Navigation – Plan du site
Articles

Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ?

Does the isolated Rural Environment Isolate Old People?
Isabelle Mallon
p. 109-119

Résumés

Le milieu rural isolé, comme les autres espaces ruraux, connaît un renouvellement de sa population : il n’est pas uniquement le conservatoire d’une culture paysanne, vivante encore à travers les pratiques des personnes toujours demeurées sur place, mais un lieu de vie et de retraite pour de nouveaux habitants venus de la ville, ou pour des natifs du coin revenus au pays de leur enfance après leur vie professionnelle. En raison de leurs trajectoires de vie, saisies aussi bien sous leurs dimensions professionnelles, résidentielles que familiales, ces différentes populations n’ont ni le même rapport au pays, ni les mêmes manières d’envisager le vieillissement. Malgré la raréfaction des services et le dépeuplement des villages et des hameaux, l’isolement de ces habitants est relatif, en raison du maintien de mobilités jusqu’à un âge avancé, en rupture avec le raisonnement du sens commun pour lequel l’isolement, géographique ou résidentiel, entraîne l’isolement relationnel, la solitude et un vieillissement accéléré.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brièvement utilisée par l’INSEE, cette catégorie a été remplacée par celle des « autres communes de (...)
  • 2 Le « vieillissement continu de la population rurale » est dû autant à un solde naturel négatif qu’à (...)
  • 3 Cf. encadré méthodologique.

1Les personnes âgées vieillissant à la campagne font souvent l’objet de deux représentations opposées : soit les vieux sont isolés, voire abandonnés, dans un environnement déserté par les services et bientôt vidé de ses habitants ; soit ils sont au contraire pris en compte et entourés, par la vertu d’une solidarité villageoise encore active, et conçue sur le modèle de la communauté (au sens de Tönnies – 1922). Dans ces deux cas, leur vieillissement les fixerait dans les limites de plus en plus étroites du pays, du village, de l’espace domestique. Ces deux prénotions symétriques reposent sur une perception dédoublée de la campagne, à la fois « pays du rien » [Urbain, 2002] valant d’abord par ses paysages, et conservatoire d’une culture paysanne, d’autant plus idéalisée qu’elle est reconstruite [Hervieu, Viard, 1996], où les vieux seraient les derniers représentants et porteurs de cette culture villageoise, faite d’interconnaissance et d’entraide, mais aussi de surveillance. De prime abord, le milieu rural isolé1 semble traduire en catégorie statistique cette représentation sociale. Défini de manière essentiellement négative, puisque ni sous influence urbaine, ni sous influence d’un pôle d’emploi rural, et résiduelle, puisqu’il décrit les « autres communes de l’espace rural », le milieu rural isolé est d’abord caractérisé par ses manques : d’hommes, et d’hommes jeunes, de commerces, de services et donc d’animation. Vieillir dans des hameaux ou des villages dépeuplés, où les services publics sont menacés de disparition, où les commerces peinent à se maintenir, où les professionnels de santé se raréfient, apparaît alors facteur de « risques », dont le mieux identifié est l’isolement, susceptible de mener à la solitude et d’accélérer le vieillissement. De la même manière que dans les banlieues nord-américaines construites au tournant des années 50, « l’enjeu central du vieillissement [en milieu rural isolé] réside ainsi dans la capacité des aînés à se mouvoir, en voiture ou non, sur un territoire marqué par l’éloignement des services, des lieux de loisir et de socialisation » [Lord et al., 2009]. Dans quelle mesure le milieu rural isolé construit-il de manière spécifique la relation entre isolement, géographique et résidentiel, et solitude ? Dans quelle mesure le maintien des mobilités, toujours plus nécessaire dans un milieu où les distances aux services, aux commerces et aux autres hommes – voisins, habitants du village ou du pays, gens de la famille – ne cessent de s’accroître en raison même de sa désertification [Hubert, 2009], se décline-t-il selon les trajectoires des individus, leurs appartenances sociales et leur intégration au milieu local ? Comment les personnes âgées conservent-elle une ouverture au monde ? Pour répondre à ces questions, il faut d’abord rappeler que le milieu rural isolé ne présente pas plus que les autres espaces ruraux une population vieillissante homogène2. Une enquête de type ethnographique, menée entre 2004 et 2007sur deux territoires appartenant au milieu rural isolé, situés l’un en Ardèche, l’autre en Creuse3, a permis de distinguer trois groupes d’habitants âgés : les anciens habitants toujours demeurés sur place, pour la plupart anciens agriculteurs, artisans ou indépendants ; les natifs du pays revenus habiter les lieux de leur enfance, après une carrière qui les en a écartés plus ou moins loin et plus ou moins durablement ; les nouveaux résidents, venus s’installer aux alentours de la retraite, parfois après des années de villégiature estivale. En raison même de leurs différences de trajectoires, ces habitants entretiennent des rapports contrastés au milieu local. L’isolement géographique et résidentiel auquel ils sont confrontés, les mobilités et l’ouverture au monde qui permettent de rompre cet isolement, varient alors en fonction de leurs parcours de vie et de leur inscription dans des groupes sociaux localisés à l’intérieur ou à l’extérieur de ce territoire.

De la soif de solitude au sentiment de l’exil : les variations sociales de la perception de l’isolement

2L’isolement n’est jamais spontanément mentionné par les enquêtés, qui insistent au contraire sur les aménités de leur cadre de vie, au rang desquelles la tranquillité. Variable selon les saisons et les formes de l’habitat (maisons isolées, hameaux ou bourg), l’isolement n’a pas la même signification pour les personnes venues s’installer sur le tard et pour les vieux du coin.

Les variations sociales de l’isolement

  • 4 Seuls 14 des enquêtés sont dans cette situation : le fait de vivre seul est d’ailleurs plus répandu (...)

