Navigation – Plan du site
Articles

Mobilis in mobili1 : des vies « en mobilité » au Sud

Les « expats » de l’humanitaire au Timor-Leste et en Haïti
Mobilis in Mobili. Lifes « in Mobility » in the South: the Relief Workers in Timor-Leste and Haiti
Marie Redon
p. 209-220

Résumés

Les travailleurs de l’aide et du développement, que l’on peut identifier aux figures des mercenaires, missionnaires et marginaux, circulent dans les pays du Sud sinistrés par des catastrophes naturelles et/ou anthropiques. Ils forment un type de mobiles peu connus, vivant entre plusieurs mondes : leurs pays d’origine, le pays d’accueil et l’univers récréé entre les deux (là-bas, ici, entre-deux). La césure entre des mobilités conquérantes du Nord et subies du Sud apparaît complexifiée par ces migrants en provenance de pays du Nord et du Sud, soudés par une pratique si continue de la mobilité qu’ils vivent « en » mobilités, mobiles dans cet élément mobile (Mobilis in mobili) qu’est le monde contemporain. En même temps, ces travailleurs de l’humanitaire transposent d’un Sud à l’autre des modes de vie très similaires calqués sur les standards du Nord, finalement peu dépendants du contexte socio-économique sur lequel ils ont pourtant des incidences fortes, d’autant plus fortes que ce contexte est incertain et perméable comme au Timor-Leste et en Haïti. Ces deux pays apparaissent en effet comme des archétypes de ces États pilotés par une communauté internationale qui y met en pratique ses principes de développement via des missions de l’ONU et de nombreuses ONG.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En latin « Mobile dans l’élément mobile », que l’on trouve sous la forme Mobilis in Mobile dans la (...)

« Le séisme du 12 janvier a semé encore plus d’ONG,
pour le malheur profond d'Haïti. »
Etudiant de Port-au-Prince, août 2010

1Log-Base, siège de la mission des Nations Unies, Port-au-Prince, le26 août 2010 :
« Avez-vous de la monnaie s’il vous plaît ?
Mais qu’est-ce que c’est ?
Un billet de 500 gourdes, je voudrais des petites coupures si vous avez. 
« Gourdes », mais qu’est-ce que c’est ?
La monnaie locale.
Ah ! Il y a une monnaie locale ! Non, désolé, nous n’avons que des dollars ».

2Je me suis demandé d’où provenaient ces gens ignorant la monnaie en vigueur et attablés dans ce restaurant d’Haïti depuis plus de deux heures pour discuter, précisément, de l’avenir de ce pays : venaient-ils tout juste d’arriver et encore sous le coup du décalage horaire ou bien vivaient-ils dans un autre monde ? Et si oui, lequel ?

3Au Sud, il existe un type spécifique de mobilités inhérentes au secteur du développement, de l’aide humanitaire et à l’omniprésence des organisations intergouvernementales et non gouvernementales. Des milliers de travailleurs expatriés vivent dans des pays en crise pour des durées allant de quelques semaines à plusieurs années, originaires de pays du Nord mais aussi d’autres pays du Sud. Les mêmes personnes se retrouvent d’une mission à l’autre, se croisant ici et puis là, dans ce réseau par essence international au service d’un développement local : le réseau des « expats ». Alors que le terme d’expatriés fait appel au champ lexical de la migration subie (banni, expulsé, réfugié, exilé, émigré), l’abréviation familière d’« expats » renvoie aux personnes qui vont vivre à l’étranger pour y travailler pendant un laps de temps déterminé, y accomplir une mission ponctuelle le temps d’un contrat ; le terme d’« internationaux » est parfois aussi employé.

4De Diogène de Sinope à Emmanuel Kant, qui formulait l’idée d’une histoire universelle tendant vers « une société de citoyens du monde », l’ère mondialisée est héritière d’un élan cosmopolite et valorise la figure mythique de l’« homme neuf, prémuni du chauvinisme, bondissant par-dessus les frontières » [Pierre et Seurrat, 2007, p. 1]. Ce citoyen, agissant du monde et (se) jouant des frontières, dominerait la mobilité, aux antipodes de la figure du migrant clandestin subissant les inégalités. À l’heure d’une mondialisation qui survalorise le mouvement, « ce qui sert de distinction entre ceux qui sont « en haut » et ceux qui sont « en bas » de la société de consommation, c’est leur degré de mobilité – c’est-à-dire leur liberté de choisir l’endroit où ils veulent être » [Bauman, 1998, p. 132]. L’écart semble se creuser entre une mobilité subie des Suds et la mobilité conquérante des élites migrantes du Nord [Bauman, op. cit. ; Sassen, 2009 ; Tarrius, 2000]. Parmi ces dernières, les travailleurs de l’aide et du développement circulent spécifiquement dans les pays sinistrés par des catastrophes naturelles et/ou anthropiques. Ils forment un type de personnes mobiles peu connues, vivant entre plusieurs mondes : leurs pays d’origine, le pays d’accueil et l’univers récréé entre les deux (là-bas, ici, entre-deux). La césure entre des mobilités du Nord et du Sud apparaît complexifiée par ces migrants en provenance de pays du Nord et du Sud, soudés par une pratique si continue de la mobilité qu’ils vivent « en » mobilités, mobiles dans cet élément mobile (Mobilis in mobili) qu’est le monde contemporain. En même temps, ces travailleurs de l’humanitaire transposent d’un Sud à l’autre des modes de vie similaires, calqués sur les standards du Nord, finalement indépendants du contexte socio-économique sur lequel ils ont pourtant des incidences fortes, d’autant plus fortes que ce contexte est incertain et perméable.

5Cette population migrante sera abordée ici dans le cas de deux pays où elle est particulièrement présente : Timor-Leste et Haïti. Ces États occupent des portions d’îles situées aux antipodes l’une de l’autre : l’île de Timor se situe dans l’archipel de la Sonde, entre Indonésie et Australie, Haïti et la République dominicaine se partagent une île des grandes Antilles. Ils ont aussi chronologiquement deux siècles d’écart puisque, si la République d’Haïti a été proclamée dès 1804, Timor-Leste est indépendant depuis le 20 mai 2002. Eloignés par l’espace et le temps, ils ont pourtant en commun un positionnement national et international de second ordre de par leur assise politique (notion d’État faible, failli, etc.) et économique. Objets de la première et de la dernière forme de décolonisation des Suds, ces espaces sont à la fois marginaux et fortement connectés au reste du monde par une relation de dépendance incarnée dans les nombreux travailleurs internationaux présents sur leur territoire.

