Navigation – Plan du site
Articles

Du migrant au citadin

Mobilités et apprentissage de la vie urbaine chez les jeunes adultes d'un quartier pauvre de la périphérie de Lima
From Migration to Urban Way of Life : Mobility and Appropriation of Urban Codes among the Young Adults of an Outcasts Area of Lima
Émilie Doré
p. 297-306

Résumés

Dans cet article, qui s'appuie sur un travail de terrain effectué dans un quartier pauvre des faubourgs de la capitale péruvienne, nous abordons plusieurs aspects de la mobilité des habitants, des jeunes adultes en particulier : la mobilité géographique, la mobilité « sociale », mais aussi la mobilité en tant que capacité à diversifier ses relations et à se mouvoir en ville. Nous décrivons le processus d'apprentissage de la vie citadine chez ces jeunes migrants d'origine rurale, venus de départements des Andes. Dans la capitale, ils doivent surmonter leur peur et leur méconnaissance des modes de vie de la grande ville. Les problèmes de transgression et de déviance, le repli, la fragmentation sociale et la pauvreté sont quelques-uns des écueils qui les attendent. Ils seront également confrontés aux préjugés racistes qui stigmatisent leurs origines andines. Devenir citadin peut alors impliquer d'oublier ses origines, associées à la misère, mais cela peut aussi déboucher sur des réinventions identitaires et l'apparition de nouveaux espaces et réseaux de socialisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Contrairement à ce qui se qui se passe dans certains pays d'Amérique Latine où l'exode rural faibli (...)
  • 2 Aujourd'hui, la capitale compte plus de 8,5 millions d'habitants : il y en avait 650 000 en 1940.(s (...)

1La mobilité au Pérou prend d'abord l'aspect d'un exode rural massif, amorcé dans les années 1940, et qui ne semble pas tarir1. Lima, ville côtière et principale destination des populations migrantes, a connu une croissance exponentielle2. Les migrants proviennent le plus souvent des départements les plus déshérités des Andes Centrales et du Sud.

2Nous nous intéresserons à l'expérience des migrants en nous appuyant sur un travail de terrain effectué dans un quartier périphérique pauvre de l'Est de la capitale, de 2004 à 2006, et en éclairant plusieurs aspects de leur mobilité, une fois qu'ils sont arrivés dans la capitale. La mobilité peut être une mobilité « sociale », entendue comme l'amélioration du statut et des conditions de vie ; mais elle est aussi une capacité à diversifier ses relations et à se mouvoir en ville. Une partie de notre article est consacrée aux obstacles que rencontre dans sa mobilité le migrant récemment installé. Nous étudierons notamment deux phénomènes sociaux qui l'incitent au repli : la peur et la méconnaissance des modes de vie de la grande ville et la confrontation aux préjugés racistes. La description de ces obstacles, qui sont expérimentés très fréquemment par les migrants andins, nous permettra de comprendre que la mobilité se conquiert difficilement et lentement, au prix de recompositions identitaires qui ne sont pas sans causer un certain désarroi.

La migration : le désir de progresser

3Le travail de terrain que nous avons effectué s'est déroulé dans un quartier dénommé Huaycán, qui compte aujourd'hui, plus de 20 ans après sa création, environ 160 000 habitants. Nous avons demandé à de jeunes habitants (de 17 à 35 ans), migrants ou fils de migrants, de s'exprimer sur divers aspects de leur vie quotidienne et de formuler leurs aspirations et leurs craintes. Ils étaient tous tendus vers l'avenir, ils percevaient leur vie comme s'inscrivant dans un mouvement en avant ; l'expression d'une sensation de blocage ou de stagnation était rare. La foi en l'avenir, l'idée que leur vie peut et doit s'améliorer (ou, au moins, la vie de leurs enfants), est en effet le ciment de l'action de ces jeunes adultes. L'expression « salir adelante », aller de l'avant, est récurrente dans les entretiens ; les habitants aiment aussi invoquer le progrès, la nécessité de progresser.

  • 3 Il s'agit du conflit entre le groupe terroriste Sentier Lumineux et l'armée, qui a impliqué beaucou (...)

4Pour ceux qui viennent d'arriver dans la capitale, ce désir de progrès reste cependant peu précis. Ils souhaitent étudier, travailler, deux voies qu'ils identifient pour y parvenir. La migration est pour eux le premier pas. Plus qu'une contrainte, elle est perçue comme un choix. S'il est vrai que la violence politique des années 1980 et 19903 a pu pousser au départ des familles qui n'en auraient pas forcément eu l'intention sans cela, la majorité des migrants actuels ont quitté leur région d'origine dans l'espoir de trouver un contexte plus propice pour construire leur vie.

  • 4 Le plus fort taux de pauvreté se rencontre dans le département andin de Huancavelica (85,7 % de la (...)
  • 5 Cet extrait d'entretien et les suivants sont tous issus de mon travail de thèse [Doré, 2009].

5Les départements des Andes sont peu urbanisés et concentrent les taux de pauvreté les plus élevés du pays4. Certes, les migrants veulent échapper à la pauvreté ; mais ils souhaitent aussi accéder à un autre mode de vie, plus « moderne », selon eux. Juan, un jeune homme de 31 ans rencontré lors de notre recherche à Huaycán, affirme que « dans la Sierra [la montagne], ce qu'on gagne ça sert seulement pour rester là, c'est seulement l'agriculture où tu peux travailler, seulement ça, pour manger »5. Cette opinion est partagée par d'autres jeunes gens qui ont quitté leur village d'origine : Giovanna, une jeune femme qui a grandi dans un département des Andes Centrales, affirme que dans la Sierra « tu peux seulement te consacrer à ton champ et ça ne donne rien ».