3Plus encore que l’isolement résidentiel, c’est-à-dire le fait d’habiter seul son logement4, c’est l’isolement géographique, c’est-à-dire le fait de vivre à distance des autres hommes, qui est sensible, et parfois pénible, pour les habitants du rural isolé. Dans les territoires enquêtés, la densité de la population est faible, autour d’une vingtaine d’habitants au km². En Ardèche, le contraste géographique entre le « plateau » et la plaine se traduit aussi démographiquement : une des communes de la montagne ardéchoise compte 2 habitants au km², quand le chef-lieu de canton approche 27 habitants au km². Sur les 34 personnes enquêtées, les 2/3 (20) vivent dans des hameaux, dont les habitants se comptent souvent sur les doigts d’une main. L’impression de vivre à l’écart du monde, dans un endroit un peu « perdu », y est plus vive que chez les habitants des bourgs. « Incontestablement, je considère qu’on est isolé… On est isolé, on est à 500 m d’une autre habitation » (Monsieur Duron, ancien agriculteur, 63 ans, Creuse). En Creuse, le paysage de bocage, dont les haies arrêtent le regard, accentue l’isolement par un sentiment d’enclavement. En Ardèche, ce sont les hameaux de montagne, perchés au bout de routes accidentées, qui éloignent les individus de la vie sociale du bourg, où ils ne descendent pas tous les jours.

  • 5 On y compte ainsi moins de résidences secondaires, et aucun gîte rural [Gucher et al., 2008]. Il fa (...)

4Cet isolement est plus ou moins fort selon les variations saisonnières des sociétés locales - pour reprendre presque mot à mot les termes de M. Mauss (1904-1905). Le passage d’une saison à l’autre transforme en effet la vie sociale, de manière spectaculaire en Ardèche, plus discrète en Creuse. L’hiver favorise l’enfermement, le repli sur le domicile, en particulier pour les personnes âgées, qui ne sont pas toujours tenues de sortir de chez elles au contraire des actifs : « Oui, l’hiver c’est morne, c’est moche. Oui, là on le dit, l’hiver on reste des jours et des jours sans voir personne. On est un peu coupé du monde. C’est pour ça que j’aspirais pour mes vieux jours, qu’on vive ailleurs. Mais je crois que c’est foutu. L’été ça passe, c’est plus vivant… je suis pas solitaire, d’abord, or l’hiver ça fait bizarre des fois quand on voit personne. J’aurais aimé aller vivre dans un bourg où il y a tout, où on va chercher le petit pain le matin, chez les commerçants correspondants, ce qui fait qu’on a tendance à rencontrer certaines personnes, les jours seraient moins longs, j’aime le contact avec les gens » (Monsieur Duron). Il n’est pas rare en Ardèche que les gens des hameaux restent bloqués chez eux, ou dans le bourg, par de fortes chutes de neige. En revanche, l’été fait revivre bourgs et hameaux : les volets des maisons s’ouvrent, les résidents secondaires reviennent, les gîtes ruraux font le plein. En Creuse aussi, même si c’est moins net, le tourisme y étant moins développé5, le retour des beaux jours favorise les sorties, les passages, les visites. « L’été je vois du monde qui passe, je laisse la porte ouverte mais quand j’entends une voiture qui s’arrête je sors dehors ! Et puis je vais à la grille, quand on connaît ça va mais sinon… » (Madame Giraudier, ancienne ouvrière, 92 ans, Creuse). L’été est aussi l’occasion de recevoir la famille, pour des vacances ou sur la route des vacances. Alors que l’hiver leur fait marquer le pas, l’été développe les sociabilités en tous genres (familiales, amicales, touristiques…). L’été est ainsi un temps d’ouverture aux autres, dans les bourgs comme dans les hameaux, où l’écart avec le monde extérieur au pays, se réduit.

5Plus manifeste en hiver, l’isolement est également plus sensible pour les habitants âgés qui vivent seuls. Pour autant, cet isolement est très différemment perçu et vécu selon les modes d’inscription des habitants dans le territoire

De la recherche de la tranquillité à l’affrontement de la solitude : les ambiguïtés des anciens citadins

6Pour les anciens citadins, le choix de la campagne a souvent été radical, leur faisant préférer les hameaux aux bourgs. « Moi je suis pas pour le monde, on est venu en Creuse pour être à peu près tranquille » (Monsieur Dutel, 64 ans, ancien chauffeur routier, Creuse). L’isolement est ainsi revendiqué, la solitude choisie : « Mais ici, il faut avoir le caractère que j’ai, je pense (rires) pour trouver plaisir à habiter seule dans cet endroit. Parce que c’est... tout le monde dit “oh la la qu’est-ce que c’est beau, qu’est-ce que vous êtes bien ici” et puis après les gens me disent “ah ! ah oui ! mais vous êtes toute seule ! Oh” ils disent, “je sais pas si j’y resterais”. (rires) Et moi je ne me trouve pas seule du fait qu’il y a beaucoup de lumières, je vois le village et puis en fait, je pense que c’est mon caractère qui aime bien... qui ne souffre pas de la solitude » (madame Héritier, 84 ans, ancienne responsable d’une association humanitaire). Un certain élitisme est ici perceptible, dans la jouissance esthétique du paysage comme dans le plaisir pris à habiter seul, à rebours de l’expérience, des habitudes, voire des normes d’habiter des gens du pays. C’est un choix ascétique, affirmé comme tel, dans la distinction avec les autres habitants.

7Pour autant, cette solitude revendiquée n’est pas dénuée d’ambiguïtés, même chez les personnes les plus convaincues par leur choix de vie. Même si l’isolement, géographique ou résidentiel, est bien vécu, le dénuement relatif du milieu local, en commerces, en services, en activités de loisirs, culturelles, spirituelles, nourrit un sentiment d’enclavement. Les logiques de proximité commandent les démarches et les activités de la vie quotidienne : l’éventail des choix, qu’il s’agisse des professionnels de santé, des loisirs, des commerces, est ainsi restreint. Alors que « la ville est ce milieu qui, loin de contraindre les individus à s’y adapter, suscite les excentricités » [Grafmeyer, Joseph, 1990, p. 14] et leur ouvre une grande liberté de choix, la pauvreté relative des relations et des services du milieu rural isolé oblige bien souvent les habitants à faire de nécessité vertu. Ainsi, les femmes de milieu populaire qui ont suivi leur mari dans son choix de vie à la retraite laissent transparaître dans leur discours les regrets d’une vie plus animée, voire des pratiques de résistance pour lutter contre la solitude et l’ennui. « Et puis alors, ce qui me manque le plus, parce que j’étais habituée à avoir de tas de magasins autour de moi, c’est le lèche vitrines, alors maintenant je suis dans les magazines, c’est pas pareil » (madame Chapuis, ancienne couturière, 76 ans, Creuse). « Mon mari, il a dit l’autre fois que s’il avait su, il aurait pris une maison en haut d’un chemin de chèvre, parce que je suis toujours partie à discuter avec les gens, des fois on aime bien sa tranquillité, mais il faut bien, faut quand même pas vivre en sauvage » (madame Dutel). Les personnes issues de milieu aisé situent la pauvreté relative du milieu plutôt dans l’ordre des services de santé, de l’offre culturelle ou spirituelle. Ainsi, madame Héritier estime avoir eu une chance « inouïe » de trouver une infirmière compétente pour accompagner la fin de vie de son mari. De même, c’est la Providence, une fois encore, qui lui permet de nourrir sa vie spirituelle : « Et là, on vient de retrouver une religieuse qui est un petit peu à la tête des trois qui sont là, et… j’avoue que… je suis contente, même si je suis pas sûre qu’elle va rester longtemps, ah ! on en a retrouvé une qui est bien, hein ! Qui a plein, plein de connaissances, qui est intelligente. Parce que des fois… ».