  • 2 Ban Ki-moon, « Vers un nouvel avenir pour Haïti », discours retranscrit sur LEMONDE.FR, 31 mars 201 (...)
  • 3 En Haïti : mise en place d’une première mission en 1993, la Mission des Nations Unies en Haïti, pui (...)
  • 4 Une bibliographie est en train de naître sur ce sujet : Rasna (2008) ou Stirrat (2008) par exemple.

6Dans le cas de Timor-Leste, la naissance de l’État s’est faite sous l’égide des Nations Unies qui ont, en partie, supervisé l’organisation d’un référendum en 1999 pour permettre à la population de décider de l’avenir du territoire, ancienne colonie portugaise occupée par l’Indonésie depuis 1975. Dans le cas d’Haïti, la présence de la communauté internationale, déjà notable, s’est encore accrue après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ; le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, déclarait en mars 2010 : « Notre ambition aujourd’hui, c’est de rebâtir le pays de fond en comble »2. Les deux pays apparaissent comme l’archétype d’États pilotés par une communauté internationale qui met en pratique ses principes via des missions de l’ONU3 et de nombreuses ONG. Celles-là œuvrent à l’amélioration des conditions de vie des populations les plus pauvres (tableau 1). On peut cependant distinguer deux processus différents selon la situation : d’un côté, un afflux humanitaire d’urgence, post-catastrophe (Haïti) ; de l’autre, une présence pour un développement à plus long terme (Timor-Leste). Dans ces États qui semblent consubstantiellement poreux à la présence étrangère, les temporalités de l’aide sont alors différentes, de même que les types de mobilités et leurs effets sur les espaces d’accueil qu’il s’agira d’explorer après avoir présenté les figures archétypiques du monde du développement : mercenaires, missionnaires, marginaux4.

Tableau 1. Haïti et Timor-Leste : deux pays aux indicateurs socio-économiques « du Sud »*

Haïti

Timor-Leste

Capitale (nombre d’habitants)

Port-au-Prince (2,3 millions)

Dili (150 000)

Population

Environ 10 millions

Environ 1 million

Superficie

27 560 km²

14 870 km²

Mission ONU en cours

Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti - MINUSTAH

Mission Intégrée des Nations Unies au Timor-leste - MINUT

IDH

148°rang / 179 pays

158° rang / 179 pays

GPD / personne

$729

$453 (hors revenu pétrolier)

ISF

3,5 enfants/femme

6,5 enfants / femme

Taux alphabétisation plus de 15 ans

61 %

46 %

Taux de mortalité infantile

54 pour 1 000

75 pour 1 000

Espérance de vie

61 ans

61 ans

Part de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté national

65%

39,7%

Part des moins de 15 ans

36,7%

45,2%

* Données Banque Mondiale, 2008.

1. « Mercenaires », « missionnaires », « marginaux » : un brouillage de la fracture nord – sud

7Classés en « mercenaires », « missionnaires », « marginaux », ils sont les trois stéréotypes émergents des travailleurs du développement. L’origine de cette tripartition du monde de l’aide internationale est floue [Stirrat, op. cit., p. 407]. L’enjeu n’est pas d’en vérifier la pertinence mais d’aborder une modalité spécifique des nouvelles mobilités au sein des Suds, via ces trois figures, dans deux pays où elles sont prégnantes.

  • 5 National Statistics Directorate (Direcção Nacional de Estatística – DNE), données du recensement co (...)

8Les chiffres concernant le nombre d’étrangers présents sur le sol national sont délicats à obtenir. Pour Timor-Leste, le recensement de 2004 fait état de 11 341 personnes nées à l’étranger (« born abroad ») et de 15 935 personnes non déclarées (« no stated »), pour une population avoisinant un million d’habitants5. Cela fait plus de 27 000 individus au statut flou, ne pouvant être assimilés à des expatriés au sens qui nous intéresse ici, étant donné la fréquence des déplacements de population sur l’île, de part et d’autre de la frontière avec l’Indonésie. Sur place, on évoque le chiffre de 4000 « expats ». Côté haïtien, 17 259 personnes seraient nées à l’étranger, d’après le IHSI-Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2003. Là encore, difficile de savoir de quels « étrangers » il s’agit et de faire coïncider ce chiffre avec celui des travailleurs internationaux, sensiblement en hausse à la suite du séisme de janvier 2010.

États d’acronymes et « républiques d’ONG » ?

  • 6 À titre d’exemple, le Forum mondial de Mexico sur l’eau, en 2006, a rassemblé plus de 20 000 person (...)
  • 7 Sur la MINUSTAH, voir entre autre Di Razza, 2010.

9L’essor de la diplomatie multilatérale a marqué le second 20ème, parallèlement à la croissance des organisations internationales, des conférences internationales et des forums6. On comptait ainsi une vingtaine d’organisations intergouvernementales en 1900 contre près de 300 à l’heure actuelle [Devin, 2007, p. 50]. Haïti et Timor-Leste font partie des seize pays où des missions onusiennes sont en cours ; elles y ont été ou sont d’envergure considérable : plus de 9000 militaires et policiers pour la MINUSTAH7, plus de 1500 pour la MINUT. Les États prenant part à ces missions sont divers : les militaires et policiers formant la majorité des troupes onusiennes au Timor-Leste sont originaires de Malaisie, des Philippines, du Bangladesh et du Pakistan (chacun de ces États fournissant au moins 10 % du total du personnel en uniforme). La MINUSTAH est, entre autres, composée de personnes originaires d’Uruguay, du Brésil, du Sri Lanka, de Jordanie et du Népal (idem). Outre la logique de proximité géographique, ces missions qui font transiter du sommet à la base des individus issus de pays du Nord et du Sud sont des lieux de brassage reliés entre eux : au Timor-Leste en 2004, nombreux étaient les membres des Nations Unies désireux d’apprendre le français afin de postuler à la MINUSTAH alors en cours d’établissement.

10Les deux pays accueillent nombre d’organisations internationales et, à chacune, correspond du personnel étranger venant travailler aux côtés des employés locaux. Parmi les organisations internationales majeures, présentes à la fois en Haïti et au Timor-Leste, citons l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), la Banque mondiale (WB), l’Agence canadienne pour le développement international (CIDA), le Comité international de la Croix Rouge (CICR), l’Organisation internationale pour les migrations (IOM), le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne, et des agences des Nations Unies (UNICEF, UNESCO, UNDP, UNHCR, UNOPS, UNFPA, FAO).

