Navigation – Plan du site
Articles

Les comportements résidentiels des retraités. Quelques enseignements du programme de recherche « Vieillissement de la population et habitat »

Housing Experiences of Retired People. Lessons from the PUCA’s Research Programme « Ageing and Housing »
Vincent Caradec
p. 29-40

Résumés

Fondé sur les recherches menées dans le cadre du programme « Vieillissement de la population et habitat » du PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture), cet article vise à en dégager les principaux enseignements sur la question des comportements résidentiels des retraités. Cherchant à rompre avec la représentation stéréotypée de la vieillesse qui oppose les « jeunes seniors » très mobiles et les « personnes âgées dépendantes » hébergées en institution, il envisage les pratiques résidentielles des retraités dans leur diversité. Dans un premier temps, il met au jour la pluralité des comportements résidentiels à la retraite : mobilité choisie (qui, parallèlement à sa forme « classique », prend les deux formes nouvelles de la double résidence et de la mobilité internationale) ; stabilité résidentielle ; mobilité contrainte ; assignation à résidence ; incertitude résidentielle. Puis, il dégage cinq grandes logiques explicatives de ces comportements : la logique économique, la logique de santé, la logique familiale, la logique territoriale et la logique conjugale. Il examine ensuite comment ces comportements évoluent au fil de l’âge, puis souligne qu’ils dépendent des contextes nationaux et locaux dans lesquels ils s’inscrivent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce document de synthèse ainsi que le présent article prennent plus particulièrement appui sur neuf (...)

1En 2007, le Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA) du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer a lancé un vaste programme de recherche portant sur « Vieillissement de la population et habitat », thématique sur laquelle avait été préalablement engagé un bilan des connaissances [Bonvalet, Drosso, Benguigui, Huynh, 2007 ; Clément, Rolland, Thoer-Fabre, 2007]. Cet article, qui reprend des analyses développées dans un rapport de synthèse des recherches de ce programme1 [Caradec, 2009], vise à en dégager les principaux enseignements concernant l’un des thèmes qu’il a particulièrement bien exploré, celui des comportements résidentiels des retraités.

  • 2 D’un côté, nombre de sexagénaires sont éloignés de l’image médiatique des jeunes « seniors ». De l’ (...)

2De la même manière que les représentations de la vieillesse sont partagées entre les deux figures du « senior » et de la « personne âgée dépendante » [Clément, Drulhe, Membrado, 1997], la question des comportements résidentiels des retraités fait surgir deux vignettes opposées : d’un côté, celle de jeunes retraités qui profitent de l’arrêt de leur activité professionnelle pour migrer vers des régions ensoleillées où ils s’installent à temps plein ou pour des séjours saisonniers et, de l’autre, celle de personnes âgées dépendantes « institutionnalisées » ou appelées à vivre prochainement en institution. Ces représentations, fondées sur une vision dichotomique et caricaturale2 de la population âgée ne sont pas sans conséquences. Elles sont, par exemple, au principe de réactions d’élus ou de professionnels de l’habitat, recueillies au cours des recherches du programme, qui tendent à considérer que les politiques locales destinées à la population âgée doivent se centrer sur une offre d’hébergement collectif suffisamment médicalisée et destinée aux personnes âgées dépendantes (les seniors mobiles, faiblement ancrés sur le territoire, paraissant, quant à eux, assez insaisissables et n’exprimant guère de besoins) [Chaillou et al., 2008].

3L’un des intérêts des recherches du programme « Vieillissement de la population et habitat » est de permettre de dépasser ces clichés et d’envisager les pratiques résidentielles des retraités dans leur richesse et dans leur diversité. C’est cette diversité que nous nous proposons de donner à voir dans cet article, en procédant en quatre étapes. Tout d’abord, nous dessinerons une cartographie des comportements résidentiels à la retraite. Puis, à un niveau plus analytique, nous dégagerons les grandes logiques explicatives de ces comportements. Nous examinerons ensuite comment ils évoluent au fil de l’âge, avant de souligner qu’ils dépendent des contextes nationaux et locaux dans lesquels ils s’inscrivent.

1. Une cartographie des comportements résidentiels des retraités

4La lecture des recherches du programme invite, tout d’abord, à proposer une cartographie des comportements résidentiels des retraités, que l’on peut établir en croisant deux axes : le premier oppose mobilité et immobilité résidentielles ; le second cherche à rendre compte du fait que les comportements résidentiels sont plus ou moins contraints et oppose ceux qui sont choisis à ceux qui sont subis (entendons par là des comportements contraints par la faiblesse des ressources financières, par un mauvais état de santé ou encore imposés par un tiers, par exemple à l’occasion d’une opération de renouvellement urbain ou lorsqu’un enfant incite son parent âgé à entrer en maison de retraite). Cinq types de comportement peuvent alors être distingués : la mobilité résidentielle choisie ; la stabilité résidentielle (souhaitée) ; la mobilité contrainte ; l’assignation à résidence ; et, au centre de l’axe mobilité/immobilité, l’incertitude résidentielle.

La mobilité résidentielle choisie : mobilité classique, double résidence et mobilité internationale

  • 3 D’après l’enquête logement de 2002, le taux d’emménagés récents (i.e. ceux qui ont emménagé dans le (...)

5Parmi ces cinq cas de figure, c’est sans doute la mobilité résidentielle qui retient le plus facilement l’attention, même si elle constitue un comportement minoritaire dans la population âgée3. De la mobilité résidentielle des retraités, on connaît bien la forme « classique », qui est marquée par un changement définitif de résidence et qui consiste soit en une migration de retraite interrégionale, soit en un déménagement de proximité qui vise à se rapprocher des commerces et des services. Or, à côté de cette forme « classique », des formes nouvelles se font jour, sur lesquelles certaines recherches du programme apportent un éclairage précieux.

  • 4 Ainsi, l’enquête logement de 2002 montre que 19% des ménages retraités sont propriétaires de leur r (...)
  • 5 L’enquête Biographies et entourage, réalisée en 2000-2001 auprès d’un échantillon représentatif d’h (...)
  • 6 Une enquête de la Cnav réalisée auprès d’un échantillon représentatif de personnes d’origine étrang (...)
  • 7 D’après une enquête réalisée, en 2005, par Adoma, les retraités immigrés vivant en foyer sont 70% à (...)