6Le mode de vie en ville attire. Les médias, comme la radio qui est très présente même dans les villages, mais aussi les migrants qui retournent en province pour les fêtes, répandent l'image d'une grande ville opulente où les gens peuvent acheter des meubles, des CD, des ordinateurs, et ont accès à un monde dont les jeunes serranos - montagnards - se sentent exclus. Le travail en milieu rural porte sur le long terme, il suit le cycle des semences, de la récolte, et peut être anéanti par des aléas imprévisibles : climat, cours du marché, etc. En revanche, le travail en ville paraît donner des fruits plus rapidement : chaque jour amène la possibilité de gagner quelques pièces ; les biens de consommation semblent à portée de main. Qui plus est, l'offre éducative est perçue comme étant de meilleure qualité dans la capitale. Il est très fréquent que des jeunes gens ayant commencé leurs études secondaires dans la Sierra décident de partir à Lima pour accéder aux études supérieures (ils tentent en général d'entrer dans des instituts technologiques).

7Une fois arrivés, ces derniers sont gagnés par l'incertitude. D'abord, ils ne sont bien souvent qu'au seuil de la ville. En effet, se loger dans le centre est difficile. La migration massive a entraîné un processus de saturation et de « taudification » du centre-ville, phénomène déjà ancien qui rend improbable le fait d'y trouver un logement. Les migrants ont, surtout, de grandes difficultés à payer un loyer, car leurs revenus sont faibles et sporadiques. Depuis des décennies, ils optent pour les terrains vagues ou agricoles en bordure de la capitale, ils y construisent, petit à petit et par leurs propres moyens, leur maison, avec le but ultime que cette propriété, de nature informelle, leur soit un jour reconnue. Les immenses bidonvilles qui ceinturent Lima et représentent aujourd'hui la moitié de la surface urbanisée naissent de la conjonction de trois facteurs : migration interne, expansion démographique et carence chronique de logements (en partie due à l'absence de réaction adéquate des pouvoirs publics).

8La plupart des migrants n'accèdent pas au cœur de la ville mais s'installent dans les quartiers périphériques pauvres et auto-construits. C'est par la compréhension de leur nouvel environnement qu'ils construisent une stratégie pour survivre et avancer.

La peur de la ville

9Les quartiers d'habitat précaire qui sont créés aujourd'hui se situent sur des terrains accidentés ou désertiques, de plus en plus éloignés des infrastructures et dans des zones inaptes à l'urbanisation. Le quartier où nous avons mené le travail de recherche s'étend sur les contreforts des Andes, alors que les quartiers traditionnels de Lima se trouvent dans des zones parfaitement planes, près de l'océan. L'éloignement opère comme un sas pour les migrants. Il les protège de l'agitation du centre-ville, tout en les isolant de la vie urbaine. La mobilité des nouveaux arrivants est compromise par un premier blocage, favorisé par le caractère excentré de leur zone d'habitation : la peur de l'urbain, qui nourrit le repli sur soi.

10Parmi les personnes que nous avons interrogées, les nouveaux arrivants dans la capitale et ceux qui vivaient dans les zones les plus éloignées des axes de communication et des commerces éprouvaient souvent peur et méfiance à l'égard de Lima et de ses habitants. Avec sa circulation chaotique, son aspect désordonné, son absence de transports publics planifiés, la capitale effraie les migrants qui craignent d'être la cible des voleurs et des voyous. Beatriz, âgée de 25 ans et résidant à Huaycán, affirme : « ce qui fait peur surtout c'est la circulation, les voitures, les voleurs, je ne m'y sens pas en sécurité ». Elle ne va à Lima qu'une fois par mois. Une autre habitante remarque que le centre signifie « beaucoup de gens, beaucoup de population... Trop de gens, trop de méchanceté, trop de délinquance » ; une jeune maman précise : « il y a beaucoup de voleurs, ils t'attrapent, ils s'en fichent si tu es avec un bébé, ils s'accrochent à ton gilet, c'est horrible ». Ces opinions sont communes. L'expression « aller à Lima » peut surprendre ; en fait, administrativement parlant, Huaycán fait partie de Lima. Mais son éloignement (16 km du centre-ville), son enclavement (une seule voie de circulation pour y accéder) et l'aspect de pauvreté propre aux quartiers d'habitat précaire en font un lieu à part, quoique semblable à bien d'autres zones de la capitale. Les quartiers conventionnels et plus anciens restent, dans les représentations, une sorte de référence du monde urbain : pouvoir s'y mouvoir, c'est être intégré à la ville.

11Les zones périphériques d'habitat précaire, quand elles sont d'apparition récente et ne connaissent pas encore l'animation du monde urbain, paraissent plus familières aux yeux des migrants, en provenance de zones rurales et déroutés par l'agitation et les dangers de la capitale. Dans les zones reculées des bidonvilles, la circulation est faible ou même inexistante, du fait de l'absence d'infrastructures. Les commerces et établissements de divertissement existent en faible nombre. Sans être celle d'un village, l'ambiance y est plus paisible que celle du centre de la capitale.