  • 8 Littéralement, Cooperative for American Remittances to Europe, fondée en 1945.
  • 9 Oxford Committee for Relief Famine, créée en 1942.

11Au Timor-Leste, l’afflux de travailleurs étrangers induit par la présence onusienne a entraîné dans son sillage celui des travailleurs de l’humanitaire. Dans le cas d’Haïti, beaucoup d’ONG préexistaient à la première mission des Nations unies (1993). Action Aid, CARE8, OXFAM9, Plan International, Médecins sans frontières ou encore Family Health International se retrouvent dans les deux pays et toutes ces organisations sont originaires de pays du Nord. À l’échelle mondiale, le secteur des ONG (dont la définition juridique varie selon les pays) regrouperait près de 19 millions de salariés, répartis en 40 000 organisations, et génèrerait un budget global annuel compris entre 1000 milliards de dollars [Troubé, 2009] et 1600 milliards pour l’ensemble du business humanitaire en 2002 (étude réalisée par la John Hopkins University, citée par Verna, 2007), et il est en pleine croissance.

  • 10 « Haïti : La République des ONG », Radio Métropole Haïti, 29 mars 2010 ou encore « Haïti : la Répub (...)
  • 11 Rapport du Service jésuite aux réfugiés (SJR), cité dans « L’aide qui peut tuer », Le Nouvelliste, (...)
  • 12 « Haïti : une nation ébranlée », FIDH, mai 2010.

12Déjà, en 1997, S. Pierre (1997) évoquait « l’invasion des ONG » en Haïti ; à présent, le terme de « République des ONG » est fréquemment employé dans les médias du pays10 où, « en négligeant ses responsabilités vis-à-vis de la population, l’État laisse faire les ONG. Celles-ci, se sentant souveraines dans leurs opérations, laissent la population sur le qui-vive »11. Un rapport de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme dénonce également « le manque de coordination entre les différents acteurs internationaux et l’absence d’interaction avec les acteurs nationaux [Haïtiens], voire l’exclusion de ces derniers notamment à cause de l’utilisation systématique de l’anglais comme langue de travail »12. Certains travailleurs de l’humanitaire eux-mêmes questionnent leur propre légitimité :

  • 13 Extrait de « Gesticulations », texte rédigé par un membre d’ONG travaillant en Haïti depuis 2009.

13« Des organisations qui gesticulent dans tous les sens, des logos à foison sur tout et n'importe quoi (le gadget est bien là), des voitures estampillées des noms les plus prestigieux d'ONG qui alimentent les gigantesques blocus de la capitale, brûlent du carburant, polluent un environnement sans viabilité, transportant bien au frais les cerveaux des projets, programmes, sections d'intervention, cluster, d'un bureau à un autre sans jamais passer par la case "terrain", sur fond de mascarade. Le carnaval de février a été annulé de fait. À l'inverse, j'ai l'impression que nous naviguons en perpétuel carnaval depuis le 12 janvier »13.

14Ces acteurs revêtent une importance croissante, au point qu’on a pu parler de métamorphose partielle de la vieille « question sociale » en « question humanitaire », de « nouveau paradigme « humanitaire » qui mobilise désormais les sociétés occidentales » [Brodiez, Dumons, 2009]. Dans la seconde moitié du 19ème siècle, l’humanitaire devient « un élément constitutif du processus de civilisation des sociétés industrielles : déploiement d’aides d’urgence, création d’organisations, érection d’un droit international, codification des usages de la guerre » [id., p. 4] ; il s’agissait alors de l’apanage du Nord. Dans la seconde moitié du 20ème, les pays du Sud prennent une part croissante dans l’intervention humanitaire, comme l’a révélé, lors du tsunami qui a affecté l’Asie du Sud-Est en 2004, la mobilisation de pays comme la Guinée Equatoriale, le Chili ou encore l’Argentine. Le paradigme humanitaire n’est plus la prérogative du Nord et, depuis la Seconde Guerre mondiale et plus encore à partir des années 1980, on voit émerger une nébuleuse internationale, si ce n’est transnationale, composée de représentants des États, des organisations intergouvernementales ou non gouvernementales. Cette toile est tissée de relations d’interdépendances, d’intérêts communs, mais aussi de mobilités qui font se croiser à Dili des personnes qui se sont rencontrées en Haïti. Les articulations de ce réseau sont faites d’individus vivant en mobilité, d’un pays du Sud à l’autre.

Mercenaires

  • 14 The Australian, 20 mai 2009. Voir aussi Gunn (2003).

15Selon cette grille de lecture, le terme de mercenaires désigne les individus qui travaillent dans les banques de développement majeures (Banque Mondiale, Banques interaméricaine ou asiatique de développement), les agences officielles multilatérales et bilatérales ou encore les consultants [Rasna, op. cit. ; Stirrat, 2008]. Parmi ces derniers, signalons tout particulièrement les grandes firmes spécialisées dans le conseil à la privatisation des contrats dans les pays en développement, processus inhérent aux politiques d’ajustement structurel. Les firmes majeures sont PricewaterhouseCoopers, KPMG, Touche Tohmatsu, Ernst & Young ou encore Deloitte (cette dernière ayant des représentants au Timor-Leste). Les salaires élevés de ces mercenaires du développement sont parfois dénoncés ; une enquête parue dans The Australian exposait ainsi le cas d’une consultante, spécialiste des médias auprès du ministère des Finances du Timor-Leste : payée sur les fonds de la Banque mondiale et de divers pays donateurs, son salaire initial pour l’exercice 2008-2009 s’élevait à 182 400 $US, auxquels s’ajoutaient 41 365 $US de frais de déplacement et d’indemnités de logement, donc un total de plus de 220 000 $US. Le Premier ministre de Timor-Leste, lui, ne touchait qu’un salaire mensuel de base de 1000 $US, complété par une indemnité de 500 $US14. En août 2010, un membre de l’ONU, originaire d’Argentine, déclarait :

16« Tu sais, je vais bientôt quitter Haïti …. Je viens de m’acheter une Ferrari et une maison aux Canaries avec vue sur la mer, il est temps que je me pose et que je prenne le temps de vivre après avoir été dans tant de pays. Et puis je vais bientôt avoir 50 ans. Je gagne 20 000 $US par mois, c’est que tu as devant toi un chef, un vrai ».

