Navigation – Plan du site
Articles

Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille)1

Ageing in a Detached House: Mobility and Residential Embeddedness of the Elderly in Suburban Spaces of Metropolitan Areas
Martine Berger, Lionel Rougé, Sandra Thomann et Christiane Thouzellier
p. 53-67

Résumés

Cet article, après la présentation d’une présence importante et d’une relative stabilité des retraités dans les communes périurbaines, s’interroge sur les ressorts du maintien de cette attractivité périurbaine, en s’appuyant sur des enquêtes réalisées dans trois aires métropolitaines, celles de Paris, d’Aix-Marseille et de Toulouse. Les auteurs soulignent les tactiques et les stratégies des retraités pour se maintenir le plus durablement possible dans leur environnement. Les discours des personnes enquêtées reflètent bien l’impression d’ancrage et d’attachement à la maison individuelle, à la propriété, à un entourage social constitué souvent de longue date, qui constitue le cadre tant valorisé des espaces périurbains. Si le travail d’investigation souligne les limites à ce vieillissement en périurbain, il suggère néanmoins l’hypothèse d’une possible maturation de ces espaces.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette recherche réalisée dans le cadre du programme « Vieillissement de la population et habitat » (...)

1La recherche, à l’origine de cet article, s’est intéressée aux modes de vie et aux stratégies résidentielles des « personnes âgées » résidant en maison individuelle dans les espaces périurbains pour tenter de comprendre une contradiction apparente. D’un côté, les discours les plus courants mettent en avant l’idée d’une non adaptation des tissus pavillonnaires et des espaces périurbains aux personnes âgées. D’un autre côté, on observe qu’aujourd’hui deux ménages de retraités et d’inactifs âgés sur trois habitent une maison individuelle. Nous nous sommes donc interrogés sur les ressorts du maintien de cette attractivité périurbaine en analysant les formes d’adaptation des modes d’habiter réalisées par les retraités qui choisissent de rester, ou de s’installer, dans des espaces pavillonnaires périurbains.

  • 2 M. Berger, L. Rougé, S. Thomann et C. Thouzellier, Vieillir en pavillon, mobilités et immobilités d (...)

2Pour cela, nous avons mené durant l’année 2007 une exploration compréhensive par entretiens semi-directifs dans un panel de lotissements pavillonnaires différenciés par l’âge de leurs occupants et par leur statut social2. Afin de mettre en évidence d’éventuels effets de contexte, les enquêtes ont été réalisées dans trois aires métropolitaines (Paris, Marseille et Toulouse).

3En Île-de-France, nous avons retenu trois types de communes :

  • un lotissement périurbain très aisé structuré autour d’un golf, relativement dense bien qu’exclusivement pavillonnaire (Chevry 2, à Gif-sur-Yvette, dans l’Essonne) ;

  • un tissu périurbain, de grands lotissements bien aérés, structuré autour de petites villes et de gros bourgs (autour de Beynes) où dominent des catégories socioprofessionnelles supérieures dans le sud des Yvelines ;

  • deux lotissements assez denses d’une commune située en périphérie de ville nouvelle (Ennery, près de Cergy-Pontoise) majoritairement peuplés de catégories socioprofessionnelles employées et professions intermédiaires ;

  • des petits lotissements « bas de gamme » ou des petits pavillons isolés à la composition sociale plus modeste de communes périurbaines plus éloignées (Bréval et ses environs dans le nord-ouest des Yvelines ; en Seine-et-Marne, les communes d’Everly au sud et d’Othis au nord).

Carte 1. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain francilien

Carte 1. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain francilien

Réalisation : Françoise Desbordes

4Dans l’aire urbaine marseillaise, les enquêtes ont concerné :

  • un ancien village devenu « quartier chic à la campagne » de la commune d’Aix-en-Provence (Puyricard),

  • deux communes proches d’Aix-en-Provence (Coudoux et Meyrargues) peuplées de ménages issus de catégories sociales « moyennes » et marquées par une arrivée de ménages plus aisés et

  • deux autres situées entre Aix et Marseille (Bouc-Bel-Air et Gardanne) au peuplement plus modeste mais confrontées depuis peu à une élévation du niveau social des nouveaux arrivants.

Carte 2. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain d’Aix-Marseille

Carte 2. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain d’Aix-Marseille

Réalisation : Françoise Desbordes

5Dans le périurbain toulousain, nous avons mené des enquêtes dans une périphérie pavillonnaire étendue : des lotissements de catégories supérieures comme à Ramonville, ou plus moyennes comme à Villeneuve-Tolosane, L’Union, Pinsaguel, et dans les lotissements au peuplement plus modeste d’un ancien bourg rural situé au nord de Toulouse (Bessières).

Carte 3. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain de Toulouse

Carte 3. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain de Toulouse

Réalisation : Françoise Desbordes

6Un corpus de 90 entretiens a ainsi été réalisé auprès de ménages périurbains, vieillissant in situ ou nouveaux arrivants, âgés de 55 ans à plus de 90 ans. Trente entretiens auprès d’acteurs locaux (élus, responsables associatifs, responsables de structures d’accueil de personnes âgées) ont complété notre exploration, afin de saisir la manière dont ces derniers prennent conscience du vieillissement de leur population et comment ils y font face. Nous souhaitions comprendre ce qui fait la valeur de l’espace périurbain aux yeux de ménages qui y vieillissent, par choix ou par contrainte. Certes le coût de l’immobilier freine sûrement de nombreux ménages vieillissants dans leur souhait de venir en ville et nous reviendrons sur cette frustration. Cette impression de captivité reste fortement liée à des contextes socio-économiques et à des types d’espaces qui dessinent des immobilités tout aussi graves que celles observées dans les espaces urbains denses. Cependant nous nous attarderons davantage sur la valeur accordée à cette installation périurbaine, les ressorts des ménages à la prolonger le plus longtemps possible, l’intérêt qu’elle leur procure dans leur vie quotidienne et la manière dont ils renégocient leur situation résidentielle périurbaine sans la dévaluer.

