Navigation – Plan du site
Articles

Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban)

Le cosmopolitisme beyrouthin en question
The Migration of International Household Workers and Emerging Territorialities in Beirut (Lebanon)
Assaf Dahdah
p. 267-279

Résumés

Depuis la fin des années 1970, le Liban est devenu un pays d’immigration pour des migrantes originaires principalement des pays du monde indien, d’Asie du Sud-Est, d’Afrique de l’Est et de l’Ouest. Aujourd’hui estimées à environ 250 000, les migrantes travaillent dans leur grande majorité en tant que domestiques à demeure dans les foyers des classes moyennes et supérieures libanaises. Cette migration économique entre pays des Suds s’inscrit dans le cadre d’une législation censée limiter les femmes étrangères à la domesticité et à l’invisibilité sociale et spatiale. À travers une étude de cas sur la migration des femmes éthiopiennes, nous montrerons comment les migrantes sont à la fois « invisibilisées » depuis l’espace domestique jusque dans la ville, mais qu’elles participent également dans les interstices de la ville et de ses temporalités à une reformulation du paysage urbain beyrouthin. Cette situation migratoire dans le contexte de la mondialisation contemporaine interroge in fine quant à la notion de cosmopolitisme et de la place de l’altérité dans une ville méditerranéenne et arabe comme Beyrouth.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis la fin des années 1970, Beyrouth est une ville qui a vu des milliers de femmes, originaires pour la plupart d’Éthiopie, du Sri Lanka et des Philippines, venir travailler en tant que domestiques pour des familles libanaises. Cette situation migratoire est originale à plus d’un égard : c’est une migration presque exclusivement féminine qui s’insère dans le strict cadre de la domesticité et qui implique uniquement des pays dits des « Suds ».

  • 1 Les informations concernant spécifiquement les femmes domestiques sont fournies par le Ministère du (...)

2La pratique de la domesticité au Liban était généralement réservée aux classes sociales moyennes et supérieures qui employaient principalement des Libanaises et des Syriennes. Pour diverses raisons - l'entrée des femmes libanaises sur le marché du travail, l'augmentation du niveau de vie ou encore le cloisonnement communautaire et les effets directs et indirects des guerres libanaises [Jureidini, 2003] - cette situation a évolué au cours des années 1970 et 1980 jusqu’à provoquer la disparition quasi totale des employées de maison d’origine arabe. Elles ont été remplacées par des domestiques non arabes, dont les premières étaient pour la plupart sri lankaises. Parallèlement, on a assisté à un accroissement sans précédent de l’emploi domestique et donc du nombre de migrantes étrangères, principalement dans la capitale, Beyrouth. En 2009, le Ministère du Travail libanais a évalué le nombre d’employées de maison étrangères présentes au Liban à environ 100 000 personnes, mais le chiffre de 250 000 semble plus proche de la réalité. Il faut comparer ces estimations à celle de la population libanaise elle-même, soit près de 4 millions de résidents, et de sa population active, environ 1,5 million, pour se rendre compte de l’importance que revêt cette présence1.

3À travers le monde, les migrations féminines dans le cadre d’un travail domestique sont anciennes. Ce qui est en revanche plus récent, c’est l’internationalisation des trajectoires migratoires et l’importance accrue des domestiques parmi les immigrés, plus particulièrement de sexe féminin. Toutefois, ce n’est pas tant ce processus qui fait de la « domesticité mondialisée » un phénomène original et un sujet d’intérêt, que « la diversité des pratiques, les dimensions multiples et l’ampleur qu’il recouvre » [Drouilleau et al., 2009, p. 27].

4Dans le cas précis de la domesticité étrangère à Beyrouth, l’ampleur du phénomène à l’échelle locale et son imbrication dans sa dimension internationale seront appréhendées à travers la question du genre inhérente à celle de la domesticité. Ensuite, les effets de ces mobilités internationales sur les espaces beyrouthins seront analysés pour souligner toute la complexité de cette situation.

  • 2 Concernant les droits des employées de maison au Liban cf. El-Hage (2009).

5Les employées de maison sri lankaises, éthiopiennes ou philippines travaillent au Liban dans le cadre d’une législation très stricte. Une fois arrivées à l’aéroport de Beyrouth, ces femmes sont récupérées par leurs employeurs chez qui elles doivent impérativement résider. Ceux-ci deviennent de jure leurs tuteurs légaux dont elles dépendent entièrement. L’employeur se doit de verser un revenu mensuel, de loger et nourrir son employée et de lui accorder au moins un jour de congé par semaine. Dans les faits, l’employée est soumise au bon vouloir de ses employeurs qui lui imposent un rythme de travail parfois effréné, sans journée de congé ; et, si journée de congé il y a, l'employeur peut lui refuser le droit de sortir du logement2. Cette « invisibilisation » et cette soumission physique et spatiale renvoient à la place et à l'expression des populations marginalisées dans les espaces publics.

6Malgré une réelle volonté politique d’empêcher l’installation des domestiques étrangères au Liban, de n’en faire que des employées contractuelles temporaires et de les rendre les moins visibles possibles dans les espaces publics, on assiste à des pratiques de contournement qui font de ces femmes des productrices de territorialités urbaines. En d’autres termes, comment les employées de maison circulent-elles dans l’espace urbain et quel est leur rapport à la ville ? L’émergence de nouvelles territorialités à Beyrouth induites par cette présence et qui s'exprime par une diversification des paysages beyrouthins conforte-t-elle le cosmopolitisme beyrouthin ?

7Après un état des lieux de la recherche sur les mobilités domestiques, nous traiterons du rapport entre employeurs et employées à Beyrouth, dans la co-présence à l’échelle résidentielle et dans les pratiques des espaces publics. Dans une dernière partie, en nous basant sur des observations directes, nous montrerons que les employées de maison sont à l’origine de nouvelles territorialités, parfois éphémères, qui participent à la diversification des paysages beyrouthins.

