Navigation – Plan du site
Articles

Nouvelles mobilités « maraîchères » à Buenos Aires

Les migrants boliviens à l’œuvre
« Gardening Mobilities » in Buenos Aires: Bolivian Migrants at Work
Julie Le Gall
p. 321-336

Résumés

En trente ans, les Boliviens et leurs descendants sont devenus les principaux acteurs de l’approvisionnement en légumes de Buenos Aires et occupent l’ensemble des espaces maraîchers de production, de commercialisation de gros et de vente au détail. Les Boliviens profitent d’un ensemble de facteurs conjoncturels, propres à l’Argentine des années 1990, pour s’insérer et circuler dans l’aire métropolitaine. Grâce à l’utilisation efficace et spécifique des réseaux matériels et immatériels, ils impulsent des mobilités innovantes dans l’activité maraîchère des années 2000. Étudier les mobilités des maraîchers boliviens témoigne des évolutions du couple migratoire classique Bolivie / Argentine et met en évidence les mutations profondes affectant la métropole argentine depuis la fin des années 1980.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Soit 34 départements qui incluent la ville de Buenos Aires (Capitale Fédérale), les départements du (...)
  • 2 Expression argotique péjorative construite sur le terme de « boliviano », bolivien.

1Deux faits majeurs alimentent les conversations des vieux producteurs de la zone maraîchère septentrionale de Buenos Aires. D’une part, les marchés de gros se multiplient dans cette partie de la troisième couronne traditionnellement dédiée à la production ; d’autre part, on voit se vendre des légumes de haute qualité en provenance des serres du sud de l’aire métropolitaine1 (carte 1). Des maraîchers des troisième et quatrième couronnes complètent leurs productions en allant acheter des légumes à d’autres producteurs situés à plus de deux heures de trajet de là, avant de vendre le tout à des commerçants du centre-ville dans différents marchés de gros. « Antes, era otra cosa », « avant, c’était autre chose », soupirent les vieux producteurs. En poursuivant un peu la conversation, on apprend que ces nouveaux producteurs, qui s’affichent aujourd’hui au volant de poids lourds Mercedes dernier cri, sont des migrants boliviens arrivés à Buenos Aires il y a parfois moins de dix ans et traités alors avec mépris de « bolitos »2 .

Carte 1. Répartition des exploitations maraichères à Buenos-aires

Carte 1. Répartition des exploitations maraichères à Buenos-aires

Source : CHFBA, 2005.
Réalisation : Julie Le Gall, 2010 – réalisé avec Philcarto (http://philcarto.free.fr).

  • 3 Barbecue argentin.

2Ces situations nouvelles témoignent du changement le plus visible de l’activité maraîchère de Buenos Aires : les Boliviens et leurs descendants apparaissent désormais comme les garants de l’approvisionnement de Buenos Aires en légumes frais, dont les tomates et laitues indispensables au fameux « asado »3. En trente ans, ces voisins du Cône sud sont devenus les principaux acteurs d’une activité qui avait toujours été entre les mains des Italiens, des Japonais ou des Portugais, et de leurs descendants. Ils occupent à ce jour l’ensemble des espaces maraîchers de production, de commercialisation de gros et de détail, représentant 40 % des producteurs maraîchers de l’aire métropolitaine et la majorité de la production familiale [Ministerio de Asuntos Agrarios et al., 2006 ; Pizarro, 2009] et entre 75 et 90 % des commerçants grossistes spécialisés en légumes [Le Gall, 2007]. Jusqu’à présent, les études géographiques de l’activité maraîchère se sont intéressées à ces espaces et acteurs de façon plus figée que dynamique. Pourtant, les circulations nouvelles de légumes et surtout de producteurs au sein de l’Aire métropolitaine de Buenos Aires (AMBA) pourraient indiquer une complexification des réseaux d’approvisionnement en légumes. Les mutations du secteur maraîcher seraient-elles portées par les nouveaux venus, à commencer par les migrants boliviens dont le « savoir circuler » apparaît incontestable ? Quel rôle joue la mobilité des maraîchers boliviens dans cette complexification des circulations maraîchères ?

  • 4 On rejoint ici les travaux sur les sociétés rurales analysées sous l’angle des mobilités : ce parad (...)

3L’enjeu de cet article est de préciser le caractère nouveau des mobilités dites maraîchères et de souligner leur rôle dans les recompositions métropolitaines de Buenos Aires. En revisitant le couple migratoire Bolivie / Argentine sous l’angle des mobilités associées au secteur maraîcher métropolitain, on cherche aussi à mieux comprendre ses évolutions. Le champ d’étude des mobilités est plus large que celui des migrations : il articule plusieurs échelles et croise plusieurs approches. Les mobilités peuvent être spatiales et sociales et renseignent autant sur l’organisation des lieux que sur les trajectoires personnelles de ceux qui y vivent ou y travaillent. On étudie à la fois les modalités du déplacement et ses acteurs, le support du déplacement et ce que ce dernier provoque. Trois axes réflexifs se dégagent. Les mobilités rendent d’abord compte des pratiques d’individus et de familles [Baby-Collin et al., 2009 ; Dureau, Lévy, 2002]. Les acteurs étudiés ici présentent une expérience doublement fondée par le mouvement : d’une part comme migrants [Faret, 2003], d’autre part comme producteurs et commerçants circulants [Chaléard, 1996 ; Péraldi, 2001, 2002]. Cette dualité interpelle : le caractère de migrant des nouveaux acteurs suffit-il à expliquer les circulations innovantes des produits maraîchers ? Les mobilités sont aussi l’expression d’une distance géographique et de la volonté de la maîtriser [Lévy, Lussault, 2003]. Cette définition invite à s’attacher au déplacement en lui-même, à ses formes, ses supports, ses temporalités. Les Boliviens et leurs descendants circulent des espaces ruraux périurbains aux espaces centraux urbains, et vers d’autres périphéries rurales : étudier leurs parcours [Boyer, Gonin, 2001] rendrait compte de la connexion de ces espaces ruraux et de leur accessibilité4. Enfin, les mobilités sont autant déplacements que rencontres et échanges [Capron et al., 2005]. En ce sens, les circulations des maraîchers boliviens à Buenos Aires amènent à l’observation de leurs rapports à la société réceptrice, avec leurs contraintes ou leurs facilités d’insertion.

