Navigation – Plan du site
Articles

Risques sanitaires et sociaux chez les travailleurs agricoles immigrés dans la province d’Almeria (Andalousie, Espagne)1

Social and Sanitary Risks among Immigrant Farm Workers in the Almeria Province (Andalusia, Spain)
Betty Rouland et Anne-Cécile Hoyez
p. 111-123

Résumés

L’article traite des liens entre risques de santé et immigration en se basant sur la situation des travailleurs immigrés agricoles dans la région d’Almeria (Andalousie, Espagne). Dans un premier temps, l’article synthétise les dynamiques migratoires espagnoles contemporaines, caractérisées par l’arrivée récente, dans l’espace littoral méditerranéen, de populations immigrées aux profils socio-économiques extrêmement différents (les travailleurs immigrés précaires mais aussi les retraités d’Europe du Nord). Puis, l’article analyse les risques auxquels sont confrontées les populations étudiées. Outre les conditions mêmes de l’immigration, la précarité du statut administratif ou des conditions de travail et de logement, l’article aborde la question de la ségrégation spatiale des travailleurs, qui les expose non seulement à des risques sanitaires (déconnexion des services de santé) mais aussi à des risques sociaux (isolement social et vulnérabilité sociale). Enfin, l’article propose une analyse critique des dispositifs politiques sanitaires et sociaux qui sont mis en place pour répondre aux risques de santé. En effet, les objectifs des politiques nationales et régionales apparaissent en décalage avec les réalités de terrain. Ils conduisent les entités administratives et sanitaires locales à mettre en place des structures qu’elles pensent davantage adaptées au nombre croissant de travailleurs immigrés. Mais les mesures visant à agir sur les risques sociaux font encore défaut.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette recherche s’inscrit dans un projet de thèse de géographie intitulée « Migrations, santé et mo (...)

1De nombreux travaux portent sur les populations les plus vulnérables aux risques de santé : celles habitant dans des espaces à risques, celles appartenant à des catégories sociales dites à risques, ou les deux. Les risques de santé ne sont pas qu’individuels, ils sont aussi collectifs, et se rapportent à des notions touchant aux risques potentiels (environnement pathogène), encourus (comportements) ou perçus (interprétations). En géographie, l’analyse des risques de santé prend en considération à la fois la façon dont les populations occupent et pratiquent les espaces, mais aussi les espaces eux-mêmes dans lesquels varient les expositions à des risques [Curtis, 2004].

2Les populations immigrées entrent souvent dans la catégorie « population à risque(s) », dans la mesure où elles sont plus souvent que les autres associées aux groupes socio-économiques les plus défavorisés (elles sont notamment plus représentées dans les professions et catégories socioprofessionnelles requérant une moindre qualification et un salaire inférieur). En ce sens, elles doivent faire face à des discriminations et d’autres obstacles supplémentaires (notamment ceux de la langue) dans l’accès aux droits (à la santé, mais aussi au logement, à l’éducation, etc.).

  • 2 L’existence d’une « santé des migrants » est à nuancer. En effet, la « santé des migrants » ne peut (...)

3Cependant, tout comme l’idée de l’existence d’une « santé des migrants » est soumise à nuances2, les liens entre risques, immigration et santé sont très délicats à traiter. Les données sanitaires confirmant ou infirmant le lien entre « immigration » et « risques de santé » sont peu nombreuses, concernent des études de cas très précises, et rappellent que s’il est facile de démontrer des associations entre « migrants et maladies », il est difficile d’apporter les éléments d’explication concomitants, qui sont extrêmement complexes. Elles combinent en effet des données sur les espaces, les populations, les sociétés, les politiques, qui sont de nature factuelle (risques de santé observés) ou interprétative (perception et représentation des risques), et s’expriment aussi bien au niveau individuel (espace du corps dans son environnement) qu’au niveau collectif (pratiques et représentation des espaces communs par les groupes sociaux).

4Pour traiter de la question, nous développons dans cet article une étude de cas très particulière : il s’agit, à travers une approche spatiale, de mettre en évidence les liens entre risques de santé et immigration en se basant sur la situation des travailleurs immigrés qui viennent occuper des emplois dans l’agriculture sous serre dans la région d’Almeria (Andalousie, Espagne) (carte 1). Ces travailleurs, de plus en plus nombreux, viennent en grande partie d’Afrique subsaharienne ou du Maghreb. Outre les conditions de l’immigration, la précarité de leur statut administratif ou les conditions de travail, nous cherchons ici à montrer que les conditions de logement et la ségrégation spatiale des travailleurs les exposent non seulement à des risques sanitaires (habitat insalubre, déconnexion des services de santé) mais aussi à des risques sociaux (isolement social et vulnérabilité sociale).

5Les politiques locales ont pris la mesure de l’ensemble de ces risques sanitaires et sociaux, et commencent à mettre en place des structures qu’elles pensent adaptées au nombre croissant de travailleurs immigrés (facilité d’accès aux droits de santé au niveau régional ouverture de services de santé spécifiques dans un hôpital public local). Cependant, les mesures visant à agir sur les risques sociaux font encore défaut.

6Cet article s’attache, dans un premier temps, à synthétiser les dynamiques migratoires de l’Espagne et plus particulièrement les spécificités de la recomposition (démographique, économique et sociale) de la province d’Almeria. Ensuite, l’article propose d’analyser les risques auxquels sont soumis les travailleurs immigrés et, enfin, d’apporter un regard critique sur les dispositifs politiques sanitaires et sociaux qui sont mis en place localement pour répondre aux risques.

