Navigation – Plan du site
Articles

Les risques pour la santé : spatialités et contingences

Risks for Health : Spatiality and Contingency
Alain Vaguet, Mylène Riva et Virginie Chasles
p. 19-31

Résumés

Orienté résolument vers les sciences humaines et sociales, ce texte présente les principales interactions entre les deux concepts de risque et de santé.
II balaie une large bibliographie pluridisciplinaire et bilingue mais, face à l’ampleur du propos, sa perspective est ici volontairement resserrée autour des questions de spatialité dont les configurations souvent inégalitaires agissent considérablement sur les risques de santé.
À l’aide d’exemples, l’article insiste sur la diversité de situations. Dès lors, on perçoit mieux comment, selon les divers niveaux territoriaux et locaux, dangers et incertitudes se construisent, se perçoivent et s’amplifient.
Pour mieux entrer dans la compréhension sociétale des processus à l’œuvre, les auteurs mettent l’accent sur deux types d’explications complémentaires, alors que celles-ci s’ignorent le plus souvent : l’approche épidémio-spatiale des lieux à risque et l’approche culturelle du risque en sociétés. La mise en perspective des deux aspects constitue une aide à la compréhension des enjeux, préalable nécessaire à toute action de santé publique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les théoriciens du risque, comme Antony Giddens (1990) et Ulrich Beck (1999), dans leurs synthèses post-structuralistes des évolutions des sociétés contemporaines, ont montré que la principale originalité de notre modernité tardive, consistait à tout organiser autour de la notion de risque. Cette valeur centrale de mise en marche des sociétés les plus économiquement développées a émergé lorsque les besoins de base, comme la nourriture, ont été assurés. En effet, on caractérise souvent plusieurs âges du risque (Lupton, 1999 ; Godard, Henry, Lagadec, Kerjean, 2002) qui se succèdent dans le temps et se chevauchent dans l’espace. Avant la Renaissance, les croyances religieuses tenaient lieu d’explication des catastrophes personnelles et collectives. Après, la recherche de déterminismes, corollaire de la modernité, s’est engagée autour de causalités scientifiques universelles. Depuis le 20ème siècle, les risques ont été évalués statistiquement pour tenter de vaincre les dangers. Les agents humains qui endossent seuls désormais les responsabilités, cherchent alors un remède dans le développement assurantiel (Kemshall, 2002).

2La conjonction des termes santé et risque n’est pas le produit d’une rencontre fortuite, c’est bien parce que de nouveaux risques anthropiques semblent faire peser une lourde hypothèque sur l’état de santé, de qualité de vie, de bien-être des personnes et des sociétés, qu’ils constituent un enjeu de société particulièrement consistant. Dans les années 70 et à l’occasion de quelques grandes catastrophes naturelles et industrielles, les travaux privilégiés des sciences humaines et sociales se focalisaient sur les « risques majeurs ». Depuis les années 90, à la suite de l’affaire du sang contaminé, la prise en compte des questions de santé publique s’est ajoutée sur l’agenda des grandes institutions de recherche. En même temps, s’est trouvée révélée l’étendue des limites des savoirs et beaucoup de travaux pluridisciplinaires portent désormais sur des incertitudes et des risques sociétaux potentiels que les autorités sanitaires peinent à gouverner.

3À tort ou à raison, les risques perçus comme les plus inquiétants ne sont plus tant naturels que construits, y compris par la science. Même si le nombre des catastrophes dites naturelles (séismes, glissements de terrains, évènements climatiques extrêmes tels les vagues de chaleur, inondations, etc.) va en augmentant (Texier, 2009 ; CRED, 2008) sur une planète de plus en plus humanisée, les développements techniques se trouvent désormais remis en doute dans leur capacité à faire avancer l’humanité. D'ailleurs, la recrudescence de certaines pathologies et l’émergence de « nouvelles » maladies infectieuses (Virus du Nil, SIDA, Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS)) mettent en évidence que les systèmes de soins, aussi sophistiqués soient-ils, ne maîtrisent pas ces crises sanitaires sous tous les angles (Liang, McLaws, Liu, Mi, Chan, 2007). La mise en cause du modèle de la transition épidémiologique de Abdel Omran, qui prévoyait implicitement une marche victorieuse de l’humanité vers l’extinction des maladies transmissibles, témoigne bien du désenchantement que leur retour a enclenché (Prost, 2000).

4Bien entendu, tout cela ne signifie pas que les citoyens des sociétés les plus riches courent plus de risques que les autres, c'est même l'inverse. On sait, par exemple, que les événements naturels catastrophiques se déroulent à 70 % dans les pays ayant un indice de développement humain faible et que ceux-ci comptent pour 96 % du nombre des victimes (Thouret, Léone, 2003). Mais, tout comme certains parlent de lieux à risques, Beck réfère à la « société du risque » car on ressent les risques en fonction de sa société. De fait, et très paradoxalement, lorsque les dangers ont décru substantiellement, leur perception s'amplifie. Dans la société du risque, riche et développée, les bénéfices de la science les plus évidents semblent parfois contrebalancés par l'émergence de la conscience de nouveaux risques. (Kemshall, 2002, op. cit.). Au total, le concept de risque (pour la santé) ne peut bien se comprendre que replacé dans des sociétés, des lieux, des territoires, en mettant en avant à la fois les aléas et les vulnérabilités des populations. Cet article de cadrage propose une introduction à la conceptualisation des risques pour la santé en sociétés. L’accent est mis sur deux approches qui nous semblent complémentaires alors qu’elles s’ignorent le plus souvent : l’approche épidémio-géographique des lieux à risque et l’approche culturelle du risque en sociétés.

La détermination des lieux à risque : du local au global

5Le concept de risque est utilisé depuis longtemps en épidémiologie. Les risques comportementaux, ou d'exposition à certains environnements considérés comme délétères, sont estimés de façon à tenter de réduire la part d'incertitude dans l'état de santé de la population. L'épidémiologie comporte un large volet spatial car le rôle des lieux a toujours beaucoup compté dans la détermination des chaînes épidémiologiques. Par exemple, les travaux de John Snow au 19ème siècle et la cartographie des cas de choléra dans certains quartiers de Londres ayant permis d’identifier l’eau contaminée de certaines bornes-fontaines comme vecteur de la maladie (Snow, 1855), sont souvent cités à titre illustratif.