4Ce travail s’appuie sur des enquêtes de terrain et récits de vie, réalisés entre 2006 et 2008 auprès, d’une part, des producteurs maraîchers boliviens des zones de production principales de l’aire métropolitaine à Pilar (Nord) et La Plata (Sud) et, d’autre part, des commerçants de plusieurs marchés de gros. Les migrants boliviens vendent aussi des légumes au détail dans des magasins et des marchés de la capitale fédérale et sont amenés à circuler vers les marchés de gros périphériques. Afin de se concentrer sur les mobilités issues des espaces ruraux, n’ont été traitées ici que les trajectoires des producteurs. La première partie reviendra sur les évolutions du couple migratoire Bolivie / Argentine observées depuis l’activité maraîchère périurbaine. Les éléments conjoncturels autour des nouvelles mobilités sociales et spatiales des producteurs maraîchers boliviens feront l’objet d’une seconde partie, où sera mis en évidence le contexte de recompositions métropolitaines dans lequel interviennent les Boliviens. Une approche par les réseaux permettra, en troisième partie, de mieux comprendre les recompositions territoriales en jeu derrière les « mobilités maraîchères » de Buenos Aires.

1. Des migrations saisonnières à la circulation régionale : mobilité sociale et changement d’échelle des déplacements boliviens

  • 5 Les chiffres sont donnés à titre indicatif. Le recensement national de 2001 compte 233 500 Bolivien (...)

5Aujourd’hui, le nombre de producteurs maraîchers boliviens dans l’AMBA s’élèverait environ à un millier. Plus que l’exactitude des chiffres5, il faut retenir la participation minime de cette catégorie professionnelle à la population bolivienne de l’aire métropolitaine et la surreprésentation de ces étrangers dans le secteur économique maraîcher. On prend pour hypothèse que l’omniprésence des Boliviens (et de leurs descendants) dans le secteur résultent de mobilités particulières qui leur confèrent une position à part dans la population bolivienne en Argentine et dans l’évolution du maraîchage argentin.

  • 6 Chili, Bolivie, Paraguay, Uruguay, Brésil.
  • 7 Depuis le recensement de 1869 (date de la première prise en compte des migrants dans les registres (...)
  • 8 L’accent mis sur l’activité maraîchère ne doit pas faire oublier que l’immense majorité des Bolivie (...)

6Le couple migratoire Bolivie / Argentine s’inscrit dans la tradition des migrations entre l’Argentine et ses voisins du Cône Sud [Balán, 1992]. Les migrants issus des pays limitrophes6 ont contribué de façon constante au solde migratoire de l’Argentine7, mais ce n’est qu’à partir des années 1960 qu’ils ont acquis une visibilité croissance [Maguid, 1995], lorsque leur part dans la population totale a devancé celle des migrants d’outre-Atlantique. Ainsi, la migration bolivienne, déjà remarquée en 1869 dans les provinces du nord-ouest, prit de l’importance à partir des années 1930, avec le développement des économies régionales et la demande croissante de main-d’œuvre dans les exploitations sucrières, « tabacoles » (provinces de Salta et de Jujuy, au nord-ouest) ou viticoles (province de Mendoza, à l’ouest) [Celton, 1995 ; carte 2]. Le rythme des récoltes donnait lieu à des migrations saisonnières, dites « golondrinas » (littéralement hirondelles), entre les différentes provinces argentines et à des retours annuels en Bolivie. À partir des années 1960 et surtout 1970, la mécanisation des industries de Salta et Jujuy déplaça vers l’ouest les parcours des saisonniers. Ils se dirigèrent alors vers la province de Tucumán, pour sa production sucrière, et de façon massive vers les provinces de Córdoba et Buenos Aires, pour leurs ceintures maraîchères et leur abondante offre d’emplois dans les secteurs industriels et productifs8. Les premiers ouvriers agricoles boliviens des exploitations maraîchères de Buenos Aires apparurent au milieu des années 1970. Après l’établissement des pionniers et la publicité qui leur fut faite, les trajectoires des migrants saisonniers depuis la Bolivie devinrent de plus en plus directes. Dès les années 1980 et surtout 1990, le nombre d’allers-retours se réduisit au profit d’installations prolongées. En effet, avec 13 millions d’habitants, soit 38 % de la population argentine, l’Aire métropolitaine de Buenos Aires dispose de la plus forte demande en légumes frais du pays, comblée de 60 à 90 % (selon les saisons) par les productions de la ceinture maraîchère [Benencia, 2004] : de quoi rendre indispensable une main-d’œuvre abondante.

Carte 2. Régions boliviennes et argentines traversées par les migrants

Carte 2. Régions boliviennes et argentines traversées par les migrants

Réalisation : Julie Le Gall, 2010 – fond de carte : Philcarto (http://philcarto.free.fr).

Carte 3. Localisation des marchés de gros spécialisés en légumes et principaux accès à Buenos-Aires

Carte 3. Localisation des marchés de gros spécialisés en légumes et principaux accès à Buenos-Aires

Source : Entretiens personnels.
Réalisation : Julie Le Gall – 2010 ;

Graphique 1. Échelle bolivienne de puis les périphéries maraîchères

Graphique 1. Échelle bolivienne de puis les périphéries maraîchères

7Choisir d’abandonner les migrations saisonnières et de s’installer dans les espaces maraîchers de la capitale argentine s’explique par un phénomène de mobilité sociale propre à l’activité maraîchère. « L’échelle bolivienne » (« escalera boliviana »), mise en évidence par R. Benencia [1997], décrit le changement de statut des migrants boliviens qui sont successivement ouvriers agricoles (peones), métayers (mediero ) et producteurs à leur compte, propriétaires (rarement) ou locataires, auquel on peut adjoindre un échelon supplémentaire, celui de commerçant dans un marché de gros [Le Gall, op. cit.] . Le graphique 1 relate l’ascension de quatre producteurs et propose différents cas de figure. On perçoit les rythmes d’ascension différenciés et le raccourcissement, ces dernières années, du circuit qui mène à la location des terres.Ces trajectoires sociales sont porteuses de mobilités variées, puisque les producteurs maraîchers sillonnent toutes les routes périphériques de l’aire métropolitaine pour vendre leurs légumes frais. Ces déplacements restent toutefois sélectifs dans le temps et dans l’espace et sont dédiés en priorité à l’activité économique du foyer. Ils dépendent des horaires et de la localisation des marchés de gros (carte 3), éventuellement des lieux de référence boliviens, comme le quartier ethnique de Liniers dans la capitale ou le centre commercial d’Escobar. Ces mobilités sélectives dessinent une Buenos Aires maraîchère et organisée autour de pôles que l’on pourrait qualifier de « mini Bolivie » [Cortès, 2001].

  • 9 Trop peu d’études concernent encore ces secteurs d’emploi de la collectivité bolivienne. Les élémen (...)

