Navigation – Plan du site
Articles

Disparités spatiales de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou

Niveaux, tendances et « facteurs explicatifs »
Spatial Differences in Under-Five Mortality in Ouagadougou : Levels, Trends and « Explanation Factors »
Bassiahi Abdramane Soura
p. 159-174

Résumés

Alors que de nombreuses études ont été réalisées sur la mortalité des enfants dans le monde en développement, très peu se sont intéressées à ses inégalités spatiales. Et même lorsqu’il existe des travaux sur ce sujet, ces derniers comparent plus les régions à l’intérieur d’un pays que les quartiers au sein d’une ville. En s’intéressant à Ouagadougou (capitale du Burkina Faso), cet article vise à analyser les niveaux et les tendances des inégalités spatiales de mortalité infanto-juvénile à partir des recensements burkinabè de 1985 et de 1996. Une tentative d’explication de ces différences de mortalité est également menée. Elle combine méthodes statistiques et connaissance du contexte. Les résultats obtenus montrent une physionomie relativement dichotomique de la mortalité au milieu des années 80, les secteurs périphériques de la ville ayant les mortalités les plus élevées. À cette date, les différences spatiales de mortalité étaient associées à la densité des quartiers ainsi qu’au profil social des habitants : les secteurs de la périphérie étaient par exemple très peu instruits avec une mortalité plus élevée. En 1996 par contre, l’opposition centre/périphérie a disparu pour faire place à une distribution hétérogène de la mortalité. La mixité sociale au sein des secteurs, devenue certainement plus importante à cette époque, n’a pas favorisé l’apparition de lien statistique entre les caractéristiques communautaires et les inégalités spatiales de mortalité. Les changements de mortalité observés sur la période étudiée sont essentiellement dus aux changements dans le niveau d’instruction des femmes dans certains quartiers, à l’évolution de la proportion de femmes nées à Ouagadougou, à l’amélioration de l’hygiène collective et enfin à l’arrivée de services sociaux essentiels comme l’eau potable et l’électricité, en particulier dans les quartiers périphériques qui se densifient.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Estimé à environ 1 milliard 700 millions d’individus en 1980, le nombre de personnes vivant dans les villes à travers le monde a été multiplié par 1,8 en 2005 et devrait dépasser le seuil de 4 milliards d’individus à l’horizon 2020 [Nations Unies, 2005]. Dans de nombreux pays (essentiellement du Sud), la croissance démographique urbaine s’est accompagnée de conditions de vie difficiles pour une grande partie des citadins, avec des effets souvent néfastes sur la santé. Déjà dans les années 80, la santé des citadins apparaissait comme un important sujet de préoccupation face à la concentration et à la paupérisation dans de nombreuses villes du Tiers Monde. C’est alors que l’Organisation Mondiale de la Santé a recommandé, pour les villes du Sud, l’élaboration et l’installation d’un programme de santé communautaire basé sur la stratégie des soins de santé primaires [OMS, 1985]. Les priorités de ces programmes devraient être définies et régulièrement mises à jour sur la base d’informations sur l’état de santé de la population (y compris la mortalité) et sur l’utilisation des services de santé. Par le passé, de telles informations provenaient de registres des formations sanitaires, ce qui conduisait à deux types de biais : les données sont souvent incomplètes (absence d’informations sur les caractéristiques socio-économiques des patients) et elles sont affectées d’un biais de sélection important dans la mesure où seuls les individus qui fréquentent les centres de santé y figurent.

2Fort heureusement, les récentes Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) ou les autres enquêtes de ce type permettent d’améliorer la connaissance de la santé des populations en prenant en compte aussi bien les utilisateurs que les non utilisateurs des services de santé. Mais, pour apprécier le niveau de santé des populations urbaines, les rapports d’analyse officiels des EDS se sont souvent limités à calculer des moyennes (niveau moyen de mortalité, niveau moyen de morbidité, etc.) pour l’ensemble des citadins d’un pays ou parfois en dissociant la capitale. Cette manière de procéder ne permet pas de mettre en évidence les inégalités intra-urbaines de santé (inégalités spatiales notamment), pourtant bien présentes dans plusieurs villes du Sud et très révélatrices en matière de santé publique. L’analyse des inégalités intra-urbaines de santé permet, par exemple, de mettre certains indicateurs de santé en relation avec la répartition géographique de l’offre de soins à l’intérieur de la ville. Elle peut également servir à relier ces indicateurs de santé au profil social du quartier, et ainsi répondre à des questions du type « les niveaux de mortalité les plus élevés se trouvent-ils dans les quartiers les plus pauvres et/ou dans les quartiers de migrants récents ?  ».

3Cela dit, il convient d’admettre que la faiblesse de la taille de l’échantillon pour une seule ville prise isolément dans les EDS ne facilite pas la mise en évidence des inégalités intra-urbaines de santé. Cette lacune est parfois comblée en recourant aux recensements qui constituent une source de données particulièrement intéressante pour l’étude de phénomènes démographiques tels que la mortalité à des niveaux géographiques fins. Malheureusement, ces données n’ont pas été suffisamment exploitées dans ce sens. Parmi les quelques rares études existant dans le domaine de la mortalité des enfants en particulier et concernant précisément l’analyse de ses inégalités spatiales dans les villes du Sud, on peut citer les travaux de Sastry (2002) sur Sao Paulo (Brésil) et ceux de Adair (2004) sur Bandung, Jabotabeck et Surabaya (Indonésie).

4En venant s’ajouter aux travaux précédents, le présent article vise à améliorer la connaissance des disparités spatiales de mortalité des enfants à l’intérieur des villes des pays en développement. Il s’intéresse en particulier à la ville de Ouagadougou (capitale du Burkina Faso) et recourt essentiellement aux données issues des recensements burkinabè de 1985 et de 1996. De façon plus spécifique, l’analyse portera sur les grandes questions suivantes : quelle était la géographie de la mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou et comment ces inégalités ont-elles évolué entre le milieu des années 80 et celui des années 90 ? Quels sont les facteurs associés à ces inégalités spatiales ? Comment peut-on expliquer les changements intervenus entre les deux dates dans les niveaux de mortalité infanto-juvénile des quartiers ?

5Quoique les données utilisées paraissent relativement anciennes (recensements de 1985 et 1996), ce travail comporte quelques aspects originaux en matière de recherche sur les inégalités de mortalité des enfants dans les pays en développement. Il y a d’abord la description des inégalités spatiales de mortalité à l’échelle d’une ville, les études portant sur de tels sujets étant peu fréquentes dans la littérature démographique consacrée aux pays du Sud. Il y a ensuite la mise en relation des différences spatiales de mortalité avec les caractéristiques des quartiers et enfin, comme nous le verrons, le recours à l’histoire urbanistique de la ville pour aider à la compréhension des changements de mortalité dans le temps.