17Les traits généralement associés à ces travailleurs du développement sont leur tendance à faire passer leur propre intérêt avant tout, le peu de contacts entretenus avec les populations locales, l’enfermement dans des enclaves d’expatriés, le tout non compensé par une efficacité tangible. L’analyse anthropologique de R. L. Stirrat (2008) nuance la caricature : l’incompétence de ces mercenaires n’est pas plus avérée que dans d’autres secteurs d’activité, les salaires, certes élevés par rapport au pays de résidence, sont dus à des contraintes spécifiques et sont à remettre en perspective avec les revenus des travailleurs des mêmes types de secteur d’activité de leur pays d’origine [id., p. 409]. Il relève également la dissonance entre une vision d’eux-mêmes très cynique, forgée autour d’un rapport assumé à l’argent, et un niveau d’implication très élevé dans les projets suivis. En revanche, l’anthropologue ne note pas de détermination en fonction de leur pays d’origine.

Missionnaires

18La plupart des organisations humanitaires portent, plus ou moins explicitement, les traces de leurs origines confessionnelles. Les Églises sont omniprésentes dans les deux pays où la société civile est structurée par la religion. Les écoles confessionnelles foisonnent en Haïti où l’on peut citer, simplement pour les adventistes, les collèges de Diquini, des Gonaïves et de Morija ainsi que l’Institut adventiste franco-haïtien. L’Église adventiste est également présente à Dili. À côté des Eglises proprement dites, il existe des ONG confessionnelles comme World Vision ou Caritas International, implantées au Timor-Leste et en Haïti. Le discours de l’ONG Caritas International, basée au Vatican, prône une lutte contre la pauvreté dans le respect des règles démocratiques [Verna, 2007], se présentant comme une confédération œuvrant « sans distinction de religion, race, sexe ou appartenance ethnique, […] le travail au nom des pauvres [étant] voué à manifester l’amour de Dieu pour toute la création »15.

19Le fait religieux est central dans l’humanitaire international, avec la transformation de l’ancien modèle missionnaire. Le poids de la dimension religieuse dans des organisations résolument laïques transparaît dans leur rôle d’« entreprises de biens de salut », l’humanitaire apparaissant comme un moyen d’actualisation des dispositions religieuses reposant moins sur la foi que sur des pratiques vécue comme positives (entraide, don de soi) [Verna, 2007]. Le Rotary Club, présent en Haïti comme au Timor-Leste, avec ses 1,2 million de membres affichés et sa devise, « Servir d’abord », n’est ainsi pas sans échos missionnaires. Les travailleurs des ONG représenteraient donc l’archétype du missionnaire contemporain [Stirrat, 2008], porté par l’enthousiasme et l’implication morale, par une vocation faisant passer le bien commun avant le sien. L’engagement se veut direct et immédiat auprès des populations les plus pauvres, dans un rapport concret et quasi charnel au terrain, à l’opposé des passages éclairs des mercenaires du développement. Le revers en serait une forme d’amateurisme sympathique mais peu efficient [id., p. 412]. Les principales ONG présentes dans les deux pays sont de grande envergure, certaines subdivisées en plusieurs associations comme OXFAM dont la branche australienne est implantée au Timor-leste tandis qu’Haïti relève de la branche américaine. À côté de ces multinationales de l’humanitaire, existent des ONG d’échelle nationale comme Fonkoze (ou Haiti’s Alternative Bank for the Organized Poor) se présentant comme la plus importante organisation de micro-finance du pays (plus de 55 000 femmes emprunteuses, notamment en zones rurales16). Dans ce dernier cas, le recours à des « missionnaires » étrangers est évidemment moins répandu.

20Sur place, les circulations entre ONG sont relativement fréquentes : au Timor-Leste, on peut évoquer l’exemple de cette ingénieure passée de l’ONG française Triangle Humanitaire à l’importante organisation anglo-saxonne Plan International ou celui d’un ingénieur suisse qui travaillait pour Développement et Civilisations - Lebret-Irfed (DCLI), un réseau de 200 personnes basé à Paris, et qui se retrouve en mission auprès de l’imposante Care International. Mais si des passerelles existent entre ONG, il en existe aussi d’un milieu à l’autre, comme en témoigne un de nos interlocuteurs de Plan International au Timor-Leste, issu du secteur pétrolier, ou comme l’illustre le cas de World Vision qui chapeaute un vaste programme d’adduction d’eau, financé en grande partie par la compagnie pétrolière Woodside.

21Des points communs rapprochent « missionnaires » et « mercenaires » [Stirrat, 2008]. La plus grande proximité avec les populations locales n’est pas avérée et le temps passé sur place plus long dans les ONG. Si les réseaux relationnels ne sont pas identiques, il existe des convergences et une commune dépendance envers le personnel local (ne serait-ce que linguistiquement). La tendance est à la professionnalisation de structures qui se rapprochent de plus en plus du fonctionnement des agences de développement. Dans les années 1990, les principes de « planification » et de « management stratégique » propres à toutes les multinationales se sont imposés dans les ONG, notamment anglo-saxonnes. La professionnalisation entraîne de nouveaux modes de gestion sur le terrain et les chefs de mission on dû apprendre à compter avec de puissantes structures régionales décentralisées « qui gèrent des budgets au lieu de simplement superviser des projets » [Verna, 2007, p. 30]. Désormais, ce qui détermine la mobilité professionnelle est l’aptitude à maîtriser des méthodes de travail homogénéisées et des discours formatés et prêts à être transposés, que l’on soit issu d’un pays du Nord ou du Sud.

Marginaux

22Le dernier terme de la tripartition concerne les « marginaux », entrés dans le secteur du développement et de l’aide ni par vocation, ni par appât du gain, mais selon une logique de fuite. Leurs discours glorifieraient l’authenticité des sociétés rurales, épargnées des méfaits de l’urbanisation, et la force des communautés, avec une image essentialisée et artificialisée de ce qui « devrait être » ou qui aurait dû être [Stirrat, 2008]. Là, une détermination par le pays d’origine existe et on trouve davantage de « marginaux » issus des pays du Nord que du Sud.