8Les mobilités socio-spatiales décrites expriment une double innovation. En premier lieu, dans le couple Bolivie / Argentine, l’ascension sociale fait passer les Boliviens d’un système migratoire saisonnier international à une circulation quotidienne régionale. Elle leur permet de dépasser la situation intermédiaire d’immobilité imposée par leur statut d’ouvrier ou de métayer, dans laquelle semblent confinés plus longtemps les migrants boliviens du secteur textile ou de l’emploi domestique9. En second lieu, au sein du système argentin d’approvisionnement en légumes, l’existence d’un acteur portant la triple casquette de producteur, transporteur et commerçant grossiste ne s’était jamais vue auparavant : cette nouvelle mobilité sociale explique la présence des migrants boliviens à tous les échelons du secteur économique maraîcher.

9Si on fait abstraction de cette superposition des fonctions, les mobilités des producteurs boliviens sont-elles originales ? À l’écoute des producteurs italiens ou portugais et à la lecture de la bibliographie historique, les déplacements vers les marchés ont toujours fait partie des tâches des producteurs. Il s’agit même d’une caractéristique intrinsèque à tout système d’approvisionnement, organisé sur la mobilité en étant « à la fois le processus d’acheminement des productions jusqu’à la ville et leur distribution à l’intérieur de l’espace urbain » [Douzant-Rosenfeld, Grandjean, 1996]. Dans les dynamiques des populations rurales, les études renouvelant l’approche villes / campagnes des pays du Sud [Chaléard, Dubresson, 1999] ont aussi démontré le rôle des circulations des producteurs dans l’alimentation des villes et le poids des transporteurs [Chaléard, op. cit.]. La nouvelle mobilité sociale des Boliviens ne suffit donc à expliquer ni leur dispersion, ni leurs déplacements dans l’aire métropolitaine, ni leur hégémonie sur l’ensemble des espaces maraîchers. L’observation des spécificités conjoncturelles et structurelles du système d’approvisionnement de Buenos Aires apporte un éclairage supplémentaire pour avancer dans la réflexion.

2. Nouvelles circulations, mutations métropolitaines : les boliviens, témoins des recompositions

10Depuis quelques années, les mobilités et les pratiques sont au cœur des études sur les métropoles [Capron et al., op. cit. ; Dureau et al., 2000]. Plus particulièrement dans les métropoles des pays du Sud, les mobilités géographiques sont perçues, non comme un instrument de mesure des avancées par rapport au Nord, mais comme un outil d’analyse des recompositions socio-spatiales spécifiques [Dubresson, 2000]. Quelles mutations métropolitaines sont mises en lumière par les mobilités boliviennes dans le secteur maraîcher ?

11En premier lieu, l’insertion massive des migrants boliviens dans l’activité maraîchère à partir de la fin des années 1980 s’effectua à la faveur d’une crise sociale : la plupart des enfants des producteurs d’origines italienne, portugaise ou japonaise ne souhaitaient pas reprendre l’activité de leurs parents, qui s’avérait à cette époque trop peu rentable. Par nécessité, ils louèrent alors leurs terres aux Boliviens. D’autres le firent par stratégie : les commerçants grossistes louèrent ainsi leur emplacement, suivant « une logique de rente, comme d’autres possèdent des appartements pour les louer » (commentaires de l’administrateur du marché de La Matanza). L’ascension des Boliviens s’appuie avant tout sur la libération d’une niche professionnelle.

12Les nouvelles circulations des Boliviens sont ensuite intimement liées aux évolutions néolibérales, sociales, politiques et économiques, qui touchèrent l’Argentine dans les années 1990, et à leurs répercussions spatiales métropolitaines. La « dollarisation » de l’économie argentine, menée par le Président Carlos Ménem en 1989, entraîna une augmentation des flux d’immigration vers l’Argentine, accentuée par l’amplification du différentiel entre la Bolivie et l’Argentine à la suite de la crise économique bolivienne des années 1980. Dans le secteur maraîcher, la parité établie entre le peso et le dollar incita les migrants à quitter la Bolivie autant qu’elle leur permit de s’installer en Argentine. Par exemple, l’un des premiers achats effectués par un Bolivien, avec ses économies de métayer ou de récent producteur, était (et c’est toujours le cas) une camionnette ou un camion (photo 1) : l’accumulation d’un capital financier autorisait le chef de famille à rentrer en Bolivie pour l’acheter à un meilleur prix qu’en Argentine ; cet investissement lui garantissait ensuite le transport et la vente de ses propres légumes et le libérait de la tutelle d’un patron. De façon évidente et paradoxale, la possibilité de circuler dans le pays d’accueil donna ainsi aux Boliviens la possibilité de rester.

13En parallèle, les Boliviens bénéficièrent d’une mutation profonde des transports métropolitains. En 1992, l’État argentin lança un appel d’offre pour la concession des grandes œuvres publiques, dont les axes routiers principaux menant à Buenos Aires. En échange, les entreprises s’engageaient à rénover et à moderniser ces accès avant de pouvoir y appliquer un droit de péage. En 1995, s’ouvrirent ainsi des autoroutes à quatre voies se dirigeant vers Buenos Aires ; commença aussi la modernisation des routes périphériques. Ces autoroutes, dont l’extension se poursuit, relient aujourd’hui les espaces de production aux espaces de commercialisation et connectent les différentes périphéries (carte 3).

  • 10 Malgré la crise de 2001 et la reprise en main de l’État sur son territoire.

14Le jeu des transformations spatiales métropolitaines, initiées dans un contexte néolibéral, est à double tranchant. D’un côté, il a amélioré les liens métropolitains et, par conséquent, la connexion et l’accessibilité des espaces maraîchers, ce qui garantit leur développement. De l’autre, la politique néolibérale a favorisé les investissements privés résidentiels et productifs dans les périphéries septentrionale et occidentale de Buenos Aires, au détriment d’autres usages comme le maraîchage [Vidal-Koppman, 2006]. L’existence même d’espaces ruraux productifs dans la ville pourrait être d’autant plus compromise que l’on assiste, depuis 2003, à un renouveau des investissements [Barsky, Vio, 2007]10. Pourtant, le volume de légumes produits et le nombre de marchés de gros n’ont jamais été aussi importants. Les pressions spatiales complexes n’ont pas entraîné la disparition mais, au contraire, une restructuration des réseaux d’approvisionnement en légumes, selon deux tendances : l’éloignement des zones de production vers la quatrième couronne, au fur et à mesure de la croissance urbaine, et la multiplication des espaces de commercialisation de gros, notamment au cœur des espaces productifs. La dispersion des maraîchers boliviens dans l’ensemble de l’Aire métropolitaine de Buenos Aires s’explique par ces mutations.