8L’analyse ici développée est le résultat d’un travail de terrain de trois mois à Beyrouth, entre février et mai 2009. La méthodologie s’est appuyée sur l’observation quotidienne des migrantes non arabes en général et des Éthiopiennes en particulier ainsi que sur une série d’entretiens formels et informels avec les femmes et avec les différents acteurs liés à cette présence. Un questionnaire a également été soumis à près de soixante femmes lors des messes éthiopiennes le dimanche, dans le quartier de Badaro (sud-est de Beyrouth), ainsi que dans les différents commerces éthiopiens de Dora (banlieue Est de Beyrouth, carte 1).

Carte 1. La région du Grand Beyrouth (Liban) en 2010

Carte 1. La région du Grand Beyrouth (Liban) en 2010

Sources : Fonds de carte : Google Maps (2010), google earth (2010), Geo Projects. (2008)
Réalisation : Assaf Dahdah.

1. Genre, mobilités et domesticité : un état des lieux

1.1. Reconsidérer la place des femmes dans les migrations

9L’historiographie des migrations a eu tendance à occulter, sinon à minimiser, le rôle des femmes dans les migrations internationales. Or, depuis près d’une dizaine d’années, la littérature scientifique tente de combler ce retard, en soulignant l'évolution des rapports numériques. En effet, depuis les années 1960, un migrant sur deux est une femme. Ce constat est toutefois remis en cause par différentes études qui soulignent que ce ne sont pas les faibles contingents féminins dans les mouvements migratoires qui sont à l’origine de cette lacune, mais bien un problème historiographique de la migration féminine et de son rôle. Selon C. Catarino et M. Morokvasic (2005), la part des femmes au sein des flux migratoires ne s’est pas accrue de façon significative au cours de ces cinquante dernières années puisqu’elles représentaient déjà environ 47 % des migrants en 1960.

10Au 19ème siècle, E. G. Ravenstein (1885) soulignait, dans son approche nomothétique des migrations, que les femmes étaient plus mobiles que les hommes, même si ces mobilités se situaient à des échelles spatiales plus restreintes. Ce rôle actif fut pourtant largement occulté par la suite. En effet, les femmes furent généralement considérées, non pas comme des migrantes actrices de leur mobilité, mais bien comme des êtres passifs attendant leur conjoint émigré ou alors le suivant dans sa mobilité. N. Green (2002) invite à relire l’historiographie du champ migratoire sous un autre angle, celui du genre sexuel. Cette absence du genre dans l’étude des migrations est à mettre en lien, selon l’auteur, avec une approche bien trop « économiciste » qui a prévalu jusqu’alors. De plus, les représentations autour de l’individu migrant se sont concentrées sur le mythe de l’homme aventurier et pionnier, en oubliant la place des femmes et leur importance dans les stratégies familiales et communautaires à la fois dans l’espace de départ, durant la migration et dans l’espace d’arrivée.

11Les mobilités migratoires féminines invitent à prendre en compte la question de la domesticité puisqu’elle est l’une des « principales formes d’emploi féminin dans la plus grande partie du monde » [Demestremau et Lautier, 2002, p. 249]. Si l’on considère les mobilités nationales qui s’inscrivent généralement dans un rapport ville-campagne, l’exemple du Brésil montre à quel point la domesticité représente une part essentielle dans le secteur des services. Ainsi, sur l’ensemble des femmes travaillant dans le domaine tertiaire au Brésil, près d’un tiers exerce un emploi domestique [Vidal, 2007]. Les mobilités internationales ne dérogent pas à la règle. La domesticité, mais également la prostitution — la frontière entre ces deux mondes est parfois bien confuse — sont des « niches professionnelles » vers lesquelles sont orientées une majorité de femmes étrangères non-qualifiées à la fois dans les pays développés et les pays en développement [Moujoud et Pourette, 2005].

1.2. Les migrations des femmes non arabes au Liban

12À Beyrouth, ce phénomène est à relier à des dynamiques internationales de très grande ampleur. Les migrantes philippines présentes au Liban sont estimées à 20 000 individus environ. Ces femmes ne représentent en fait qu’une petite partie des contingents de celles qui quittent les Philippines, l’archipel étant le premier pays « en matière d’exportation de travail en Asie et le plus gros exportateur mondial de travailleuses, dont bien plus de la moitié sont employées de maison ou travailleuses sexuelles » [Noin et al., 1999, p. 37]. Cette domesticité internationale massive existe également à partir d’autres pays asiatiques comme le Sri Lanka et le Bangladesh. Depuis le début des années 1990, de nouveaux pays s'ajoutent à cette liste : Éthiopie, Madagascar, Népal, Équateur, Pérou et Bolivie. Si cette mondialisation de la domesticité concerne les pays des Suds, on assiste également à un redéploiement des trajectoires migratoires vers les pays développés du Nord, Italie, Espagne et France [Miranda, 2007 ; Oso Casas, 2005 ; Scrinzi, 2003].

13Les travaux qui traitent des migrations internationales des employées de maison permettent d’aborder la mondialisation selon un prisme nouveau. Cette littérature se diviserait alors en quatre champs : les relations bilatérales entre les états concernés par ces migrations, la question du développement et de l’impact de ces migrations sur les espaces de départ, le bouleversement de la division internationale du travail dans un contexte de globalisation et enfin la remise en question des modèles socio-spatiaux dans les espaces d’arrivée, conséquence de ces mobilités [Cattan, 2009].

14Les travaux scientifiques qui portent plus particulièrement sur la présence des domestiques étrangères au Liban et à Beyrouth ont jusqu’à maintenant abordé la question de la domesticité selon trois approches distinctes mais liées. La première approche est celle du sociologue R. Jureidini (2003) qui a analysé la présence domestique au Liban à travers le prisme des conditions de vie et de travail des femmes, de la maltraitance et de la question du droit. La deuxième approche est celle de l’anthropologue F. Reysoo (2008) qui a montré, dans le cadre d’une monographie consacrée à la présence des domestiques srilankaises, les retombées économiques, sociales et culturelles de cette migration au Sri Lanka. La troisième approche relève de la géographique sociale et culturelle. Elle est initiée par Y. Bouchetout (2001) qui a interrogé les dynamiques de la territorialisation des domestiques srilankaises à Beyrouth, leurs pratiques des espaces publics et enfin la question de leur visibilité dans la ville. C’est dans ce dernier champ que s’inscrit notre travail qui vise à analyser l’influence sociale et spatiale des employées de maison à Beyrouth qui, malgré une invisibilité patente, participent effectivement à une reformulation des pratiques socio-spatiales dans la capitale libanaise, depuis la cellule privée du logement jusqu’à celle des espaces publics au sein desquels elles produisent alors, le temps de leur présence, de nouvelles territorialités.

