Navigation – Plan du site
Articles

Des logements à part pour migrants âgés ?

Réflexion sur la mise à l’écart résidentielle des migrants âgés isolés
Lodging Apart from the Other for the Senior Migrants. Study about Residential Cold Shouldered of Senior and Insulated Migrants
Karine Meslin
p. 120-130

Résumés

Cet article porte sur les processus de mise à l’écart résidentielle des migrants âgés qui sont arrivés en France au cours des Trente Glorieuses et n’ont pas de famille en France. Il est tiré de deux études sociologiques. La principale, initiée dans le cadre d’un Programme régional d’insertion des populations immigrées, fut menée dans l’agglomération nantaise en 2006. Elle a consisté à réaliser une série d’entretiens auprès de professionnels en charge de personnes âgées (médecins, assistants de service social, professionnels de l’aide à domicile, etc.) et de migrants de plus de soixante ans. Cette étude a été complétée par le recueil d'entretiens réalisés la même année auprès de migrants âgés de la ville du Mans et du directeur de la Résidence sociale de cette ville.
Ces migrants, lorsqu’ils n’ont pas été rejoints par leur famille, résident le plus souvent dans des foyers de travailleurs. Les logements ont été construits au début des années soixante-dix pour les travailleurs immigrés de passage. Ils étaient donc pensés comme des logements provisoires : ils ne répondent pas aux besoins de personnes installées durablement et moins encore à ceux des personnes âgées. Comment comprendre dans ce cas que des migrants très âgés y résident encore ? A Nantes, sur quatre foyers que compte la ville, deux ont fait l’objet de récentes rénovations pour passer au statut de Résidence sociale. Leur mission d’hébergement provisoire continue de guider les ingénieurs en charge de les penser. Pourtant certaines places sont systématiquement réservées aux migrants âgés. C'est également le cas au sein de la Résidence sociale du Mans. Pourquoi des migrants âgés demeurent-ils comme assignés à résidence dans ces foyers plutôt que d’être orientés vers des structures gérontologiques ou des logements de droit commun ?
Notre article tentera de répondre à ces questions en adoptant une double approche. Nous éclairerons d’abord les résistances dont les migrants âgés résidents des foyers font preuve lorsque leur sont proposés de nouveaux logements. La trajectoire migratoire et la crainte du déracinement seront des éléments de compréhension majeurs. Nous interrogerons ensuite les résistances des structures destinées au logement des personnes âgées, vis-à-vis de la prise en charge de migrants du troisième ou du quatrième âge. Nous verrons alors que le grand âge des hommes concernés ne les préserve pas des préjugés culturalistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Si les foyers s’ouvrent aux travailleurs migrants dans leur ensemble, il n’en demeure pas moins que (...)

1Le contexte politique et social qui a vu naître les premiers foyers de travailleurs immigrés est désormais bien connu [Bernardot, 1999]. La France des années cinquante se caractérise par une industrialisation et une urbanisation importantes et un recours massif aux travailleurs étrangers. En résulte une crise du logement déjà amorcée par la Seconde Guerre mondiale. Les immigrés, dont beaucoup travaillent à la construction et (ou) à la reconstruction du bâti français, sont paradoxalement les premières victimes de cette crise. Logés aux abords des chantiers ou au sein d’hôtels meublés, selon le bon vouloir de leur employeur, ils sont contraints à une grande précarité. Au début des années cinquante cependant, les formes d’habitation auto construite que ce système engendre commencent à déranger. Le paysage urbain et périurbain se dégrade. De plus, en période de forte tension en Algérie, les pouvoirs publics craignent que les bidonvilles ne favorisent les mouvements insurrectionnels en Métropole [Hmed, 2006] Cette double préoccupation contribue au développement de l’habitat social et à la création de la Sonacotra, qui construit et gère les premiers foyers pour travailleurs algériens, puis pour travailleurs étrangers dans leur ensemble1. Ils sont pensés comme des logements provisoires à destination d’hommes seuls, dont le séjour en France est, lui aussi, sensé être provisoire [Sayad, 2006]. Quarante ans plus tard pourtant, la société française découvre que la mission première de ces logements a été détournée et que des hommes ont « vieilli dans les murs » [Gallou, 2005]. Les logements provisoires sont devenus des habitations durables pour certains migrants n’ayant pas réussi ou ayant voulu repartir dans leur pays d’origine. À mesure que les logements se sont dégradés, que l’écart qui les séparait des autres logements sociaux en termes de confort s’est creusé, ces résidents ont vieilli. Ils sont désormais âgés, voire très âgés [Gallou, 2005], et vivent dans des conditions de vie de plus en plus inadaptées à leurs besoins.

  • 2 Les locaux sont anciens et vétustes. Les résidents disposent uniquement de petites chambres et part (...)
  • 3 Les logements des résidences sociales sont destinés à un public plus hétérogène que ne l’étaient le (...)