6Aujourd'hui encore, la mise en évidence des clusters, c'est-à-dire des groupes spatiaux et temporaux de cas de maladies, soulève bien des questions sur le caractère singulier et pathogène d'un lieu. Ainsi, la cartographie des rares cas de la (nouvelle) forme de la maladie de Creutzfeld-Jakob au Royaume-Uni (Cousens, Smith, Ward, et al., 2001) a mis en évidence un cluster de cas dans un petit village, qui bien que non statistiquement significatif, suggère un risque de transmission de la maladie par la consommation de bœuf contaminé (Andrews, Farrington, Ward, et al., 2003). On peut citer également les débats autour d'un autre cluster, celui des 6 leucémies infantiles autour de la centrale de Sellafield (West Cumbria, Angleterre) (Crouch, 1986). Faut-il incriminer l'exposition directe de ces enfants à des pollutions radioactives des ressources halieutiques voisines ? Les pères, travailleurs à la centrale, ont-ils été irradiés dès avant leur conception ? Des agents infectieux seraient-ils aussi en cause ? L’identification des patterns spatiaux pour certaines maladies, tels les cancers, permettent donc, dans une certaine mesure, d’identifier des facteurs populationnels et environnementaux qui co-varient à une même échelle géographique ; ceci est utile pour explorer de nouvelles associations, pour tester empiriquement les risques individuels, mais aussi pour identifier des lieux à risque qui puissent faire l’objet d’intervention (Mayer, 2010). Ceci est dorénavant facilité par la sophistication des outils et méthodes de la cartographie, les systèmes d’information géographique et la modélisation spatiale (Gatrell, 2002). Il n’empêche que l’exposition aux facteurs carcinogènes environnementaux est moins importante dans l’explication des cas de cancers que celle reliée aux comportements individuels et habitudes de vie (Parkin, Bray, 2006). Les clusters spatio-temporels de cas de maladies, cancers ou autres, sont certes d’intérêt, mais ils sont tout autant frustrants pour les intervenants de santé publique et épidémiologistes car, comme le souligne Mayer (2010), les clusters peuvent s’avérer aléatoires ; ils sont habituellement identifiés par le public mais un cluster « perçu » peut s’avérer un cluster aléatoire et non vérifiable empiriquement.

7La détermination d’un groupe de malades n’indique donc pas automatiquement la causalité. La longue période de latence entre une exposition et l’incidence de la maladie requiert de suivre les individus sur une longue période de temps, notamment les individus ayant déménagé d’un environnement considéré à risque. Des techniques spécifiques permettent de construire des tables de risques spatio-temporels (space-time clustering) recomposant des transmissions potentielles dans l'espace-temps que le seul adressage n'aurait pas permis. Ces méthodes prometteuses ont, par exemple, permis de retracer sur plusieurs décennies les contacts potentiellement pathogènes des Finnois et de révéler des aires à risque pour certaines maladies génétiques rares (Sabel, Boyle, Löytönen, et al., 2003).

8Si l'on se réfère à la revue de géographie de la santé la plus concernée par le tournant socio-culturel, Health and Place, on ne peut guère s'étonner du nombre important de références au concept de risque pour la santé croisé avec la question des lieux. Une étude canadienne a par exemple démontré que les perceptions des risques environnementaux peuvent varier en fonction du sentiment d'attachement aux lieux, qui d’ailleurs constitue un des déterminants de la capacité de se mobiliser pour des actions visant une amélioration de l'environnement (Wakefield, Elliott, Cole, Eyles, 2001). La question des lieux comme espaces à risque pour la santé est aussi approchée par l’étude des « effets de milieux » sur la santé ; ce domaine de la recherche situé à la jonction de la géographie et de l’épidémiologie fait l’objet d’un nombre croissant d’études depuis les années 1990 (Riva, Gauvin, Barnett, 2007). Au-delà des analyses écologiques, c'est-à-dire uniquement basées sur des données agrégées à un seul niveau géographique (par exemple le milieu de résidence des individus), l'approche contextuelle de ces études permet de mesurer comment les conditions socioéconomiques, l’environnement bâti, la provision et l’accès à des services (dont les services de santé) des quartiers résidentiels influencent la santé des populations locales, au-delà des facteurs individuels. Ainsi, bien que les risques d'un environnement marqué par la précarité pour la santé tant physique que mentale (Durkheim, 1993) soient reconnus depuis longtemps, les travaux portant sur les effets de milieux sur la santé se sont fixé l'ambition de départager les effets de contexte et de composition des lieux dans l’explication des variations géographiques de la santé (Macintire, Ellaway & Cummins, 2002). Un effet de composition s’avère si la variation de la santé observée est expliquée par les caractéristiques sociodémographiques des individus vivant dans ces lieux. Un effet de contexte s’avère si, au-delà des caractéristiques individuelles, la variation de la santé est influencée par les facteurs socio-environnementaux des milieux de vie. En d’autres mots, des individus partageant des caractéristiques similaires (âge, sexe, statut socioéconomique..) présenteront un état de santé différent en fonction des caractéristiques des milieux dans lesquels ils vivent. Pour la santé publique ceci pose un débat à savoir s’il vaut investir dans la réduction des situations individuelles les plus précaires (l’approche « haut-risque ») ou améliorer les cadres de vie collective (l’approche « population à risque ») (Rose, 1992). De nombreuses recensions systématiques d’études épidémiologiques font état d’impacts significatifs des caractéristiques socioéconomiques des milieux résidentiels sur un ensemble d’indicateurs de santé incluant (entre autres) la santé mentale (Kim, 2008 ; Mair, Diez Roux, Galea, 2008), les maladies cardio-vasculaires (Chaix, 2009) et ses facteurs de risque (obésité, activités physiques, etc.). Par exemple, certains lieux peuvent correspondre à des localisations désavantageuses vis-à-vis de l'accès aux structures de soins ; il a été montré que le dépistage tardif des cancers est plus fréquent dans les quartiers pauvres ou mal desservis par les services de santé (Barry, Breen, 2005 ; Vallée, Cadot, Grillo et al., 2010).