6C’est le cas, en premier lieu, de la « double résidence », que l’on peut aussi qualifier de « système résidentiel » multipolaire [Chevrier, Darris, 2009] et qui constitue une possible alternative à la migration classique de retraite [Cribier, Kych 1992]. Les recherches du programme du PUCA montrent que cette pratique de la double résidence s’observe dans des populations très différentes, à la fois chez des retraités aisés, propriétaires d’une résidence secondaire sur le littoral breton [Chevrier, Darris, 2009] et chez les résidants des foyers Adoma, « célibataires géographiques » qui, après leur cessation d’activité, sont nombreux à continuer les aller-retour entre la France et leur pays d’origine, dans lequel vivent encore leur femme et leurs enfants [Févotte, Amaouche, 2009]. Le phénomène de la double résidence apparaît d’ailleurs diversement répandu dans la population âgée. Si, dans l’ensemble, seule une petite minorité de retraités est concernée4, la pratique est beaucoup plus fréquente dans certaines sous-populations particulières : c’est le cas parmi les seniors d’Île-de-France5, les personnes âgées d’origine étrangère6 ou encore les retraités immigrés vivant en foyer7. Il importe de noter que la double résidence s’inscrit dans la continuité des pratiques antérieures, permettant ainsi une évolution en douceur des habitudes résidentielles préexistant à la retraite : les pratiques d’aller-retour des immigrés retraités prennent la suite de celles qu’ils avaient instaurées du temps de leur activité professionnelle, la retraite permettant désormais une plus grande souplesse ; les usages de la résidence principale et de la résidence secondaire se recomposent à partir des pôles du système résidentiel mis en place avant la cessation d’activité [Chevrier, Darris, 2009]. Si ces pratiques se poursuivent après la retraite, malgré leur coût financier (charge de l’entretien de deux logements et d’une double imposition ; coût des aller-retour quand les résidences sont éloignées), c’est avant tout parce qu’elles sont sources de satisfaction pour les retraités. Satisfaction de pouvoir rester en lien avec deux logements, deux espaces auxquels on est attaché, pour des raisons personnelles, familiales ou amicales. Satisfaction de pouvoir bénéficier des atouts des deux territoires habités, par exemple l’ensoleillement, la nature, les activités sportives dans l’un, l’offre culturelle et la proximité des services d’une grande ville dans l’autre. Satisfaction, pour certains, de correspondre à l’image du retraité mobile, qui ne s’enferme pas dans un seul lieu. Satisfaction de pouvoir introduire de la souplesse dans son mode de vie et de disposer d’un lieu de « secondarité », qui permet de ne pas se sentir assigné à résidence [Membrado, 1998]. Satisfaction aussi, parfois, d’être en mesure d’organiser de manière plus souple les relations conjugales, en rendant possible une décohabitation temporaire.

7Parallèlement à la double résidence – et parfois en association avec elle –, une autre tendance se développe dans les mobilités résidentielles des retraités : leur internationalisation. L’essor de cette nouvelle « circulation résidentielle internationale » [Ogg, Renaut, Leal, 2008] s’explique par une pluralité de facteurs, notamment l’ouverture de certaines frontières, en particulier au sein de l’Union européenne, qui facilite la mobilité des ressortissants de ces pays, ainsi que la plus grande expérience de la mobilité internationale des nouvelles générations de retraités, qui ont été plus souvent amenées à voyager dans un cadre professionnel ou touristique. Les mobilités transfrontalières à la retraite peuvent consister en mobilités résidentielles « classiques », avec changement définitif de résidence, ou prendre la forme d’un système résidentiel bipolaire, les retraités partageant leur temps entre deux pays. Elles sont aussi le fait de deux populations différentes : d’une part, des natifs de pays occidentaux qui profitent du temps libre de la retraite et de revenus confortables pour vivre, pendant tout ou partie de l’année, sous un climat plus agréable ; d’autre part, des personnes qui ont vécu une migration de travail et qui, à l’heure de la retraite, retournent au pays ou, plus souvent, organisent leur existence entre leur pays d’origine et celui où elles ont passé leur vie active. Les migrations de retraite de natifs de pays occidentaux, auxquelles nous allons plus particulièrement nous intéresser maintenant, ont déjà été documentées par quelques travaux anglophones, qui ont porté notamment sur les migrations hivernales des retraités canadiens en Floride [Longino, Marshall, 1990], sur les retraités britanniques expatriés dans des pays du Sud de l’Europe [Warnes et al., 1999], sur l’expérience des retraités suédois vivant une partie de l’année en Espagne [Gustafson, 2001] ou encore sur la migration de retraite d’Occidentaux en Thaïlande [Howard, 2008]. Dans le cadre du programme du PUCA, deux recherches apportent un éclairage précieux sur ces migrations : l’une porte sur les retraités originaires des pays du Nord de l’Europe installés dans le Sud-Ouest de la France [Mantovani et al., 2009] ; l’autre donne à voir la propension différente à la migration transfrontalière des retraités français, britanniques et espagnols [Ogg, Renaut, Leal, 2008]. Cette mobilité transfrontalière doit-elle être considérée comme un phénomène original, qui présente des traits spécifiques ? Il est possible de soutenir, au contraire, qu’elle constitue une simple variante de la migration nationale (ou de la double résidence nationale). C’est l’un des enseignements de la recherche réalisée par Jean Mantovani, qui montre que les raisons pour lesquelles les migrants originaires de pays du Nord de l’Europe qu’il a rencontrés (et qui présentent d’ailleurs des profils très divers) ont choisi le Sud-Ouest de la France (à savoir « le paysage, la nature, le soleil, les températures plutôt douces », etc.) ne diffèrent pas fondamentalement de la recherche du bien-être qui amène d’autres retraités du Nord de l’Europe à s’installer en Espagne, en Italie ou au Portugal, ou qui conduit des retraités parisiens à migrer vers la côte d’Azur ou vers la façade atlantique [Louchart, 2007]. Bien plus qu’elles ne témoignent d’un bouleversement des pratiques, les migrations transfrontalières à la retraite de natifs de pays occidentaux semblent donc relever d’un élargissement des possibles résidentiels pour ceux qui sont en quête d’un lieu plaisant pour vivre leur retraite : les frontières étant plus ouvertes, les déplacements plus faciles, les démarches d’achat d’un logement à l’étranger se trouvant accompagnées par des intermédiaires, ils peuvent désormais choisir entre un ensemble plus large de destinations, certaines situées à l’étranger. Il convient cependant de reconnaître que passer la frontière et vivre à l’étranger n’est pas sans conséquences. En effet, la question du rapport à la société locale, et singulièrement à la langue, se pose de manière particulièrement vive pour les migrants internationaux. De ce point de vue, deux grandes postures vis-à-vis de la société locale peuvent être dégagées [Mantovani et al., 2009 ; Gustafson, 2001] : dans la première, les retraités s’efforcent de s’y adapter, d’apprendre la langue et de développer des relations de sociabilité avec les autochtones ; dans la seconde, ils se montrent peu ouverts sur la société et la culture locales, ne changent ni leur rythme de vie, ni leurs habitudes alimentaires, ne cherchent pas à apprendre la langue du pays et privilégient une sociabilité entre expatriés.

