Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'articles

Comptes-rendus d’articles

Articles Review
p. 145-151

Plan

Haut de page

Texte intégral

Jeanne-Marie Amat-Roze : La santé en Afrique subsaharienne entre avancées, recul, renouveau, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2010 (mars), 87ème année, n° 1, pp. 105-118

1Les pays qui formaient le Tiers monde en 1950 partageaient les mêmes ordres de grandeur des valeurs des indicateurs sanitaires. Un demi-siècle plus tard, cet ensemble porte les plus forts contrastes du monde. L’Afrique subsaharienne n’a pu suivre les rythmes d’évolution observés en Asie ou en Amérique. Ses progrès ont été plus lents et plus irréguliers. Durant les décennies 1980 et 1990, des blocages, voire des marches arrière, traduction d’un complexe de crises traversées par les États, ont cassé la dynamique observée quelques années plus tôt. Néanmoins, à l’aube du 21ème siècle paraît s’enclencher une inversion de tendance née du sursaut des engagements pour la santé, portée par des conditions de partenaires engagés dans les Alliances mondiales.

Monique Bertrand : De l’accès au logement à la relation domicile-travail : enjeux sociaux et spatiaux des mobilités dans la région du Grand Accra (Ghana), Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 87-106

2Dans la capitale ghanéenne, la relation logement-travail traduit l’impact de l’emploi informel et des petits logements : un tiers des navettes quotidiennes observées en 2000-2001 se font exclusivement à pied. Dans un contexte d’étalement urbain marqué, cette vulnérabilité économique n’est pourtant réductible à l’opposition des espaces centraux et périphériques, elle est plurielle jusque dans les quartiers déshérités. Les discriminations des parcours résidentiels et de la mobilité urbaine révèlent aussi des formes de résistance au confinement territorial et à l’éloignement des ressources métropolitaines. La question du transport incite à ne pas négliger les cas de ceux qui travaillent sans se déplacer dans le Grand Accra, de ceux qui travaillent en ambulants, et de ceux qui se déplacent selon d’autres fréquences que quotidiennes.

Florence Boyer : Croissance urbaine, statut migratoire et choix résidentiels des Ouagalais. Vers une insertion urbaine ségrégée, Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 47-64

3Dans les villes africaines qui connaissent une croissance démographique forte, l’accès à un logement décent pour les populations les plus pauvres est un enjeu majeur. La distinction entre habitat illégal et légal n’est pas suffisante pour comprendre les logiques de l’exclusion et de la différenciation socio-spatiales. Les situations résidentielles et le statut migratoire des individus dessinent des contrastes dans l’agglomération au fil de son expansion. Plusieurs différences apparaissent, suivant quatre variables examinées, dans la composition de la ville, l’origine géographique des titulaires des logements, le mode d’occupation et la composition sociale de ces logements. Ouagadougou ne se construit pas dans une logique binaire, mais dans l’hétérogénéité des positions résidentielles de ses habitants.

Zoubir Chattou, Patrick Gonin, Marie-Antoinette Hily : Rôle et place des migrants dans l’espace public à Agouraï, Norois, 2010.1, n° 214, pp. 41-53

4Agouraï, petite ville marocaine, située au sud de Meknès et au pied de l’Atlas, pourrait être perçue comme un « non-lieu » de la migration internationale. Mais cette vision ne correspond pas à la réalité locale. Cet article montre le rôle et la place que prennent les migrants dans l’histoire de cette commune (10 000 habitants). Les récits dont ils font l’objet à propos de la question du développement, telle que les pouvoirs publics l’envisagent, permettent de comprendre les enjeux des rapports migrants/non migrants. Objets de méfiance, de désintérêt, de jalousie mais aussi de sollicitations, les migrants sont aussi révélateurs des dynamiques sociales que connaît le Maroc aujourd’hui, notamment dans la région d’Agouraï concernée par différents projets de développements locaux.