9Ces inégalités géographiques de santé sont le reflet, en quelque sorte, du « gradient social de santé » qui désigne l’association entre la position dans la hiérarchie sociale et l’état de santé des individus ; les personnes qui jouissent d’un statut social plus élevé sont en meilleure santé que ceux qui se trouvent juste au-dessous dans l’échelle sociale et ainsi de suite jusqu’aux plus démunis (Marmot, Rose, Shipley, Hamilton, 1978). En Europe, le risque de mortalité chez les adultes d’âge moyen est de 25 à 50 %, voire 150 % supérieur parmi les groupes les plus défavorisés (Mackenbach, 2005). Un récent rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que l’injustice sociale constitue un déterminant majeur de la santé (Commission on the Social Determinants of Health, 2008). Pour les états de santé, les recherches sur des grands groupes de populations et sur de longues périodes, permettent de mieux départager les effets de l’aire de résidence (contextuels) des effets purement individuels. Elles confirment notamment que les recours aux soins sont certes conditionnés par les niveaux socio-économiques des individus mais aussi par les lieux de résidence (Stafford, Bartley, Mitchell, Marmot, 2001).

10Bien que les facteurs socio-environnementaux des lieux leur confèrent différents risques (ou non) pour la santé, il importe d’aller au-delà de cette caractérisation pour reconnaître la diversité d’influences qu’un même lieu peut exercer sur différents groupes de personnes ; certains seront plus exposés et vulnérables aux conditions locales, comme les personnes à mobilité réduite, tant par leur santé que par leurs ressources socioéconomiques. Aussi, la relation à certains lieux variera entre divers utilisateurs. Par exemple, les jeunes Écossais consomment de l'alcool dans le cadre relativement sécurisé de leur famille, mais hors de ce cadre, ils s'alcoolisent bien davantage et consomment des boissons plus fortes, d’où des risques de dérapage vers des actes de délinquance (Forsyth, Barnard, 2000). Les utilisateurs de drogue jonglent eux aussi avec les lieux. Ils se cachent de la police dans des espaces privés pour pratiquer des injections prohibées mais cherchent aussi souvent à se rendre visibles dans des espaces semi-publics (toilettes) pour être vus en cas d'overdose (Dovey, Fitzgerald, Choi, 2001). Ainsi un même comportement peut s’opérer différemment selon le lieu, augmentant de fait les risques pour la santé. Les relations de pouvoir qui s’exercent entre différents utilisateurs sur la « gestion » du lieu s’expriment également à travers la question de l'institutionnalisation des personnes souffrant de troubles psychiatriques ou comportementaux : faut-il accepter de les confiner dans des lieux spécifiques pour contrôler les risques qu'ils font encourir à la collectivité ou à eux-mêmes ? L'enfermement semble une des solutions préférées par la population en général, qui y voit un moyen d'échapper aux dangers que font courir les personnes les plus dangereuses, mais cette option est souvent repoussée par les experts attachés à la désinstitutionalisation (Moon, 2000).

11Au total, on peut conclure à la contingence du rôle des lieux sur l’état de santé. Les maladies nosocomiales, contractées dans le système de soins, nous rappellent cette ambivalence, y compris du rôle des lieux de santé que sont les hôpitaux, à la fois pourvoyeurs de soins et de thérapies sophistiquées, mais également bassins et hauts lieux de transmission de certaines maladies. Bien entendu, le rôle des lieux ne se limite pas à des aspects péjoratifs. Le concept de paysage thérapeutique (Gesler, 1992) affirme au contraire que certaines villes, pôles de soins, etc. peuvent présenter en eux-mêmes des vertus thérapeutiques. Les lieux saints ont ainsi servi de cadre de recherche, Epidaure, Lourdes (Gesler, 1996) ; tout comme les lieux bénéficiant de ressources thermales (Bath en Angleterre) (Gesler, 1998). Renouvelant cette perspective, d'autres équipes se sont orientées vers la prise en compte des bâtiments des hôpitaux ou cliniques de la médecine allopathique, montrant que leur design, la composition des lieux, pouvaient être crédités d'un sens plus ou moins favorable pour les malades qui les fréquentent (Gesler, Bell, Curtis, Hubbard, Francis, 2004).

Les risques systémiques

12Alors que certains risques pour la santé sont localisés et concentrés en certains lieux, ils sont aussi influencés, et parfois amplifiés, par des processus qui opèrent à d’autres échelles géographiques. Les gouvernements nationaux et régionaux, par exemple, produisent et reproduisent des espaces à risques par leurs politiques qui sont elles-mêmes influencées par des phénomènes internationaux ou globaux. Ainsi, certains auteurs considèrent que l’OMS cherche à dicter un modèle impérialiste de gouvernance des corps lorsqu’elle propose des nouvelles stratégies de santé publique, anti-tabac, anti-alcool, anti-graisses, etc. (Brown, Bell, 2008). D’autres moins inquiets font remarquer que les adaptations locales prouvent que ce genre de message n’est pas si intangible et qu’il faut faire confiance aux populations pour qu’elles s’approprient les innovations (Gobatto, 2003). Cette interdépendance des processus globaux et locaux dans la production des risques pour la santé des populations est illustrée à la figure 1. Cette figure doit être lue de façon non-linéaire : les diverses composantes des environnements institutionnels, socioculturels, économiques et naturels s’influencent mutuellement, tout comme les composantes opérant aux divers niveaux d’influence.

Figure 1. Influence et interdépendance des processus locaux, nationaux et globaux dans la production des risques pour la santé des populations (adaptée de Huynen, Martens, Hilderink, 2005)

Figure 1. Influence et interdépendance des processus locaux, nationaux et globaux dans la production des risques pour la santé des populations (adaptée de Huynen, Martens, Hilderink, 2005)

13Risque fort de conséquences, la récente crise financière, d’abord localisée dans quelques pays développés, s’est rapidement transformée en récession économique avec des répercussions tant globales que locales. Par exemple, les pays en développement risquent d’être affectés par la récession à travers la réduction de l’aide internationale, la perte de revenus expédiés par la main-d’œuvre expatriée et par une réduction de la demande de biens d’exportation (Horton, 2009). Dans les pays développés, les effets de la récession se font sentir de façon différentielle entre les groupes socio-économiques, ainsi les personnes les moins qualifiées, les jeunes et les hommes sont plus vulnérables en période de crise économique. Les risques engendrés par la récession économique se répartissent aussi inégalement dans l’espace ; les communautés rurales et défavorisées peuvent ne pas bénéficier d’une économie flexible permettant de mitiger le choc de la perte d’emplois et de revenus. La qualification limitée de la main-d’œuvre locale couplée à un accès limité à l’éducation et la formation contribue à accentuer cette vulnérabilité.

