Navigation – Plan du site
Dossier pédagogique

Les mobilités internationales des étudiants marocains

The International Mobilities of Moroccan Students
Ronan Balac
p. 395-411

Résumés

La migration internationale, centrale dans le fonctionnement de la société marocaine aujourd’hui, est aussi le fait de Marocains partis réalisés un séjour d’études supérieures à l’étranger. Les étudiants expatriés représentaient en 2002 plus d’un étudiant marocain sur sept.

Ce dossier pédagogique se penche sur les sources administratives de la migration étudiante internationale : permettent-elles l’étude scientifique des mobilités marocaines ? Après avoir recensé les sources, reconnu leur accessibilité, examiné leurs limites et choisi un mode de questionnement, nous montrons qu’il est en effet possible et même précieux d’analyser ces recueils de données. Leur étude en lien avec les contextes des pays de départ et d’arrivée permet de décrire et de comprendre en partie les mobilités étudiantes. La finesse des bases de données les plus récentes, comme la base SISE construite par le ministère de l’Éducation nationale français, autorise l’étude des trajectoires universitaires. Ces données permettent d’observer la souplesse d’adaptation des Marocains aux changements des politiques des pays d’immigration et des transformations des marchés de l’emploi au Maroc et dans les pays d’accueils, et de reconnaître les ressorts familiaux qui les sous-tendent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  11 millions en 1960, plus de 30 aujourd’hui (figure 1).

1Le Maroc a connu ces 50 dernières années une transition démographique rapide dont le résultat le plus spectaculaire est sans doute le triplement de sa population1. Cette transition s’est accompagnée d’importantes mutations comme l’apparition de nouveaux emplois dans l’industrie et les services, une urbanisation accélérée, le développement de l’instruction et l’expression de nouveaux besoins et de nouveaux désirs d’ascension sociale. Mais, contrairement à d’autres pays des Suds qui ont connu le même schéma, ces transformations se sont en partie appuyées sur la migration internationale. Initialement masculine, temporaire et de travail, principalement tournée vers la France, ancienne métropole coloniale, la migration marocaine est devenue familiale, pérenne, tout en conservant et en développant constamment ses liens de part et d’autre de la méditerranée. La circulation marocaine et le poids de sa diaspora – un Marocain sur dix résiderait hors du pays en 2004 [Troin, 2006}] – ont stimulé le développement économique et influencé la société du pays.

2Les mobilités étudiantes ont activement participé à cette dynamique. Dès le lendemain de son indépendance, le Maroc devant se doter de cadres nombreux développa avec la France des accords de coopération et un système de bourses permettant à plusieurs milliers de Marocains de venir se former dans l’Hexagone [Simon 2000, Latreche 2000]. Ce cadre officiel fut, dans les années 1970 et 1980, rapidement dépassé par une émigration spontanée et de plus en plus intense de jeunes Marocains qu’expliquent en partie le gonflement démographique soudain et « l’explosion scolaire » du pays. La mobilité étudiante fut dès lors essentiellement organisée et financée par les familles marocaines elles-mêmes. À partir du milieu des années 1980, la mise en place des Plans d’Ajustement Structurel imposés par le FMI et la Banque Mondiale entraîna au Maroc une limitation drastique des emplois dans le secteur public. Cette politique eut pour effet d’accroître de façon considérable le chômage des jeunes et notamment celui des diplômés du supérieur [Gérard, 2008]. L’émigration marocaine pour études se poursuivit mais dans des conditions nouvelles. Il s’agissait alors de décrocher le diplôme européen – jugé plus prestigieux que le diplôme national – afin d’échapper le plus possible aux difficultés d’accès à l’emploi une fois de retour au pays.

  • 2  Il est important de noter qu’étudiants marocains expatriés et étudiants marocains nés en France, i (...)

3Cette forte demande d’émigration permet de comprendre que les Marocains composent en France la première nationalité étrangère étudiante depuis les années 1960. Comptant ces trente dernières années entre 15 000 et 30 000 individus, cette nationalité a représenté entre 14 et près de 20 % du total des étudiants étrangers et entre 2 et près de 3 % du total des étudiants de l’université française2.

  • 3  En 2004, date du dernier recensement du Royaume, on estime à 1,4 % la part des étudiants marocains (...)

4Les étudiants expatriés sont un enjeu essentiel pour le développement du Royaume. Bien que d’un faible poids numérique rapporté à l’échelle nationale ou à celle de la diaspora, ils sont ceux qui préparent et renouvellent l’élite économique et politique du pays3 [Vermeren, 2002]. La mobilité étudiante est aussi un enjeu pour les familles, devenues parties prenantes dans la construction et la réalisation du projet migratoire de leurs enfants. Elles espèrent un « retour sur investissement » par le soutien d’une progéniture qu’elles envisagent diplômée et employée dans des postes lucratifs et socialement prestigieux [Latreche, 2000 ; Gérard (éd.), 2008].

5Enjeu économique et social fort pour les Marocains, la mobilité internationale étudiante constitue enfin un enjeu politique important pour les pays d’accueil. Celui-ci est cependant d’une couleur différente selon la nature du regard porté par les gouvernements sur ces mobilités. Tantôt soupçonnée de masquer une immigration de travail clandestin, tantôt flattée au contraire d’apporter des « cerveaux » ou les futures élites des pays étrangers, l’immigration étudiante et notamment marocaine est crainte ou désirée. Selon ces appréciations, les pays sollicités ouvrent ou réduisent l’accès à leurs territoires. La demande continue et toujours plus forte des jeunes Marocains à venir poursuivre leurs études à l’étranger se heurte ainsi à la grande variabilité des politiques des pays d’accueil. La confrontation entre les deux a ainsi construit une histoire non linéaire de la mobilité étudiante marocaine.

1. Concepts, sources et méthodes : comment travailler sur les mobilités étudiantes marocaines ?

6Pour décrire puis expliquer avec précision les mouvements migratoires, il importe de recueillir des données qui permettent de mesurer les mobilités sur le temps long et de rechercher les déterminants des mouvements par la collecte d’informations qualitatives et quantitatives portant sur les contextes des territoires de départ et d’arrivée. Le succès de cette collecte est fortement dépendant du type de données existantes et de la possibilité d’y accéder.