12Cependant, chercher du travail implique de se déplacer. Même le commerce ambulant est plus profitable dans des zones fréquentées et centrales. Cependant, certains préfèrent limiter leurs déplacements au strict nécessaire et fuient le contact avec d'autres habitants, réduisant leur mobilité citadine à de simples allers-retours et se privant des occasions de rencontre qu'elle procure. Pour ceux qui arrivent à Lima, l'unique structure d'accueil est la famille : un frère, une sœur, un oncle déjà présent dans la capitale peuvent aider le nouveau venu. Ce cercle social assez restreint reste longtemps le seul que connaissent les migrants. Nous avons pu observer qu'un phénomène de repli normatif se produit fréquemment chez les habitants des zones les plus éloignées. Il se traduit par l'affirmation de normes conservatrices, transmises par la famille, centrées sur le travail et le respect des aînés, et par la peur de la rue. La crainte de basculer dans la délinquance, dans « le vice » ou « la perdition », pour reprendre les propres termes des habitants, les amène à éviter les « tentations ». La sensation du danger est exacerbée. Leur méconnaissance des pratiques urbaines leur fait redouter leur pouvoir d'attraction. Dans leur discours, tout se passe comme s'ils devaient lutter sans cesse pour ne pas devenir des débauchés, des toxicomanes ou des voleurs. Ils attribuent de mauvaises mœurs aux autres habitants du quartier. C'est ainsi que l'on voit de jeunes migrants des zones les plus éloignées avoir une conduite très rangée, éviter de sortir le soir, se concentrer sur leur recherche de travail ou sur leurs études. Leur volonté de progresser par le travail est réelle, mais leur réseau social est des plus réduits et leur prudente conduite ne les aide pas à faire de nouvelles rencontres.

13De fait, pour progresser, avoir des contacts utiles et aller chercher du travail, les bonnes opportunités sont nécessaires. L'ampleur du réseau social est indéfectiblement liée à la capacité de mobilité. Voici ce que nous explique une jeune habitante de Huaycán, Rocío, née dans la capitale de parents migrants, observatrice de la vie du quartier : « les gens des zones hautes [les plus récentes et les plus éloignées] n'ont pas beaucoup de vie sociale. La majorité est un peu fermée. Au contraire dans les zones basses [les plus consolidées], ils ne sont plus comme ça, leurs parents sont arrivés avant, quand Huaycán a été fondé, ils ont monté un commerce et ils ont essayé que leurs enfants étudient dehors [hors du quartier], qu'ils sortent un peu. [...] Les jeunes qui vivent en bas sont plus libres, ils vont à d'autres endroits, ils ont des relations avec d'autres personnes, ils ont une autre façon de penser ».

14Rocío pense que la sociabilité est essentielle pour progresser et que pour être sociable il faut « sortir », « connaître d'autres quartiers ». Si la peur de l'urbain peut freiner la mobilité et restreindre la sociabilité, elle tend pourtant à disparaître en quelques années ou lors du changement de génération : la volonté « d'entrer dans la ville » est trop forte. Néanmoins, cette peur n'est pas le seul obstacle que vont rencontrer les jeunes migrants.

Le racisme

15Pour Rocío, beaucoup d'habitants du quartier « ont peur du qu'en dira-t-on » : « qu'est-ce qu'ils vont dire? Comment je suis à leurs yeux ? Peut-être que je ne leur plais pas ? Avec ces questions ils ne se détendent pas, ils ne se lâchent pas », souligne-t-elle. Cette attention pour le regard des autres, que nos observations ont confirmée, paraît étrange dans un contexte marqué par la fragmentation sociale et le repli. Mais, si le lien avec l'autre est difficile à tisser, cela ne veut pas dire que son regard n'est pas perçu de façon aiguë. Or, un biais étrange se glisse trop souvent dans les interactions entre habitants du quartier.

16La population des quartiers périphériques pauvres n'est pas homogène. Selon l'ancienneté des zones habitées, leur état de développement et de consolidation, le niveau de vie des habitants ainsi que la perception qu'ils ont de leur place dans la capitale peuvent être sensiblement différents. Dans le quartier où nous avons mené notre recherche, les habitants distinguent deux types d'espaces. D'une part, les zones les plus anciennes ou basses existent depuis une vingtaine d'années. Elles se situent sur un terrain plat, au pied des montagnes, et sont en voie de consolidation : les maisons, quoique inachevées, sont en brique, de nombreux commerces se sont installés et il y a deux grandes voies asphaltées. Les connexions aux réseaux d'eau et d'électricité desservent les habitations. D'autre part, les zones les plus récemment envahies, dites hautes, se situent sur les contreforts des Andes, sur des terrains pentus et accidentés ; les maisons sont des cabanes érigées avec des nattes de jonc ou des planchettes de bois, les commerces sont encore peu développés.

17Ceux qui sont nés dans les zones basses ou qui y sont établis depuis plus de 20 ans disposent souvent d'une maison en dur, d'un travail indépendant, parfois salarié, qui leur a permis d'accumuler lentement un petit pécule ; ils ont en général achevé l'enseignement secondaire et se lancent dans des études supérieures courtes, dans des instituts du quartier ou à l’extérieur. Les habitants des zones hautes sont plus pauvres et ne peuvent guère prétendre à des études supérieures. Les jeunes élevés dans les zones basses, mieux connectées au reste de la capitale, se considèrent comme Liméniens et ne s'identifient pas à leurs voisins démunis ou récemment arrivés. Selon Manuel, un jeune habitant d'une zone haute de Huaycán, « c'est comme si c'était un autre monde pour eux ». Pour lui, les résidents des zones basses, « parce qu'ils ont un peu plus, ils s'y croient déjà ». C'est d'abord avec les habitants de leur propre quartier que les migrants découvrent les processus qui les exposent aux moqueries et à la désapprobation des citadins et ceux qui, au contraire, leur permettent de se mouvoir plus facilement en ville.

  • 6 Cet amalgame s'inscrit dans un contexte historique : il est un construit social. La géographe E. Me (...)

