Navigation – Plan du site

Editorial

Alain Vaguet et Mylène Riva
p. 3-7

Texte intégral

1Ce numéro, organisé autour de trois mots-clefs familiers, n’a pas pour vocation de répondre aux lancinantes questions évoquées dans la presse ; le téléphone portable présente t-il un danger pour la santé des personnes utilisatrices ? Les populations voisines des centrales nucléaires doivent-elles craindre pour leur bien-être ?… Ces interrogations et bien d’autres, tout aussi compliquées à résoudre, nous rappellent que tout n’est pas sous contrôle et qu’il reste dans les sciences les plus dures une marge d’inconnu avec laquelle il faut pourtant vivre. Cette marge, c’est la différence bien connue entre le risque, à partir duquel on peut évaluer la probabilité d’occurrence d’un phénomène péjoratif pour la santé et l’incertitude sur laquelle les savoirs ne peuvent conclure. On ne doit donc pas omettre de rappeler la part d’ignorance dans ce domaine et la fragilité qui en résulte, au titre individuel et collectif. Mais force est de saluer l’accumulation de connaissances sur les risques liés à la santé. La seule liste des dangers présentant un lien entre environnement et santé nécessite de véritables dictionnaires [Gérin et al., 2003]. L’énorme corpus issu de toutes ces avancées contribue à l’allongement de l’espérance de vie. Progrès régulier et parfois spectaculaire mais qui reste à mieux partager.

2Pour notre propos, calé sur une perception issue des sciences sociales, la problématique des risques pour la santé se présente ici comme une introduction à la prise en compte de la variabilité de ces dangers dans l’espace, les territoires et les lieux. Tous ces concepts placent en avant les universelles segmentations socio-spatiales, souvent peu prises en compte, alors qu’elles portent des vulnérabilités différenciées et des inégalités récurrentes.

3Dans les recherches en sciences sociales sur les risques pour la santé, on s’éloigne dorénavant d’un modèle strictement déterministe et individualiste pour mettre l’accent sur les conditions socio-environnementales des milieux de vie comme facteurs de risque pour la santé. Ces milieux sont dorénavant perçus comme des espaces à risque, espaces dans lesquels varient les expositions et les risques pour la santé (Curtis, 2004). L’approche géographique en restitue toute l’importance dans la mesure où elle conjugue la composante socio-environnementale et la composante populationnelle. Dès lors, la construction, la perception et l’interprétation des risques se façonnent différemment entre divers groupes et divers territoires. Pour illustrer cette perspective plutôt géographique mais pas uniquement, ce numéro spécial d’Espace Populations Sociétés propose une série d’articles qui explorent les dimensions spatiales, sociales et perceptuelles des risques de santé en sociétés.

  • 1  A. Vaguet, M. Riva, V. Chasles : Les Risques pour la Santé. Spatialités et contingences.

4Cette publication s’ouvre sur un article de cadrage discutant, sous forme de note bibliographique, la spatialité et la contingence des risques pour la santé1. Certains processus opèrent au niveau international ou global, ils influencent les variations géographiques des risques pour la santé, par exemple les changements économiques, la globalisation des transports et les changements climatiques. Ces risques peuvent avoir une influence directe sur la santé, par exemple en facilitant la diffusion de maladies et leurs vecteurs, changeant du coup les modèles spatiaux des maladies. Mais ils peuvent aussi influencer la santé de façon indirecte en agissant, par exemple, sur des déterminants plus locaux de la santé, tels les opportunités d’emploi, l’accès à l’eau potable, à des aliments de qualité, aux services de santé, etc. Or, les variations géographiques des risques pour la santé relèvent bien souvent de l’interaction entre des processus globaux et locaux.

  • 2  M. Donnat, B. Gozalvez-Kreuzer, Y. Roca, A. Conde Cosme, J. Choque Rios, J.-P. Hervé, P. Handschum (...)

