Navigation – Plan du site
Articles

Catégories et reconfigurations migratoires en Afrique de l’Ouest

L’exemple de la guerre civile du Liberia
Migration Changes and Categories in West Africa. The Liberian Civil War Example
Hélène Simon-Lorière
p. 193-207

Résumés

L’objectif de cet article est de montrer les bouleversements que le conflit du Liberia (1990-2003) a générés en Afrique de l’Ouest en reconfigurant les flux migratoires régionaux et en contribuant à transformer les catégories habituellement utilisées. Les flux de réfugiés qui ont concerné toute la sous-région, modifiant les relations migratoires dessinées dans les années post-indépendance et faisant rejouer certaines migrations plus anciennes encore, ont déstabilisé plusieurs pays et créé des distributions spatiales particulières (installations et camps de réfugiés). Les mobilités des réfugiés pendant la guerre et à la fin de la guerre bousculent l’image du réfugié victime, souvent véhiculée par les médias et les organisations internationales. Elles amènent à réfléchir aux catégories employées : celle de réfugié d’une part, qui s’avère recouvrir une diversité de situations sur le terrain, celle de migrant forcé d’autre part, qui apparaît comme un moyen de nuancer la distinction entre réfugiés et migrants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit là d’une proposition de traduction pour protracted refugee situation, expression fréquemm (...)
  • 2 Ces statistiques sont produites par le HCR (www.unhcr.org).

1Le Liberia, petit pays d’Afrique de l’Ouest, a été marqué par plus d’une décennie de guerre civile (1990-2003). Sur les 3 millions d’habitants que comptait le pays en 1984, la moitié a connu une migration forcée à cause de la violence des combats qui ont fait 250 000 victimes. Certains Libériens sont réfugiés depuis 20 ans, une situation d’exil prolongé1 [Loescher, Milner, 2005] liée aux nombreux rebondissements du conflit. Beaucoup de pays d’Afrique de l’Ouest ont été déstabilisés par cette guerre civile libérienne, puis par celle déclenchée à partir de 1991 dans la Sierra Leone voisine, et par leurs conséquences en termes migratoires et géopolitiques. Si l’Afrique est particulièrement associée, dans les représentations, à la mobilité forcée, il faut souligner que la zone ouest-africaine avait été relativement épargnée par les conflits et les déplacements de réfugiés des indépendances jusqu’aux années 1990, contrairement à d’autres régions du continent. Quand, en 1984, la Corne de l’Afrique comptabilisait 2 millions sur les 3,4 millions de réfugiés du continent (pour 10,7 millions de réfugiés dans le monde, soit 32 % de réfugiés africains), l’Afrique de l’Ouest en comptait moins de 10 000. En revanche, en 1994, elle en totalisait 1,2 million sur les 6,8 millions de réfugiés africains (pour 15,3 millions de réfugiés dans le monde, soit 43 %), l’autre grand théâtre de migrations forcées étant les Grands Lacs (3,2 millions de réfugiés)2.

  • 3 200 entretiens ont été menés à Conakry (Guinée) où les réfugiés libériens vivent dispersés dans les (...)
  • 4 Le nom de Mano River vient d’un fleuve frontière entre Sierra Leone et Liberia, devenu l’emblème d (...)

2L’objectif de cet article est de montrer les bouleversements que la guerre du Liberia a entraînés en Afrique de l’Ouest, à la fois en termes de reconfigurations des flux migratoires et en termes de catégories migratoires. Il s’appuie sur un travail de thèse en cours portant sur les conditions de vie et les projets migratoires des réfugiés libériens dans deux capitales de la sous-région, Conakry (Guinée) et Accra (Ghana), pour lequel les parcours migratoires des réfugiés ont été reconstitués par des entretiens approfondis3. On peut parler de reconfigurations migratoires car les changements que l’Afrique de l’Ouest a connus à partir des années 1990, qu’on abordera seulement ici à travers la guerre libérienne, ont modifié les dynamiques migratoires dessinées dans les années post-indépendance et fait rejouer certaines migrations plus anciennes encore. L’Afrique de l’Ouest dont il sera question englobe le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia, la Côte d’Ivoire et le Ghana, auxquels on ajoutera le Nigeria (carte 1). La majorité des réfugiés libériens s’est dirigée vers les pays frontaliers, ce qui justifie qu’on insistera parfois sur la zone dite de la Mano River qui désigne ensemble le Liberia, la Sierra Leone, la Guinée et, par extension, la Côte d’Ivoire4. L’Afrique de l’Ouest des années 1990 est un lieu d’observation des catégories migratoires. On abordera la question des migrations forcées en montrant la diversité des situations derrière les catégories employées Les parcours migratoires des Libériens illustrent deux grands types de mobilité sous contrainte :

  • •déplacements internes : d’un comté à l’autre, de la campagne vers la ville, et inversement, selon la géographie des combats. On parle alors de personnes déplacées internes, c’est-à-dire de personnes ayant été forcées de quitter leur lieu habituel de résidence, le plus souvent pour fuir des combats, sans franchir une frontière internationale. Cette catégorie, créée dans les années 1980, relève jusqu’ici davantage du vocabulaire humanitaire que du droit international ;

  • •déplacements internationaux : franchissement de la frontière pour chercher refuge dans les pays proches comme la Guinée ou la Côte d’Ivoire ; exil plus lointain, vers d’autres pays africains, et même migration intercontinentale vers les États-Unis ou l’Europe. On parle alors de demandeurs d’asile et de réfugiés, deux catégories qui sont encadrées par le droit international (Convention de Genève sur les réfugiés notamment).

3Cet article décrira surtout les mobilités internationales des Libériens et discutera des limites de la catégorie « réfugié » pour désigner des personnes aux parcours complexes et mouvants. En effet, loin de rester immobiles dans leurs premiers lieux d’exil, les réfugiés libériens ont cherché à se reconstruire un capital économique et social par de nouveaux déplacements qui brouillent la frontière entre réfugié et migrant.

4Les théories sur les migrations se sont longtemps appuyées sur une analyse des causes du départ et ont ainsi différencié migrations volontaires et migrations forcées [Lassailly-Jacob, Marchal, Quesnel, 1999 ; Monsutti, 2004]. Les modèles classiques sont fondés sur une distinction entre facteurs « push » (les raisons du départ du pays d’origine) et facteurs « pull » (les motifs qui attirent vers une zone ou un pays d’accueil), qu’on a cherché par la suite à nuancer. Les études sur les réfugiés, qui émergent comme un champ de recherche autonome dans le monde anglo-saxon à partir des années 1980, se sont concentrées sur le facteur « push ». Les premières recherches ont surtout insisté sur le traumatisme et le déracinement de l’exil, mettant en avant une conception sédentaire du monde centrée sur les États [Malkki, 1995]. Les travaux de L. Malkki, anthropologue américaine, sur les réfugiés burundais en Tanzanie marquent un tournant pour les problématiques abordées dans le cadre des études sur les migrations forcées. À partir des années 2000, plusieurs chercheurs ont travaillé à déconstruire le stéréotype du réfugié pauvre, impuissant et sans liens sociaux à cause du déracinement de l’exil. K. Doraï illustre par son étude des camps palestiniens au Liban que les réfugiés sont des acteurs de la transformation de leurs espaces d’exil [Doraï, 2006]. A. Monsutti, pour les réfugiés afghans, et M. Fresia, pour les réfugiés mauritaniens, montrent comment les réfugiés réagissent à la déstructuration de leur cadre de vie par la guerre et l’exil, en insistant sur les stratégies [Monsutti, 2004 ; Fresia, 2009]. Le présent article s’inscrit dans ce courant théorique, en essayant de montrer que des projets migratoires naissent après un départ forcé.

5Dans une première partie, on reviendra sur les migrations qui caractérisaient l’espace ouest-africain centré sur le Liberia pour montrer ensuite les reconfigurations migratoires causées par la guerre civile libérienne. Dans une seconde partie, on proposera une réflexion sur les catégories employées par le HCR et par la littérature scientifique pour décrire ces mouvements en insistant sur la polysémie du mot réfugié et en questionnant les différences entre les catégories de réfugié et de migrant.