6L’analyse des inégalités de mortalité dont il est question ici est menée à l’échelle des secteurs qui sont en fait trente grosses circonscriptions administratives constituant la ville de Ouagadougou. En trois grandes parties, l’étude essaiera d’apporter quelques éléments de réponse aux objectifs évoqués. Elle commencera par une brève présentation de la ville de Ouagadougou. Elle abordera ensuite, avec un peu plus de détails, les sources de données, les indicateurs retenus ainsi que les méthodes statistiques utilisées, avant de présenter enfin les principaux résultats.

1. Ouagadougou en quelques mots

  • 1 En 1932, à cause d’un déficit du budget national ainsi que pour un besoin de main-d’œuvre dans les (...)

7Capitale de l’ancien empire Mossi, Ouagadougou est aussi devenue la capitale du Burkina Faso (ex. Haute Volta) à sa création en 1919. Mais, le pays ayant été rayé de la carte du monde en 19321, c’est à partir de 1947, date de sa reconstitution que Ouagadougou en est définitivement devenue la capitale. Dès lors, sa croissance démographique se fera à un rythme accéléré, résultat d’une croissance naturelle soutenue mais aussi d’un phénomène migratoire important. Ainsi, l’enquête démographique de 1961 lui affecta le chiffre de 59 126 habitants alors que cette population n’était estimée qu’à quelque 19 700 habitants en 1948 [Jaglin, 1995]. Elle aurait ensuite atteint 172 661 individus au recensement de 1975, 441 514 à celui de 1985 et 709 736 à celui de 1996. Les résultats partiels du recensement de 2006 lui donnent plus de 1 million d’habitants [INSD, 2007]. Cette croissance démographique s’est aussi accompagnée d’une croissance spatiale particulièrement rapide, dominée par l’habitat spontané à la périphérie de la ville. Ainsi, sa superficie totale qui n’était que de 1400 ha en 1960 a atteint le chiffre de 20 000 ha en 1993 [Prat, 1996]. Au début des années 2000, celle-ci était estimée à environ 34 000 ha [Compaoré, Nébié, 2003], soit une ville d’un diamètre d’environ 20 km.

  • 2 La taille moyenne d’un secteur était évaluée à 14 712 habitants au recensement de 1985 et à 23 721 (...)

8Du point de vue administratif, Ouagadougou est divisée en secteurs depuis 1983. Avant cette date, la ville comprenait environ une soixantaine de petits quartiers dirigés par des chefs traditionnels. Selon plusieurs auteurs [Jaglin, 1995 ; Hilgers, 2005], ce serait pour diminuer l’influence du pouvoir traditionnel, voire l’anéantir que le régime révolutionnaire du président Sankara a décidé de recouper la ville en 30 gros quartiers appelés secteurs2 et désignés chacun par un numéro (figure 1). À l’époque, suite à cette subdivision, la ville était animée par un conseil communal révolutionnaire constitué des délégués des 30 secteurs. Plus tard (dans les années 90), les secteurs seront regroupés en 5 arrondissements, chaque arrondissement ayant à sa tête un maire et étant dirigé par un collège formé de conseillers élus au niveau des secteurs. L’ensemble des 5 arrondissements forment enfin la commune urbaine de Ouagadougou avec à sa tête un maire central. L’objectif de cette subdivision est d’impliquer davantage les populations dans la gestion de la chose publique et dans la planification du développement local.

Figure 1. Position géographique et découpage en secteurs de la ville de Ouagadougou

Figure 1. Position géographique et découpage en secteurs de la ville de Ouagadougou

Fonds de cartes : ONEA, 2006 & BNDT (IGB), 20

2. Données et méthodes

9Les analyses reposent principalement sur les recensements de 1985 et 1996. Ils ont été réalisés entre le 10 et le 20 décembre des années concernées et les informations demandées pendant la collecte se repartissent entre caractéristiques collectives du ménage et caractéristiques individuelles de chaque personne. Mais, pour des raisons administratives, et notamment de confidentialité, les données individuelles des recensements restent d’une accessibilité très limitée au Burkina Faso. Seules des tabulations permettant d’estimer la mortalité des enfants par secteur de la ville à l’aide de méthodes indirectes ont donc pu être obtenues auprès de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie. Ces données concernent la répartition des femmes de 15-49 ans par groupe d’âges quinquennaux avec les effectifs d’enfants nés vivants et d’enfants survivants. Leur examen préliminaire, en particulier la répartition du nombre moyen d’enfants nés vivants et du nombre moyen d’enfants décédés selon le groupe d’âges de la mère a montré qu’elles sont d’assez bonne qualité. En effet, ces deux indicateurs croissent avec le groupe d’âges des mères conformément à ce qui est généralement observé [Hill, 1984].

10La plupart des informations permettant de caractériser le quartier proviennent aussi de ces recensements. Les informations sur l’offre de soins proviennent d’une enquête de terrain réalisée entre 2002 et 2004 par l'Unité de Recherche « Conditions et territoires d'émergence des maladies » de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD). Cette source de données inclut des informations rétrospectives permettant de mettre en relation l’évolution de l’offre de soins dans le temps et les changements de mortalité.

2.1. Indicateur de mortalité et caractéristiques contextuelles

  • 3 Quoique les données utilisées ne permettent pas d’évaluer le degré d’hétérogénéité à l’intérieur de (...)

11L’indicateur de mortalité étudié est le quotient de mortalité infanto-juvénile, c’est-à-dire le risque de décès avant l’âge de 5 ans calculé à l’échelle du secteur. Ce dernier constitue notre unité d’analyse. Afin d’expliquer les différences spatiales de mortalité, le recours à certaines caractéristiques contextuelles définies également à l’échelle du secteur s’est avéré nécessaire3. Ces dernières concernent le niveau d’instruction des femmes, leur statut migratoire, l’offre de soins et la densité de peuplement.

12Le niveau d’instruction contextuel des femmes a été mesuré par la proportion de femmes instruites parmi les résidentes âgées de 15 ans et plus (éducation formelle). Le critère de résidence utilisé fait référence à une durée de présence d’au moins 6 mois ou à une intention de présence pendant au moins cette durée. L’indicateur retenu se justifie par le fait que l’éducation maternelle est souvent considérée comme un déterminant majeur des chances de survie de l’enfant. La relation entre le niveau d’instruction contextuel des femmes et le niveau de mortalité des enfants peut aussi refléter un effet de quartier lié essentiellement à des effets de diffusion entre femmes instruites et femmes sans instruction. Nous partons de l’hypothèse que si une personne non instruite est mise en relation avec d’autres personnes instruites dans son voisinage, il s’ensuit un partage d’informations sur les mesures d’hygiène, les risques de morbidité et l’utilisation des services de santé. Ainsi, dans un quartier où le niveau d’instruction des femmes est assez élevé, les femmes les moins instruites pourront apprendre des femmes les plus instruites supposées être plus en mesure de promouvoir la santé, y compris la santé des enfants.