Claire Cossée : Médias tsiganes en France et en Hongrie : re-présentation de soi dans l’espace public, Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp. 57-80

5Cette contribution entend dresser un portrait des médias créés par et pour des Tsiganes en France et en Hongrie, via les supports traditionnels et sur Internet. L’analyse porte sur la représentation de soi dans l’espace public entreprise par des acteurs et actrices médiatiques œuvrant à renverser le déni du droit à s’auto-définir dont les Tsiganes font généralement l’objet. L’enjeu de ces présentations alternatives des groupes s’inscrit tant dans la conquête d’une dignité que dans l’acquisition de droits ou de meilleures conditions de vie. Rares sont les recherches dans ces deux pays qui étudient les médias des minorités comme de véritables outils de lutte face aux rapports de domination.

6L’article analyse les conditions de l’émergence de cette parole collective dans l’espace public, en s’arrêtant sur les parcours biographiques des artisans de la nouvelle génération de ces médias, replacés dans leurs contextes nationaux et transnational. Il étudie également le rôle militant de ces productions dans leur contenu revendicatif et dans les diverses manières dont elles sont utilisées.

Sarah Curtis and Mylène Riva : Health Geographies I : Complexity Theory and Human Health, Progress in Human Geography, 2010, vol. 34, n° 2, pp. 215-223

7This paper is the first of two linked progress reports on the application of ideas from complexity theory to health geography. In this paper the authors focus especially on research which seeks to explain variations in human health from a geographical perspective. They mainly discuss selected studies of geographies of human health which illustrate how ideas from complexity theory are applied empirically. In order to interpret more effectively the dynamic and recursive networks of relationships anticipated by complexity theory, future research will be required to go further in breaking down the divisions that are often assumed between research using different types of empirical methods. They comment on the potential to do this by means of advanced approaches to statistical and spatial modelling and by giving greater attention to the complementarity between these methods and qualitative techniques. They also discuss the emphasis in these examples on research which adopts an interdisciplinary strategy. Their conclusions refer to their companion report, which focuses more on studies of geographies of health care and health policy, emphasizing that complexity theory applied to health systems underlines the connections between health, health care and health policy.

Janine Dahinden : La transnationalisation des réalités sociales : quand une petite ville devient « transnationale » …, Géo-Regards – Revue neuchâteloise de Géographie, 2009, n°2, pp. 39-56

8Le concept de « transnationalisme » s’est récemment imposé dans les études en migrations. Ce concept, né de la compréhension que les migrants des relations avec leur pays d’origine bien après la migration, permet de saisir l’insertion simultanée des migrants dans différents endroits du globe. Cet article s’intéresse à la manière dont les habitants (migrants et non migrants) d’une petite ville, Neuchâtel, vivent différentes formes d’ »être transnational ». Dans ce but, une distinction est opérée entre une « transnationalité » de réseau et une « subjectivité transnationale ». La première dimension inclut les réseaux sociaux transnationaux, tandis que la deuxième se réfère aux classifications cognitives d’appartenance dans l’espace transnational. L’analyse des réseaux personnels de 250 habitants de la ville de Neuchâtel et des entretiens qualitatifs révèlent quatre types idéaux de transnationalité. Ces formations transnationales sont étroitement liées au positionnement social des individus ainsi qu’au processus d’intégration dans l’espace local et transnational.

Daniel Delaunay : Mobilités, ségrégations résidentielles et bonus démographique dans la zone métropolitaine de Santiago du Chili, Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 65-85

9La prospérité économique de Santiago du Chili, une des capitales les plus ségrégées du continent en fait un cas d’école pour l’étude des relations entre les inégalités, la ségrégation résidentielle, les mobilités territoriale et sociale. Le questionnement de l’étude est d’abord démographique, en cela qu’il se focalise sur trois temporalités des pratiques ségrégatives et de mobilité exprimées par l’âge des individus : le cycle de vie, les histoires générationnelles et une trajectoire urbaine infléchie par le bonus démographique. Pour y parvenir, l’analyse statistique de la ségrégation porte sur toute la population, selon les catégories socioprofessionnelles, incluant des groupes d’inactifs, lesquels contribuent aussi à la fabrique urbaine. L’accent est mis sur la dynamique de leurs pratiques entre 1992 et 2002, dans un contexte de recul historique de la pauvreté et de modification profonde de l’emploi métropolitain. Le rendu des résultats insiste sur les ressorts démo-économiques de la ségrégation et en particulier la contribution des mobilités.