La stabilité résidentielle

8Le deuxième cas de figure à considérer est celui de la stabilité résidentielle souhaitée. Cette pratique est – de loin – la plus courante dans la population âgée : la très grande majorité des retraités choisissent, au moment de leur cessation d’activité (et, plus encore, au cours de leurs années de retraite) de demeurer là où ils sont déjà installés. Or, ce comportement résidentiel retient, en général, beaucoup moins l’attention que la mobilité… comme s’il n’y avait pas grand chose à en dire, comme si les seuls vrais « choix » résidentiels se limitaient à la mobilité. C’est tout l’intérêt de certaines recherches du programme de ne pas s’en tenir à cette indifférence et de considérer que la stabilité résidentielle doit – au même titre que la mobilité – être étudiée et expliquée. Cette stabilité mérite particulièrement d’être analysée dans les espaces périurbains où elle paraît d’autant plus remarquable que ces zones pavillonnaires n’ont pas été conçues pour des personnes qui avancent en âge [Berger, Rougé, 2008]. Ce qui émerge alors, quand on s’intéresse à ces retraités installés dans le périurbain, est à la fois leur satisfaction par rapport à leur mode d’habiter, qui représente pour eux une « expérience résidentielle positive », et la force des phénomènes d’attachement : attachement au « chez-soi » dans lequel on a investi (et dans lequel on s’est personnellement investi), mais aussi attachement au « petit bout de territoire » que l’on a choisi, où l’on vit souvent depuis de longues années et autour duquel on a noué des relations et construit des habitudes.

La mobilité résidentielle contrainte

9Des deux formes possibles de mobilité résidentielle contrainte (mobilité contrainte par la faiblesse des ressources et/ou par des problèmes de santé ; mobilité imposée par un tiers), nous nous en tiendrons ici à la seconde, que nous illustrerons à partir d’opérations de renouvellement urbain [Harzo, Bonnal, 2009]. Ces opérations apparaissent comme un traumatisme pour les personnes âgées qui doivent se résoudre à quitter leur logement alors qu’elles n’avaient, le plus souvent, aucun projet personnel de mobilité : certaines vivaient certes dans des situations d’inconfort, mais s’y étaient accommodées. L’ensemble du processus de changement apparaît extrêmement mal vécu. Tout d’abord, la longue période (trois ans !) entre l’annonce de l’opération et le relogement est marquée, pour les personnes concernées (âgées, en moyenne, de 80 ans), par les incertitudes et l’angoisse quant à leur devenir. Ensuite le déménagement lui-même a constitué pour elles une épreuve physique : il est décrit « comme un véritable calvaire » et certaines personnes ont bien du mal à s’en remettre. Enfin, après être entrées dans leur nouveau logement, les personnes déplacées ont connu non seulement les tracasseries inévitables de l’installation, mais ont aussi souffert de la perte des repères et des routines établis dans leur domicile antérieur. Aussi les jugements portés sur le nouveau logement sont-ils, dans l’ensemble, assez négatifs, et ils le sont d’autant plus que l’ancienneté dans le logement antérieur était importante. Ces critiques peuvent certes tenir à des insatisfactions facilement identifiables, qui concernent en particulier des aspects qui, s’ils peuvent paraître secondaires aux bailleurs, sont essentiels aux yeux de cette population âgée (la proximité des commerces ; la possibilité de voir, depuis sa fenêtre, les mouvements de la rue ; le fait d’avoir des voisins de son âge). Mais ces jugements négatifs, qui vont jusqu’au dénigrement d’éléments de confort qui n’existaient pas antérieurement (ascenseur, douche avec barre de maintien, par exemple), expriment aussi un malaise plus diffus et plus profond : en bouleversant le quotidien de ces personnes âgées, le relogement, a accru leur sentiment de vulnérabilité [Bouisson, 2008].

L’assignation à résidence

10Bien qu’elle ne soit au cœur d’aucune des recherches du programme, l’immobilité résidentielle subie, ou assignation à résidence, transparaît dans certaines d’entre elles. Elle correspond à l’expérience de personnes âgées qui vivent dans un quartier qui s’est transformé au point qu’elles ne s’y reconnaissent plus, ne s’y sentent plus chez elles, sans pour autant disposer des ressources suffisantes pour le quitter. De ce point de vue, deux grands types de transformation de l’environnement résidentiel méritent d’être évoqués [Phillipson, 2007] : d’une part, les processus de gentrification qui, au fur et à mesure que change la composition sociale du quartier et que se transforment les commerces de proximité, sont susceptibles de conduire à un déficit d’appropriation symbolique par les personnes âgées de milieu populaire, celles-ci ayant le sentiment que leur quartier leur échappe et de ne plus y être à leur place [Bonvalet, Ogg, 2009, p. 215] ; d’autre part, les processus de dégradation et de relégation qui affectent d’autres quartiers peuvent également être mal vécus par leurs habitants les plus anciens. Le cas de figure de l’assignation à résidence peut également être illustré par la situation de personnes qui, entrées contre leur gré dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées y vivent une sorte d’enfermement : elles expriment « un regret permanent de l’ancien domicile et de tout ce qui s’y rapportait (un mode de vie, des habitudes, un décor, des amis, des personnages) » [Mallon, 2004, p. 128] et ne parviennent à échapper à cette assignation à résidence que par des fuites qui « s’opèrent par l’imaginaire : les personnes se réfugient dans leurs souvenirs, leurs rêves, à la faveur souvent d’un état semi-dépressif » [idem, p. 153].