1.1. Des sources de données imparfaites et difficiles d’accès

7Hormis les recensements généraux de population qui collectent de façon ponctuelle, et de fait éloignée dans le temps, la présence des étudiants marocains dans chaque pays d’accueil, ce sont les administrations d’État chargées de recueillir et de sélectionner chaque année les demandes d’immigration, de séjour et de formation qui élaborent les sources de données les plus suivies. En France, pays récepteur du plus grand nombre d’étudiants marocains, le candidat à l’expatriation est enregistré par trois ministères : les Affaires Étrangères, via ses antennes consulaires au Maroc pour l’obtention d’un « visa pour études » ; l’Intérieur, via ses préfectures en France pour l’obtention et le renouvellement d’une carte de séjour ; l’Éducation nationale, via ses universités, ses rectorats ou les administrations des écoles privées supérieures, pour son inscription dans les formations.

  • 4  Cf. Costa-Lascoux (2004) et Balac (2008).

8Concernant les statistiques des deux premières administrations, il ne nous a pas été possible d’apprécier les informations recueillies étant donné les difficultés d’accès rencontrées. Les données finalement obtenues sont très partielles. Elles se résument aux quelques informations publiées dans un unique rapport du Haut Conseil à l’Intégration de 2004 et de quelques statistiques obtenues dans deux consulats français du Maroc4. Les rapports entre les administrations d’État et l’immigration, même étudiante, demeure plus que jamais une question sensible.

  • 5  Cette distinction est indiquée dans les annuaires du ministère à partir de 2003 où apparaît par na (...)
  • 6  http://stats.uis.unesco.org (...)

9Concernant les statistiques du ministère de l’Éducation nationale, celui-ci détient trois recueils de données distincts : celui portant sur les étudiants des universités et établissements assimilées, celui portant sur les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) et des sections de techniciens supérieurs (STS) publiques et privées, enfin celui des élèves des autres écoles supérieures mais qui se réduit à des tableaux agrégés ventilant les étudiants inscrits et diplômés selon un nombre très limité de variables [Tessier et al., 2004]. La première difficulté pour l’étude des étudiants marocains tient donc à cette dispersion des informations. La seconde difficulté, et non des moindres, est que les informations collectées avant 1998 distinguaient les étudiants étrangers selon leur seule nationalité. Les étudiants marocains venus réaliser leurs études en France et réellement immigrés étaient confondus avec les étudiants marocains issus d’une première ou d’une deuxième génération ayant conservé la nationalité de leurs parents et grands-parents. Or cette dernière population est en France, pays d’immigration, numériquement importante – leur proportion calculée entre 1998 et 2009 varie entre 15 et 33 % du total des Marocains des universités5. Au niveau mondial, les statistiques réunies par l’Unesco, à partir des ministères de l’Éducation des différents pays, livrent jusqu’à aujourd’hui des informations sur les étudiants étrangers par nationalité et non selon leur statut migratoire6. Ces bases de données imparfaites rendent délicate l’étude des mobilités marocaines.

  • 7  Ou la variable « année de première inscription dans le supérieur français ».

101998 constitue en France un tournant pour l’étude statistique des étudiants. C’est à cette date, par l’informatisation progressive des inscriptions étudiantes et de leur recueil au niveau national, que fut rendue effective la base de données SISE : Système d’Information sur le Suivi des Étudiants. Conçu comme un outil de gestion et d’archivage, il renferme pour chaque année les caractéristiques de sexe, d’âge, de nationalité, de profession des parents, de discipline d’inscription de chaque étudiant. Ne s’appliquant qu’aux populations des universités et établissements assimilés, il regroupe toutefois moins des deux tiers des étudiants français mais plus de 80 % des étudiants étrangers. La variable » Identifiant National Étudiant », attribuée à chaque élève lors de son entrée dans le supérieur et conservée pendant toute sa carrière scolaire, est particulièrement précieuse7. Elle permet de suivre les trajectoires scolaires composées d’une année à l’autre par chaque étudiant. L’étude des migrations étudiantes marocaines, bien que partielle puisque réduite aux seules trajectoires universitaires des migrants marocains, devient dès lors envisageable. Il est possible de travailler tout autant sur les « stocks » (ensemble des étudiants présents une année donnée) que sur les « flux » (ensemble des étudiants entrés pour la première fois à l’université une année donnée).

  • 8  Commission Nationale Informatique et Liberté.

11La base SISE, bien qu’elle ne couvre pas l’ensemble de l’enseignement supérieur français, forme un ensemble de données tout à fait remarquables et essentielles à toute étude portant sur les mobilités étudiantes. L’accès à ce recueil a fait l’objet d’une demande particulière de notre laboratoire de recherche. Depuis 2003 en effet, le ministère de l’Éducation et la CNIL8 limitent de façon sévère l’accès des chercheurs aux données individuelles ciblant une nationalité particulière. Ainsi, si les bases de données s’affinent et permettent aujourd’hui d’appréhender de façon moins partielle l’analyse des migrants et de leurs migrations, la difficulté d’accès, de plus en plus élevée, rend le travail du chercheur plus ardu.

1.2. Le choix d’une approche théorique

12L’étendue de la compréhension des migrations est liée aux données recueillies mais aussi au cadre conceptuel et théorique que l’on choisit de retenir. De façon très schématique deux approches occupent le champ des théories explicatives des migrations. Pour les tenants de l’économie néo-classique, la migration s’expliquerait par l’existence d’un déséquilibre entre les salaires de deux territoires. La recherche de gains plus élevés, devant permettre d’accéder à un bien-être individuel plus grand, conduirait le travailleur situé dans la région aux salaires les plus bas à migrer vers la région aux salaires les plus hauts. La migration corrige un déséquilibre. La raison de la migration s’élabore ici à partir d’un calcul coût/avantage de l’individu. Cette approche théorique s’est progressivement étoffée en intégrant, aux côtés de déterminants économiques, des déterminants sociaux, politiques, environnementaux, n’ayant pas seulement pour objet les migrations de travail. Pour les tenants de l’économie institutionnelle ou de la « nouvelle économie », la migration est expliquée non par la seule volonté de l’individu mais par la volonté d’un ménage, d’une famille, d’une communauté, de vouloir minimiser les risques encourus par le bien-être du groupe en diversifiant les affectations de la force de travail. La migration d’au moins un des membres de la communauté, initiée par le groupe, sert donc à minimiser les risques mais aussi à accéder à un capital (argent de retour) qui permettra d’accroître la productivité des activités des parents restés sur place. Ces deux approches théoriques ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Les ressorts collectifs de la migration, exposés par la théorie de la « nouvelle économie », complètent les déterminants individuels des théories d’inspiration néo-classiques.