5Cette interaction entre divers niveaux d’influence dans la prise en compte des risques sanitaires est explorée par M. Donnat et ses collaborateurs à travers leur analyse de la distribution spatiale de la dengue dans la ville de Santa Cruz de La Sierra, en Bolivie. Le développement, la dynamique urbaine et la croissance démographique se conjuguent pour expliquer la primauté de cette ville relativement à cette maladie2. Mais, les auteurs démontrent également que le risque épidémiologique est réparti de façon inégale dans le cadre urbain. Malgré les mobilités quotidiennes, susceptibles de diffuser la dengue, de façon contre intuitive, celle-ci se concentre dans les quartiers centraux plus favorisés, alors que les populations situées en périphérie sont plus faiblement exposées à la maladie. Il s’en suit une discussion sur l’implication de ces résultats pour l’articulation d’une politique publique de l’amélioration du cadre de vie. Celle-ci devrait s’accompagner d’une politique active de lutte vectorielle, jumelée à des moyens de dépistage et de surveillance de la maladie par les structures de soins.

  • 3  O. Telle : Le système indien de surveillance des maladies infectieuses face au risque denguien : c (...)

6Dans la même veine, l’article de Telle illustre le rôle des structures sanitaires dans la lutte contre la même maladie, en proposant une revue critique du système de surveillance du risque denguien en Inde3. L’auteur discute du rôle de l’État central (et de la Fédération d’États) dans le fonctionnement du système de soins et donc de celui de la surveillance de la maladie. Lorsque ces derniers sont déficients, ils deviennent à leur tour de nouveaux facteurs de risque de la diffusion de la maladie. L’article souligne ainsi l’ampleur des inconvénients qui peuvent naître de la faillite du dépistage. Cette question de la fiabilité des données prend ici un sens très aigu, puisque les États mal renseignés combattent à l’aveugle une maladie pour laquelle ils ne disposent pas d’informations crédibles. Cette situation, dangereuse sur le plan épidémiologique, se double d’une grave question d’inégalité de traitement entre citoyens. De fait, les lieux du plus grand contrôle territorial et les plus accessibles risquent de confisquer toutes les attentions, aux dépens des autres.

7Alors que l’accessibilité et l’utilisation des infrastructures sanitaires, tant curatives que préventives, constituent bel et bien un déterminant qui influence la santé, des disparités dans leur distribution spatiale et leur accès deviennent des facteurs de risque pour la santé ; cette situation est examinée dans deux articles.

  • 4  J. Vedom, H. Cao : Health care access and regional disparities in China.

8Dans un premier temps, J. Vedom et H. Cao explorent les inégalités géographiques, démographiques et financières dans l’accès aux soins de santé en Chine4. Pour ce faire, les auteurs utilisent des données longitudinales pour caractériser les changements dans l’accessibilité des ménages aux hôpitaux et cliniques entre 1989 et 2004 dans les provinces de l’est du pays. Ils démontrent qu’au cours de la période, les inégalités en matière d’accessibilité financière aux soins ont augmenté, en dépit d’une amélioration de leur accessibilité géographique. Néanmoins, l’importance des facteurs géographiques dans l’accès aux soins (disponibilité, mode de transport, région, par exemple) indépendamment des facteurs démographiques et financiers des ménages, suggèrent un lien entre les disparités régionales de l’accès aux soins et les inégalités de santé en Chine.

  • 5  É. Rémy, P. Handschumacher, J. Cinqualbre : L’inégalité d’accès à un service hautement spécialisé (...)

9Dans le second article, É. Rémy, P. Handschumacher et J. Cinqualbre explorent les disparités spatiales du recours à la transplantation hépatique, pour déterminer s’il existe une couverture sanitaire uniforme pour ce service hautement spécialisé dans la région française de l’Alsace-Lorraine5. Les auteurs soulignent que, malgré la politique de santé publique qui vise la mise en place d’une couverture sanitaire uniforme sur l’ensemble du territoire français depuis 1996, des fortes disparités perdurent.

  • 6  C. Lucarelli, B. Boschetto : Psychological health risks for workers in Italy.

10Outre les milieux géographiques de vie, l’environnement de travail est aussi de plus en plus considéré comme un espace à risque. À la fois par l’exposition des travailleurs à des facteurs carcinogènes ou autres contaminants et accidents qui influencent la santé physique mais aussi par l’organisation du travail qui génère le stress et influence le bien-être psychologique des travailleurs. Utilisant des données récentes de l’Enquête sur les forces de travail en Italie, C. Lucarelli et B. Boschetto proposent un regard sur les risques pour le bien-être psychologique présents dans les milieux de travail, notamment sur des facteurs de risque tels qu’une charge de travail excessive, la discrimination, l’intimidation, le harcèlement et les menaces de violence6. Les auteurs observent que plus d’un travailleur italien sur cinq est exposé à des conditions anxiogènes dans son environnement occupationnel, ces conditions étant associées au niveau de stress rapporté par les travailleurs.