2La ville de Nantes compte deux foyers de travailleurs et deux autres passés au statut de résidence sociale au cours des années 2007 et 2008. Les foyers sont inscrits au cœur de zones d’habitat social et se présentent sous forme d’immeubles, qui ne se distinguent guère des tours voisines. Seule une petite plaque métallisée à l’entrée précise leur fonction et il est tout à fait possible de vivre dans le quartier sans même soupçonner que ces tours abritent des foyers de travailleurs. Les logements ont été construits de la fin des années soixante au début des années soixante-dix. Certains ont été pensés comme foyers dès leur construction, d’autres ont été construits dans le cadre de la politique du logement social, avant d’être attribués aux travailleurs immigrés. À ce titre, ils ont fait l’objet d’aménagements à moindre frais. Les appartements ont été octroyés à des groupes de migrants composés au gré de leur date d’arrivée ou de leur origine. Les aménagements, déjà sommaires il y a trente ans, paraissent aujourd’hui précaires et inconfortables2. Ils ne répondent pas aux besoins de personnes installées durablement et moins encore à ceux de personnes âgées. Comment comprendre dans ce cas que des migrants retraités arrivés au cours des années soixante-dix y résident encore ? Au regard de l’inconfort de ces foyers, le cadre de vie que proposent les résidences sociales nantaises ou mancelle semble plus agréable. Il offre surtout les moyens d’une intimité qui rompt avec la promiscuité contrainte des foyers. Chaque chambre dispose d’un coin repas et de sanitaires privés. De plus, les vieux migrants sont systématiquement logés au rez-de-chaussée. Malgré la prise en considération dont ils font l’objet, leur présence dans des logements dont le caractère provisoire continue de guider les ingénieurs en charge de les penser3 interroge. Pourquoi ces vieux migrants, dont certains sont âgés de plus de 80 ans en 2006, demeurent-ils comme assignés à résidence dans ces foyers plutôt que d’être orientés vers des logements et (ou) des structures gérontologiques de droit commun ?

3Nous rappellerons d’abord les raisons historiques de cette mise à l’écart résidentielle et le cadre dans lequel s’inscrit notre enquête. Puis, notre article tentera d’analyser la situation de ces vieux résidents des foyers en adoptant une approche bilatérale. Nous éclairerons, dans un premier temps, les réticences des migrants eux-mêmes à l’égard des logements de droit commun ou pour personnes âgées, ainsi que les raisons au principe de leur attachement au foyer de travailleur et à la résidence sociale. Le projet migratoire et la crainte du déracinement seront des éléments de compréhension centrale. Nous montrerons ensuite que leur mise à l’écart résidentielle n’est pas de leur seul ressort. Les responsables des structures destinées au logement des personnes âgées semblent eux aussi frileux à l’égard des migrants âgés auxquels sont associés des fantasmes et des présupposés culturalistes.

Genèse d’une étude

4À l’échelle nationale, il faut attendre les années soixante-dix pour qu’émergent les premières réflexions scientifiques autour de la question des migrants âgés de soixante ans et plus. À cette époque, les rares enquêtes sont statistiques et descriptives. Elles posent un constat plus qu’elles ne l’analysent. Elles mesurent le vieillissement de la population immigrée. Puis, des recherches plus empiriques et analytiques voient le jour au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix [Dubus, Braud, 2001]. Celles-ci contribuent à l’émergence d’une prise de conscience collective et participent au glissement de la question des migrants âgés du champ scientifique vers le champ politique [Zappi, 2004]. À l’évidence toutefois, les migrants n’ont pas attendu ce sursaut pour vieillir et parfois même mourir sur le territoire français. Comment comprendre alors que leur condition de vie en France soit longtemps restée un impensé politique ?

  • 4 La part des étrangers âgés de plus de 60 ans relativement à l’ensemble des étrangers résidant en Fr (...)
  • 5 En 2006, les individus de plus de soixante ans représentent un cinquième de la population française

5La population immigrée est généralement jeune et, si la part des migrants âgés de plus de soixante augmente [Jovelin, 2003]4, elle demeure faible au regard de la composition de la population française dans son ensemble [Laferrère, 2006]5. Outre cette donnée objective, certaines représentations ont contribué à entretenir une forme de cécité collective à l’égard des migrants âgés. D’une part, les immigrés ont longtemps été considérés par l’unique prisme du travail : les modalités de leur existence hors travail n’ont donc été réfléchies que tardivement. D’autre part, leur séjour en France, à l’exception de celui des réfugiés politiques, a été vécu comme temporaire tant par la société française que par les migrants eux-mêmes. Chacun se complaisait à croire qu’il s’achèverait, au plus tard, au moment de la retraite. La réalité ne manque pas de rompre cette illusion collective. Si nous ne disposons pas de chiffres précis sur la proportion d'immigrés repartis dans leur pays d'origine ou restés en France au moment de la retraite, le recensement Insee de 1982 et ceux qui suivent montrent que la part des immigrés de plus de soixante ans se rapproche de plus en plus de la part des personnes de cet âge dans l'ensemble de la population résidant en France. En d'autres termes, la population immigrée vieillit sur le sol français. Les vieux migrants sortent ainsi progressivement de l’ombre et la lumière est faite sur les difficultés qu’ils rencontrent.

  • 6 D’après le recensement de l’Insee, cette population immigrée est globalement plus jeune que le rest (...)

6C’est pour tenter d’identifier avec précision ces difficultés que, dans la région des Pays de la Loire, une étude est commanditée par la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales en 2004. Différents élus et professionnels sont alors réunis dans le cadre d’un Programme régional d’insertion des populations immigrées (PRIPI). Les professionnels des loisirs pour personnes âgées ou de l’aide à domicile notamment constatent qu’ils n’ont aucun contact avec les migrants âgés. Les professionnels de la santé ou du social soulignent pour leur part les difficultés et les formes d’incompréhension qu’ils rencontrent parfois lors de leurs interactions avec ce public. La nécessité de mieux connaître la réalité des migrants âgés pour mieux répondre à leurs besoins s’impose alors. Cette préoccupation peut sembler tardive. Mais elle reflète la situation de l’immigration régionale. En Pays de la Loire, la part des migrants est relativement faible : elle approche les 2 % de la population régionale en 1999 contre 7 % à l’échelle nationale. Elle est également tardive. Le recours aux travailleurs étrangers n’est significatif qu’à partir de la fin des années soixante [Meslin, Beaud et al., 2008 ; Croix, 2007]. Aussi, les différentes préoccupations qui se succèdent nationalement autour des migrants se déclinent-elles régionalement avec un décalage dans le temps. Celle de leur vieillissement ne fait pas exception6. En 1999, on dénombre 7510 immigrés âgés de 65 ans et plus et ceux-ci représentent 12 % de la population immigrée alors que les personnes de 65 ans et plus représentent, à la même date, 17 % de la population régionale [Insee, 2004]. Pour comparaison, à l'échelle nationale, la part des immigrés de cette tranche d'âge atteint 16,5 % de la population immigrée.