Photo 1. Entrée du marché bolivien de Pilar

Photo 1. Entrée du marché bolivien de Pilar

Légende : Derrière le drapeau et les affiches aux couleurs boliviennes, on distingue la halle du marché de Pilar, où viennent décharger ou charger des poids lourds appartenant à des maraîchers boliviens. L’achat d’un moyen de transport, coûteux, fait l’objet d’incompréhension de la part des Argentins : alors que les Boliviens continuent à vivre de façon très modeste (maisons de bois, de tôle, sol en terre, une pièce à vivre pour toute la famille), ils n’hésitent pas à investir dans un camion « zéro kilomètres ». Actuellement, celui-ci coûte entre 240 000 et 400 000 pesos, auquel il faut ajouter le prix d’un conteneur, soit au total entre 70 000 et 120 000 US$.

  • 11 L’inflation qui a suivi la crise de 2001 fit monter le dollar de « un à un » à « un à trois ». Un p (...)

15Contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, la crise multiforme de 2001, qui plongea la moitié de la population argentine sous le seuil de pauvreté, ne provoqua pas de retours massifs en Bolivie. Les années 2000 confirmèrent le développement des circulations régionales au détriment du nombre de déplacements internationaux. Le cas des pérégrinations interprovinciales est devenu moins fréquent. Les allers-retours annuels entre la Bolivie et l’aire métropolitaine pour les travaux d’été semblaient s’être mieux maintenus, mais les plaintes des producteurs sur la difficulté à trouver de la main-d’œuvre « capable » (entendons « bolivienne ») montrent que ce type de déplacements est de plus en plus rare. Les primo-migrants se dirigent plus facilement vers les secteurs textiles où ils disent être mieux payés pour un travail moins fatigant. Enfin, les retours au pays des migrants installés s’amenuisent aussi. Dans les années 1990, la parité peso / dollar rendait le voyage accessible, même en avion. Dans les années 2000, la crise et la chute des prix de vente limitent les congés au pays. Les producteurs ont d’autres investissements à rentabiliser en priorité, comme les intrants dont les coûts n’ont pas diminué (plastiques et piquets pour les serres, bâches pour les fraises, etc.)11. Les recettes des mois de novembre et décembre, au début de la saison d’été, déterminent alors la possibilité du voyage - en bus - et l’identité et le nombre des membres de la famille qui partiront en janvier et février.

  • 12 En effet, certains producteurs peuvent avoir tous migré en Argentine mais avoir maintenu des liens (...)

16Toutefois, les difficultés économiques des années 2000 ne suffisent pas à rendre compte de la diminution des circulations internationales. La majorité des personnes interrogées ne retourne en Bolivie que pour des vacances, « pour montrer le pays aux enfants ». Certains producteurs ont maintenu très peu de contacts avec le pays d’origine car leur famille élargie réside en Argentine. Ces éléments confirment une tendance, identifiée notamment chez les producteurs : les liens régionaux déployés à l’échelle de Buenos Aires, familiaux, économiques, culturels, qui reflètent une certaine intégration des Boliviens à la société d’accueil, viennent se surajouter aux liens transnationaux, sans les remettre en question12.

  • 13 Qui s’est poursuivie dans les années 1990 malgré le contexte d’ouverture du Mercosur (Marché commun (...)

17L’évolution de ces circulations tient aussi au droit à la mobilité des Boliviens. Construite au long des vagues d’immigration, notamment européenne, l’Argentine possède une longue tradition d’accueil des migrants [Celton, op. cit. ; Maguid, op. cit.]. Les conditions d’entrée ne sont pas des plus restrictives : « l’Argentine offre une flexibilité d’entrée, de sortie et de résidence. Elle n’exige ni visas, ni billets de retour pour que le migrant puisse entrer dans le pays. Le voyageur peut obtenir à la frontière un permis temporaire pour rentrer sur simple présentation de sa carte d’identité ou d’un sauf-conduit », signale R. Benencia [2003]. Dans les faits cependant, on observe depuis les années 1970 un durcissement des politiques d’entrée à l’égard des migrants venant des pays limitrophes [De Marco, 1986 ; Maguid, op. cit.]13, au point qu’A. Grimson parle, pour les années 1990, de « politique officielle de xénophobie » [Grimson, 2007]. Ces pratiques territoriales de fermeture furent perceptibles au quotidien chez les Boliviens du secteur maraîcher [Benencia, 2004], victimes d’actes racistes à répétition, tels que la vérification systématique des papiers aux contrôles policiers ou la confiscation des marchandises vendues. Plus extrême, la vague de violence qui s’est abattue dans les exploitations maraîchères de Pilar en 2002 a conduit au vol de camions, au cambriolage des maisons et à des agressions physiques graves. Mais ces traitements ont rarement constitué un obstacle à la circulation des maraîchers boliviens dans l’aire métropolitaine. Ils s’arrangeaient avec les autorités, grâce à un billet glissé dans la poche de certains fonctionnaires, en payant de temps en temps une amende ou en recourant à d’autres moyens de transport.

  • 14 La loi de Migrations nº25.871 a été sanctionnée le 17 décembre 2003 et promulguée dans le Bulletin (...)

18Sur le plan juridique, la question de la libre circulation des hommes a été abordée dans le cadre du Mercosur seulement en 2004, alors que la circulation des biens et marchandises était déjà garantie depuis la création du marché commun en 1994. La loi Giustiniani (2004) 14et le plan « Patría Grande » (2006) marquent le démarrage d’une nouvelle politique migratoire. Ce plan donne la possibilité aux étrangers sans papiers issus du Mercosur et des pays associés de régulariser leur situation juridique à l’échelle locale, au plus près de leur lieu de résidence. Des départements comme celui de Pilar ont encouragé ces démarches, qui ont « détendu » les circulations des Boliviens. Les propos à l’égard des producteurs maraîchers ont évolué dans le même sens entre 2006 et 2009 : les vieux commerçants et producteurs démontrent désormais du respect pour le travail qu’ils fournissent. La loi comme les pratiques semblent ainsi entériner une situation de fait, qui favorise l’installation des Boliviens en Argentine.

19La répartition et les nouvelles circulations des Boliviens entre les espaces maraîchers sont ainsi liées au contexte très particulier de l’Argentine des années 1990 et 2000. L’insertion dans la métropole de ces nouveaux acteurs s’est faite à la faveur de trois décennies de transformations influencées par des facteurs internes et externes au secteur maraîcher. La particularité des Boliviens est de ne pas seulement s’appuyer sur un système d’approvisionnement existant et en pleine mutation : ils le renouvellent aussi par leur capacité à utiliser les nouveaux réseaux métropolitains.