13La relation entre le statut migratoire contextuel des femmes et la mortalité des enfants est liée à la question de l’insertion urbaine des migrants [Dos Santos, 2005]. Celle-ci peut être définie comme un processus d’adaptation aux contraintes de la ville, mais aussi un processus d’appropriation des opportunités offertes par la ville [Antoine, Bocquier, 1999]. On part de l’hypothèse que, toutes choses égales par ailleurs, plus la durée d’installation de la migrante en ville est longue, plus il y a de chance que la migrante soit bien insérée et qu’elle sache où trouver les soins nécessaires à son enfant ; plus importantes seront alors les chances de survie de ce dernier. Mais, ni le recensement de 1985, ni celui de 1996 ne permettent de prendre en compte la durée de résidence des migrants. En se basant donc sur un critère concernant uniquement le lieu de naissance, nous avons retenu la proportion de femmes nées à Ouagadougou parmi les résidentes âgées de 15 ans et plus comme indicateur de statut migratoire contextuel. Celui-ci est en quelque sorte symétrique à la proportion des femmes immigrantes. Une éventuelle absence ou une faiblesse de son pouvoir explicatif devrait donc être interprétée avec prudence, dans la mesure où un nombre élevé de personnes nées hors de Ouagadougou n’est pas forcément synonyme d’un nombre élevé de migrants récents ayant encore des difficultés d’insertion urbaine.

14L’offre de soins renvoie généralement à la notion d’accessibilité aux soins de santé, qui en elle-même est une notion polysémique. En effet, celle-ci peut comporter une dimension géographique (distance/temps), une dimension économique (capacité financière à recourir à un service de santé) et même une dimension culturelle (représentation de la maladie et de la thérapie appropriée). Malheureusement, seule l’accessibilité géographique aux services de santé est appréciable avec les données à notre disposition.

15Un indicateur de desserte mesuré par le nombre de structures de soins (généralistes et maternités) pour 10 000 habitants à la date de chaque recensement a été retenu dans ce travail. Il convient cependant d’en relever quelques limites. Premièrement, étant donné que l’offre de soins provient d’une enquête réalisée en 2002-2004, il est possible que nous n’ayons qu’une vue partielle de la situation puisque, avant cette date, plusieurs établissements de soins ont probablement été créés, puis refermés. Deuxièmement, en faisant le rapport du nombre de centres de santé à la population de chaque secteur, nous faisons l’hypothèse implicite que ces structures ont le même niveau de personnel soignant, ce qui n’est pas souvent le cas. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que si le choix d’une structure de soins est déterminé par le fait même de sa présence, il peut l’être aussi par l’influence des réseaux sociaux qui dépassent souvent les frontières du quartier de résidence.

16En ce qui concerne enfin la densité de peuplement, elle désigne le nombre de personnes par unité de surface, celle-ci incluant en général aussi bien les espaces habités que les espaces inhabités comme les forêts, les plans d’eau, etc. Sa relation avec la mortalité se justifie par la corrélation théorique souvent établie entre risque de maladies contagieuses et densité de population [Montgomery et al., 2004]. L’indicateur de densité que nous empruntons conjointement à l’Institut Géographique du Burkina et à Subra (1999) est mesuré en nombre d’habitants par hectare.

17Malgré les imperfections des indicateurs retenus, il est réaliste de considérer comme hypothèse que la mortalité des enfants est plus faible dans les secteurs les plus « instruits », dans ceux ayant une meilleure accessibilité aux services de santé et dans ceux ayant les plus faibles proportions de femmes migrantes. La mortalité sera en revanche plus élevée dans les secteurs les plus densément peuplés.

2.2. Les méthodes démographiques et statistiques utilisées

18Compte tenu de la nature des données disponibles, l’estimation de la mortalité est faite à l’aide d’une méthode indirecte, à savoir celle de Trussell (1984). Se basant sur un certain nombre d’hypothèses dont les plus importantes sont la constance de la fécondité dans le temps et la compensation entre omissions d’enfants décédés et omissions d’enfants survivants, le principe consiste à appliquer des facteurs correcteurs (dépendant du schéma de mortalité ainsi que du calendrier de la fécondité) aux proportions d’enfants décédés, classées par groupe d’âges des mères, pour obtenir des quotients de mortalité. Ainsi, les proportions d’enfants décédés chez les femmes de 15-19 ans, 20-24 ans, 25-29 ans et 30-34 ans permettent d’estimer, respectivement, les risques de décès avant l’âge de 1 an, 2 ans, 3 ans et 5 ans. La mesure de la mortalité infantile à partir des réponses fournies par les mères de 15-19 ans est cependant fortement biaisée par les erreurs d’âges de cette classe, le petit nombre de naissances et de décès à ces âges et par la surmortalité des enfants issus de mères jeunes.

19En se limitant au nombre de femmes âgées de 20 à 34 ans, les risques de décès avant l’âge de 2 ans, de 3 ans et de 5 ans ont été calculés en utilisant comme schéma de mortalité le modèle général de Coale et Demeny (famille Ouest). Ces quotients ont ensuite été reconvertis en indices communs de mortalité, c’est-à-dire en quotients de mortalité infanto-juvénile, moins sensibles au schéma par âge de la mortalité à moins de 5 ans [Palloni-Heligman, 1986, cité par Tabutin, 2001]. Étant donné que la méthode de Trussell permet d’obtenir la date de référence correspondant à chaque quotient estimé, un niveau moyen de mortalité a enfin été calculé sur la période approximative des cinq à six années précédant la collecte. Dans le cas de Ouagadougou, ce niveau moyen de mortalité infanto-juvénile est évalué en 1996 à 112‰ (tableau 1). Cette procédure a été appliquée à chacun des 30 secteurs de Ouagadougou.

Tableau 1. Application de la méthode de Trussell aux données de Ouagadougou
(recensement de 1996)

Âge de la mère

% d'enfants décédés

Type de quotient de mortalité

valeur du quotient de mortalité

Niveau correspondant dans les tables de Coale et Demeny

Quotient de mortalité infanto-juvénile obtenu par conversion du niveau de la table de Coale et Demeny

Date de référence (nombre d'années avant la collecte)

20-24

0,096

2q0

102,1‰

16,5

119‰

2,287

25-29

0,098

3q0

100‰

17,1

109‰

3,845

30-34

0,104

5q0

107,1‰

17,2

107‰

6,093

Niveau moyen de mortalité

16,9

112‰

  • 4 Alors que nous aurions aimé mesurer les changements dans les caractéristiques communautaires par la (...)

20La régression linéaire a été utilisée dans l’analyse multivariée suivant l’exemple d’autres auteurs qui se sont intéressés aux inégalités régionales de mortalité des enfants [Jain, 1985 ; Root ; 1999 ; Terra de Souza et al., 1999]. Dans les analyses transversales (en 1985 ou en 1996), la variable dépendante est le quotient de mortalité infanto-juvénile du secteur. Dans l’analyse des changements, la variable dépendante est la variation relative du quotient de mortalité entre 1985 et 1996 et les variables indépendantes sont mesurées par la variation absolue des caractéristiques communautaires4. Rappelons que la variation absolue mesure la différence entre la valeur initiale et la valeur finale de la variable (valeur en 1996 – valeur en 1985) tandis que la variation relative est mesurée par le rapport de la différence absolue sur la valeur initiale.