Premchand Dommaraju : Instruction des femmes et évolution du mariage en inde, Population, 2009, vol. 64, n° 4, pp. 757-775

10Cet article examine l’influence de l’éducation sur la nuptialité des femmes en Inde, par l’analyse des données longitudinales extraites des recensements. Entre 1981 et 2001, les niveaux d’instruction et l’âge au mariage ont tous deux augmenté. Si les données transversales montrent une association positive entre le niveau de scolarisation et le rapport du mariage, la modélisation des données longitudinales indique que l’impact de l’instruction sur le calendrier du mariage est assez limité, surtout pendant la période 1981-1991 ; il est néanmoins significatif, bien que modeste, entre 1991 et 2001. Selon les résultats de cette étude, l’association entre éducation et nuptialité mise en évidence par l’analyse des données transversales pourrait être due à des facteurs non observés qui influencent à la fois la scolarisation et le mariage. En fait, l’évolution à long terme de l’âge au mariage a un effet plus déterminant que celle de l’instruction sur la nuptialité des femmes avant 20 ans. Et la modélisation avec variables instrumentales indique que l’éducation et la nuptialité ne sont pas interdépendantes : les progrès des niveaux de scolarisation sont largement indépendants de l’évolution de l’âge au mariage.

Nathalie Donzeau, Jean-Louis Pan Ké Shon : L’évolution de la mobilité résidentielle en France entre 1973 et 2006 : nouvelles estimations, Population, 2009, vol. 64, n° 4, pp. 779-795

11Cette note de recherche retrace l’évolution annuelle de la mobilité résidentielle française de la fin des trente glorieuses à 2006. Pour cela, deux méthodes différentes d’estimation sont mises en œuvre : le modèle migrants - migrations de Daniel Courgeau, les évaluations directes corrigées grâce aux séries des enquêtes Logement puis des enquêtes Emploi. Les résultats de ces estimations sont ensuite comparés à ceux déjà publiés dans la littérature française par différents auteurs à partir du modèle migrants - migrations. La mobilité résidentielle a baissé entre 1973 et 1995 avant d’atteindre le pic de la période étudiée en 1999, pour décroître ensuite et se stabiliser, au moins momentanément, à un niveau élevé. Depuis le début des années 1980, la progression de la mobilité en niveau est principalement due aux mobilités de proximité, qu’il s’agisse de changements de logement ou de commune. Ce résultat suggère que les transformations de la famille intervenues au cours de la période ont eu un impact plus important que les mobilités professionnelles.

Kerstin Dümmler, Joëlle Moret : Jeunes musulmans, un rapport à la religion tout aussi diversifié que les autres jeunes, Géo-Regards – Revue neuchâteloise de Géographie, 2009, n°2, pp. 89-101

12Cet article soulève la question du rapport que les jeunes de confession musulmane entretiennent avec leur religion et avec les autres jeunes. Il questionne la supposition selon laquelle ces jeunes auraient un rapport plus assidu à la religion. L’analyse s’appuie sur des données quantitatives obtenues lors d’une enquête téléphonique menée auprès des jeunes de toutes confessions dans les cantons de Neuchâtel et de Lucerne.

Véronique Dupont : Création de nomades urbains et appauvrissement. Impact des politiques d’éradication des camps de squatters à Delhi, Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 25-45

13Les politiques d’éradication des camps de squatters à Delhi excluent de nombreuses familles des programmes de réinstallation. Cette contribution révèle différents mécanismes d’exclusion, évalue l’ampleur de la population affectée et les conséquences de l’éviction forcée sur ses conditions de vie. Le délogement entraîne un appauvrissement des familles en affectant leur capital physique, financier, humain et social. La répétition des évictions, observée au niveau des sites de squatters et dans les histoires de vie individuelles, contribue à la nomadisation des exclus des réinstallations et leur maintien dans une trappe de pauvreté. Diverses stratégies de survie émergent des parcours des familles exclues.