  • 7  B. Rouland, A.-C. Hoyez : Risques sanitaires et sociaux chez les travailleurs agricoles immigrés d (...)

11L’expression des expositions et risques pour la santé dans l’environnement occupationnel est tout autant influencée par des processus multi-échelles. L’article de B. Rouland et A.-C. Hoyez aborde les liens entre risques de santé et immigration illustrés par la situation des travailleurs immigrés agricoles (principalement en provenance d’Afrique subsaharienne ou du Maghreb) dans la région d’Almeria en Espagne7. Cet article démontre les impacts locaux de la globalisation des marchés, cette dernière influençant non seulement la production alimentaire mais aussi la main-d’œuvre, la santé des travailleurs et leurs conditions de travail et de vie. Les auteures proposent une discussion critique des dynamiques et cumuls de risques sanitaires et sociaux auxquels les populations de migrants sont confrontées, notamment la ségrégation spatiale des travailleurs qui influence l’accès aux services de soins de santé et qui crée des situations d’isolement et de vulnérabilité. Les auteures notent que malgré la mise en place de structures de soins plus adaptées à la nouvelle dynamique populationnelle de la région, encore peu de mesures agissent sur les risques sociaux.

12Alors que les articles présentés précédemment traitent des espaces et populations à risque, les deux suivants nous rappellent que les risques de santé, tant individuels que collectifs, sont construits, perçus et interprétés différemment en sociétés.

  • 8  V. Chasles, B. Fervers : Expositions environnementales et cancers : risques perçus, risques réels.

13Dans un premier temps, V. Chasles et B. Fervers proposent un état des lieux des risques perçus et des risques réels quant aux interactions entre environnement et cancer. Elles démontrent que la perception des risques résulte du profil des individus et s’exprime différemment selon les espaces concernés8. Cette perception conduira certains acteurs profanes à s’approprier un domaine de recherche traditionnellement réservé aux experts. De plus, les auteures mettent l’accent sur les enjeux méthodologiques qui sont centraux aux débats scientifiques en lien avec les incertitudes de ce domaine de recherche. Comme elles le soulignent, la prise en compte des « représentations individuelles et collectives des risques environnementaux dans les démarches d’évaluation et de gestion des risques pour la santé, mais également dans l’information du public et la communication avec les populations […] » est primordiale.

  • 9  B. Évrard, D. Femenias, M. Bussi : Pêche a pied en sortie d’estuaire de Seine : expositions ordina (...)

14Ce dernier point est exemplifié dans l’article de B. Évrard, D. Féménias et M. Bussi à travers l’examen des activités de pêche à pied dans l’estuaire de la Seine au nord de la France9. Alors que les scientifiques estiment que la pêche aux moules dans l’estuaire et leur consommation posent un risque pour la santé (en raison de l’accumulation de contaminations chimiques et bactériologiques dans l’estuaire) et que la pêche à pied y est interdite à l’année, des pêcheurs sont régulièrement en activité sur différents sites. Les auteurs notent que la gestion différenciée du territoire, à travers des actions de prévention et de contrôle, induit la construction de différentes formes de déviances et d’indifférences de la part des pêcheurs. À travers des entretiens avec les pêcheurs, B. Évrard et ses collaborateurs démontrent comment la pêche aux moules est identifiée comme un risque collectif par les pouvoirs publics, et comment ce risque est ignoré ou disqualifié par les pêcheurs. Cet article illustre de façon concrète les difficultés rencontrées pour établir des « protocoles » de gestion des risques pour la santé, sur un territoire où s’opposent perceptions individuelles et efforts publics.

  • 10  Y. Vaguet : Risques sanitaires en Arctique russe.