8Enfin, le sentiment de solitude, d’un relatif isolement relationnel, est accentué par le clivage entre gens d’ici et gens d’ailleurs. Le réservoir des relations de sociabilité apparaît ici aussi restreint, quand une logique élective et homophile gouverne les relations de proximité. Ainsi les « voisins privilégiés » [Drulhe et al., 2007] peuvent être distants géographiquement : Madeleine Héritier identifie comme ses plus proches voisins des retraités nouvellement installés dans le hameau voisin, distant de 2 km, alors qu’elle n’entretient que des contacts brefs avec l’ancien agriculteur célibataire qui habite à l’année la maison en face de la sienne. Lorsqu’on lui demande si elle se sent isolée, Michèle Chapuis répond en ces termes : « Oui, heureusement on a des amis à La Graule, c’est des anciens Parisiens, c’est peut-être pour ça qu’on a bien sympathisé, on a les mêmes conceptions de la vie, ici, c’est vrai que des fois, on se dit qu’est-ce qu’ils sont un peu pénibles (elle rigole), je sais pas comment dire, c’est un peu la vie à l’ancienne, ils ont moins évolué et ça se sent, qu’est ce que vous voulez, il y en a qui sont jamais partis, même à Guéret, c’est pareil…[…] On a une voisine, elle n’a pas de véhicule, elle n’a pas de téléphone, toujours pas, alors quand elle a besoin de téléphoner, avant il y avait la poste, alors elle allait à la cabine, mais après, quand elle a besoin de téléphoner, elle a un gendre à La Celette… ».

L’isolement collectif des natifs du coin : « on connait plus personne au village »

9Tout autre est l’isolement vécu par les personnes natives du pays. Plus qu’à la pauvreté relative de l’espace, il renvoie à son appauvrissement au fil du temps. Il traduit la désertification, la disparition progressive des services, des commerces, des usines, de l’agriculture et des hommes. L’isolement est donc vécu moins comme un état que comme un processus, dont on note avec fatalisme le déploiement à travers l’ensauvagement du paysage, la réduction des équipements et des services publics, la disparition régulière des voisins, des amis, des parents vivant au pays. « maintenant c’est des buissons, heureusement qu’il y a un petit troupeau de moutons, ça entretient un petit peu. Ici, il y a cinquante ans c’était joli, on voyait pas de genêts, il y avait le blé, c’était propre comme tout » (Robert Brunier, 80 ans, ancien agriculteur, Ardèche) « On avait un de son âge [à son mari], c’était un voisin, il montait toutes les années, il est mort, il est parti, on le voit plus, hein. On en voit un autre qui était, un an de plus, il est plus là, il est dans une maison de retraite » (Paulette Lassagne). C’est ainsi qu’on peut expliquer le décompte rigoureux des voisins par les vieux des hameaux ardéchois, et la très grande attention portée à tous les signes de revitalisation du pays, des maisons rouvertes aux exploitations reprises. Les anciens habitants, et en particulier les célibataires vivant seuls, insistent tous sur la présence des voisins, sur les services rendus, sur l’entraide quotidienne, qu’il s’agisse du transport ou du ravitaillement. Ainsi, monsieur Aymard (ancien agriculteur, 75 ans, Creuse), peut compter sur son aide à domicile, qui est également sa voisine, pour le ravitaillement autant que pour l’entretien de sa maison. La solitude n’est jamais revendiquée comme un mode de vie souhaitable. Même un vieux célibataire comme Maurice Béal, unique occupant de sa maison familiale depuis le décès de son père, il y a plus de 20 ans, se défend ainsi d’être seul : « attendez, je vais vous dire une chose, c’est rare que tantôt le jour je voie personne, tout le temps j’ai du monde. [Tous les jours ?] Ouais, je vois du monde, quand c’est le moment de la chasse, il passe des chasseurs, ils passent par là pour aller chasser, je suis jamais seul, je languis pas » (ancien agriculteur, 70 ans, Ardèche). Les personnes ayant toujours vécu au pays ne se sentent pas isolées à leur domicile, tant leur vieillissement se déroule en continuité avec leur vie antérieure : un grand nombre d’entre elles vivent d’ailleurs en couple, ou avec un membre de leur fratrie, et ont de la famille à proximité, avec laquelle elles entretiennent des liens réguliers.

  • 6 Rôtie de châtaignes.

10Les anciens habitants ont moins le sentiment d’être isolés en tant que personnes qu’en tant que groupe. La détérioration du réseau routier, en particulier des voies secondaires, est vécue comme un abandon des pouvoirs publics, une relégation. En outre, les natifs du pays se font plus rares, au fur et à mesure que le temps passe, au point que « on ne connaît plus personne, au village ! » (Monsieur Labiole, ancien ouvrier agricole, 79 ans, Ardèche). Les transformations progressives de la population locale, la disparition des anciens et l’afflux de personnes venues de la ville, qui « ont fait des carrières », transforment la morphologie sociale du village : les résidences secondaires remplacent les exploitations agricoles. Et les activités changent au club des aînés, le thé dansant et la randonnée ont remplacé la « castagnade »6 et les expositions des métiers d’antan en Ardèche. L’anglais détrône le patois en Creuse. Les agriculteurs ne donnent plus le ton de la vie sociale. Progressivement, le « capital d’autochtonie » [Retière, 2003] détenu par les plus anciens s’étiole, faute de liens sociaux par lesquels se maintenir, et se dévalorise, fragilisant la place de ces derniers, les exilant de leur propre pays.