13Quelle approche privilégier pour l’étude des mobilités étudiantes ? Dans l’idéal les deux mais, compte tenu des bases de données recueillies pour ce dossier, la dimension individuelle des déterminants de la mobilité sera présentée car elle est la mieux renseignée. Pour autant, les déterminants familiaux de la migration étudiante marocaine ne sont pas exclus de cette étude, ils ne peuvent être repérés ici que de façon partielle. Pour que la dimension familiale de la mobilité marocaine occupe sa juste place, il faut l’analyser en soi et disposer d’informations complémentaires comme la taille de la famille du migrant, les niveaux d’instruction, les expériences migratoires, les activités, du père, de la mère et des différents membres de la fratrie, que seule autorise aujourd’hui la réalisation d’enquêtes ponctuelles sur échantillon.

  • 9  Selon cette approche, l’émigration étudiante marocaine pourrait s’expliquer par exemple par l’avan (...)

14Des différents prolongements de la théorie néo-classique de la mobilité, c’est la théorie des « push » et « pull factors » qui paraît ici la plus adéquate. Selon cette théorie, la migration est issue d’un arbitrage élaboré à partir des facteurs répulsifs et attractifs d’un lieu de départ comparés aux facteurs répulsifs et attractifs d’un lieu d’arrivée9. Grâce au recueil de données portant sur les contextes démographiques, sociaux, économiques et politiques du Maroc et des pays d’immigration, nous tenterons d’interpréter les mouvements migratoires étudiants marocains reconstitués à partir des bases de données de l’Unesco et du ministère français de l’Éducation. Plus précisément, notre deuxième partie consistera à repérer dans le contexte marocain les éléments propices à l’émigration étudiante : les « push factors ». Notre troisième partie consistera, en se plaçant du côté des pays d’accueil, à repérer sur la longue durée les facteurs qui favorisent ou font obstacle aux entrées étudiantes marocaines : les « pull factors ». La quatrième partie propose d’affiner, grâce à la richesse de la base SISE, l’étude des mobilités marocaines en resserrant la focale sur un pays d’accueil, la France, et sur une période récente courte, 1998-2009. Il s’agira d’analyser les effets d’un changement de politique d’accueil de l’Hexagone sur l’évolution des profils étudiants marocains.

2. Questionner la migration en son lieu d’origine : les déterminants de l’émigration étudiante marocaine

15Le caractère massif de l’expatriation marocaine pour études incite à nous pencher sur le contexte démographique, éducatif, économique et politique du pays dans lequel il s’inscrit. Quelle est la singularité du contexte marocain ? Quels indicateurs nous permettent de décrire précisément ce dernier ? L’examen des effets de la transition démographique du Royaume chérifien forme ici une entrée incontournable.

16Face à l’accroissement considérable du nombre d’enfants et d’adolescents engendrés par une transition démographique éclair (figures 1 et 2), l’État marocain a dû déployer d’importants moyens pour apporter à ces derniers un niveau minimum d’instruction.

Figure 1. Évolution de la population du Maroc, recensée et projetée, 1900-2050

Figure 1. Évolution de la population du Maroc, recensée et projetée, 1900-2050

Source : d’après Cered, Haut Commissariat au Plan du Maroc  

Figure 2. Pyramides des âges de la population du Maroc 1982, 1994 et 2010

Figure 2. Pyramides des âges de la population du Maroc 1982, 1994 et 2010

Sources : d’après Cered, Haut Commissariat au Plan du Maroc.

17En 1962, seul 13 % des Marocains âgés de 10 ans et plus étaient alphabétisés, en 2004 ils étaient 57 %. On mesure ici la difficulté du Royaume à réaliser l’alphabétisation de l’ensemble de sa population. Le Maroc peine à répondre à la poussée démographique de son territoire. Cet accroissement est particulièrement concentré sur les générations nées entre 1980 et 1995. Au fur et à mesure que croissent en âge ces générations, la faiblesse de chacune des étapes de formation (primaire, secondaire et supérieure) est alternativement mise en lumière. Le système éducatif marocain, déjà très sélectif, le devient davantage encore à l’approche des générations les plus nombreuses. L’accès au baccalauréat est à cet égard significatif : alors que le taux de réussite était compris entre 50 et 65 % entre 1990 et 2002, il est subitement descendu au dessous de 45 % les années suivantes (figure 3).

Figure 3. Candidats et lauréats du Bac au Maroc, 1989-2010

Figure 3. Candidats et lauréats du Bac au Maroc, 1989-2010

 Sources : d’après Ministère Éducation Nationale marocain, annuaires statistiques du Maroc et presse Internet (bac 2009 et 2010).

18Entre 2010 et 2020, les générations les plus nombreuses auront entre 15 et 29 ans. Ils formeront la classe d’âge la plus importante et pèseront, malgré un système éducatif très sélectif, d’un poids encore inédit sur le supérieur (figure 2). En examinant l’évolution des inscrits à ce dernier niveau, on constate que l’offre éducative du supérieur marocain est déficiente, cela avant même que se produise le gonflement maximum des 18-24 ans. En 2004, seul un jeune Marocain sur dix de ce groupe d’âge était inscrit dans le supérieur. La croissance soutenue des étudiants se rompt en effet dès le début des années 1990 et depuis ne progresse plus que faiblement (figure 4).

Figure 4. Évolution des effectifs étudiants au Maroc, 1970-2008

Figure 4. Évolution des effectifs étudiants au Maroc, 1970-2008

Sources : d’après Ministère Éducation Nationale marocain, annuaires statistiques du Maroc.

  • 10  Les écoles supérieures privées sont d’ailleurs pour beaucoup d’entre elles non reconnues par l’Éta (...)

19 L’ouverture d’universités régionales aux côtés des universités de Rabat et de Casablanca et l’autorisation donnée au secteur privé de développer des formations s’avèrent insuffisantes10.

20Le déséquilibre entre offre et demande de formation explique en partie le désir de nombreux Marocains de s’expatrier pour poursuivre leurs études. Cette attente est alimentée par les représentations sociales qui accordent au diplôme des pays du Nord un avantage comparatif plus élevé. Le marché national de l’emploi, devenu particulièrement sélectif au tournant des années 1990 avec la libéralisation de l’économie marocaine, pousse à rechercher le diplôme qui protégera le mieux le jeune Marocain du chômage. L’émigration pour études est également implicitement encouragée par l’État. Les autorités ont choisi depuis l’indépendance de déléguer la formation des élites du pays à l’étranger et notamment à la France ; au contraire de l’Algérie ou de la Tunisie qui ont opéré un choix inverse en développant davantage leur propre enseignement supérieur. Tous ces éléments permettent de comprendre qu’en 2002, plus de 50 000 étudiants marocains, soit un étudiant marocain sur sept, étaient inscrit à l’étranger. Cette forte proportion ne doit cependant pas faire croire que la migration est une entreprise aisée. Elle forme pour chaque candidat à l’expatriation une véritable course d’obstacles dont l’issue demeure toujours incertaine. L’obtention du visa pour études auprès de l’administration du pays envisagé forme un des plus sérieux obstacles.