2. Entre « hyperproximité » spatiale et « hyperdistanciation » sociale et culturelle : les domestiques à demeure

2.1. Système économique et représentations ethnoprofessionnelles

15La question du droit est primordiale pour comprendre les conditions de la présence des employées de maison étrangères à Beyrouth. Cette migration s’inscrit tout d’abord dans un système économique institutionnalisé d’offre et de demande qui met en jeu différents acteurs : les migrantes, les employeurs, les États et enfin les agences privées qui gèrent ces mobilités. Selon le Ministère du travail libanais, il y aurait au Liban, en 2009, plus de 400 agences de recrutement répertoriées qui seraient en relation avec des officines dans les pays de départ et qui servent d’intermédiaires entre les migrantes et les employeurs qui s’adressent directement auprès de ces agences [Dahdah, 2009]. La mobilité des femmes est alors entièrement canalisée par ces différents acteurs, depuis leur pays de départ jusqu’au domicile des employeurs à Beyrouth. Les femmes n’obtiennent un permis de séjour et un permis de travail dans le secteur de la domesticité, d’une durée de trois ans renouvelable que si elles ont pu signer un contrat de travail avec une agence de recrutement et/ou un employeur. La domesticité est ainsi la principale, voire l’unique porte d’entrée pour la plupart des migrantes. En conséquence, l’ensemble des conditions inhérentes à leur présence au Liban et à Beyrouth est lié à cette situation de niche professionnelle.

Photographie 1. Panneau dans le hall d’entrée de l’aéroport international de Beyrouth

Photographie 1. Panneau dans le hall d’entrée de l’aéroport international de Beyrouth

Cliché Assaf Dahdah, 2009.

16Les représentations qui sous-tendent les discours des Libanais et Libanaises interrogés à propos des femmes domestiques sont ainsi en lien avec le travail domestique et l’origine géographique des migrantes. Ces représentations amènent à une catégorisation ethno-professionnelle qui distingue les compétences des domestiques en fonction de leur origine. Ainsi, les Philippines sont considérées comme étant propres, calmes, instruites et éduquées, et donc aptes à garder les enfants. Les Srilankaises sont perçues comme des femmes travaillant dur et qui ne se révoltent pas face aux exigences des employeurs. Quant aux Éthiopiennes, les discours que nous avons pu entendre de la part des hommes enquêtés sont à la fois teintés de fascination quand ils évoquent la beauté exotique de ces femmes, mais aussi de répulsion car elles véhiculeraient, selon eux, des maladies, notamment le VIH. La prostitution a alors été fréquemment mentionnée par les hommes et les femmes libanais interrogés à propos des domestiques éthiopiennes. En effet, dans le contexte de la migration la frontière entre la domesticité et la prostitution est ténue. Les cas de passage du monde domestique à celui de la prostitution sont fréquents, particulièrement à Beyrouth. De nombreuses femmes quittent leur emploi à demeure pour gagner plus d’argent et/ou pour ne plus subir l’enfermement et les violences de leurs employeurs. En conséquence, elles se retrouvent parfois prises dans l’engrenage de la prostitution, travaillant alors dans les night clubs de Beyrouth ou de sa banlieue.

17Toutefois, la très grande majorité des femmes qui s’enfuient de chez leur employeur restent dans le domaine de la domesticité ou de l’entretien dans les hôtels ou les restaurants, mais à leur propre compte et souvent en-dehors d’un cadre légal. C’est le cas d’un tiers des femmes éthiopiennes enquêtées par questionnaire. Cette émancipation leur permet alors d’accéder à une indépendance qu’elles n’avaient pas quand elles travaillaient à demeure et de pouvoir gagner plus d’argent en cumulant les emplois journaliers pour différents employeurs.

18Il faut cependant préciser que, à la suite des nombreux cas de maltraitance avérés, certains pays comme l’Éthiopie ou les Philippines ont officiellement interdit la migration des femmes vers le Liban [Noin et al., 1999]. Toutefois, des employées de maison éthiopiennes interrogées ont déclaré que les migrantes contournent cette interdiction en passant par Djibouti, le Yémen ou Dubaï. De plus, le service des agences de recrutement tend également à être contourné par des employeurs qui profitent des réseaux familiaux et amicaux des employées déjà présentes pour faire venir leurs amies, cousines et tantes, sans avoir besoin de payer les agences.

19Les mobilités entre le Liban et les pays d’où sont originaires les domestiques sont ainsi très fréquentes et le turn over rapide. De fait, les domestiques restent rarement pour un long séjour à Beyrouth. Plusieurs femmes enquêtées affirmant séjourner au Liban depuis environ dix ans déclarent en effet que la grande majorité des migrantes qui étaient présentes à leur arrivée sont aujourd’hui reparties. Toujours selon notre enquête par questionnaire, la très grande majorité des femmes interrogées déclare vouloir retourner en Éthiopie une fois leur contrat de travail arrivé à son terme, mais cette affirmation peut être mise en doute par la multiplication de discours contradictoires lors de discussions informelles.

20C’est dans ce contexte que des milliers de femmes sont arrivés et arrivent encore à Beyrouth pour travailler comme domestiques dans les foyers beyrouthins. Mises à part peut-être quelques séances d’apprentissage des mœurs et de la cuisine locales ainsi que les informations qui circulent entre les femmes qui retournent temporairement ou définitivement dans leur pays et celles qui sont sur le départ, les migrantes ne connaissent généralement que peu de choses du pays où elles vont travailler. Les employées de maison se retrouvent alors à huis clos à partager la vie privée d’une famille dont elles ne connaissent souvent même pas la langue. Les employées de maison vivent une situation ambiguë dans laquelle leur lieu de vie quotidien et privé est à la fois leur espace de travail.