1. Retraités et espaces pavillonnaires : quelques éléments de cadrage statistique

7Deux ménages de retraités et d’inactifs âgés sur trois habitent aujourd’hui une maison individuelle, et ils sont propriétaires de plus de 40 % du stock de pavillons en France métropolitaine. Parmi ces ménages âgés pavillonnaires, près de 2 sur 3 résident dans des communes rurales ou périurbaines. Dans cette étude, nous n’avons pas considéré l’espace périurbain sensu stricto tel qu’il est défini par l’INSEE. En effet, la délimitation des aires urbaines est fondée exclusivement sur des critères relatifs à l’emploi et aux navettes, ce qui n’a guère de sens concernant des populations retraitées et inactives. De plus, autour des trois grandes agglomérations retenues pour les enquêtes, un certain nombre de communes urbaines, bien équipées en services mais fortement intégrées au marché du travail métropolitain, sont classées comme périurbaines. Nous avons donc pris en compte, comme périurbain, l’ensemble des tissus au-delà des banlieues caractérisés par des densités résidentielles plus basses, une domination du parc pavillonnaire, une moindre densité de services et d’équipements, et l’absence ou la rareté de l’offre de transports collectifs.

8Le poids des maisons individuelles dans l’hébergement des retraités, y compris à des âges avancés, et dans des situations d’autonomie, est donc considérable. Parmi les octogénaires, 6 sur 10 sont des pavillonnaires et près de la moitié d’entre eux appartiennent à des ménages non motorisés, en particulier parmi les anciens employés et ouvriers. Les retraités les plus modestes sont surreprésentés dans les espaces peu ou pas desservis par les transports collectifs, où les services sont rares, alors que les pavillonnaires plus aisés habitent plus souvent dans les grandes unités urbaines, mieux équipées, et ils sont aussi plus motorisés. Inégalités sociales et inégalités spatiales se conjuguent et s’amplifient. Au sein des espaces périurbains franciliens ou toulousains, par exemple, les retraités les plus modestes habitent le plus loin du centre de l’agglomération, dans les communes les moins équipées.

9Il convient aussi de rappeler la très grande stabilité dans leur logement, jusqu’à un âge avancé, des retraités propriétaires de maisons individuelles. De même, il y a une relation évidente entre l’âge, la structure des ménages, leur type de logement : par exemple, parmi les retraités, il y a 2 fois plus de personnes seules (43 %) en appartement qu’en pavillon, où 2 personnes sur 3 vivent en couple. Les mobilités résidentielles, telles qu’on peut les saisir à partir des Enquêtes nationales sur le logement (ENL), témoignent bien de ces effets d’âge sur les préférences des ménages en matière de type de logement (Tableau 1).

Tableau 1 : Part des différents types de logements avant et après déménagement selon l’âge des personnes de référence des ménages retraités et inactifs (ENL 2002)

1-a : Personnes de référence de 55 à 74 ans

En % de l’ensemble des logements

avant

démé

après

déménagement

déménagement

Maison individuelle

47,9

45,7

Appartement dans un immeuble collectif

48,5

51,4

Logement-foyer pour personnes âgées

-

2,0

Autre*

3,6

0,9

Propriété occupante

45,2

51,4

Location vide

45,4

44,9

Autre location

1,7

1,2

Logement gratuit

7,6

2,5

Champ : ménages retraités de 55 ans ou plus et inactifs de 60 ans ou plus ayant changé de logement en France métropolitaine entre 1997 et 2002.

*pièces indépendantes, logement dans un immeuble à usage autre que d’habitation…

Source : E.N.L. 2002.

1-b : Personnes de référence de 75 ans ou plus

En % de l’ensemble des logements

avant

démé

après

déménagement

déménagement

Maison individuelle

47,7

26,9

Appartement dans un immeuble collectif

44,6

54,7

Logement-foyer pour personnes âgées

3,7

18,0

Autre*

4,0

0,4

Propriété occupante

42,8

26,4

Location vide

48,1

66,5

Autre location

0,4

0,4

Logement gratuit

8,7

6,7

Champ : ménages retraités de 55 ans ou plus et inactifs de 60 ans ou plus ayant changé de logement en France métropolitaine entre 1997 et 2002.

*pièces indépendantes, logement dans un immeuble à usage autre que d’habitation…

Source : E.N.L. 2002.

10Pour les ménages dont la personne de référence a moins de 75 ans, la part des pavillonnaires avant et après déménagement varie peu, au total, même si cela s’accompagne d’une forte mobilité entre maisons individuelles et appartements (2/3 des ménages vivant antérieurement en pavillon conservent ce type de logement, 1/3 s’installent en appartement, et on observe les mêmes proportions parmi les ménages habitant en immeuble collectif – 2/3 restent fidèles à ce type de logement, 1/3 choisissent un pavillon). Par contre, au-delà de 75 ans, la part des pavillonnaires diminue fortement après déménagement, et le solde des échanges est beaucoup plus favorable au parc collectif et à la location. Mais, concernant les retraités pavillonnaires, les écarts de structures de ménage et d’âge moyen entre les différents types d’espaces sont beaucoup moins importants qu’on ne pourrait l’imaginer, et ils sont autant dus à l’héritage des structures de peuplement antérieur (avec un vieillissement plus prononcé des communes rurales) qu’aux effets des mobilités résidentielles au moment de la retraite ou lors de la perte d’autonomie.

11On considère en général que les retraités ont tendance à se rapprocher des espaces les plus centraux, les plus denses et les mieux équipés. Dans les faits, d’une part les flux de mobilité résidentielle sont faibles, d’autre part ils sont bien loin d’être exclusivement centripètes : la part des mouvements « descendants » – vers des communes moins peuplées que les communes de départ –, est beaucoup plus importante qu’on ne le pense. Ainsi, pour l’ensemble des retraités, tous âges et tous types de logements confondus, au jeu des migrations, les communes rurales comme les petites unités urbaines (jusqu’à 20 000 hab.) gagnent des retraités, la part des grandes métropoles (plus de 200 000 hab.) et celle de l’agglomération parisienne déclinent (respectivement -2,3 et -8 %), celle des villes moyennes reste stable. Plusieurs systèmes d’échanges privilégiés apparaissent donc : entre communes rurales et petites villes, dans les deux sens, mais les migrants ruraux sont près de deux fois plus nombreux à se diriger vers les petites villes que l’inverse ; entre les grandes métropoles (Paris compris) d’une part, les communes rurales et les petites villes, d’autre part, qui absorbent entre 2/3 et 3/4 de leurs migrants ; entre villes moyennes et petites, moyennes et grandes, dans un système d’échanges plus équilibrés. On voit donc que les flux « montants » vers les communes les plus peuplées et les mieux équipées sont bien loin d’être majoritaires, si on prend en compte l’ensemble de la population des retraités.