3. Estimer les flux, identifier leurs orientations : la mise en évidence des stratégies des migrants

21Mesurer les courants migratoires, repérer leur répartition par pays de destination, imposent d’analyser les bases de données disponibles en les soumettant à la critique. Ce travail préalable est nécessaire pour recomposer la réalité des mouvements migratoires. Leur interprétation exige ensuite une contextualisation qui consiste en premier lieu à identifier les principaux déterminants des évolutions, à savoir les politiques d’accueil développées par les Nords. Ces dernières varient avec le temps et selon les pays. Quelles sont-elles ? Quels sont leurs impacts sur les mobilités marocaines ? L’examen des transformations des volumes et destinations des Marocains permet de faire apparaître la souplesse des stratégies des migrants vis-à-vis de ces contraintes.

  • 11  Les proportions des étudiants marocains réellement expatriés en France entre 1998 et 2007, calculé (...)

22Les statistiques collectées par l’Unesco permettent d’estimer le nombre d’étudiants marocains par pays d’inscription. Bien que ces données concernent des migrants et non des migrations, des stocks et non des flux, et bien qu’elles ne soient pas sans défaut - années parfois non renseignées, confusion des étudiants marocains effectivement émigrés avec les étudiants de nationalité marocaine nés dans le pays de résidence – ces informations sont précieuses car elles dessinent des tendances bien précises. Elles sont complétées ici, pour la France, par les données des universités issues du ministère de l’Éducation nationale11.

Tableau 1. Effectifs d’étudiants marocains dans les principaux pays d’émigration

Année

France

Belgique

Pays-
Bas

Allemagne

Espagne

Etats-
Unis

Canada

Reste
du
monde.

Total hors
Maroc

1990

25 894

3 409

737

1 456

927

955

547

2 670

36 595

1995

17 084

4 029

-

4 179

1 505

986

613

4592

32 988

1998

18 849

4 527

1 829

5 416

2 258

1 306

827

1 443

36 455

1999

21 048

5 355

1 874

5 882

3 144

1 306

926

2 107

41 642

2000

24 284

4 894

1 956

6 285

2 877

1 663

926

2 045

44 930

2001

29 504

5 146

1 953

6 960

3 263

2 102

-

1 709

50 637

2002

34 826

2 658

1 664

7 616

3 468

2 034

-

4 801

57 067

2003

32 802

2 579

429

8 305

1 450

1 835

-

1 678

49 078

2004

29 859

68

376

8 227

1 517

1 641

1 026

3 311

46 025

2005

29 299

55

297

4 784

1 613

1 555

2 652

3 287

43 542

2006

27 684

59

234

4 369

1 782

1 229

-

6 147

41 504

2007

26 998

62

246

3 699

2 735

1 133

-

6 381

41 254

Légende : en italique : effectif peu fiable - pas de donnée.

Sources : d’après Annuaires Unesco, 2006 et 2010.

Figure 5. Évolution de la répartition des étudiants marocains selon les pays d’émigration 1990-2007

Figure 5. Évolution de la répartition des étudiants marocains selon les pays d’émigration 1990-2007

Sources : d’après Annuaires Unesco, 2006 et 2010.

23La figure 5 présente des mouvements amples et rapides tant du volume total étudiant que des volumes par pays d’accueil. Entre 1990 et 1995, les effectifs marocains fléchissent puis croissent jusqu’en 2002, parvenant à un pic de 57 000 inscrits, et se réduisent ensuite jusqu’en 2007. Ces oscillations concernent la mesure d’effectifs présents, c'est-à-dire les stocks, que l’on sait de nature plus stable que les flux. Il est donc fort probable que les mouvements d’entrée et de sortie de migrants marocains suivent des fluctuations plus importantes encore. Cette évolution à la hausse puis à la baisse est la conséquence des politiques d’immigration des États européens, notamment de la France pour laquelle nous disposons de données dès 1970 (figure 6).

Figure 6. Évolution des effectifs étudiants marocains dans les universités françaises, 1970-2009

Figure 6. Évolution des effectifs étudiants marocains dans les universités françaises, 1970-2009

Sources : d’après annuaires Ministère Éducation Nationale français, Universités France métropolitaine.

24Quatre périodes alternativement ouvertes et moins favorables aux entrées marocaines peuvent être distinguées. De l’indépendance du Maroc aux années 1970, la France, alors principal lieu de destination, développe une politique d’aide au développement qui se veut généreuse et qui passe par un accueil facilité des ressortissants des anciennes colonies. Mais, à partir de la fin de cette période, sa politique se retourne. Jugés trop nombreux, ces étudiants des Suds sont accusés par le ministre de l’Enseignement de l’époque, confronté dans le même temps à la massification de l’enseignement supérieur, de faire décliner la qualité de l’enseignement. C’est à cette époque aussi, durant laquelle fut décidée la fermeture de l’Hexagone à la migration de travail, que l’idée du « faux étudiant », venu en France travailler clandestinement, est véhiculée [Slama, 1999]. Une réglementation restrictive à l’égard des étudiants étrangers se met en place et est renforcée entre 1984 et 1997. Les étudiants marocains, comme les autres candidats des Suds, doivent se soumettre à un test linguistique particulièrement sélectif pour les jeunes issus de l’enseignement marocain arabisé. Il leur est imposé un contrôle administratif plus sévère lors de la demande de visa, de la carte de séjour, de l’inscription universitaire et de la demande de logement. Ils doivent notamment attester de ressources financières suffisantes. Dans les universités françaises, la conséquence de cette sélection est que les effectifs marocains stagnent entre 1984 et 1990 puis s’effondrent entre 1991 et 1997 (figure 6).