11Ainsi, les personnes âgées vivent de manière très différente l’isolement selon qu’elles ont toujours vécu au pays ou qu’elles s’y sont installées sur le tard. En outre, cet isolement n’est pas absolu, si on l’envisage comme un état, pas plus qu’il n’est continu ou linéaire, si on le considère comme un processus. L’examen des mobilités des personnes âgées, de leur transformation au fil du vieillissement, nuance cet isolement.

Un isolement relatif : maintien et transformation des mobilités au fil du vieillissement

12L’avancée en âge marquerait, selon la théorie du désengagement social [Cumming, Henry, 1961], un « repli sur soi et sur la sphère privée » [Moutardier, 1990], qui rendrait l’isolement inéluctable. Dans cet ordre d’idées, différentes enquêtes ont établi que l’avancée en âge réduit le nombre de déplacements des individus, ainsi que la fréquence de leurs sorties, en particulier après 75-80 ans [Pochet, 1996 ; Benlarech et al., 2001]. Pour autant, les pratiques de mobilité des personnes âgées vivant en milieu rural isolé apparaissent beaucoup plus variées que leur réduction globale ne le laisse croire. Là encore, les déplacements dépendent des modes d’inscription dans le milieu local, mais également du genre et de l’état de santé. Plus qu’un désengagement social, l’examen de ces pratiques fait apparaître des déprises et des reprises de mobilité, caractéristiques du vieillissement [Caradec, 2004].

Des aires de mobilité variables selon la localisation de l’entourage

13Les aires spatiales dessinées par les mobilités des personnes âgées opposent de manière nette les personnes installées sur le tard aux natifs du pays, les personnes revenues à la retraite se trouvant dans une situation intermédiaire Si presque tous les enquêtés partent en voyage, notamment dans les débuts de la retraite, à l’instar de l’ensemble des retraités [Pochet et Schéou, 2002], cette pratique se différencie fortement selon les trajectoires de vie. Ainsi les anciens agriculteurs, qui n’ont jamais pris de vacances durant leur vie professionnelle [Guillou, 1990], partent presque exclusivement en voyages organisés, de courte durée, en France et en car. Ces voyages sont vite énumérés : le viaduc de Millau, le Verdon, trois jours à Lourdes… ils se comptent sur les doigts d’une main. Les autres enquêtés, s’ils ont parfois recours aux voyages organisés, voyagent aussi par leurs propres moyens, le plus souvent en couple. Le voyage apparaît bien d’ailleurs comme une affaire de couple, soit que le conjoint restreigne ces pratiques, soit qu’il en soit la condition, au point que sa disparition y met parfois un point final [Caradec et al., 2008]. « Nous avons beaucoup voyagé… heureusement que nous en avons profité parce que…. On a fait le Tyrol, les Baléares, l’Écosse, les Canaries ». Mais la mort brutale du mari de Lucienne George (ancienne assistante maternelle, 64 ans, Creuse) a mis fin à son envie de voyager.

14Mais les mobilités des personnes âgées vivant en milieu rural isolé apparaissent surtout étroitement liées à l’entretien des relations de sociabilité, familiales et amicales. L’isolement géographique ou résidentiel n’entraîne pas automatiquement l’isolement relationnel ou la solitude. La migration résidentielle aux alentours de la retraite élargit alors l’aire des déplacements des enquêtés venus s’installer sur le tard : leur entourage familial comme amical est bien plus souvent localisé hors du pays que dans ses limites. L’entretien des liens familiaux ou électifs passe par des séjours réguliers, chez les enfants, les germains, les amis, qui les font sortir du « pays », voire de France : la fille de madame Duroux (ancienne enseignante, 67 ans, Ardèche) habite au Luxembourg, un fils de madame Héritier au Cameroun. Au contraire, l’entourage familial et amical des natifs du pays est localisé dans les environs de leur domicile, ce qui restreint l’aire de leurs déplacements. Même lorsque les enfants ou les petits-enfants ont émigré loin de leur lieu de naissance, ce sont plus souvent eux qui viennent voir leurs parents ou grands-parents que l’inverse. Ainsi, seules de « grandes occasions » font se déplacer les natifs hors du pays : « Il a eu sa thèse le… 13 octobre, on a été voir c’est… [Vous êtes allés où alors ?] À Lyon, à Lyon… à l’amphithéâtre, tout ça, hein. […] oh moi j’ai dit : il faut aller le voir parce que ça nous arrivera plus ça, hein ! » (Paulette Lassagne). Le domicile des aînés devient plus souvent un lieu de retour, aux vacances, pour les enfants et les petits-enfants, qu’il ne constitue pour ceux qui y vivent un point de départ, tant leur vieillissement s’opère dans la continuité d’une vie organisée autour du travail, et fixée dans les limites du pays par les travaux de la ferme.

15En outre, les enquêtés récemment installés dans le pays partent plus souvent avec leurs enfants en vacances, parfois lointaines : « cette année on est parti un mois ensemble, cette année un mois au Portugal, plusieurs fois au bord de la mer, huit jours, cette année en principe je vais retourner au bord de la mer cet été » (monsieur Berget, ancien contremaître, 76 ans, Creuse). Enfin, ces personnes nouvellement arrivées en milieu rural isolé ont bien souvent elles-mêmes fait l’expérience de voyages ou de mobilités professionnelles, parfois lointains, durant leur vie active, en particulier pour les personnes issues de milieu supérieur. Ainsi, Madame Duroux a suivi son mari géologue au Maroc, à Madagascar et au Canada. Monsieur Rajot (100 ans, ancien ingénieur, Creuse) a voyagé en France et en Europe durant sa carrière d’ingénieur. Ces personnes sont donc encouragées, par leur inscription dans un réseau familial et amical localisé hors du pays et par les dispositions constituées durant leur vie, à conserver des mobilités plus lointaines, plus fréquemment et plus longtemps que les personnes sans famille ou dont la famille vit à proximité. Elles utilisent alors des moyens de locomotion plus variés (le train, et l’avion sont cités, ce qui n’est pas le cas chez les anciens agriculteurs). Les gens venus d’ailleurs disposent d’aires de mobilité plus vastes que les natifs demeurés sur place. L’horizon de leur vie est plus ouvert par leurs pratiques vers un ailleurs du pays. Leur installation dans le pays est rarement vue comme définitive : la maladie et le handicap les pousseront peut-être à repartir. En somme, les personnes venues s’installer sur le tard ne cessent jamais d’être des résidents secondaires, puisqu’il existe pour eux des espaces de vie secondaires, d’où ils viennent et repartent, des lieux « qu’on n’habite pas de manière centrale, et qui permettent de rendre acceptable le principal » [Sansot et al., 1978). Leur motilité, c’est-à-dire leur capacité à être mobiles, plus importante et plus diverse que celle des natifs [Kaufmann, 2005], leur permet ainsi d’ouvrir l’éventail des lieux de vieillissement possibles

Des mobilités quotidiennes dépendantes de la situation géographique et du genre

  • 7 D’autres enquêtes ont montré que cette activité est celle à laquelle les personnes âgées renoncent (...)

