Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrage

Olivier Walther : Affaires de patrons, villes et commerce transfrontalier au Sahel

Berne, Peter Lang, 2008, 478 pages
Jérôme Lombard
p. 415-416
Référence(s) :

Affaires de patrons, villes et commerce transfrontalier au Sahel

Berne, Peter Lang, 2008, 478 pages

Texte intégral

1La mobilité des hommes dans l’espace est affaire de point de vue. Si nous jugeons que le « tout mobile » d’aujourd’hui est l’étalon pour évaluer la situation d’un pays ou d’une société, alors difficile de voir dans l’ouvrage d’O. Walther, traitant de l’agriculture et du commerce dans les confins du Bénin, du Niger et du Nigeria, un semblant de modernité. Car, dans cet opus, les hommes ne sont mobiles qu’à l’échelle de plusieurs décennies et sur de gigantesques distances. Il apparaît en outre que la mobilité d’une société se mesure autant à celle des marchandises qu’elle produit ou échange qu’à celle des déplacements des hommes.

  • 1 Propension qui fait penser à la « motilité » chère à V. Kaufmann. Cf. V. Kaufmann (2005), « Motilit (...)

2Nous oublions que le temps qui passe et qui dure compte et qu’il ne se réduit pas à l’immédiateté rendue possible, en Europe, par nos systèmes de transport, réclamée par nos envies et érigée en mode de vie universel, si ce n’est en référence. Il en va tout autrement dans ce Sahel décrit par O. Walther. Non pas que ses habitants ignorent ce qui se passe ailleurs ou n’aspirent pas à mieux se déplacer ou communiquer, plus rapidement et dans de meilleures conditions. Là n’est pas le propos de cet ouvrage remarquablement édité, fort bien illustré en figures, diagrammes et autres clichés pris par l’auteur lui-même, au cours de ses pérégrinations de thèse. Ce que dit O. Walther est tout autre et porte sur la capacité des sociétés humaines sahéliennes à être mobiles, quand il le faut et où il le faut1. Autrement dit, dans ces pays à l’économie fragilisée par les aléas climatiques, par les injonctions des bailleurs de fonds internationaux, par les errements des politiques étatiques, la ressource provient de la mobilité sur le temps long et sur de grandes distances.

  • 2 E. Grégoire (IRD) a été un des premiers à parler, dès les années 1980, des grands commerçants sahél (...)
  • 3 Un commerce semble-t-il en déclin, d’après les chiffres avancés par l’auteur (p. 325) et qui confir (...)

3Les meilleurs zélateurs d’un tel modèle sont les commerçants du sud du Niger, situés à proximité des frontières du Bénin et du Nigeria2. Ils dominent l’économie locale tout en faisant fonctionner des réseaux sociaux sur des centaines de kilomètres. Marchands peul, zarma, haoussa, songhay nigériens, igbo nigérians, libanais ou tunisiens, ils ont voyagé dans leur jeunesse pour découvrir le monde puis, installés dans les petites villes des espaces frontaliers (Gaya au Niger, Kamba eu Nigeria, Malanville au Bénin), ils sont devenus commerçants. Ils savent rebondir sur les difficultés locales, sur la conjoncture économique défavorable, sur les fermetures de frontières, sur les confits internationaux. Leur arme ? Le réseau de dépendants, les alliances avec les concurrents, les ententes sur les marchés, les accords avec les fonctionnaires locaux ou les protections au plus haut niveau. Ils commercent dans l’import-export depuis les ports du golfe de Guinée et achètent et revendent voitures d’occasion, fripes3, textiles, ciment, produits alimentaires, cigarettes, jusque dans les capitales du Burkina, du Mali et du Tchad, jusqu’au Sahara, jusqu’au Nigeria oriental, pourtant éloigné du triangle que décrit O. Walther mais plus accessible par le Nord Bénin. D’autres « patrons » profitent des avantages accumulés durant leur carrière de fonctionnaire ou de militaire effectuée en ville : ils investissent dans l’agriculture de rente, la canne à sucre, le riz irrigué, les légumes de contre-saison. Les réseaux à la tête desquelles chacun de ces « patrons » se positionne permet de faire circuler les produits d’un lieu à l’autre, du village à la ville, de pays en pays, en surfant sur les avantages que représente la proximité des frontières internationales.

  • 4 Cf. D. Retaillé (2005), « L’espace mobile », in B. Antheaume, F. Giraut, Le territoire est mort, vi (...)
  • 5 Cf. O.Walther, D. Retaillé (2008), « Le modèle sahélien de la circulation, de la mobilité et de l’i (...)