Carte 1. Réfugiés et déplacés de la guerre du Liberia en Afrique de l'Ouest en 1994

Carte 1. Réfugiés et déplacés de la guerre du Liberia en Afrique de l'Ouest en 1994

Source des données : UNHCR, Statistical Yearbook, 2002.
Conception, réalisation : H. Simon-Lorière, 2010.

1. Quelles reconfigurations migratoires en Afrique de l’ouest avec la guerre au Liberia ?

6Avant de décrire les migrations de fuite, il est important de rappeler quelques éléments, anciens et plus récents, sur le contexte migratoire ouest-africain et sur la place qu’y tenait le Liberia avant la guerre. Les déplacements forcés ont concerné toute la sous-région, faisant rejouer certaines relations migratoires entre pays, et ont créé des distributions spatiales particulières. Enfin, on pourra insister sur les circulations migratoires d’exil et sur l’enjeu du retour qui remettent en question les formes attendues de l’exil.

1.1. La spécificité du Liberia dans le système migratoire ouest-africain

7L’Afrique de l’Ouest a toujours été une région d’intenses mobilités. Contrairement à une idée reçue, la majeure partie des migrations ouest-africaines se produit aujourd’hui encore dans la sous-région [Charrière, Frésia, 2008]. Il s’agit de présenter ici certaines dynamiques migratoires de l’espace ouest-africain, des années 1960 à la fin des années 1980, avant le début de la guerre civile, en plaçant le Liberia au centre des observations. Dans un contexte de croissance démographique sans précédent, on peut dessiner l’équilibre migratoire établi à cette période, entre pôles d’immigration et pays d’émigration. Il faut aussi revenir sur des mouvements migratoires plus anciens, relevant du peuplement du Liberia, qui demeurent des clés de compréhension majeures du présent.

  • 5 Un des symboles de ce dynamisme est la plantation d’hévéas de Firestone, le fameux fabricant améric (...)
  • 6 Ce chiffre est une estimation proposée pour la Banque mondiale et l’OCDE par Zachariah et Condé [Co (...)

8Selon les données démographiques des années 1970 [Condé, Zacariah, 1981], le Liberia présente un solde migratoire proche de zéro. Son dynamisme économique5 attire de nombreux migrants, travailleurs et commerçants, au-delà des frontières nationales : Sierra Leone, Guinée, Côte d’Ivoire, Ghana. En même temps, les Libériens, eux aussi à la recherche d’opportunités économiques, émigrent vers les pays voisins : Sierra Leone, Côte d’Ivoire, Ghana. Ils viennent renforcer les importants flux de main-d’œuvre des zones sahéliennes vers les zones agricoles côtières du café et du cacao qui entretiennent le fonctionnement du modèle rentier d’économie coloniale. Ce dernier est le fondement de la réussite économique des deux pôles d’immigration proches du Liberia que sont la Côte d’Ivoire et le Ghana. Les facteurs politiques sont également importants pour comprendre les dynamiques migratoires de l’époque. De nombreux Guinéens se sont installés au Liberia en quête de libertés économiques et politiques inexistantes dans leur pays sous la dictature de Sékou Touré (1958-1984). À la fin des années 1970, ils étaient 230 0006 à vivre au Liberia Les crises politiques, dès les années 1960, ont entraîné des mouvements de retour, comme lors des expulsions du Ghana en 1969 qui ont touché des migrants du Nigeria, du Niger mais aussi du Liberia.

  • 7 US Department of Homeland Security (http://www.dhs.gov/files/statistics/immigration.shtm).

9Si le Liberia a entretenu des relations migratoires privilégiées avec les autres pays anglophones de la sous-région (Sierra Leone, Ghana, Nigeria), plusieurs langues vernaculaires pratiquées dans les grandes familles linguistiques Mendé ou Kru rapprochent ce pays des voisins francophones [Van Damme, 1999]. Comme beaucoup de pays de la côte ouest-africaine, le peuplement de l’espace libérien s’est constitué avec l’arrivée progressive de peuples venus du nord de la zone. Une des dernières grandes migrations de peuplement est celle des Mandingues, appelés Mandingoes au Liberia, qui sont arrivés depuis les régions de l’actuelle Haute Guinée aux 18 et 19èmes siècles [Konneh, 1996]. Dans le cas des ethnies du nord du Liberia, c’est moins la migration que le tracé des frontières qui a fait d’elles des Libériens : en 1911, les populations Toma et Kissi sont séparées entre le territoire guinéen d’Afrique Occidentale Française et le Liberia. La frontière reste cependant relativement fictive et n’entrave pas les déplacements [Galy, op. cit.]. Il s’agit là du dernier accord territorial pour constituer le Liberia, qui doit sa création en tant que première république indépendante d’Afrique de l’Ouest en 1847, à un autre phénomène migratoire : le « retour » en terre africaine d’esclaves affranchis des États-Unis à partir des années 1820. Le pays a toujours gardé des liens étroits avec les États-Unis, dans un fonctionnement de « couple migratoire » semblable, par certains égards, à ce que les autres pays d’Afrique de l’Ouest ont pu connaître avec leur métropole coloniale. Par exemple, les élites libériennes partent tout au long du 20ème siècle faire une partie de leurs études dans les grandes villes américaines. Dans l’Afrique de l’Ouest post-coloniale des années 1970, où la faible part des migrations extracontinentales se dirige surtout vers l’Europe, ces réseaux migratoires tournés vers les États-Unis sont une particularité du Liberia. Cependant, peu de Libériens se sont établis aux États-Unis de manière définitive avant la guerre civile (2476 entre 1925 et 1980 selon les statistiques de l’immigration américaine7).

1.2. Les migrations de fuite face à la guerre : liens et lieux

10À partir de 1989, le Liberia est entré dans un cycle de violences qui a duré jusqu’en 2003. Pour être rigoureux, il faut distinguer deux phases de guerre civile (1990-1996 et 1999-2003 – voir encadré 1).

Encadré 1. La guerre civile au Liberia

La guerre libérienne prend ses racines dans le régime politique inégalitaire qui a caractérisé le pays depuis sa fondation en 1847 par des esclaves noirs américains libérés. Pendant plusieurs décennies, cette élite américano-libérienne a gardé le pouvoir, tenant les populations autochtones à l’écart de la vie politique. Si le coup d’État de Samuel Doe en 1980 a bouleversé cet ordre colonial, il n’a pas apporté davantage de justice sociale et Doe a rapidement été contesté. À Noël 1989, un groupe d’opposants menés par Charles Taylor a lancé une offensive à partir de la frontière ivoirienne pour renverser Doe. Malgré l’assassinat de ce dernier en 1990, les rebelles ne sont pas parvenus à prendre le contrôle de la capitale, Monrovia, et se sont divisés en factions. La violence des miliciens libériens, parfois enfants soldats, a été décrite par Stephen Ellis dans son ouvrage The Mask of Anarchy. Un ultime accord de paix a mis fin aux combats en 1996 et les élections présidentielles de 1997 ont porté Taylor, le principal chef de guerre, à la tête du pays. Contesté à son tour, Taylor a lutté à partir de 1999 contre de nouveaux groupes rebelles. Cette seconde guerre civile a trouvé une issue avec son départ en exil en 2003. En 2006, après trois ans de transition, les Libériens ont élu la première femme présidente africaine, Ellen Sirleaf Johnson, et ainsi ouvert une phase de reconstruction.

11À travers les migrations, la guerre a relié divers espaces en Afrique de l’Ouest et au-delà. Les combats ont en effet provoqué de nombreuses migrations, internes et internationales, et déstabilisé les pays voisins [Marchal, 2002], entraînant de nouvelles migrations de fuite et renversant notamment les flux migratoires entre le Libéria et la Guinée. Cette migration forcée a créé des lieux et des configurations spatiales spécifiques.

  • 8 Ce camp a été appelé VOA du nom de l’immeuble de la radio Voice Of America, autour duquel se sont i (...)