12Mais les origines et destinations des migrants varient avec leur âge, en relation avec les types de logements qu’ils recherchent (Tableau 2). Les communes rurales et les petites unités urbaines sont bénéficiaires des migrations des moins de 75 ans, alors que les grandes villes, en particulier l’agglomération parisienne, perdent des migrants. Après 75 ans, les communes rurales cessent d’être attractives, les gains concernent principalement les petites unités urbaines, alors que les villes moyennes et les grandes agglomérations provinciales équilibrent entrées et sorties. Si l’unité urbaine de Paris continue à perdre des migrants, les villes centres d’agglomération sont plus attractives pour les plus âgés, mais les banlieues ne sont plus déficitaires. Seuls les retraités les plus âgés ont donc tendance à se rapprocher des services et des équipements.

Tableau 2 :Types de communes de résidence (en %) avant et après déménagement des retraités et inactifs ayant changé de commune de résidence entre 1990 et 1999

2-a : Retraités et inactifs de 55 à 74 ans

En % de l’ensemble

avant déménagement

après déménagement

des retraités (55 ans ou plus)

et inactifs (60 ans ou plus)

Commune rurale

21,4

32,0

Unité urbaine < 20 000 hab.

13,4

22,5

Unité urbaine de 20 000 à 100 000 hab.

12,0

13,7

Unité urbaine de 100 000 à 2 millions hab.

27,6

22,4

Agglomération parisienne

25,6

9,4

Ville centre d’agglomération

39,5

38,6

Banlieue

39,2

29,4

Champ : retraités de 55 ans ou plus et inactifs de 60 ans ou plus ayant changé de commune de résidence en France métropolitaine entre 1990 et 1999.

Source : RP 1999 (1/20).

2-b : Retraités et inactifs de 75 ans ou plus

En % de l’ensemble

avant

déménagement

après déménagement

des retraités (55 ans ou plus)

et inactifs (60 ans ou plus)

Commune rurale

31,3

24,1

Unité urbaine < 20 000 hab.

15,4

25,2

Unité urbaine de 20 000 à 100 000 hab.

12,3

14,9

Unité urbaine de 100 000 à 2 millions hab.

24,8

24,3

Agglomération parisienne

16,2

11,5

Ville centre d’agglomération

39,6

44,7

Banlieue

29,1

31,1

Champ : retraités de 55 ans ou plus et inactifs de 60 ans ou plus ayant changé de commune de résidence en France métropolitaine entre 1990 et 1999.

Source : RP 1999 (1/20).

13On ne dispose pas encore des sources permettant d’analyser de manière précise les mobilités résidentielles des retraités dans la période la plus récente. L’évolution de la part des ménages retraités ou inactifs âgés dans les 3 aires métropolitaines étudiées témoigne d’une grande stabilité depuis 1999, alors qu’on avait observé dans les deux décennies précédentes un processus régulier de vieillissement progressif des couronnes périurbaines en fonction de leur distance à la ville. En Île-de-France, la part des ménages retraités et inactifs âgés n’augmente pas, globalement, entre 1999 et 2006, compte tenu d’un rajeunissement en zone centrale. Elle s’accroît légèrement en Grande Couronne (de 25,3 à 26,5 %) mais sans grand changement de la structure spatiale (avec cependant un léger rajeunissement dans la zone la plus externe, en Seine-et-Marne). La stabilité observée de la distribution spatiale des retraités périurbains reflète bien l’impression d’ancrage et d’attachement à la maison individuelle, à la propriété, à un entourage social constitué souvent de longue date, qui ressort des enquêtes.

2. Le pavillon, une forme d’habiter bien adaptée au vieillissement

14Malgré la diversité des contextes étudiés, il apparaît dans l’ensemble des discours des ménages rencontrés que l’environnement résidentiel pavillonnaire et périurbain pratiqué durant plusieurs décennies organise un cadre familier et sécurisant. La maison familiale y occupe une place centrale, constituant à la fois une base à partir de laquelle peuvent se déployer mobilités et déplacements et un lieu de repos favorisant l’ancrage. La crise actuelle du logement et les coûts de l’immobilier renforcent probablement cet attachement au chez-soi dont on sait qu’il recouvre simultanément des dimensions affectives, sociales, économiques, temporelles, matérielles et spatio-temporelles [Desprès, Lord, 2009]. Mais au-delà de ses dimensions, la plasticité de la maison et la vie sociale qui s’y déroule offrent un terrain propice à l’adaptation au vieillissement.

2.1. La valorisation de la plasticité de la maison individuelle

15La plasticité de la maison individuelle apparaît comme un argument fort, tout comme la notion de « chez soi » qui recouvre des champs aussi divers que le sentiment de sécurité dans un environnement connu et sécurisant, un marquage social valorisant, la fonction mémoire de la maison familiale renvoyant aux souvenirs mais aussi aux projets. Aux yeux des personnes rencontrées, l’accessibilité au logement est favorisée par la construction de plain-pied. Quant à la taille des pavillons et des terrains en périphérie, elle permet de procéder à des aménagements (extension de la surface habitable, partage du logement) facilitant la cohabitation intergénérationnelle et le maintien à domicile. Lorsque la maison n’est pas de plain-pied, on observe souvent la condamnation des pièces situées à l’étage, la réorganisation des usages des pièces voire leur réaménagement (exemple de garages transformés en chambres ou salles de bains). L’usage des pièces de la maison est modifié pour assurer un confort de vie adapté aux besoins de la personne ou du couple, à leur évolution physique. Tout est néanmoins fait pour que ces maisons restent des lieux de réunion de la famille, des points d’ancrage. Lorsque les enfants quittent le domicile, le couple redéploie ses activités [Caradec, 1996] dans son domicile, transformant les pièces au gré des besoins et aspirations. À la retraite, cette réaffectation de l’espace domestique permet de recevoir, d’individualiser les pièces jusqu’à la chambre à coucher séparée, de s’étaler à défaut de jeter tout ce qu’on a accumulé tout au long d’une vie.

16Dans le même sens, le jardinage et le bricolage sont des activités liées à la maison individuelle qui permettent d’occuper « des temps mous » et favorisent la mise en place de routines et de mesures d’auto protection [Kaufmann, 2004].

17Le jardin est souvent le lieu d’expression d’un des membres du couple (l’un investissant l’intérieur – le plus souvent, c’est la femme – et l’autre l’extérieur – le plus souvent, c’est l’homme). Il facilite la gestion d’une cohabitation quotidienne bien plus importante qu’auparavant. Il permet une activité qui donne du sens à soi, qui permet de rester en prise. Plus qu’à l’âge, son entretien est lié aux conditions physiques : « Au début ça n’a pas été évident de se retrouver tous les deux ici, toute la journée, il a fallu trouver vite un nouveau mode de fonctionnement et ça a été facilité par le jardin – lui c’était son truc le jardin et il s’y est mis. Moi ça me permettait d’occuper le dedans. Le plus dur c’est l’hiver quand il ne peut pas rester dehors trop longtemps… » (Bréval).