23Outre cette marginalité théorique, le monde du développement peut induire des processus de dissensions relationnelles confinant à une forme d’exclusion : de mission en mission, du Burundi au Timor-Leste, puis du Timor-Leste en Haïti, les déplacements à répétition rendent délicat l’établissement de relations amicales et familiales durables. « La situation affective de ces personnes peut parfois être difficile. Les interminables spectacles des autres, des mêmes lieux toujours étrangers, suggèrent une aliénation douloureuse, une sorte d’extinction du lien social et plus particulièrement de sa dimension affective » [Tarrius, op. cit., p. 66]. Si, dans le pays de résidence, on échappe à l’anonymat par le statut que confère le travail valorisant pour une ONG ou pour les Nations Unies, de retour au pays natal, c’est dans le récit de l’ailleurs que se retrouve une forme de légitimité sociale. En quête d’une identité alternative et ouverte, les « marginaux » découvrent dans les interstices de sociétés en crise des opportunités d’existence parfois difficiles à renouveler dans leur pays d’origine. La mobilité devient alors auto-justificatrice et le lieu de vie, in fine, secondaire. Le principe même de vie devient le mouvement, le déplacement, et l’expatriation une sorte d’espace-temps réitéré de Sud en Sud.

24Il est difficile de quantifier avec précision le nombre de personnes ayant effectué des missions à la fois en Haïti et au Timor-Leste. Un Soudanais de l’ONG Triangle international, rencontré à Dili, évoquait devant nous son expérience haïtienne ; un Brésilien passé d’USAID au Timor-Leste à OIM en Haïti avait retrouvé à Port-au-Prince un Français, également présent à Dili l’année précédente, et fait la connaissance d’un Malgache, arrivant d’une mission en République Démocratique du Congo où il était colocataire de l’Espagnole qui partageait au Timor-Leste la maison du Brésilien. Mobiles dans un monde mouvant, mêlant des aspects de mercenaires, de missionnaires ou de marginaux, ces migrants sont originaires du Nord ou du Sud et partagent un entre-deux sans cesse réactualisé.

2. des enclaves humanitaires ?

Une « bulle économique »

  • 17 Voir la revue bibliographique de Peace Divident Trust, 2006.
  • 18 Economic Impact of Peacekeeping. Final Report, Peace Divident Trust, 2006, 65 p.

25Plusieurs études mesurent l’impact de la présence de missions des Nations Unies sur les pays d’accueil17. Certes, les dépenses directes de l’organisation internationale sur place sont généralement faibles au regard des budgets alloués aux missions : de 8,5 % de dépenses pour Haïti en 2004-2005 à 5 % pour Timor-Leste en 2001-2002, comprenant les salaires alloués aux travailleurs nationaux18. Toujours dans ce pays, seulement 50 millions $US, soit 10 % du budget de l’UNTAET, aurait atteint la population locale : bien peu en regard des 27 millions $US dépensés en bouteilles d’eau pour le personnel international [Chesterman, 2004]. Si les dépenses directes sont faibles, les effets indirects de cet afflux massif d’expatriés, alors des « impatriés », créent une « économie parasite et non soutenable pour satisfaire les besoins des internationaux de passages » (id.). Une « bulle économique » grossit peu à peu et entraîne une distorsion des marchés du travail, de la location et de la vente au détail, la création d’une économie de services temporaires (bars, restaurants), ayant un effet d’inflation ressenti par les populations locales [Woodward, 2002].

26En réaction, la population des lieux d’accueil (principalement les villes capitales) tente de s’adapter à ces mutations quantitatives et qualitatives. Par exemple, par la location de logements parfois rénovés à cet effet, parfois par la construction de résidences pour cadres internationaux. Au Timor-Leste, au début des années 2000, des voitures particulières ont été transformées en taxi pour répondre à un besoin soudain de transport individuel là où prévalaient les transports publics ; en Haïti, pour satisfaire la demande massive post-séisme, de petites compagnies de location se sont rapidement montées, utilisant des voitures de particuliers et pratiquant des prix de l’ordre de 150 $US/jour ; à Dili, de multiples points de restauration ont vu le jour en 2000, adaptés aux attentes de la clientèle internationale (climatisation, normes sanitaires, etc.), qui vient consommer une nourriture standardisée.

  • 19 Entretiens à l’ambassade du Brésil, août 2010.

27Ce phénomène de « bulle économique » est encore plus manifeste à Port-au-Prince où, après le séisme, le prix des logements a fortement crû : l’afflux massif de travailleurs d’ONG, d’institutions internationales, de volontaires et d’experts a engendré un accroissement de la demande dans une ville en grande partie détruite. Les prix ont été multipliés par trois dans certaines zones, la plupart des ambassades augmentant de 30 à 40 % les sommes allouées à leurs employés pour se loger. À Pétion Ville par exemple (commune jouxtant Port-au-Prince), « les maisons louées 2000 ou 3000 $ sont passées à 7000 ou 10 000 $ »19. Le marché du logement connaît donc une flambée spectaculaire, qui profite à ceux dont les maisons, encore intactes, sont assez vastes et confortables pour satisfaire une clientèle exigeante qui peut dépenser sans trop compter (puisque souvent logée aux frais de l’employeur).

  • 20 Le prix de location d’une maison a connu une hausse de 567 % entre 2002 et 2009, de 200 % pour les (...)
  • 21 Sur ce sujet, voir Trannin (2005).

28En dehors de nos cas d’étude, les exemples de perturbation occasionnés par l’irruption massive de travailleurs humanitaires ne manquent pas. La population de la ville d’Abéché (Tchad) est ainsi passée de 50 000 à 300 000 habitants entre 2003 et 2009 : plus de 60 ONG, 10 agences des Nations unies connexes à la mise en place de la Mission des Nations Unies pour la RCA et le Tchad (MINURCAT), l’arrivée de compagnies privées internationales ont transformé la ville en base logistique et de coordination et zone d’emploi attractive pour les nationaux en quête de travail. Si cela revêt un indéniable aspect positif (création d’emplois, hausse des échanges économiques), la hausse des prix alimentaires a cependant entraîné un accroissement de la malnutrition et l’accès à l’habitat pour les locaux est devenu problématique [Absakine Yerima, 2009]20. Le cas du Cambodge est aussi fréquemment évoqué comme exemple de caricature de la « NGO fever » (plus de 1000 ONG auraient été enregistrées dans le sillage de la mission des Nations unies de 199221) ; celui du Soudan, depuis le conflit du Darfour en 2003, est également emblématique [Bartoli, 2006].