Françoise Dureau, Vincent Gouëset : Formes de peuplement dans deux périphéries populaires de Bogotá : Soacha et Madrid (1993-2009), Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 131-156

14L’article étudie l’évolution des mobilités quotidiennes dans deux municipes qui illustrent la diversité de la périphérie populaire de Bogotá. Ces deux municipes sont aujourd’hui entrés dans une phase de « maturation », qui se traduit par une diversification de leur composition démographique, une consolidation du bâti, un certain ancrage résidentiel des habitants et une amélioration de l’offre locale d’emplois et de services. L’analyse des recensements (1993, 2005) et d’enquêtes sur la mobilité (1993, 2009) montre une relative homogénéisation de la composition sociale des deux municipes, qui contraste avec un creusement des inégalités de mobilité quotidienne, en particulier à Soacha.

Myria Georgiou : Identité, espace et médias : une réflexion sur la construction diasporique, Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp. 17-35

15Cet article propose une approche spatiale de l’identité et de la médiation dans la mesure où, comme il le soutient, cette approche offre un cadre pour appréhender et analyser la construction complexe et mouvante de l’identité dans le monde interconnecté contemporain. Plus précisément, il examine l’importance de la mobilité, des intersections médiées et immédiates, et des juxtapositions de la différence comme des éléments nécessaires à l’analyse des constructions identitaires contemporaines. Ce papier propose une analyse multi-spatiale et argumente sur la matrice spatiale de l’appartenance diasporique. Le cas de la diaspora est choisi comme un cas exemplaire de la formation culturelle dans un monde interconnecté. Comme il est soutenu, la diaspora envisage la mobilité et l’installation des personnes non comme des opposés, non comme des causes et des effets, mais plutôt comme des éléments pré-existants dans un monde connecté par des flux et des réseaux. La diaspora représente également un cas exceptionnel de médiation intense, puisque d’une part les réseaux de communication et les échanges d’information se développent à travers différents lieux et, d’autre part, ceux-ci suivent des directions différentes, avec des conséquences pour l’identité et la communauté.

Laura Gherardi, Philippe Pierre : Mobilités géographiques et écarts de pouvoir au sein de trois entreprises mondialisées. Mobiles, immobiles et « ubiquistes », Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp. 161-185

16Cet article s’attaque à la croyance selon laquelle la mobilité géographique internationale, intense et répétée, contribuerait à rendre, en entreprise, une élite homogène de cadres et dirigeants. Cette contribution souligne, au contraire, un espace social de différences dans lequel le groupe de cadres et dirigeants étudiés n’existe pas en tant que classe sociale unifiée. L’article questionne d’abord les usages idéologiques et profits censés découler de la mobilité des idées et des personnes au fil des projets dans une entreprise en réseau. Il met en évidence des dimensions idéologiques de la centralité croissante de la mobilité géographique dans les rapports de domination au travail. Les rentiers et les héritiers de grandes fortunes ont généralement la liberté de choisir la mobilité ou l’immobilité, de déterminer leur propre rythme de déplacement alors que ce n’est pas le cas pour les dirigeants des entreprises étudiées, ni moins encore pour les managers qui doivent acquérir et mobiliser personnellement un capital de relations sociales nationales et internationales. La distinction dans la population même des « mobiles », entre « ubiquistes » et les autres, illustre le lien entre pouvoir et capacité d’un individu à opérer en des scènes géographiquement éloignées, directement ou par délégation. Cette double présence existe non seulement au moyen des nouvelles technologies mais surtout grâce à la mobilité d’autres individus qui se déplacent simultanément au profit des « ubiquistes ». Cette analyse des ressources et potentiels de mobilité physique géographique amène à souligner des formes peu connues d’exploitation et de domination dans les entreprises mondialisées.