Carte1. Division administrative du territoire espagnol

Carte1. Division administrative du territoire espagnol

1. De l’attraction migratoire nationale aux spécificités de la province d’Almeria

1.1. Immigration et dynamisme démographique en Espagne

7Après la période franquiste, la métamorphose économique de l’Espagne se caractérise par la refonte du secteur tertiaire (services et tourisme), du secondaire (la construction) ou primaire (modernisation du système agricole) pour l’ensemble du territoire espagnol. La croissance économique du pays devient alors le levier d’une certaine attractivité migratoire. À partir des années 1980, le processus d’immigration s’amorce, se maintient et s’intensifie même depuis 2000. D’après les données de Sopemi-OCDE, l’Espagne a connu une croissance annuelle largement supérieure aux taux des autres pays européens [Bailly et al., 2004, p. 36], avec un taux européen annuel moyen de 4,4 % contre 13,2 % pour l’Espagne. Le nombre d’immigrés est passé de 748 953, selon le recensement de 1999, à 3 034 847, selon celui de 2004 (INE, 2004). La dernière décennie positionne l’Espagne comme l’un des foyers d’accueil les plus importants du monde avec un solde migratoire annuel moyen de 575 000 personnes entre 2001 et 2008 [Pereda et al., 2008, p. 27].

8Ces changements démographiques se traduisent, dans l’espace, par un renforcement de l’attraction des grandes villes (Madrid, Barcelone), du pourtour méditerranéen et de provinces agraires comme Murcia ou Almeria (cartes 2). Cependant, l’immigration n’est homogène ni dans la composition de la population qu’elle accueille ni dans les motifs de départ. En effet, Lopez de Lera (1995) distingue le caractère professionnel de l’immigration du caractère « climatique » ou « environnemental ». Celui-ci identifie d’un côté, l’immigration extracommunautaire, motivée principalement par des motifs professionnels et venue majoritairement d’Amérique latine, d’Afrique et d’Europe de l’Est. Puis, d’un autre côté, l’immigration communautaire, fondée sur l’héliotropisme et la recherche d’une meilleure qualité de vie, en provenance d’Europe du Nord. En 2008, 40 % des immigrés étaient originaires de pays membres de l’Union Européenne et 58 % originaires des pays en voie de développement [Pereda et al., 2008, p. 80 ; INE, 2008].

  • 3 Le concept d’hyper-différenciation spatiale s’appuie ici sur l’hypothèse que la mondialisation mobi (...)

9L’immigration en Espagne pourrait être qualifiée d’« hyper-différenciée » [Grant, Nijman, 2004]3, tant spatialement que socialement. Les statuts juridiques et, par conséquent, l’intégration sociale et spatiale des immigrés, sont largement inégaux.

1.2. Les immigrés en Espagne : contextes juridiques, sociaux et sanitaires

10Depuis le début des années 1980, l’Espagne est passée d’espace d’émigration à celui de territoire d’attraction, en raison de la mise en œuvre de politiques propices à un certain dynamisme migratoire. Ainsi, d’un côté, l’incorporation de l’Espagne à l’Union Européenne en 1986 et la libre circulation au sein de l’espace Schengen, facilitent l’immigration de ressortissants de l’Union Européenne. D’un autre côté, le dynamisme économique a ouvert la voie à une immigration de travail pour une main-d’œuvre peu qualifiée [Arango, 2004, p. 9], en majeure partie composée de travailleurs venus de pays extracommunautaires, et en particulier de pays d’Afrique Sub-Saharienne et du Maghreb. Pour ceux-ci, l’Espagne a mis en place des dispositifs spéciaux, leur permettant d’accéder aux droits sociaux et même à la nationalité espagnole au cours de cinq phases de régularisations (en 1985, 1991, 1996, 2000 et 2006).

  • 4 Embarcations clandestines, qui, depuis les côtes africaines traversent illégalement la Méditerranée (...)
  • 5 El Padron Municipal de Habitante, qui est le recensement dans la commune de résidence, une démarche (...)

11Parallèlement, la clandestinité et les entrées illégales existent et l’Espagne est devenue une des principales routes migratoires vers l’Europe pour des populations originaires d’Afrique subsaharienne et du Maghreb, considérées comme « migrants à haut risque » [Tarrius, 2007, p. 107]. La traversée de la Méditerranée par embarcations irrégulières (les pateras4), est un des premiers niveaux de risque, fragilisant l’individu, suivi par les conditions (politiques, sociales, économiques) de l’accueil dans les pays d’arrivée qui mènent à la précarité et la vulnérabilité. Aussi, la loi d’immigration de 2000 (Ley de Extranjeria), mettant en place le recensement dans la commune d’accueil5 pour tous les immigrés, y compris ceux n’étant pas en situation régularisée administrativement, permet d’estimer le nombre de personnes en « irrégularité administrative » sur le territoire espagnol, qui s’élèverait à environ 13 % de la population étrangère extracommunautaire [Pereda et al., 2008, p. 29].

Carte 2. Taux d'immigration

Carte 2. Taux d'immigration

12Au-delà de ces constats sur les statuts des immigrés, notons que leurs conditions de vie sont très nettement opposées, entre « les communautaires », souvent des retraités, qui ont choisi l’Espagne pour s’installer près du littoral à des coûts attractifs, et les autres venus y occuper des emplois, souvent précaires.

  • 6 Les immigrés extra-communautaires occupent des contrats à durée déterminée dans 62% des cas, soit d (...)