12Il sera ici très peu question des importantes migrations internes que la guerre a entraînées : le tableau 1 montre les fluctuations du nombre de déplacés internes de 1994 à 2005. Les comtés du nord du Liberia ont été les plus touchés (Lofa, Bong et Nimba). De façon classique, la guerre a accéléré l’exode rural et renforcé l’urbanisation sous une forme très précaire. Les déplacés internes se sont dirigés vers les villes, particulièrement sur la côte et surtout vers Monrovia [Pérouse de Montclos, 1996], et y sont souvent restés après la guerre. Ils ont longtemps vécu dans des camps de déplacés internes, comme celui de VOA8, près de Monrovia, qui a pu compter jusqu’à 36 000 personnes en 1998, ou bien dans des squats installés dans des immeubles délabrés [Agier, 2008]. Les chiffres les plus impressionnants sont ceux des réfugiés. Selon les statistiques officielles, les Libériens enregistrés comme réfugiés ou demandeurs d’asile dans le monde étaient près de 800 000 entre 1994 et 1996. Ce nombre a lui aussi varié selon les années (tableau 2), mais le HCR comptabilisait encore 72 000 réfugiés libériens en 2008. Ce sont les pays frontaliers du Libéria qui ont accueilli le plus grand nombre de ces réfugiés, comme le montre la carte 1.

Tableau 1. Les déplacés internes (IDPs) au Liberia entre 1994 et 2005

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

220 000

320 000

320 000

166 000

128 000

91 000

111 000

196 000

304 000

532 000

499 000

238 000

Source : UNHCR, Statistical Yearbook Liberia, 2002 et 2005 (chiffres arrondis).

Tableau 2. Les réfugiés libériens enregistrés dans le monde entre 1993 et 2005

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

704 000

798 000

745 000

784 000

493 000

365 000

295 000

267 000

245 000

275 000

353 000

335 000

231 000

Source : UNHCR, Statistical Yearbook Liberia, 2002 et 2005 (chiffres arrondis).

  • 9 Cette expression de « diamants du sang » est née dans les années 1990 pour dénoncer les trafics de (...)
  • 10 Une partie des réfugiés rencontrés sur le terrain à Conakry et à Accra a vécu plusieurs années en C (...)

13La guerre du Libéria a entraîné d’autres migrations forcées en Afrique de l’Ouest. Pour caractériser l’enchaînement des conflits à partir du Liberia, R. Marchal parle de « guerre sans frontières » [Marchal, op. cit.] et M. Galy de « guerre nomade » [Galy, 2004]. On peut parler « d’effet domino » dans les divers pays de la sous-région. Le déclenchement de la guerre civile sierra léonaise en 1991 est étroitement lié au conflit libérien qui aurait été partiellement financé par « les diamants du sang »9. Des combattants libériens de Taylor sont venus prêter main forte aux rebelles sierra léonais dans leur lutte pour s’emparer du pouvoir [Jézéquel, 2003]. Dans les deux pays, les déplacements internes des combattants eux-mêmes ont été largement liés aux possibilités de pillage des ressources exploitées par une main-d’œuvre captive, forcée de suivre ses geôliers [Galy, 2003]. L’extension de la guerre en Sierra Leone a eu d’importantes conséquences pour la Guinée : aux migrations de fuite hors du Liberia se sont donc ajoutées celles de la Sierra Leone, faisant monter jusqu’à 700 000 le nombre de réfugiés accueillis dans ce pays dont la population était alors estimée à 7 millions. Tandis que les Libériens exilés en Sierra Leone quittaient leur premier pays d’asile pour chercher un nouveau refuge, les Sierra Léonais faisaient à leur tour l’expérience de déplacements forcés, internes et internationaux. Pour les Libériens passés par la Sierra Leone, d’après les témoignages recueillis sur le terrain, ces déplacements ont représenté ce qu’on peut appeler un « double exil ». Le sentiment d’une fuite sans fin a été renforcé par les attaques des frontières guinéennes en 1999-2000. Parce que les camps de réfugiés en Guinée servaient de base arrière aux rebelles, le pays a lui aussi été touché par les combats sous la forme d’incursions armées, lancées depuis le Liberia et la Sierra Leone, que l’armée guinéenne a pourtant repoussées [McGovern, 2002]. Les réfugiés libériens et sierra léonais, tout comme les habitants guinéens d’une partie de la zone forestière, ont alors fui les combats. En Côte d’Ivoire aussi, les réfugiés libériens ont été accueillis en grand nombre dans les années 1990. Mais avec la détérioration du climat politique et économique et les premiers heurts à partir de 1999, les réfugiés libériens ont été accusés d’avoir apporté la violence et ont été chassés par les différents acteurs de la crise ivoirienne10. Ils ont repris la route en 2003 quand la guerre s’est intensifiée : certains pour rentrer au Liberia, d’autres pour refluer vers la Guinée, d’autres encore pour se frayer un chemin vers le Ghana.

  • 11 On ne peut parler que de diaspora émergente car, en dépit d’un fort sentiment d’appartenance à une (...)
  • 12 Tous les chiffres qui suivent sont issus des rapports statistiques du Department of Homeland Securi (...)
  • 13 On parle de réinstallation quand une personne reconnue comme réfugiée dans un premier pays d’accuei (...)
  • 14 Statistiques de l’immigration australienne : http://www.immi.gov.au/
  • 15 Il s’agit parfois de membres de familles des personnes interviewées à Conakry et à Accra. Ces parco (...)

14L’impression de migrations tous azimuts ne doit pas occulter deux tendances migratoires intéressantes, concernant deux couples migratoires déjà évoqués : le Liberia et la Guinée d’une part, le Liberia et les États-Unis d’autre part. Dans les années 1990, avec la guerre, les liens migratoires entre Guinée et Liberia ont été complètement inversés. Le Liberia, terre d’accueil des années 1960 aux années 1980 pour de nombreux Guinéens fuyant Sékou Touré, est devenu une terre d’exil tandis que la Guinée devenait une terre d’asile. Parmi les réfugiés qui ont afflué vers la Guinée au début des années 1990, il y avait aussi des Guinéens ou plutôt les enfants des parents qui s’étaient expatriés. Ces migrations de retour, forcées, ont posé un problème de gestion et de catégorisation qu’on développera plus loin. À l’échelle du monde, les migrations de fuite hors du Liberia ont à la fois renforcé le couple migratoire Liberia - États-Unis et diversifié les lieux d’implantation d’une diaspora libérienne naissante11. Les migrations de fuite se sont en grande partie dirigées vers les États-Unis, le pays « grand frère » du Liberia. Les Libériens les plus aisés sont entrés aux États-Unis avec divers visas, rejoignant parfois des membres de leur famille qui y séjournaient déjà. Selon les statistiques américaines en 200312, près de 70 000 Libériens y sont entrés entre 1989 et 2003. Seule une minorité a demandé l’asile tandis que certains ont bénéficié d’une protection temporaire aujourd’hui remise en question. À ce nombre s’ajoutent les Libériens qui sont entrés aux États-Unis au titre de la politique de réinstallation13. Entre 1995 et 2004, les États-Unis ont accueilli environ 35 000 Libériens réfugiés dans des pays dits « de premier asile », sélectionnés à partir de critères de vulnérabilité (femmes victimes de violences sexuelles par exemple) et de regroupement familial. D’autres pays ont également mis en place des quotas pour faire venir des réfugiés sur leur territoire : Canada, Australie, Suède, Norvège, Irlande, Grande-Bretagne. En 2006, l’Australie comptait ainsi 1530 réfugiés libériens réinstallés14. On trouve enfin un peu partout sur le continent africain des aventuriers libériens partis en quête d’asile et de meilleures conditions de vie (Zambie, Afrique du Sud, Maroc, Libye, Égypte, et même Israël)15.

  • 16 L’Afrique de l’Est est connue pour ses camps de réfugiés, qu’il s’agisse de ceux qui ont accueilli (...)
  • 17 En 2002, M. Agier en parlait déjà comme des « villes nues », sans développement possible [Agier, 20 (...)