25À cette fermeture relative de l’Hexagone répond l’élargissement de l’aire migratoire marocaine à des pays d’accueil jusque-là marginaux. L’Espagne et l’Allemagne ont ainsi vu les effectifs de leurs étudiants marocains multipliés, respectivement, par plus de trois et plus de cinq entre le début des années 1990 et le début des années 2000 (figure 5). Sur cette période, la politique d’accueil des étudiants étrangers semble de fait moins sévère dans ces pays de l’Union Européenne.

26À la fin des années 1990, nouveau retournement. Un grand nombre de rapports commandés par le Parlement français dénoncent la trop faible attractivité de l’Hexagone à l’égard de l’immigration étudiante internationale et s’inquiètent de ses conséquences (rapport Weil, 1997 ; rapport Dufourg, avril 1999 ; rapport Cohen, juillet 2000). L’éducation est devenue entre temps « un marché » et l’immigration internationale étudiante son enjeu. Il faut à présent attirer les jeunes talents étrangers afin d’améliorer la place de la France dans la compétition internationale. Les règles d’entrée et de renouvellement des séjours étudiants s’assouplissent. Ce retournement bénéficie aux étudiants marocains sur la période 1998-2001. L’effectif des nouveaux inscrits marocains double en trois ans. L’apogée démographique de la présence marocaine en France se situe en 2002 où plus de 28 500 étudiants sont recensés dans les seules universités (figure 6). Durant cette période, l’aire migratoire marocaine maintient son élargissement, notamment vers l’Allemagne et l’Espagne.

  • 12  Cf. discours de D. de Villepin, alors Premier ministre, le 9 février 2006, in Gérard (2008), ou su (...)

27Après 2001 et jusqu’à nos jours, la mise en place du dispositif d’accueil des étudiants devant faciliter les chaînes d’inscription - notamment par la création de l’agence EduFrance en 1998 devenue CampusFrance en 2007 - sélectionne les candidats étudiants étrangers en privilégiant de plus en plus les ressortissants de l’U.E. et ceux des pays émergents. Il répond en cela à la politique française plus globale d’«  immigration choisie », également mise en œuvre sur la même période par les autres pays de l’Union Européenne12. Les étudiants des pays économiquement prometteurs comme la Chine ou le Brésil sont préférés à ceux provenant des Suds pauvres. La présence des étudiants marocains diminue en France et en Espagne après 2002, en Belgique après 2003, en Allemagne après 2004. On remarque parallèlement que l’aire migratoire marocaine s’étend à de nouveaux pays, plus lointains. La proportion grandissante des Marocains inscrits « dans le reste du monde » correspond à leur dispersion dans l’espace mondial, de l’Europe scandinave au Moyen-Orient en passant par l’Europe de l’Est. En Ukraine, 700 étudiants marocains étaient recensés en 2006 contre aucun quatre années plus tôt.

28Si l’élargissement progressif de l’aire migratoire marocaine a répondu successivement aux périodes de fermeture relative de la France puis des autres pays ouest-européens, il ne faudrait pas en arrêter l’explication à un report par défaut de la migration marocaine vers des pays plus hospitaliers. Pour un jeune Marocain candidat au départ, redéfinir son projet migratoire en direction d’un pays non francophone ou géographiquement éloigné ne constitue pas une alternative aisée. Cependant, l’expansion de la migration étudiante marocaine en direction de pays autres que la France exprime de grandes capacités d’adaptation et d’innovation. Cette migration internationale, plus élargie, constitue l’indice que l’actuelle génération de migrants marocains se différencie, économiquement et culturellement, des précédentes. Ces nouvelles performances doivent être rapprochées, selon nous, d’une transformation de la société marocaine elle-même, probablement plus instruite et financièrement mieux dotée qu’auparavant.

29Ces capacités d’adaptation des migrants marocains peuvent être examinées plus finement dans le cas français grâce aux bases de données du ministère de l’Éducation nationale.

4. L’examen des effets d’un changement des politiques d’un pays d’accueil sur les profils étudiants

  • 13  Pour une étude plus complète, quoique arrêtée à 2005, voir Balac, 2008.

30Comment apprécier finement les effets d’un changement de politique d’immigration sur la mobilité marocaine ? La base SISE, par l’étendue de sa couverture étudiante (plus de 80 % des étudiants migrants marocains) et la richesse de ses variables (plus de 70), se prête aisément à cette analyse. Elle permet de passer de l’étude des simples effectifs de migrants à celle de leurs caractéristiques. Nous retiendrons comme période d’observation celle que nous permet SISE à ce jour, soit les douze années s’étendant de 1998 à 2009. Cette période a été marquée par une courte phase d’ouverture favorable à l’immigration étrangère, de 1998 à 2001, puis par une phase de fermeture relative durant laquelle la France a réduit l’accès de son territoire aux étudiants des Suds pauvres, de 2002 à 2009. La base SISE permet d’identifier les migrants marocains selon leur année d’arrivée dans les universités et établissements assimilés. Nous avons retenu ici les étudiants débutant leur première année de séjour. En sélectionnant ces nouveaux inscrits, et en comparant leurs effectifs et leurs caractéristiques aux nouveaux entrants des autres années, nous repérons l’impact immédiat éventuellement produit par les transformations de la politique d’accueil française sur la mobilité marocaine. Nous avons retenu de présenter ici les changements de profils des étudiants en nous concentrant sur trois variables : l’origine sociale pour repérer les effets des politiques sur le recrutement social, l’établissement d’inscription et la discipline de formation13.

31Assiste-on, avant et après 2001, à une transformation des profils des nouveaux inscrits marocains ?Un examen selon la profession et la catégorie sociale des parents ainsi que selon la structure par sexe et par âge apporte un premier résultat.

4.1. L’ouverture puis le rétrécissement des origines sociales

32La plus grande ouverture de 1998 à 2001 du territoire français à l’immigration étudiante étrangère a été profitable à une nouvelle population issue des classes moyennes et populaires marocaines. Leurs effectifs comme leur proportion s’accroissent jusqu’en 2001 (figure 7).

Figure 7. PCS du parent chef de famille, déclarée par les migrants marocains nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009

Figure 7. PCS du parent chef de famille, déclarée par les migrants marocains nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009

Sources : d’après Ministère Éducation Nationale français – SISE – Universités France Métropolitaine.

33Cette population d’étudiants est à la fois plus âgée et plus masculine, comme l’ont montré par ailleurs les traitements par sexe et par âge. Ces étudiants émigrent en France pour compléter un cursus réalisé au Maroc. Après 2001, la forte diminution des effectifs correspond au repli de cette population. Les conditions d’émigration vers la France ne leur sont plus favorables. Le durcissement des règles d’accueil touche aussi la population issue de la catégorie des cadres supérieurs qui, on le remarque sur le graphique des effectifs, résiste mais ne progresse plus.