18Les entretiens et les observations menés sur le terrain révèlent qu'une confusion étroite unit les catégories sociales, géographiques et raciales. Un amalgame est fait entre l'origine provinciale, la pauvreté et l'indianité. Dans les discours des jeunes, ces trois termes semblent interchangeables : on remplace aisément le mot indigène par provincial, le terme « serrano » (montagnard) désigne les Indiens et ce qui est andin est synonyme de pauvreté6. C'est ainsi que Luis, originaire du département andin de Huancavelica et qui aime danser sur la musique traditionnelle de cette région, nie durant l'entretien être intéressé par sa culture d'origine. Quand nous lui en demandons la raison, il affirme qu'« il y a plus de souffrances là-bas » et qu'il vaut mieux tenter de s'intégrer à Lima : les contradictions que son témoignage exprime reflètent la situation des migrants récents.

  • 7 Musique andine, souvent modernisée, accompagnée de harpe électrique.

19Les connotations négatives associées à la Sierra sont omniprésentes dans la vie des jeunes habitants de Huaycán. Nico, 17 ans, remarque que « serrano ou indien, dans ma classe c'est pareil, c'est une insulte pour humilier ». Les jeunes se moquent des styles de musique de la Sierra. José, un jeune homme de zone haute, dit par exemple : « la majorité ici n'aime pas le huayno7. Ils préfèrent la disco, si toi tu écoutes ton huayno, les amis se moquent de toi ». On soupçonne les migrants d'être sales, leur moindre maîtrise de l'espagnol suscite les moqueries. En revanche, il est de bon ton de passer pour liménien. Nico explique que, pour ceux qui sont nés dans la capitale ou sont arrivés petits, « c'est important d'être liménien. [...] Ils essaient de faire croire aux gens qu'ils sont d'ici. Être Liménien, c'est un peu mieux que d'être d'une autre région du Pérou, à cause de la langue, de la couleur, de la stature, des traits... ».

  • 8 De telles observations peuvent être faites dans d'autres pays d'Amérique Latine : E. Cunin (2004) o (...)

20Ce rejet peut être analysé comme une forme de racisme, bien qu'il s'agisse, de façon surprenante, d'un racisme entre pairs. Ce qui est Indien est dénigré : les jeunes répugnent même à citer l'origine ethnique de leur famille. Mais l'indianité n'est pas déterminée uniquement par l'apparence physique ; on peut devenir métis en devenant urbain et en acquérant un meilleur statut social. La race est un concept relatif, négociable8. La couleur de peau est un signe social « qui peut donner lieu à des interprétations multiples et à des manipulations dans des stratégies de classement social » [Cunin, 2004]. En milieu urbain particulièrement, l'identité des acteurs n'est pas figée, elle évolue ; elle se définit lors des interactions et varie selon l'interlocuteur et le contexte.

  • 9 On emploie ce mot comme synonyme d'Indien, ce qui est souvent le cas dans le langage commun.
  • 10 La pollera est une jupe multicolore, typique des femmes des Andes.

21L'aspect physique est présent dans les stratégies des habitants de quartiers comme Huaycán, mais il est négociable. Un serrano9 qui a réussi est un peu moins serrano mais un serrano pauvre est encore plus serrano. Les traits de ce dernier sont comme soulignés par sa situation, il ne dispose de rien qui puisse les faire oublier. La couleur est accompagnée d'un certain nombre d'éléments aggravants ou au contraire atténuants : une femme qui porte une pollera10 n'en paraîtra que plus indigène. Si elle troque sa jupe contre un jean, elle deviendra plus métisse. Cette flexibilité dans la perception de l'apparence raciale explique des déclarations qui pourraient a priori paraître contradictoires dans les entretiens que nous avons menés. Juan, un jeune homme récemment arrivé dans le quartier, affirme : « s'ils veulent te voir blanc, ils te verront blanc ». Il raconte aussi que « les jeunes filles de là-bas arrivent avec leur pollera, ici elles commencent à porter le pantalon aux hanches, elles se font des ondulations de cheveux [...]. Quand elles reviennent là-bas, elles se nient elles-mêmes, elles nient comment elles étaient. »

22Pour ceux qui ne sont guère habitués à la vie dans la capitale, découvrir une forme de rejet de la part d'habitants du quartier qui sont pourtant eux-mêmes fils de migrants est vraiment déroutant. Les habitants des zones hautes, qui sont socialement les plus vulnérables, peuvent connaître une forme de honte paralysante. La peur de l'urbain tout comme le désir d'éviter l'humiliation à cause de son identité culturelle deviennent des facteurs de repli, de stagnation. En affaiblissant le lien social, en diminuant la possibilité d'avoir des projets communs, ils freinent l'insertion des habitants dans la ville et ont un impact sur leur réussite économique.

23Mais le désir de mobilité transcende les appréhensions. De même que la peur de la ville s'atténue peu à peu, les jeunes comprennent que rien ne les oblige à supporter des insultes racistes ou à se sentir inférieurs aux autres, à ceux qui se considèrent comme Liméniens et qui leur sont finalement très semblables.

Dépasser la peur et la honte, acquérir une mobilité en ville

24Quels que soient les sentiments qu'inspirent la grande ville et ses dangers, ce n'est pas pour rester au seuil de l'urbain que les habitants ont migré dans la capitale. Si, pendant quelques années, les migrants qui se sont installés dans les quartiers précaires vivent un phénomène de repli et expérimentent un sentiment de vulnérabilité face aux autres, la recherche d'opportunités économiques et éducatives les amène, tôt ou tard, à élargir leur cercle de connaissances, à étoffer leur connaissance physique et géographique de Lima, à devenir plus mobiles. Cette mobilité qui alimente l'insertion dans la ville est à son tour favorisée par une meilleure condition sociale. Sortir du cercle familial, protecteur mais bien trop réduit, est un premier pas nécessaire.