3. Les principaux résultats

3.1. Quelques statistiques sur les caractéristiques contextuelles

21À l’échelle des secteurs, le niveau d’instruction des femmes était encore relativement faible au milieu des années 1990, même si une légère amélioration avait pu être observée par rapport à la décennie précédente. En effet, alors qu’en 1985, seulement 33,3 % des femmes en moyenne étaient instruites par secteur, cette proportion a connu une légère hausse pour atteindre 45,2 % en 1996 (tableau 2).

Tableau 2. Quelques statistiques concernant les caractéristiques des secteurs

Recensement de 1985

Recensement de 1996

Caractéristiques

Valeurs extrêmes

Moyenne

Écart type

Valeurs extrêmes

Moyenne

Écart type

- % de femmes (15 ans +) instruites

16,8-57,4

33,3

11

29,4-65,2

45,2

9,6

- % de femmes (15 ans +) nées à Ouagadougou

24,1-60,6

34,7

8,6

35,3-65,6

44,9

7,1

Nombre de services de soins pour 10.000 habitants

0-4

0,71

1,13

0-11,5

2,2

2,3

Densité du secteur

2,0-150,0

47

40,9

8,0-149,0

54,5

33,6

Mortalité infanto-juvénile (5q0 en ‰)

92,2-212,5

161,8

29,3

63,2-152,1

110,3

19,1

22Les résultats relatifs au statut migratoire révèlent une supériorité numérique des femmes immigrantes à Ouagadougou. Que ce soit en 1985 ou en 1996, moins de la moitié des femmes en âge de procréer sont nées dans la capitale (34,7 % et 44,9 %, respectivement aux deux dates). L’indicateur d’offre de soins montre une moyenne de 0,71 centre de santé pour 10 000 habitants en 1985 et 2,2 en 1996. En ce qui concerne la densité de peuplement, sa moyenne est évaluée à 47 habitants par hectare en 1985 et 54,5 en 1996. Enfin, signalons également que le quotient moyen de mortalité infanto-juvénile a été estimé à 161,8‰ au recensement de 1985 et à 110,3‰ au recensement de 1996.

23Mais ces moyennes cachent bien des disparités au regard des valeurs extrêmes et des écarts-types assez élevés, que l’on se place en 1985 ou en 1996. Un exemple en est la densité de peuplement qui variait de 2 à 150 habitants par hectare (secteurs 21 et 10 respectivement) en 1985 et de 8 à 149 habitants par hectare (secteurs 26 et 10 respectivement) en 1996.

3.2. Quelle géographie de la mortalité et quelles tendances ?

24En s’intéressant à la géographie de la mortalité infanto-juvénile, l’idée est non seulement de mettre en évidence les différences de mortalité entre les trente secteurs de Ouagadougou, mais aussi de vérifier l’hypothèse d’une dichotomie entre secteurs périphériques et secteurs centraux en termes de niveau de mortalité. Cette hypothèse a souvent été justifiée par le fait que dans les villes du Sud, les quartiers centraux sont en général mieux dotés en infrastructures et en logements modernes (souvent hérités du passé colonial) et habités par des classes sociales privilégiées. Par ailleurs, à la limite de la partie lotie de Ouagadougou, on a toujours assisté à une occupation informelle des terres où s’entassent en général des populations d’un faible niveau de vie. Ces zones non loties sont pourtant administrativement liées à des secteurs périphériques lotis et pourraient, par leurs mauvaises conditions socio-sanitaires, influencer le niveau moyen de santé de leurs secteurs de rattachement.

25Les résultats semblent confirmer cette hypothèse au milieu des années 80 où l’on voit apparaître une physionomie relativement dichotomique de la mortalité dans la capitale (figure 2). Les quartiers périphériques subissaient pour la plupart à l’époque une mortalité plus élevée. Cette opposition relative centre/périphérie qui a été validée par une analyse de la variance va dans le même sens que la géographie de la mortalité observée dans les mégalopoles indonésiennes de Bandung et de Jabotabek en 2000 [Adair, 2004] ou encore dans la ville brésilienne de Sao Paulo aux recensements de 1970, 1980 et 1991 [Sastry, 2002]. Entre 1985 et 1996, cette dichotomie aurait disparu pour faire place à une distribution plus hétérogène (figure 2), rappelant ainsi la géographie du taux brut de mortalité mise en évidence par Stephens et al. (1994, cité par Montgomery et al., 2004) à Accra (Ghana), ou encore les différences spatiales de mortalité des enfants dans la mégalopole indonésienne de Surabaya [Adair, 2004]

26Ce changement de physionomie (dichotomique en 1985, disparate en 1996) semble indiquer que la différenciation entre quartiers s’est transformée au cours du temps à Ouagadougou et l’opposition centre/périphérie n’est plus tout à fait opératoire. En effet, les ménages les plus aisés choisissent de moins en moins leurs habitations en fonction de la centralité, mais sont plutôt portés à se répartir à l’intérieur de toute la ville en fonction des opportunités d’accès au logement avec la possibilité d’obtention d’un permis d’habitation (zones loties viabilisées, cités d’habitations). De nos jours, à l’exception des quartiers non lotis de la périphérie, les secteurs de Ouagadougou sont assez hétérogènes du point de vue des caractéristiques des habitants. Il faut descendre à un niveau géographique très réduit (le carré d’habitations ou un petit groupe de carrés d’habitations) pour trouver des ensembles assez homogènes : parfois des isolats pour riches avec un faible taux de mortalité, parfois aussi des poches de pauvreté avec une mortalité élevée.

Figure 2. Comparaison de la géographie de la mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou entre 1985 et 1996

Figure 2. Comparaison de la géographie de la mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou entre 1985 et 1996

27Pour ce qui est des changements, la prise en compte simultanée des deux recensements montre que la mortalité infanto-juvénile a globalement connu une baisse considérable à Ouagadougou. Elle est passée de 169‰ en 1985 à 112‰ en 1996. Ce résultat provient de la baisse de la mortalité dans la plupart des secteurs de la ville (figure 3). Entre les deux dates, seul le secteur 6 aurait connu une hausse sensible de la mortalité, sans que nous ne puissions y trouver une véritable explication. L’indicateur y est passé de 125‰ à 152‰. Dans les secteurs 13 et 25, la mortalité semble rester à son niveau de 1985, c’est-à-dire respectivement autour de 136‰ et 92‰. Tous les autres secteurs ont bénéficié d’une baisse de la mortalité des enfants, mais à des rythmes bien différents. Ainsi par exemple, alors que pour le secteur 2, la baisse relative est estimée à approximativement 12 %, elle dépasse 50 % pour les secteurs 4 et 21. Dans ces derniers, le quotient est passé, respectivement, de 158‰ à 63‰ et de 213‰ à 89‰, soit une variation relative avoisinant 60 %. La section 3.4. fournit quelques explications possibles aux changements de mortalité observés au sein des secteurs.