15En Afrique de l’Ouest, les migrations forcées multidirectionnelles ont fait se multiplier les lieux d’installation temporaire des réfugiés (carte 2). Néanmoins, une des particularités de l’accueil des réfugiés dans la sous-région, en comparaison avec l’Afrique de l’Est16, réside dans le fait que les États (Guinée et Côte d’Ivoire surtout) n’ont pas cherché à endiguer et à contrôler les mouvements de réfugiés sur leur territoire dans les premières années de la guerre libérienne. Les proximités ethniques transfrontalières entre réfugiés et populations locales dans les différents pays d’asile autour du Liberia ont favorisé des configurations spatiales d’exil spécifiques, qui ont précédé la création des lieux plus classiques associés à la migration forcée que sont les camps de réfugiés. En Guinée, beaucoup de réfugiés venus du Liberia se sont intégrés aux villages proches de la frontière en s’appuyant sur leur famille élargie. Avec le nombre croissant de réfugiés, des villages jumeaux à côté des villages existants ont été créés [Van Damme, op. cit. ; Milner, Christoffersen, 2006]. Ce sont ces installations villageoises, appelées inexactement camps, qui ont été les premiers points de distribution de l’aide humanitaire. En Côte d’Ivoire, l’aide a aussi été circonscrite le long de la frontière libérienne, de Danané au nord à Tabou au sud. Cette bande de territoire d’environ 100 km de largeur a été baptisée par les autorités et le HCR Zone d’accueil des réfugiés (ZAR). Dans les deux pays, les réfugiés ont d’abord bénéficié de l’aide des populations locales, puis ont négocié avec leurs hôtes l’accès à la terre afin de mener des activités agricoles. Les relations hôtes-réfugiés se sont néanmoins détériorées avec le temps et en lien avec les agressions frontalières, comme l’ont montré plusieurs auteurs pour le cas guinéen [Milner, op. cit. ; Agier, op. cit.], au point de rendre nécessaire la création de véritables camps de réfugiés. En Guinée, on a assisté à la concentration d’une grande partie des réfugiés dans des camps situés en deçà de la frontière : les camps de la préfecture de Kissidougou ont accueilli davantage de réfugiés sierra-léonais, ceux de la préfecture de Nzérékoré (Kouankan, Kola et Lainé) de Libériens. Ces camps sont devenus de petites villes en soi, que M. Agier nomme « villes nues », en référence à la pensée du philosophe G. Agamben : des lieux à l’habitat dense et hétérogène, bricolé de bâches et de briques artisanales, avec quelques infrastructures collectives, des commerces, une intense sociabilité mais une quasi-absence de droits sociaux et civiques17. La plupart des camps de réfugiés de la sous-région ont été implantés en milieu rural. À cet égard, le camp de Buduburam au Ghana fait figure d’exception car il est aujourd’hui dans la zone d’influence d’Accra mais cela est surtout lié au dynamisme de l’urbanisation de la capitale ghanéenne qui déborde vers les espaces agricoles de la Central Region. Les camps en tant qu’espaces provisoires sont un outil d’encadrement et de contrôle des réfugiés pour les pays d’accueil et le HCR. Cependant, ils n’empêchent ni la circulation ni l’installation des réfugiés.

Carte 2. Lieux d'installation des réfugiés libériens en Afrique de l'Ouest en 2002

Carte 2. Lieux d'installation des réfugiés libériens en Afrique de l'Ouest en 2002

Sources : Agier, 2008 ; Milner, Christoffersen, 2006 ; UNHCR
Conception, réalisation : H. Simon-Lorière, 2010.

1.3. Circulations migratoires d’exil et migrations de retour

16Si les camps donnent une image d’une certaine fixité dans l’attente de la fin de la guerre et d’un retour au pays, les épisodes de guerre et leur géographie ont amené les réfugiés à être très mobiles. Ces mouvements de fuite mis à part, on a aussi observé des mobilités entre le Liberia et les pays d’asile proche, ainsi qu’entre pays d’asile, qui ont été le fruit de choix et de projets. Il ressort des entretiens menés sur le terrain que l’exil est rarement figé et définitif. On peut alors parler de circulations migratoires d’exil, notamment en lien avec les espoirs de départ vers l’Occident. Quant aux mouvements de retour, à la fin de la guerre au Liberia, ils sont loin d’être immédiats, uniformes et évidents.

  • 18 Un réfugié, rencontré dans ce camp en 2009, était venu tenter sa chance à Accra après avoir vu sa d (...)

17Parmi les réfugiés rencontrés à Conakry et à Accra, rares sont ceux qui étaient restés au premier endroit de refuge atteint après avoir quitté leur lieu de résidence. Ils ont entrepris des migrations, que le HCR appelle secondaires, pour des raisons personnelles. Certains réfugiés ont fait le choix de ne pas rester en milieu rural où se trouvaient les camps de réfugiés, préférant la liberté et les possibilités économiques d’une petite ville ou de la capitale. Des déplacements ont été motivés par la recherche de membres de famille perdus de vue à cause de la guerre. Même si les informations circulaient via le Comité International de la Croix Rouge ou le HCR, des personnes racontent avoir erré de camp en camp à la recherche de leurs proches, avant de s’installer avec eux ou de repartir ensemble. La localisation de membres de famille dispersés n’a cependant pas toujours entraîné une réunification familiale car certaines familles ont essayé de jouer sur cette dispersion spatiale pour augmenter leurs chances d’être sélectionnés dans les programmes de réinstallation. On peut même parler de stratégies de pluri-localisation dans le cas de chefs de famille qui, cachant les retrouvailles avec leurs proches, ont entretenu la dispersion pour essayer de bénéficier des opportunités de réinstallation offertes dans chaque pays d’asile. Ils comptaient ensuite sur les possibilités de regroupement familial. Loin de l’image du réfugié passif et victime apparaissent ainsi des tactiques qui témoignent de l’existence de projets migratoires après une migration forcée. Dans les années 2000, durant lesquelles les programmes de réinstallation ont été plus importants, les réfugiés étaient à l’affût de toute information, mais aussi des rumeurs, sur les recensements du HCR et sur les missions de représentants étrangers dans les camps. Ces programmes ont pu rendre certains lieux plus attractifs et pousser des réfugiés à se rendre dans un autre camp ou dans un autre pays, avec l’espoir de partir en Europe ou en Amérique du Nord. À titre d’exemple, le camp de Sambakounya en Guinée, où a eu lieu une importante opération de réinstallation en 2004, avait doublé sa population au moment de la venue des experts envoyés par les pays de réinstallation. Le Ghana, où se situait le bureau sous-régional du HCR pour la réinstallation, a été particulièrement attractif au début des années 2000. À l’époque, des Libériens qui étaient rentrés dans leur pays sont même revenus dans le camp de réfugiés de Buduburam dans l’espoir d’être choisis pour partir18

  • 19 Dans sa production statistique, le HCR produit des estimations des retours « spontanés » en plus de (...)
  • 20 M.-A. Pérouse de Montclos estimait en 1996 que les Libanais de Monrovia n’étaient plus qu’un millie (...)
  • 21 Dans les camps de Guinée forestière et à Conakry, il ne reste que 10 000 réfugiés libériens selon l (...)