  • 7 Quinze professionnels sont rencontrés au cours d’entretiens enregistrés. Certains sont médecins, di (...)

7L’étude commanditée s’intéresse aux migrants âgés de soixante ans et plus, à leur accès aux soins, au logement, aux loisirs, ainsi qu’à la retraite. Elle se propose7 d’éclairer ces questions en interrogeant non pas les migrants âgés eux-mêmes, mais des professionnels de la santé, du social ou encore des loisirs et de l’aide à domicile. Il s’agit de donner sens aux difficultés que ceux-ci énoncent et d’identifier les freins objectifs que les vieux migrants rencontrent dans l’accès aux droits et aux services de droit commun.

  • 8 Dans les foyers de la ville de Nantes, contrairement à ce que M. Bernardot a pu constater ailleurs, (...)
  • 9 À l’occasion d’une étude sur l’histoire de l’immigration en Pays de la Loire, sept migrants logés d (...)

8Cette étude montre, entre autres choses, que les migrants âgés sont inégaux face aux difficultés et que leur situation familiale est particulièrement clivante [Meslin, 2008]. Les vieux migrants qui ont connu des ruptures familiales en France ou qui n’ont pas fait venir leur famille, sans réussir ou souhaiter rentrer définitivement dans leur pays d’origine, semblent les plus mal lotis. Dans la région, ces migrants sont plus souvent originaires des pays du Maghreb que des pays européens, pour lesquels le regroupement familial a été relativement rapide [Croix, 2007]. Ils sont généralement arrivés au cours des années soixante à soixante-dix et partagent, pour la majorité, des origines rurales et populaires. Parmi ces isolés, ceux qui logent en foyers de travailleurs font l’objet de notre intérêt. Nous souhaitons comprendre les raisons qui président à leur maintien dans des logements inadaptés à leurs besoins, alors que dans la région aucune autre personne âgée n’y est logée8. Il ne s’agit pas d’interroger leur absence de retour, le « pourquoi ne sont-ils pas rentré chez eux ? » dénoncé par M. Bernardot (2001), mais bien leur immobilité résidentielle en France. Pour ce faire, l’étude réalisée auprès des professionnels est enrichie d’une série d’entretiens menés auprès de migrants âgés logés en foyers de travailleurs ou en résidence sociale de la région ligérienne9. Il importe en effet de ne pas survaloriser la parole des institutionnels (médecins, travailleurs sociaux…) en réduisant les migrants au silence. Le croisement de leurs discours respectifs autorise la mise en perspective de leur subjectivité et la confrontation de leurs points de vue. Elle permet de ne pas déterminer a priori d’où viennent les freins.

Du discours aux actes

  • 10 Pour exemple, le Haut conseil à l’intégration s’est saisi de cette question et la Caisse nationale (...)
  • 11 Existent aussi trois institutions nommées « logements collectifs ». Nous n’y prêtons pas attention (...)

9Si la prise en considération des vieux migrants par les pouvoirs publics a été tardive, elle semble désormais actée10. Toutefois, les conditions de logement des migrants isolés âgés de plus de soixante ans ne s’en trouvent pas sensiblement modifiées : leur accès au parc privé est compromis par la faiblesse de leurs revenus et les logements sociaux sont souvent trop grands pour leur être accordés. En outre, très rares sont ceux qui accèdent aux logements réservés aux personnes âgées. À Nantes, ces logements sont de différents types. Ils se divisent entre les maisons de retraite et les foyers logements, où les résidents sont plus autonomes et plus libres de leurs mouvements11. Rien qu’au sein de la ville de Nantes, on dénombre trente-cinq maisons de retraite et neuf foyers logements. Les premières sont des établissements associatifs ou gérés par de la fonction publique territoriale ou des établissements inscrits dans les réseaux mutualité. Les seconds sont gérés par le Centre communal d’action sociale (Ccas). Selon les professionnels rencontrés, au moment de l’étude, à l’échelle de la ville, aucun étranger n’était logé en maison de retraite et moins d’une dizaine de migrants, dont deux non européens, bénéficiaient d’une prise en charge en foyer logement. Au Mans, où plusieurs entretiens ont été menés auprès du directeur de la résidence sociale de la ville et de ses résidents, le constat était similaire. Dans l’absolu pourtant, les maisons de retraite pourraient pallier l’absence de famille lorsque les hommes sont trop âgés pour vivre seuls ou que leurs corps sont trop abîmés. Comme R. Kerjosse (2003), C. Delbès et J. Gaymu (2005) montrent effectivement que c’est bien souvent la présence du conjoint et (ou) des enfants qui permet le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les vieux migrants, même les plus usés par leurs années de travail en France, n’ont qu’un accès limité aux maisons de retraite et aux foyers logements.

10Cette mise à l’écart des logements de droit commun se prolonge d’ailleurs sous d’autres formes : les migrants qui résident en foyers de travailleurs sont « invisibilisés » par leur logement et sont oubliés de différents élus et prestataires de service. À Nantes, il faut attendre le lancement de notre étude pour que la direction d’une agence d’aide à domicile et la plus importante association de loisirs pour personnes âgées s’aperçoivent qu’elles ne touchent aucun vieux migrant. Au Mans, il faut une vive réaction du directeur de la résidence sociale pour, qu’à l’approche de Noël, les vieux résidents reçoivent une invitation gratuite au théâtre comme en reçoivent tous les ans l’ensemble des personnes âgées de la commune, y compris celles qui vivent en collectivité.