L’incertitude résidentielle

11Ces quatre types de comportements résidentiels doivent être complétés par un cinquième, moins attendu, mais cependant présent dans plusieurs recherches : l’incertitude résidentielle. Celle-ci se manifeste plus particulièrement en deux occasions : l’approche de la retraite et la survenue de problèmes de santé.

12L’incertitude résidentielle en amont de la retraite est bien mise en évidence par l’enquête menée sur les comportements résidentiels des baby-boomers parisiens et londoniens [Bonvalet, Ogg, 2009]. Certains de ces baby-boomers apparaissent, en effet, dans l’expectative quant à leur devenir résidentiel, n’excluant ni de partir, ni de rester. Leurs hésitations, qui sont celles de personnes âgées entre 52 et 61 ans au moment de l’enquête, pour la plupart d’entre elles encore en activité, tiennent à leur difficulté à anticiper précisément la situation dans laquelle ils se trouveront au moment où ils cesseront leur activité professionnelle. Ils ne savent pas, par exemple, où habiteront leurs enfants dont ils souhaitent rester proches, ignorent si leurs parents âgés, qui ont besoin de leur présence, seront encore en vie, s’interrogent sur le niveau de leur pension de retraite ou, pour ceux qui louent un appartement, sur l’évolution de leur loyer. Ils sont ainsi partagés entre différentes options, entre lesquelles ils ne peuvent, pour le moment, trancher : faut-il, par exemple, quitter la capitale pour une région attractive ou rester à proximité de ses enfants ou de ses parents ? D’autres paraissent même incapables d’échafauder des hypothèses précises car ils se trouvent dans une phase d’instabilité amoureuse, dans l’attente d’une rencontre qui décidera de leur futur résidentiel.

13L’incertitude résidentielle peut aussi tenir à des problèmes de santé. Ainsi, dans le périurbain, même si bon nombre de retraités n’envisagent pas d’autre solution que celle de rester sur place « jusqu’au bout » (c’est-à-dire jusqu’à la mort ou jusqu’au moment où il deviendra nécessaire de les « placer » en maison de retraite), certaines situations d’incertitude résidentielle apparaissent lorsque le quotidien se trouve bouleversé par le décès du conjoint ou par un accident de santé. Cette incertitude s’exprime alors sous la forme d’un dilemme (faut-il partir ou rester ?), comme pour cette veuve de 78 ans, installée dans une commune de l’aire urbaine de Toulouse et dont les enfants habitent dans l’Hérault. Ces derniers lui suggérant de les rejoindre, elle finit par se décider à quitter sa maison, construite par son mari et à laquelle elle est très attachée. Mais, en cours de route, prise de remords, elle demande à son fils de faire demi-tour et de la reconduire chez elle [Berger, Rougé, 2008]. On ne saurait mieux exprimer la tension qui peut exister entre, d’un côté, la recherche de sécurité auprès des enfants et, de l’autre, l’attachement à sa maison et à ce qu’elle représente.

2. Les logiques explicatives des comportements résidentiels des retraités

14Cette diversité des comportements résidentiels des retraités se retrouve quand on cherche à en dégager les logiques explicatives. Quatre grandes logiques peuvent, en effet, être distinguées, qui permettent de reconstituer les motivations de ces comportements ainsi que leurs modalités : la logique économique, la logique de santé, la logique familiale, la logique territoriale. On peut y ajouter une cinquième logique – la logique conjugale – afin de tenir compte de la possible dimension de négociation conjugale du choix résidentiel. Comme nous allons le voir, chacune de ces logiques est traversée par une tension, à partir de laquelle il est possible de rendre compte la diversité des attitudes adoptées par les retraités.

La logique économique, entre prégnance et distanciation

15En premier lieu, la logique économique navigue entre prégnance et distanciation : elle imprime fortement sa marque à certains comportements résidentiels alors qu’elle intervient au contraire très peu dans d’autres pratiques résidentielles. De ce point de vue, il est frappant de mettre en parallèle deux recherches : celle menée sur les seniors bi-résidents propriétaires d’une maison sur le littoral breton, qui semblent vivre dans une sorte d’apesanteur financière [Chevrier, Darris, 2009], et celle qui porte sur les plus de 60 ans demandeurs d’un logement social [Harzo, Bonnal, 2009]. Parmi les premiers, si quelques-uns évoquent le coût généré par la double résidence (impôts, assurance, chauffage, transports), très peu nombreux sont ceux qui envisagent de renoncer à ce mode de vie pour des raisons économiques. À l’inverse, les contraintes financières pèsent très fortement sur les choix des seconds : lorsqu’ils proviennent du parc privé, les demandeurs de logement social voient dans le parc social un « dernier recours » tant les dépenses de logement pèsent sur leur budget et leur apparaissent, après la retraite ou le décès de leur conjoint, difficilement supportables.

La logique de santé, entre quête de bien-être et adaptation aux limitations fonctionnelles

16La logique de santé peut renvoyer (selon que l’on prend le terme dans une acception large – celle de l’Organisation Mondiale de la Santé – ou dans un sens plus restrictif) à une quête de bien-être ou à la confrontation avec des problèmes de santé. La quête de bien-être est particulièrement visible pour ceux qui, au moment de la retraite, optent pour une mobilité résidentielle interrégionale ou internationale, en quête d’un endroit où il fait bon vivre, d’un lieu plaisant et d’un climat agréable, leur mobilité pouvant être considérée comme relevant du « confort » [Bonvalet et al., 2007] ou être qualifiée d’« hédoniste » [Nowik, Thalineau, 2008]. À l’opposé, les problèmes de santé sont au cœur des pratiques résidentielles d’autres retraités qui sont confrontés à des limitations fonctionnelles et qui mettent en place ce que nous appellerons plus loin des comportements résidentiels d’« ajustement » aux difficultés de la vieillesse. Cette préoccupation pour la santé-maladie s’observe aussi à travers la prise en compte, par les retraités qui pratiquent l’alternance résidentielle transnationale, de la qualité des systèmes de santé des deux pays dans lesquels ils vivent : les retraités des foyers de travailleurs migrants sont ainsi particulièrement attachés au système de santé français et au droit qu’ils ont acquis de pouvoir en bénéficier [Fevotte, Amaouche, 2009].