34Les candidats marocains issus des familles les moins dotées en capital financier et social subissent davantage que les autres les raidissements des politiques françaises à l’égard de l’immigration. Cependant, quand ces mêmes politiques s’assouplissent, ils sont en capacité de réagir rapidement pour solliciter et réaliser un séjour de formation en France, comme l’indique le fort accroissement de leurs effectifs entre 1998 et 2001. Ces facultés d’adaptation peuvent également se lire dans l’évolution de la répartition par académie des étudiants.

4.2. La déconcentration spatiale des lieux d’étude

Carte 1. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998

Carte 1. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998

Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998 et évolution entre 1998 et 2001

Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998 et évolution entre 1998 et 2001

Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 2009 et évolution entre 2001 et 2009

Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 2009 et évolution entre 2001 et 2009

Tableau 2. Évolution et répartition des migrants marocains nouvellement inscrits en France par académie

1998

2001

2009

Académie

Valeur

%

Valeur

%

Valeur

%

accrt. 1998-
2001%

accrt. 2001-
2009%

AIX-MARSEILLE

153

4,8

324

3,6

358

5,6

25,0

1,2

AMIENS

59

1,9

255

2,9

108

1,7

48,8

-10,7

BESANCON

42

1,3

117

1,3

56

0,9

34,2

-9,2

BORDEAUX

159

5,0

516

5,8

220

3,4

39,2

-10,7

CAEN

45

1,4

178

2,0

51

0,8

45,8

-15,6

CLERMONT-FERRAND

61

1,9

208

2,3

492

7,7

40,9

10,8

CORSE

11

0,3

19

0,2

10

0,2

18,2

-8,0

DIJON

51

1,6

82

0,9

96

1,5

15,8

2,0

GRENOBLE

102

3,2

236

2,7

188

2,9

28,0

-2,8

LILLE

272

8,6

622

7,0

463

7,2

27,6

-3,7

LIMOGES

16

0,5

57

0,6

68

1,1

42,3

2,2

LYON

102

3,2

309

3,5

637

9,9

36,9

9,0

MONTPELLIER

310

9,8

657

7,4

506

7,9

25,0

-3,3

NANCY-METZ

147

4,7

418

4,7

345

5,4

34,8

-2,4

NANTES

58

1,8

191

2,1

161

2,5

39,7

-2,1

NICE

86

2,7

239

2,7

270

4,2

34,1

1,5

ORLÉANS-TOURS

181

5,7

329

3,7

116

1,8

19,9

-13,0

POITIERS

42

1,3

185

2,1

123

1,9

49,4

-5,1

REIMS

32

1,0

115

1,3

63

1,0

42,6

-7,5

RENNES

136

4,3

377

4,2

422

6,6

34,0

1,4

ROUEN

50

1,6

201

2,3

107

1,7

46,4

-7,9

STRASBOURG

126

4,0

272

3,1

172

2,7

25,7

-5,7

TOULOUSE

182

5,8

425

4,8

197

3,1

28,3

-9,6

CRÉTEIL

135

4,3

1134

12,8

397

6,2

70,9

-13,1

VERSAILLES

203

6,4

648

7,3

312

4,9

38,7

-9,1

PARIS

399

12,6

774

8,7

482

7,5

22,1

-5,9

Total

3160

100,0

8888

100,0

6420

100,0

34,5

-4,1

Sources : d’après Ministère Éducation Nationale français – SISE – Universités France Métropolitaine.

35Comme l’indiquent les cartes de 1998, 2001 et 2009, les étudiants marocains émigrés sont présents dans toutes les universités de l’Hexagone ; cependant, la répartition de cette population est très inégale. Tout au long de la période 1998-2009, une grande partie des migrants se concentre en Île-de-France où est inscrit un étudiant marocain sur quatre ou sur cinq nouvellement entré. Ces disparités géographiques s’observent également pour les étudiants français. Toutefois, en examinant plus finement les données, nous remarquons que la concentration géographique des Marocains s’est transformée au cours du temps.

36L’évitement de Paris comme lieu de réalisation des études - en 1998, la capitale retenait 12,6 % des nouveaux inscrits contre 8,7 % en 2001 - et l’attractivité grandissante des universités de la banlieue parisienne — les académies de Créteil et Versailles n’attiraient que 11,3 % des nouveaux inscrits en 1998 contre 20,2 % en 2001— pourraient s’expliquer pour des raisons financières, les nouveaux étudiants de cette première période étant moins bien dotés que leurs aînés. Après 2001, l’opposition géographique Paris / banlieue se dilue. Paris n’attire pas plus de nouveaux inscrits (7,5 %) et sa périphérie en attire moins (11,1 %).

37Hors de l’Île-de-France, on remarque qu’entre 1998 et 2001 les académies qui ont connu les accroissements les plus élevés d’étudiants (supérieurs à l’augmentation moyenne de 34,5 % sur cette période) sont, pour la plupart d’entre elles, celles de la moitié Ouest de la France : Rouen, Caen, Rennes, Nantes, Poitiers, Bordeaux. Ces régions ne sont pas celles d’installation des Marocains dans lHhexagone. L’implantation historique se situe dans les régions de l’Est, anciens bassins d’emplois industriels et grands recruteurs de travailleurs immigrés entre 1950 et 1974. Cet élargissement géographique des aires d’implantation des Marocains en France, entre 1998 et 2001, indique le caractère innovant de cette génération d’étudiants issus majoritairement de catégories sociales moyennes et populaires. Ils sont capables de s’éloigner de la famille marocaine installée dans les zones d’implantation ancienne et de séjourner, pendant deux ou trois ans, ailleurs sur le territoire français. Cette capacité à changer de lieu d’installation peut être rapprochée du mouvement de redéploiement international de la migration marocaine observée ces quinze dernières années. Cette nouvelle génération montre ainsi ses facultés d’adaptation.

38Entre 2001 et 2009, les nouveaux arrivants ne confirment pas l’expansion géographique vers l’ouest de l’Hexagone. Pour cette période, le point de chute des nouveaux étudiants semble davantage aléatoire. Les taux d’accroissement important de certaines académies comme Lyon (+ 9 %) ou Clermont-Ferrand (+ 10,8 %) pourraient s’expliquer par une politique d’accueil volontariste de ces universités à l’égard des étudiants étrangers et notamment marocains.