25Acquérir les codes urbains (langage, gestes, habillement), comprendre la souplesse et la réversibilité des rapports de domination, mais aussi mieux se mouvoir en ville et fréquenter des jeunes d'autres quartiers sont des étapes incontournables pour ceux qui souhaitent voir leurs conditions de vie changer. Le temps nécessaire pour y parvenir est extrêmement variable ; il dépend en partie de l'âge auquel on est arrivé dans la capitale : souvent, les plus jeunes s'adaptent le plus vite. Les femmes se sentent aussi plus rapidement à l'aise que les hommes dans un milieu urbain qui représente une possibilité pour elles de s'émanciper du machisme présent dans le foyer.

  • 11 Yaser, un jeune homme de Huaycán, qui vit dans les zones basses et est né dans la capitale, expliqu (...)

26La peur de la ville disparaît avec le temps et au fil des occasions de déplacement dans les autres quartiers. En cherchant du travail, en s'inscrivant, même sporadiquement, dans un institut de formation, ils apprennent à se mouvoir dans la capitale. En l'absence de plan des lignes de transport collectif, seule l'expérience permet de savoir quel véhicule prendre pour se rendre dans tel ou tel quartier. De même, une certaine attitude permet d'éviter de se faire agresser11. Plus le temps vécu en ville est long, plus la mobilité s'accroît : les jeunes gens des zones basses travaillent, étudient ou passent leurs loisirs dans d'autres quartiers. Ils utilisent massivement les transports collectifs et ont des amis ou connaissances en des endroits variés de la capitale.

  • 12 Ce mot désigne ici les habitants des quartiers auto-construits. C'est dans cette acception qu'il es (...)

27De la même façon que la peur de l'urbain s'estompe chez les pobladores12, l'humiliation ressentie au quotidien en raison de leurs origines andines, s'atténue également. Les jeunes comprennent comment éviter de se retrouver en position d'inférieur, ils parviennent à être à l'aise même dans des situations habituellement tendues, comme dans une salle de classe par exemple, parce qu'ils découvrent la part de bluff dans les conduites des uns et des autres. Finalement, tous ont des origines provinciales, ont la peau brune, sont plus ou moins pauvres. Les facteurs qui permettent de se distinguer reposent sur des éléments assimilables : celui qui parle fort, qui ne se laisse pas impressionner, qui rétorque ou attaque avant d'être attaqué et qui connaît un peu la mode en ville ainsi que quelques mots d'argot peut repousser facilement les injures raciales et se faire respecter. Peu à peu, les tensions s'apaisent autour de lui et il accède à une certaine tranquillité. Les jeunes qui vivent en ville depuis longtemps parviennent ainsi à donner le change dans bien des interactions. La peur de l'autre disparaît peu à peu, à Huaycán du moins. Finalement, ils finissent par se considérer comme les autres, « ici, on est tous pareil, on est entre nous », simplement parce qu'ils ne sentent plus autant d'agression dans les relations sociales. Une fois maîtrisés le vocabulaire urbain et quelques codes vestimentaires de base, il apparaît soudain aux jeunes gens que les différences entre habitants du quartier ne sont pas si importantes. Plus tard, ils parviennent à être à l'aise avec ceux d'autres quartiers plus consolidés.

28Cette description schématique du parcours du jeune migrant et de son insertion appelle plusieurs questions : la mobilité spatiale et l'élargissement du réseau social sont-ils dépendants d'une augmentation des revenus ? Sont-ils toujours synonymes d'une meilleure condition sociale ? Surtout, comment des migrants poussés à escamoter des aspects de leur héritage culturel (langue, musique, et même pratiques culinaires) peuvent-ils surmonter leur désarroi identitaire ?

Mobilité et accès à une meilleure position sociale

29L'augmentation des revenus des migrants peut venir du fait qu'ils ont trouvé un emploi stable. Un tel scénario cependant est plutôt rare : l'emploi formel est quasiment inexistant, l'emploi informel sous-payé et précaire. Ceux qui cherchent un salaire déchantent vite. C'est alors le rêve de l'entreprise indépendante qui prend le dessus. De fait, l'emploi auto-généré, sous forme de création de micro-entreprises, est très répandu. Celles-là ne servent bien souvent qu'à la survie du foyer ; néanmoins, de façon lente et comme par sédimentation, un certain nombre d'entre elles se consolident avec le temps. Les marchands ambulants se sédentarisent, les artisans parviennent à acheter quelques outils après des années de travail. Le revenu des habitants des quartiers précaires tend à augmenter, quoique lentement et de façon non linéaire.

30Disposer de plus hauts revenus permet une meilleure mobilité physique et sociale : les billets de transports ont un coût, les instituts d'études à Lima également ainsi que tous les loisirs qui se déroulent dans la capitale. Se déplacer, même pour des raisons diverses, exige toujours de dépenser de l'argent. L'apparence physique a aussi son importance : être habillé correctement, à la mode, facilite les contacts avec les habitants de la capitale, permet d'être plus sûr de soi au moment de connaître de nouveaux lieux, de nouveaux espaces de rencontres. En retour, une plus grande mobilité donne accès à un plus grand nombre d'opportunités d'emploi et d'études.