18La fin du conflit en 2003 a entraîné de nombreuses migrations de retour vers le Liberia. Le mouvement de « rapatriement », comme l’appelle le HCR, a cependant été relativement lent (tableau 3), par crainte que la guerre ne soit pas tout à fait terminée. Le souvenir de l’échec des tentatives précédentes a joué ici un rôle important : entre 1996 et 1999, à la fin de la première guerre civile, il y avait eu un grand nombre de rapatriements mais les mouvements migratoires s’étaient à nouveau inversés avec la reprise des combats. En même temps, tout au long du conflit, certains réfugiés, profitant des périodes de paix, ont fait des allers et retours entre leurs lieux de refuge, proches de la frontière en Sierra Leone, en Guinée ou en Côte d’Ivoire, et le Liberia afin de s’occuper de leurs terres ou de vérifier l’état de leurs biens. Une grande part des retours s’est déroulée de façon « spontanée », pour reprendre la terminologie du HCR, c’est-à-dire sans accompagnement international19. Entre 2004 et 2007, le HCR a accompagné 112 000 rapatriements, ce qui correspond à un tiers du nombre de réfugiés comptabilisés en 2004. Les allées et venues préparant un retour au pays contribuent aussi au manque de visibilité de ces migrations de fin d’exil. Les migrations de retour ont concerné les Libériens exilés dans la sous-région, mais également certains étrangers qui s’étaient installés au Liberia et y sont retournés dès la fin du conflit. D’après les entretiens de terrain, c’est le cas de quelques Guinéens qui s’étaient habitués au mode de vie libérien et ne souhaitaient pas rester dans leur pays d’origine. C’est aussi le cas de la communauté libanaise du Liberia : même si une partie de ses membres ont regagné le Liban ou migré aux États-Unis à cause de la guerre civile libérienne20, certains hommes d’affaires se sont réimplantés à Monrovia (qu’ils n’avaient jamais tout à fait quittée), après avoir déployé leurs activités dans la sous-région pendant le conflit, en Guinée notamment. On peut avancer l’hypothèse que les liens commerciaux ont été renforcés par la guerre. Utilisant l’expérience de leur exil dans un pays proche, quelques anciens réfugiés rencontrés ont mis en place des navettes mensuelles vers la Guinée ou le Ghana pour approvisionner leur petit commerce au Liberia. Enfin, certains réfugiés refusent le retour et choisissent l’immobilisme dans leurs pays d’asile. Compte tenu des liens, notamment familiaux, créés avec la population locale en Guinée ou au Ghana, une minorité a fait le choix de s’installer. Un nombre important reste sur place et résiste aux encouragements du HCR et des gouvernements (d’accueil et du Liberia) à rentrer21. Ces réfugiés revendiquent un droit à la réinstallation, c’est-à-dire à un départ légal vers des pays occidentaux qui leur serait ouvert du fait de leur statut de réfugiés, voire de leur expérience de la guerre et de l’exil. C’est ce qui a motivé par exemple une importante manifestation au camp de Buduburam en mars 2008 menée par les femmes réfugiées. Le gouvernement et la justice ghanéens ont alors décidé l’expulsion d’une vingtaine de personnes vers le Liberia.

19Les mobilités que la guerre au Libéria a provoquées sont complexes. Le conflit a dispersé la population libérienne dans toute l’Afrique de l’Ouest, et au-delà, et a changé les flux migratoires dans la sous-région. L’utilisation du mot réfugié pour désigner les acteurs de ces mobilités est remise en question par la variété des profils des personnes fuyant la guerre vers les pays voisins et par le fait que ces individus ont développé des stratégies migratoires pour améliorer leurs conditions de vie.

Tableau 3. Les rapatriements vers le Liberia encadrés par le HCR entre 2004 et 2007

2004

2005

2006

2007

5 173

37 808

42 930

26 345

Source : UNHCR, www.unhcr.org

2. Quelles catégories employer pour décrire les mobilités liées à la guerre au Libéria ?

20La principale catégorie mobilisée dans le cas de migrations forcées est celle de réfugié, mais elle recouvre souvent une variété de situations. Le cadre juridique isole les réfugiés des autres migrants, en créant une distinction entre catégories dont la pertinence scientifique est discutée par la recherche.

2.1. La polysémie du mot « réfugié » en Afrique de l’Ouest

  • 22 La Convention de Genève définit comme réfugié toute personne qui, « craignant avec raison d'être pe (...)
  • 23 La définition exacte de la Convention de l’OUA régissant les aspects propres aux problèmes de réfug (...)

21Le mot réfugié est employé dans le langage courant, il a une signification juridique, donnée par des conventions internationales, et désigne une certaine catégorie de migrants. La Convention de Genève de 195122, texte fondateur pour la définition du réfugié, est complétée en Afrique par un second texte, la Convention de l’Organisation de l’Union africaine (OUA) de 1969, qui étend le statut de réfugié aux personnes fuyant la guerre23. L’application de ces deux instruments juridiques dans la situation des personnes chassées du Liberia par la guerre civile a cependant été difficile ; on a vu apparaître, comme dans d’autres cas [Lassailly-Jacob et al., op. cit.], des sous-catégories émanant surtout du HCR, un des acteurs principaux, avec les États, de la formulation des politiques d’asile et de la gestion des réfugiés. Si elles constituent des outils pour mieux appréhender la complexité des situations, elles ont également des effets réels, notamment pour l’accès aux droits. Il s’agit de montrer ici la polysémie du mot réfugié, auquel des adjectifs sont régulièrement ajoutés pour apporter des précisions spatiales et temporelles et créer des hiérarchies.

  • 24 C’est ce qui a été rapporté par plusieurs chercheurs ayant travaillé sur l’accueil des réfugiés en (...)

22Le HCR distingue d’abord les réfugiés statutaires ou conventionnels, aussi appelés réfugiés « de droit », des réfugiés dits « de fait » ou auto-installés (self-settled). Ces derniers sont ceux qui se fondent parmi les populations locales après avoir franchi la frontière. En Guinée, les premières vagues de Libériens se sont appuyées sur le lignage, le clan ou le groupe ethnique, sans se tourner vers les organisations internationales. Les locaux eux-mêmes les considéraient moins comme des réfugiés que comme des parents dans le besoin24 Parmi les réfugiés statutaires, on peut également faire une distinction entre ceux qui ont reçu un statut de façon collective, que le HCR désigne sous le terme prima facie, et ceux auxquels le droit d’asile a été accordé sur une base individuelle, à partir du récit de leur parcours et des persécutions subies. Toutes les personnes arrivées en Guinée dans les années 1990 et qui ont bénéficié de l’aide humanitaire ont été désignées a priori comme réfugiés : ces réfugiés prima facie ont reçu des cartes de rationnement, pour faciliter les distributions alimentaires, qui sont devenues leur document d’identité en tant que réfugié. Cependant, du point de vue du droit, le statut de réfugié prima facie est moins solide car il découle de l’urgence et peut englober des personnes qui seraient exclues d’une procédure juridique par entretien, suivant les critères des Conventions de Genève et de l’OUA (des combattants par exemple). Jusque dans les années 2000, il n’existait pas de détermination individuelle du statut de réfugié en Guinée. Un critère géographique plutôt implicite permettait alors au HCR et à l’État de définir qui était réfugié : ceux qui étaient dans la zone d’accueil désignée par les autorités - la Guinée forestière - et qui avaient fait la démarche de s’enregistrer auprès des organisations humanitaires dans les centres de soins ou de distribution alimentaire et dans les villes. En creux, ceux qui s’installaient plus loin des frontières étaient considérés comme des « retournés » guinéens ou bien comme des migrants, et non pas comme des personnes en quête de refuge [Van Damme, op. cit.]. À cet égard, les Libériens installés à Conakry, la capitale guinéenne, ont longtemps été regardés d’un œil suspect par le HCR et régulièrement encouragés à s’installer dans les camps de réfugiés s’ils souhaitaient obtenir de l’aide. On retrouve ici une autre subdivision, entre réfugiés des camps et réfugiés urbains. Pour l’accès à l’aide humanitaire et aux programmes de réinstallation qui ont surtout été proposés aux Libériens dans les camps, cette distinction a entraîné des différences de traitement. Même si la plupart des Libériens en exil en Afrique de l’Ouest se pensent réfugiés, les documents reçus dans l’exil et les lieux mêmes de l’exil les ont différenciés.