3. Réseaux et « mobilités maraîchères » : les boliviens, acteurs des recompositions

20L’analyse des réseaux s’inscrit dans la logique de celle des mobilités : les réseaux apparaissent tantôt comme des supports, tantôt comme des moyens de réduction de la distance. En géographie, la figure du réseau est multiple. On peut parler de figures classiques, représentées par les réseaux matériels ou techniques (voiries, réseaux d’eau), et de nouvelles figures, immatérielles, apparues au cours des années 1990 (nouvelles technologies de l’information et de la communication). Les éléments constitutifs des réseaux sont « les lieux et les chemins », « les nœuds et les segments » [Brunet et al., 2000] ou « divers points localisés d’un espace géographique » [Dupuy, 1993]. La géographie s’est également nourrie des réseaux sociaux, apportés par la sociologie et les études sur les migrations. L’approche sociale des réseaux invite à considérer la relation entre ces éléments [Mercklé, 2004]. En ce sens, les nouvelles mobilités des Boliviens seraient dues, non seulement aux nouveaux territoires qu’ils créent, mais surtout à la relation qu’ils établissent entre eux. Elles s’appuient sur les trois types de réseaux, matériels, virtuels, sociaux, et génèrent des mobilités qui dépassent le cadre de la collectivité bolivienne.

21Les réseaux sociaux ont facilité la connexion des espaces de production aux réseaux de commercialisation et les circulations croissantes des Boliviens au sein de l’aire métropolitaine. La sociologie des réseaux distingue réseaux informels et formels. Les premiers « n’impliquent pas une adhésion volontaire et sont en cela quasiment synonymes de communauté naturelle » ; les seconds « sont caractérisés par une organisation qui les fonde à travers des règlements ou textes juridico-administratifs » : ils sont « ouverts à l’adhésion volontaire » [Hily et al., 2004]. Cette double définition se retrouve chez les producteurs boliviens à travers les liens familiaux et les associations de la collectivité bolivienne.

22En premier lieu, pour un producteur, aller vendre au marché a un coût humain, temporel et financier que seule l’importance de la famille nucléaire permet de supporter. Il faut payer l’essence, les péages, les pannes du véhicule, le déchargement, la location de l’emplacement, les différents impôts propres à chaque marché. Il faut aussi prévoir dans l’emploi du temps le chargement, le transport jusqu’au marché, le déchargement, le temps de la vente, le rangement de l’emplacement, le retour sur l’exploitation. Sans leurs épouses, les producteurs boliviens ne pourraient assumer les sacrifices exigés par le processus de commercialisation, en particulier parce que le marché se tient en général à des horaires décalés. La femme, en restant à la maison, garantit le fonctionnement de l’exploitation ou, plus fréquemment, s’occupe de la vente pendant que son mari se repose. Les aînés peuvent aussi assurer ces tâches et se relayer entre frères et sœurs. D’après le consul de Bolivie, cette répartition des rôles, qui provoque une féminisation des espaces maraîchers, tient aux caractéristiques mêmes de la communauté bolivienne et à la participation impérative de chacun à l’économie familiale. Un même réseau familial unit ainsi espaces ruraux et espaces urbains et garantit la fluidité des échanges.

23Par ailleurs, à partir de 1995, les producteurs boliviens se sont regroupés en collectivités qui prirent rapidement la fonction de marchés de gros afin d’assurer de nouveaux débouchés et d’influer sur le prix des légumes (photo 1). Au sein des zones de production maraîchère du nord et de l’ouest de Buenos Aires, ces associations formelles créent un nouveau niveau de mobilité, à l’échelle locale, car les producteurs peuvent vendre leurs légumes à proximité de leur exploitation. Par exemple Paula, commerçante au marché de Pilar, provient d’une exploitation située à 300 mètres du marché. Son mari y demeure tandis que ses enfants travaillent dans la zone industrielle voisine. Dans d’autres cas, les réseaux sociaux priment sur la distance et définissent l’échelle des mobilités : ainsi deux producteurs, interrogés dans une zone de production à Pilar, préfèrent vendre au marché de première couronne de La Matanza plutôt qu’aux marchés voisins de Pilar ou d’Escobar. Leur insertion ancienne dans ce marché, les prix et la présence de toute leur famille justifient ce choix qui permet aussi de mutualiser les déplacements. Les réseaux sociaux, portés par des stratégies individuelles et familiales différenciées, jouent un rôle majeur dans l’échelle des mobilités depuis les espaces ruraux.

24Les nouveaux marchés fonctionnent comme les points d’ancrage de nouvelles « mobilités maraîchères » grâce à l’usage que font les Boliviens des réseaux de transport (carte 3). Tous les nouveaux marchés de gros sont localisés en des lieux stratégiques, près des axes de circulation principaux de l’aire métropolitaine : à Escobar, au croisement entre l’autoroute 9 et la route 25 ; à Pilar, entre l’autoroute 8 et la route 25 ; à Moreno, entre l’autoroute 7 et la route 25 (carte 4). En une heure et demie tout au plus, les marchés sont reliés à la fois aux zones de production majeures (la zone Nord, voisine, et la zone de La Plata, au sud), aux espaces de commercialisation en gros les plus compétitifs (ceux de la première couronne) et aux espaces de commercialisation au détail les plus dynamiques (la ville-centre). Cinq à dix ans après leur création, les marchés de la collectivité bolivienne sont devenus des éléments importants de l’économie des périphéries maraîchères et constituent à la fois des nœuds majeurs et des nœuds secondaires du système d’approvisionnement de Buenos Aires en légumes frais.

Carte 4 : Le marché de gros de Moreno, une localisation stratégique

Carte 4 : Le marché de gros de Moreno, une localisation stratégique

Réalisation : Julie Le Gall - 2010

  • 15 La zone de production de La Plata possède la plus grande superficie de serres de la ceinture maraîc (...)

25Tous les acteurs bénéficient des échanges de produits suscités par ces marchés connectés. Certains producteurs grossistes de la zone Nord profitent des facilités d’accès à la zone Sud pour compléter leur étal en produits de meilleure qualité15. Le voyage jusqu’aux exploitations de la zone Sud représente une plus-value qualitative pour leur commerce de gros. Les producteurs de La Plata, quant à eux, trouvent dans cet échange un débouché supplémentaire. De leur côté, les grossistes de la première couronne ou les détaillants de Buenos Aires font le déplacement jusqu’à ces marchés pour y trouver des légumes d’une grande fraîcheur à des prix intéressants. Les nouveaux marchés sont donc collecteurs des productions locales de la zone Nord et de la zone Sud, distributeurs principaux pour la vente en gros à des détaillants de la zone Nord, pôles relais pour les commerçants grossistes des marchés de première couronne. Ces mobilités innovantes (existant depuis trois ans seulement), introduites par la collectivité bolivienne, apparaissent comme une réponse du secteur maraîcher à l’éloignement forcé des espaces productifs. Elles renforcent aussi la spécialisation de ces espaces, entre une zone Sud dédiée à la production et une zone Nord partagée entre production et commercialisation de gros.