13Ces derniers se répartissent dans quatre secteurs d’activités : la construction, l’hôtellerie, l’agriculture et les services domestiques. Dans ces domaines, les salariés non communautaires occupent des emplois à faible qualification et précaires6 et évoluent dans des conditions de travail extrêmement difficiles. On comprendra donc que ces immigrés sont exposés à des risques sanitaires et sociaux particuliers, marqués par la précarité de leur statut administratif (conditionnant l’accès aux droits à la santé) et les conditions sociales et de travail difficiles.

  • 7 Fermes qui ont été abandonnées dans les années 1980 par les agriculteurs espagnols partis rejoindre (...)

14Les immigrés extracommunautaires connaissent des taux plus élevés de chômage, des processus de ségrégations spatiales selon l’origine et des conditions de logement qui ne sont pas conformes aux conditions d’habitabilité donné par l’OMS, ce qui est particulièrement vrai pour les immigrés installés dans les zones rurales où l’habitat caractéristique du « cortijo »7 est souvent délabré et où les possibilités de mobilité et d’accès aux services publics sont réduites, malgré un système de santé décentralisé, répondant au principe d’équité (accès aux infrastructures de soins égal pour tous) (figure 1).

Figure 1. Fonctionnement du système de santé espagnol

Figure 1. Fonctionnement du système de santé espagnol

1.3. La province d’Almeria : des dynamiques migratoires spécifiques

15La province d’Almeria (carte 2) n’a que très tardivement commencé à profiter des bénéfices de la croissance économique nationale. Jusqu’aux années 1990, Almeria n’était encore qu’une province très reculée où l’agriculture traditionnelle était le secteur dominant de l’économie régionale. Progressivement devenue plus accessible grâce à l’amélioration des transports par voie terrestre, maritime ou aérienne, c’est la spécialisation de deux secteurs d’activités spécialisées qui a marqué le début de la métamorphose.

16Le développement économique de la province s’est appuyé, d’une part, sur l’agriculture intensive sous serres et, d’autre part, sur la tertiarisation des services, autour du tourisme. Les impacts de la reconversion sectorielle régionale se lisent dans les bouleversements démographiques et une attractivité migratoire nouvelle. En effet, depuis vingt ans, mais principalement depuis les années 2000, le processus d’immigration de résidents étrangers aux origines nationales variées s’amplifie. La province d’Almeria accueille aujourd’hui, sur une population totale de 667 635 habitants, 131 330 résidents d’origine étrangère (soit 19,7 %). Les zones émettrices correspondent à deux principaux courants migratoires, aux caractéristiques différenciées. Une partie des migrations est constituée de migrants issus de l’Union Européenne (45 %), principalement des retraités anglais et des travailleurs roumains ; une autre (35 %) est composée d’immigrés originaires d’Afrique du Nord et subsaharienne, majoritairement présents dans le travail agricole [INE, 2008], et d’Amérique latine (principalement d’Équateur).

  • 8 INE, Recensement de populations : 1981, 1991 et 2001. La migration nette est, pour un territoire et (...)

17Le renouveau démographique de la région est sans précédent et s’est rapidement amplifié dans le temps, et surtout dans la décennie qui vient de s’écouler, avec un taux de migration net de 23,37 ‰ entre 1981 et 1991, de 121,24 ‰ entre 1991 et 2001 et de 145,85 ‰ entre 2001 et 20068. En 2005, la province d’Almeria bat ainsi tous les records provinciaux pour l’immigration.

18Almeria tire donc sa spécificité de la juxtaposition de deux secteurs d’activités économiques sur le même espace, attirant des flux d’immigration fondamentalement différents, tant dans la composition par âge et par sexe que dans les motifs de l’immigration. La cartographie de la distribution des immigrés dans la province révèle l’ampleur de l’hyper-différenciation spatiale. En effet, la province est divisée entre le Levant almeriense (avec un littoral et un arrière-pays littoral redynamisés par les flux d’immigration majoritairement britanniques) et le sud de la province (avec la présence d’immigrés d’origine africaine (Maghrébins et Subsahariens) dans les communes agricoles à forte densité de serres) (cartes 3 et 4).

Carte 3. Répartition de la population africaine et du secteur agricole dans la Province d'Almeria en 2009

Carte 3. Répartition de la population africaine et du secteur agricole dans la Province d'Almeria en 2009

Source : INE, 2010
Auteur : B. Rouland

Carte 4. Distribution des résidents anglais dans la province d'Almeria

Carte 4. Distribution des résidents anglais dans la province d'Almeria

Source : INE, 2010
Auteur : B. Rouland

19Les migrations de travailleurs agricoles originaires de pays africains sont une spécificité de la province d’Almeria. Et, contrairement à d’autres provinces andalouses (comme Huelva ou Jaén) qui reçoivent des migrations saisonnières (pour les récoltes de fraises et d’olives), la province d’Almeria accueille des migrations de travailleurs agricoles permanents (la production sous serres l’exigeant).

20Ces travailleurs immigrés, s’ils sont déclarés, peuvent obtenir un statut leur garantissant l’accès aux droits sociaux et de santé. Cependant, le secteur agricole de la région d’Almeria est aussi connu pour embaucher des travailleurs immigrés dans l’illégalité. En effet, l’association Almeria Acoje (association d’aide aux travailleurs immigrés) estimait à 53 % le nombre des immigrés « sans papiers » en 2006, dont 63 % en provenance du continent africain. La clandestinité entraîne un surcroît de difficultés, tant sociales que sanitaires, sur lesquelles nous reviendrons plus loin dans le texte.