La logique familiale, entre proximité et distance

17En troisième lieu, la logique familiale est partagée entre, d’un côté, la recherche de la proximité familiale et, de l’autre, le souci de son autonomie personnelle. C’est ainsi que, face aux difficultés de l’âge, deux grandes stratégies sont repérables parmi les retraités qui déménagent [Nowik, Thalineau, 2008] : l’une consiste à se rapprocher de sa famille afin de pouvoir prendre appui sur elle, en activant ainsi les solidarités familiales ; dans l’autre, les retraités comptent plutôt sur les ressources territoriales pour rester autonomes et conserver leur indépendance par rapport à leurs enfants. Cette seconde posture, marquée par une « mise à distance » de la famille, est par exemple affirmée avec force par une partie des retraités originaires du Nord de l’Europe venus vivre dans le Sud-Ouest de la France [Mantovani et al., 2009].

La logique territoriale, entre attachement aux lieux et valorisation de la mobilité

18La logique territoriale invite, quant à elle, à mettre en évidence une autre ligne de clivage entre ceux pour qui les comportements résidentiels se fondent sur un attachement local, voire sur « une multiple fidélité aux lieux » [Cribier, Kych, 1992] et ceux pour qui la valeur suprême est la mobilité et qui trouvent dans le local une inscription seulement temporaire. D’un côté, un fort attachement au lieu apparaît dans plusieurs des recherches du programme, par exemple celle sur les retraités vivant dans le périurbain [Berger, Rougé, 2008] ou encore celle sur les bi-résidents du littoral breton, pour lesquels la double résidence peut être considérée comme la traduction résidentielle d’une « multiple fidélité aux lieux » [Chevrier, Darris, 2009]. D’un autre côté et à l’opposé, il existe un autre type d’attachement – non pas un attachement ancré localement, mais un attachement à la mobilité en tant que valeur –, qui est le fait d’une minorité de retraités, mais dont on peut penser qu’il se diffuse parmi les nouvelles générations arrivant à la retraite, qui ont connu une plus forte mobilité touristique et résidentielle que les précédentes [Bonvalet, Ogg, 2009]. Cette posture se rencontre non seulement dans l’enquête de Catherine Bonvalet et Jim Ogg sur les baby-boomers, mais aussi dans la recherche de Jean Mantovani sur les habitants du Sud-Ouest de la France originaires des pays du Nord de l’Europe : certains sont de « grands mobiles », des « habitants du monde », qui sont venus s’installer là comme ils auraient pu s’installer ailleurs… et qui pourraient bien repartir un jour.

La logique conjugale, entre négociation et imposition

19Une cinquième logique doit être introduite pour tenir compte du fait que le comportement résidentiel d’une partie des retraités relève d’un choix conjugal. Cette dernière logique – la logique conjugale – est marquée par une tension entre négociation et imposition par l’homme de ses décisions résidentielles à son épouse. Dans certains cas, en effet, on peut parler de négociation d’un projet résidentiel commun. C’est ainsi que 88 % des hommes et 67 % des femmes interrogés par Laurent Nowik et Alain Thalineau indiquent que leur décision de déménager a été prise « à deux ». Cette négociation consiste aussi, parfois, en un compromis résidentiel qui passe par la double résidence ou que la double résidence peut faciliter. Dans d’autres cas et à l’inverse, il y a plutôt imposition par l’homme de sa décision de mobilité résidentielle : l’importance du nombre de femmes (un tiers dans l’enquête de Nowik et Thalineau) qui considèrent que la décision de déménager n’a pas été prise en commun en atteste et plusieurs témoignages cités dans les rapports de recherche l’illustrent.

3. Les comportements résidentiels au fil de l’âge

  • 8 Si l’on prend en compte les entrées en institution, l’augmentation de la mobilité résidentielle apr (...)

20La diversité des comportements résidentiels à la retraite se fait jour également lorsqu’on envisage leur transformation au fil de l’âge. L’enquête logement de 2002 montre ainsi que la mobilité résidentielle (vers un logement ordinaire, donc hors entrées en institution) est plus forte en début de retraite et qu’elle baisse ensuite avant de repartir très légèrement à la hausse après 80 ans8 [Driant, 2007]. Par ailleurs, on observe des différences entre la mobilité résidentielle de début de retraite et celle qui se produit plus tard, après 70 ou 75 ans : chez les plus âgés, la mobilité de proximité est plus fréquente ; une part non négligeable de ménages mobiles (de l’ordre de 20 % après 75 ans) abandonne le statut de propriétaire pour celui de locataire [Driant, 2007, p. 265] ; la mobilité vers les villes se fait plus fréquente [Driant, 2007, graphique 10]. Enfin, à ces résultats qui portent sur la mobilité vers un logement ordinaire, il faut ajouter que c’est à partir de 80 ans que la proportion des personnes vivant en institution augmente assez nettement [Renaut, 2007, graphique 1].

Mobilités de confort et mobilités d’ajustement

21Pour aller plus loin dans la comparaison entre mobilités résidentielles de début de retraite et mobilités résidentielles plus tardives, une distinction analytique utile consiste à différencier les mobilités « de confort », qui renvoient à une quête de bien-être, et les mobilités « d’ajustement », qui relèvent d’une stratégie d’adaptation aux difficultés de la vieillesse (problèmes de santé, difficultés pour se déplacer, décès du conjoint, démotorisation) [Bonvalet et al., 1997, p. 16]. Cette distinction permet, en effet, de souligner que les mobilités de confort sont plus nombreuses en début de retraite et que les mobilités d’ajustement deviennent plus fréquentes avec l’âge [Nowik, Thalineau, 2008].

22Il importe cependant de ne pas associer trop strictement ces deux types de mobilité à des tranches d’âge précises. En particulier, on ne saurait réduire les mobilités de début de retraite aux seules mobilités de confort. Certaines de ces mobilités se font, en effet, sous la pression économique de la baisse des revenus au moment du passage à la retraite [Harzo, Bonnal, 2009]. D’autres sont motivées par des raisons de santé, en particulier dans les milieux populaires [Cardon, 2009] dans lesquels les problèmes de santé surviennent, en moyenne, plus tôt que dans les classes moyennes et supérieures : ces mobilités de début de retraite sont donc déjà des mobilités d’ajustement. Aussi convient-il de garder à l’esprit que les mobilités de confort concernent une partie seulement des mobilités des jeunes retraités. À l’inverse, ces mobilités de confort, tout en devenant moins nombreuses, ne disparaissent pas chez les plus âgés : elles peuvent aussi être le fait d’octogénaires [Nowik, Thalineau, 2008].