16Un enjeu fort du vieillissement est la conservation de l’autonomie, en particulier dans les mobilités quotidiennes : avoir des difficultés à marcher est ainsi un indice du vieillissement et de l’entrée dans l’âge de la fragilité7. « Je deviens vieux, je peux plus marcher…. C’est pour ça que je dis un gars comme moi, ce qui m’attend maintenant, du jour où je pourrai plus faire ça…faut que je m’en aille. Mais la maison de retraite ça m’irait pas, mais on peut bien se débarrasser de moi, ça existe maintenant, une piqûre, et puis hop… » (Monsieur Aymard). « Et puis les promenades ! Y avait un groupe. Là, j’en fais plus partie, parce que… je peux plus les suivre. Parce que quand j’avais 70 ans, j’étais jeune et alerte ! Maintenant, bon, ben, j’ai… C’est un peu plus compliqué, je peux pas suivre, surtout que les retraités sont retraités de plus en plus jeunes, donc, tous ceux qui viennent, ils ont 60 ans, et moi, à 80 passés, j’arrive plus à les suivre. Alors on essaie de… de refaire un petit groupe de marche, avec les moins actifs, c’est très difficile » (Madame Héritier). Tous les enquêtés font donc des efforts, à leur mesure, pour continuer à marcher. Promenades d’agrément ou circuits utilitaires, balades en famille ou visites aux amis, activités traditionnelles (chasse, pêche, ramassage de baies ou de champignons), ces excursions pédestres constituent autant une manière d’endiguer l’isolement et le repli sur le domicile, que de retarder le vieillissement. Monsieur Eustache (86 ans, ancien instituteur, Ardèche) fait de sa promenade quotidienne un des éléments de son hygiène de vie. « Parce que chaque jour en principe, lorsque le temps le permet, je vais faire une marche à pied. Je fais un ou deux km, parfois trois. Et bon, il le faut. Mais alors là, quand je vais, comme ça, faire le tour jusque-là, un peu plus loin, je prends ma canne. Ça, j’en aurais pas besoin, mais ça me donne de l’assurance ». Si les promenades, dans leur forme et dans le sens qu’elles prennent pour les individus, sont très largement fonction de l’âge et des trajectoires de vie, les déplacements pédestres liés aux nécessités de la vie quotidienne dépendent fortement de la localisation résidentielle. Ainsi, vivre dans un bourg, ou à proximité de commerces et de services, favorise les occasions de sortir et de marcher. En revanche, vivre à l’écart, dans un hameau ou une maison isolée, réduit ces occasions de sorties à pied. Cette situation résidentielle oblige au contraire à utiliser la voiture. Des différences marquées apparaissent alors dans la conduite automobile entre gens d’ici et gens d’ailleurs, d’une part, et entre hommes et femmes d’autre part, ces deux dimensions étant étroitement imbriquées.

17La conduite automobile s’est lentement démocratisée, l’automobile se diffusant de manière massive dans les années 50 et 60 [Madre et Gallez, 1993] et féminisée, les femmes accédant en nombre au volant au début des années 70 [Pochet, 1997]. Nos enquêtés font partie de ces générations ayant tardivement découvert la voiture : sur les 16 femmes de l’échantillon, 8 ne possèdent ni voiture, ni permis de conduire. Les femmes d’anciens agriculteurs ou d’ouvriers sont alors dépendantes de leur entourage, et d’abord de leur mari et de son état de santé, pour sortir loin de chez elles. Paulette Lassagne, titulaire du code, n’a jamais passé l’examen de conduite : « Et moi j’ai pas mon permis, c’est la ruine d’une femme, ça ! […] Ah ben vous savez, l’hiver, les routes sont pas bonnes alors, maintenant il a des difficultés pour conduire, moi, j’ai pas mon permis, alors on reste là quoi ». Certaines d’entre elles desserrent cette contrainte conjugale par l’utilisation de voitures sans permis : c’est le cas de madame Chapuis, qui a acheté une « trottinette » : « [Votre mari il conduit plus ?] Si, il a sa voiture, mais quand il est coincé, moi ça me coince, c’est la première chose que j’ai dit en venant ici, moi il me faut un véhicule…c’est la première chose que j’ai dit, je peux pas vivre ici, ici il y a des tas de femmes qui n’ont pas de permis, mais elles sont coincées, c’est le mari qui les emmène, je peux aller au marché, chez le coiffeur… ». Ces voiturettes permettent de regagner de l’autonomie, mais elles limitent le rayon d’action aux bourgades les plus proches. En revanche, les enquêtées appartenant aux catégories aisées ont le permis et continuent à conduire, même à des âges élevés.

18La conduite automobile soutient de manière forte l’identité masculine : tous les hommes enquêtés ont rappelé la date d’obtention de leur permis de conduire, quand aucune femme ne l’a fait. Parmi les plus anciens, le permis de conduire constitue ainsi un brevet de virilité. La déprise de la conduite automobile est alors très progressive : la voiture et le permis sont conservés au moins comme supports à un possible (et parfois imaginaire) retour à la conduite. « J’ai un permis que j’ai eu en 1930, il a 75 ans, je sais pas s’il y a beaucoup de permis qui ont 75 ans, je ne m’en sers plus, mais je l’ai toujours, je sais pas s’il y a beaucoup de permis qui ont 75 ans, parce que déjà, il y a pas beaucoup de gens qui passaient leur permis en 1930…ça va faire même 76 ans » (Monsieur Rajot). En revanche, un accès tardif à la conduite, comme chez les anciens agriculteurs, semble faciliter cette déprise. Monsieur Aymard n’a ainsi gardé sa voiture qu’une dizaine d’années : « je l’ai abandonnée, il y a 26 ans, je sortais jamais, jamais, jamais, si quand j’avais une voiture peut-être un peu, quand j’étais jeune, j’allais voir les filles, ma voiture, je l’ai pas gardée longtemps, 68 ou 69 par là, et puis disons en 79, j’en ai jamais rachetée ».

