Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrage

Jean-Luc Roques : La fin des petites villes. Une modernité envahissante

Paris, L’Harmattan, 2009, 222 pages
Gilles Ferréol
p. 414
Référence(s) :

La fin des petites villes. Une modernité envahissante

Paris, L’Harmattan, 2009, 222 pages

Texte intégral

1Si la « petite ville », souligne à juste titre Franck Chignier-Riboulon dans sa préface, demeure « souvent associée, dans nos représentations collectives, à l’espace rural et aux relations avec les campagnes d’autrefois », « l’image d’une complémentarité, d’une qualité de vie, d’un mode de traditions et de proximité est toujours très présente dans l’esprit des habitants de grandes agglomé­rations (…), rappelant, parfois non sans raison, une sociabilité considérée comme perdue, bien que très probablement surévaluée » (p. 9).

2L’ouvrage se compose de huit chapitres, eux-mêmes structurés en deux parties. La première traite de la modernité expansionniste et triomphante : celle-ci, par le biais à la fois de l’urbanisation et de la métropolisation, des moyens de communication et d’échange, de l’individualisation et de nouveaux rapports sociaux, a exercé – notamment depuis la seconde moitié du 20ème siècle – de fortes pressions, a modifié pour une large part l’armature de la société et, dans ses franges les plus radicales, a fait œuvre de « fossoyeur », imposant la pensée rationnelle, l’idéal du progrès et la spirale de consommations et de loisirs standardisés, dénonçant pêle-mêle l’archaïsme, le clientélisme ou l’hypocrisie ambiante, montrant du doigt des entités moribondes en proie à la mesquinerie, à l’ennui ou aux querelles de clochers. La situation sur le terrain est en réalité plus complexe et fait apparaître des « logiques oscillatoires » (songeons aux couples attrait/résistance, adhésion/rejet, libération/aliéna­tion) qui, selon les circonstances, peuvent s’affronter, se superposer ou s’ignorer. On parlera ici, corrélativement à la montée de l’incertitude, de « tiraillements », d’« ambivalences » ou de « mouve­ments de balancier ».

3Une fois cet éclairage proposé, place à l’examen d’un certain nombre d’enjeux ou de dilemmes identitaires, en particulier : croître ou rester stable ; culture élargie ou spécifique ; hypermobilité ou enracinement ; accès poreux ou rigides. Sont ainsi évoqués, exemples à l’appui, les risques de crispation ou de désintégration, de dislocation ou d’atrophie, de déstabilisation ou de rétraction, de fragilisation ou de contraction. Le choix « entre la peste et le choléra » ne conduit-il pas dès lors, sinon à la fin, du moins au crépuscule de ces petites villes, contraintes d’arbitrer entre dilution et perte de repères d’un côté, fossilisation et repli communautaire de l’autre ?

4Une contribution, on l’aura compris, bien informée, de qualité et, ce qui ne gâte rien, agréablement rédigée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Jean-Luc Roques : La fin des petites villes. Une modernité envahissante », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 414.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Jean-Luc Roques : La fin des petites villes. Une modernité envahissante », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/4279

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté
LASA, laboratoire de socio-anthropologie, EA 3189)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org