2.2. L’attachement à la maison

18L’un des facteurs les plus puissants de cet attachement est le temps passé dans le logement. Proportionnel à la durée d’occupation, il est aussi construit par le statut de propriétaire et la mobilisation qu’a nécessitée, du moins pour ces générations, l’accès à ce statut. Dans plusieurs des communes étudiées, se concentrent des ménages ayant accédé à la propriété d’une maison individuelle au début de leur activité professionnelle, au moment de la mise en place des politiques en faveur de l’accession à la propriété (Chalandonnettes, PAP…).

19Cet attachement est aussi à mettre en relation avec les trajectoires résidentielles et les positions sociales des habitants. Il est ainsi significatif de catégories de personnes d’origine sociale modeste, pour qui l’accès à la maison représente un parcours d’ascension résidentielle synonyme de promotion sociale [Bonvalet, 2007]. Quitter la maison serait un signe de renoncement au projet résidentiel qui a guidé toute une vie. Ces personnes sont enracinées et indéracinables. Tant que le couple se maintient ou que les personnes n’ont pas de gros handicaps, leurs discours témoignent du souhait d’y demeurer jusqu’à leur mort : « J’en partirai les pieds devant ». Ce souhait est en rapport avec les dimensions psychosociologiques de la maison, qui passent par les notions de « chez soi », d’intimité, de sécurité, de transmission mais il est aussi lié au placement social que les personnes ont pu réaliser. Si rester, demeurer chez soi signifie continuer à vivre avec son identité et son intériorité, s’en séparer peut suggérer le renoncement à un confort, un style de vie, une position sociale, tout un ensemble d’éléments qui font qu’abandonner sa maison c’est abandonner une partie de soi-même. Cet acte traumatisant comme transition biographique peut précipiter le vieillissement.

20Enfin ce désir de demeurer chez soi est aussi construit par la tranquillité sociale qu’incarne et qu’assure, plus que toute autre forme de logement, le pavillon périurbain, tranquillité sociale survalorisée au fur et à mesure de l’avancée en âge. Cet attachement consolide le maintien sur place. Mais on rencontre aussi de jeunes retraités qui souhaitent se rapprocher de leurs enfants tout en s’installant à la « campagne » mais pas trop loin de la ville : « On voulait se rapprocher des enfants qui travaillent à Mantes et en même temps on est originaires de Normandie… on a eu cette opportunité à Bréval, la maison nous convenait, il y avait aussi la gare et puis c’est bien équipé comme village » (Bréval).

2.3. Une vie sociale qui retient / ou qui fait envie

21On observe dans les espaces pavillonnaires périurbains étudiés une vie sociale, certes différente selon les lotissements et les communes, mais qui constitue une des motivations à vouloir rester. Le déménagement, quand il est envisagé, est souvent imaginé dans la même commune sous la forme d’un appartement dans un immeuble avec ascenseur, et plus proche des commerces et des services. L’attachement à la maison est aussi construit par les sociabilités qui se sont nouées avec le voisinage autour ou à partir des enfants. Nous avons rencontré un discours positif et valorisé du voisinage, de l’entraide, surtout quand ce voisinage offre une certaine homogénéité générationnelle. Cette sociabilité « villageoise » reconstruite avec l’âge et le temps pousse certains ménages, aux dires des acteurs rencontrés, à se relocaliser à l’intérieur même de la commune, en particulier quand celle-ci a vu son offre en commerces et services s’étoffer. On vend alors la maison du lotissement pour racheter un petit pavillon ou un appartement dans le centre de la commune.

22La proximité familiale comme garante d’un maintien en maison individuelle « à la campagne » peut aussi, quand le rapprochement avec des enfants est recherché, être le facteur d’une migration périurbaine à double sens. On a ainsi pu repérer des mobilités allant du « rural » vers le « périurbain », de la part de ménages vieillissants, souhaitant quitter des espaces à leurs yeux trop isolés et/ou peu accessibles au grand âge, et qui se dirigent alors vers ce qu’ils considèrent comme des espaces plus proches de la ville sans pour autant être de la ville, et où, à proximité, résident leurs enfants.

23Ainsi, alors que la maison individuelle est souvent suspectée, par les milieux de l’urbanisme, de gaspillage d’espace ou de repli individualiste, elle continue d’assurer, avec l’avancée en âge de ses habitants, l’ensemble de ses prérogatives en assurant au moment de la retraite la continuité d’un projet de vie. Elle offre toujours le même potentiel d’espace, le même environnement qualifié de naturel, la même tranquillité sociale à laquelle les habitants du périurbain sont particulièrement attachés. Mais cette adaptation au vieillissement ne signifie pas pour autant que les personnes âgées y vivent de la même manière.

3. Une vie périurbaine entre tactiques et stratégies

24Demeurer en périurbain au fur et à mesure du vieillissement, des limitations des conditions physiques demande de développer des tactiques et stratégies dès lors que l’on interroge l’automobilité (concept qui traduit la capacité et les compétences des personnes à vivre dans un système automobile en mobilisant compétences, savoir-faire, réseaux sociaux) et le rapport à différentes échelles territoriales, de la ville au quartier.

3.1. Une automobilité source de liberté plus que de contrainte

25L’importance de l’usage de la voiture dépend pour beaucoup du contexte périurbain dans lequel s’inscrit le vécu quotidien du ménage. On peut toutefois observer de grandes tendances propres à chacun des systèmes métropolitains étudiés.

26En Île-de-France, en relation avec la densité du réseau de transports en commun, les ménages sont plus faiblement motorisés. Quand ils utilisent l’automobile, c’est souvent en dehors des heures de pointes, c’est moins la nuit que par le passé, et surtout moins longtemps – excepté lorsqu’il s’agit de se rendre dans une résidence secondaire ou quand ils partent en « vacances ». Enfin, beaucoup d’entre eux utilisent des modes doux de déplacement, en particulier dans leur commune et/ou leur secteur de résidence, à la fois pour des raisons de santé et pour le plaisir, considérant qu’ils ont désormais le temps. La possibilité de vivre sans voiture dans le périurbain est donc, pour une bonne partie des enquêtés, envisageable.