Des mobilités d’ajustement aux comportements résidentiels d’ajustement

23Arrêtons-nous maintenant sur les mobilités résidentielles d’ajustement qui, nous l’avons vu, prennent une place croissante avec l’âge. Ces mobilités s’observent chez des personnes entrées dans un processus de fragilisation auquel elles s’efforcent de faire face : elles déménagent pour occuper un logement plus accessible (par exemple, un appartement au rez-de-chaussée ou dans un immeuble avec ascenseur) ou pour se rapprocher des transports, des commerces et des services de santé, ou encore de leurs enfants. L’objectif recherché est double. Il s’agit, d’une part, de rendre plus faciles les relations avec l’environnement extérieur du domicile (par exemple, pouvoir continuer à faire ses courses, ou profiter de la proximité d’un enfant pour qu’il les fasse) et, d’autre part, de se sentir davantage en sécurité (puisqu’on sait pouvoir compter sur les membres de sa famille, désormais à proximité et/ou pouvoir faire appel plus aisément aux professionnels de santé). L’enjeu de ces mobilités résidentielles d’ajustement consiste donc à maintenir des « prises » sur le monde [Caradec, 2007]. Cette stratégie peut cependant se révéler à double tranchant : si elle est susceptible de procurer des bénéfices en termes d’autonomie retrouvée et/ou sous la forme d’un sentiment de sécurité accru, elle peut aussi avoir des conséquences moins heureuses lorsque le déménagement se traduit par l’abandon d’éléments importants du mode de vie antérieur. Par exemple, ne plus disposer d’un jardin ou d’un coin-atelier peut rendre difficile l’adaptation masculine au nouveau logement.

24Face aux difficultés de la vieillesse, les mobilités d’ajustement ne constituent d’ailleurs pas, en matière d’habitat, le type de stratégie le plus fréquent. En effet, plutôt que de déménager, nombreux sont ceux qui demeurent là où ils sont, en déployant des stratégies d’ajustement d’un autre type, qui portent sur leurs pratiques d’habiter. Ainsi, au fur et à mesure qu’ils vieillissent et se trouvent confrontés aux fragilités de l’âge, les pavillonnaires mettent en œuvre tout un ensemble d’ajustements progressifs, qui leur permettent d’adapter leur pratique d’habiter aux contraintes nouvelles [Berger, Rougé, 2008] : moindre entretien du jardin quand apparaissent les problèmes de santé ; abandon de l’étage pour ceux qui ne peuvent plus y accéder et réaménagement du rez-de-chaussée ; recours à un service de livraison à domicile pour les courses ou de livraison des repas par le CCAS ; mobilisation de la famille, ainsi que des voisins lorsque les relations nouées avec eux sont suffisamment anciennes pour pouvoir passer du registre de la sociabilité à celui de la solidarité [Drulhe et al., 2007] ; etc.

4. Les comportements résidentiels des retraités, fonction des contextes nationaux et locaux

25Enfin, les comportements résidentiels des retraités varient en fonction des contextes territoriaux dans lesquels ils s’inscrivent, contextes territoriaux que nous envisagerons ici à un double niveau, national, puis local.

Le contexte national des comportements résidentiels à la retraite

26C’est, tout d’abord, le contexte national qu’il convient de prendre en compte. Ses caractéristiques culturelles et institutionnelles peuvent, en effet, être plus ou moins favorables à la mobilité résidentielle. De nettes différences existent ainsi entre retraités anglais, espagnols et français, le phénomène le plus remarquable étant la forte appétence des Britanniques pour la mobilité résidentielle, et en particulier pour la mobilité résidentielle internationale : aujourd’hui, la pension de retraite d’un million de Britanniques, soit près de 10 % d’entre eux, leur est versée à l’étranger [Ogg, Renaut, Leal, 2008]. Un tel phénomène renvoie indissociablement à des éléments institutionnels comme la facilité de l’accès au crédit et le faible niveau des pensions de retraite en Angleterre, et à des éléments culturels, comme la propension des Britanniques à considérer leur logement non pas comme une affaire familiale (« un bien de famille » dont on ne peut se séparer) ou comme une affaire existentielle (un bien qui fait partie de son histoire et que l’on ne saurait vendre), mais tout simplement comme un bien d’investissement. Ce moindre attachement au patrimoine immobilier, qui conduit à le transformer plus facilement en liquidités, se conjugue, au Royaume-Uni, avec une plus forte propension à la mobilité géographique, à la fois liée aux conditions climatiques qui amènent à rechercher ailleurs ce qu’il n’est pas possible de trouver chez soi et facilitée par la pratique répandue de la langue anglaise.

Le contexte local des comportements résidentiels à la retraite

27Au-delà du contexte national, c’est aussi le contexte local qui intervient dans les comportements résidentiels des retraités – et même les contextes locaux pour ceux qui déménagent et pour lesquels entrent en ligne de compte à la fois les caractéristiques du lieu de départ et celles du lieu d’arrivée. De ce point de vue, deux caractéristiques de l’environnement méritent plus particulièrement d’être distinguées : l’équipement du lieu et son « ambiance ».

28Un premier élément important tient à l’équipement du lieu, c’est-à-dire à l’existence ou non de commerces, de services et de transports collectifs. La présence ou l’absence de ces infrastructures constitue un élément susceptible de faciliter – ou, à l’inverse, de rendre plus difficile – le maintien sur place. De plus, ces équipements peuvent intervenir comme facteur d’attraction pour les retraités qui entreprennent une mobilité résidentielle. C’est le cas pour les mobilités d’« ajustement », en particulier lorsque les retraités misent davantage sur les ressources territoriales que sur la proximité familiale : ils portent alors une grande attention à la proximité des commerces, des services de santé ou des administrations.