23Le statut de réfugié a également une forte dimension temporelle. Il est lié à une situation de persécution, de guerre qu’on espère temporaire. La durée de la guerre civile au Liberia a fait alterner périodes d’accalmie et épisodes d’intenses combats auxquels on associe plutôt les vagues de réfugiés. Le moment d’arrivée des individus dans leur pays d’asile joue un rôle décisif dans l’obtention de documents de réfugiés. À Conakry comme à Accra, des Libériens expliquent qu’ils n’ont pas pu se faire enregistrer car ils étaient arrivés après les opérations de documentation du HCR. D’autres ont perdu leurs cartes de réfugiés dans un épisode de fuite et n’ont jamais pu les remplacer. Dans les deux cas, les personnes interviewées s’auto-désignent comme réfugiés sans papiers. Pour les réfugiés enregistrés, le HCR cherche des « solutions » qui mettront fin à ce statut temporaire de citoyens déracinés. Il s’agit de leur assurer une protection définitive en rétablissant leur lien avec un État. Le HCR propose trois « solutions durables » : le rapatriement, l’intégration locale dans le premier pays d’asile, la réinstallation. Cependant, la dénomination « réfugié » perdure parfois après la mise en œuvre de ces « solutions ». À la fin d’un conflit, les réfugiés peuvent regagner leur pays d’origine. Le rapatriement, avec la traversée de la frontière, fait disparaître le statut de réfugié (les papiers de réfugiés sont d’ailleurs collectés avant les rapatriements accompagnés par le HCR). Dans un Liberia détruit par près de 14 années de guerre, les effets du statut de réfugié ont tout de même perduré après le retour, dans une sorte d’extension spatiale temporaire, car le HCR a proposé des aides pour accompagner la réintégration des ex-réfugiés, plutôt appelés rapatriés (returnees). La paix au Liberia n’a pas entraîné le retour de tous les réfugiés installés dans les pays voisins, ce qui pose la question de leur intégration locale. Des pourparlers sont déjà ouverts entre le HCR, le Liberia et les pays d’accueil des réfugiés libériens pour décider d’une clause de cessation du statut. Une convention de ce type a été signée pour les Sierra Léonais en 2008. Les Libériens risquent de perdre leur statut, tout en restant des réfugiés de fait car l’accès à la nationalité dans les pays d’Afrique de l’Ouest est peu ouvert. En tant que ressortissants d’un pays de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ils y bénéficient de facilités de circulation et de séjour qui les feront passer, de façon paradoxale, du statut de réfugié à celui d’immigré sans se déplacer. Le scénario de l’intégration locale, valable avant même la fin du conflit, s’avère difficile à mettre en œuvre dans beaucoup de pays du Sud. En plus des obstacles juridiques et techniques, les États d’accueil présentent des arguments politiques et économiques pour repousser l’éventualité de l’intégration sur place des réfugiés [Crisp, 2003]. Quant à la réinstallation, elle ne concerne qu’un faible pourcentage de réfugiés dans le monde. Les « réfugiés réinstallés », par des procédures de naturalisation, perdent rapidement leur statut au profit de la nationalité et de la citoyenneté de leur pays d’accueil.

  • 25 Tirant une leçon de cet état de fait, le HCR, conscient de la pression sur les ressources alimentai (...)

24Parce que le statut de réfugié donne accès à des services et des opportunités, il est souvent considéré comme une ressource à la fois par les populations victimes de déplacements forcés et par les populations d’accueil. Le HCR dénonce cette instrumentalisation du statut et cherche à séparer les « vrais » réfugiés des « faux ». Dans les opérations humanitaires d’urgence comme celle de l’afflux des Libériens et des Sierra Léonais en Guinée, les employés du HCR essaient de limiter le détournement de l’aide. Il est pourtant avéré qu’en Guinée forestière, de nombreux Guinéens avaient obtenu des cartes de réfugiés pour bénéficier eux aussi des sacs de riz distribués25, jouant sur les parentés ethniques et les similitudes de nom de famille. À l’inverse, certains Libériens, qu’ils aient eu ou non des ancêtres guinéens, s’étaient procuré des cartes d’identité guinéenne pour faciliter leurs rapports avec les autorités. Le vocabulaire de « faux » et « vrais » réfugiés a été intériorisé par les réfugiés eux-mêmes. Pour les Libériens rencontrés à Conakry, les « vrais » réfugiés n’ont pas eu accès aux programmes de réinstallation car des « Guinéens » sont partis à leur place aux États-Unis ou ailleurs. Cette polémique vise les immigrés guinéens du Liberia rapatriés de force par la guerre, mais aussi les Mandingoes. Ces derniers sont perçus par une partie des Libériens comme des étrangers alors même que leur installation au Libéria est ancienne. Leur statut de réfugié a été contesté au motif qu’ils étaient des migrants économiques de retour dans leur pays d’origine. Dans les représentations (des réfugiés comme des observateurs extérieurs), mais aussi dans certaines pratiques du HCR, le statut semble lié à la nationalité des individus alors que, selon les textes juridiques, c’est moins cette dernière que les craintes de persécutions qui entrent en ligne de compte. Enfin, la distinction entre « vrais » et « faux » réfugiés joue à plein dans le cas des circulations des réfugiés entre pays d’asile, car le HCR tend à considérer ces déplacements comme des migrations qui font sortir les individus du cadre de définition de la catégorie « réfugié ».

2.2. Le problème de la distinction entre migrants et réfugiés

25La distinction entre migration volontaire et migration forcée est l’un des fondements de l’existence du HCR et assure une assistance et une protection aux populations définies comme réfugiées. L’idée d’une différence entre migrants et réfugiés est mobilisée par le HCR et par les chercheurs pour appréhender les mobilités. Pourtant, elle apparaît de plus en plus en décalage avec la réalité. Face à ce problème, le HCR propose de nouvelles catégories de description et d’analyse. Si les études sur les réfugiés reprennent souvent les mots que cette institution propose, le rôle des chercheurs est également de développer une réflexion sur les mots et leurs présupposés. Sans pour autant changer radicalement de vocabulaire, la recherche peut proposer d’autres cadres d’analyses en privilégiant certaines approches du phénomène migratoire, plus globales et moins centrées sur les États.

  • 26 On parle alors d’asile interne, principe proposé par le droit communautaire et peu à peu adopté par (...)

26Pour le HCR, les Libériens qui, pour se rendre au Ghana, ont quitté un premier asile en Guinée, où ils avaient été accueillis et reconnus comme réfugiés, entreprennent des « migrations secondaires irrégulières ». Réfugié dans un pays A, un individu n’est pas censé se déplacer dans un pays B à la recherche de meilleures conditions de vie ou de plus grandes possibilités de départ vers les pays développés. Dans le souci de protéger les réfugiés, mais aussi de conserver et d’étendre son rôle de gestionnaire d’une part importante des mobilités internationales, le HCR a proposé de parler de « migrations mixtes » pour désigner ces migrations secondaires [Charrière, Frésia, 2008]. Derrière cette expression, on retrouve le principe fondateur de l’analyse des migrations : le déplacement vers un pays différent du pays de premier asile serait moins motivé par la crainte de persécution que par d’autres facteurs. Quant à l’idée de « migrations secondaires irrégulières », elle rappelle le rôle des États dans la définition des règles du jeu migratoire mais elle contient aussi une certaine méfiance envers la mobilité. Les camps eux-mêmes sont un outil de sédentarisation des réfugiés, de retour à l’ordre sédentaire et à l’ordre national [Malkki, 1995], modèles que le HCR (malgré lui ?) promeut. Alors que les pays européens ont adopté le principe des zones d’asile à l’intérieur des pays en crise, afin de justifier le rejet d’une demande d’asile chez eux26, le HCR est devenu de plus en plus partisan d’un asile au plus près et de campagnes de retour. Le retour est d’ailleurs présenté comme la meilleure solution pour les réfugiés, dès que la raison de l’exil cesse d’exister. Même si le HCR reconnaît que les réfugiés empruntent de plus en plus les mêmes routes que les migrants, et utilise la notion de « migrations mixtes » comme un outil d’action, il ne revient pas sur la différence, présentée comme fondamentale, entre réfugié et migrant.