2.2. La place des domestiques dans l’espace privé

21L’architecture de certains logements prévoit la possibilité qu’une domestique puisse bénéficier d’un petit espace privé. Cette pièce, réservée à la domestique, est appropriée avec des décorations personnelles ; elle est un refuge intime et un lieu de repos dans un espace privé — le logement — qu’elle occupe sans en faire partie. Mais la chambre est aussi susceptible de devenir une « trappe » ou un lieu d’enfermement et de solitude, symbolisant la soumission et la dépendance des domestiques, notamment par la place qu’occupe cet espace souvent exigu et en retrait des autres parties visibles du logement [Vidal, 2007]. Selon Blandine Demestremau et Bruno Lautier, cette position professionnelle et spatiale est à l’origine d’une spécialisation qui fait des femmes domestiques des « bonnes à tout faire » qui se doivent de tout faire et tout le temps (op cit.). L’imbrication entre espace privé et espace de travail est à l’origine d’opacités, voire de confusions, dans les rapports sociaux et spatiaux qu’entretient la migrante avec son environnement. La domestique doit ainsi respecter les limites que lui confère sa place, mais comme sa place n’est jamais dite, les limites ne sont donc jamais claires. Peut-elle aller dans le salon ? A-t-elle accès aux chambres ? Si elle n’a pas de chambre, où est alors son espace privé ?

22Dans une temporalité quotidienne, l’espace fréquenté par une domestique fluctue selon le moment de la journée et le travail exigé. Le rangement matinal de la maison autorise la domestique à accéder à toutes les pièces du logement, y compris aux chambres à coucher, l’espace très intime des employeurs. Cette possibilité se voit restreinte aux stricts gestes du travail.

23Le salon, istikbal (littéralement accueil) ou diwan, espace public par excellence, est également sujet à des restrictions variables selon les moments et les besoins des employeurs. Faire le ménage, servir ou au contraire être consignée dans la cuisine afin de ne pas être montrée aux invités, sont autant de conditions qui autorisent ou non la domestique à accéder à cet espace.

24Ainsi, la cuisine, lieu éminemment féminin dans les foyers libanais et arabes, est l’espace où les employées de maison passent le plus clair de leur temps. Elles peuvent y circuler sans contrainte, à moins d’être sous le contrôle direct de la maîtresse de maison qui décide de la place que doit occuper la bonne lors de la confection des repas, par exemple. Cuisinière, commis de cuisine ou à la plonge, sont les rôles que peuvent revêtir les domestiques et qui induisent un rapport différent à l’espace de la cuisine. Enfin, cette pièce peut être également l’espace intime des domestiques quand elles n’ont pas d’espace réservé pour dormir : elles doivent attendre que l’ensemble des membres du foyer délaisse cette pièce pour pouvoir se reposer et se l’approprier. Cette limitation de l’espace social à l’espace de la cuisine apparaît ainsi comme une ségrégation spatiale, associée à une ségrégation sociale [Oso Casas, 2002].

25La mobilité des domestiques dans l’espace privé pourrait donc être qualifiée d’antithétique par rapport à la position des employeurs : son rapport à l’espace domestique se fait en négatif ou en réaction à l’utilisation qu’en font l’employeur et la famille. Cette pratique en miroir de l’espace s’inscrit dans le cadre de temporalités quotidiennes et hebdomadaires qui influencent les pratiques spatiales de la domestique selon ce qui lui est autorisé ou pas. Cette limitation spatio-temporelle n’est pas sans complexité tant les processus décrits ont lieu à des échelles géographiquement grandes : l’appartement, la maison, la cuisine, les chambres à coucher ou encore le salon ; et dans un contexte où l’altérité, la soumission, le contrôle et l’invisibilisation contrainte sont permanents.

2.3. De l’espace domestique à la ville

26Ces rapports spatiaux et sociaux à l’échelle du logement vont également influencer les relations qu’entretiennent les domestiques avec l’extérieur. Les employées de maison sont tenues de répondre à toutes les demandes émanant de leurs employeurs, c’est-à-dire une disponibilité permanente : les domestiques sont assujetties à une relation de permissivité qui les empêche de disposer librement du temps et de l’espace. Les employeurs sont seulement tenus d’accorder un jour de congé par semaine à leur employée, obligation légale qui n’est d’ailleurs pas toujours respectée. Le reste de la semaine, sortir du logement implique une négociation pour obtenir l’accord des employeurs. En conséquence, le premier espace public est alors l’espace privé lui-même et son strict environnement. En d’autres termes, les domestiques sont limitées à une mobilité qui ne les rend visibles uniquement que lorsqu’elles sont sur les balcons, dans le hall de l’immeuble ou dans la rue au pied des immeubles. On assiste alors à une sociabilité et à une visibilité de voisinage dans laquelle les domestiques, généralement de même origine, peuvent nouer des relations et entretenir une conversation [Cattan, 2009]. Le passant entend le cingalais, le tamoul, le filipino ou l’amarighna échangé de balcon à balcon, au milieu d’une ville largement arabophone.

27Les employées profitent également du moindre prétexte de sortie pour établir des liens de sociabilité à la fois avec des compatriotes et avec des Libanais, généralement les commerçants. Aller faire des courses à l’épicerie, sortir le chien, surveiller les enfants qui jouent dans la rue sont alors autant de fenêtres spatio-temporelles qu’elles s’approprient pour s’extraire du logement et entrer — fût-ce très timidement — dans la ville, même si cette sortie se limite au quartier et à des temporalités brèves.

28Pour J. Coutras (1987), la place de la femme dans l’espace privé est essentielle à comprendre afin d’analyser celle qui est la sienne dans les espaces publics et leur pratique. « La position dans le travail joue un rôle capital dans la structuration sociale, en conséquence, le genre étant un facteur de distinction dans la société (…) [les sexes] ont un mode d’usage de l’espace qui sont aussi dépendants des normes de conduites induites par le rôle social dévolu à chacun ». Elle ajoute : « l’inégalité et la dissymétrie des pratiques spatiales entre hommes et femmes est décelable en maints endroits et moments de la vie quotidienne. Inégalité et dissymétrie des heures et lieux de fréquentation aboutissant à une « canalisation » temporelle et spatiale des femmes » (id.). Les domestiques qui travaillent à Beyrouth cumulent différentes pratiques de l’espace privé (qui n’est pas leur espace mais celui de leur employeur) et celui des espaces publics — d’où elles sont généralement absentes et où elles sont « invisibilisées ». Elles sont canalisées par l’ensemble des conditionnalités inhérentes à leur statut de femme domestique étrangère et des représentations qui les accompagnent, et non pas seulement à leur statut de femme stricto sensu.