14Puisque la récession fait peser un risque pour la santé, certains auteurs ont, à l’inverse, souligné les aspects positifs de la croissance (Moore, Teixera, Shiell, 2006). Indiscutablement, la croissance économique soutenue des pays émergents a permis de réduire la part de l’extrême pauvreté et d’améliorer sensiblement le niveau de vie, deux macro-déterminants de la santé. En dépit de ce constat, plusieurs publications démontrent que la mondialisation économique contemporaine pouvait être considérée comme un processus péjoratif pour la santé (Chasles, 2010). Elle est, par exemple, soupçonnée de stimuler les flux de biens et de personnes et par conséquent d’accélérer le processus de diffusion des épidémies (sida, SRAS, dengue). Pourtant plus lentes, d’autres épidémies dans le passé (peste, choléra, grippe, rougeole) avaient eu des conséquences infiniment plus graves. Néanmoins, la mondialisation présente aussi des aspects positifs qui contribuent à limiter les risques pour la santé tels le suivi des crises sanitaires, les programmes globaux de lutte contre les maladies vectorielles, etc.

15Pour autant les décisions du niveau global sont souvent critiquées ; les activités de l’OMS, de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International ont souvent été dénoncées parce qu’elles avaient conditionné l’aide au développement à la condition de la mise en place de l’ajustement structurel. Celui-ci a, dès lors, été pointé comme le fait d’un super pouvoir, dépassant celui des États. Il est vrai que les États emprunteurs ont réduit les budgets nationaux de santé, élément accélérateur de la privatisation de l’offre de soins et du renchérissement de ses coûts. Mais au total, il serait vain d’opposer les instances globales et les États car aucune de ces entités ne parle d’une même voix. Ainsi, l’OMS n’a pas hésité, en son temps, à protester contre les conséquences de l’ajustement structurel. Tous les acteurs du champ sanitaire mondial, États, Organismes Internationaux, Organisations Non Gouvernementales, forment une nébuleuse en constante recomposition (Dixneuf, 2003). Ainsi, les luttes organisées dans un contexte global et destinées à ce que les produits sanitaires soient considérés comme des marchandises particulières, ont conduit l’Organisation Mondiale du Commerce à mettre en place des modalités spécifiques vis-à-vis des droits de propriété intellectuelle. Mais on observe que certains territoires (l’Union Européenne) en vue de défendre leur industrie, ne facilitent pas toujours la mise en œuvre de ces dispositions.

16En outre, il convient de ne pas négliger les « nouveaux risques globaux » en lien avec les changements climatiques, démographiques et urbains. Ils affecteront, au cours des prochaines décennies, la santé et le bien-être de milliards de personnes (Costello, Abbas, Allen, et al., 2009). Ces risques pour la santé, à la fois directs par le changement des patterns spatiaux des maladies, s’opèreront surtout de façon indirecte à travers les enjeux de l’insécurité alimentaire et reliée à l’accès à l’eau potable, les établissements humains, les évènements climatiques extrêmes, la croissance de la population et les migrations. La vulnérabilité des populations défavorisées sera accentuée par une plus grande exposition et sensibilité aux effets des changements climatiques et dans une capacité réduite d’adaptation. Au total, les effets de ces risques pour la santé incomberont davantage aux populations ayant le moins accès aux ressources mondiales et ayant le moins contribué aux changements climatiques.

  • 1 Santéisme : proposition de traduction du terme Healthiness qui correspond à une conscience aiguë, v (...)

17En conclusion de cette partie, il faut souligner à nouveau la contingence des interprétations vis-à-vis des risques. À tout progrès correspondent des « regrès », prétendait E. Reclus. Pour autant, avec tous ses contemporains, Karl Marx inclus, il a jugé que les découvertes scientifiques et l’industrialisation avaient plutôt amené un bénéfice. Aujourd’hui, les résultats des recherches épidémiologiques sont utilisés pour mettre en œuvre une politique de santé publique et la médicalisation, parfois critiquée dans certains excès, permet d'enregistrer des avancées positives qui réduisent les risques pour la santé, ce dont témoigne l'amélioration de l’espérance de vie en bonne santé. Ceci étant, ces avancées butent souvent sur les questions sociales mais parfois également sur la résistance des populations aux messages de prévention. Les notions, comme celle de plaisir entravent l'acceptabilité des pratiques de santé, ou mieux, du « santéisme1 » et réduit mal les attitudes de prise de risque, de consommation de substances illicites, de conduites addictives, voire enclenchent même des positions de rejet des discours de prévention. Ainsi en est-il de la perception de certains risques environnementaux. L’exemple de la perception des risques pour la santé des vagues de chaleur induit ainsi une prise de risque, plus ou moins consciente, de la part de personnes qui, pourtant « à risque » (les personnes âgées) ne se considèrent pas comme telles, et estiment pouvoir s’adapter à la hausse de la température sans nécessairement changer leurs habitudes ou environnement (Wolf, Adger, Lorenzoni, Abrahamson, Raine, 2010).

18Pour tenir compte de l’ambivalence des interprétations, la plupart des sciences sociales ont abordé la question des risques pour la santé sous l'angle de la perception que les individus ou des groupes en ont. Elles tentent ainsi d'expliquer des attitudes parfois jugées paradoxales, sous le strict angle cartésien. Ces travaux se sont consacrés aux relations de pouvoir et ont refusé d'essentialiser les risques comme catégorie absolue. Plutôt que la mesure de l'exposition aux risques, comme les épidémiologistes le proposent, les anthropologues, sociologues, psychologues, géographes ont insisté sur les distances sociales, invitant à considérer des « paysages à risque » vus comme autant de « cycles du risque » au cours de la vie des individus, selon leur identité, leur genre, leur société (Hart, 1999). En posant un regard sur les connaissances locales, ils ont réintroduit une lecture des réponses communautaires aux risques sanitaires et mis en avant la variabilité produite par le local et le rôle des lieux. C’est la raison pour laquelle toute la prochaine section présente cette approche culturelle du risque.

Théorie culturelle et dangers : donner du sens aux lieux à risque

19La théorie culturelle s'impose depuis plus de vingt ans comme un cadre d'analyse des déterminants du danger perçu et donc construit par les groupes humains en fonction de leur champ de valeurs et des symboliques qu'ils y associent.