27La pertinence de la distinction entre migrants et réfugiés est moins évidente pour les recherches sur les réfugiés aujourd’hui. En employant de plus en plus le terme de « migrants forcés », les chercheurs anglo-saxons proposent une réorientation plus indépendante par rapport à la définition juridique et institutionnelle qu’implique le mot réfugié [Scalettaris, 2007]. L’expression permet de rapprocher ce champ de recherche de celui des migrations en général, en favorisant les parallèles entre les expériences des réfugiés et celles des autres migrants, sans faire disparaître la catégorie ou en effacer les spécificités. Cette perspective, plus globale, insiste aussi davantage sur la mobilité des réfugiés pour en déconstruire l’image statique. Il ne s’agit pas non plus d’aller jusqu’à dire que la migration forcée provoque une mobilité structurelle et perpétuelle. Si certaines pratiques observées, celles par exemple d’anciens réfugiés entre le Liberia et le pays qui les avait accueillis, amènent à penser qu’ancrage et mobilité ne sont pas incompatibles, il ne faut pas surestimer le paradigme mobilitaire : certains réfugiés libériens rencontrés à Conakry, vivent dans des situations d’immobilisme largement liées à leur manque de capital économique, social et culturel. En même temps, l’enjeu théorique de ces recherches empiriques est de dépasser l’image du réfugié victime et de montrer ses marges de manœuvre en tant qu’acteur de son parcours migratoire. En s’appuyant sur les théories qui replacent l’acteur au cœur des sciences sociales, sans pour autant oublier les « conditions extérieures » [Ma Mung, 2009], c’est-à-dire le cadre étatique et les politiques migratoires, on peut s’intéresser aux « capacités d’initiative » des réfugiés et retrouver ainsi des continuités malgré les ruptures liées à l’exil. De cette façon, le passage d’une catégorie migratoire à une autre prend un sens différent. Pour ce faire, on peut reprendre la proposition d’E. Ma Mung de décaler le regard, c’est-à-dire ici de sortir des analyses sur les causes des migrations (sans en nier l’apport heuristique) et des questionnements sur le « pourquoi », pour mettre l’accent sur le « comment », sur ce que font les individus d’une expérience de migration forcée, sur les modalités de cette migration. Au-delà des catégories juridiques et des sous-catégories qu’impose la complexité du réel, on montre alors le réfugié comme un acteur social et spatial.

Conclusion

28La guerre au Liberia a provoqué de multiples migrations en Afrique de l’Ouest. Elle a bouleversé l’équilibre géopolitique de la sous-région, à la fois parce qu’elle s’est étendue aux pays proches, mais aussi parce que la présence de milliers de réfugiés a fragilisé les États qui les ont accueillis. En Côte d’Ivoire et en Guinée dans les années 1990, cette dernière a été un élément de déclenchement, parmi tant d’autres, des crises que ces pays ont traversées. La guerre a aussi modifié le panorama migratoire en l’Afrique de l’Ouest, dessiné après les indépendances, et provoqué le retour dans leur pays d’origine de migrants qui les avaient quittés, parfois, depuis plusieurs décennies. Une autre reconfiguration migratoire est la diversification des lieux d’implantation de la diaspora libérienne, même si les États-Unis restent la première destination. Depuis vingt ans, les effets de la guerre libérienne ont ainsi généré de nouvelles migrations et de nouvelles circulations migratoires, qui remettent en question la catégorie de réfugié dans son acception juridique. Cette dernière ne suffit pas à décrire des populations aux mobilités complexes, ce qui explique qu’on lui préfère de plus en plus le terme de « migrants forcés ». Il ne s’agit pas là d’une dénomination nouvelle, mais elle a le mérite, par rapport à celle de réfugié, d’être moins statique, plus indépendante de toute définition institutionnelle, et de rapprocher les réfugiés des autres migrants, en effaçant une distinction catégorielle que le réel met parfois à mal.

Haut de page

Bibliographie

AGIER M. (2002), Aux bords du monde, les réfugiés, Paris, Flammarion, 187 p.

AGIER M. (2008), Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, 350 p.

CHARRIÈRE F., FRÉSIA M. (2008), L’Afrique de l’Ouest comme espace migratoire et espace de protection, UNHCR, 52 p.

CONDÉ J., ZACARIAH K.C. (1981), Migration in West Africa. Demographic Aspects, World Bank – OECD Study, Oxford University Press, 130 p.

CRISP J. (2003), « No solution in sight : the problem of protracted refugee situations in Africa », New Issues in Refugee Research, Working Paper n° 75, 36 p.

DORAÏ K. (2006), Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, Paris, CNRS Éditions, 256 p.

ELLIS S. (1999), The Mask of Anarchy. The destruction of Liberia and the religious dimension of an African war, London, Hurst & Company, 350 p.

FRÉSIA M. (2009), Les Mauritaniens réfugiés au Sénégal. Une anthropologie critique de l’asile et de l’aide humanitaire, Paris, L’Harmattan, 379 p.

GALY M. (2003), Les espaces de la guerre en Afrique de l’Ouest, Hérodote, n° 111, pp. 51-56.

GALY M. (2004), De la guerre nomade : sept approches du conflit autour de la Côte d’Ivoire, Cultures & Conflits, n° 55, (automne), pp. 163-196.

JÉZÉQUEL J.H. (2003), « Libéria : un chaos orchestré », in F. Weissman (dir.), À l’ombre des guerres justes. L’ordre international et l’action humanitaire, Paris, Flammarion, pp. 171-190.

KONNEH A. (1996), Citizenship at the margins : status, ambiguity and the Mandingo of Liberia, African Studies Review, vol. 39, n° 2, pp. 141-154.

LOESCHER G., MILNER J. (2005), Protracted refugee situations : domestic and international security implications, London, International Institute for Strategic Studies, Routledge, 95 p.

MA MUNG E. (2009), « Le point de vue de l’autonomie dans l’étude des migrations internationales : « penser de l’intérieur » les phénomènes de mobilité », in F. Dureau, M.-A. Hily (dir.), Les mondes de la mobilité, Presses Universitaires de Rennes, pp. 13-28.

MALKKI L. (1995), Refugees and Exile. From “Refugee Studies” to the National Order of Things, Annual Review of Anthropology, vol. 24, pp. 495-523.

MARCHAL R. (2002), Liberia, Sierra Leone et Guinée : une guerre sans frontières ?, Politique Africaine, (décembre), n° 88, pp. 5-12.

McGOVERN M. (2002), Conflit régional et rhétorique de la contre-insurrection. Guinéens et réfugiés en septembre 2000, Politique Africaine, (décembre), n° 88, pp. 84-102.

MILNER J., CHRISTOFFERSEN A. (2006), « The militarization and demilitarisation of refugee camps and settlements in Guinea 1999-2004 », in R. Mugaah (ed.), No Refuge. The Crisis of Refugee Militarizaion in Africa, London, Zed Books, pp. 51-87.

MONSUTTI A. (2004), Guerres et migrations. Réseaux sociaux et stratégies économiques des Hazaras d’Afghanistan, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 368 p.

PÉROUSE DE MONTCLOS M.-A. (1996), « Liberia : des prédateurs aux « ramasseurs de miettes » », in F. Jean, J.-C. Rufin (dir.), Économie des guerres civiles, Paris, Hachette, pp. 267-297.

SCALETTARIS G. (2007), Refugee Studies and the international refugee regime : a reflection on a desirable separation, Refugee Survey Quarterly, vol. 26, n° 3, pp. 36-50.

VAN DAMME W. (1999), « Les réfugiés du Liberia et de Sierra Leone en Guinée forestière (1990-1996) », in V. Lassailly-Jacob, J.-Y. Marchal, A. Quesnel (dir.), Déplacés et réfugiés : la mobilité sous contrainte, Paris, IRD, pp. 343-381.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit là d’une proposition de traduction pour protracted refugee situation, expression fréquemment utilisée par les chercheurs anglo-saxons qui travaillent sur les migrations forcées [Crisp, 2003].