29Ainsi, les pratiques des espaces urbains par les domestiques doivent être prises en compte dans un contexte dialectique qui considère à la fois le fonctionnement socio-spatial de l’espace urbain et la manière avec laquelle les migrantes, qu’elles soient à domestiques à demeure ou non, s’approprient et se représentent cet espace. En effet, on peut imaginer qu’à l’image des espaces privés, les domestiques ont une pratique réactive des espaces urbains. Autrement dit, leur statut de femme domestique et étrangère — dans le cas libanais par exemple — conditionne ces pratiques en réaction à ce que leur permettent les pratiques citadines établies, mais également, et surtout pour les domestiques à demeure, selon une forme de mimétisme de leur relation à l’espace dans leur lieu de travail. On ne peut toutefois pas limiter ces pratiques à leurs seuls aspects canalisés et contrôlés qui fait des domestiques des êtres passifs subissant les règles imposées. Il faut souligner que la capacité de contournement des règles sociales et spatiales établies ne se réduit pas non plus uniquement à des stratégies de survie.

30Un autre cas se présente à Beyrouth, celui des migrantes qui ne travaillent pas ou plus pour un employeur familial et qui possèdent leur propre logement. Deux cas de figures existent alors. Les femmes, très minoritaires (mais dont le nombre ne cesse de croître), qui viennent au Liban légalement dans le cadre d’un contrat de travail avec une structure hôtelière ou de restauration dans laquelle elles effectuent le travail d’entretien, ou encore recrutées par des entreprises de nettoyage spécialisées qui proposent une embauche journalière pour des familles ou des entreprises. En revanche, nombreuses sont celles qui ont quitté leur employeur et qui travaillent à leur propre compte, se plaçant alors automatiquement en situation de clandestinité. Toutefois, cela ne veut pas dire marginalisation et immobilité. La capacité de circulation et de socialisation des femmes en situation de clandestinité – qui est in fine supérieure à celle des domestiques à demeure – en fait des productrices de territoires dans les interstices de la légalité. Ainsi, nombreux sont les commerces ethniques qui ouvrent dans les banlieues de la capitale libanaise, notamment à Bourj Hammoud-Dora. Les journées et/ou les heures de repos hebdomadaires sont, pour les domestiques à demeure, une fenêtre spatio-temporelle qui leur permet de profiter de ces productions territoriales parfois « clandestines », de pratiquer la ville, de retrouver leurs amies et de reconstituer le temps d’une pause, des réseaux sociaux et spatiaux visibles dans les marges, voire dans les centralités de la ville, notamment dans le cadre de pratiques commerciales et religieuses.

3. Des boutiques ethniques aux lieux de culte : visibilités et centralités de nouvelles territorialités

31Les journées du vendredi et du dimanche sont spécifiques. Elles sont sacrées pour les Libanais musulmans et chrétiens, et chômées pour une grande partie de la population. Le jour de repos généralement accordé aux employées de maison correspond ainsi à l’une de ces deux journées, généralement le dimanche, partiellement ou dans sa totalité. S’il est fréquent de voir le reste de la semaine des domestiques dans les espaces publics, le plus souvent dans le cadre de leur travail, cette visibilité est à bien des égards différente le dimanche, impliquant des sociabilités, des spatialités et des temporalités que l’on ne soupçonne pas de prime abord.

3.1. Le dimanche, un jour de visibilité dans la banlieue est

32Pour nombre de domestiques, le dimanche est mis à profit pour effectuer des achats, appeler leur famille au pays, envoyer de l’argent et des colis, retrouver leurs amies ou encore aller au restaurant. Ces activités se concentrent pour la plupart dans un quartier de la banlieue est de Beyrouth, Bourj Hammoud-Dora.

33Ce quartier, fondé en grande partie par les immigrants arméniens après la Première Guerre mondiale, est devenu au fil du 20ème siècle un lieu de convergences pour tous les néo-arrivants dans la ville. Il en fut de même pour les employées de maison depuis leur arrivée au Liban. Cette attractivité s’explique par un double facteur : tout d’abord la proximité avec le centre de la ville, puis un niveau de vie qui reste très faible comparativement aux quartiers centraux voisins plus huppés comme c’est le cas d’Achrafieh. Le faible coût des loyers et la relative tolérance des propriétaires sont alors souvent évoqués par les migrantes interrogées pour justifier le fait d’habiter dans ce quartier, ces femmes vivant généralement à plusieurs dans un même logement pour partager les frais de la vie quotidienne. Ce quartier périphérique, mais central dans la géographie économique et migratoire beyrouthine, est ainsi un espace populaire où l’on retrouve les caractéristiques de quartiers mixtes (en termes d’origines géographiques et sociales), où se mélangent le formel et l’informel, la légalité et l’illégalité, et donc le visible et le moins visible.

34L’espace social Bourj Hammoud-Dora, dans lequel s’inscrit la présence des migrants, est « effet d’actions passées, il permet des actions, en suggère ou en interdit » [Lefebvre, 2000]. Autrement dit, son organisation sociospatiale conditionne les pratiques des migrants. Les conditions dans lesquelles les employées de maison produisent, organisent et consomment leur propre espace social ici prennent en compte l’ensemble de ces éléments, les invitant à s’adapter aux permissions, aux suggestions ou aux interdictions imposées. Ainsi, les populations étrangères, en particulier les domestiques, ont mis en place une stratégie territoriale qui ne remet pas en cause l’espace beyrouthin tel qu’il a été produit, mais au contraire, tente de se fondre dans cet espace urbain tout en fondant ses propres structures. Cette adaptation aux limites établies par la société hôte va dès lors obliger les migrantes à avoir souvent une palette de stratégies de dissimulation, d’évitement ou encore de contournement [Berthomière et Hily, 2006].

  • 3 Les commerces sont toujours enregistrés au nom d’un propriétaire libanais.