21Cependant, il est important de souligner les problèmes de forte ségrégation spatiale dont souffrent les travailleurs agricoles immigrés, tous statuts confondus dans la province d’Almeria. Leur concentration dans les espaces ruraux, à l’écart des zones urbanisées et dans des « cortijos » aux conditions d’habitabilité non conformes les rend encore plus vulnérables. En effet, la mobilité des travailleurs vers les services publics de santé (entre autres services publics) est entravée par l’éparpillement des fermes délabrées à travers les serres et par l’absence même de ces services dans la plupart des communes dans lesquelles sont situées les serres. La concentration et l’isolement dans les « cortijos » ont leurs effets spatiaux sur les mobilités et des effets sociaux en termes d’exclusion de la vie sociale locale.

22Les « cortijos », enclaves spatiales et sociales, provoquent et accentuent les risques liés à la marginalité au niveau local. De nombreuses tensions et pressions au niveau local se développent. Le sentiment xénophobe augmente, accentuant encore l’enclavement, l’isolement social et les discriminations raciales envers les immigrés, et provoquant des séries d’altercations violentes entre la population locale et les immigrés (en 2000, les heurts entre la population locale et la population marocaine ont rendu tristement célèbre la commune d’El Ejido9).

2. Risques de santé pour les immigrés travaillant dans les serres

2.1. Risques de santé et immigration : quelques constats liminaires

23La mise en place de politiques publiques spécifiques aux risques de santé encourus par les immigrés vise à répondre, en premier lieu, aux risques individuels pris ou encourus par les immigrés lors de leur parcours migratoire (risques de dégradation de l’état de santé en lien avec les conditions de l’exil) et/ou aux risques collectifs qui peuvent intervenir (risques induits par l’arrivée de migrants quand apparaît l’idée de contagion et de risque pour la santé publique dans le pays d’accueil). Ainsi, dans les pays européens, une attention toute particulière est portée à la prise en charge du traumatisme de l’exil des primo-arrivants, à la mise en place de programmes de santé spécifiques aux immigrés dans les lieux d’arrivée, et même à des programmes de contrôle de la santé des entrants à la frontière [Gushulak, Mac Pherson, 2006]. Ces dispositifs répondent pour la plupart à l’impératif juridique (stipulé par l’Union Européenne ou l’OMS) de garantir un accès aux soins à toute personne indépendamment de son origine nationale. Cependant, ils se bornent souvent à répondre à des situations d’urgence et ne permettent pas de mise en place de stratégies de « gestion du risque » à long terme.

24Mais les risques de santé ne se résument pas qu’aux situations endurées par les exilés ayant expérimenté des conditions de migration les plus difficiles. En parallèle, le statut administratif de tous les immigrés est facteur potentiel de risque : étrangers, exilés, demandeurs d’asile, réfugiés, personnes en situation irrégulière (« sans papiers ») n’ont pas le même accès aux soins, et l’évolution ou la régression du statut de la personne peut avoir des effets délétères à long terme (manque de suivi de l’évolution de la maladie et de la prise de traitements, par exemple).

25De plus, un certain nombre d’études en sciences sociales mettent en avant, à long terme, les effets des mécanismes du risque. Les immigrés, en situation régulière ou non, sont plus souvent que les autres victimes de processus de ségrégation socio-spatiale dans des quartiers où les conditions de vie sont difficiles et les environnements néfastes [Nazroo, 2003], induisant la marginalisation des populations et entravant leurs accès (physique, administratif) à des soins de qualité. À cela s’ajoutent les effets délétères des représentations sociales dépréciatives vis-à-vis des immigrés, en particulier en Europe, où sévit toujours, à la fois chez la population locale mais aussi chez certains professionnels de santé, l’image de l’« immigré profiteur », se répercutant dans des tensions sociales, des mauvaises conditions de prise en charge des patients, voire même des refus de soins.

26Interviennent alors les risques de santé liés aux vulnérabilités cumulées dans la société d’accueil : conditions politiques, sociales et culturelles de l’accueil, influence des statuts administratifs sur les représentations sociales au sein de la population générale et leurs impacts sur les individus, conditions de travail ou de logement. Tous ces risques, directs ou induits, peuvent avoir des répercussions sur la santé physique et mentale des immigrés, leur accès aux soins, la continuité dans les prises en charge médicales à long terme (à la fois pour le traitement et la prévention), le tout se combinant aux problèmes de la marginalité, de la précarité.

2.2. Déterminants sociaux de l’état de santé et accès aux soins des travailleurs agricoles à Almeria : des risques cumulés

27Les changements actuels dans le paysage économique et social du Sud de l’Espagne (décrits plus hauts) posent de façon inédite la notion de risque de santé en société pour les immigrés. Le contexte socio-économique local entraîne des besoins importants en travailleurs sans qualification pour les travaux agricoles. On voit alors se superposer les risques liés au contexte épidémiologique, aux conditions de travail, et aux contextes sociaux.

28Sur le plan épidémiologique, les risques liés aux conditions sanitaires souvent mauvaises dans le pays d’origine s’ajoutent aux risques liés aux difficultés du contexte matériel et social de l’accueil. En effet, les urgences de l’hôpital du Poniente de la commune d’El Ejido, commune à forte concentration d’immigrés d’origine africaine, voient augmenter le nombre des hospitalisations d’immigrés pour des maladies infectieuses. En effet, importées du pays d’origine ou contractées dans le lieu de résidence (souvent insalubre et surpeuplé) dans le pays d’accueil, les maladies parasitaires et symptomatiques de la pauvreté et de la précarité (comme la tuberculose pulmonaire, la pneumonie non tuberculeuse, le paludisme, les hépatites virales, les infections respiratoires, les méningites, mais aussi le VIH-SIDA) sont de plus en plus représentées [Parrilla Ruiz, 2003, p. 197].