Patrick Gubry, Lê Hô Phong Linh : Niveau de vie et déplacements dans les métropoles vietnamiennes : Hô Chi Minh Ville et Hanoi, Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 107-129

17Dans le processus de métropolisation en cours dans les grandes agglomérations vietnamiennes, on assiste à un glissement de la population du centre vers la périphérie e à une « gentrification » du centre-ville. Si le cadre de vie s’en trouve généralement amélioré pour ces migrants intra-urbains, les distances à parcourir (par exemple domicile-travail ou domicile-école) augmentent considérablement. Le manque d’infrastructures se fait aussi cruellement sentir dans les zones périphériques nouvellement loties. Le rôle du niveau de vie, mesuré par un « indice de richesse », est mis en lumière. Contrairement à l’attente initiale, ce sont plutôt les « riches » qui ont les trajets les plus longs à parcourir, ce qui leur est permis par les meilleurs moyens de transport dont ils disposent. La lutte contre les inégalités en ville repose immanquablement la question du développement des transports urbains collectifs.

Kira Kosnick : Migrant publics: Mass Media and stranger-Relationality in Urban Space, Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp.37-55

18The development of ethnic minority broadcasting in Germany that aims to give a voice to immigrants and minorities can easily be read as a story of decline. Challenging the focus on discursive deliberation that has marked major debates on minority representation and the public sphere, this article suggests a reconceptualization of the concept of the public in order to highlight different aspects of urban space-making and social imaginaries that are shaped by contemporary Turkish-German mediascapes.

Joseph Larmarange, Annabel Desgrées du Loû, Catherine Enel, Abdoulaye Wade pour le groupe ELIHoS : Homosexualité et bisexualité au Sénégal : une réalité multiforme, Population, 2009, vol. 64, n° 4, pp. 723-756

19Les premières enquêtes menées au Sénégal auprès d’hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, dans le cadre de la lutte contre le sida, révèlent des taux élevés de bisexualité. En 2007, une nouvelle enquête épidémiologique et comportementale (ELIHoS) a été réalisée dans laquelle la question des pratiques bisexuelles a été abordée de façon approfondie. Cette enquête est utilisée ici pour décrire la pluralité de formes que peut recouvrir la bisexualité au Sénégal. Une typologie du pôle d’activité sexuelle actuelle en six classes est construite à partir des caractéristiques des partenaires sexuels sur l’année et au moment de l’enquête. Différents éléments de la sociobiographie sexuelle des individus sont ensuite analysés selon leur pôle d’activité sexuelle actuel. Il apparaît que ces pôles correspondent à des pratiques sexuelles et à des caractéristiques différentes d’entrée en vie sexuelle avec un homme. En revanche, l’utilisation systématique d’un préservatif, à pratiques égales, ne dépend pas du pôle d’activité sexuelle. Les hommes engagés dans des relations régulières avec des femmes et ayant des partenaires masculins seulement occasionnellement sont moins souvent infectés par le VIH, car ils ont moins fréquemment des rapports anaux à risque.

Véronique Lassailly-Jacob : Nouvelles dynamiques migratoires, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 2010 (mars), 87ème année, n° 1, pp. 26-39

20L’Afrique subsaharienne est une terre de mobilité depuis des temps immémoriaux. À partir des Indépendances, les migrations de populations en provenance des États issus de l’Empire colonial français d’Afrique noire connaissent de profondes mutations. Les « couples migratoires » qui s’étaient formés pendant la colonisation entre les États de l’AOF et de l’AEF et la France éclatent. Aujourd’hui, l’Afrique subsaharienne s’inscrit dans la mondialisation migratoire même si elle occupe une place encore marginale dans l’espace migratoire mondial. Cet article a pour objet de mettre en lumière quelques unes des nouvelles dynamiques migratoires qui participent au changement des sociétés africaines de l’ex-empire colonial français. Il présente tout d’abord les éléments paradoxaux du contexte migratoire de l’Afrique subsaharienne puis aborde quatre des aspects les plus saillants des mutations récentes des migrations africaines : l’extension planétaire des diasporas dans les transferts financiers et les modèles véhiculés contribuent au changement des régions d’origine, les nouvelles configurations migratoires liées aux politiques d’immigration et d’asile restrictives des pays du Nord, la croissance, la diversité et la fragilité des migrations économiques intra-africaines et, enfin, la montée des migrations forcées dont celle des réfugiés climatiques.