35Dora est un lieu paradoxal, qui montre les limites du recrutement temporaire de la main-d’œuvre étrangère [Bouchetout, 2001. En effet, ce quartier est un espace ouvert sur le monde, dont l’économie repose en partie sur les échanges commerciaux avec les pays d’où sont originaires les migrantes et en lien direct avec la présence, ici très visible, des employées de maison. Un commerçant arménien de la rue d’Arménie, artère principale de Dora, explique alors tout le poids de cette présence à la fois d’un point de vue social et économique. Selon lui, l’économie de Bourj Hammoud-Dora, mais également l’économie nationale, reposent sur la présence de ces migrantes. Pour ses affaires, il dit partir régulièrement en Éthiopie et au Sri Lanka, rencontrer des Libanais installés dans ces pays et en importer des produits. À l’instar de ce commerçant, de nombreux Libanais, mais aussi des Éthiopiens, Indiens, Srilankais et Philippins3, ont ouvert des boutiques où les employées de maison trouvent des vêtements, des produits alimentaires et des CD de musique ou des films. Des Éthiopiennes, Srilankaises et Philippines sont d’ailleurs souvent employées dans ces boutiques, voire en sont responsables, notamment quand elles sont mariées à des Libanais. L’une des caractéristiques de ce tissu commercial, notamment éthiopien, est le lien entre le genre, le type de boutique et les produits proposés. En effet, la plupart des commerces éthiopiens sont des salons de coiffure féminins qui font office de boutique de vêtements et de produits cosmétiques. Ces commerces constituent alors un réseau de lieux de sociabilité, où les migrantes, le temps d’une journée, outre le fait d’y faire des achats, se retrouvent entre elles et échangent des informations.

36Certains de ces commerces sont également des boulangeries où se ravitaillent en pain éthiopien les employées de maison d’origine éthiopienne. Ces fours distribuent à des épiceries du quartier mais également de Beyrouth des sachets de pain typique endjara. En effet, il devient fréquent de voir des commerçants beyrouthins des quartiers centraux proposer des produits éthiopiens, philippins et srilankais avec des panneaux en vitrine annonçant, dans les langues nationales, la possibilité d’y acheter des denrées alimentaires et des magazines.

37À Bourj Hammoud-Dora, Ces réseaux commerciaux côtoient des entreprises de fret qui proposent l’envoi de colis à des prix défiant toute concurrence, des agences de recrutement de domestiques d’où il est possible de téléphoner à l’international et des agences de transfert monétaires, certains proposant tous les services à la fois. Bourj Hammoud-Dora est devenu un quartier-monde dont le système économique repose grandement sur une économie migratoire, formelle et informelle, qui participe à connecter Beyrouth à la mondialisation, même si celle-ci se fait par le bas [Portes, 1999].

38La ville globale est certes un espace où existent les activités du capitalisme mondialisé et officiel, mais où sont présentes de manière moins ostensible les activités de la production « invisibilisée ». Ainsi, les migrants peu qualifiés, soumis à un rapport d’inégalité permanent, sont dans l’obligation de vivre et de s’organiser dans des espaces de faible légitimité. Les migrants produisent des cultures de l’aléatoire dans le contexte de petite production urbaine [Roulleau-Berger, 2007]. Mais il serait erroné de considérer Bourj Hammoud-Dora seulement comme un espace relégué, en marge de la ville, un territoire de la citadinité invisible où s’exprimeraient uniquement des sous-cultures mondialisées. Certes, ce quartier est une banlieue, mais surtout un espace du spontané où les citadins inventent leur ville et où la ville se lie au monde par des moyens détournés, qui ne sont pas ceux de la globalisation visible [Agier, 1999. Toutefois, il est difficile de présager d’une installation à long terme de ces réseaux économiques et des territorialités qui les accompagnent tant les obstacles politiques et sociaux sont grands et les dynamiques migratoires chaotiques. La migration des employées de maison est, en effet, basée sur un turn over très important qui va à l’encontre de processus d’intégration socio-spatiale à long terme. Cependant, d’autres processus de territorialisation, notamment cultuels, viennent contredire cette affirmation.

3.2. Les espaces-temps sacrés des Éthiopiens à Beyrouth

39La religion a ainsi toute son importance au sein de ces dynamiques migratoires et urbaines, dont l’orthodoxie éthiopienne tawahedo est un exemple. En 2009, la quasi-totalité des Éthiopiennes interrogées à Beyrouth disait venir de la capitale Addis-Abeba où plus de 80 % de la population est de confession chrétienne tawahedo [Gascon, 2005]. Outre la caractéristique de cette migration qui relie deux capitales, c’est la place essentielle que prend cette religion dans la territorialité éthiopienne à Beyrouth. Elle est d’une part un marqueur de la visibilité éthiopienne dans la capitale libanaise, et d’autre part un élément structurant de ce groupe dans son rapport au temps et à l’espace. Elle est, enfin, un liant culturel et social dans un contexte migratoire.

40Le quartier de Badaro, au sud-est de Beyrouth, est celui où la visibilité éthiopienne est à la fois officielle et ritualisée. Officielle par la présence du consulat d’Éthiopie, mais surtout parce qu’il s’y trouve deux institutions cultuelles. La première est le temple protestant baptiste éthiopien où officie un pasteur éthiopien dans des locaux prêtés par l’église protestante libanaise ; la seconde est l’Église orthodoxe tawahedo qui officie presque chaque dimanche dans l’église catholique des Sœurs franciscaines qui lui est prêtée par le clergé catholique. Ces deux institutions religieuses éthiopiennes sont en effet deux vecteurs essentiels de la visibilité de la population à Beyrouth. Présent depuis près de onze ans, les autorités protestantes éthiopiennes sont des acteurs à prendre en compte dans la structuration de la migration éthiopienne au Liban, même si son importance reste relative en nombre de fidèles et en termes de visibilité par rapport à celle de l’Église orthodoxe tawahedo. Cette dernière est elle aussi présente depuis près de onze ans et rassemble plusieurs centaines de fidèles tous les dimanches. C’est au regard de l’importance numérique de la migration éthiopienne au Liban et de l’installation de certaines migrantes que les autorités religieuses éthiopiennes justifient leur venue : l’Église orthodoxe éthiopienne a toujours tenté d’être présente partout où résidaient des Éthiopiens. Les institutions religieuses ont ainsi accompagné les mouvements migratoires éthiopiens vers l’Europe ou l’Amérique, mais également les migrantes domestiques vers le monde arabe, notamment au Liban et dans les pays du Golfe. À l’instar des autorités protestantes, l’Église orthodoxe tawahedo se donne officiellement pour objectif de maintenir les traditions et la vie spirituelle dans la migration et se voit comme un pilier de la communauté éthiopienne à l’étranger.