29Les conditions de travail sont également largement impliquées dans les risques de santé préjudiciables aux immigrés. Le secteur, au développement rapide et peu, voire pas, régulé par les autorités locales et/ou nationales, comporte son lot de dysfonctionnements : nombreux accidents du travail dus à l’utilisation inadéquate des produits phytosanitaires, problèmes sanitaires liés aux mauvaises conditions d’hygiène sur le lieu de travail (fosses d’aisance) et problèmes de santé psychologique pour une main-d’œuvre, corvéable à merci, qui subit les pressions psychologiques liées à l’exploitation.

30Ensuite, les barrières légales (accès aux droits), matérielles (accès physique et logistique aux infrastructures) et sociales (regard social) peuvent entraver significativement l’accès aux soins. En effet, on observe à Almeria un nombre croissant d’immigrés en provenance d’Afrique du Nord et subsaharienne, dont la situation administrative est en elle-même un frein à l’accès aux soins. L’irrégularité du séjour est bien sûr un facteur de risque majeur, mais, même pour les immigrés en situation régulière et, de fait, affiliés à la sécurité sociale, l’accès aux droits de santé ne garantit pas l’accès effectif aux soins en raison des processus de discrimination (directes ou induites) sociales et spatiales. La ségrégation spatiale des travailleurs immigrés est en soi un problème majeur. Ceux-ci sont en effet contraints à résider dans des lieux déconnectés des services de santé. Le processus de ségrégation spatiale des travailleurs agricoles africains réside dans l’habitat en « cortijos » [Checa-Olmos, Arjona-Garrido, 2005]. Comme nous l’avons déjà mentionné, ces fermes s’apparentent à de véritables enclaves spatiales, sociales et sanitaires. Les travaux de J.-C. Checa Olmos et A. Arjona Garrido (2005), basés sur des enquêtes de terrain réalisées auprès des populations africaines, montrent que les zones d’habitat en « cortijos » jouent un rôle fondamental sur les processus de marginalisation, de ségrégation et d’isolement des travailleurs agricoles immigrés. Ceux-ci se concentrent dans des lieux isolés, tout particulièrement dans les communes de Vicar, la Mojonera et El Ejido qui présentent seulement respectivement 20 %, 32 % et 27 % de population immigrée dans les zones urbanisées et 80 %, 68 % et 73 % dans les zones agricoles. Une autre enquête, réalisée en 2009 dans la commune de Roquetas de Mar, commune du littoral sud de la province, qui juxtapose des activités touristiques et agricoles, souligne que, sur les vingt-six personnes interrogées, dix-neuf elles vivaient de manière clandestine sur le territoire espagnol, dix-sept étaient sans emploi, dix-sept étaient arrivées par pateras et dix ne s’étaient jamais rendues dans une infrastructure de soins primaires [Rouland, 2009]. À la précarité du statut et la vulnérabilité administrative s’ajoutent donc l’isolement et la marginalité comme facteurs de risque de santé.

31Dans le cas de ces travailleurs agricoles, les risques de santé sont mécaniquement liés par le parcours migratoire : le titre de séjour est largement dépendant du contrat de travail, conditionnant lui-même l’accès à un logement sur le lieu même de l’exploitation agricole. La persistance et la combinaison des risques liés au statut administratif, aux conditions de travail, à la marginalisation spatiale et sociale ont des effets extrêmement délétères pour la santé physique, mentale et psychologique des travailleurs immigrés. Cependant, ces risques ne sont pas évoqués par les travailleurs lorsqu’on les interroge : « l’impression qui domine est que la santé est une chose largement impensée, ou du moins mise à distance de la réflexion et du discours » [Décosse, 2009, p. 108]. Ainsi, loin d’ignorer les risques qu’ils encourent, les travailleurs immigrés intègrent le risque à leur quotidien. Par ailleurs, l’enquête réalisée auprès des populations subsahariennes en 2008 [Rouland, 2009] souligne que les immigrés évoquent plus facilement leur état de mal-être psychologique, lié à l’absence de travail ou à la situation professionnelle précaire ou illégale, et beaucoup moins leurs problèmes de santé physique. Pour les immigrés rencontrés au cours de l’enquête, les risques de santé résident donc plus dans la précarité, l’instabilité et l’exploitation que dans les contextes sanitaires (conditions de logement, accès aux soins entravé) dans lequel ils évoluent.

32Pourtant, les politiques publiques locales déploient plus facilement des mesures de prévention et de contrôle des potentiels risques sanitaires que des mesures pour agir sur les contextes sociaux.

3. Réponses nationales et locales

33Du côté des autorités sanitaires, la prise de conscience des risques se lit à travers la mise en œuvre d’actions transversales, administratives, sociales et sanitaires, pour améliorer l’état de santé des immigrés. Ces réponses, construites à l’échelle nationale, régionale et locale, méritent un examen attentif pour comprendre la façon dont les risques sont appréhendés dans les politiques publiques. Ces politiques révèlent vite leurs limites et font l’objet de différentes stratégies de composition et d’adaptation sur le terrain, à l’échelle locale, par les autorités administratives locales et sanitaires.