27La motorisation des personnes enquêtées est très forte dans les aires toulousaine et marseillaise. Lorsque ces ménages se sont installés dans ces zones périurbaines, la voiture était indispensable à la vie familiale car les transports en commun étaient absents ou peu fréquents. À la retraite, ils continuent à conduire, aussi longtemps qu’ils le peuvent. La voiture permet de faire ce que ne permet plus son propre corps : certaines personnes ne marchent quasiment plus mais conduisent toujours. Cette « automobilité » les amène paradoxalement à utiliser leur voiture pour pallier une déficience physique car il est parfois plus facile de conduire que de marcher. Là où se situe la plus grande différence entre les trois aires métropolitaines étudiées, c’est qu’on n’observe dans le contexte marseillais, aucun usage ni aucune connaissance des réseaux de transports en commun même lorsque les secteurs sont bien desservis (comme par exemple celui de Gardanne). Les enquêtés affirment se tourner plus facilement vers la marche à pied et le vélo que le bus. Dans l’aire toulousaine, les transports en commun sont utilisés, lorsqu’ils existent, en combinaison avec la voiture (parkings en bout de ligne de métro, rapprochement d’une ligne de bus ou d’une gare).

28En outre, les déplacements automobiles sont un des domaines où les astuces et la solidarité jouent le plus. On conduit sur les petits trajets, mais pour les plus longs, un enfant prend le volant, ou on se faire prendre. La stratégie, c’est d’éviter les déplacements aux heures d’embouteillage ou de ne pas rouler de nuit : « Ceux de la nuit (les déplacements en voiture) c’est fini, même quand on va chez ma petite fille, on n’y soupe pas » (Pinsaguel). Les personnes âgées rencontrées ont toujours mentionné des possibilités d’être véhiculées par un enfant, un voisin ou un ami : « Si je dois aller chez le docteur ou quelque chose, j’y vais souvent à l’extérieur (de la commune). Je n’ai jamais pris le taxi. Tout est fait avec mon fils » (Bessières). Aucune des personnes aptes à faire un trajet n’est apparue sans solution de recours pour ses déplacements en automobile. On nous a même signalé le cas d’une dame âgée qui ne conduit pas, mais qui s’est acheté une voiture et qui « trouve » des chauffeurs quand elle a besoin de se déplacer. L’automobile reste un vecteur de liberté ; elle est associée au dynamisme, à l’autonomie et à la possibilité de choix pour les jeunes retraités. À leurs yeux, ne plus en disposer, c’est entrer dans le « grand âge » et cela correspond à une autre phase de l’existence que l’on souhaite repousser au plus tard possible.

3.2. Une reconfiguration des territoires du quotidien

29Au fur et à mesure des limitations de leurs conditions physiques, les personnes âgées ont tendance à réduire et ou à modifier leur rapport aux territoires. Dans notre recherche en zone périurbaine, quel que soit le type de ménages et son lieu d’installation, les ménages âgés soulignent tous une moindre utilisation des lieux et espaces de la ville et revendiquent au contraire un recentrage de leurs activités en direction de noyaux de centralités périphériques et des petites villes périurbaines et ce, quel que soit le contexte métropolitain. Dans l’ensemble, parallèlement à l’apparition de problèmes physiques de mobilité, on constate un abandon du centre des grandes villes au profit des grandes surfaces que les personnes âgées aiment bien fréquenter (accessibilité aisée, climatisation, sécurité…), en direction de petits centres fonctionnels périphériques qui se développent aux sorties de certaines communes périurbaines, voire en direction des centres urbains des villes petites et moyennes qui parsèment les espaces périurbains.

30Ce rapport à la ville varie bien sûr à la fois avec l’âge de la personne interrogée mais aussi selon son parcours de vie, plus ou moins urbain. Il semble aussi varier selon le sexe. La ville, c’est pour beaucoup le lieu de leur jeunesse, des études, du premier logement de leur vie d’adulte. Le regard nostalgique qu’ils portent suscite une moindre envie de la ville, voire une appréhension à y retourner et participe d’une meilleure acceptation d’en être éloigné. Ainsi pour bon nombre des personnes enquêtées, la ville disparaît quasiment des pratiques de déplacements et de loisirs : moins d’intérêt à s’y rendre, peur des évolutions et des nouvelles ambiances urbaines, crainte de la circulation, problèmes liés au stationnement.

31Cette réduction des territoires de la mobilité des personnes âgées induit une appropriation plus forte de l’environnement résidentiel et une meilleure insertion dans les réseaux sociaux de proximité qui profite à tout le voisinage. On assiste à un réinvestissement dans le quartier (plus précisément le lotissement) au moment de la retraite, différemment exprimé selon les cas mais réel, qui révèle un apprentissage de la vie locale – voire villageoise, pour les plus immobiles. Les habitants âgés sont souvent des résidents présents. Du fait de leur mobilité limitée, ils surinvestissent le lotissement : promenades, discussions, loisirs s’y déroulent de manière privilégiée. Ce sont aussi des résidents actifs. Leurs relations de voisinage prennent davantage une forme durable autour d’activités et de rapports d’échanges. Le jardinage est, par exemple, une occasion de partager une activité extérieure entre voisins de longue date. Ainsi peut-on observer, au petit matin, des femmes s’entraider pour les tâches les plus techniques, échanger des savoir-faire ; et puis, finalement, avoir le plaisir simple de parler, de discuter voire de débattre au quotidien. Ce sont enfin des résidents investis. Ils ont du temps à donner pour le fonctionnement de la copropriété. Certains sont à la tête d’organes de décision ; d’autres agissent de manière plus informelle pour le bien commun. Cette implication de l’habitant âgé conduit à le rendre visible de tous, et en ce sens, les espaces résidentiels périurbains sont loin d’offrir l’anonymat et l’isolement des villes-centres.

32L’homogénéité générationnelle est souvent appréciée : « on s’entraide, on se prend de nos nouvelles tour à tour, il y a comme une solidarité…, on sait tous ce que c’est que vieillir alors on se donne des coups de main, on se rend des visites » (Ennery), et même si certains soulignent une inquiétude à ne se retrouver qu’entre vieux, on ressent une satisfaction dans le fait de ne pas côtoyer des générations trop diverses : « Donc c'est des gens qui maintenant sont âgés et les enfants sont partis de chez eux. Donc on est... On est tranquille, il n'y a pas d'enfants. » (Othis).

3.3. Vieillir en périurbain, entre ruptures et risque de « captivité »

33On peut néanmoins repérer des seuils de « ruptures » de l’équilibre entre mobilité résidentielle et mobilité quotidienne qui constitue un des fondements du mode de vie périurbain.