Des mondes de l’entre-soi

29À cette « bulle économique » correspondent des délimitations tangibles qui dessinent des « lieux-monde » [Tarrius, op. cit., p. 72] interchangeables d’un Sud à l’autre. La présence des Nations Unies a été la condition même de la naissance du Timor-Leste ; le surnom du quartier général de l’organisation sur place, Obrigado Barak (« merci beaucoup » en Tetum) y fait référence. Pourtant, ce lieu s’apparente à une enclave dans la ville, de même que Log-base, le quartier général de la mission en Haïti. Ces deux espaces incarnent une même logistique efficace et rodée, mise en œuvre dans des alignements de préfabriqués climatisés rigoureusement identiques, à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, et qui ressemblent sans doute à ceux des autres missions en cours. Dans ces enclaves, il existe généralement un magasin où le personnel de l’ONU ou des organisations connexes peut s’approvisionner, l’accès étant fonction de la position hiérarchique de chacun, qu’il soit du Nord ou du Sud. De la même façon, les lieux de résidence, de travail ou de loisirs destinés aux expatriés sont clos et quasi inaccessibles aux populations locales pauvres. Au Timor-Leste comme en Haïti, les personnels d’une même ONG sont logés dans des guests-houses où se côtoient des hommes et des femmes issus de divers pays du monde vivant selon des règles quotidiennes communes et globalement identiques, desquelles est exclu le personnel de maison (gardiennage, cuisine, ménage) local.

30Souvent, le rapport entre le nouvel arrivant et l’espace d’accueil est immédiatement orienté par le regard et l’expérience des expatriés déjà sur place. À son arrivée, celui-ci est accueilli et pris en charge par sa structure de travail et suit des « pistes traditionnelles » de localisation [Tarrius, 2000, p. 67]. Il existe également des sites internet qui permettent de préparer sa vie future en trouvant meubles, logements, conseils sur les écoles où scolariser les enfants, etc. (« Making life abroad easier », affiche Expatfinder.com). Si Port-au-Prince comportait depuis longtemps de nombreuses écoles affichant une vocation internationale (Union School était par exemple conseillée par le site Expatfinder), le phénomène est plus récent à Dili où désormais existe la Dili international School (Australie), la Quality School International of Dili (fonds de l’aide américaine) et le Dili Education and Development Center (dépendant de la Philippines International School). Ces écoles s’adressent en premier lieu aux enfants des familles expatriées, mais aussi aux enfants timorais issus des milieux les plus favorisés. Quelques années en arrière (2004-2005), la communauté expatriée était principalement composée de jeunes adultes célibataires, se retrouvant régulièrement pour des fins de semaine festives ; certains d’entre eux ont prolongé leur séjour au Timor-Leste en passant d’une mission à l’autre, d’un contrat à l’autre puisqu’il s’agit de missions de développement et non plus d’urgence. Parfois, ils ont fondé des familles plurinationales : une Irano-australienne et un Portugais, une Italienne et un Rwando-Russe, un Brésilien et une Chinoise de Hong-Kong, etc. Une très large proportion des personnes travaillant dans le monde du développement ont des parents expatriés, même s’il est difficile d’établir des corrélations systématiques [Pierre, 2005]. Mais, si les mariages entre expatriés et autochtones sont depuis longtemps fréquents, la nouveauté est qu’il ne s’agit plus simplement de trouver un partenaire local sur place mais un autre « expat ». Qu’il soit du Nord ou du Sud importe moins que sa position dans le monde du travail, position qui va déterminer quel membre du couple suivra l’autre. Cette forme d’endogamie professionnelle est favorisée sur place par la concentration résidentielle et de loisirs et par le mode de vie « mobilis in mobile », difficilement compatible avec la sédentarité.

31Ces différentes formes de cloisonnement accentuent la distance entre les locaux et les « internationaux », au point que la présence de ces derniers est parfois mal perçue par les populations qu’ils sont venus aider, comme l’illustre ce témoignage d’étudiant haïtien :

32« Pour être sincère, je dois vous dire que je n'ai aucune idée mauvaise vis-à-vis des étrangers [qui sont dans mon pays]. Toutefois, je comprends ça mal et je ne me sens pas bien quand je vois quelqu'un qui use de sa position pour jouir des privilèges au détriment de ce peuple [haïtien] qui gémit dans une misère sans bornes. Pour ce qui est des ONG, je pense que c'est un sujet très complexe. Parfois je me demande pourquoi tant d’ONG œuvrent dans un seul et même domaine... ».

33Localement, la mobilité des uns et des autres est contrainte, à la fois parce que les locaux n’ont pas accès à ces enclaves et parce que les membres des organisations internationales et de certaines ONG doivent respecter des protocoles de sécurité très stricts (couvre-feu, liste de « lieux autorisés », déplacements uniquement dans les 4X4 de l’organisation avec portes et fenêtres verrouillées, etc.), donnant le sentiment de vivre « en prison », selon les mots d’un volontaire de Médecins du monde en Haïti. Cette situation de juxtaposition entre deux mondes est parfois mal vécue par les travailleurs de l’humanitaire eux-mêmes qui se sentent « [résignés] à la quasi-ségrégation » [Verquin, 2000] :

34« Me voilà replongé dans l'enfer d'une ville oppressante de par la densité de population, mais surtout de par les conditions de sécurité strictes imposées au sein de l’ONG, pour qui je travaille maintenant, mais aussi dans la plupart des autres ONG. Les sorties sont limitées à certaines zones, avec deux véhicules en soirée et deux personnes minimum, check radio obligatoire pour chaque déplacement. Les élections approchent, et même s'il n'y a pas eu de gros clashs sécu jusqu'à présent, les responsables sécu se protègent en ne prenant aucun risque et en poussant les expats à se replier sur eux, entre expats. L'humanitaire, ça pourrait ressembler à une grande famille incestueuse ».

Des mobilités qui en induisent d’autres

35De façon classique, l’afflux de contingents militaires représente un vivier considérable de clients pour la prostitution. En 2004, liée à la présence d’étrangers [Alola, 2004, on comptait ainsi un total de 250 travailleuses sexuelles au Timor-Leste, en provenance des pays de la zone (Chine, Thaïlande, …). Dans le cadre de la MINUSTAH comme de la MINUT22, des campagnes d’information et de prévention sont menées par l’unité Conduct and Discipline afin de combattre la prostitution ou les transactions sexuelles impliquant le personnel des missions23.