11Certains migrants rencontrés déplorent cette absence de considération. Nonobstant, lorsqu’ils ont connu une rupture familiale, un divorce en particulier, c’est vers le foyer qu’ils se sont tournés. En outre, lorsque des logements moins insalubres que les leurs leur sont proposés, lorsqu’un soignant ou un assistant de service social les incite à faire des demandes d’intégration en foyer logement, en maison de retraite ou même en appartement individuel, beaucoup refusent. Ils semblent attachés à leur lieu de vie, aussi excluant soit-il par ailleurs. Le parcours de Suleyman, qui a passé trente-sept ans entre le foyer du bâtiment du Mans et la résidence sociale, donne à voir cet attachement. Né dans une famille de paysans en Tunisie au cours des années quarante, Suleyman arrive en France vingt ans plus tard, avec un contrat pour travailler chez un agriculteur où il est tout d’abord logé. Le travail lui plait, mais son isolement lui pèse ; il profite des week-ends pour rejoindre le foyer du bâtiment où résident la majeure partie des étrangers de la ville. Aussi, lorsqu’à la fin de son contrat, son employeur propose de le lui reconduire, il refuse et cherche un emploi dans le domaine du bâtiment pour intégrer le foyer. Quelques années plus tard, il épouse une jeune française avec qui il a un fils qu’ils élèvent en maison individuelle. Mais, le couple divorce, Suleyman perd son emploi et sombre dans l’alcoolisme. Là, il vit dans un petit appartement où il dit avoir « de très beaux meubles » qu’il n’hésite pas à vendre pour revenir s’installer au foyer. Puis, après plusieurs mouvements de grève des résidents, le foyer est finalement promis à la destruction et la ville lance la construction de la résidence sociale. Mais, le nouveau directeur refuse de prendre Suleyman comme résident ; devenu un syndicaliste chevronné peu conciliant, il passe pour un fauteur de troubles. Après avoir refusé de quitter le foyer, Suleyman est finalement contraint de partir et de se tourner à nouveau vers le logement privé. Il continue cependant de venir saluer la secrétaire de la résidence sociale et quelques anciens, jusqu’au jour où on lui apprend qu’un nouveau directeur a pris la succession de l’ancien. Il s’empresse alors de reformuler une demande pour accéder à un logement et intègre la résidence sociale où il vit encore.

Un entre-soi rassurant

12Comment comprendre un tel attachement au foyer ou à la résidence sociale ? Plusieurs explications semblent pouvoir éclairer cette attitude paradoxale des migrants âgés, qui passe parfois pour un entêtement à vivre en aparté, dans des conditions peu adaptées à leur âge.

  • 12 Le nom de ces foyers a désormais changé ; Adoma succède à l’appellation Sonacotra.
  • 13 Ce témoignage corrobore celui d’un migrant logé en résidence sociale qui dit payer 50 euros par moi (...)
  • 14 Ce service est chargé du calcul et du paiement des retraites des personnes ayant travaillé à l’étra (...)
  • 15 Des conventions passées entre la France et certains pays étrangers permettent que les retraites fra (...)

13Le seuil minimum de revenu exigé pour entrer en foyer ou en résidence sociale et le montant des loyers qui y ont cours éclairent ce lien. Selon l’assistante de service social responsable des locataires de deux foyers Sonacotra12 de Nantes, seul un RMI suffit à accéder à ces logements et, en 2006, le loyer s’élevait à trois cents cinquante et un euros, toutes charges comprises. Mais le montant réel payé par les vieux migrants avoisinait les soixante euros, puisque beaucoup touchaient d’importantes aides au logement13. Or, l’argent est une préoccupation centrale pour ces hommes qui en ont peu. Ceux-ci se sont effectivement engagés à soutenir financièrement leur famille lors de leur départ pour la France. Pendant leur période d’activité, cet engagement quoi que coûteux était possible. Lorsque sonne l’arrêt du travail en revanche, il devient plus difficile à tenir. En effet, le montant des retraites de ces migrants est souvent très faible, plus faible encore que celui des ouvriers non immigrés. Le service convention de la CRAM14, en charge du calcul et du paiement des retraites des personnes ayant travaillé à l’étranger, traite généralement les dossiers des migrants. Selon un des responsables nantais, ce service est le plus touché par la question des compléments de retraite qui sont versés lorsque le montant des retraites ne permet pas à leurs bénéficiaires de vivre décemment. La mobilité géographique des migrants, l’absence de prise en compte de leurs années travaillées à l’étranger15, la faiblesse des salaires perçus durant leur vie d’OS, l’invalidité partielle ou totale qui frappe nombre d’entre eux à l’approche de la cinquantaine, les licenciements qui ponctuent leur carrière et diminuent les bénéfices de l’ancienneté sont autant de facteurs qui contribuent à amputer le montant de leurs retraites et à comprendre qu’elles soient parmi les plus faibles. Pour les vieux migrants, l’argent économisé sur le loyer comble donc le manque à gagner de la retraite. Il leur permet de continuer à aider leurs proches [Attias-Donfus, Wolff, Tessier, 2005] et de payer les allers-retours entre la France et leur pays d’origine. Ce faible loyer leur donne ainsi l’occasion de conserver une certaine légitimité dans leur pays d’origine et de justifier, aux yeux de leurs proches et à leurs propres yeux, leur absence de retour au terme de tant d’années passées en France. Omar est d’origine algérienne et rurale. Il est arrivé en France à 17 ans, en 1963. Il a travaillé dans le bâtiment, puis a eu un grave accident du travail à quarante-cinq ans qui l’a laissé très handicapé. Aujourd’hui il perçoit une petite retraite. Mais il rappelle avec fierté que cela ne l’empêche pas de subvenir aux besoins de sa famille en Algérie et qu’il y consacre la moitié de son budget : « Et j’ai toujours donné, j’ai toujours donné, il y avait mon père et ma mère, j’ai toujours soutenu jusqu’à la fin. Ma mère, jusqu’à aujourd’hui elle est avec moi hein ! J’ai toujours soutenu, elle n’a pas de retraite, rien. Sa retraite, c’est moi ». Après avoir entretenu l’illusion du temporaire en empêchant les hommes de s’installer pendant leur activité, le foyer permet d’alimenter l’illusion de la richesse des migrants dans leur pays d’origine lorsque le travail cesse.