20L'estimation du danger et les priorités d'action à mettre en œuvre varient donc considérablement ; certains risques deviendront médiatisés et de là politisés, au contraire de certains autres qui resteront oubliés, parfois intentionnellement (sang contaminé, amiante, médicaments dangereux). L'analyse perceptuelle s'oppose donc partiellement aux vues scientifiques qui avancent que les risques (R) résultent seulement du produit (P) de la probabilité d'exposition par (M) sa magnitude, soit R = PM. Les analyses sociales contestent cette vision dont la rigueur cache, selon elles, le caractère apolitique, alors qu'elles se basent explicitement sur les principes de rationalité économique (Tansey, O’Riordan, 1999). En effet, beaucoup de subjectivité morale et politique sert de soubassement à la détermination des hiérarchies des dangers dans un cadre se voulant sécuritaire. Certains auteurs (Rayner, 1992) proposent de remplacer l’équation conventionnelle par une autre : R =TLC, où (T) trust signifie confiance, (L) liability, responsabilité, et (C) consentement. La question principale devient donc : comment se construit la confiance des individus en des institutions qui, tout à la fois, créent et construisent les régulations contre les risques ? Les enjeux autour des valeurs, des croyances, des types d'individus, des types familiaux, se trouvent dès lors posés dans l'appréciation de la perception des risques et donc d'une multitude d'inégalités compliquant l'avènement de la démocratie participative.

21Chaque groupe humain, en définissant un ordre social, lui même producteur de hiérarchie, donne à voir également ses « valeurs symboliques », le choix des risques à craindre en fait totalement partie. Ainsi, le travail de Mary Douglas, à l'origine de la théorie culturelle du risque, constitue un point de référence puisque, partant des pollutions et des dangers pris en compte par certaines communautés ougandaises, elle en vint à montrer que les tabous n'ont rien d'irrationnel puisqu'ils ont l'avantage de permettre de reproduire un ordre social, acceptable collectivement. Danger et opprobre sociale se lient intrinsèquement, de sorte qu'hier comme aujourd’hui des groupes comme les pauvres, les étrangers, ont eu et auront à souffrir du poids de la responsabilité des pathologies pour lesquelles on ne connaissait ou ne connaît encore aucune autre forme d'intelligibilité (Douglas, Calvez, 1990). La même stratégie de protection des valeurs, destinée à restaurer un ordre tolérable, persiste toujours. Mary Douglas travaillant sur le sida, a souligné que les personnes à risques étaient souvent confondues avec des personnes considérées comme immorales (prostituées, homosexuels, drogués). Or, tous les territoires n'ont pas mis le même temps à les reconnaître tout simplement en tant que malades. Cette période de latence entre « l'acceptation de l'inacceptable » (Steffen, 2001), puis la mise en œuvre de mesure de protection expliquent beaucoup les différentiels de prévalence entre les territoires. Et finalement, au-delà du premier risque de transmission de la maladie (les groupes à risques des épidémiologistes), s'ajoute celui de vivre dans une communauté, un État, un territoire qui, par ses valeurs, dénie complètement ou ne parvient pas à rendre visible une frange de population, qu'il faut pourtant bien « reconnaître » pour organiser prévention et prise en charge.

22Kasperson (1992) a tenté de réconcilier les deux approches antagonistes, la perception et la mesure du risque, en proposant la théorie de « l'amplification sociale du risque ». En effet, les experts, dans leurs rapports, peuvent parfois estimer un risque faible alors qu'il émergera socio-politiquement, plus ou moins porté par des groupes contestataires. On se souvient que le cas de l'encéphalite spongiforme bovine et de la nouvelle forme de la maladie de Creutzfeldt Jacob a autorisé, de la part des scientifiques, tous les avis, des plus alarmistes aux plus rassurants. Une étude empirique des pratiques des médecins de famille illustre bien le hiatus entre leur attitude personnelle, engagée à 40 % seulement dans un changement alimentaire, et les conseils de modification proposés à 90 % de leurs patients (Raude, Fischler, Lukasiewicz, Setbon, Flahault, 2004).

23On trouve la même amplification du risque au moment où les vaccins courants contre la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR) ont été suspectés (au Royaume-Uni) de produire plus d'inconvénients que d'avantages. Le rejet des vaccins par une minorité se basait sur une suspicion d'aggravation du risque d'autisme. Les experts estimaient, quant à eux, que le succès de la vaccination ayant fait perdre la mémoire de la maladie, l'acceptabilité des effets secondaires reculait sensiblement (Petts, 2006). De la même façon, Maurice Tubiana (1998) note, qu’en France, la focalisation excessive du public sur les possibles effets secondaires du vaccin contre l’hépatite B a conduit à interrompre la campagne de vaccination. On aurait ainsi renoncé à prévenir 10 000 hépatites, dont une centaine mortelles, pour éviter des cas de scléroses en plaques. Ces questions sont appelées à se multiplier avec le développement des techniques médicales de dépistage permettant de prévoir les dangers potentiels auxquels les individus seront peut-être exposés au cours de leur vie. Les professionnels de santé se trouvent alors face « au dilemme du messager ». Lors de consultations génétiques, ils courent le risque d'amplifier un phénomène statistique comme lorsqu'ils peuvent être amenés à prévenir des personnes d'un éventuel facteur de risque de cancer héréditaire et qu'ils créent de ce fait une spirale anxiogène (Adelswärd, Sachs, 2003). Tout comme les professionnels de la santé, les instances sanitaires peuvent, elles aussi augmenter l’ampleur d’un risque pour la santé. La virulence de l’épisode de grippe porcine de l’hiver 2010 avait vraisemblablement été surestimée par l’OMS et beaucoup d’instances nationales ont mis en place de coûteux protocoles de vaccination, en général mal accueillis par les populations, qui leurs sont aujourd’hui reprochés. L’Union Européenne demande désormais des comptes, soupçonnant une collusion entre les experts de l’OMS et les laboratoires fabriquant les vaccins.

24Toutes les interventions dans le champ sanitaire se trouvent ainsi gênées par l'asymétrie des connaissances entre les experts qui organisent les opérations de prévention et les personnes qui les perçoivent comme un acte autoritaire, car elles ne les comprennent pas complètement. En dépit de ce genre de critiques adressées très tôt aux hygiénistes et à leur modèle opératoire très autoritaire, force est de reconnaître qu'ils sont parvenus, en leur temps, à endiguer une bonne partie des maladies transmissibles. Désormais, ces méthodes quasi policières étant peu admissibles, les psychologues proposent d'améliorer l'efficacité des messages de prévention en montrant que l'acceptabilité des protocoles anti-risques pour la santé, dépend des types d’individus (fatalistes, hiérarchiques, individualistes, égalitaristes (Douglas, 1978)) plus ou moins enclins à faire confiance aux institutions (Tansey, O’Riordan, 1999, op. cit.) (Tableau 1).

