Navigation – Plan du site
comptes rendus d'ouvrage

Mario Polèse, Richard Shearmur : Économie urbaine et régionale. Introduction à la géographie économique

Paris, Economica, 2009, (ISBN 978-2-7178-5733-7), 438 pages
Yves Boquet
p. 413-414
Référence(s) :

Mario Polèse, Richard Shearmur : Économie urbaine et régionale. Introduction à la géographie économique

Paris, Economica, 2009, (ISBN 978-2-7178-5733-7), 438 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage de deux enseignants-chercheurs du Centre Urbanisation Culture Société de l’INRS canadien (Montréal) se veut à la fois manuel destiné principalement, aux étudiants en sciences économiques, géographie et urbanisme, mais aussi essai de mise au point sur les relations entre espace géographie et structures économiques aux échelles de la ville et de la région.

2De lecture aisée, il est structuré en 11 chapitres regroupés en trois parties principales. Dans un premier temps, les auteurs analysent les fondements économiques de la ville, autour de quatre thèmes principaux : développement économique et urbanisation, espaces géographiques et coûts économiques, externalités et économies d’agglomération, ville et développement. On y trouvera des exposés clairs sur les origines économiques de l’urbanisation, l’urbanisation dans les pays en développement, les relations entre concentration économique, économies d’échelle et centralité géographique, ainsi qu’une réflexion, sous forme de questions, sur la taille optimale des villes et leurs impacts environnementaux.

3Dans un deuxième temps, “la région comme objet d’analyse économique”, M. Polèse et R. Shearmur présentent les modèles de développement économique régional, le développement polarisé et les disparités régionales, montrent l’importance des migrations et analysent les caractéristiques principales des politiques régionales et des politiques de développement local.

4Enfin, dans une troisième partie, consacrée à l’analyse des localisations de l’activité économique, ils se penchent successivement sur la localisation des activités économiques dans l’espace national, celle des activités et des populations dans l’espace métropolitain, et enfin sur les dynamiques spatiales des économies modernes.

5Les auteurs ont nourri leur réflexion de nombreux schémas et graphiques, mais le lecteur géographe est un peu déçu de voir aussi peu de cartes dans un ouvrage comprenant le mot “géographie” dans son sous-titre. Une copieuse bibliographie de 20 pages accompagne l’ouvrage, qui comprend aussi le choix heureux, pour un manuel, d’y associer un lexique abrégé des termes et concepts employés, un index analytique et un court index des auteurs mentionnés (essentiellement économistes et spécialistes de l’économie spatiale, peu de géographes contemporains).

6Les auteurs ont tenu leur objectif de présenter un livre clair, présentant et revisitant les modèles classiques de localisations des activités économiques (Von Thünen, Weber, Lösch, Christaller, Zipf) et analysant de façon lumineuse des questions comme la permanence des hiérarchies urbaines, les blocages structurels conduisant aux bidonvilles des pays en développement ou encore les facteurs de passage du secteur “secondaire” au secteur “tertiaire”. Les modèles mathématiques et équations sont en nombre limité.

7On pourra certes émettre quelques regrets : les exemples choisis sont trop exclusivement nord-américains (surtout québécois) et français, les autres régions du monde n’étant évoquées que bien épisodiquement. Peu de choses sur la Chine, encore moins sur l’Inde ou l’Amérique latine. Rien sur l’Afrique ou les espaces singuliers issus de l’économie pétrolière (Dubai ?). La mondialisation n’apparaît qu’assez tardivement, et des modèles comme celui d’Akamatsu (métaphore du vol d’oies sauvages) manquent aux réflexions sur les processus de décollage économique, alors que l’Asie est aujourd’hui le moteur de l’économie mondiale et que ses villes et régions se transforment à grande vitesse. Certains exemples, en particulier en début d’ouvrage, semblent ramener à une économie quelque peu surannée (la laine des moutons, le cordonnier, l’exemple récurrent de la boulangerie) mais heureusement l’économie Internet arrive quand même en cours d’ouvrage.

8En dépit de ces quelques remarques, et même s’il ne nous a pas semblé apporter d’éléments profondément novateurs c’est un ouvrage qui sera utile aux étudiants, car il assure un pont intéressant entre des problématiques familières aux économistes et d’autres qui sont communes aux géographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Mario Polèse, Richard Shearmur : Économie urbaine et régionale. Introduction à la géographie économique », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 413-414.

Référence électronique

Yves Boquet, « Mario Polèse, Richard Shearmur : Économie urbaine et régionale. Introduction à la géographie économique », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4277

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org