34La capacité à se maintenir dans une commune périurbaine dépend alors de la disponibilité de réseaux d’entraide (famille, proches, voisins), du revenu et de la structure du ménage (présence ou non d’un conjoint), de la possibilité ou non de faire appel à des services à domicile. Sur ce dernier point, de nombreuses volontés politiques viennent à la rencontre de la demande des personnes âgées (associations, services à domicile, maison de retraite, équipements adaptés, culture). Le maintien du couple est souvent présenté comme une condition du maintien dans l’espace périurbain. Bien sûr une difficulté de santé, un veuvage font basculer les gens d’une catégorie à l’autre plus rapidement. Pourtant le veuvage est vécu par bon nombre de retraités, et parfois assez tôt. Ainsi seuls quelques ménages évoquent un désir d’anticiper la perte d’autonomie et de maîtriser leur fin de vie – pour eux, afin de ne pas se laisser guider, et pour leurs enfants, afin de ne pas les mettre dans une situation difficile : « j’ai besoin d’anticiper,…, de me sentir en sécurité, et alors moi j’aimerais savoir que dans quelques années je vais à tel endroit et je préfèrerai ça à ce que ce soit mes enfants qui me disent écoute maman tu ne peux pas rester là-dedans et il faut que tu ailles là-bas et ce n’est pas que si je suis seule, parce que à un moment donné quand on sera trop vieux, il sera trop tard pour prendre notre propre décision tout seul » (Ennery).

  • 3 Nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer beaucoup de ménages vieillissants très modestes, leur (...)

35Cependant, on repère chez les ménages vieillissants les plus modestes3 un risque de captivité. La contrainte financière joue dans la capacité d’amélioration du logement. Ainsi, lorsque le handicap survient, il laisse, au mieux une réelle frustration face à un départ contraint et non maîtrisé, au pire un enkystement de la personne au sein d’une pièce du domicile. Tous les ménages réduisent certes leur emprise spatiale, mais le repli en guette plus certains. On nous a cité par exemple le cas d’une dame qui ne vit plus que dans son salon, aux dires des quelques voisins qui passent la voir. Pour les personnes qui ont accepté l’entretien, qu’elles soient dans une situation financière critique ou dans l’impossibilité physique de se maintenir en pavillon, plusieurs éléments soulignent les limites du vécu autonome. Ces personnes se sentent profondément diminuées quand elles ne peuvent plus faire le ménage (atteinte de l’image de soi) ou entretenir le jardin : « depuis l’accident je ne peux plus rien faire… c’est surtout de voir le jardin dépérir, ça me met en rogne, je n’ose plus regarder par la fenêtre tellement ça me fait mal au cœur, ma femme essaye de l’arranger un peu mais ce n’est pas pareil,… moi je ne peux plus… » (Ennery).

36Dans ces contextes, les discours semblent infiltrés de doutes et d’angoisses quant à l’avenir ou à la fin de leur vie. L’entourage est alors évoqué comme un recours possible et souhaité mais sans véritable certitude. La propriété, le patrimoine qu’ils ont constitué justement pour les enfants devient subitement un poids, « C’est quelque chose [la propriété] qui vous attache et qui est bien contraignant ». La vente de leur bien leur semble impossible à réaliser. Ainsi peut-on parler d’inertie dans le sens où les compétences de l’habitant activées jusqu’aux dernières limites butent à trouver des solutions autonomes.

4. Quelques pistes de recherche, et d’approfondissement, pour orienter les politiques publiques

37De nombreux entretiens ont révélé l’attachement des retraités pavillonnaires à leur logement, porteur d’une charge symbolique forte : s’y inscrivent les souvenirs de la vie du couple et de la famille, son achat scelle un itinéraire d’ascension sociale, sans compter l’ampleur de l’investissement dans l’aménagement du jardin ou de la maison et cela malgré, parfois, la relative inadaptation du logement. C’est également le cadre de vie périurbain qui suscite un attachement, une forme de bien-être. Notre souci d’approcher les attentes et les projets des ménages âgés périurbains a permis de souligner combien cette « classe moyenne âgée périurbaine » est loin d’être homogène dans sa manière de faire face au vieillissement. Qu’ils soient installés depuis longtemps dans un pavillon dont ils sont aujourd’hui propriétaires et y vieillissent, ou que ce logement soit une nouvelle étape de leur trajectoire résidentielle, la maison individuelle leur apparaît adaptée et adaptable mais ce ressenti demanderait à être appréhendé plus finement - surtout dans sa dimension psychosociologique. Cette attitude est a priori compréhensible de la part d’individus en possession de tous leurs moyens et se pensant encore peu en perte d’autonomie, alors que dans la vieillesse, c’est en quelque sorte un sujet « tabou ». Mais la réalité les rattrape vite et, au fur et à mesure de l’entretien, les personnes rencontrées prennent souvent conscience que leur environnement ne sera sans doute pas toujours adapté à l’évolution de leur situation. Pour autant nous n’avons pas pu creuser davantage la question d’une anticipation des difficultés, d’une différenciation des postures entre déni et anticipation. Comment comprendre le mécanisme de cette prise de conscience ?

38Les entretiens montrent que l’âge est un facteur secondaire par rapport à l’état de santé, à l’appartenance sociale ou au type d’environnement résidentiel dans laquelle la personne évolue. Par exemple, les personnes des classes moyennes et aisées ont tendance à vivre leur retraite comme une expérience positive jusqu’à un âge très avancé. A contrario, les personnes âgées des classes modestes ont davantage tendance à se sentir vieilles et à se placer dans une position de démission et de repli social et domestique. Il apparaît clairement que l’autonomie relative dont les personnes font preuve dans leur rapport à l’existence tient pour beaucoup à une capacité d’autodétermination acquise avant la vieillesse.

  • 4 Dumont G.-F. (2006), Les territoires face au vieillissement en France et en Europe, Paris, Ellipses (...)