4.3. Des choix d’études pragmatiques

39L’analyse d’autres variables de la base SISE permet de compléter nos connaissances. Ainsi, l’examen des disciplines d’inscription établit que les jeunes Marocains adaptent leur choix de formation aux évolutions du marché de l’emploi national, indiquant indirectement par là même la volonté de la grande majorité d’entre eux de revenir au pays après leurs études. Les sciences économique et de gestion et les sciences de l’ingénieur qui ouvrent davantage aux métiers de l’entreprise privée sont, entre 2002 et 2009, des formations de loin préférées aux études de langues, de sciences sociales ou de biologie qui débouchent d’abord sur les métiers de l’enseignement ou de la santé publique, secteurs qui n’embauchent plus autant au Maroc après 2001 et l’application des Plans d’Ajustement Structurel à la fonction publique (figure 8).

Figure 8 : Discipline d’inscription des migrants marocain nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009

Figure 8 : Discipline d’inscription des migrants marocain nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009

Sources : d’après Ministère Éducation Nationale français – SISE – universités France métropolitaine.

40La mobilité des étudiants est pragmatique : elle s’adapte aux conditions de réalisation du séjour dans le pays d’accueil, tout en tenant compte des conditions d’obtention d’un emploi au retour dans le pays de départ. Ces choix rationnels sont ceux d’individus avertis et préparés par leurs familles à mettre de leur côté toutes les chances de succès.

Conclusion

41En passant de bases de données grossières mais d’accès ouvert à des bases de données fines mais d’accès limité, nous avons montré qu’il était malgré tout possible de décrire les mobilités étudiantes marocaines et de les expliquer, du moins en partie, par la mobilisation et le croisement de données de contextes propres aux territoires concernés.

42Bien que soumise aux aléas des politiques d’immigration des pays d’accueil, la migration étudiante marocaine internationale, et plus particulièrement celle dirigée vers la France, est révélatrice des capacités d’adaptation de plus en plus élaborées des étudiants marocains. Le caractère de plus en plus performant de cette adaptation de la mobilité pour études est à rapprocher des transformations rapides auxquelles est probablement sujette la société marocaine ces dernières années. L’élargissement d’une classe moyenne, plus instruite et mieux assise économiquement que par le passé, a sans aucun doute favorisé l’émigration d’un plus grand nombre d’étudiants, mieux préparés et mieux soutenus par leurs familles, à partir de 1999 notamment.

43La mobilité étudiante internationale est une des composantes des mobilités marocaines sur lesquelles fonctionne et se renouvelle la société chérifienne. Suivre et approfondir l’étude de cette migration particulière devraient contribuer à nourrir la compréhension de la société marocaine d’aujourd’hui.

44Comme annoncée dans notre partie méthodologique, ouvrir l’étude des mobilités marocaines par l’exploration de la dimension familiale des migrations forme le prolongement naturel de cette recherche. Un examen des trajectoires de vie des parents et des membres de la fratrie de l’étudiant migrant mériterait d’être réalisée. Existe-t-il et selon quelle ampleur une dynamique spatiale et sociale enclenchée par l’un ou les deux parents dans leur histoire de vie, qui a été assimilée, reproduite puis étendue par les enfants migrants ? Observe-t-on une ascension sociale importante de ces familles investies dans « l’entreprise migratoire » de ses membres ? L’originalité marocaine par l’importance qu’occupent les migrations nous questionne. Ce système extraverti peut-il constituer un modèle de développement ? Le vieillissement prochain et massif de la population marocaine ne menace t-il pas la viabilité de ces solidarités familiales échafaudées et étendues sur plusieurs territoires ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Annuaires de l’Unesco : http://stats.uis.unesco.org

Annuaires du Ministère de l’Éducation nationale français : Repères et références statistiques téléchargeables au format pdf : www.education.gouv.fr (pour les annuaires anciens se rendre dans la rubrique « archives »).

Annuaires du Ministère de l’Éducation nationale marocain : Annuaire statistique du Maroc par année.

CERED (Centre d’Études et de Recherches Démographiques) Haut Commissariat au Plan du Maroc, Résultats des recensements du Maroc : 1982, 1994, 2004 : www.hcp.ma

CERED, Haut Commissariat au Plan du Maroc (2006), Démographie marocaine : tendances passées et perspectives d’avenir : www.rdh50.ma

CampusFrance : www.campusfrance.org et www.maroccampusfrance.org

Balac R. (2008), « Les étudiants marocains expatriés en France, 1970-2005 : une migration en mutation rapide », in E. Gérard(éd.), op. cit., pp. 29-59.

Borgogno V. [éd.] (1995), Les étudiants étrangers en France : trajectoire et devenir, tome 1, Rapport de recherche, DPM-SOLIIS, Université de Nice-Sophia Antipolis.

Borgogno V. & Vollenweider-Andresen L. [éds.] (1998), Les étudiants étrangers en France : trajectoire et devenir, nouveaux éclairages, tome 2, Rapport de recherche, DPM-SOLIIS, Université de Nice-Sophia Antipolis.

Caselli G., Vallin J., Wunsch G. [éds.] (2003), Démographie : analyse et synthèse, tome IV : Les déterminants de la migration, Ined.

Cohen E. (2001), Un plan d’action pour améliorer l’accueil des étudiants étrangers en France : Diagnostic et propositions, Rapport au Ministère de l’Éducation Nationale et au Ministère des affaires étrangères, Paris.

Costa-Lascoux J. [éd.] (2004), Rapport statistique 2002-2004 de l’Observatoire Statistique de l’Immigration et de l’Intégration, Haut Conseil à l’Intégration, Ministère du Travail, de la Solidarité de la Cohésion sociale, site de La Documentation Française, multigr.

Courbage Y. (1999), Nouveaux horizons démographiques en méditerranée, PUF-Ined, coll. Travaux et documents.

Courgeau D. (1988), Méthodes de mesure de la mobilité spatiale, Ined.

Dufourg B. (1999), La compétitivité éducative internationale de la France, Paris, Chambre de Commerce et d’Industrie.

Ennaffa R. & Paivandi S. (2008), Les étudiants étrangers en France, OVE, La Documentation française.

Escallier R. (1995), Le Maroc en transition démographique, Méditerranée, n° 1-2, pp. 107-112.

Escallier R. (1995), « Populations et systèmes migratoires du monde arabe », in J.-F. Troin [éd.], Maghreb Moyen-Orient mutations, coll. dossiers des images économiques du monde, n° 17, SEDES, pp. 179-213.