Vieillir : entre déprises et reprise des mobilités

  • 8 Lord et Luxembourg (2006) font les mêmes constats pour les banlieusards.
  • 9 Dégénerescence maculaire liée à l’âge.

19Avec l’avancée en âge, la conduite devient plus difficile, mais la progressivité de la démotorisation [Drulhe, Pervanchon, 2002] indique à quel point la conduite est constitutive de l’indépendance des personnes, et un indice de leur relative jeunesse. Ne pas s’arrêter de conduire ou recommencer à le faire lorsqu’on a été obligé de s’interrompre, c’est démontrer qu’on est encore un adulte à part entière, capable de se conduire et indépendant des autres, quelle que soit leur sollicitude. Progressivement en effet, les personnes âgées ne conduisent plus que de jour, sur des distances de plus en plus faibles, sur des parcours de mieux en mieux connus, et à des occasions de plus en plus rares8. « Faut pas que j’aille trop loin, parce que je peine à conduire maintenant, d’abord la vue… et puis bon, il me faut des lunettes…. Je vais pas loin, Aigurande, Guéret, La Châtre, Bonnat…. » (Monsieur Touvier, 63 ans, ancien agriculteur, Creuse). « Par exemple, le soir maintenant, j’évite d’aller à des réunions le soir. Ça, ça me coûte. Parce que faire cette route, la nuit, maintenant j’appréhende parce qu’il y a eu de temps en temps ou des gros cailloux ou des branches et je me dis que si je me trouve toute seule, le soir... bon. C’est peut-être pas très sérieux. Et mes enfants m’ont conseillé aussi de ne pas sortir... de revenir à la nuit, je sais très bien que revenir de nuit, je souffre à cause de mes yeux et les phares m’éblouissent et.... j’essaie de ne pas chercher (insistant) les ennuis » (Madame Heidsieck). Les accommodations et la prise de risques consenties à la vieillesse, lorsque l’âge devient une épreuve, sont particulièrement nettes en ce qui concerne la conduite. La très fine connaissance du pays et du paysage, l’habitude des routes et de la conduite, l’absence également de circulation dense, spécifique au milieu rural isolé, pallient partiellement les difficultés physiques croissantes et réduisent les risques. On espère y arriver, que « ça passe ». « Je peux conduire sans difficultés, pour conduire on est assis, quand on est assis je fatigue pas, j’ai fait deux millions de kilomètres, j’ai conduit pendant 70 ans, j’ai peut-être moins de réflexes, mais je conduis mieux, je suis beaucoup plus prudent, je conduis doucement, j’ai conduit pour mon métier sans arrêt. Je n’ai pas besoin de lunettes pour conduire, quand j’ai une voiture devant moi, j’ai pas besoin de voir son numéro quand même, quand je vois une voiture devant moi, ça suffit, j’ai pas besoin de voir plus » (Monsieur Rajot). Bien souvent, c’est l’entourage qui signale aux personnes âgées le danger qu’elles leur semblent constituer, pour les autres et pour elles-mêmes. « Mais, maintenant, la voiture, je n’ai plus le droit d’aller… L’an passé, voyez, l’an passé, je suis allé 4 fois jusqu’à Lalevade. Y a 14 km. [en souriant] Ah non, non. Mais ils ont raison, hein ! Ils ont raison. [Qu’est-ce qui vous empêche ?] C’est ma fille, surtout. Mais mon gendre aussi, bien sûr. Mais enfin, ça, ça, ils ont raison. Je vous l’ai peut-être dit, aussi, j’ai la macula sèche9. Vous connaissez ça ? Y a des choses que je ne peux plus faire, et qui me sont interdites. [Bon. Clinique, ophtalmo, euh, etc., c’est ma fille qui me mène » (Monsieur Eustache). Les personnes installées sur le tard sont en revanche encouragées, ou moins facilement découragées, à conserver des mobilités autonomes de proximité, par l’absence même de leur famille sur place, la vigilance de leur entourage ne s’exerçant que par intermittence, à l’occasion de séjours chez les uns ou les autres.

  • 10 En raison d’une solidarité familiale pensée par les anciens agriculteurs fonctionnant en « famille- (...)
  • 11 La vigilance des pouvoirs publics à l’égard de l’isolement des personnes âgées, outre les services (...)

20Pour autant, la démotorisation n’implique pas l’arrêt de toute mobilité en voiture : les personnes n’ayant jamais eu de permis comme les enquêtés ayant conduit par leurs propres moyens mentionnent tous qui des amis, qui des voisins, qui des enfants, pour les emmener chez le docteur, au marché ou prendre le bus à la ville la plus proche. La limitation des mobilités tient alors autant à la dépendance des autres pour se déplacer qu’à l’arrêt personnel de la conduite. Elle est très étroitement dépendante de la conservation d’un réseau social de proches, géographiques, amicaux ou familiaux. De ce point de vue, les personnes natives, dont les parentèles sont proches géographiquement, et facilement mobilisables10 sont dans une meilleure posture pour affronter les limitations de la mobilité liées au vieillissement. Même en dehors de tout lien familial, les anciens agriculteurs célibataires ne se sentent pas limités dans leur vie quotidienne par des mobilités qui ont été faibles tout au long d’une vie cantonnée dans les limites d’un territoire étroit. Maurice Béal le dit, « ici, on traite bien encore le village », et il peut compter sur ses voisins pour l’emmener au bourg. Et Madame Héritier, venue s’installer sur le tard dans un hameau où ne vivent plus à l’année que deux habitants, commente ainsi la différence entre sa situation et celle d’une autre vieille femme : « elle, oh, c’est pire que moi, parce qu’elle est toute seule dans son Villaret, elle ne conduit pas, elle n’a que ses jambes ou des amis pour la bouger. Mais enfin, elle est du pays, elle est hébergée, tout le monde la connaît, quoi ! ». Les mobilités sont ainsi maintenues, jusqu’à des âges très avancés, grâce à l’entourage familial et au voisinage. En revanche, certains services, initiés par des municipalités, comme le transport à la demande, ont fermé, faute de clients. Les personnes âgées préfèrent « s’arranger », avec le facteur, qui monte le pain, les voisins, les enfants ou petits-enfants, les amis (pour les personnes installées sur le tard), plutôt que de recourir à un service payant et formel11. Et l’ouverture au monde passe aussi par la réception des visites au domicile : le grand âge constitue en effet le moment où sont tirés les profits des investissements antérieurs [Clément, Mantovani, 1999]. Ainsi madame Bardin, ancienne contremaîtresse, est à 96 ans difficilement mobile : vivant en maison de retraite, elle se déplace avec un déambulateur. Pour autant, elle conserve une grande curiosité pour le monde, alimentée par les sorties que ses enfants lui proposent et par les nombreuses visites que lui rendent sa famille, ses amis, les personnes qu’elle a côtoyées au club du 3ème âge qu’elle a fondé en Ardèche et les enfants de ceux qu’elle a soutenus, lorsqu’elle a mis en place un service d’aide à domicile sur le territoire. La réduction, même forte, des mobilités n’implique pas mécaniquement isolement ou solitude.