  • 24 Extrait du rapport de l’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Assembl (...)

36De manière nouvelle et pernicieuse, des déplacements en cascades sont observables dans les deux pays : dans un premier temps, des mobilités « endogènes » induisent un afflux migratoire de travailleurs internationaux. Au Timor-Leste, des mouvements de population à travers le pays, causés par des épisodes violents (1999-2006-2008), ont entrainé la présence de représentants d’organisations comme le Haut Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) ou l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) afin de venir en aide aux personnes déplacées ; de même, en Haïti, le séisme a laissé plus d’un million de personnes sans domicile et provoqué le renforcement de l’équipe d’OIM sur place, passée d’environ 15 « internationaux » (pour 50 travailleurs locaux ) à plus de 130 (pour 500 locaux). Dans un deuxième temps, cela peut induire un afflux supplémentaire de réfugiés, comme ce fut le cas à Dili avec les Internal Displaced People [Durand, 2008, p. 67] ou durant l’été 2010 à Port-au-Prince où de « faux camps » auraient fleuri aux côtés des vrais. En effet, ces camps de sinistrés attirent des gens venant des campagnes, à la recherche de nourriture, de soins ou d’argent, ou bien provoquent l’apparition de stratégies familiales : les aînés par exemple, qui peuvent passer pour de jeunes chefs de ménage, recréent des familles à part entière afin de bénéficier d’une aide supplémentaire. « Ces « camps fantômes » se vident littéralement à l’approche de la nuit, leurs « habitants regagnant alors la tente qu’ils occupent véritablement, leur maison ou leur terrain »24. Parfois, « la fixation de personnes déplacées ou réfugiées sert les intérêts des autorités locales et peut déstabiliser durablement l’économie et l’environnement locaux » [Verna, 2002, p. 583], cette déstabilisation entraînant à son tour l’intervention de la communauté internationale et l’afflux de travailleurs étrangers. Ces formes de mobilités en cascade créent une instabilité chronique : le nombre d’employés internationaux des Nations unies au Timor-Leste est ainsi passé de plus de 8000 hommes en 2000 à 275 personnes en 2005, provoquant l’apparition de problèmes économiques (baisse du PIB causée par la chute des apports financiers de l’ONU - Durand, op. cit., pp. 44-45). De cette instabilité économique découle parfois une fragilité sociale et politique accrue qui peut aboutir à de nouveaux troubles (2006-2008), appelant le retour massif de contingents onusiens.

  • 25 Sur la question du tourisme au Timor-Leste, voir notamment Cabasset-Semedo, 2008.
  • 26 Extrait de « Gesticulations », texte rédigé par un membre d’ONG en Haïti, juillet 2010.

37Si Timor-Leste et Haïti ne représentent pas des destinations touristiques privilégiées, la présence sur place de « mercenaires », « missionnaires » et autres « marginaux » appelle parfois celle de leurs proches pour quelques jours ou semaines25. Et puis « chaque trois mois, chaque six mois, quand les expats sont au bord du "burn out" et qu’il leur faut un "break" pour repartir sur le front »26, ils se déplacent vers les pays voisins. Du Timor-Leste, que l’on soit Malgache, Suédois ou Brésilien, on va souffler à Bali (île indonésienne), d’Haïti, on peut se rendre directement en République dominicaine ou à Miami.

Conclusion

38Il y a des mobilités subies et d’autres voulues, « ceux qui sont « en haut » se distinguent notamment de ceux qui sont en bas par le fait que les premiers peuvent abandonner les seconds à leur triste sort – ce qui n’est pas réciproque » [Bauman, op. cit., p. 132]. Si les « expats » évoqués ici passent ainsi d’un pays à l’autre, au grès des priorités humanitaires du moment, leur monde est composé de travailleurs issus de pays du Nord ou du Sud. La vie « en mobilité » n’est pas l’apanage du Nord, mais il faudrait analyser l’origine des « expats » du Sud pour déterminer quels sont les individus qui accèdent à la mobilité « conquérante ».

39Cette communauté qui reste connectée grâce aux NTIC, née de mobilités internationales, relève d’un espace-réseau transnational qui semble destiné à croître dans le futur. Il s’auto-entretient parce que l’aide et le développement deviennent des secteurs économiques à part entière, avec logiques de rentabilité propres. Il s’auto-justifie parce que la vision du monde sous-jacente au secteur humanitaire engendre des « mercenaires » et des « missionnaires » dont la raison d’être est précisément de travailler dans les pays en difficulté. Or, ce mécanisme de missions à répétition, de mise en relation, est inhérent à un processus de différenciation et de hiérarchisation entre Etats « bons élèves » et Etats aux pratiques déviantes (« faibles » ou « voyous »), de plus en plus nombreux.

Haut de page

Bibliographie

ABSAKINE YERIMA M.M. (2009), L’impact socio-économique de la présence de la communauté internationale dans la ville d’Abéché, Humanitaires en mouvement, http://www.ured.org

ALOLA (2004), Trafficking in East Timor : A Look into the Newest Nation’s Sex Industry. Non publié. 71 p.

ATLANI-DUAULT L. (2009), Au bonheur des autres. Anthropologie de l’aide humanitaire, Paris, Armand Colin, 235 p.

Autrepart (2005), Les ONG à l'heure de la ‘’bonne gouvernance », n° 35.

BARTOLI S. (2006), Khartoum et l’humanitaire : une approche spatiale de l’implantation des agences internationales, Mémoire de master 1 en géographie, Université Paris 1-ENS Lyon, 124 p.

BAUMAN Z. (1998), Le coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette, 204 p.

BRODIEZ A., DUMONS B. (2009), Faire l’histoire de l’humanitaire, Le mouvement social, (avril-juin).

CABASSET-SEMEDO C. (2008), « Timor-Leste : quelles stratégies de développement touristique dans une situation post-conflit ? », in C. Huetz de Lemps et O. Sevin (dir.), L’Asie-Pacifique des crises et des violences, Paris, PUPS, pp. 175-196.

CHÂTAIGNER J.-M., MAGRO H. [dir.] (2007), États et sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement, Paris, Karthala.

CHESTERMANN S. (2004) “Relief and Reconstruction : The Politics of Humanitarian and Development Assistance”, You, the People : The United Nations, Transitional Administration, and State-Building, Oxford University Press, New York.

DEVIN G. (2007), Sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 123 p.