29Au-delà de cet aspect, une autre caractéristique importante du contexte local, susceptible de favoriser la stabilité résidentielle ou, à l’inverse, d’inciter au départ (mais qui constitue sans doute un faible facteur d’attraction tant elle se laisse difficilement appréhender à distance) est ce que l’on peut appeler l’« ambiance » du lieu, pour reprendre une notion proposée par Anne Barrère et Danilo Martuccelli [Barrère, Martuccelli, 2009, ch. 6]. L’ambiance désigne ici la qualité de l’environnement relationnel de proximité, l’existence ou non de liens sociaux tissés localement et, plus largement, le fait de se sentir « bien » là où l’on vit. Ainsi, l’ambiance des zones pavillonnaires apparaît très variable : certains retraités mettent en avant l’esprit « village » de leur lotissement alors qu’ailleurs les relations apparaissent plus distantes [Berger, Rougé, 2008]. De même, dans les foyers de travailleurs et retraités immigrés, les unités de vie se caractérisent par des ambiances différentes : si les résidants retraités sont souvent très réticents à déménager, c’est parce qu’un équilibre satisfaisant s’est construit au sein de l’unité dans laquelle ils sont installés aujourd’hui, au contraire d’autres unités de vie qu’ils ont connues par le passé [Fevotte, Amaouche, 2009].

Conclusion

30En mettant au jour la diversité des comportements résidentiels des retraités et en portant une attention particulière aux territoires dans lesquels ils vivent et à leur rapport à ces territoires, les recherches réalisées dans le cadre du programme du PUCA aident à rompre avec la représentation à la fois simpliste et statique de la vieillesse comme « états » (l’état de « jeune senior » en pleine forme, puis celui de « personne âgée dépendante »). Elles plaident pour une conception dynamique de l’avancée en âge, attentive à ses « transformations silencieuses » [Jullien, 2009] et, en particulier, au processus de fragilisation au cours duquel la question des « prises » sur le monde constitue, pour les personnes qui vieillissent, un enjeu essentiel [Caradec, 2007]. Or ces « prises » sur le monde extérieur ne dépendent pas seulement de l’équipement « personnel » des personnes (leur état de santé ou leurs capacités d’adaptation), mais aussi des caractéristiques de l’environnement dans lequel elles vivent et qui leur offrent des prises plus ou moins nombreuses. Il est possible de soutenir que ces prises dépendent, d’une part, de l’équipement du lieu (la proximité de commerces, de services, de transports collectifs) et, d’autre part, de son ambiance (qui tient à une série de facteurs, notamment à la qualité des liens sociaux de proximité, et qui se traduit par une plus ou moins grande familiarité avec l’environnement). Ces deux caractéristiques peuvent d’ailleurs varier en sens inverse : la bonne ambiance d’une zone rurale ou pavillonnaire peut contrebalancer la faiblesse de son équipement et, à l’inverse, les espaces urbains bien dotés en services de proximité peuvent, sur un autre plan, être peu accueillants pour les personnes âgées fragiles (que l’on songe au rythme urbain imposé par les jeunes et les actifs, qui peut constituer un facteur d’éviction de l’espace public pour ceux qui ne peuvent suivre ce rythme et se sentent en décalage avec lui) [Clément, Mantovani, Membrado, 1996]. L’environnement constitue ainsi un aspect essentiel de l’avancée en âge – et c’est l’intérêt du programme « Vieillissement de la population et habitat » que d’inviter à une meilleure prise en compte de l’inscription territoriale du vieillissement, ouvrant sur ce qu’on pourrait appeler une « gérontologie environnementaliste » [Phillipson, 2004].

Haut de page

Bibliographie

ATTIAS-DONFUT C. (2006), L’enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France, Paris, Armand Colin.

BARRÈRE A., MARTUCCELLI D. (2009), Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Lille, Presses universitaire du Septentrion.

BONVALET C. (2007), « Histoire résidentielle des Franciliens nés entre 1930 et 1950 », in C. Bonvalet, F. Drosso, F. Benguigui, P. M. Huynh, Vieillissement de la population et logement, Paris, La Documentation française, PUCA, pp. 283-302.

BONVALET C., DROSSO F., BENGUIGUI F., HUYNH P. M. (2007), Vieillissement de la population et logement. Les stratégies résidentielles et patrimoniales, Paris, La Documentation française, PUCA.

BOUISSON J. (2008), Le syndrome de vulnérabilité, Paris, Lavoisier.

CARADEC V. (2007), L’épreuve du grand âge, Retraite et Société, n° 52, pp. 11-37.

CARADEC V. (2009), Les comportements résidentiels des retraités, Rapport au PUCA.

CARDON P. (2009), Les effets de la mobilité résidentielle des retraités sur leur alimentation, Recherches familiales, n° 6, pp. 105-115.

CLÉMENT S., MANTOVANI J., MEMBRADO M. (1996), Vivre la ville à la vieillesse : se ménager et se risquer, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 73, pp. 90-98.

CLÉMENT S., DRULHE M., MEMBRADO M. (1998), Vieillesses de soi, vieillesses de l’autre, Prévenir, n° 35, pp. 5-8.

CLEMENT S., ROLLAND C., THOER-FABRE C. (2007), Usages, normes, autonomie, PUCA.

CRIBIER F., KYCH A. (1992), La migration de retraite des Parisiens. Une analyse de la propension au départ, Population, n° 3, pp. 677-718.

DRIANT J.-C. (2007), « La mobilité des personnes âgées dans le marché du logement : une approche dynamique », in C. Bonvalet, F. Drosso, F. Benguigui, P. M. Huynh, Vieillissement de la population et logement, Paris, La Documentation française, PUCA, pp. 247-266.

DRULHE M., CLÉMENT S., MANTOVANI J., MEMBRADO M. (2007), L’expérience du voisinage : propriétés générales et spécificités au cours de la vieillesse, Cahiers internationaux de sociologie, n° 123, pp. 325-339.

LAFFERRÈRE A., ANGELINI V. (2009), La mobilité résidentielle des seniors en Europe, Retraite et Société, 58, pp. 87-107.

GUSTAFSON P. (2001), Retirement migration and transnational lifestyles, Ageing and Society, vol. 21, pp. 371-394.

HOWARD R.W. (2008), Western retirees in Thailand : motives, experiences, wellbeing, assimilation and future needs, Ageing and Society, vol. 28, pp. 145-163.

JULLIEN F. (2009), Les transformations silencieuses, Paris, Grasset.

LONGINO C.F., MARSHALL V.W. (1990), North American research on seasonal migration, Ageing and Society, vol. 10, p.p. 229-235.

LOUCHART P. (2007), « Où vieilliront les générations du baby-boom ? », in C. Bonvalet, F. Drosso, F. Benguigui, P. M. Huynh, Vieillissement de la population et logement, Paris, La Documentation française, PUCA, pp. 129-148.

MALLON I. (2004), Vivre en maison de retraite. Le dernier chez-soi, Rennes, PU de Rennes.