41L’installation du clergé éthiopien orthodoxe à Beyrouth s’est déroulée en plusieurs étapes et en collaboration avec différentes Églises libanaises, notamment les Églises grecque et arménienne orthodoxes et l’Église catholique latine. Ce soutien de la part des institutions libanaises à l’Église orthodoxe éthiopienne lui a permis de devenir plus visible dans la capitale libanaise, y compris dans les quartiers centraux où se réunissent les migrantes pour assister aux cérémonies religieuses dans l’église catholique à Badaro qui leur est réservée presque tous les dimanches, ou aux enseignements religieux à l’église grecque orthodoxe Mar Mitr à Achrafieh (quartier est de Beyrouth). Enfin, en 2009, s’est achevée la construction de l’église éthiopienne orthodoxe Bethe Saida Saint Gabriel à Ain Aar, dans la montagne libanaise, à une vingtaine de kilomètres de Beyrouth. L’achat du terrain et la construction de l’église ont été financés par les autorités religieuses éthiopiennes orthodoxes ; l’argent donné tous les dimanches lors des messes par les employées de maison servirait, selon les autorités religieuses, à rembourser l’emprunt nécessaire à cette construction. Enfin, les autorités religieuses assurent également une émission radiophonique dominicale afin de toucher l’ensemble de la communauté, y compris les fidèles qui ne peuvent se rendre à l’église.

Photographie 2. Cérémonie de la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint Gabriel à Ain Aar

Photographie 2. Cérémonie de la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint Gabriel à Ain Aar

Cliché : Assaf Dahdah, 2009.

42Les messes dominicales rassemblent alors des centaines de fidèles, voire des milliers pour les grandes fêtes, et participent ainsi à rendre visible, le temps d’une cérémonie, la présence des Éthiopiennes à Beyrouth, en dehors du strict contexte de la domesticité. Il est alors fréquent de voir des Libanais, parfois conjoints, parfois employeurs, venir assister aux messes. Ainsi, la population libanaise découvre (quelquefois avec étonnement) la chrétienté des Éthiopiennes et donc le partage d’un point commun avec leur employée. Il y a là un indice d’une légitimité accrue de la présence de ces femmes dans l’espace public et en dehors du cadre fermé de l’espace domestique. Les femmes ne sont plus seulement des domestiques étrangères, mais également des femmes avec qui l’on peut partager des référents culturels sinon cultuels communs. L’église est donc devenue un vecteur essentiel de la territorialisation et de la visibilité éthiopiennes, ainsi que le moyen d’expression d’une culture commune et d’une nouvelle identité ethnique à Beyrouth.

43Conclusion

44Des espaces privés aux espaces publics, d’une banlieue telle que Bourj Hammoud-Dora à l’église éthiopienne orthodoxe de Ain Aar, on assiste à des territorialisations de natures extrêmement diverses, à des échelles urbaines imbriquées et différentes, impliquant des degrés de visibilités et des systèmes de sociabilités éclectiques.

45Par leur présence et leur pratique de la ville, même invisibilisées, les migrantes éthiopiennes, employées de maison ou non, participent à la création d’espaces et de nouveaux territoires aux limites mouvantes qui sous-tendent une diversification des sociabilités et du paysage urbain beyrouthins, et en conséquence, sont à l’origine d’une certaine forme d’interculturalité. Ainsi, la place des employées de maison dans l’espace domestique est un premier facteur d’interculturalité, en ce que cette relation entre employées et employeurs peut être aussi un échange entre des individus originaires de sociétés différentes. Dans la domination et la soumission, ils inventent malgré tout de nouvelles sociabilités dans l’altérité, sans que cet échange soit toujours effectif ni réciproque tant les rapports de domination et d’infériorisation peuvent être à l’origine de repli et d’imperméabilité réciproques. L’employée de maison peut ainsi passer plusieurs années dans un foyer libanais sans qu’il y ait de véritables échanges autres que la servitude et que la famille qui l’emploie ait appris quoi que ce soit concernant sa culture.

46La place des domestiques dans les espaces publics oscille entre l’interdiction, la compromission, l’éphémère, l’invisibilité et l’hypervisibilité, dans des temporalités qui peuvent être à la fois brèves et longues, mais aussi appartenant aux mondes profanes et sacrées. Ainsi, une discussion entre deux balcons, dans des salons de coiffure où l’on trouve les derniers tubes musicaux éthiopiens et philippins, et des cérémonies religieuses qui rassemblent des centaines de fidèles dans une église qui s’inscrit dans le paysage cultuel et urbain libanais, sont autant de preuves d’une interculturalité, parfois limitée dans le temps et l’espace, qui va à l’encontre d’une volonté politique de ne faire de ces femmes que des « bonnes à tout faire ».

47Cette migration, telle qu’elle est décrite, interroge à bien des égards le nouveau cosmopolitisme des villes moyen-orientales, dont Beyrouth serait ici un exemple. La littérature scientifique suggère l’existence d’un cosmopolitisme retrouvé, notamment par le biais des migrations, cosmopolitisme revigoré par un retour de l’altérité dans les cités et dans les sociétés [Bensaâd, 2009]. À ce sujet, Beyrouth a connu malgré les guerres, les replis confessionnels et les fragmentations sociospatiales, un dynamisme culturel étonnant en lien avec les grands courants culturels mondiaux. Certes, l’immigration des employées domestiques depuis différents pays des Suds et les nouvelles urbanités qui les accompagnent viennent enrichir la diversité présente à Beyrouth par l’émergence d’une altérité et de nouvelles territorialités urbaines. Cependant il serait précipité de considérer ces nouvelles altérités et territorialités comme le fait établi d’un cosmopolitisme par le bas tant ces processus migratoires et ces nouvelles urbanités restent encore aléatoires et à bien des égards éphémères.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M. (1999), L’invention de la ville : Banlieues, townships, invasions et favelas, Paris, Archives Contemporaines, 173 p.