3.1. Un contexte régional en parfait décalage ?

  • 10 Plan Integral para la Inmigracion en Andalucia.
  • 11 El III Plan Andaluz de salud, 2003-2009.

34À l’échelle régionale, différents plans d’action publique avec des projets d’ordre sociaux et sanitaires se sont succédés. Le « Plan Intégral pour l’immigration en Andalousie »10 et celui du « Troisième Plan Andalou de santé 2003-2009 »11 exposent les objectifs précis pour améliorer la prise en charge des immigrés.

35Cette loi sur l’immigration, dans son article 12, reconnaît aux étrangers comme à n’importe quel ressortissant national le droit à l’assistance publique dont « le droit à l’assistance sanitaire ». Cependant, les immigrés doivent, pour ouvrir ce droit, se faire recenser. Or, d’une part, beaucoup d’immigrés en situation régulière ne figurent sur aucune liste de recensement car la précarité de l’emploi implique un changement fréquent de domicile et, d’autre part, les immigrés en situation irrégulière évitent le recensement de crainte d’être repérés et dénoncés.

  • 12 Plan Integral para la Inmigración en Andalucía, p. 253.

36Cependant, en parallèle, la définition des objectifs consistant à adapter au mieux les soins à destination des immigrés pose problème. Il est en effet stipulé que les immigrés seraient sujets à des besoins spécifiques en raison de supposés « problèmes de différence culturelles, personnelles, sociales »12. Il est question dans ces programmes sanitaires et sociaux de gérer des problèmes identifiés comme spécifiques aux immigrés, tels que la prostitution, la dépendance à la drogue ou la santé mentale. Ces objectifs ne résistent pas à l’examen des réalités de terrain, qui ne correspondent pas aux présupposés contenus dans ces programmes.

37La lecture du phénomène, nourrie par les constats effectués sur le terrain, alerte sur la nature des programmes et des actions visant un ensemble de facteurs de risques définis en termes culturels et sociaux. Outre le décalage par rapport aux réalités de terrain (prévalence des maladies infectieuses, déterminants sociaux de l’état de santé et de l’accès aux soins), la construction des catégories du risque par les pouvoirs publics andalous, sur des bases « culturelles », « individuelles » et « sociales », mal explicitées et révélatrices de dérives culturalistes peuvent avoir des conséquences extrêmement néfastes en termes de stigmatisation des immigrés. En oubliant d’agir sur les conséquences de l’exploitation économique et des conditions de vie marquées, comme nous l’avons vu, par l’enclavement et l’isolation, la précarité et l’insalubrité, les politiques publiques offrent un terreau favorable à la xénophobie et au racisme.

3.2. Compositions et adaptations à l’échelle locale

38Néanmoins, à l’échelle locale, on peut observer un certain nombre d’initiatives pour mettre en œuvre l’accès au droit à la santé. Des compositions, adaptations, négociations sont pensées à la fois par les autorités administratives et sanitaires.

39De leur côté, les autorités locales d’Almeria ont mis en place des procédures simplifiées facilitant l’accès administratif des infrastructures de soins aux travailleurs en situation irrégulière ou au statut précaire en leur permettant de faire ouvrir leurs droits munis d’un papier officiel du pays d’origine (passeport, carte d’identité…) en attendant d’obtenir la carte de sécurité sociale. Cette mesure, même si elle ne touche que les immigrés qui ont encore leurs papiers d’identité avec eux, a été édictée pour pallier le principal motif de vulnérabilité de ces immigrés étrangers sans ressources : le non recours aux soins.

40En dehors des structures administratives, les structures de soins elles-mêmes proposent des modes de prise en charge particulières. L’hôpital du Poniente qui reçoit un nombre de patients immigrés très élevé s’est doté de personnels extra-médicaux, adaptés au nouveau contexte migratoire, afin de s’affranchir de la barrière linguistique et d’éventuels « problèmes culturels » qui entraveraient la consultation. Ainsi, depuis peu, l’infrastructure dispose d’une médiatrice culturelle, parlant espagnol, arabe et français. Celle-ci intervient non seulement au cours des consultations médicales, mais aussi dans le parcours de soins (de l’ouverture des droits à leur mise en œuvre). En plus de ce service, le centre hospitalier dispose de deux téléphones télé-traducteurs, qui possèdent entre vingt-cinq et trente langues. Même si cette disposition pose le problème de la présence d’une tierce personne pendant des consultations médicales, elle souligne aussi un investissement en temps, en moyens financiers et humains, assez révélateur d’initiatives concrètes de la part des structures de soins.

41Enfin, pour mieux prendre en charge le risque sanitaire spécifique aux migrants, le district du Poniente a ouvert, à l’hôpital du Poniente, une unité de soins spécialisés appelée « médecine tropicale ». Cette unité est tournée vers la prise en charge des problèmes de santé dont la prévalence est accrue dans les populations immigrées D’après des entretiens réalisés auprès du personnel médical comme auprès des assistantes sociales de l’hôpital, cette unité prend en charge un certain nombre de maladies infectieuses, dont la tuberculose ou le sida. De plus, un véhicule de l’hôpital se rend dans les serres pour apporter directement les médicaments aux patients [Rouland, 2009].