MEMBRADO M. (1998), « Processus de vieillissement et “secondarité” », in J. Yerpez, La ville des vieux, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, pp. 95-105.

MINODIER C., RIEG C. (2004), « Le patrimoine immobilier des retraités », Insee Première, n° 984.

PHILLIPSON C. (2004), Urbanisation and ageing : towards a new environmental gerontology, Ageing and Society, vol. 24, pp. 963-972.

PHILLIPSON C. (2007), The ‘elected’ and the ‘excluded’ : sociological perspectives on the experience of place and community in old age, Ageing and Society, vol. 27, pp. 321-342.

RENAUT S. (2007), « Face au vieillissement et au handicap, changer de logement ou l’adapter ? », in C. Bonvalet, F. Drosso, F.Benguigui, P. M. Huynh, Vieillissement de la population et logement, Paris, La Documentation française, PUCA, pp. 351-379.

WARNES A.M., KING R., WILLIAMS A.M., PATTERSON G. (1999), The well-being of British expatriate retirees in southern Europe, Ageing and Society, vol. 19, pp. 717-740.

Haut de page

Annexe

Rapports de recherche utilisés :

BERGER M., ROUGE L., THOMANN S., THOUZELLIER C. et al. (2008), Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l’espace périurbain.

CHAILLOU F., SEMARD A., EYNARD C., PIOU O., AMYOT J.-J., BARRE C. (2008), Politiques territoriales de l’habitat et choix des personnes au grand âge.

CHEVRIER S., DARRIS G. (2009), Systèmes résidentiels des jeunes retraités et politique de l’habitat de territoires littoraux en Bretagne.

FEVOTTE A., AMAOUCHE M.-D. (2009), Le logement des immigrés à l’épreuve du vieillissement.

HARZO C., BONNAL V. (2009), Le rôle du parc locatif social dans le logement des personnes âgées modestes.

MANTOVANI J., RAFAÏ K., CHAUVEAU M., DUCHIER J., GAYRAL M., PONS M., MEMBRADO M. (2009), Les habitants du Sud-Ouest de la France originaires des pays d’Europe du Nord. Condition d’habitat et de vieillissement.

NOWIK L., THALINEAU A. (2008), Mobilités résidentielles et maintien à domicile des personnes âgées de 75 à 85 ans.

OGG J., RENAUT S., LEAL J. (2008), Les choix résidentiels des retraités européens : l’exemple de la France, du Royaume-Uni et de l’Espagne.

À ces recherches, il faut ajouter celle de Catherine Bonvalet et Jim Ogg, maintenant publiée aux éditions de l’Aube :

BONVALET C., OGG J. (2009), Les baby-boomers : une génération mobile, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube.

Haut de page

Notes

1 Ce document de synthèse ainsi que le présent article prennent plus particulièrement appui sur neuf recherches du programme dont la liste figure en annexe. L’auteur tient à remercier Francine Benguigui et Mai Hyunh, qui ont dirigé le programme du Puca, pour leur confiance, ainsi que les lecteurs anonymes de la revue pour leurs remarques.

2 D’un côté, nombre de sexagénaires sont éloignés de l’image médiatique des jeunes « seniors ». De l’autre, il est faux de considérer que les plus âgés sont nécessairement « dépendants » et qu’ils résident en institution. En effet, si la prévalence des limitations fonctionnelles augmente fortement avec l’âge, il demeure, aux âges élevés, une frange de personnes qui en sont indemnes. De plus, nombre de personnes « dépendantes » vivent à domicile. Au total, même parmi les nonagénaires, ceux qui vivent en institution sont minoritaires [Renaut, 2007, graphique 1].

3 D’après l’enquête logement de 2002, le taux d’emménagés récents (i.e. ceux qui ont emménagé dans leur logement depuis moins de 4 ans) est de moins de 10% pour les ménages dont la personne de référence est âgée de 60 ans et plus (contre 32% dans l’ensemble de la population) [Driant, 2007].

4 Ainsi, l’enquête logement de 2002 montre que 19% des ménages retraités sont propriétaires de leur résidence principale et d’un autre logement et que près du tiers de ces autres logements sont des résidences secondaires [Minodier, Rieg, 2004]. D’après cette source, on peut donc considérer qu’un peu plus de 6% des ménages retraités possèdent une résidence secondaire (8% pour les 60-69 ans). L’enquête Share conduit au même ordre de grandeur, 8% des Français de plus de 50 ans répondant positivement à la question suivante : « Sauf pour les vacances ou de courts séjours, avez-vous l’habitude de passer une partie de l’année dans une autre résidence ? » [Ogg, Renaut, Leal, 2008].

5 L’enquête Biographies et entourage, réalisée en 2000-2001 auprès d’un échantillon représentatif d’habitants de la région Île-de-France âgés de 50 à 70 ans aboutit à un taux de détention de résidences secondaires de 35% [Bonvalet, 2007, p. 290].

6 Une enquête de la Cnav réalisée auprès d’un échantillon représentatif de personnes d’origine étrangère fait état d’un taux de transmigrants de l’ordre d’un tiers (32,4%) parmi les retraités, les transmigrants étant définis comme « ceux qui effectuent plusieurs séjours annuels au pays natal ou au moins un voyage annuel avec une durée de résidence supérieure à un mois » [Attias-Donfut, 2007, pp. 275-276].

7 D’après une enquête réalisée, en 2005, par Adoma, les retraités immigrés vivant en foyer sont 70% à pratiquer des aller-retour [Fevotte, Amaouche, 2009].

8 Si l’on prend en compte les entrées en institution, l’augmentation de la mobilité résidentielle après 80 ans est plus marquée, comme le montrent les résultats de l’enquête Share [Laferrère, Angelini, 2009].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Caradec, « Les comportements résidentiels des retraités. Quelques enseignements du programme de recherche « Vieillissement de la population et habitat » », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 29-40.

Référence électronique

Vincent Caradec, « Les comportements résidentiels des retraités. Quelques enseignements du programme de recherche « Vieillissement de la population et habitat » », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/3897 ; DOI : 10.4000/eps.3897

Haut de page

Auteur

Vincent Caradec

Université de Lille 3
Laboratoire CeRIES
ISAS/Sciences de l’Éducation
BP 60149
59653 Villeneuve-d’Ascq Cedex
vincent.caradec@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org