39Les enquêtes montrent également que le retour en ville, et au centre-ville, n’est pas le souhait premier des personnes rencontrées, et on est en mesure de se demander si, quand elles le font, ou envisagent de le faire, elles ont d’autres choix possibles, et si c’est une véritable envie, un souhait de leur part. Le scénario du retour au centre a pour référence implicite l’image d’une ville fermée, sûre et dense, opposée à une campagne sinon menaçante, en tout cas moins « développée » que la ville. À beaucoup d’égards les tissus urbains actuels n’offrent plus une distinction aussi nette entre un dedans et un dehors, notamment dans le cas des espaces métropolisés. De surcroît, ce scénario de retour à la ville est fondé sur l’hypothèse que l’espace périurbain n’offre pas un environnement de services publics et privés de nature à favoriser le maintien sur place d’habitants dont le niveau d’exigence ne cesse de s’élever à mesure que l’âge augmente4. Or les communes qui ont accueilli les vagues périurbaines des années 1970 et 1980 ont été puissamment transformées à tous égards, et notamment en matière d’offre de services à la population. La question de l’accès aux services et équipements se pose plus, pour les personnes âgées, dans la couronne périurbaine la plus récente, située aux franges des aires urbaines. Hier problématique, parce que peu adapté, il semblerait bien que le vieillissement en maison individuelle dans l’espace périurbain soit susceptible d’être beaucoup plus souvent vécu comme une expérience résidentielle positive.

  • 5 Bonnet M. et Jacques-Jouvenot D. (2008), Comportements patrimoniaux des retraités à domicile et pri (...)

40On s’est attaché à montrer comment et pourquoi les périurbains âgés tendent à privilégier, tant qu’ils le peuvent et en tenant compte des maladies et des handicaps, des « ajustements progressifs »5 dans le but de continuer à habiter leur pavillon. Mais au final, il est difficile de cerner les aspirations réelles des personnes âgées. Les quelques rencontres que nous avons pu avoir avec des personnes très isolées rendent compte d’une difficulté à s’exprimer sur leurs conditions de vie, sur ce qui leur manque. Il ressort cependant de l’ensemble des entretiens un certain nombre de convergences. D’une part, le fort attachement à l’automobile, pour ces générations (surtout chez les hommes) pour lesquelles elle a représenté une conquête et un instrument de liberté. D’autre part, l’importance des configurations familiales dans les choix résidentiels.

  • 6 Sur ce point, un approfondissement des modes de vie des périurbains modestes vieillissants méritera (...)

41Les discours sur ces modes de vie interrogent aménageurs et urbanistes sur la nature des équipements qui devront être développés, notamment en ce qui concerne la mobilité des personnes et plus particulièrement celles appartenant aux couches sociales les plus modestes6. La réflexion doit moins porter sur le type de logement à proposer que sur des conditions d’habitation adaptées. Elle doit peut-être prendre davantage en compte l’échelle adéquate d’une gestion de l’environnement spatial du logement (le quartier, le village, la ville). Une difficulté réside aussi dans la multitude d’outils et d’actions déjà existants, dans le cloisonnement des politiques qui peinent à être mises en place, et dans l’offre souvent limitée de services dans les communes périurbaines. Alors que la mixité sociale est un moyen limité de prendre en compte la question du vieillissement à travers une politique qui se limite trop au logement et n’envisage pas l’habitat et l’habiter, les approches environnementales peuvent constituer aussi une opportunité de décloisonnement.

42Nous avons pu observer la diversité des contextes périurbains, de leurs morphologies sociales et spatiales, qui mériterait d’être approfondie. De même, les enquêtes ont confirmé l’effet des positions sociales sur les modes d’habiter, qu’il s’agisse des structures des ménages ou des différentes formes de mobilité, et il serait sans doute pertinent d’établir une typologie des environnements sociaux des pavillonnaires retraités à l’échelle des communes ou des lotissements. Une prise en compte plus fine de la diversité morphologique et sociale des espaces pavillonnaires périurbains permettrait sans doute de mieux comprendre la complexité des flux migratoires qui les anime. Enfin, il convient d’affiner les approches des politiques mises en œuvre au sein des communes périurbaines. Il semble, en effet, se dessiner des formes de spécialisation dans l’accueil de ménages âgés dans certains secteurs périurbains.

Conclusion

43Les générations de retraités prises en compte dans les enquêtes auprès des ménages sont, pour l’essentiel, nées avant la Seconde Guerre mondiale et entrées sur les marchés du travail et du logement durant les Trente Glorieuses. Peu nombreuses, elles ont aussi profité d’une conjoncture d’emploi plus favorable que des générations plus récentes, connu des carrières professionnelles plus complètes et réalisé plus souvent un parcours d’ascension sociale. Dans leurs cursus résidentiels, elles ont souvent pu bénéficier de politiques publiques favorisant l’accession à la propriété, en particulier celle de pavillons périurbains. Les premières générations nées lors du baby-boom de l’après-guerre atteignent aujourd’hui l’âge de la retraite. Plus nombreuses, plus touchées par le chômage et les réformes des régimes de retraite, auront-elles les mêmes comportements résidentiels ? Plus souvent propriétaires que dans les générations précédentes, les personnes âgées réduiront-elles encore leur mobilité ?

44L’analyse statistique et les enquêtes montrent qu’en la matière, il est nécessaire de tenir compte d’effets d’âge, de génération, de conjoncture (ou de période) qui se combinent et sont souvent difficiles à isoler. Elles mettent aussi l’accent sur le poids des positions sociales, tant en ce qui concerne le maintien de l’autonomie résidentielle que la localisation des ménages ou leurs différentes formes de mobilité. Or les dernières décennies ont vu se modifier profondément la composition socioprofessionnelle des actifs comme celle des retraités, avec l’augmentation de la part des cadres et professions intermédiaires (déjà repérée dans les trois aires métropolitaines étudiées). Dans le même temps, alors que la part des couples biactifs a augmenté, l’évolution des structures familiales laisse prévoir qu’à l’heure de la retraite, la proportion de personnes seules risque de s’accroître. Comme leurs cursus professionnel et résidentiel, la situation sociodémographique des futurs retraités risque donc elle aussi d’être différente de celle des générations actuelles.

Haut de page

Bibliographie

BERGER M., (2004), Les périurbains de Paris. De la ville dense à la métropole éclatée ?, Paris, CNRS Éditions, Coll. Espaces et Milieux, 317 p.

BERGER M., ROUGÉ L., THOMANN S. et THOUZELLIER C. (2008), Vieillir en pavillon, mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain, Rapport pour le PUCA, MAPA n° F0644, MEEDDAT, 225 p.

BONVALET C., OGG J., DROSSO F., BENGUIGUI F. & HUYNH P. M. (dir.) (2007), Vieillissement de la population et logement. Les stratégies résidentielles et patrimoniales, Paris, La Documentation française, PUCA, 509 p.

BUSSIÈRE Y., MADRE J.-L., & ARMOOGUM J. (1998), « Perspectives de la motorisation et de la mobilité des personnes âgées : comparaison Montréal-Paris-Grenoble », in J. Yerpez (dir.), La ville des vieux. Recherche sur une cité à humaniser, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube, Collection Territoire, pp. pp. 42-48.