  • 16 Le téléphone implique d’acheter des recharges qui sont décomptées à chaque appel. Elles coûtent de (...)

26Un dernier élément favorise les nouvelles mobilités : la circulation de l’information. Indispensable à l’insertion dans des réseaux commerçants [Chaléard, op. cit.], elle est portée à Buenos Aires par l’existence de deux réseaux immatériels : les réseaux sociaux des migrants et le « nextel ». L’appartenance des migrants, issus par exemple du même village bolivien, à des réseaux informels permet d’accéder aux marchés de gros : au début des années 1990, un migrant venant livrer ses productions avait vent d’un emplacement libre, se renseignait sur la procédure à suivre pour le louer et servait ensuite d’informateur pour que ses amis, voisins, cousins proches et éloignés, puissent s’installer. Au quotidien, les réseaux virtuels améliorent aussi la connaissance des prix et de la disponibilité des produits. Le « nextel » est apparu avec les téléphones mobiles et s’est répandu ces dernières années chez les producteurs et commerçants de la collectivité bolivienne de Buenos Aires. Avec ce système de communication qui s’apparente à des talkies-walkies longue distance, il est possible de passer gratuitement des appels dans toute l’aire métropolitaine et au-delà, jusque dans des provinces éloignées. Malgré le coût mensuel important, il reste plus intéressant que le mobile classique pour les producteurs16 car il offre de nombreux avantages. Cette technologie inverse au profit du producteur le rapport avec le commerçant. Le « nextel » renseigne au quotidien sur la fluctuation des prix au sein des marchés (notamment au marché central) et sur les différences avec les prix pratiqués par les acheteurs au bord du champ. Auparavant, un producteur dans l’ignorance pouvait s’exposer à une négociation défavorable : une différence de un ou deux pesos par caisse de laitues, rapportée à 100 ou 200 caisses, équivaut à un manque à gagner de 100 à 200 pesos. Le « nextel » encourage aussi les mobilités des producteurs et commerçants du nord vers le sud de la métropole. Un producteur qui constate que sa production est insuffisante ou de piètre qualité a la possibilité, s’il possède un camion, d’aller la compléter par des légumes issus de La Plata. Mais avant de réserver la marchandise et de faire le déplacement, il vérifie par « nextel » son prix de vente et sa disponibilité et évalue la marge qu’il pourra tirer en incluant les frais de déplacement. Le « nextel » permet un gain de temps considérable. Il augmente le volume des mobilités et les rend plus sélectives en facilitant des rapports directs entre producteurs et entre producteurs et commerçants non boliviens.

27De nouvelles mobilités se développent entre périphéries productives, marchés de gros de la collectivité bolivienne et marchés de la première couronne investis par les Boliviens. Portées par ces acteurs et leurs descendants, elles influencent la circulation des légumes frais et de l’information et tendent à contourner le marché central, aux mains des acteurs traditionnels du maraîchage (Argentins, Italiens, Portugais et leurs descendants) (carte 3). Cette mainmise des Boliviens, qui complexifie les réseaux de commercialisation des légumes frais, pourrait entériner l’échec de la centralisation du système d’approvisionnement maraîcher de Buenos Aires.

Conclusion : nouvelles « mobilités maraîchères », nouvelles politiques territoriales

28L’étude des mobilités des maraîchers boliviens de Buenos Aires a mis en évidence des mutations profondes affectant la métropole argentine depuis la fin des années 1980. Le circuit emprunté par les légumes avant d’arriver chez le consommateur, les moyens de transport, le type, l’échelle et le temps des déplacements ont changé. Le parcours des producteurs, des productions, de l’information, a été amplifié, modifié, au même titre que les nœuds constitutifs du système d’approvisionnement en légumes de Buenos Aires. Les mailles de ce dernier apparaissent de plus en plus serrées et mouvantes, s’adaptant chaque jour aux contingences du commerce de légumes et aux stratégies des acteurs. Les Boliviens profitent d’un ensemble de facteurs conjoncturels propres à l’Argentine des années 1990 pour s’insérer et circuler dans l’aire métropolitaine ; grâce à l’utilisation efficace et spécifique des réseaux matériels et immatériels, ils impulsent des mobilités innovantes dans l’activité maraîchère des années 2000.

29Les « mobilités maraîchères » suggèrent une évolution du couple migratoire Bolivie / Argentine vers une « installation dans le mouvement » des migrants et de leurs descendants, à l’échelle régionale du pays d’accueil. Les producteurs s’appuient sur leurs réseaux de connaissances, souvent créés « là-bas » et recréés « ici », pour circuler entre les interstices maraîchers de Buenos Aires. Ces maraîchers « hypermobiles », que l’on désigne plus volontiers comme farmers que comme campesinos (comme on les appellerait en Bolivie), pourraient être les « fourmis » de Buenos Aires, pour reprendre l’expression d’A. Tarrius [1992]. Face à l’image de cette ville, « paradigme de la métropole latine fragmentée » [Prévôt-Schapira, 2005], les nouveaux réseaux que tissent les Boliviens et leurs descendants, à partir des espaces ruraux métropolitains, dessinent une Buenos Aires plus articulée, plus intégrée.

30Ces mutations de la circulation des produits et des acteurs du maraîchage se font vitrines de la participation des Boliviens et de leurs descendants aux aménagements métropolitains. Face aux différentes pressions qui ont affecté l’activité maraîchère, notamment la croissance sauvage et par à-coups des investissements privés des années 1990, les Boliviens ont pris, de fait, le relais d’un acteur étatique plutôt absent et ont montré le rôle clé qu’ils jouaient dans l’organisation des périphéries de Buenos Aires et le maintien d’espaces ruraux productifs. Aujourd’hui, les autorités politiques ont perçu qu’ils ne pouvaient plus passer à côté des Boliviens pour la mise en place de politiques périurbaines. Les subventions à l’agriculture octroyées par la Présidence de la Nation aux producteurs familiaux (avril 2008) ou la création « d’agences périurbaines » de l’INTA (équivalent de l’INRA), qui donnent lieu à des ateliers, séminaires et formations, rendent compte du nouveau dialogue qui s’est établi entre les producteurs maraîchers et les institutions locales. On peut lire, dans ces chantiers politiques, la reconnaissance des migrants originaires des pays limitrophes et de leur rôle sur le plan territorial en faveur de leur installation durable en Argentine.

31Toutefois, les droits attribués appellent aussi des devoirs, notamment celui de clarifier les pratiques économiques. Si, jusqu’à présent, les nouvelles « mobilités maraîchères », portées par les Boliviens et leurs descendants, ont pu contourner les circuits officiels, les politiques municipales réfléchissent à des solutions pour mieux contrôler les mouvements commerciaux. Il s’agit de capter une manne économique mais aussi de garantir aux habitants de Buenos Aires une certaine traçabilité des légumes produits et commercialisés.