4Avec l’auteur, on peut penser que les limites territoriales ne sont pas données pour intangibles mais constituent des ressources proposées à des acteurs opérant par la mobilité et le déplacement à longue distance. Par conséquent, la notion d’« espace mobile »4, chère à D. Retaillé, co-directeur de thèse d’O. Walther, devient le point de départ de nouvelles façons de voir l’espace, à présent réceptacle « d’un système de lieux et de relations entre ces lieux »5. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage d’O. Walther que de montrer l’existence, dans le triangle Sud du Niger, d’un réseau de villes secondaires, à la « plasticité » (p. 424) façonnée par les migrations humaines et émergeant comme « espace d’un pouvoir régénérateur des morphologies urbaines, comme espace d’émancipation des cadets généalogiques et sociaux […] et surtout comme espace d’alternative à l’adversité » (id.).

  • 6 Cf. Bredeloup S., 1989, Négociants au long cours. Rôle moteur du commerce dans une région de Côte d (...)
  • 7 Cf. notamment notre récent travail sur les circulations et les réseaux de transports en Afrique de (...)

5Un autre intérêt majeur de ce travail provient de la capacité d’O. Walther à mettre en perspective processus de développement et pratiques de mobilité. Les bailleurs de fonds, financeurs massifs des économies locales, soutiennent les logiques des États, initiées à l’intérieur des frontières et dans lesquelles se moulent les ONG, les divers programmes d’aides, etc. On renforce les projets agricoles, les coopératives, les projets industriels alimentés par l’agriculture locale, mais on ignore les « négociants au long cours »6, accusés de tous les maux, à commencer par celui de fortifier le commerce informel. De même, le processus de décentralisation qui progresse un peu partout semble incapable d’affirmer le rôle des collectivités territoriales locales dans un monde en mouvement : il se résume à taxer les citadins mais n’entre pas ou difficilement en résonance avec la sphère commerçante. Or la mobilité des marchands transgresse en permanence les logiques des pouvoirs en place, non pour les faire disparaître mais pour les utiliser à leur profit, pour rebondir, pour croître. Ces acteurs innovent à leur façon et trouvent dans la mobilité, dans leurs réseaux, dans leur activité de commerce à plus ou moins grande distance, dans les systèmes de transport interurbains modernisés7, une façon de pratiquer l’espace, de rayonner sur des centaines de gens (dépendants, intermédiaires, « petites mains »), une façon de vivre tout simplement, qu’il faudra bien prendre en compte, un jour ou l’autre, dans les réflexions sur le supposé retard de l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 Propension qui fait penser à la « motilité » chère à V. Kaufmann. Cf. V. Kaufmann (2005), « Motilité, latence de mobilité et modes de vie urbains », in M. Bonnet, P. Aubertel (éd.), La ville aux limites de la mobilité, Paris, PUF, pp. 223-233.

2 E. Grégoire (IRD) a été un des premiers à parler, dès les années 1980, des grands commerçants sahéliens. Cf. Grégoire E. (1990), Les alhazai de Maradi (Niger). Histoire d’un groupe de riches marchands sahéliens, Paris, ORSTOM [Travaux et documents, n° 187].

3 Un commerce semble-t-il en déclin, d’après les chiffres avancés par l’auteur (p. 325) et qui confirmeraient nos observations réalisées dans l’ouest du continent. Cf. S. Brédeloup, J. Lombard (2008) : Mort de la fripe en Afrique ou fin d’un cycle ?, Revue Tiers Monde, n° 194, pp. 391-412.

4 Cf. D. Retaillé (2005), « L’espace mobile », in B. Antheaume, F. Giraut, Le territoire est mort, vive les territoires ! Paris, IRD, pp. 175-201.

5 Cf. O.Walther, D. Retaillé (2008), « Le modèle sahélien de la circulation, de la mobilité et de l’incertitude spatiale, Autrepart, n° 47, p. 110.

6 Cf. Bredeloup S., 1989, Négociants au long cours. Rôle moteur du commerce dans une région de Côte d'Ivoire en déclin, Paris, L’Harmattan.

7 Cf. notamment notre récent travail sur les circulations et les réseaux de transports en Afrique de l’Ouest. Cf. Choplin A., Lombard J., 2010, « Suivre la route ». Mobilités et échanges entre Mali, Mauritanie et Sénégal, Echogéo, 14 (http://echogeo.revues.org).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lombard, « Olivier Walther : Affaires de patrons, villes et commerce transfrontalier au Sahel », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 415-416.

Référence électronique

Jérôme Lombard, « Olivier Walther : Affaires de patrons, villes et commerce transfrontalier au Sahel », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/4282

Haut de page

Auteur

Jérôme Lombard

IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org