CARADEC V. (2004) , Vieillir après la retraite : approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses Universitaires de France, 240 p.

CARADEC V. (1996), Le couple à l'heure de la retraite. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

CERTU (2002), Mobilité et seniors, Actes de la journée du club mobilité, Centre d'Étude sur les Réseaux, les Transports et l'Urbanisme.

CRIBIER F. (1998), « Vieillesse et changement social », in J. Yerpez (dir.), La ville des vieux. Recherche sur une cité à humanise, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube, collection « Territoire », pp. 25-32.

CRIBIER F. (2004), « Vieillesse et citoyenneté », in Institut des Villes, Villes et vieillir, Paris, La Documentation française, pp. 312-319.

CRIBIER F., KYCH A. & DUFFAU M.-L. (1999), Parcours résidentiels de fin de vie d'une cohorte de retraités de la région parisienne, Paris, CNRS, LASMAS, Institut du longitudinal, Équipe de gérontologie, 41p.

DESPRÈS C., LORD S. (2002), « Vieillir en banlieue », in A. Fortin, C. Desprès et G. Vachon (dir.), La banlieue revisitée, Québec, Éditions Nota bene, pp. 233-256,.

KAUFMANN J.-C. (2004), L’invention de soi. Pour une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin.

LAFERRÈRE A. (1999), Comment le logement est-il transmis d'une génération à la suivante ? Les Cahiers de L'IAURIF, n° 122, pp. 143-149.

LAFERRÈRE A. & GOTMAN A. (1998), « Logement et Transmission », in M. Segaud, C Bonvalet & J. Brun (dir.), Logement et Habitat, l'état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, pp. 355-364.

LORD S. (2009), Étude longitudinale de la mobilité quotidienne et de ses rapports avec les choix résidentiels : l’expérience d’un groupe d’aînés vieillissant en banlieue pavillonnaire, Thèse de Ph. D. en Aménagement du territoire et développement régional, Faculté d’aménagement, d’architecture et des arts visuels université, Laval, Québec.

POCHET P. (1998), « Mobilité quotidienne et accès à la voiture à l'âge de la retraite : les évolutions de ces deux dernières décennies à travers les enquêtes-ménages lyonnais », in J. Yerpez (dir.), La ville des vieux. Recherche sur une cité à humaniser, La Tour d’Aigues, Éditions de l'Aube, Collection « Territoire », pp. 42-48.

RENAUD F. (1990), L'impact du vieillissement de la population sur le développement et l'environnement résidentiel, Gérontologie et Société, n° 52, pp. 113-134.

RENAUD F. (1991), La réponse du Québec au vieillissement de sa population en matière d'habitation, Metropolis, n° 94-95, pp. 37-43.

ROUGÉ L. (2005), « Les « captifs » du périurbain. Voyage chez les ménages modestes installés en lointain périphérie », in G. Capron, G. Cortès, H. Guétat-Bernard (dir.), Liens et lieux de la mobilité. Ces autres territoires, Paris, Belin, coll. Mappemonde, pp. 129-144.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche réalisée dans le cadre du programme « Vieillissement de la population et habitat » du PUCA a mobilisé également les personnes suivantes : C. Aragau (Université Paris X Nanterre), S. Bacconnier-Baylet (Dynamiques Rurales, Université de Toulouse Le Mirail), Lucile Grésillon (CRESO UMR ESO 6590 CNRS, Université de Caen Basse-Normandie, IUT d’Alençon) et A. Morel-Brochet (LVMT – LADYSS UMR 7533, Université de Paris I Sorbonne).

2 M. Berger, L. Rougé, S. Thomann et C. Thouzellier, Vieillir en pavillon, mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain, Rapport pour le PUCA, MAPA n° F0644, MEEDDAT, novembre 2008, 225 p.

3 Nous n’avons pas eu l’occasion de rencontrer beaucoup de ménages vieillissants très modestes, leur existence nous est signalée par d’autres enquêtés rencontrés mais le contact avec eux a été des plus difficiles – refus de la personne de nous recevoir ou, lorsque celle-ci annonce qu’elle accepte, un appel téléphonique de l’un des enfants quelques heures ou jours après vient annuler le rendez-vous pris.

4 Dumont G.-F. (2006), Les territoires face au vieillissement en France et en Europe, Paris, Ellipses, 416 p.

5 Bonnet M. et Jacques-Jouvenot D. (2008), Comportements patrimoniaux des retraités à domicile et prise en compte de l’habitat par les acteurs, Institut Régional du Vieillissement de Franche-Comté et Université de Franche-Comté, PUCA.

6 Sur ce point, un approfondissement des modes de vie des périurbains modestes vieillissants mériterait d’être engagé. Malgré le faible nombre de ménages modestes rencontrés, quelques pistes peuvent être esquisser ; difficulté d’adaptation du logement, plus fort isolement familial et/ou social, plus grande difficulté de repérage par les associations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain francilien
Crédits Réalisation : Françoise Desbordes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Carte 2. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain d’Aix-Marseille
Crédits Réalisation : Françoise Desbordes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte 3. Localisation des communes enquêtées dans l’espace périurbain de Toulouse
Crédits Réalisation : Françoise Desbordes
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Berger, Lionel Rougé, Sandra Thomann et Christiane Thouzellier, « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 53-67.

Référence électronique

Martine Berger, Lionel Rougé, Sandra Thomann et Christiane Thouzellier, « Vieillir en pavillon : mobilités et ancrages des personnes âgées dans les espaces périurbains d’aires métropolitaines (Toulouse, Paris, Marseille) », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3912 ; DOI : 10.4000/eps.3912

Haut de page

Auteurs

Martine Berger

LADYSS UMR 7533 CNRS
Université Paris 1
2, rue Valette
75005 Paris
Martine.Berger@univ-paris1.fr

Lionel Rougé

ESO UMR 6590 CNRS
Université de Caen Basse-Normandie
UFR de Géographie
Esplanade de la Paix
14032 Caen Cedex 05
lionel.rouge@unicaen.fr

Sandra Thomann

CIRTA, Institut d’Urbanisme et d’Aménagement Régional
Université Paul Cézanne
3, avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence
Sandra.thomann@free.fr

Christiane Thouzellier

LISST CIEU UMR 5193 CNRS
Université de Toulouse Le Mirail
Maison de la Recherche – B 322
31058 Toulouse Cedex 09
cthouzel@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org