Figure 3. Évolution de la mortalité 0 – 5ans par secteur de 1986 à 1996

Figure 3. Évolution de la mortalité 0 – 5ans par secteur de 1986 à 1996

Les différentes droites correspondent à des rythmes de variation (croissance ou déclin) indiqués et le symbole désigne le terme secteur

3.3. Caractéristiques contextuelles et mortalité infanto-juvénile, des liens qui s’affaiblissent avec le temps

28La régression du quotient de mortalité sur les caractéristiques communautaires retenues fait croire qu’au recensement de 1985, les disparités spatiales de mortalité à l’échelle des secteurs sont essentiellement dues à l’influence conjointe de trois facteurs qui sont, par ordre d’importance décroissante, le niveau d’instruction des femmes, leur statut migratoire et la densité de la population (tableau 3). Leurs coefficients ont les signes attendus. Ainsi, les secteurs ayant une proportion plus élevée de femmes instruites et ceux ayant une plus forte proportion de femmes nées à Ouagadougou auraient les mortalités les plus faibles, toutes choses égales par ailleurs (ß<0), tandis que les secteurs les plus peuplés auraient tendance à avoir des mortalités plus élevées (ß>0).

Tableau 3. Effets des caractéristiques du quartier sur le quotient de mortalité infanto-juvénile au recensement de 1985 (Coefficients standardisés ß)

Caractéristiques

Mortalité toutes catégories d’enfants

Mortalité des enfants de mères sans instruction

Mortalité des enfants de mères immigrantes

Proportion de femmes instruites

-0,752***

-0,530***

-0,755***

Proportion de femmes non migrantes

-0,489***

-0,556***

-0,517***

Densité de peuplement

0,397**

0,323*

0,450***

Offre de soins

-0,051

-0,09

0,001

R2 ajusté

55,6%

40,2%

54,5%

F

10,071***

5,867***

9,696***

NB : ° non significatif ; *p<10% ; ** p<5% ; ***p<1%.

  • 5 En théorie, on peut aussi supposer à l’inverse que des communautés de migrants se forment et que ce (...)

29Par ailleurs, les relations avec le niveau d’instruction et le statut migratoire contextuels traduisent en partie des effets de quartier sur la mortalité infanto-juvénile en 1985. En effet, la mortalité des enfants de mères sans instruction est associée à la proportion de femmes instruites dans le secteur (ß =-0,530), de même que la mortalité des enfants de mères immigrantes est associée à la proportion de femmes non migrantes du secteur (ß =-0,517). Ces résultats significatifs sont souvent connus en théorie. Par exemple, si la surmortalité des enfants de mères migrantes est souvent liée à des difficultés d’insertion urbaine pour ces dernières, il est plausible de croire que toutes choses égales par ailleurs, moins il y a de migrants récents dans le quartier, plus la nouvelle migrante pourra y trouver de l’aide pour son insertion. L’adoption de comportements favorables à la santé lui prendra également moins de temps5.

30Contrairement aux résultats obtenus avec le recensement de 1985, ceux issus du recensement de 1996 font état d’une quasi-absence de lien entre les inégalités spatiales de mortalité et les caractéristiques contextuelles retenues (tableau 4). La seule association qui apparaît nettement significative est en effet celle en rapport avec l’offre de soins. Mais, le modèle n’est pas globalement significatif au sens du test de l’analyse de la variance (test F). Pour reprendre une idée de Howell (1998), on peut donc dire qu’en 1996, les caractéristiques contextuelles, prises collectivement, n’arrivent plus à prédire la mortalité infanto-juvénile du secteur à un niveau supérieur au hasard.

Tableau 4. Effets des caractéristiques du quartier sur le quotient de mortalité infanto-juvénile au recensement de 1996 (Coefficients standardisés ß)

Caractéristiques

Mortalité toutes catégories d’enfants

Mortalité des enfants de mères sans instruction

Mortalité des enfants de mères immigrantes

Proportion de femmes instruites

-0,025°

0,193°

0,079°

Proportion de femmes non migrantes

0,102°

0,097°

0,104°

Densité de peuplement

0,119°

0,059°

0,047°

Offre de soins

-0,383°

-0,023°

-0,446*

R2 ajusté

6,7%

0,0%

4,4%

F

1,525

0,334

1,333

NB : ° non significatif ; *p<10% ; ** p<5% ; ***p<1%.

31Il est possible que le quartier considéré à l’échelle du secteur ait acquis dans les années 90 une dimension trop grande et/ou une mixité sociale trop importante, ce qui rend difficile l’apparition de liens entre certaines des caractéristiques des habitants et le niveau de mortalité des enfants. Mais cette absence des relations doit néanmoins être considérée avec prudence au regard du faible nombre d’observations et de la grossièreté de certains de nos indicateurs (construits à partir des données disponibles) qui a probablement caché la capacité discriminatoire de certaines variables. Le cas du statut migratoire contextuel des femmes appréhendé par la proportion de femmes nées à Ouagadougou en est ainsi un exemple. Si nous avons justifié sa relation avec la santé des enfants par les difficultés d’insertion urbaine des parents immigrants, il faut cependant rappeler que conformément à la théorie de l’adaptation, ceux-ci peuvent finir par s’adapter, au bout d’un certain temps, aux contraintes de leur nouveau milieu de résidence [Lututala, 2003] et par adopter le comportement de santé local. Dans ce cas, c’est donc la durée de résidence des migrantes qui influencerait le mieux la santé des enfants. De ce fait, la relation entre la mortalité des enfants et le statut migratoire contextuel des femmes au début des années 80 fait penser que la plupart des migrantes de l’époque étaient des migrantes récentes, car c’est entre 1975 et 1985 que Ouagadougou a connu son rythme de croissance le plus important (9,8 % par an). Après 1985, ce rythme a diminué (4,4 % par an) de sorte qu’il est probable qu’au recensement de 1996, un grand nombre des femmes considérées comme migrantes étaient déjà présentes depuis de nombreuses années.

3.4. Vers une compréhension des changements de mortalité entre 1985 et 1996

32L’évolution de l’offre de soins, les mutations sociales, les changements de comportement sanitaire chez les populations et l’histoire épidémiologique des quartiers devraient théoriquement être considérés comme des facteurs majeurs capables d’expliquer les changements de niveaux de mortalité des enfants dans le temps. Malheureusement, les données à notre disposition ne permettent pas de répondre à toutes ces considérations, surtout avec l’approche quantitative que nous privilégions ici dans un premier temps. Celle-ci a consisté à mettre en relation les changements de niveaux de mortalité des secteurs avec les changements survenus dans les caractéristiques contextuelles déjà utilisées dans les analyses transversales. Le tableau 5 présente les résultats.

Tableau 5. Résultats de la régression du changement de mortalité sur les changements intervenus dans les caractéristiques contextuelles (Coefficients standardisés ß)

Effets bruts

Effets nets

Δ(Proportion de femmes sans instruction)

-0,350*

-0,543***

Δ(Proportion de femmes nées à Ouagadougou

-0,237

-0,408**

Δ (Densité de peuplement)

-0,208

-0402**

Δ (Offre de soins

-0,173

-0,254°

R2 ajusté

32%

F

4,418***

NB : ° non significatif ; *p<10% ; ** p<5% ; ***p<1% ; Δ = variation absolue ; entre parenthèses, la p-valeur pour certains coefficients.