2 Ces statistiques sont produites par le HCR (www.unhcr.org).

3 200 entretiens ont été menés à Conakry (Guinée) où les réfugiés libériens vivent dispersés dans les différents quartiers de la ville et 40 à Accra (Ghana), plus précisément dans le camp de Buduburam (à 35 km de la ville) et dans les communes périphériques de la capitale ghanéenne. Parallèlement, des entretiens ont été menés avec les autorités locales, le HCR et les ONG impliquées auprès des réfugiés ainsi qu’avec la population locale (en Guinée seulement). Des recherches en archives ont également été effectuées pour reconstituer le contexte d’accueil des réfugiés dans les deux pays.

4 Le nom de Mano River vient d’un fleuve frontière entre Sierra Leone et Liberia, devenu l’emblème d’un accord international entre les deux pays en 1973 auxquels se sont joints la Guinée en 1980 puis la Côte d’Ivoire en 2008. Dans son travail, M. Galy concentre lui aussi son analyse sur ces quatre pays en crise, dont les frontières relèvent selon son expression de « l’illusion cartographique » [Galy, 2003, p. 43 et 47

5 Un des symboles de ce dynamisme est la plantation d’hévéas de Firestone, le fameux fabricant américain de pneus installé au sud de la capitale, Monrovia

6 Ce chiffre est une estimation proposée pour la Banque mondiale et l’OCDE par Zachariah et Condé [Condé, Zacariah, op. cit.].

7 US Department of Homeland Security (http://www.dhs.gov/files/statistics/immigration.shtm).

8 Ce camp a été appelé VOA du nom de l’immeuble de la radio Voice Of America, autour duquel se sont installés les déplacés.

9 Cette expression de « diamants du sang » est née dans les années 1990 pour dénoncer les trafics de diamants, dont la vente bénéficiait aux divers groupes armés des pays en guerre, et encourager le boycott des pierres auprès du public. Des sanctions internationales avaient alors été décidées contre l’Angola et la Sierra Leone. Depuis 2003, un accord a été trouvé avec le processus de Kimberley afin de mieux contrôler l’origine des diamants. Le film américain Blood Diamond (2007) a montré les liens entre la guerre et le commerce international du diamant en Sierra Leone.

10 Une partie des réfugiés rencontrés sur le terrain à Conakry et à Accra a vécu plusieurs années en Côte d’Ivoire, notamment à Danané, dont ils sont partis à cause des combats en 2003.

11 On ne peut parler que de diaspora émergente car, en dépit d’un fort sentiment d’appartenance à une identité libérienne, l’organisation des divers groupes en est à ses débuts. Les associations de ressortissants libériens, qu’elles soient ethniques ou fondées sur le lieu d’installation, sont des lieux de sociabilité et de visibilité, particulièrement sur Internet. Images et idées circulent grâce à ce média et au téléphone, mais ce sont surtout les transferts d’argent, vers le Liberia et vers les Libériens encore en exil en Afrique de l’Ouest, qui relient les communautés à travers le monde.

12 Tous les chiffres qui suivent sont issus des rapports statistiques du Department of Homeland Security américain (http://www.dhs.gov/files/statistics/immigration.shtm)

13 On parle de réinstallation quand une personne reconnue comme réfugiée dans un premier pays d’accueil est autorisée à s’installer légalement dans un autre pays. Les trois principaux pays ayant développé ce type de programmes sont les États-Unis, le Canada et l’Australie.

14 Statistiques de l’immigration australienne : http://www.immi.gov.au/

15 Il s’agit parfois de membres de familles des personnes interviewées à Conakry et à Accra. Ces parcours migratoires sont également connus car le HCR en fait mention, de même que les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur les terrains sud-africains et proche-orientaux (voir les publications de L. Anteby sur Israël par exemple).

16 L’Afrique de l’Est est connue pour ses camps de réfugiés, qu’il s’agisse de ceux qui ont accueilli les réfugiés des guerres au Rwanda et au Burundi ou de ceux ouverts au Kenya ou en Tanzanie pour les réfugiés du Soudan, de Somalie. Le géographe L. Cambrézy et l’anthropologue M. Agier ont mené des recherches dans le camp de Dadaab au Kenya, discutant de l’enjeu du contrôle des camps par l’État et les organisations internationales.

17 En 2002, M. Agier en parlait déjà comme des « villes nues », sans développement possible [Agier, 2002]. Il reprend cette réflexion dans son ouvrage de 2008 [Agier, 2008, pp. 265-281].

18 Un réfugié, rencontré dans ce camp en 2009, était venu tenter sa chance à Accra après avoir vu sa demande de réinstallation, sur regroupement familial, rejetée par les États-Unis à Conakry.

19 Dans sa production statistique, le HCR produit des estimations des retours « spontanés » en plus des chiffres concernant le rapatriement encadré. Ainsi en 2006, si 42 980 rapatriements accompagnés ont été comptés, le HCR estime que 31 670 réfugiés libériens sont rentrés chez eux de façon « spontanée ».

20 M.-A. Pérouse de Montclos estimait en 1996 que les Libanais de Monrovia n’étaient plus qu’un millier alors qu’ils étaient 12 000 avant la guerre [Pérouse de Montclos, 1996].

21 Dans les camps de Guinée forestière et à Conakry, il ne reste que 10 000 réfugiés libériens selon le HCR (www.unhcr.org), auxquels il faudrait ajouter les personnes non enregistrées. Au Ghana, le camp de Buduburam comptait encore environ 12 000 Libériens lors du séjour de terrain effectué fin 2009.

22 La Convention de Genève définit comme réfugié toute personne qui, « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays » (article 1). D’abord restreinte à l’Europe d’après guerre, cette définition a été étendue au reste du monde et aux situations contemporaines par le Protocole de New York de 1967.

23 La définition exacte de la Convention de l’OUA régissant les aspects propres aux problèmes de réfugiés en Afrique est la suivante : « Le terme "réfugié" s'applique également à toute personne qui, du fait d'une agression, d'une occupation extérieure, d'une domination étrangère ou d'événements troublant gravement l'ordre public dans une partie ou dans la totalité de son pays d'origine ou du pays dont elle a la nationalité, est obligée de quitter sa résidence habituelle pour chercher refuge dans un autre endroit à l'extérieur de son pays d'origine ou du pays dont elle a la nationalité. »

24 C’est ce qui a été rapporté par plusieurs chercheurs ayant travaillé sur l’accueil des réfugiés en zone forestière dans les années 1990, mais qui a aussi été entendu lors des entretiens menés auprès d’habitants de Conakry en 2008.

25 Tirant une leçon de cet état de fait, le HCR, conscient de la pression sur les ressources alimentaires que représente l’accueil d’un grand nombre de réfugiés, propose désormais des projets de développement dans les zones proches des camps de réfugiés pour que la situation des réfugiés ne fasse pas l’objet de spéculations de la part des habitants. Il permet également aux locaux de bénéficier de certains services ouverts aux réfugiés, comme les soins médicaux proposés par des ONG internationales.

26 On parle alors d’asile interne, principe proposé par le droit communautaire et peu à peu adopté par les États : la France l’a adopté dans sa nouvelle loi sur l’asile en 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Réfugiés et déplacés de la guerre du Liberia en Afrique de l'Ouest en 1994
Crédits Source des données : UNHCR, Statistical Yearbook, 2002.Conception, réalisation : H. Simon-Lorière, 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Carte 2. Lieux d'installation des réfugiés libériens en Afrique de l'Ouest en 2002
Crédits Sources : Agier, 2008 ; Milner, Christoffersen, 2006 ; UNHCRConception, réalisation : H. Simon-Lorière, 2010.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/4091/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Simon-Lorière, « Catégories et reconfigurations migratoires en Afrique de l’Ouest », Espace populations sociétés, 2010/2-3 | 2010, 193-207.

Référence électronique

Hélène Simon-Lorière, « Catégories et reconfigurations migratoires en Afrique de l’Ouest », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/2-3 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/4091 ; DOI : 10.4000/eps.4091

Haut de page

Auteur

Hélène Simon-Lorière

Doctorante en Géographie
Université de Poitiers
MIGRINTER
MSHS, Bât 5A, 5 rue Théodore Lefebvre
86000 POITIERS
hsimonloriere@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org