  • 16 Dans les foyers de travailleurs de Nantes, les chambres font de 7 à 14 mètres carrés. En résidence (...)
  • 17 D’après les propos entendus, cette impression d’entre-soi perdure en dépit des changements de popul (...)

14Le lien tissé entre ces vieux migrants et le foyer tient à d’autres raisons. Ce lieu, conçu pour éviter l’enracinement, n’a su l’empêcher totalement. Si les migrants n’ont pu y apporter que très peu d’effets personnels, si certains ont même renoncé à personnaliser leur chambre étroite16 et laissent les murs vierges de toute décoration, c’est néanmoins dans ce lieu qu’ils ont leurs principaux repères en France. Certains hommes rencontrés le décrivent comme un lieu d’entre-soi, où les habitants se connaissent et se reconnaissent. C’est le cas de Mohammed, originaire d’une famille rurale de Tunisie, qui réside depuis près de quarante ans dans le foyer devenu résidence sociale : « Depuis que je suis au foyer, j’ai pris l’habitude ici. Moi au foyer, je suis comme chez moi quoi, ça fait 37 ans que je suis là-dedans, je me sens comme chez moi. Je ne veux pas changer maintenant prendre un HLM ou un autre logement, je vais rester ici toujours au foyer. On rencontre des gens ici. Tu prends un HLM, tu descends l’escalier tout seul, tu rentres, tu fermes ta porte. Ici, c’est un collectif tu trouves un peu tout, Tunisiens, Algériens, Français… Tu as toujours des gens autour de toi et oui, (ils sont) presque pareils. ». D’autres, lorsque je leur demande s’ils ne préféreraient pas un logement individuel, s’interrogent sur l’intérêt d’un plus grand logement qui semblerait plus à même de les rappeler à leur solitude. Ainsi en est-il de Burak. Ce réfugié d’origine arménienne est arrivé en France au cours des années soixante-dix et il a presque immédiatement intégré le foyer du Mans. Son parcours migratoire, ses origines arméniennes et plutôt bourgeoises auraient pu contribuer à ce qu’il se sente isolé dans ce foyer où les migrants originaires des zones rurales du Maroc, de Tunisie et d’Algérie sont nombreux et partagent une langue, une histoire migratoire et une religion communes. Nonobstant, sa solitude lui semble moins pesante au sein du foyer qu’ailleurs : « [Un logement] Particulier ? Non, particulier, si ma famille était ici avec moi oui, je ferais des efforts pour acheter pas seulement une maison, mais tous les biens. […]Qu’est ce que je fais si j’occupe deux chambres HLM ? Je vais danser ou quoi ! Ici nous sommes tous ensemble, on discute, rigole, joue aux cartes, aux dominos, regarde la télé, le film aussi. ». Bien sûr, ces discours enjoués dissimulent certaines formes de solitude, qui semblent croître à mesure que la taille des foyers augmente. Ainsi, lors d’une de mes visites dans l’un des foyers de Nantes où le nombre de résidents est bien supérieur à celui de la résidence sociale du Mans, un homme qui avait accepté de me recevoir dans sa chambre s’est finalement effondré avant de s’excuser et de me demander de le laisser seul. Faisant écho à cette tristesse, Suleyman, pourtant très attaché à la résidence du Mans, parle de condition misérable et raconte passer de longs moments seuls : « Quand je ne travaille pas, c’est là où c’est misère, misère, c’est vrai. On s’ennuie. Bon bah qu’est ce que vous voulez, c’est vrai, vous allez vous promener au bord de la rivière, c’est vrai que quelqu’un comme moi je vais jouer à la belote, parce que je connais des endroits où on peut jouer à la belote un peu, mais la plupart moi je suis évadé par exemple dans des endroits un peu campagnards, et je reste seul. ». L’assistante de service sociale qui travaille dans deux foyers nantais rappelle elle aussi que la proximité n’est pas toujours synonyme d’entraide et qu’elle peut même être à l’origine de mésententes et de discordes. Mais à tout prendre, le foyer demeure perçu comme un entre-soi17 rassurant.