33Il apparaît que les changements de mortalité dans le temps sont associés conjointement aux changements du niveau d’instruction contextuel, du statut migratoire contextuel, de la densité et dans une moindre mesure à celui de l’offre de soins. En effet, l’augmentation de la proportion de femmes instruites induirait, toutes choses égales par ailleurs, une diminution de la mortalité entre les deux dates (ß<0). De même, l’augmentation de la proportion de femmes non migrantes dans le secteur ou encore celle de l’offre de soins est suivie d’une baisse de la mortalité, toutes choses égales par ailleurs (ß<0). Ces résultats sont conformes à nos attentes.

34Par contre, la baisse de la mortalité avec l’augmentation de la densité que révèle le signe négatif du coefficient correspondant, paraît a priori étonnante dans la mesure où les analyses transversales avaient plutôt fait ressortir que les secteurs les plus denses en 1985 subissaient aussi les mortalités les plus élevées, toutes choses égales par ailleurs ; ce qui rappellerait l’influence de l’insalubrité, plus fréquente dans les espaces les plus denses ou encore celle de la transmission des maladies contagieuses, plus rapide dans ces milieux [Montgomery et al., 2004]. Le présent résultat incite donc à croire à l’effet d’autres facteurs, probablement latents et associés à l’augmentation de la densité. Cette idée peut être renforcée par deux remarques. Premièrement, la plupart des quartiers centraux ont vu leurs densités diminuer entre 1985 et 1996 (figure 4) sans qu’il n’y ait eu, conformément au présent résultat (ß<0), une augmentation du niveau de la mortalité. Deuxièmement, la plupart des quartiers périphériques se sont peuplés davantage (figure 4) et ont bénéficié d’une baisse du niveau de la mortalité.

Figure 4. Processus de densification des secteurs entre 1985 et 1996 (rapport densité 1996/densité 1985)

Figure 4. Processus de densification des secteurs entre 1985 et 1996 (rapport densité 1996/densité 1985)

35Compte tenu de ces remarques, nous avons testé un autre modèle dans lequel la variation de la densité a été remplacée par une variable dichotomique indiquant pour chaque secteur s’il s’agit d’un quartier périphérique ou non. Les résultats ont aussi montré une influence négative de cette variable indépendamment de l’effet des autres facteurs. Nous avons donc pensé que cet effet de la densité pourrait traduire l’effet d’un certain nombre de services sociaux de base ayant des externalités positives sur la santé des enfants, comme par exemple l’arrivée d’eau potable et d’électricité dans les quartiers périphériques qui se densifient.

36En effet, si l’occupation foncière des quartiers périphériques était à l’origine illégale dans la plupart des grandes villes africaines, ceux-ci vont connaître avec le temps des opérations de restructuration visant à octroyer des permis d’habitation légaux à leurs occupants. Or, comme le dit Baron (2006, p. 3), « l’application des principes du droit moderne au niveau foncier allait de pair avec un niveau de service minimum ». En particulier, en ce qui concerne l’accès à l’eau potable, la Décennie Internationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (1981-1990) s’est révélée très bénéfique aux quartiers périphériques. À cette période, le principe d’un droit d’accès à l’eau potable pour tous, ainsi qu’à d’autres infrastructures de base en liaison avec l’assainissement, a été encouragé et soutenu par les Nations Unies [Baron, 2006]. Dès lors, le réseau de distribution d’eau a été progressivement étendu aux nouveaux quartiers lotis, du moins dans les limites des fonds disponibles. À Ouagadougou, en particulier, le nombre de branchements privés à l’eau courante a ainsi augmenté, passant de 8177 en 1980 à 38 968 en 2002 [Jaglin, 1995 ; ONEA, 2002 ; cités par Dos Santos, 2005]. L’accès collectif à l’eau potable s’est aussi accru par la création de bornes fontaines et de forages pour les populations les plus pauvres suivant un principe de paiement moins coûteux. Ainsi, le nombre de bornes fontaines dans la ville serait passé de 122 en 1984 à 579 en 2002 [Jaglin, 1995 ; ONEA, 2002 ; cités par Dos Santos, 2005].

37En considérant les changements dans les caractéristiques communautaires jugées déterminantes par l’analyse multivariée, mais aussi en prenant parfois en compte l’histoire des quartiers, nous avons prolongé l’explication des évolutions de la mortalité entre 1985 et 1996 en distinguant cinq groupes de secteurs (figure 5). Le premier groupe est composé essentiellement de secteurs centraux qui ont en général connu une augmentation de la proportion de femmes instruites, une augmentation de la proportion des femmes non migrantes, une augmentation de l’offre de soins et une diminution de la densité. En conséquence, tous ces quartiers, à l’exception du secteur 13, ont pu bénéficier d’une diminution de la mortalité des enfants, à des degrés divers. Dans certains de ces quartiers, la dynamique observée trouve son origine dans la politique urbaine adoptée par la révolution du président Sankara dans les années 80, ce que Ouattara (2004) a qualifié de « renouveau de l’urbanisation » (p.290). En effet, une rénovation des quartiers centraux de la capitale avait été mise en oeuvre. Par exemple, après la cité An II construite en 1985 au secteur 6, la cité An III fut construite en 1986 au secteur 3. Puis, ce furent, comme le précise Marié (1989), « les quartiers de Tiedpalgo, Peuloghin et, pour une partie, Zangouetin, qui tombèrent sous le coup d’un déguerpissement prochain, prélude à l’édification de la « Cité An IV A », opération d’autant plus spectaculaire qu’elle touchait cette fois des vieux quartiers populeux et commerçants du centre-ville, entre la zone commerciale et l’aéroport » (p.33). Ces quartiers étaient localisés dans les actuels secteurs 4 et 5. Le secteur 4 en particulier a vu sa population diminuer de moitié et a connu sur la période une augmentation significative de l’offre de soins. Les ménages qui y sont restés après les opérations de délocalisation sont des ménages d’un certain standing qui avaient une mortalité déjà faible en 1985. Ce quartier, rappelons-le, a bénéficié de la baisse la plus importante de mortalité infanto-juvénile sur la période intercensitaire (60 %). Les secteurs qui n’ont pas été touchés par ces délocalisations se sont néanmoins modernisés, d’une manière ou d’une autre (rénovation de la voirie, assainissement, construction de commerces, de centres de santé, etc.).

38Par ailleurs, parallèlement à ces opérations de modernisation, la politique urbaine à l’époque procédait au lotissement des quartiers spontanés de Ouagadougou, ce qui contribua à déplacer une partie des populations en quête de parcelles des quartiers du centre vers les périphéries. Ce mouvement s’est suivi d’une diminution de la densité de la majorité des secteurs centraux.