42Les politiques sanitaires locales ont le mérite de considérer les décalages existant entre le système de santé et les conditions de vie précaires des immigrés. Cela se traduit par la mise en place de facilités matérielles, en équipant les infrastructures de soins et hospitalières de médiateurs culturels ou d’appareils de télé-traduction ou bien en ouvrant des unités de soins spécialisées spécifiques aux pathologies des immigrés. Mais elles conservent malgré tout une marge de manœuvre assez faible, illustrée dans le développement à tout prix d’unités de soins relevant de la « médecine tropicale », qui tend à enfermer les migrants dans des cadres épidémiologiques guère valides désormais, à l’heure de l’émergence des maladies de la précarité et de l’exclusion sociale (comme le SIDA et la tuberculose).

43Or, les politiques publiques n’ont pas encore ouvert la voie à des mesures visant à agir sur les déterminants sociaux du risque : responsabilisation des employeurs qui embauchent les clandestins pour travailler dans les serres, contrôle des pesticides et de l’eau utilisés dans les serres, réintégration des migrants dans des espaces urbanisés et mieux connectés, respect et contrôle des conditions de salubrité de l’habitat. Ces facteurs jouent un rôle prédominant sur la santé tant physique que psychologique des migrants. En effet, l’hyper-concentration des migrants d’origine africaine dans ces espaces ségrégés, isolés et marginalisés, crée une frontière invisible mais pourtant bien réelle quand il s’agit de risques de santé. Reste encore à ouvrir la voie à des programmes de lutte touchant à tous les domaines de la vie en société : le lieu de vie, l’intégration sociale, la situation administrative.

Conclusion 

44Cet article poursuit un double objectif. Le premier est de démontrer le rôle fondamental des variables socio-spatiales dans l’étude des risques de santé appliquée aux populations migrantes. Le second est d’observer les processus sociaux et politiques à l’œuvre dans la province d’Almeria, bien connue pour l’essor récent de son agriculture intensive sous serre, requérant l’emploi d’une importante main-d’œuvre immigrée. Dans cet article, nous avons cherché à mettre en exergue l’ensemble des risques de santé auxquels sont exposés les travailleurs immigrés dans les serres de cette région, en favorisant une approche spatiale centrée sur les lieux de vie et les barrières socio-spatiales entravant l’accès aux soins. Ici, la marginalisation ou l’isolement spatial et la précarité économique et sociale apparaissent comme des éléments indissociables de l’analyse des risques de santé. Ces risques tiennent en effet en grande partie à la répartition spatiale des travailleurs agricoles immigrés, caractérisée par de forts taux de ségrégation spatiale, corrélatifs d’une grande vulnérabilité sociale et sanitaire.

45Les lieux de résidence et de travail sont ici un déterminant fondamental dans l’analyse des risques de santé et plus particulièrement dans le cas des risques de santé subis par les travailleurs immigrés africains. Dans le cas de la province d’Almeria, les risques de santé se lisent dans la diffusion de maladies infectieuses ou parasitaires symptomatiques de la pauvreté (tuberculose, SIDA) et résident dans les conditions de logement et de travail déplorables et dans les conditions de vie néfastes (hyper-concentration des migrants dans des espaces ruraux et marginalisés et des discriminations raciales dans les lieux publics). Ces risques sont renforcés par le non recours au système de soins, en raison de la précarité des statuts administratifs et des barrières spatiales et sociales de l’accès aux soins.

46Cependant, on remarque que la complexité des risques auxquels sont exposés ces immigrés ne trouve pas d’écho dans les politiques publiques qui, au mieux, « sanitarisent » les problèmes sociaux liés à la présence des migrants, mais qui, en même temps, contribuent aussi à stigmatiser cette population via la mise en place de programmes sanitaires et sociaux peu adaptés aux conditions sociales et spatiales dans lesquelles évoluent les travailleurs agricoles immigrés.

Haut de page

Bibliographie

ARANGO J. (2004), Inmigración, cambio demográfico y cambio social (Immigration, Demographic Change, and Social Change), Información Comercial Española, nº 815, pp. 31-44.

BAILLY F., EL MOUHOUB M., OUDINET J. (2004), Les pays de l’Union européenne face aux nouvelles dynamiques des migrations internationales. Ampleur des migrations et caractéristiques des migrants, Revue française des Affaires sociales, n° 2, pp. 33-60.

CHECA-OLMOS J-C., ARJONA-GARRIDO A. (2005), El vecino no deseado, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 23, n° 5, pp. 179-207.

CURTIS S. (2004), Health and inequality. Geographical perspectives, Sage.

DÉCOSSE F. (2008), Le nouveau serf, son corps et nos fruits et légumes, Plein Droit, vol. 78, http://www.gisti.org/spip.php ?article1286 (consulté en janvier 2011).

DÉCOSSE F. (2009), La santé des travailleurs agricoles migrants : un objet politique ?, Études Rurales, n° 182, pp. 103-120.

FASSIN D. (1998), Peut-on étudier la santé des étrangers et des immigrés ?, Plein Droit, n° 38, pp. 29-35, http://www.gisti.org/doc/plein-droit/38/sante.html (consulté en juin 2010).

GRANT R., NIJMAN J. (2004), « Globalization and the hyper differentiation of space in the less developed world », in John O’Loughlin, Lynn Staeheli, Edward Greenbers (eds.), Globalization and its outcomes, Guilford Press, 404 p.

GUSHULAK B.D., MAC PHERSON D.W. (2006), The basic principles of migration health : population mobility and gaps in disease prévalence, Emerging Themes in Epidemiology, vol. 3, n° 3.

INE (2004), Revisión del Padrón municipal de 2004, Población por país de nacimiento, nacionalidad y sexo, Instituto de Estadísticas Españolas (INE).