DI RAZZA N. (à paraître en 2010), Les nouveaux défis du processus onusien de consolidation de la paix en Haïti, BAGF, numéro spécial "État faible et nouveaux défis : Haïti dans la mondialisation".

DURAND F. (2008), Timor-Leste en quête de repères. Perspectives économico-politiques et intégration régionale 1999-2050, Toulouse-Bangkok, Éditions Arkuiris IRASEC, 216 p.

GUNN G. (2003), Rebuilding agriculture in Post-conflict Timor-Leste : a Critique of the World Bank Role, Portuguese Studies Review, vol. 11, pp. 187-205.

Mots. Les langages du politique (2001), numéro « L’humanitaire en discours », (mars), n° 65

MOXHAM B. (2008), State-Making and the Post-Conflict City : Integration in Dili, Disintegration in Timor-Leste, Crisis States Working Papers, series n° 2, Development Sudies Institute, 28 p.

Peace Divident Trust (2006), Economic Impact of Peacekeeping, 65 p.

PIERRE Ph., SEURRAT A. (2007), « Les mots de l’expatriation », Mediat-Coaching.com

PIERRE Ph. (2005), Mobilité internationale et identités des cadres : pour une sociologie « immigrée ». Des usages de l’ethnicité dans l’entreprise mondialisée, EspacesTemps.net

PIERRE S. (1997), Haïti : l’invasion des ONG, Montréal, CIDIHCA, 327 p.

RASNA W. [dir.] (2008), Missionaries, Mercenaries and Misfits : An Anthology, AuthorHouse, 208 p.

SASSEN S. (2009), La Globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard, 341 p.

STIRRAT R. L. (2008), Mercenaries, Missionaries and Misfits : Representations of Development Personnel, Critique of Anthropology, n° 28, pp. 406-426.

TARRIUS A. (2000), Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, La Tour d’Aigues, L’Aube, 262 p.

TRANNIN S. (2005), Les ONG occidentales au Cambodge. La réalité derrière le mythe, Points sur l’Asie, Paris, L'Harmattan, 260 p.

TROUBÉ C. (2009), L’humanitaire, un business comme les autres ?, Paris, Larousse, 126 p.

VERNA G. (2002), « Éthique de l’action humanitaire », in L’action humanitaire internationale canadienne, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 568-586.

VERNA G. (2007), Le comportement des ONG engagées dans l’aide humanitaire : selon leur culture d’origine et les pressions politiques subies, Anthropologie et sociétés, vol. 31, pp. 25-44.

VERQUIN B. (2000), Du "modèle colonial", à la circulation mondiale des élites professionnelles. Le cas des Français à l'étranger, Doctorat de Géographie Université de Poitiers, 592 p.

WOLF-DIETER E. [dir,] (2005), L’action humanitaire : normes et pratiques, Cultures et conflits, n° 60, consultable sur http://conflits.revues.org/index1912.html

WOODWARD S. (2002), Economic Priorities for Peace Implementation. International Peace Academy Policy Paper Series on Peace Implementation, New York, International Peace Acade

Haut de page

Notes

1 En latin « Mobile dans l’élément mobile », que l’on trouve sous la forme Mobilis in Mobile dans la première édition de Vingt mille lieues sous les mers, de Jules Verne (1871).

2 Ban Ki-moon, « Vers un nouvel avenir pour Haïti », discours retranscrit sur LEMONDE.FR, 31 mars 2010.

3 En Haïti : mise en place d’une première mission en 1993, la Mission des Nations Unies en Haïti, puis succession de missions jusqu’à l’actuelle MINUSTAH établie en 2004. À Timor Leste, la Mission des Nations Unies au Timor oriental (MINUTO) avait pour mandat d’organiser et mener à bien la consultation populaire qui a abouti à l’indépendance du pays ; la mission en cours est une mission d’appui (MINUT), mise en place en 2006.

4 Une bibliographie est en train de naître sur ce sujet : Rasna (2008) ou Stirrat (2008) par exemple.

5 National Statistics Directorate (Direcção Nacional de Estatística – DNE), données du recensement consultables sur http://dne.mof.gov.tl/index.htm

6 À titre d’exemple, le Forum mondial de Mexico sur l’eau, en 2006, a rassemblé plus de 20 000 personnes.

7 Sur la MINUSTAH, voir entre autre Di Razza, 2010.

8 Littéralement, Cooperative for American Remittances to Europe, fondée en 1945.

9 Oxford Committee for Relief Famine, créée en 1942.

10 « Haïti : La République des ONG », Radio Métropole Haïti, 29 mars 2010 ou encore « Haïti : la République face à son destin », Le Nouvelliste, 24 août 2010.

11 Rapport du Service jésuite aux réfugiés (SJR), cité dans « L’aide qui peut tuer », Le Nouvelliste, 20 août 2010.

12 « Haïti : une nation ébranlée », FIDH, mai 2010.

13 Extrait de « Gesticulations », texte rédigé par un membre d’ONG travaillant en Haïti depuis 2009.

14 The Australian, 20 mai 2009. Voir aussi Gunn (2003).

15 http://www.caritas.org/

16 http://www.fonkoze.org/

17 Voir la revue bibliographique de Peace Divident Trust, 2006.

18 Economic Impact of Peacekeeping. Final Report, Peace Divident Trust, 2006, 65 p.

19 Entretiens à l’ambassade du Brésil, août 2010.

20 Le prix de location d’une maison a connu une hausse de 567 % entre 2002 et 2009, de 200 % pour les bureaux.

21 Sur ce sujet, voir Trannin (2005).

22 De même pour les missions ONU au Soudan, en République démocratique du Congo et en Côte d’Ivoire.

23 http://www.un.org/en/peacekeeping/sites/cdu/index.html

24 Extrait du rapport de l’expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Haïti, Assemblée générale des Nations Unies, 31 mai 2010.

25 Sur la question du tourisme au Timor-Leste, voir notamment Cabasset-Semedo, 2008.

26 Extrait de « Gesticulations », texte rédigé par un membre d’ONG en Haïti, juillet 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Redon, « Mobilis in mobili : des vies « en mobilité » au Sud », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 209-220.

Référence électronique

Marie Redon, « Mobilis in mobili : des vies « en mobilité » au Sud », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/4098 ; DOI : 10.4000/eps.4098

Haut de page

Auteur

Marie Redon

Université Paris 13-Nord
99 avenue Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse
mredon@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org