21Le milieu rural isolé n’isole pas les habitants qui y vieillissent. Certes, les territoires enquêtés sont enclavés, d’une faible densité de population, et les mobilités deviennent plus difficiles avec l’avancée en âge, quand progresse la démotorisation. Certes, les enquêtés se sentent parfois isolés, à l’écart du monde et en particulier du monde moderne. Pour autant, cet isolement reçoit des acceptions différentes selon les trajectoires de vie des individus, tant dans l’ordre résidentiel, géographique que relationnel. S’il renvoie pour les personnes installées sur le tard au dénuement relatif du pays en services et en commerces, mais également en relations et en occasions de sociabilité, il est plutôt vécu par les gens du coin comme un processus de relégation, liée autant à un défaut d’entretien des accès routiers et des paysages qu’au renouvellement de la population sur le territoire, qui les dépossède de la maîtrise de la vie sociale locale. L’isolement ne se déduit donc pas mécaniquement des situations résidentielles ou géographiques des individus âgés et il n’accompagne pas le vieillissement de manière linéaire, comme avaient déjà pu le montrer des recherches réalisées dans d’autres contextes [Argoud et al., 2004 ; Pitaud, 2004]. Au contraire, le maintien des mobilités jusqu’à des âges avancés est un indice du maintien de l’autonomie et de l’insertion sociale des aînés du milieu rural isolé. Là encore, le contraste est fort entre les vieux du coin, dont la déprise des mobilités personnelles est compensée par le recours à l’entourage familial et au voisinage, qui permettent des reprises de mobilité, et les personnes installées autour de la retraite, qui maintiennent plus longtemps des pratiques de mobilité autonomes, plus diversifiées et plus lointaines, en raison de leur inscription sociale dans des groupes localisés à l’extérieur du « pays ».

Haut de page

Bibliographie

ARGOUD D., LE BORGNE-UGUEN F., MANTOVANI J., PENNEC S., PITAUD P. (2004), Prévenir l’isolement des personnes âgées. Voisiner au grand âge, Paris, Dunod.

BENLARECH N., LE RUYET A., LIVEBARDON C. (2001), La mobilité des personnes âgées. Analyse des enquêtes ménages déplacements, Lyon, Rapport d’étude du CERTU.

BONVALET C. (2003), « La famille-entourage locale », Population, vol. 58, n° 1.

CARADEC V. (2004), Vieillir après la retraite, Paris, PUF.

CARADEC V., PETITE S., VANNIENWENHOVE T. (2007), Quand les retraités partent en vacances, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

CHALEIX M. (2001), 7,4 millions de personnes vivent seules en 1999, Insee Première, n° 788.

CLÉMENT S., MANTOVANI J. (1999), Les déprises en fin de parcours de vie, Gérontologie et société, n° 90.

CUMMING E., HENRY W. (1961), Growing Old. The Process of Disengagement, New York, Basic Books.

DÉTANG-DESSENDRE C., PIGUET V. (2003), Les ruraux en 1999 : qui sont-ils et d’où viennent-ils ? », Inra Sciences sociales, n° 1-2.

DRULHE M., PERVANCHON M. (2002), Vieillir et conduire, usages et représentations, Rapport final de recherche pour la fondation MAIF, CERS

DRULHE M., CLÉMENT S., MANTOVANI J., MEMBRADO M. (2007), L’expérience du voisinage : propriétés générales et spécificités au cours de la vieillesse, Cahiers internationaux de sociologie, n° 123.

GUCHER C., MALLON I., ROUSSEL V. (2008), Vieillir en milieu rural : chance ou risque accru de vulnérabilité ?, Rapport pour le GIS Institut de la Longévité.

GUILLOU A. (1990), « Les vacances des agriculteurs », in B. Ouvry-Vial, R. Louis, J.-B. Pouy, Les vacances, Autrement, n° 111.

HERVIEU B., VIARD J. (1996), Au bonheur des campagnes, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube.

HUBERT J.-P. (2009), Dans les grandes agglomérations, la mobilité quotidienne des habitants diminue, elle augmente ailleurs, Insee Première, n° 1252.

KAUFMANN V. (2005), Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ?, Cahiers internationaux de sociologie, n° 118.

LENOIR R. (1979), L’invention du “troisième âge” et la constitution du champ des agents de la vieillesse, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27.

LORD S., JOERIN F., THÉRIAULT M. (2009), Évolution des pratiques de mobilité dans la vieillesse : un suivi longitudinal auprès d’un groupe de banlieusards âgés, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 444, mis en ligne le 23 mars 2009, http : //www.cybergeo.eu/index22090.html.

LORD S., LUXEMBOURG N. (2006), The mobility of elderly residents living in suburban and periurban teritories : A comparison of residential aspirations and practices in Canada and France, Journal of Housing for the Elderly, vol. 20, n° 4.

MADRE J.-L., GALLEZ C. (1993), Équipements automobiles des ménages et cycles de vie, Sociétés contemporaines, n° 14-15.

MALLON I. (2004), Vivre en maison de retraite, Rennes, PUR.

MAUSS M. (1904-1905), Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Étude de morphologie sociale, L’année sociologique, tome IX.

MOUTARDIER M. (1990), Vieillir : le repli sur soi et sur la sphère privée, Données sociales.

PITAUD P. (dir.), Solitude et isolement des personnes âgées : l’environnement solidaire, Ramonville-Saint Agne, Erès.

POCHET P. (1996), La mobilité quotidienne des personnes âgées, Gérontologie et société, n° 76.

POCHET P. (1997), Les personnes âgées, Paris, La Découverte.

POCHET P., SCHÉOU B. (2002), Le tourisme à l’âge de la retraite, Paris, La documentation française.