25Les fatalistes, comme les individualistes, demeurent relativement pessimistes à l'égard de la capacité de prise en charge des risques par la Santé Publique. Mais alors que les fatalistes adoptent une attitude passive face aux risques, persuadés de ne pas y échapper quoi qu’ils fassent, les individualistes, quant à eux, tentent d’anticiper le savoir officiel en étant attentifs aux dernières innovations. Les hiérarchiques, à l'inverse, attendent comme un droit, une information juste de la part des institutions. Ils respectent le savoir scientifique institutionnel produit par les savants légitimés par les autorités et feront confiance aux campagnes de prévention, comme celles qui ont présenté le sida comme une maladie transmissible mais non contagieuse. De même, ils continueront à manger du bœuf tant que les autorités ne l’interdiront pas. En revanche, ils se méfieront de conclusions comme celles de l’épidémiologiste J.F. Viel, qui, en 1997, avait trouvé une proportion anormalement élevée de leucémies à proximité de l’usine de retraitement de déchets nucléaires de la Hague, car son étude avait été contredite par des rapports plus « officiels ». De même, en 1996, au début de la première crise de la vache folle, ils ne se sont pas fiés aux déclarations du microbiologiste R. Lacey, qui prévoyait jusqu’à 500 000 victimes par an, parce que celui-ci occupait une position marginale au sein de la communauté scientifique et que les experts plus « officiels » se refusaient alors à conclure à la transmissibilité du prion à l’homme.

Tableau 1. Déclinaison culturelle de la perception et de la gestion des risques

Formes d’organisations sociales

Individualisme

Isolement
Exclusion

Hiérarchie

Sectarisme égalitaire

Perception des risques

Crainte des risques globaux et individuels

Crainte des risques majeurs

Crainte des risques globaux

Crainte des risques irréversibles

Comportements à risques

Preneurs de risques « réfléchis » (entrepreneur)

Preneurs de risques « subis » (fataliste)

Averse aux risques

Averse aux risques majeurs

Conception du savoir

Confiance envers les savoirs officiels innovants

Confiance floue,
incertaine

Confiance envers le savoir scientifique institutionnel

Confiance envers le savoir alternatif

26Les égalitaristes espèrent des changements structuraux dans la société, plus de démocratie par exemple, pour améliorer la participation à la gestion des risques. De même, ils maintiennent une certaine méfiance à l’égard du savoir institutionnel et ont tendance à mobiliser leurs propres sources de savoir. Ainsi, pour l’estimation de la radioactivité autour de l’usine de la Hague, ils se fient à Greenpeace et non pas à l’entreprise responsable du retraitement des déchets radioactifs. Ils adopteront donc plus facilement des connaissances que la structure hiérarchique juge peu crédibles, telles les médecines alternatives. Mary Douglas et Marcel Calvez (1990, op. cit.) évoquent ainsi certaines communautés homosexuelles de Californie qui, dans les années 1980, pensaient qu’une nourriture saine et macrobiotique protégeait du virus du sida. Ces travaux montrent que la nature du contenu des messages de prévention contre les risques doit être adaptée et nuancée en fonction de ces différents points de vue pour prétendre à l'efficacité.

Discussion, conclusion

27Même s’ils n’occupent pas les premiers rôles, les travaux de recherche en sciences humaines et sociales sur les risques de santé contribuent à compléter les connaissances des épidémiologistes et des « experts » des sciences médicales. Ceux-ci, en effet, endossent une lourde responsabilité car leurs savoirs à fort contenu statistique permettent de construire des réponses d’urgence à des moments de grande incertitude. Naturellement, ils se trouvent en première ligne des critiques lorsque transparaît le gouffre de l’ignorance devant lequel eux-mêmes se retrouvent parfois. On se souvient des marges d’incertitude dans l’estimation du nombre des cas énoncés au début de l’épisode de la nouvelle forme de maladie de Creutzfeld-Jacob, des épisodes de SRAS, de la grippe porcine, du Chikungunya à la Réunion, de la canicule de 2003 en Europe. À leur décharge, il faut rappeler que même lorsqu’elles apportent des certitudes, les connaissances se trouvent exposées au bon vouloir des instances politiques et des populations, qui adhèrent plus ou moins rapidement à la mise en œuvre des mesures efficaces. On peut citer les États du monde qui ont dénié l’avènement du sida dans leurs pays. En Europe également, on a réagi à cette nouvelle maladie, en fonction des diverses cultures politiques, au prix d’incidence supplémentaire (Steffen, 2001, op. cit.).

28Au-delà du sous développement et plus généralement des difficultés sociales qui réduisent l’accès à l’information et aux médications, il persiste une marge d’interprétation selon les groupes de population pour apprécier les messages de santé. Ceci reflète certainement la fin de la croyance aveugle en la science, ce qui se comprend bien à la suite de certains scandales, comme celui du sang contaminé (Garett, 2000). Mais la dimension médiatique vient elle aussi interférer. Ben Goldacre (2009), dans un essai stimulant, soutient qu’il conviendrait de considérer la couverture médiatique de la santé comme un problème de santé publique. Il cite, lui aussi, la vague du refus de vaccination des jeunes enfants au Royaume-Uni. La couverture vaccinale ROR est ainsi passée de 92 % en 1996 à 73 % en 2008 et même à 38 % dans le centre de Londres, par crainte de rumeurs (relayées par le premier ministre de l’époque) imaginant un lien entre le vaccin et l’autisme. Lors de l’épidémie consécutive et inédite de 5000 cas d’oreillons en 2005, puis en 2006 et 2007 d’un millier de cas, il était frappant de constater que c’était surtout le sud-est du pays, le plus prospère (et particulièrement Londres) qui était touché. La conscience du risque de la non vaccination, même chez les personnes des groupes supérieurs de la société, se révèle donc inférieure à celle d’un péril qui n’a jamais été accrédité par aucune source sérieuse. Pire, les résultats des recherches ont été systématiquement ignorés par les médias puisqu’ils contredisaient la rumeur. On pourrait citer bien d’autres exemples qui montrent l’importance de la théorie culturelle du risque dans sa capacité d’explication de ce qui semble irrationnel. Pour autant, il ne faudrait pas limiter le rôle des sciences humaines et sociales à cette dimension de clarification des cas qui échappent à la science « dure ».