Haut de page

Bibliographie

BABY-COLLIN V., CORTÈS G., FARET L., GUÉTAT-BERNARD H. [dir.] (2009), Migrants des Suds, Montpellier, IRD Éditions, Coll. Objectifs Suds, 400 p.

BALÁN J. (1992), « The role of migration policies and social networks in the development of a migration system in the Southern Cone », in M.M. Kritz, L.L. Lim, H. Zlotnik, International migration systems : a global approach, Oxford, Clarendon Press, pp. 115-130.

BARSKY A., VIO M. (2007), La problemática del ordenamiento territorial en cinturones verdes periurbanos sometidos a procesos de valorización inmobiliaria. El caso del partido del Pilar, Región metropolítana de Buenos Aires., IX Coloquio internacional de geocrítica, Porto Alegre.

BENENCIA R. (1997), De peones a patrones quinteros. Movilidad social de familias bolivianas en la perifería bonaerense, Estudios migratorios latinoamericanos, n° 35, pp. 63-101.

BENENCIA R. (2003), « Apéndice : La inmigración limítrofe », in F.J. Devoto, Historia de la inmigración en la Argentina, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, Historia argentina, pp. 433-484.

BENENCIA R. (2004), Trabajo y prejuicio. Violencia sobre inmigrantes bolivianos en la agricultura periférica de Buenos Aires, Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, pp. 97-118.

BOYER F., GONIN P. (2001), L'ici et l'ailleurs, une territorialité du parcours : circulations sahéliennes, Mosella, n° 3-4, pp. 229-235.

BRUNET R., FERRAS R., THÉRY H. (2000), Les mots de la géographie, Montpellier, Reclus, 520 p.

CAPRON G., CORTÈS G., GUÉTAT-BERNARD H. (2005), Liens et lieux de la mobilité : ces autres territoires, Paris, Belin, Collection Mappemonde, 343 p.

CELTON D. E. (1995), Plus d’un siècle d’immigration internationale en Argentine, Revue européenne des migrations internationales, n° 2, pp. 145-163.

CHALÉARD J.-L. (1996), Temps des villes, temps des vivres. L'essor du vivrier marchand en Côte-d'Ivoire., Paris, Karthala, Coll. « Hommes et Sociétés », 661 p.

CHALÉARD J.-L., DUBRESSON A. (1999), Villes et campagnes dans les pays du Sud. Géographie des relations, Paris, Karthala, Collection Hommes et sociétés, 258 p.

CORTÈS G. (2000), Partir pour rester. Survie et mutation de sociétés paysannes andines (Bolivie), Montpellier, IRD Éditions, Collection À travers champs, 412 p.

CORTÈS G. (2001), Les Boliviens à Buenos Aires : présence dans la ville, repères dans la ville, Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, pp. 119-146.

DE MARCO G. M. (1986), Extranjeros en la Argentina : cuantía y continuidad de los flujos inmigratorios limítrofes, 1970-1985, Estudios migratorios latinoamericanos, n° 3, pp. 323-350.

DOUZANT-ROSENFELD D., GRANDJEAN P. [dir] (1996), Nourrir les métropoles d'Amérique latine, Paris, L'Harmattan, 302 p.

DUBRESSON A. (2000), « Mise en perspective comparative des 19 métropoles mondiales », in F. Dureau, V. Dupont, E. Lelièvre, J.-P. Lévy, T. Lulle [dir.] (2000), Métropoles en mouvement, une comparaison internationale, Paris, IRD Anthropos, Éditions Economica, Coll. Villes.

DUPUY G. (1993), Géographie et économie des réseaux, L'Espace géographique, n° 3, pp. 193-207.

DUREAU F., DUPONT V., LELIÈVRE E., LÉVY J.-P., LULLE T. [dir.] (2000), Métropoles en mouvement, une comparaison internationale, Paris, IRD Anthropos, Éditions Economica, Coll. Villes, 656 p.

DUREAU F., LÉVY J.-P. (2002), L'accès à la ville. Les mobilités spatiales en question, Paris, L'Harmattan, Collection Habitat et sociétés, 411 p.

FARET L. (2003), Les territoires de la mobilité, espaces migratoires et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis, Paris, CNRS Éditions, Collection. Espaces et milieux, 364 p.

GARCÍA M., KEBAT C. (2008), Transformaciones en la horticultura platense. Una mirada a través de los censos, Realidad económica, n° 237, pp. 110-134.

GRIMSON A. (2007), Immigration et préjugés discriminatoires, DIAL Diffusion d'information sur l'Amérique latine - D 2938, Article disponible à l'adresse : <http://www.alterinfos.org/spip.php ?article1131> Accès en septembre 2007.

HILY M.-A., BERTHOMIÈRE W., MIHAYLOVA D. (2004), La notion de « réseaux sociaux » en migration, Hommes et migrations, n° 1250, pp. 6-13.

LE GALL J. (2007), Quand les migrants construisent des territoires : Le marché de gros de la Matanza, nouveau territoire bolivien de Buenos Aires, Second Congrès bisannuel du GIS Amérique latine, Rennes.

LÉVY J., LUSSAULT M. [dir] (2003), Dictionnaire de la géographie, de l'espace et des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MAGUID A. (1995), L’immigration des pays limitrophes dans l’Argentine des années 1990, mythes et réalités, Revue des Migrations Internationales, n° 2, pp. 167-187.

MERCKLÉ P. (2004), Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La découverte et Syros, Coll. Repères, 121 p.

Ministerio de Asuntos Agrarios, Ministerio de Economía, Gobierno de la Provincia de Buenos Aires (2006), Censo Hortiflorícola de la Provincia de Buenos Aires 2005, La Plata, Dirección Provincial de Estadística, 115 p.

PÉRALDI M. [dir.] (2001), Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 361 p.

PÉRALDI M. [dir.] (2002), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose, 495 p.

PIZARRO C. (2009), Olor a negro. Discurso, discriminación y segmentación étnica en el lugar de trabajo, IV Coloquio de investigadores en estudios del discurso, Córdoba.

PRÉVÔT-SCHAPIRA M.-F. (2005), De l'usage de la fragmentation urbaine en Amérique latine (vue de Buenos Aires), in B. Bret, Intégration et fragmentation en Amérique latine, Bulletin de l’Association de Géographes Français, nº4, Paris, pp. 483-495.

TARRIUS A. (1992), Les fourmis d'Europe : migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes internationales, Paris, L' Harmattan, 210 p.

VIDAL-KOPPMAN S. (2006), La articulación global-local o cuando los actores privados construyen una nueva ciudad, Scripta Nova. Revista electrónica de geografía y ciencias sociales. <http://www.ub.es/geocrit/sn/sn-218-39.htm.