31Il existe d'autres manières d' « entrer dans la ville ». Si faire de nouvelles rencontres est une étape essentielle de l'intégration, il arrive que les jeunes migrants ne fassent pas les « bonnes » rencontres. C'est surtout vrai pour les garçons, qui ont plus de permissions de sorties que les filles, et restent plus longtemps le soir avec leurs amis dans la rue. Nous avons vu que, face à la peur diffuse de la délinquance et de la drogue, les normes familiales apparaissent comme un refuge, en opposition au « vice » qui caractérise la ville. Ce repli peut avoir un effet pervers : au moment où les jeunes adultes sont amenés à diversifier leurs fréquentations, ils sont confrontés à des situations nouvelles, le manichéisme qui habite leurs perceptions ne les aidant pas à s'orienter dans le labyrinthe des conduites urbaines. Les normes trop strictes, peu adaptées à l'univers mouvant et complexe de la ville, sont inopérantes : ils vivent une forte culpabilisation mais ne parviennent pas à différencier un loisir inoffensif (aller danser, bavarder tard dans la rue) de conduites qui tendent à devenir problématiques (sorties répétées, soûleries, bagarres). Où se situe la ligne de partage entre une conduite normale et une autre dite « anormale », quand les normes familiales rejettent en bloc toute évolution propre aux jeunes urbains ?

  • 13 Les sociologues de l'École de Chicago ont, au début du 20ème siècle, décrit des phénomènes de « dém (...)
  • 14 On appelle pandilla une bande de jeunes et pandilleros ses membres. Le mot, très courant, a une con (...)

32Beaucoup d’hommes oscillent entre conservatisme et transgression. Cette situation peut perdurer des années sous la forme d'un comportement instable, d'une attraction pour la déviance, insurmontable et mal-assumée, qui donne à certains pobladores l'impression qu'ils ne contrôlent pas leur conduite, qu'ils font ce qu'ils désapprouvent et ne peuvent pas s'en empêcher, que leur vie leur échappe des mains13. D'autres jeunes gens parviennent à donner des normes à leur univers, à travers des modes de socialisation typiquement urbains, mais déviants, comme le hooliganisme ou la délinquance de groupe. La caractéristique des jeunes pandilleros14 est qu’ils ont été socialisés dans la rue [Thieroldt, 2004]. Le groupe est soudé par le conflit avec un adversaire (la bande rivale), il est organisé hiérarchiquement et les conduites des membres sont strictement codifiées. La pandilla permet à beaucoup de jeunes gens désorientés, mal encadrés par leur famille (qui peut être rongée par les conflits ou absente la plupart du temps), de trouver le soutien d'un groupe solidaire, qui dispose parfois de larges ramifications. Les barras bravas - groupes de hooligans - sont des organisations qui couvrent plusieurs quartiers et comptent des membres de différents milieux sociaux.

33La rue offre donc des voies pour entrer en ville : les jeunes qui vivent en marge des normes sociales dominantes ont un ample réseau d'amis, une très bonne connaissance des quartiers, ils sont mobiles. Mais leur position sociale ne s'améliore guère, ils évoluent en marge de ce qui est socialement accepté. Seule la progressive adaptation des normes familiales au milieu urbain permet d'éviter ces problèmes de transgression et de socialisation : selon la qualité de la communication entre les membres du foyer, le processus peut prendre quelques années ou se faire en plusieurs générations.

Devenir dominant ou chercher une identité singulière ?

34La question de la sincérité et de l'authenticité des relations se pose de façon aiguë. Beaucoup de jeunes se plaignent du manque de transparence dans leurs relations, de la survalorisation des apparences, de l'impossibilité d'exprimer une identité propre. Daverd, un jeune homme des zones basses, affirme : « tout le monde fait semblant. Quand ils sont avec d'autres personnes, ils essaient de plaire, et, disons, si tu veux t'approcher d'une personne, tu dois faire semblant, toi, que tu es quelqu'un d'autre ».

35Il existe plusieurs façons d'échapper à la pression sociale ou de tenter de diminuer la souffrance qui en découle. Le repli sur soi et sur sa famille est la solution choisie généralement par les plus vulnérables. L'ambition, le désir d'avancer, d'occuper une meilleure position sociale en sont d'autres. L'obstacle du racisme peut en effet être dépassé. La domination raciste n'empêche pas la mobilité des individus ; on peut même dire que ce qui contribue à pérenniser les préjugés raciaux, c'est la possibilité de s'en extraire et de devenir à son tour dominant. Cette dernière rend improbable un mouvement de contestation collective et l'émergence d'une réflexion globale. Le problème qui se pose à ceux qui sont victimes du stigmate racial peut être résolu individuellement, en abandonnant les manières d'être porteuses du stigmate. C'est par cette porte ouverte que se glissent beaucoup de migrants qui souhaitent s'intégrer en ville ; et c'est aussi cette possibilité de « mobilité raciale » individuelle qui brise les solidarités de groupe.

36Pour ne pas se heurter au regard des autres citadins, n'y a-t-il pas d'autre solution que d'adopter les manières d'être dictées par les modes de consommation de masse et véhiculées par les médias ? Ne peut-on devenir que dominant, que différent des migrants serranos par peur d'être confondus avec eux ?

  • 15 Nous distinguons trois voies de réaction à la domination raciste : le repli, l'ambition et la subje (...)

37Une autre réponse se développe face aux pressions sociales : celle de la subjectivation15. Elle n'est pas un état mais une capacité que peut développer chaque individu : celle de mettre à distance les attentes et pressions sociales, de développer « un quant-à-soi empêchant l'individu d'être totalement son rôle ou sa position » [Dubet, 1994, p.129]. Si cette capacité peut être inhibée par des rapports de domination, elle est toujours latente et certaines conditions la réactivent : par exemple, la participation à des espaces de rencontres qui mettent en avant l'expression de soi et l'authenticité des relations amicales.