  • 2 Rapport Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), 2003.

29Pour les risques de santé des populations, les géographes de la santé ont ainsi contribué à prouver que les variables de milieux constituaient des déterminants importants, même si les caractéristiques individuelles le sont davantage (Curtis, 2004). En pratique, cela signifie que les politiques de santé publique qui hiérarchisent les risques et mettent en place les parades collectives pour protéger les personnes, ne doivent pas seulement agir au niveau individuel. Négliger milieux et lieux conduit à oublier les variables contextuelles d’inégalités de santé. À ce titre, beaucoup de rapports pointent désormais vers la nécessité des actions à l’échelle micro des quartiers2. Mais aucun niveau n’existe sans les autres, de l’individu, au local ou au global. Il convient de toujours se resituer dans un système d’interventions multi scalaire, qui combine actions au niveau individuel mais aussi interventions à une échelle « macro » visant à modifier les politiques sociales et sanitaires.

Haut de page

Bibliographie

ADELSWÄRD V., SACHS L. (2003), The messenger dilemmas, giving and getting information in genealogical mapping for heriditary cancer, Health, Risk and Society, vol. 5, pp. 125-138.

ANDREWS N.J., FARRINGTON C.P., WARD H.J.T., et al. (2003), Deaths from variant Creutzfeldt-Jakob disease in the UK, The Lancet, n° 361, pp. 751-752.

BARRY J., BREEN N. (2005), The importance of place of residence in predicting late-stage diagnosis of breast or cervical cancer, Health and Place, vol. 11, pp. 15-29.

BECK U. (1992), Risk Society : Towards a new modernity, London, Sage.

BROWN T., BELL M. (2008), Imperial or post colonial governance ? Dissecting the genealogy of a global public health strategy, Social Sciences and Medicine, vol. 67, pp. 1571-1579.

CHAIX B. (2009), Geographic Life Environments and Coronary Heart Disease : A Literature Review, Theoretical Contributions, Methodological Updates, and a Research Agenda, Annual Review of Public Health, vol. 30, pp. 81-105.

CHASLES V. (2010), Mondialisation et santé, Lyon, Éditions de l’Université J. Moulin, Lyon 3.

Commission on the Social Determinants of Health (2008), Final report : Closing the gap in a generation : Health equity through action on the social determinants of health, Geneva, World Health Organization.

COSTELLO A., ABBAS M., ALLEN A., et al. (2009), Managing the health effects of climate change, The Lancet, n° 373, pp. 1693-1733.

COUSENS S., SMITH P.G., WARD H., et al. (2001), Geographical distribution of variant Creutzfeldt-Jakob disease in Great Britain, 1994–2000, The Lancet, n° 357, pp. 1002-1007.

CRED (2008), EM-DAT : the OFDA/CRED international disaster database. Site de l’Université Catholique de Louvain consulté en 2008, http://www.cred.be/emdat. (cité par P. Texier).

CROUCH D. (1986), Science and trans-science in radiation risk assessment : Child cancer around the nuclear fuel reprocessing plant at Sellafield U.K, Science of the Total Environment, vol. 53, pp. 201-216.

CURTIS S. (2004), Health and inequality, London, Sage.

DIXNEUF M. (2003), « La santé publique comme observatoire de la mondialisation », in M. Laroche, Mondialisation et gouvernance mondiale, Puf.

DOUGLAS M. & CALVEZ M. (1990), The self as risk taker : a cultural theory of contagion in relation to AIDS, The Sociological Review, vol. 38, pp. 445-464.

DOUGLAS M. (1978), Cultural Bias : Royal Anthropological Institute, Occasional Paper, n° 35.

DOVEY K., FITZGERALD J., CHOI Y. (2001), Safety becomes danger : dilemmas of drug-use in public space, Health and place, vol. 7, pp. 319-331.

DURKHEIM E (1993), Suicide : A study in sociology (Le suicide : Étude de sociologie (1897)), Routledge, London.

FORSYTH A., BARNARD M. (2000), Preferred drinking location of Scottish adolescents, Health and Place, vol. 6, pp. 105-115.

GARETT L. (2000), The betrayal of trust, the collapse of global public health, Hyperion.

GATRELL C. A.(2002), Geographies of Health, an introduction, Oxford, Wiley-Blackwell.

GESLER W. (1992), Therapeutic landscapes : medical geographic research in light of the new cultural geography, Social Sciences and Medicine, vol. 34, pp. 735-746.

GESLER W. (1996), In Lourdes : healing in a place of pilgrimage, Health and Place, vol. 2, pp. 95-105.

GESLER W. (1998), « Bath's reputation as a healing place », in R. Kearns and W. Gesler (eds.), Putting health into places : Landscape, Identity and Well-Being, Syracuse, NY, Syracuse University Press, Chapter 2, pp. 17-35.

GESLER W, BELL M., CURTIS S., HUBBARD P., FRANCIS S. (2004), Therapy by design : evaluating the UK hospital building program, Health and Place, vol. 10, pp. 117-128.

GIDDENS A. (1990), The consequences of modernity, Cambridge, Polity Press.

GILBERT C. (2003), Risques collectifs et situations de crise. Apports des sciences humaines et sociales, L’Harmattan.

GOBATTO I. (2003), Les pratiques de santé dans un monde globalisé, Karthala.

GODARD O., HENRY C., LAGADEC P., KERJEAN E.-M. (2002), Traité des nouveaux risques. Précaution, crise assurance, Folio Actuel.

GOLDACRE B. (2009), Bad Science, Harper Collins.

HART G. (1999), Risk and health ; challenges and opportunity, Health, Risk and Society, vol. 1, pp. 7-10.

HORTON R. (2009), The global financial crisis : An acute threat to health, The Lancet, n° 373, pp. 355-356.

HUYNEN M.M.T.E., MARTENS P., HILDERINK H.B.M. (2005), The health impacts of globalisation : a conceptual framework, Globalization and Health, vol. 1, p. 14.

KASPERSON R. (1992), « The social amplification of risk : progress in developing an integrative framework », in S. Krimsky and D. Golding (eds), Social Theory of Risk, Wesport, Praeger.

KEMSHALL H. (2002), Risk, social policy and welfare, Buckingham, Open University Press.

KIM D. (2008), Blues from the neighborhood ? Neighborhood characteristics and depression, Epidemiologic Reviews, vol. 30, pp. 101-117.

