (actions R.I-O R. I-P) – Fonctionnement des vasières (action R. II-F), Rapport du GIP Seine-Aval.

SIROST O. (2006), La perception du risque chimique chronique lié à la qualité de l'eau de Seine, Rapport du GIP Seine-Aval.

TABUTEAU D. (2007), Les interdictions de santé publique, Sève, n° 17, pp. 21-38.

WAKESFIELD S., ELLIOT S., COLE D. and EYLES J. (2001), Environmental risk and (re)action : air quality, health and civic involvement in an urban industrial neighbourhood, Health and Place, n° 7, pp. 163-177.

ZINNE J.O. (2008), Heading into the unknown : Everyday strategies for managing risk and uncertainty, Health, Risk & Society, vol. 10, n° 5, pp439-450.

Haut de page

Notes

1 Pour des raisons éthiques, le nom précis des sites d’enquête a été rendu anonyme. Pour autant, la position géographique de cet estuaire est un élément que l'on ne peut ignorer dans une approche systémique. L'environnement et les pratiques des individus se co-construisent [Di Méo, 2001]. Certes l'anonymat des pêcheurs peut être mis en danger ainsi que la continuité de leurs pratiques sur ces sites. Mais cet article ne peut en être l'unique source dans la mesure où les décideurs locaux sont aussi les financeurs du GIP et sont réceptionnaires de droit des rapports produits. De surcroît, les rencontres que nous avons pu avoir avec les décideurs montrent qu’au final ils se désintéressent de ces pêcheurs réfractaires aux interdictions

2 Flux de gènes et de bactéries antibiorésistantes en estuaire de Seine, exposition à l'homme

3 Becker fait, lui, référence à une déviance secrète. Ici, la déviance est connue mais faint d'être ignorée : nous choisissons donc de la qualifier de «  discrète  »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Sites d'enquête et nombre de questionnaires recueillis (FLASH 2008)
Crédits Barbara Evrard, UMR IDEES, 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Graphique 1 : Répartition des pêcheurs à pied enquêtés par PCS (n =389) comparée à la répartition de la population de Seine-Maritime par PCS
Crédits Source pour la population de Seine-Maritime : enquête INSEE, recensement de la population, 1999.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 2. Principaux motifs expliquant la fréquentation du site malgré les interdictions (n =389)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 1. Deux types de déviances sont constatés sur le littoral.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo 1. Actuel terminal pétrolier, au premier plan la plage
Crédits Source : www.antifer-energie-marine.com.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2. Processus sociaux à l'œuvre dans la mise en scène de l'activité pêche à pied
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4391/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Barbara Evrard, Damien Féménias et Michel Bussi, « Pêche à pied en sortie d’estuaire de Seine », Espace populations sociétés, 2011/1 | 2011, 137-151.

Référence électronique

Barbara Evrard, Damien Féménias et Michel Bussi, « Pêche à pied en sortie d’estuaire de Seine », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4391 ; DOI : 10.4000/eps.4391

Haut de page

Auteurs

Barbara Evrard

Laboratoire CETAPS (EA 3832)
Faculté des sciences du sport
Université de Rouen
IDEES (UMR 6228)Faculté de géographie
Université de Rouen
Boulevard Siegfried
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
barbara.evrard@etu.univ-rouen.fr

Damien Féménias

Laboratoire CETAPS (EA 3832)
Faculté des sciences du sport
Université de Rouen
UFR STAPS – Département Enseignement
Boulevard Siegfried
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Damien.Femenias@univ-rouen.fr

Michel Bussi

IDEES (UMR 6228)
Faculté de géographie
Université de Rouen
Rue Lavoisier
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Michel.Bussi@univ-rouen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org