INE (2008), Población por país de nacimiento, nacionalidad y sexo. Revisión del padrón municipal de 2008, Instituto de Estadísticas Españolas (INE)

LOPEZ DE LERA D. (1995), La inmigración en España a fines del siglo XX. Los que vienen a trabajar y los que vienen a descansar, REIS, n° 71-72, pp. 225-245.

NAZROO James (2003), The structuring of ethnic inequalities in health : economic position, racial discrimination and racism, American Journal of Public Health, vol. 93, n° 2, pp. 277-284.

PARRILLA RUIZ F.M., CÁRDENAS CRUZ D.P., VARGAS ORETEGA D.A., MARTINEZ CABEZAS S., DÍAZ CASTELLANOS (2003), Reflexiones de la asistencia sanitaria al inmigrante en una unidad de urgencias, Medicina de Familia, vol. 4, n° 3, pp. 195-198.

PEREDA C., ACTIS W., DE PRADA M.A. (2008), Aspectos sociológicos de la inmigración en Espana. Impactos y desafíos, Annuario de Psicologia y de la Salud, n° 4-80, pp. 27-32.

ROULAND Betty (2009), Migration. Santé. Accessibilité et utilisation du système de soins dans la province d’Almeria, Mémoire de Master 2 sous la direction d’Alain Vaguet, Département de Géographie, Université de Rouen.

TARRIUS A. (2007), La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, Éditions de l'Aube, 202 p

Haut de page

Notes

1 Cette recherche s’inscrit dans un projet de thèse de géographie intitulée « Migrations, santé et mondialisation », en co-tutelle entre l’Université de Rouen et l’Université d’Almeria. Je tiens d’ailleurs à remercier les directeurs de thèse qui soutiennent et aident la réalisation de ce projet, madame Sophie de Ruffray et monsieur Alain Vaguet pour l’Université de Rouen et monsieur Pablo Pumares Fernandez pour l’Université d’Almeria).

2 L’existence d’une « santé des migrants » est à nuancer. En effet, la « santé des migrants » ne peut être réduite à un lien explicatif entre santé et origine [Fassin, 1998]. L’expression se réfère à une construction mêlant (i) les déterminants sociaux de la santé, (ii) les impacts, à différentes échelles, des politiques d’immigration, du social et de la santé publique, (iii) les pratiques de soins des migrants et des professionnels de santé travaillant à leur contact et (iv) les contextes de l’action citoyenne à destination des migrants (qu’il s’agisse d’initiatives de la population générale ou de la population migrante).

3 Le concept d’hyper-différenciation spatiale s’appuie ici sur l’hypothèse que la mondialisation mobilise des flux de personnes socialement différentcées à l’échelle du globe et qu’elle les juxtapose à l’échelle locale conservant des inégalités.

4 Embarcations clandestines, qui, depuis les côtes africaines traversent illégalement la Méditerranée pour atteindre les côtes espagnoles.

5 El Padron Municipal de Habitante, qui est le recensement dans la commune de résidence, une démarche donnant accès aux droits sociaux et à la santé.

6 Les immigrés extra-communautaires occupent des contrats à durée déterminée dans 62% des cas, soit deux fois plus que chez les travailleurs espagnols [Pereda et al., 2008].

7 Fermes qui ont été abandonnées dans les années 1980 par les agriculteurs espagnols partis rejoindre les zones urbaines.

8 INE, Recensement de populations : 1981, 1991 et 2001. La migration nette est, pour un territoire et dans une période donnée, la différence entre l’immigration et l’émigration, exprimée en ‰.

9 http://www.monde-diplomatique.fr/2000/03/LLUCH/13412

10 Plan Integral para la Inmigracion en Andalucia.

11 El III Plan Andaluz de salud, 2003-2009.

12 Plan Integral para la Inmigración en Andalucía, p. 253.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte1. Division administrative du territoire espagnol
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 2. Taux d'immigration
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4372/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 1. Fonctionnement du système de santé espagnol
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4372/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 3. Répartition de la population africaine et du secteur agricole dans la Province d'Almeria en 2009
Crédits Source : INE, 2010Auteur : B. Rouland
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4372/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Carte 4. Distribution des résidents anglais dans la province d'Almeria
Crédits Source : INE, 2010Auteur : B. Rouland
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4372/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Betty Rouland et Anne-Cécile Hoyez, « Risques sanitaires et sociaux chez les travailleurs agricoles immigrés dans la province d’Almeria (Andalousie, Espagne) », Espace populations sociétés, 2011/1 | 2011, 111-123.

Référence électronique

Betty Rouland et Anne-Cécile Hoyez, « Risques sanitaires et sociaux chez les travailleurs agricoles immigrés dans la province d’Almeria (Andalousie, Espagne) », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/4372 ; DOI : 10.4000/eps.4372

Haut de page

Auteurs

Betty Rouland

Doctorante, UMR CNRS 6266 IDEES
Université de Rouen
Département de Géographie
1, rue Thomas Beckett
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Betty.rouland@univ-rouen.fr

Anne-Cécile Hoyez

UMR CNRS 6588 MIGRINTER
Université de Poitiers
Maison des Sciences de l’Homme et de la Société
5A, rue Théodore Lefebvre
86000 Poitiers
Anne.cecile.hoyez@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

  • Le yoga dans la ville [Texte intégral]
    L’émergence des soins de santé complémentaires en milieu urbain en France et en Inde
    Paru dans Espace populations sociétés, 2006/2-3 | 2006
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org