LIANG W., McLAWS M.-L., LIU M., MI J., CHAN, D. (2007), Hindsight : a re-analysis of the severe acute respiratory syndrome outbreak in Beijing, Public Health, n° 121, pp. 725-733. 

LUPTON D. (1999), Risk, London, Routledge.

MACINTIRE S., ELLAWAY A., & CUMMINS S. (2002), Place effects on health : how can we conceptualise, operationalise and measure them ?, Social Science & Medicine, vol. 55, pp. 125-139.

MACKENBACH J.P. (2005), Health inequalities : Europe in profile. An independent, expert report commissioned by the UK Presidency of the EU, Rotterdam, Erasmus MC University Medical Center.

MAIR C., DIEZ ROUX A.V., GALEA S. (2008), Are neighbourhood characteristics associated with depressive symptoms ? A review of evidence, Journal of Epidemiology and Community Health, vol. 62, pp. 940-921.

MARMOT M., ROSE G., SHIPLEY M., HAMILTON, P.J.S. (1978), Employment grade and coronary heart disease in British civil servants, Journal of Epidemiology and Community Health, vol. 32, pp. 244-249.

MAYER J.D. (2010), « Medical Geography », in T. Brown, S. McLafferty, G. Moon, A companion to health and medical geography, Oxford, Wiley-Blackwell.

MOON G. (2000), Risk and protection : the discourse of confinement in contemporary mental health policy, Health and Place, vol. 6, pp. 239-250.

MOORE S., TEIXERA A., SHIELL A. (2006), The health of nations in a global context : trade, global stratification and infant mortality rates, Social Sciences and Medicine, vol. 63, pp. 165-178.

PARKIN D.M., BRAY F.L. (2006), « International patterns of cancer incidence and mortality », in D. Schottenfield, J.F. Fraumeni (eds.), Cancer epidemiology and prevention, Oxford, Oxford University Press.

PETTS J. (2006), Health risk communication and amplification : learning from MMR vaccine controversy, Health, Risk and Society, vol. 6, pp. 7-23.

PROST A. (2000), Maladies infectieuses : nouveau destin, nouveaux concepts, Espace Populations Sociétés, n° 2, pp. 159-165.

RAUDE J. FISCHLER C., LUKASIEWICZ E., SETBON M., FLAHAULT A. (2004), GP's and the social amplification of BSE related risk : an empirical study, Health, Risk and Society, vol. 6, pp. 173-185.

RIVA M., GAUVIN L., BARNETT T.A. (2007), Toward the next generation of research into small area effects on health : a synthesis of multilevel investigations published since July 1998, Journal of Epidemiology and Community Health, vol. 61, pp. 853-861.

RAYNER S. (1992), « Cultural theory and risk analysis », in S. Krimsky and D. Golding (eds.), Social Theory of Risk, Wesport, Praeger.

ROSE G. (1992), The strategy of preventive medicine, Oxford, Oxford Univesity Press.

SABEL C., BOYLE P.J., LÖYTÖNEN M., et al.(2003), Spatial clustering of amyotrophic lateral sclerosis in Finland at place of birth and place of death, American Journal of Epidemiology, n° 157, pp. 898-905.

SNOW J. (1855), On the Mode of Communication of Cholera (2nd ed.), London, John Churchill.

STAFFORD M., BARTLEY M., MITCHELL R., MARMOT M. (2001), Characteristics of individuals and characteristics of areas : investigating their influence on health in the Whitehall II study, Health and Place, vol. 7, pp. 117-129.

STEFFEN M. (2001), Les États face au sida en Europe, Presses Universitaires de Grenoble.

TANSEY J., O’RIORDAN T. (1999), Cultural theory and risk : a review, Health, Risk and Society, vol. 1, pp. 71-90.

TEXIER P. (2006), Vulnérabilité et réduction des risques liés à l’eau à Jakarta, Thèse de Géographie.

THOURET J.-C., LÉONE F. (2003), « Aléas, vulnérabilités et gestion des risques naturels », in V. Moriniaux (éd.), Les Risques, Nantes, Éditions du temps, (cité par P. Texier).

TUBIANA M. (1998), « Le risque et la santé », in Tubiana & al., Risque et Société, Édition Nucléon.

VALLÉE J., CADOT E., GRILLO F., et al. (2010), The combined effects of activity space and neighbourhood of residence on participation in preventive health-care activities : The case of cervical screening in the Paris metropolitan area (France), Health and Place, vol. 16, pp. 838-852.

WAKEFIELD S., ELLIOTT S., COLE D., EYLES J. (2001), Environmental risk and (re)action : air quality, health, and civic involvement in an urban industrial neighbourhood, Health and Place, vol. 7, pp. 163-177.

WOLF J., ADGER W.N., LORENZONI I., ABRAHAMSON V., RAINE R. (2010), Social capital, individual responses to heat waves and climate change adaptation : An empirical study of two UK cities, Global Environmental Change, vol. 20, pp. 44-52.

Haut de page

Notes

1 Santéisme : proposition de traduction du terme Healthiness qui correspond à une conscience aiguë, voire exagérée, des risques sanitaires et des moyens de les contrecarrer.

2 Rapport Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS), 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Influence et interdépendance des processus locaux, nationaux et globaux dans la production des risques pour la santé des populations (adaptée de Huynen, Martens, Hilderink, 2005)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Vaguet, Mylène Riva et Virginie Chasles, « Les risques pour la santé : spatialités et contingences », Espace populations sociétés, 2011/1 | 2011, 19-31.

Référence électronique

Alain Vaguet, Mylène Riva et Virginie Chasles, « Les risques pour la santé : spatialités et contingences », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4309 ; DOI : 10.4000/eps.4309

Haut de page

Auteurs

Alain Vaguet

Université de Rouen
UFR Lettres et Sciences Humaines
Département de Géographie
Rue Lavoisier
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
alain.vaguet@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Mylène Riva

Durham University
Department of Geography
Science LaboratoriesInstitute of Hazards, Risk and Resilience
South Road, DURHAM
DH1 3LE Royaume-Uni
mylene.riva@durham.ac.uk

Articles du même auteur

Virginie Chasles

UFR de Géographie et Aménagement du territoire
Laboratoire EA 4129 Santé Individu Société
Université Jean Moulin Lyon 3
15, quai Claude Bernard
69007 Lyon
chaslesvirginie@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org