Figure 5. Typologie des secteurs selon les changements

Figure 5. Typologie des secteurs selon les changements

39Le deuxième groupe est composé essentiellement de secteurs périphériques dans lesquels il a été globalement observé une augmentation de la proportion de femmes instruites, une augmentation de la proportion de non migrantes, une augmentation de l’offre de soins et de la densité. Nous l’avons déjà dit, l’augmentation de la densité dans les quartiers périphériques s’est aussi accompagnée d’une amélioration des services sociaux essentiels, comme l’eau et l’électricité, celles-ci ayant en général des effets positifs sur la santé des enfants. À l’exception du secteur 25 où l’on a observé une stagnation de l’indicateur, tous les autres secteurs concernés ici ont bénéficié d’une baisse de la mortalité infanto-juvénile, en particulier le secteur 21 où la mortalité est passée de 213‰ à 89‰. Ce secteur a aussi bénéficié de la construction d’une cité d’habitations appelée cité Sigh-Nonghin, équipée en eau potable, électricité, centre de santé et écoles, pour accueillir une partie des populations délocalisées des quartiers centraux dans les années 80.

40Le troisième groupe est composé de deux quartiers centraux, les secteurs 6 et 12, dans lesquels nous n’avons pas observé de changement notoire de la proportion des femmes instruites, mais une augmentation de l’offre de soins et de la proportion des femmes non migrantes ainsi qu’une diminution de la densité. Si, logiquement, la mortalité des enfants a baissé dans le secteur 12, la hausse de cette mortalité au secteur 6 reste délicate à expliquer, surtout en l’absence d’informations de nature épidémiologique.

41Les deux autres groupes restants sont des singletons. Il s’agit d’abord du secteur 14 qui a connu une amélioration du niveau d’instruction des femmes, une diminution de la densité, une augmentation de l’offre de soins et, par conséquent, une baisse de la mortalité. Ce secteur a une histoire particulière. Quartier pauvre et densément peuplé au recensement de 1985 (115 habitants par hectare), il aurait bénéficié d’une grande modernisation, en particulier avec l’implantation de la plus grande cité d’habitations (1200 logements) réalisée en 1988-1989. Il s’agit ensuite du secteur 30 dans lequel l’offre de soins et la proportion de femmes instruites n’auraient pas sensiblement varié. Mais l’augmentation de la proportion de mères nées à Ouagadougou et l’arrivée supposée de services sociaux à travers l’augmentation de la densité ont pu y entraîner une baisse du niveau de mortalité infanto-juvénile.

Conclusion

42Cette étude était destinée à évaluer les niveaux et les tendances ainsi que les facteurs « explicatifs » des différences spatiales de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou, à partir des recensements de 1985 et 1996. Recourant à la méthode indirecte de Trussell (1984), le niveau moyen de mortalité a été estimé pour chaque secteur de la ville sur la période approximative des six années précédant le recensement.

43Les analyses ont montré que l’opposition qui semblait exister au début des années 1980 entre quartiers centraux et quartiers périphériques, en termes de niveau de mortalité des enfants (les premiers ayant une mortalité plus faible que les seconds) a fini par disparaître au fil du temps pour faire place à une distribution spatiale plus hétérogène au milieu des années 1990. À la lumière des données disponibles et conformément à nos attentes, nous avons pu remarquer des liens assez visibles, traduisant même parfois des effets de quartier entre certaines caractéristiques communautaires et la mortalité infanto-juvénile au début des années 80. Les résultats sont cependant moins clairs au recensement de 1996 où on note une quasi-absence de toutes les relations attendues. La seule association quelque peu significative est ici celle qui s’établit avec l’offre de soins. Sans pouvoir dissocier leurs importances relatives, nous avons imputé ce manque de liens à la grossièreté de certains indicateurs construits (statut migratoire contextuel), à une probable mixité sociale devenue plus importante à l’échelle des secteurs à Ouagadougou et capable de brouiller les liens statistiques entre les caractéristiques des quartiers et le niveau de mortalité dans une approche par régression linéaire. Cette absence de relation, en particulier avec le niveau d’instruction contextuel et le statut migratoire contextuel fait également penser à une réduction des effets de quartier dans les villes contemporaines [Ascher, 1998] suite à l’accroissement de la mobilité intra-urbaine. L’identification de ces effets de quartier à des échelles plus petites que celle du secteur pourrait ainsi constituer un autre axe d’analyse intéressant.

44Le changement de physionomie intervenu dans la géographie de la mortalité entre les recensements de 1985 et 1996 serait en partie la conséquence d’une baisse de la mortalité dans la quasi-totalité des quartiers, mais à des rythmes différents. L’approche explicative utilisée a montré que ces différences de rythmes entre quartiers sont le reflet des différences d’évolution de la proportion des femmes instruites, de la proportion des femmes non migrantes et de l’arrivée de services sociaux essentiels, comme l’eau potable et l’électricité, en particulier dans les quartiers périphériques qui se densifient. Entre 1985 et 1996, certains secteurs de la capitale auraient en effet connu un changement total de physionomie, suite à des actions significatives entreprises dans le cadre de la politique urbaine.

45Si les résultats de cette analyse permettent d’avoir quelques éléments de réponse à l’explication des niveaux et des tendances des disparités spatiales de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou sur la période 1985-1996, il convient de signaler que l’inexistence des variables de comportement ainsi que le manque de données épidémiologiques constituent une des limites de notre approche explicative. Pour ce qui est du comportement sanitaire contextuel (pratiques d’hygiène, recours aux soins), nous avons toutefois implicitement supposé qu’il est corrélé au niveau d’instruction contextuel des femmes.

Haut de page

Bibliographie

ADAIR T. (2004), « Child mortality in Indonesia’s mega-urban regions : measurement, analysis of differentials, and policy implications », Communication à la 12e conférence biennale de l’Autralian Population Association, 15-17 Septembre 2004, Canberra, 16 p.

ADETUNJI J. (1996), Infant mortality level in Africa : does method of estimation matter ?, Working paper, Cambridge, Havard Center for Population and Development Studies, 20 p.

ANTOINE, P., BOCQUIER P. (1999), L’insertion urbaine en Afrique, La Chronique du CEPED, n° 32, 4 p.

ASCHER F. (1998), « La fin des quartiers ? », in N. Haumont (dir.), L’urbain dans tous ses états. Faire, vivre, dire la ville, Paris, L’Harmattan, pp. 183-201.

BARON C. (2006), Mutations institutionnelles et recompositions des territoires urbains en Afrique : une analyse à travers la problématique de l’accès à l’eau, Développement Durable et Territoires, Dossier 6 : Les territoires de l'eau,

http://developpementdurable.revues.org/document2940.html (visité le 26 novembre 2006).

BONNET P. (2002), Le concept d’accessibilité et d’accès aux soins, Dossier de DEA GEOS, Montpellier, Université Paul Valery, 12 p.

Burkina Faso, Institut National de la Statistique et de la Démographie (1996), Recensement général de la population et de l’habitation. Manuel de l’agent recenseur, Ouagadougou, INSD, 37 p.