15Pour les migrants originaires d’Afrique du Nord qui représentent la part la plus importante des vieux migrants résidents dans les foyers de la région d’étude, le foyer présente un autre atout non moins considérable. Au crépuscule de la vie, il n’est pas rare que ces hommes se tournent vers la religion et, plus largement, vers le groupe communautaire. Après s’être écartés des chemins dictés par l’Islam ou avoir délaissé des coutumes valorisées dans les sociétés d’origine, ils adoptent des « conduites de compensation » [Sayad, 2001]. Ainsi Omar raconte prier cinq fois par jour depuis dix ans et dit à mi-mot qu’étant plus jeune, il a fait la fête, consommé de l’alcool et eu des maîtresses, malgré la présence en Algérie de son épouse avec qui il a eu trois enfants. Il avait alors une pratique religieuse beaucoup moins assidue qu’aujourd’hui. Il dit : « [Je suis] croyant comme tout le monde, comme certains croyants, sans faire de bêtises. [il se reprend] Non, non, [il rit, un peu gêné] quand on est jeune, tout le monde a fait des bêtises, il y en a pas un qui ne fait pas de bêtises ». Le regain de respect pour les traditions et la religion qui accompagne le vieillissement peut être lu comme une façon de se rassurer, de se prouver que la prolongation du séjour en France n’a pas entraîné l’oubli des origines, ni la perte des racines. Or, ces conduites de compensation, dont on comprend l’importance, trouvent les moyens de leur expression au sein du foyer. L’exercice de la prière y est coutumier ; une des résidences sociales visitées est même équipée d’une salle de prières. Le foyer est aussi le lieu idéal pour parler l’arabe et échanger des souvenirs sur le pays d’origine. Ailleurs, les vieux migrants n’auraient pas la possibilité de satisfaire pareillement, sans entraves ou complications, leur retour vers la religion ou le groupe communautaire. Comme conscients de cela, ils attendent généralement d’être dans l’impossibilité de pouvoir se débrouiller seuls pour envisager de quitter le foyer et tenter d’intégrer une maison de retraite ou un foyer logement. Selon l’assistante de service social en charge de deux foyers de travailleurs de Nantes : « Quand la personne commence à y penser, c’est vraiment la personne qui a une telle dépendance qu’elle est refusée en maison de retraite. ». En d’autres termes, l’idée d’entrer en maison de retraite ou en foyer logement se pose tardivement, et bien souvent, à un stade où les migrants sont trop dépendants pour être acceptés. L’hospitalisation est donc l’ultime solution qui se présente à eux.

Stéréotypes et mise à distance

16Les principales résistances à l’intégration des migrants âgés en structure gérontologique émanent donc des vieux migrants eux-mêmes. À force d’exclusion, les résidents des foyers de travailleurs s’auto-excluent des lieux de mixité. Tenus à l’écart tout au long de leur existence, ils refusent désormais de quitter ce qui constitue leur ultime refuge, aussi peu adapté soit-il à leurs besoins physiques. Il semble qu’à cet âge de leur vie, le bien-être moral, la conservation de certains repères affectifs passent avant le confort physique. En cela ils ne se distinguent guère de nombreuses personnes âgées qui peinent à quitter leur domicile pour un lieu propice au vieillissement physique où elles n’ont pas d’attaches et ne se sentent pas chez elles. À leur différence cependant, il semble que les migrants âgés, même lorsqu’ils le souhaitent, peinent à être intégrés dans ces structures gérontologiques. Leur âge avancé n’atténue pas la stigmatisation qui en France pèse sur la figure de « l’Arabe » ou du « Musulman ».

  • 18 Il est notable que si l’étude initiale portait sur les vieux migrants, ce sont surtout les migrants (...)
  • 19 Une assistante de service social raconte que cette anecdote sert désormais d’argument pour repousse (...)

17La nature de notre étude ne permet pas de conclure à l’existence de discriminations à l’encontre des migrants âgés, mais elle laisse entrevoir les présupposés ethnicisants qui concourent à freiner leur acceptation en logement pour personnes âgées, surtout lorsque ces migrants sont identifiés comme « Arabes » et « musulmans »18. L’accueil de rares migrants âgés en foyer logement a marqué les esprits des professionnels rencontrés et permet d’illustrer notre propos. Lors de nos entretiens en effet, plusieurs professionnels se sont saisis d’une même anecdote pour montrer les difficultés que pose l’intégration de ces vieux migrants en logement de droit commun. D’autres, les plus militants, l’ont aussi rapportée mais pour en dénoncer les effets. Cette anecdote concerne un vieil Algérien qui a longtemps vécu seul en France, tandis que sa famille résidait en Algérie. Il y a quelques années, cet homme a obtenu un appartement en foyer logement à Nantes grâce au concours des services sociaux. Une fois installé, il a d’abord fait venir sa femme, puis ses enfants et tous ont emménagé dans son nouveau logement prévu pour une personne seule. Bien qu'anecdotique, cette histoire est perçue comme faisant la preuve de l’inadéquation de ces logements pour les migrants arabes ; elle fait aussi écho aux résistances développées à leur encontre au moment où se construisaient les premiers logements sociaux. De plus, son retentissement local permet d’illustrer la façon dont le cas d’un seul migrant peut être générateur de méfiance à l’égard de l’ensemble des autres migrants19 Une nouvelle fois, « les comportements des immigrés, surtout les comportements déviants, retentissent sur le fait même de l’immigration pour en accentuer la dépréciation, la disqualification, la stigmatisation » [Sayad, 1999]. La maladresse d’un migrant algérien se reporte donc sur la perception de l’ensemble des migrants identifiés comme « arabes » et fait passer leur intégration en logement gérontologique pour problématique. C’est comme si cette anecdote venait confirmer des doutes préexistants quand à la possibilité de les accueillir. Il faut dire qu’en maison de retraite notamment, leur venue entraînerait l’adaptation de certains services tels que le service cantinier par exemple. Cette adaptation se réalise aisément dans les écoles. Mais au sein d’une maison de retraite en région ligérienne, elle ne satisferait qu’un nombre réduit de bénéficiaires et se solderait, en période de ramadan, par un aménagement des horaires des repas et des plannings des employés en ayant la charge. En outre, l’arrivée de Chibanis pourrait surprendre ou déranger les personnes âgées, des femmes pour la plupart, et participer à dégrader l’image de ces institutions. La prise en charge de ces hommes seuls peut donc sembler superflue, coûteuse ou compliquée et freiner, de manière consciente ou non, l’acceptation des migrants par les directeurs soucieux du fonctionnement de leur établissement.