38Certaines expressions culturelles naissent de la nécessité de réinventer une identité qui transcende les logiques d'imitation et les attentes sociales teintées de préjugés. Elles témoignent de la constitution de réseaux qui dépassent les frontières du quartier et facilitent la mobilité des jeunes. Nous prendrons l'exemple des réseaux culturels alternatifs : ils ne concernent pas la majorité des jeunes habitants, qui n'ont pas souvent les moyens de les fréquenter, le temps ou la motivation pour participer à des rencontres artistiques ou autres. Mais ils représentent un facteur favorable à l’émergence d’un processus de subjectivation. Ils sont en effet à l'origine de la constitution d'espaces de sociabilité qui n'obéissent pas aux mêmes règles que ceux du lycée ou de l'institut de formation. On pourrait citer les groupes de hip-hop ou de rock souterrain. Plus que le fait d'être serrano ou liménien, les amateurs du genre apprécieront chez un camarade sa connaissance de la musique ou sa façon particulière de penser. Ces réseaux sous-tendent également l'existence d'une idéologie de la dénonciation de la dictature des apparences, de la recherche de réussite sociale à tout prix et des logiques d'imitation. En cela, ils favorisent chez les jeunes gens une mise à distance des pressions sociales.

  • 16 Ils représentent une infime minorité des populations des quartiers pauvres. Le contexte politique, (...)

39Le goût du rock ou du hip-hop, pour suivre ces exemples, unit des gens de divers quartiers qui n'auraient pas eu, sans cela, l'occasion de se rencontrer. Les concerts ont lieu en des endroits divers et les amateurs se déplacent dans toute la capitale. Ils appartiennent à un réseau qui les extrait de l'encombrante problématique raciale qui paralyse les autres jeunes et affaiblit le lien social. Cette identité est éminemment urbaine et transnationale (puisqu'ils ressemblent fortement aux amateurs des autres pays). Elle constitue un mode alternatif de socialisation dans lequel le racisme a moins cours. Elle rend aussi les jeunes plus mobiles, plus sûrs d'eux au moment de fréquenter d'autres personnes. La création de modes d'identifications hors des perceptions dominantes a ici un pouvoir émancipateur. L'exemple des ateliers de danse folklorique est aussi éclairant. Si certains sont purement commerciaux, d'autres développent un discours de revendication de l'identité andine. Dans ce dernier cas, il s'agit de dénoncer ouvertement les bases de la domination raciste, en revalorisant les éléments stigmatisés. Les participants16 apprennent à connaître une culture méprisée qu'ils ont parfois oubliée, surtout s'ils sont nés à Lima, et à ne pas en avoir honte. Si le but est de renouer avec ses origines, il est clair aussi que les danseurs ne sont pas exactement en phase avec « l'andinité » telle que l'ont vécue leurs grands-parents : il y a une nécessaire réinvention. La culture andine est idéalisée, reformulée comme un ensemble assez unifié, global, très codifié.

40Ces pratiques ne tiennent pas du repli communautaire. Elles restent très urbaines mais ont le mérite de briser le postulat selon lequel ce qui est andin est archaïque et n'a pas droit de cité pour qui veut devenir liménien et connaître la réussite sociale. Les jeunes danseurs forment un réseau plus qu'une communauté. La plupart sont très à l'aise en situation d'entretien et lorsqu'ils parlent avec des inconnus ou des personnes d'autres sphères sociales : il n'y a guère trace de timidité ou de honte dans leur discours. Beaucoup tentent des études supérieures. Leur pratique les aide à désamorcer les conflits identitaires, à tracer leur chemin dans la capitale sans craindre le regard d'autrui.

41Ces exemples permettent d'entrapercevoir la diversité des profils des jeunes descendants de migrants à Lima. Chaque individu a sa façon d'« entrer » en ville et d'accéder à la mobilité sociale tant désirée. Le principal défi est cependant d'échapper aux pressions sociales, incarnées par des préjugés tenaces qui se glissent dans la représentation que se font les habitants du progrès et de la modernité.

Haut de page

Bibliographie

CALLIRGOS Juan Carlos (1993), El Racismo, la cuestión de otro (y de uno),. Lima, Editorial Sur, Casa de Estudios del Socialismo.

CUNIN Élisabeth (2004), Métissage et multiculturalisme en Colombie (Carthagène), le ''noir'' entre apparences et appartenances, Paris, L'Harmattan.

DE LA CADENA Marisol (2004), Indígenas mestizos, raza y cultura en el Cusco, Lima, Instituto de Estudios Peruanos.

DORÉ Émilie (2009), Se construire dans un univers fragmenté, l'expérience des jeunes d'un quartier pauvre de la périphérie de Lima. Paris, Thèse de doctorat en Sociologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales, 610 p.

DUBET François (1994), Sociologie de l'expérience, Paris, Seuil.

MANRIQUE Nelson (1999), La Piel y la Pluma. Escritos sobre etnicidad y racismo. Lima, Ed. SUR.

MARTUCCELLI Danilo (2001), Dominations ordinaires, exploration de la condition moderne, Paris, Balland, coll. Voix et Regards.

MATOS MAR José (2004), « Desborde popular y crisis del Estado, 20 años después », Lima, Fondo Editorial del Congreso del Perú.

MESCLIER Évelyne (2001), De la complementariedad a la voluntad de aplanar los Andes, representaciones de la naturaleza y pensamiento económico y político en el Perú del siglo XX, Bulletin de l'Institut Français d'Études Andines, vol 30, n° 3, pp. 541-562.

THIEROLDT Jorge (2004), Pandillas juveniles : ¿ límites cotidianos a la construcción de igualdades ? Lima, PUCP.

THOMAS W.I et ZNANIECKI F.(2005), Le paysan polonais en Europe et en Amérique, Paris, Armand Colin.