15Ces dimensions spatiales, sociales et perceptuelles des risques de santé en sociétés façonnent le paysage sanitaire des pays tant développés qu’en développement, et démontrent comment des processus globaux se traduisent au niveau local tant dans la distribution des risques que dans les faits de santé. En guise de conclusion, l’article de Y. Vaguet reprend ces thèmes à travers une note bibliographique sur les risques sanitaires en Arctique russe10. Cet article met en question la vision dynamique de l’équilibre entre les populations humaines et leur milieu. L’auteure souligne que, dans une économie industrielle reposant largement sur l’extraction et la transformation des ressources naturelles, la santé occupationnelle devient un enjeu important, notamment en raison des lieux de travail hors normes. Il en va de même pour la pollution et/ou la consommation de substances dangereuses (consommation excessive d’alcool ou de drogues et consommation d’aliments contaminés). L’auteure note que la dislocation de l’URSS et la déstructuration des systèmes de soins sont autant d’expressions de la crise multi-scalaire, que connaît la Russie depuis plusieurs années, qui fragilise les individus et les groupes. Elle affecte leur situation économique et leur santé et augmente les disparités entre diverses communautés, notamment entre les populations allochtones et autochtones.

16Ce dernier article nous rappelle la vulnérabilité différenciée des populations face aux risques de santé. Ces populations les plus fragiles n’ont pas toujours bénéficié de la production des richesses et elles se concentrent bien souvent dans des régions n »ayant pas contribué directement à la production de ces risques.

17À la lumière des textes choisis pour ce numéro d’Espace Populations Sociétés, l’approche géographique de l’étude des risques de santé en sociétés traduit l’importance d’une approche systémique considérant l’adaptabilité, la résilience des populations et des espaces de vie aux changements socioéconomiques, culturels et environnementaux.

18Une revue anglophone de sociologie : Health, Risks and Society balise déjà ce champ que nous proposons aux lecteurs d’Espace Populations Sociétés. Faute d’avoir trouvé un meilleur titre, nous avons emprunté le leur, en le francisant, pour montrer en toute modestie, qu’en s’inscrivant dans son sillage, nous souhaitons aussi participer à la diffusion de ce genre de recherches, souvent pionnières et fécondes.

Haut de page

Bibliographie

CURTIS S. (2004), Health and inequality. Geographical perspectives, London, Sage.

GÉRIN M. et al. (2003), Environnement et Santé Publique, Fondements et Pratiques, Éditions TEC et Doc, Edisem.

Haut de page

Notes

1  A. Vaguet, M. Riva, V. Chasles : Les Risques pour la Santé. Spatialités et contingences.

2  M. Donnat, B. Gozalvez-Kreuzer, Y. Roca, A. Conde Cosme, J. Choque Rios, J.-P. Hervé, P. Handschumacher : La dynamique de la dengue à Santa-Cruz de la Sierra (Bolivie) entre paysages à risques et mobilités : appréciation des inégalités et gestion du risque.

3  O. Telle : Le système indien de surveillance des maladies infectieuses face au risque denguien : croyances, incertitudes et actions de luttes sur les espaces endémiques.

4  J. Vedom, H. Cao : Health care access and regional disparities in China.

5  É. Rémy, P. Handschumacher, J. Cinqualbre : L’inégalité d’accès à un service hautement spécialisé : le cas de la transplantation hépatique dans l’Est de la France.

6  C. Lucarelli, B. Boschetto : Psychological health risks for workers in Italy.

7  B. Rouland, A.-C. Hoyez : Risques sanitaires et sociaux chez les travailleurs agricoles immigrés dans la province d’Almeria (Andalousie, Espagne).

8  V. Chasles, B. Fervers : Expositions environnementales et cancers : risques perçus, risques réels.

9  B. Évrard, D. Femenias, M. Bussi : Pêche a pied en sortie d’estuaire de Seine : expositions ordinaires, déviances populaires et gestions hétérogènes.

10  Y. Vaguet : Risques sanitaires en Arctique russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Vaguet et Mylène Riva, « Editorial », Espace populations sociétés, 2011/1 | 2011, 3-7.

Référence électronique

Alain Vaguet et Mylène Riva, « Editorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2011/1 | 2011, mis en ligne le 04 octobre 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4300

Haut de page

Auteurs

Alain Vaguet

Université de Rouen
UFR Lettres et Sciences Humaines
Département de Géographie
Rue Lavoisier
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
alain.vaguet@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Mylène Riva

Durham University
Department of Geography
Science Laboratories
South Road
DURHAM DH1 3LE
Royaume-Uni
mylene.riva@durham.ac.uk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org