De l’exclusion à l’auto-exclusion

18Dès lors que la présence des migrants vieillissants en foyer de travailleurs passe au rang de question politique, une des questions sous-jacentes qui se pose est celle de leur absence de retour dans leur pays d’origine. Pourtant, ces hommes de plus de soixante ans ont vécu plus de la moitié de leur vie en France, et nous savons désormais que beaucoup ne rentreront pas. Ils souhaitent bénéficier de leurs années de cotisation à la retraite et du système médical français. Outre cela, ils se sentent parfois plus proches de la société française que de leur pays d’origine, même lorsqu’ils y ont femme et enfants. Aussi, le corollaire de leur présence en structure inadaptée à leurs besoins est-il moins leur absence de retour, que leur absence quasi-totale des structures gérontologiques de droit commun.

19Une simple observation des habitants logés en foyer de travailleurs immigrés pourrait laisser croire en leur mise à l’écart forcée et contrainte. La réalité est plus nuancée. Certains préjugés ethnicisants et culturalistes saisis au cours de l’enquête rappellent que le temps où les bailleurs sociaux refusaient de délivrer des appartement aux familles nord-africaines par crainte qu’elles en aient une mauvaise utilisation (on se souvient notamment des craintes des moutons égorgés dans les salles de bain), n’est pas si loin. Les vieux migrants, surtout s’ils sont musulmans, semblent nécessairement suspects. Malgré les nombreuses années qu’ils ont passées en France, leur prétendue « culture » est toujours perçue comme constituant un frein à leur intégration en logement de droit commun et fait toujours l’objet de projections et de préjugés. Aussi, l’échec de l’accueil de l’un d’entre eux vient-il faire la preuve de l’inadéquation de tous les Chibanis aux logements proposés en établissements gérontologiques. Notre étude rappelle cependant que pour comprendre leur absence de ces structures, on ne peut faire l’économie d’une analyse de leurs propres désirs. On perçoit alors qu’aux effets de l’exclusion s’ajoutent ceux de l’auto-exclusion. Longtemps oubliés des pouvoirs publics et écartés des préoccupations politiques, les vieux migrants célibataires en France, ont construit leurs repères au sein des foyers. Dans la région d’étude, ils refusent désormais de les quitter.

20Quelles qu’en soient les raisons, le logement « à part » des migrants âgés appelle une réflexion plus générale : dans une société française largement marquée par l’indistinction au nom des origines, il est surprenant de constater que les vieux migrants continuent d’être logés à part au moment même où l’agencement et la destination des foyers est repensée. Même dans le cas où cette situation ne serait que temporaire et réservée à la seule génération des chibanis venus travailler durant la période des Trente Glorieuses, elle souligne les écarts qui séparent la logique de droit commun énoncée de la réalité.

Haut de page

Bibliographie

ATTIAS-DONFUT C., WOLFF F.-C., TESSIER P. (2005), Les transferts intergénérationnels des migrants âgés, Économie et statistiques, n° 390, pp. 3-23.

ATTIAS-DONFUT C., LAPIERRE N, SEGALEN M. (2002), Le nouvel esprit de la famille, Paris, Odile Jacob.

BERNARDOT M. (2001), Le vieux, le fou et l’Autre, qui habite encore dans les foyers ?, Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n° 1, pp. 161-164.

BERNARDOT M. (1999), Chronique d’une institution, la Sonacotra (1956-1976), Sociétés contemporaines, n° 33-34, pp. 39-58.

BERNARDOT M. (1999), La Sonacotra : 40 ans de politique de logement social, Migrations société, n° 63, pp. 25-40.

BERNARDOT M. (1999), Le vieillissement des migrants dans les foyers, Hommes et migrations, n° 1219, pp. 99-102.

CROIX A. (sous la dir. de) (2007), Nantais venus d’ailleurs, histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

DELBES C., GAYMU J. (2005), Qui vit en institution ?, Gérontologie et société, n° 112, pp. 13-24.

GALLOU R. (2005), Le vieillissement des immigrés en France. Le cas paroxystique des résidants des foyers, Politix, n° 72, pp. 57-77.

GALLOU R. (2005), Les immigrés isolés : la spécificité des résidants en foyer, Retraite et société, n° 44, pp. 106-147.

HMED C. (2006), Tenir ses hommes. La gestion des étrangers « isolés » dans les foyers Sonacotra après la guerre d’Algérie, Politix, n° 76, pp. 11-30.

INSEE (2004), Atlas des populations immigrées en Pays de la Loire, Pays de la Loire, n° 8, (janvier).

JOVELIN E. (2003), Le dilemme des migrants âgés. Entre le désir du retour et la contrainte d'une vie en France, Pensée plurielle, n° 6, pp. 109-117.

KERJOSSE R. (2003), Personnes âgées dépendantes : dénombrement, projection et prise en Charge, Retraite et société, n° 39, pp. 11-35

LAFERRÈRE A. (2006), Vieillesse et logement : désépargne, adaptation de la consommation et rôle des enfants, Retraite et société, n° 47, pp. 65-108.

MAROUFI A. (2002), Vieillesse de l’immigration marocaine à Amsterdam, Migrations santé, Hors série, Paris, Actes du troisième colloque de migration santé France.

NOIRIEL G. (1998), Le creuset français, histoire de l’immigration 19-20ème siècle, Paris, Seuil.

SAYAD A. (1999), La double absence, des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil.

SAYAD A. (2001), La vacance comme pathologie de la condition d’immigré. Le cas de la retraite et de la préretraite, Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n° 1, pp. 11-36.

SAYAD A. (2006), L’immigration ou les paradoxes de l’altérité : l’illusion du provisoire, Raison d’agir, Paris, pp. 81-129.