Burkina Faso, Institut National de la Statistique et de la Démographie (2007), Résultats préliminaires du Recensement Général de la Population et de l’Habitation de 2006, Ouagadougou, INSD, 51 p.

COALE A.J., DEMENY P. (1966), Regional model life tables and stable populations, Princeton University Press, Princeton, 871 p.

COMPAORÉ G., NEBIÉ O. (2003), « Croissance démographique et espace urbain à Ouagadougou (Burkina Faso) », in Centre de Recherches sur les espaces Tropicaux, Études urbaines à Ouagadougou – Burkina Faso, Bordeaux, CRET, pp. 9-28.

DOS SANTOS S. (2005), Koom la viim : enjeux socio-sanitaires de la quête de l'eau à Ouagadougou (Burkina Faso), Thèse de doctorat en démographie, Université de Montréal, 182 p.

HILGERS M. (2005), Du quartier au secteur, l’évolution des limites urbaines au Burkina Faso, Espaces et sociétés, n° 122, pp. 67-85.

HILL K. (1984), « An evaluation of indirect methods for estimating mortality » ? in J. Vallin, J. Pollard et L. Heligman (éds), Methodologies for the collection and analysis of mortality data, Liège, Ordina Éditions, pp. 145-177.

JAGLIN S. (1995), Gestion urbaine partagée à Ouagadougou, Paris, Karthala et ORSTOM, 652 p.

JAIN A.K. (1985), Determinants of regional variations in infant mortality in rural India, Populations Studies, vol. 39, n° 3, pp. 407-424.

HOWELL D.C. (1998), Méthodes statistiques en sciences humaines, Bruxelles, De Boeck, 821 p.

LUTUTALA M.B. (2003), « Migrations et évolution du réseau urbain en Afrique : de la théorie aux faits », in T. Eggerickx, C. Gourbin, C. Vandeschrick et É. Vilquin (dir.), Populations et défis urbains. Chaire Quételet 1999, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant & L’harmattan, pp. 117-134.

MARIE A. (1989), Politique urbaine : une révolution au service de l’État, Politique Africaine, n° 33, pp. 27-38.

MONTGOMERY M., STREN R., COHEN B. et REED H. (2004), Cities transformed. Demographic change and its implications in the developing world, London, Earthscan, 529 p.

NATIONS UNIES (2005), World Urbanization Prospects, The 2005 Revision Population Database. (http://esa.un.org/unup/, visité le 25/07/2007).

OUATTARA A. (2004), « Les processus d’urbanisation et l’aménagement urbain à Ouagadougou », in C. Hien et M. Compaore (dir.), Histoire de Ouagadougou des origines à nos jours, Ouagadougou, CNRST, pp. 281-311.

PRAT A. (1996), Ouagadougou, capitale sahélienne : croissance urbaine et enjeu foncier, Mappemonde, n° 1, 24 p.

ROOT G. (1999), Disease environments and sub-national patterns of under-five mortality in sub-Saharan Africa, International Journal of Population Geography, vol. 5, n° 2, pp. 117-132.

SASTRY N. (2002), Urbanization, development and under five mortality differentials by place of residence in Sao Paulo, Brazil, 1970-1991, Working paper series, 02-13, Santa Monica, Labor and Population Program, 37 p.

SUBRA K. (1999), Géographie du système de soins à Ouagadougou (Burkina Faso), Mémoire de maîtrise, Université de Paris X- Nanterre, 108 p.

TABUTIN D. (2001), Méthodes d’analyses des données imparfaites et techniques indirectes, Syllabus de cours, Institut de démographie/Université Catholique de Louvain, 235 p.

TERRA DE SOUZA A.C., PETERSON K.E., GARDNER J., VASCONCELOS D., AMARAL M.I. et ASCHERIO A. (1999), Variations in infant mortality rates among municipalities in the state of Ceara, Northeast Brazil : an ecological analysis, International Journal of Epidemiology, vol. 28, n° 2, pp. 267-275.

WORLD HEALTH ORGANIZATION (1985), Primary health care in urban areas ; reaching urban poor of developing countries, report and recommendations made at the 25th session of UNICEF/WHO joint committee on health policy, Geneva, 28-29 January.

Haut de page

Notes

1 En 1932, à cause d’un déficit du budget national ainsi que pour un besoin de main-d’œuvre dans les plantations (café, cacao) en Côte d’Ivoire et pour la mise en valeur du fleuve Niger, le Burkina Faso avait été partagé entre trois pays voisins : la Côte d’Ivoire, le Mali et le Niger [Jaglin, 1995].

2 La taille moyenne d’un secteur était évaluée à 14 712 habitants au recensement de 1985 et à 23 721 habitants au recensement de 1996, avec bien sûr une grande diversité de situations.

3 Quoique les données utilisées ne permettent pas d’évaluer le degré d’hétérogénéité à l’intérieur des secteurs à Ouagadougou, notamment en termes de profil social des habitants, il est évident que ceux-ci n’étaient pas homogènes, ni en 1985, ni en 1996.

4 Alors que nous aurions aimé mesurer les changements dans les caractéristiques communautaires par la variation relative qui est évidemment plus précise que la variation absolue, beaucoup de secteurs ne disposaient d’aucune structure de soins en 1985, ce qui rend impossible le calcul de la variation relative de l’offre de soins. On s’est donc limité à la variation absolue pour l’ensemble des variables explicatives. Le fait que les changements de mortalité et les changements dans les caractéristiques communautaires ne soient pas définis de la même façon n’est pas un problème en soi.

5 En théorie, on peut aussi supposer à l’inverse que des communautés de migrants se forment et que cela facilite la transition vers la vie urbaine des nouveaux migrants. Dans ce cas, plus il y a des migrants dans le quartier, plus la migrante récente peut obtenir de l’aide pour son insertion.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Position géographique et découpage en secteurs de la ville de Ouagadougou
Crédits Fonds de cartes : ONEA, 2006 & BNDT (IGB), 20
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2. Comparaison de la géographie de la mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou entre 1985 et 1996
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3. Évolution de la mortalité 0 – 5ans par secteur de 1986 à 1996
Légende Les différentes droites correspondent à des rythmes de variation (croissance ou déclin) indiqués et le symbole désigne le terme secteur
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 4. Processus de densification des secteurs entre 1985 et 1996 (rapport densité 1996/densité 1985)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3996/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5. Typologie des secteurs selon les changements
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3996/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bassiahi Abdramane Soura, « Disparités spatiales de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou », Espace populations sociétés, 2009/1 | 2009, 159-174.

Référence électronique

Bassiahi Abdramane Soura, « Disparités spatiales de mortalité infanto-juvénile à Ouagadougou », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/1 | 2009, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://eps.revues.org/3996 ; DOI : 10.4000/eps.3996

Haut de page

Auteur

Bassiahi Abdramane Soura

Centre de Recherche en Démographie et Sociétés
Université Catholique de Louvain
1, bte 4 - Place Montesquieu
B. 1348 Louvain-la-Neuve
bassiahi@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org