Haut de page

Notes

1 Soit 34 départements qui incluent la ville de Buenos Aires (Capitale Fédérale), les départements du Grand Buenos Aires et du Grand La Plata et certains départements de la troisième couronne (Escobar, Cañuelas, General Rodríguez, Marcos Paz, Pilar et San Vicente).

2 Expression argotique péjorative construite sur le terme de « boliviano », bolivien.

3 Barbecue argentin.

4 On rejoint ici les travaux sur les sociétés rurales analysées sous l’angle des mobilités : ce paradigme « mobilitaire » a montré leur dimension dynamique et le rôle des migrations temporaires et définitives dans leur développement [Cortès, 2000].

5 Les chiffres sont donnés à titre indicatif. Le recensement national de 2001 compte 233 500 Boliviens, quand l’ambassade de Bolivie en annonce entre 1,5 et 2 millions en Argentine et quand, pour le seul département d’Escobar (donné ici à titre d’exemple), certains auteurs parlent de 105 000 Boliviens. Le chiffre de 40% de Boliviens localisés dans la Province de Buenos Aires apparaît donc sujet à caution. Ces écarts suggèrent qu’une partie des Boliviens serait « sans-papiers » et donc non recensée. La situation de l’activité maraîchère, malgré le très complet recensement hortifloricole de 2005 [Ministerio de Asuntos Agrarios et al., 2006], est également pleine d’ambiguïtés. Quand les producteurs ont été recensés, seule a été notée la nationalité des hommes, ce qui laisse de côté les épouses et les enfants qui, pourtant, peuvent aussi ne pas être Argentins. Dans la pratique, on a travaillé avec les producteurs maraîchers d’origine bolivienne, en s’appuyant sur les discours des personnes interrogées. La question de la nationalité bolivienne ou argentine restait délicate à poser pour des raisons évidentes de règlementation.

6 Chili, Bolivie, Paraguay, Uruguay, Brésil.

7 Depuis le recensement de 1869 (date de la première prise en compte des migrants dans les registres officiels) jusqu’à 2001 (date du dernier recensement où leur pourcentage s’élève à 2,5%), les migrants étrangers nés dans un pays limitrophe représentent entre 2 et 2,9% de la population totale argentine.

8 L’accent mis sur l’activité maraîchère ne doit pas faire oublier que l’immense majorité des Boliviens et de leurs descendants travaille à Buenos Aires dans les secteurs de la construction, du textile et des services.

9 Trop peu d’études concernent encore ces secteurs d’emploi de la collectivité bolivienne. Les éléments les concernant sont proposés sur le mode hypothétique.

10 Malgré la crise de 2001 et la reprise en main de l’État sur son territoire.

11 L’inflation qui a suivi la crise de 2001 fit monter le dollar de « un à un » à « un à trois ». Un producteur de Pilar explique : « avant, tu achetais les intrants en dollars, mais quand tu vendais une caisse d’épinards à deux pesos, tu avais deux dollars. Maintenant, tu payes tes intrants trois fois plus cher, mais tu vends ta caisse d’épinards au même prix qu’avant, voire pire. C’est impossible de survivre ».

12 En effet, certains producteurs peuvent avoir tous migré en Argentine mais avoir maintenu des liens étroits avec leur village d’origine et ceux qui y sont restés. Les membres de la Collectivité Norchichas, marché de gros de Morón, élisent chaque année un représentant qui part pendant un an, habillé des fonctions de représentant de la Communauté. L’ensemble des associés – au moins les hommes – font le voyage une fois l’an, au moment des fêtes de la patrie, et investissent autant dans leur association en Argentine que dans leur communauté d’origine en Bolivie.

13 Qui s’est poursuivie dans les années 1990 malgré le contexte d’ouverture du Mercosur (Marché commun du Cône Sud, qui réunit le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Paraguay, le Vénézuela, et associe le Chili, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur).

14 La loi de Migrations nº25.871 a été sanctionnée le 17 décembre 2003 et promulguée dans le Bulletin officiel le 20 janvier 2004. L’ex-député Rubén Giustiniani en est l’auteur et le défenseur.

15 La zone de production de La Plata possède la plus grande superficie de serres de la ceinture maraîchère de Buenos Aires. Cet appareil technologique offre des légumes de meilleure qualité, y compris hors des périodes de production de la zone Nord, et plus longtemps (grâce aux primeurs et aux récoltes tardives) [García, Kebat, 2008].

16 Le téléphone implique d’acheter des recharges qui sont décomptées à chaque appel. Elles coûtent de 5 à 30 pesos alors qu’il faut payer de 110 à 150 pesos chaque mois avec le « nextel ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Répartition des exploitations maraichères à Buenos-aires
Crédits Source : CHFBA, 2005.Réalisation : Julie Le Gall, 2010 – réalisé avec Philcarto (http://philcarto.free.fr).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 2. Régions boliviennes et argentines traversées par les migrants
Crédits Réalisation : Julie Le Gall, 2010 – fond de carte : Philcarto (http://philcarto.free.fr).
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Carte 3. Localisation des marchés de gros spécialisés en légumes et principaux accès à Buenos-Aires
Crédits Source : Entretiens personnels.Réalisation : Julie Le Gall – 2010 ;
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Graphique 1. Échelle bolivienne de puis les périphéries maraîchères
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Photo 1. Entrée du marché bolivien de Pilar
Légende Légende : Derrière le drapeau et les affiches aux couleurs boliviennes, on distingue la halle du marché de Pilar, où viennent décharger ou charger des poids lourds appartenant à des maraîchers boliviens. L’achat d’un moyen de transport, coûteux, fait l’objet d’incompréhension de la part des Argentins : alors que les Boliviens continuent à vivre de façon très modeste (maisons de bois, de tôle, sol en terre, une pièce à vivre pour toute la famille), ils n’hésitent pas à investir dans un camion « zéro kilomètres ». Actuellement, celui-ci coûte entre 240 000 et 400 000 pesos, auquel il faut ajouter le prix d’un conteneur, soit au total entre 70 000 et 120 000 US$.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 4 : Le marché de gros de Moreno, une localisation stratégique
Crédits Réalisation : Julie Le Gall - 2010
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4196/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 814k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Le Gall, « Nouvelles mobilités « maraîchères » à Buenos Aires », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 321-336.

Référence électronique

Julie Le Gall, « Nouvelles mobilités « maraîchères » à Buenos Aires », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/4196 ; DOI : 10.4000/eps.4196

Haut de page

Auteur

Julie Le Gall

Doctorante en géographie
Université paris 1-Panthéon-Sorbonne
UMR 8586 PROGIGUniversité de Buenos Aires
Imhicihu Digeo
julielegall@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org