Fargues P. (2000), Générations arabes : l’alchimie du nombre, Fayard.

Geisser V. [éd.] (2000), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs : trajectoire sociale et itinéraires migratoires, CNRS.

GÉrard E. [éd.] (2008), Mobilités étudiantes Sud-Nord : Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Publisud.

GÉrard E. (2008), « Fuite des cerveaux ou mobilités ? La migration pour études en questions »in E. Gérard [éd.], op. cit., pp. 14-28.

Guilmoto C., Sandron F. (2003), Migration et développement, La Documentation française

Latreche A. (2000), « Les étudiants maghrébins en France dans les années 1990 ; trajectoires migratoires et mobilisations familiales », in V. Geisser [éd.], op. cit., pp. 260-284.

Simon V. (2000), « La migration des étudiants maghrébins en France : une approche socio-historique (1962-1994) », in V. Geisser [éd.], op. cit., pp. 245-259.

Slama S. (1999), La fin de l’étudiant étranger, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Tarrius A. (2001), Au-delà des États-nations : des sociétés de migrants, Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n° 2.
DOI : 10.3406/remi.2001.1778

Teissier (C.), Theulière (M.), Tomasini (M.) (2004), Les étudiants étrangers en France, Paris, Ministère de l’Éducation Nationale, Direction de l’évaluation et de la prospective, coll. Les Dossiers, n° 153.

Troin J.-F. [éd.] (2002), Maroc, Régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve et Larose.

Troin J.-F. [éd.] (2006), Le grand Maghreb, Armand Colin, coll. U.

Vermeren P. (2002), École, élite et pouvoir au Maroc et en Tunisie au XXè siècle, Paris, Alizés.

Vermeren P. (2002), Le Maroc en transition, La Découverte, coll. Poche-Essai.

Weil P. (1997), Mission d’études des législations de la nationalité et de l’immigration, Rapport au Premier Ministre, Paris, La Documentation française.

Haut de page

Notes

1  11 millions en 1960, plus de 30 aujourd’hui (figure 1).

2  Il est important de noter qu’étudiants marocains expatriés et étudiants marocains nés en France, issus d’une première, parfois d’une deuxième, génération, sont ici confondus (cf. partie 1). La part des seuls migrants marocains sur le total des étudiants expatriés demeure toutefois très importante, même si depuis 2007 les étudiants expatriés chinois les ont relégués en seconde position.

3  En 2004, date du dernier recensement du Royaume, on estime à 1,4 % la part des étudiants marocains expatriés sur l’ensemble des 18-24 ans. En 2007, date du dernier recensement français, on estime à 3,4 % la part des étudiants marocains expatriés sur l’ensemble des Marocains résidant en France.

4  Cf. Costa-Lascoux (2004) et Balac (2008).

5  Cette distinction est indiquée dans les annuaires du ministère à partir de 2003 où apparaît par nationalité une colonne intitulée « dont non bacheliers en % », permettant d’évaluer la proportion des étudiants migrants par rapport aux non migrants. www.education.gouv.fr

6  http://stats.uis.unesco.org

7  Ou la variable « année de première inscription dans le supérieur français ».

8  Commission Nationale Informatique et Liberté.

9  Selon cette approche, l’émigration étudiante marocaine pourrait s’expliquer par exemple par l’avantage que procurerait l’obtention d’un diplôme étranger, plus apprécié sur le marché national marocain (ou étranger) qu’un diplôme marocain.

10  Les écoles supérieures privées sont d’ailleurs pour beaucoup d’entre elles non reconnues par l’État car leurs compétences seraient critiquables. Leurs élèves de fait ne sont pas recensés par le Ministère de l’Éducation.

11  Les proportions des étudiants marocains réellement expatriés en France entre 1998 et 2007, calculées à partir de la base SISE, se situent dans une fourchette estimée comprise entre 42 et 57 % de l’ensemble des Marocains émigrés de par le monde. Ces proportions sont de fait plus faibles que celles que l’on peut calculer à partir des seules données de l’Unesco mais elles signifient que la France forme bien le territoire de première destination des étudiants marocains.

12  Cf. discours de D. de Villepin, alors Premier ministre, le 9 février 2006, in Gérard (2008), ou sur www.premier-ministre.gouv.fr.

13  Pour une étude plus complète, quoique arrêtée à 2005, voir Balac, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la population du Maroc, recensée et projetée, 1900-2050
Crédits Source : d’après Cered, Haut Commissariat au Plan du Maroc  
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 2. Pyramides des âges de la population du Maroc 1982, 1994 et 2010
Crédits Sources : d’après Cered, Haut Commissariat au Plan du Maroc.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 3. Candidats et lauréats du Bac au Maroc, 1989-2010
Crédits  Sources : d’après Ministère Éducation Nationale marocain, annuaires statistiques du Maroc et presse Internet (bac 2009 et 2010).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 4. Évolution des effectifs étudiants au Maroc, 1970-2008
Crédits Sources : d’après Ministère Éducation Nationale marocain, annuaires statistiques du Maroc.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 5. Évolution de la répartition des étudiants marocains selon les pays d’émigration 1990-2007
Crédits Sources : d’après Annuaires Unesco, 2006 et 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 6. Évolution des effectifs étudiants marocains dans les universités françaises, 1970-2009
Crédits Sources : d’après annuaires Ministère Éducation Nationale français, Universités France métropolitaine.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 7. PCS du parent chef de famille, déclarée par les migrants marocains nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009
Crédits Sources : d’après Ministère Éducation Nationale français – SISE – Universités France Métropolitaine.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Carte 1. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 1998 et évolution entre 1998 et 2001
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Carte 2. Nouveaux inscrits marocains par académie en 2009 et évolution entre 2001 et 2009
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 8 : Discipline d’inscription des migrants marocain nouvellement inscrits en France entre 1998 et 2009
Crédits Sources : d’après Ministère Éducation Nationale français – SISE – universités France métropolitaine.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4264/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Balac, « Les mobilités internationales des étudiants marocains », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 395-411.

Référence électronique

Ronan Balac, « Les mobilités internationales des étudiants marocains », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 21 avril 2014. URL : http://eps.revues.org/4264

Haut de page

Auteur

Ronan Balac

Département de Sociologie
Centre Universitaire de Recherches sur l’Action Publique et le Politique
Épistémologie et Sciences sociales (Curapp)
Université Jules Verne de Picardie
Chemin du Thil
80 025 Amiens cedex 1
ronan.balac@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - INSHS
  • Revues.org