RETIÈRE J.-N. (2003), Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire, Politix, vol. 16, n° 63.

SANSOT P., STROHL H., TORGUE H., VERDILLON C. (1978), L’espace et son double : de la résidence secondaire aux autres formes secondaires de la vie sociale, Paris, Le Champ urbain.

SENCÉBÉ Y., LEPICIER D. (2007), Migrations résidentielles de l’urbain vers le rural en France : différenciation sociale des profils et ségrégation spatiale, EspacesTemps.net, Textuel, 10.05.2007, http : //espacestemps.net/document2270.html.

TÖNNIES F. (1922), Communauté et société. Catégories fondamentales de la sociologie pure. Introduction et traduction de J. Leif, (Gemeinschaft und Gesellschaft), Paris, PUF, 1977.

URBAIN J.-D. (2002), Paradis verts, Paris, Payot.

YERPEZ J. (1998), La ville des vieux, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube.

Haut de page

Annexe

Annexe méthodologique

L’enquête financée par le GIS « Institut de la longévité » a porté sur les différentes formes du vieillissement en milieu rural. La principale hypothèse de la recherche consistait à identifier une spécificité éventuelle du vieillir dans le milieu rural isolé. Il s’agissait de repérer les effets sur les conceptions du vieillissement, les pratiques quotidiennes de la vie après la retraite et le cours du vieillir, d’un milieu particulier, le rural isolé.

Les investigations empiriques ont articulé trois types de production des données :

1 - une enquête par questionnaire auprès d’anciens agriculteurs exploitants affiliés à un syndicat (FDSEA ou ARDREA) : 441 questionnaires ont été saisis et analysés et, confirmant pour une large part la stabilité d’une « culture paysanne » propre à définir un vieillissement spécifique, tant dans ses représentations (un vieillissement longévité, une étape naturelle de la vie) que dans les pratiques de retraite (en continuité forte avec la vie professionnelle antérieure, par l’affirmation de solidarités importantes, matérielles en particulier, avec les autres générations, dans ou hors de la famille).

2 - deux enquêtes monographiques, l’une en Creuse, dans la communauté de communes de Marche-Avenir, l’autre en Ardèche, dans le canton de Montpezat-sur-Bauzon, cherchant à identifier les logiques de fonctionnement de ces deux territoires, et la place qui y est réservée aux « vieux » : tant par les services proposés (services communs et services spécifiques aux personnes âgées) que par la place qui leur est laissée dans l’animation de la vie locale, tant politique que sociale. Cette phase ethnographique a permis de choisir les enquêtés, en s’adressant aux mairies, aux associations locales (clubs d’aînés, associations d’aide à domicile), par des rencontres directes dans les espaces publics des villages, et par la lecture des journaux municipaux, avec des critères de diversification de l’habitat (bourg, hameau, maisons isolées), de genre et de milieu social.

3 - Trois séries d’entretiens approfondis sur les deux territoires précédemment cités auprès de 34 hommes et femmes âgés de plus de 60 ans, ayant toujours vécu au pays pour les uns (23), s’étant réinstallés au moment de la retraite après avoir fait carrière ailleurs pour les autres (4), ou s’étant installés sur le tard de leur vie dans le pays pour les derniers (7). Les entretiens ont été répétés à 9 mois d’intervalle afin de saisir dans le processus même du vieillissement les éléments d’évolution et de stabilité de la vie quotidienne, et l’appréhension de la vieillesse au fur et à mesure de l’écoulement du temps. En raison des aléas de santé, mais également des modes d’investigation, puisque les entretiens des couples et des fratries ont été enregistrés à plusieurs voix, le corpus d’entretiens est constitué de 63 discours.

Haut de page

Notes

1 Brièvement utilisée par l’INSEE, cette catégorie a été remplacée par celle des « autres communes de l’espace rural », c’est-à-dire ne se situant sous l’influence ni d’un pôle urbain, ni d’un pôle d’emploi de l’espace rural.

2 Le « vieillissement continu de la population rurale » est dû autant à un solde naturel négatif qu’à un solde migratoire positif, lié à l’installation de citadins aux alentours de leur retraite [Détang-Dessendre, Piguet, 2003]. En outre, si les retraités « migrent en priorité vers le rural sous influence urbaine, ils choisissent plus que toutes les autres classes d’âge l’autre rural » [Sencébé, Lepicier, 2007].

3 Cf. encadré méthodologique.

4 Seuls 14 des enquêtés sont dans cette situation : le fait de vivre seul est d’ailleurs plus répandu en milieu urbain qu’en milieu rural [Chaleix, 2001].

5 On y compte ainsi moins de résidences secondaires, et aucun gîte rural [Gucher et al., 2008]. Il faut d’ailleurs nuancer : le canton ardéchois enquêté ne fait pas partie des plus touristiques ; même en été, le climat y est montagnard, et il reste à l’écart des foules que peuvent drainer Vallon-Pont-d’Arc, ou Voguë.

6 Rôtie de châtaignes.

7 D’autres enquêtes ont montré que cette activité est celle à laquelle les personnes âgées renoncent le plus tardivement, lorsqu’elles sont très limitées par des handicaps physiques [Mallon, 2004 ; Yerpez, 1998].

8 Lord et Luxembourg (2006) font les mêmes constats pour les banlieusards.

9 Dégénerescence maculaire liée à l’âge.

10 En raison d’une solidarité familiale pensée par les anciens agriculteurs fonctionnant en « famille-entourage locale » [Bonvalet, 2003] comme naturelle, reposant sur le devoir, la tradition, ou comme le juste retour d’un travail d’éducation. L’indépendance entre les générations [Lenoir, 1979] ne forme pas la norme essentielle des relations familiales.

11 La vigilance des pouvoirs publics à l’égard de l’isolement des personnes âgées, outre les services classiques d’aide à domicile et de portage de repas, peut alors s’exprimer comme en Ardèche par exemple, par le financement d’un poste d’agent municipal dédié à « faire du lien » : rendre visite aux personnes isolées, rentrer du bois, déneiger, ou apporter des médicaments, si nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Mallon, « Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ? », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 109-119.

Référence électronique

Isabelle Mallon, « Le milieu rural isolé isole-t-il les personnes âgées ? », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3967 ; DOI : 10.4000/eps.3967

Haut de page

Auteur

Isabelle Mallon

Faculté d'Anthropologie et de Sociologie
5 avenue Pierre-Mendès-France
69676 Bron Cedex
Isabelle.Mallon@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org