YAMADA Gustavo (2009), « Growth, employment and internal migration ». Lima, Tercera conferencia de economia laboral, PUCP, consultable sur www.corinto.pucp.edu.pe

Haut de page

Notes

1 Contrairement à ce qui se qui se passe dans certains pays d'Amérique Latine où l'exode rural faiblit, les chiffres concernant la migration interne au Pérou sont stables depuis les années 1970, sauf une poussée migratoire plus forte entre 1988 et 1995 du fait du conflit armé interne qui touchait les départements des Andes centrales et du Sud. La migration concernait 6,9 % de la population en 1976 et 6,2 % dans les années 2000. Le solde migratoire de Lima s'établit depuis plusieurs années aux alentours de 4,5 % de sa population totale [Yamada, 2009].

2 Aujourd'hui, la capitale compte plus de 8,5 millions d'habitants : il y en avait 650 000 en 1940.(source : Instituto nacional de estadisticas, INEI, http://www1.inei.gob.pe/biblioineipub/bancopub/Est/LIb0002/cap0101.htm ). Sur le total des habitants de la capitale, seuls 3 500 000 vivraient dans des quartiers conventionnels, les autres résidant dans des quartiers auto-construits, dits bidonvilles, plus ou moins consolidés [Matos Mar, 2004].

3 Il s'agit du conflit entre le groupe terroriste Sentier Lumineux et l'armée, qui a impliqué beaucoup de civils, et fait plus de 80 000 victimes, majoritairement originaires des régions andines.

4 Le plus fort taux de pauvreté se rencontre dans le département andin de Huancavelica (85,7 % de la population totale), suivi par Ayacucho et Apurimac, également situés dans les Andes du Sud, avec entre 65 % et 69 % de leur population sous le seuil de pauvreté. Cf. INEI, http://www.inei.gob.pe/

5 Cet extrait d'entretien et les suivants sont tous issus de mon travail de thèse [Doré, 2009].

6 Cet amalgame s'inscrit dans un contexte historique : il est un construit social. La géographe E. Mesclier a décrit le processus par lequel les Andes sont devenues un territoire dénigré, associé à la pauvreté. Cf. Mesclier, 2001. Par ailleurs, l'anthropologue Marisol de La Cadena a également souligné l'amalgame fait entre indianité, « andinité » et pauvreté. Cf La Cadena, 2004.

7 Musique andine, souvent modernisée, accompagnée de harpe électrique.

8 De telles observations peuvent être faites dans d'autres pays d'Amérique Latine : E. Cunin (2004) observe par exemple qu'en Colombie, une femme noire bien habillée, avec un travail de bureau perçu comme respectable, sera gentiment qualifiée de morenita, petite brune. Mais si la même personne est mal vêtue, qu'elle mendie, parle mal, elle sera une negra, une Noire.

9 On emploie ce mot comme synonyme d'Indien, ce qui est souvent le cas dans le langage commun.

10 La pollera est une jupe multicolore, typique des femmes des Andes.

11 Yaser, un jeune homme de Huaycán, qui vit dans les zones basses et est né dans la capitale, explique, en parlant des délinquants : « Moi, je sais comment ils travaillent. Ce serait un miracle qu'on essaie de me voler. Il suffit qu'il te regarde et t'as compris dans quelle intention il vient. [...] ». Selon lui, les principales victimes sont ceux qui « viennent du village à Lima avec tous leurs bagages » ; il conclut : « c'est rude de marcher dans Lima, si tu connais pas, t'es en trop ».

12 Ce mot désigne ici les habitants des quartiers auto-construits. C'est dans cette acception qu'il est le plus souvent utilisé à Lima, bien qu'il puisse aussi avoir une signification plus générale (riverain ou habitant d'un village).

13 Les sociologues de l'École de Chicago ont, au début du 20ème siècle, décrit des phénomènes de « démoralisation » et de « désorganisation sociale » parmi les migrants européens pauvres dans les grandes villes des États-Unis [Thomas et Znaniecki, 2005]. Le passage d'une société rurale intégrée au monde urbain engendrait une dégradation des valeurs traditionnelles chez les migrants qui pouvaient sombrer dans l'errance, l'indécision, la délinquance. À Huaycán, les migrants ne proviennent pas d'une société rurale intégrée mais déjà fragmentée. C'est la cellule familiale et ses normes rigides qui se désorganisent. Notons que les jeunes attirés par la déviance recherchent parfois dans les nombreuses Églises évangéliques un retour à ces normes, garanties par une structure plus puissante que celle de la famille.

14 On appelle pandilla une bande de jeunes et pandilleros ses membres. Le mot, très courant, a une consonance négative, qui évoque la déviance et la délinquance.

15 Nous distinguons trois voies de réaction à la domination raciste : le repli, l'ambition et la subjectivation. Toutes coexistent dans l'expérience de chaque personne, à des degrés divers, selon les opportunités qui jalonnent son parcours de vie. Il n'existe pas de groupes d'habitants entièrement et uniquement repliés, dominants et ambitieux ou encore parfaits sujets, mais seulement des tendances plus ou moins présentes en chacun, qui peuvent être liées à des éléments tels que la vulnérabilité sociale, la qualité de la communication intrafamiliale, le degré d'éducation, etc.

16 Ils représentent une infime minorité des populations des quartiers pauvres. Le contexte politique, beaucoup plus que les préjugés racistes, en est la principale explication : pendant la guerre interne, les groupes culturels consacrés à la revalorisation de l'héritage andin étaient suspectés d'avoir une idéologie proche de celle des terroristes, ce qui leur a lourdement porté préjudice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Doré, « Du migrant au citadin », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 297-306.

Référence électronique

Émilie Doré, « Du migrant au citadin », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/4175 ; DOI : 10.4000/eps.4175

Haut de page

Auteur

Émilie Doré

Représentation de l'IRD au Pérou
Casilla 18-1209
Lima 18
Pérou
Emilie_dore@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org