TEMINE E. (2001), Vieillir en migration, Revue européenne des migrations internationales, vol. 7, n° 1, pp. 37-54.

Haut de page

Notes

1 Si les foyers s’ouvrent aux travailleurs migrants dans leur ensemble, il n’en demeure pas moins que les Algériens et les ressortissants des pays de Maghreb y demeurent surreprésentés.
Voir notamment, Gallou R. (2005), Les immigrés isolés : la spécificité des résidants en foyer, Retraite et société, vol. 1, n° 44, pp. 106-147.

2 Les locaux sont anciens et vétustes. Les résidents disposent uniquement de petites chambres et partagent leur cuisine et leurs sanitaires avec d’autres résidents qu’ils n’ont pas choisis. En outre, les personnes âgées logent parfois à des étages élevés.

3 Les logements des résidences sociales sont destinés à un public plus hétérogène que ne l’étaient les foyers de travailleurs étrangers. Désormais, hommes et femmes peuvent prétendre à ce type de logement, y compris lorsqu’ils ont des enfants. Par contre, le caractère provisoire des logements demeure prégnant. Les résidents ne peuvent en bénéficier qu’une année, renouvelable une fois. Seuls les migrants âgés ne sont pas soumis à cette règle.

4 La part des étrangers âgés de plus de 60 ans relativement à l’ensemble des étrangers résidant en France passe de 11,4 % en 1990 à 16,5% en 1999

5 En 2006, les individus de plus de soixante ans représentent un cinquième de la population française.

6 D’après le recensement de l’Insee, cette population immigrée est globalement plus jeune que le reste de la population ligérienne. Les deux tiers des immigrés ont entre 25 et 65 ans (contre la moitié de la population régionale globale) et moins de 15% d’entre eux ont plus de 65 ans.
Insee, « Atlas des populations immigrées en Pays de la Loire », Pays de la Loire, n° 8, janvier 2004.

7 Quinze professionnels sont rencontrés au cours d’entretiens enregistrés. Certains sont médecins, directeurs de structure d’aide à domicile, assistants sociaux en foyer de travailleurs, infirmiers en centre médicosocial, interprètes en milieu hospitalier, etc.

8 Dans les foyers de la ville de Nantes, contrairement à ce que M. Bernardot a pu constater ailleurs, les seules personnes retraitées présentes sont immigrées. C’est aussi le cas dans la résidence sociale de la ville du Mans, où plusieurs migrants âgés ont été rencontrés.
Bernardot M. (2001), « Le vieux, le fou et l’Autre, qui habite encore dans les foyers ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n  1, pp.161-164.

9 À l’occasion d’une étude sur l’histoire de l’immigration en Pays de la Loire, sept migrants logés dans une résidence sociale de la région ont été entendus au cours de longs entretiens.
Beaud S., Meslin K. et al. (2006), Histoire et mémoires de l’immigration en Pays de la Loire, Rapport de recherche pour la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 120p.

10 Pour exemple, le Haut conseil à l’intégration s’est saisi de cette question et la Caisse nationale d’assurance multiplie les enquêtes sur le thème des migrants vieillissants (2000, 2003, 2005). Avec l’Insee, la Cnav a notamment lancé l’enquête "Seniors immigrés en France", une enquête statistique menée auprès de 6000 migrants âgés pour mieux cerner leur réalité.

11 Existent aussi trois institutions nommées « logements collectifs ». Nous n’y prêtons pas attention ici dans la mesure où le fonctionnement de ces structures repose pour partie sur l’investissement des familles des résidents et que nous nous intéressons principalement aux hommes isolés.

12 Le nom de ces foyers a désormais changé ; Adoma succède à l’appellation Sonacotra.

13 Ce témoignage corrobore celui d’un migrant logé en résidence sociale qui dit payer 50 euros par mois pour son logement.

14 Ce service est chargé du calcul et du paiement des retraites des personnes ayant travaillé à l’étranger.

15 Des conventions passées entre la France et certains pays étrangers permettent que les retraites françaises soient complétées par les droits de retraite acquis dans ces pays. Mais nombre de ces pays ne disposent pas d’un système administratif aussi développé que le système français ou, pour le moins, n’en disposent pas d’aussi longue date. Les jours travaillés n’ont pas toujours été enregistrés ; les retraites sont donc rarement à la hauteur du travail effectué. En outre, quelques États ne relèvent d’aucune convention bilatérale. Et, « quand il n’y a pas de convention, il n’y a rien à faire, nous, on ne tient même pas compte de leur travail là-bas » raconte un cadre de la Cram

16 Dans les foyers de travailleurs de Nantes, les chambres font de 7 à 14 mètres carrés. En résidence sociale, elles sont généralement un peu plus grandes.

17 D’après les propos entendus, cette impression d’entre-soi perdure en dépit des changements de population que connaissent les foyers de travailleurs et que décrit M. Bernardot (op. Cit.).

18 Il est notable que si l’étude initiale portait sur les vieux migrants, ce sont surtout les migrants « hors UE » qui font parler d’eux et qui semblent les plus exclus.

19 Une assistante de service social raconte que cette anecdote sert désormais d’argument pour repousser les candidatures des migrants à l’entrée des logements proposés aux personnes âgées

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Meslin, « Des logements à part pour migrants âgés ? », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 120-130.

Référence électronique

Karine Meslin, « Des logements à part pour migrants âgés ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/3974 ; DOI : 10.4000/eps.3974

Haut de page

Auteur

Karine Meslin

Maison des sciences de l’homme Ange Guépin
5 allée Jacques Berque
BP 12105
44021 Nantes Cedex 1
karine.meslin@univ-nantes.fr
karine.meslin@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org