BENSAÂD A. (2009), Le Moyen-Orient : un carrefour migratoire entre conflits territoriaux

et mondialisation des circulations, Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 9-22.

BERTHOMIÈRE W. et HILY M.-A. (2006), Décrire les migrations internationales. Les expériences de la co-présence, Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 22, pp. 67-128.

BOUCHETOUT Y. (2001), Territorialités des étrangers à Beyrouth (Liban). Le cas des Sri Lankais, DEA, Tours, Université François-Rabelais, Filière doctorale "Espaces, Sociétés et Villes dans le Monde Arabe", 124 p.

CATARINO C. et MOROKVASIC M. (2005), Femmes, genre, migration et mobilités, Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 21, pp. 7-27.

CATTAN N. (2009), « Mobilité et territorialité des employées de maison Sri Lankaises à Beyrouth », in Colloque « Genre en mouvement. Conflits, négociations et recompositions »

COUTRAS J. (1987), Des villes traditionnelles aux nouvelles banlieues. L’espace public au féminin, Paris, SEDES, 171 p.

DAHDAH A., (2009). Visibilités d’une migration domestique dans une métropole du Moyen-Orient : les Éthiopiennes à Beyrouth (Liban), Mémoire de Master 1, Université de Provence-Aix Marseille 1.

DESTREMAU B., LAUTIER B. (2002), Femmes en domesticités (Les domestiques du sud, au nord et au sud), Tiers Monde, n° 170, pp. 243-264.

DROUILLEAU F., FINE A. et al. (2009), Domestiques d’ici et d’ailleurs, Travail, genre et sociétés, n° 22, pp. 25-30.

EL-HAGE A.-M. (2009), Dix heures de travail par jour, un jour de congé hebdomadaire : le nouveau contrat des employées de maison, l’Orient le jour, URL : http://www.courrierinternational.com

GASCON A. (2005), Éthiopie : la croix contre la croix. Fédéralisme et prosélytisme des Églises penté, Hérodote, n° 119, pp. 95-109.

GREEN N. L. (2002), Repenser les migrations, Paris, PUF, coll. Le nœud gordien, 138 p.

HILY M.-A. (2009), Migrants dans une banlieue beyrouthine, Maghreb-Machrek, n° 199, pp. 61-70.

JUREIDINI Ray (2003), L’échec de la protection de l’État : les domestiques étrangers au Liban », Revue Européenne des Migrations Internationales, n° 19, pp. 95-127.

LEFEBVRE H. (2000), La production de l’espace, Paris, Anthropos, 4ème édition, 485 p.

MIRANDA A. (2007), « Naples. Ethnicisation et circulation migratoire dans un contexte urbain méditerranéen », in I. Berry-Chikhaoui et al. (dir.), Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, pp. 279-297.

MOUJOUD N. et POURETTE D. (2005), « Traite » de femmes migrantes, domesticité et prostitution. À propos de migrations interne et externe, Cahiers d’études africaines, n° 179, pp. 1093-1121.

NOIN D., JACKSON R. et al. (1999), Les migrations internationales des domestiques philippines. Contextes et expériences aux Philippines et à Singapour, Revue européenne de migrations internationales, n° 15, pp. 37-67.

OSO CASAS L. (2002), Stratégies de mobilité sociale des domestiques immigrées en Espagne, Tiers Monde, n° 170, pp. 287-306.

OSO CASAS L. (2005), La réussite paradoxale des bonnes espagnoles de Paris, Revue européenne des migrations internationales, n° 21, pp. 107-129.

PORTES A. (1999), « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 129, pp 15-25.

RAVENSTEIN E.-G. (1885), The Laws of Migration, Journal of the Statistical Society of London, n° 48, pp. 167-235.

REYSOO F. (2008), « Ambivalent developments of female migration : Cases from Senegal and Lebanon », in Global Migration and Developpment, New-York, Routeledge, 336 p.

ROULLEAU-BERGER L. (2007), « Les oubliés de la mondialisation à Shanghaï et à Pékin : Captivités et résistances des migrants peu qualifiés sur les marchés du travail urbains », in Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, pp. 245-262.

SCRINZI F. (2003), Les employées de maison migrantes en Italie. Ethnicisation et contrôle dans le circuit catholique à Gênes, CWS/cf Canadian Women Studies/les Cahiers de la femme, vol. 22, n° 3/4, pp 182-187.

VIDAL D. (2007), Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique au Brésil, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 312 p.

Haut de page

Notes

1 Les informations concernant spécifiquement les femmes domestiques sont fournies par le Ministère du travail [Dahdah, 2009], Service des travailleurs étrangers chargé de délivrer les permis de travail. Notons qu'il y aurait également entre 300 000 et 800 000 Syriens travaillant dans le pays et environ 400 000 réfugiés palestiniens, ces derniers relevant d'autres réglementations sur le travail.

2 Concernant les droits des employées de maison au Liban cf. El-Hage (2009).

3 Les commerces sont toujours enregistrés au nom d’un propriétaire libanais.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. La région du Grand Beyrouth (Liban) en 2010
Crédits Sources : Fonds de carte : Google Maps (2010), google earth (2010), Geo Projects. (2008)Réalisation : Assaf Dahdah.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4154/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Photographie 1. Panneau dans le hall d’entrée de l’aéroport international de Beyrouth
Crédits Cliché Assaf Dahdah, 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4154/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographie 2. Cérémonie de la fête de Pâques à l’église Bethe Saida Saint Gabriel à Ain Aar
Crédits Cliché : Assaf Dahdah, 2009.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4154/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Assaf Dahdah, « Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 267-279.

Référence électronique

Assaf Dahdah, « Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://eps.revues.org/4154 ; DOI : 10.4000/eps.4154

Haut de page

Auteur

Assaf Dahdah

Doctorant en géographie
Université de Provence
dahdahassaf@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org