Alexandra Nacu : Les Roms migrants en région parisienne : les dispositifs d’une marginalisation, Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp. 141-160

21Cet article s’intéresse aux Roms est-européens installés en banlieue parisienne et aux formes d’intervention institutionnelle (pouvoirs publics et ONG) à leur endroit. En analysant ce phénomène à différentes échelles (européenne et locale), l’auteur(e) montre comment ce groupe, sédentaire à l’origine, est maintenu avec le concours de l’action des pouvoirs publics dans un nomadisme forcé, perpétuant et même renforçant ainsi sa marginalisation.

Martijn Oosterbaan : Virtual Migration. Brazilian Diasporic Media and the Reconfigurations of Place and Space, Revue Européenne des Migrations internationales, 2010, vol. 26, n° 1, pp. 81-102

22This paper discusses the implications of the current developments in communication media on the form, content and place of Brazilian migrant communities in Europe. it is argued that Internet supports both de-territorialization and re-territorialization of diasporic Brazilians in Amsterdam and Barcelona. Brazilian migrants employ virtual communities on social network sites to sustain grassroots networks that facilitate migration and settlement in the cities of destination. The rise of virtual migrant communities on social network sites opens up new pathways for community formation and information sharing in and across cities and contributes to the formation of a Brazilian diasporic public sphere. Social network sites provide the possibility to crosslink migrants to one another in a relatively flat network of communication while they also present new spaces on which to project a symbolic community. These new community spaces on the Internet reproduce and alter existing indications of space and place as migrants identify with multiple localities simultaneously or intermittently, while generally holding on to their Brazilian cultural and/or national background as an important part of their sense of belonging.

Catherine Paquette : Mobilité quotidienne et accès à la ville des ménages périurbains dans l’agglomération de Mexico. Une lecture des liens entre pauvreté et mobilité, Revue Tiers Monde, 2010 (janvier-mars), n° 201, pp. 157-175

23Dans de nombreuses métropoles, les périurbains modestes rencontrent d’importantes difficultés pour se déplacer, du fait de leur localisation résidentielle, du manque de moyens de transport collectif ou du coût trop élevé de celui-ci. Leur précarité se trouve de ce fait aggravée. Dans la ville de Mexico, pourtant très étendue, la question du lien entre pauvreté et mobilité se pose différemment. La couverture abondante en matière de transport collectif et le coût modéré de celui-ci permettent aux habitants des périphéries de se déplacer dans la ville. L’existence de ressources locales contribue par ailleurs à limiter leurs trajets pour réaliser un certain nombre d’activités quotidiennes. Ce constat n’est pas sans conséquences pour les politiques publiques en matière de transport collectif.

Jean-François Royer : Estimations des migrations répétées et des migrations de retour dans des sous-populations en France, Population, 2009, vol. 64, n° 4, pp. 797-820

24Parmi les personnes ayant effectué une migration interne, beaucoup déménagent de nouveau à plus ou moins brève échéance ; souvent ces nouvelles migrations ramènent le migrant à sa localisation antérieure. Ces phénomènes, bien connus, sont étudiés ici grâce à une source administrative française, le panel tiré des Déclarations annuelles de données sociales (DADS). Des statistiques descriptives portant sur les migrations entre 25 et 35 ans des générations nées en 1966, 1968 et 1970 mettent en évidence les principales caractéristiques des migrations de rangs successifs. À l’aide d’un modèle du type « migrants-sédentaires » on estime des parts de population soumise au risque de migration ou de nouvelle migration, et des probabilités de survenue des différents types de mouvements parmi les personnes soumises au risque. Les comportements de migration répétée et de migrations de retour apparaissent fortement variables selon les générations et, à l’intérieur d’une même génération, selon les catégories de population. Cette variabilité doit être prise en compte dans l’application de la relation entre nombres de migrants et nombres de migrations proposée par Daniel Courgeau en 1973, et utilisée depuis pour établir des séries de taux de mobilité interne à partir des recensements de population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Comptes-rendus d’articles », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 145-151.

Référence électronique

« Comptes-rendus d’articles », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 19 octobre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eps.revues.org/3950

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org