Navigation – Plan du site

Éditorial

Sylvie Coupleux, Sabine Duhamel et Jean-François Ghekière
p. 3-5

Texte intégral

1L’allongement de la durée de vie et surtout l’arrivée, au sein de la population âgée, des générations pleines issues du baby boom accroissent l’intérêt des recherches sur les relations entre les personnes âgées et leur habitat. L’augmentation du nombre de personnes âgées qui affecte avec force les territoires accueillant les générations du baby boom modifie sensiblement les besoins de logement. Toute une série de changements accompagne le vieillissement individuel : cessation de l’activité principale à l’occasion de la retraite, implication dans de nouvelles activités, décohabitation des enfants, décès du conjoint, autant d’évènements de la vie générant de nouvelles relations au temps et à l’espace. Aux âges les plus avancés, le vieillissement s’accompagne d’une diminution des capacités motrices, d’une baisse de la vélocité et peut devenir synonyme de repli sur un territoire de plus en plus restreint : avec l’abandon de la conduite automobile, les difficultés à se déplacer, à emprunter les transports publics, à gravir des marches ou des escaliers ; le logement, l’environnement de proximité, le quartier, les relations de voisinage deviennent l’espace de référence favorisant l’intégration, l’autonomie ou la dépendance.

2Une première entrée dans le thème de ce numéro peut s’opérer autour des questions de mobilité résidentielle. La sédentarité des personnes âgées pose la question de l’adaptation du logement à la sénescence. Des logements souvent vastes, des maisons construites dans les banlieues pavillonnaires ou dans les espaces périurbains au cours des années 60, 70, 80 voient leurs occupants vieillir. Dans un environnement souvent pauvre en services de proximité, les logements sont peu adaptés aux besoins des personnes âgées. Ils imposent alors une mobilité plus ou moins choisie. Cependant, l’attachement au logement, au quartier, aux relations de voisinage, mais également le coût du foncier constituent des freins à la mobilité. Dès lors, on peut s’interroger sur les conséquences de la mobilité ou de l’immobilité sur le marché du logement, le bien être des personnes âgées et l’évolution des territoires.

3Une deuxième entrée porte sur les nouvelles formes d’habitat pour personnes âgées avec une opposition entre mixité et ségrégation. Il s’agit ici de s’interroger sur la variabilité des formes d’habitat destinées aux personnes âgées. Les grands groupes immobiliers s’orientent-ils vers la constitution de quartiers ou résidences spécifiques offrant à la fois logement de qualité et service sans faille à une clientèle aisée : « ghettos de vieux riches ». Ou bien nous orientons-nous vers un habitat adapté au vieillissement des individus et fondu dans la trame urbaine assurant ainsi une mixité des âges sur le territoire ? Des exemples saisis en France mais également à l’étranger permettent d’obtenir un panorama des différentes solutions choisies pour l’habitat des personnes âgées, de mesurer l’impact des choix effectués sur les territoires. Gardons également à l’esprit que bon nombre de personnes âgées ne sont pas en mesure d’adapter leur logement.

4Une troisième et dernière entrée porte sur les politiques du logement. La prise en compte du vieillissement démographique dans les documents d’urbanisme oriente l’avenir de l’offre de logements sur un territoire. Prévoir des logements adaptés aux personnes âgées dans les centres bourgs permet de répondre à une attente des individus âgés. La construction d’une offre de logements adaptés peut accroître la mobilité des personnes âgées sur un territoire. L’objectif est la plupart du temps la rotation des générations au sein du parc de logements permettant l’ajustement de la taille du logement à celle des ménages. Dès lors, faut-il envisager de construire du logement spécifique pour inciter les personnes âgées à quitter leur domicile ? Des exemples pris dans différents pays, différentes régions permettent de mesurer l’impact des politiques publiques sur le comportement migratoire des personnes âgées et in fine sur le marché du logement.

5Le même type de problématique concerne les bailleurs sociaux. Quelle stratégie de peuplement opèrent les bailleurs sociaux par exemple face à des femmes veuves occupant de grands logements alors que la demande de grands logements émanant des jeunes adultes est importante et insatisfaite ? La construction de logements adaptés permettrait de répondre aux attentes de personnes âgées tout en libérant un segment du parc.

6Ce numéro de la revue rassemble dix articles qui nous amènent à la comparaison des systèmes internationaux aux expériences locales en matière d’habitat pour personnes âgées. Jim Ogg, Sylvie Renaut, Sarah Hillcoat-Nalleétamby et Catherine Bonvalet examinent de façon très intéressante les politiques et les plans nationaux dévolus aux questions du logement et du vieillissement en France et au Royaume-Uni. C’est principalement la vision développée par les deux gouvernements qui est analysée par les auteurs. Vincent Caradec établit une synthèse des recherches effectuées dans le cadre d’un appel d’offre du PUCA sur le thème des comportements résidentiels pendant la retraite. Sa contribution met en évidence la pluralité des formes de mobilité ou de sédentarité : mobilité choisie, stabilité résidentielle, mobilité contrainte, assignation à résidence, incertitude résidentielle. Puis, il dégage cinq grandes logiques explicatives. Laurent Nowic et Alain Thalineau approfondissent ce thème en ciblant la période centrale de la retraite à partir d’enquêtes menées sur des territoires très variés. Martine Bergé, Lionel Rougé, Sandra Thomann et Christiane Thouzellier s’inscrivent également dans ce champ de la mobilité résidentielle et évoquent la question du vieillissement en pavillon. Par l’intermédiaire d’une analyse qualitative, les auteurs mettent en évidence les tactiques et les stratégies des retraités pour se maintenir le plus durablement possible dans leur environnement périurbain même s’il est peu adapté au vieillissement des individus. Après la question de la mobilité résidentielle se pose la question des mobilités quotidiennes, Pascal Pochet et Rémi Corget s’interrogent, à partir de résultats issus de l’enquête ménages-déplacements grenobloise de 2002, sur les déplacements quotidiens des personnes âgées, en présentant différents facteurs de différenciation, comme les caractéristiques de la zone de résidence, le sexe, l’âge, l’accès à la voiture ou encore le mode de cohabitation. Ils démontrent également que les pratiques d’activités et les modes de vie sont très variés selon les groupes de personnes âgées Véronique Mondou et Philippe Violier abordent la question de la perte d’autonomie des personnes âgées dans une petite agglomération. Comment pallier la perte de mobilité autonome ? Enfin quatre articles apportent un éclairage sur des questionnements et expériences au niveau local. Vincent Froger, Jean-François Ghékière et Vincent Houillon présentent l’impact du vieillissement de la population sur l’évolution du parc de logement minier du Nord - Pas-de-Calais. Le décès des veuves de mineurs induit un profond mouvement de renouvellement démographique dans certaines cités minières qui aboutit à la constitution de véritables poches de pauvreté. L’article d’Isabelle Malon traite du vieillissement des populations en milieu rural et apporte un éclairage intéressant sur les pratiques de mobilité et les manières d’habiter d’une population âgée hétérogène pour laquelle le milieu rural isolé n’est pas forcément, contrairement aux idées reçues, synonyme de repli et d’isolement relationnel. Karine Meslin quant à elle observe, à partir du cas nantais, la mise à l’écart des immigrants des années 60 qui ont vieilli sur place, en foyers pour travailleurs. Ces logements provisoires devenus durables, inconfortables et précaires ne sont plus adaptés aux besoins d’une population maintenant âgée composée d’hommes isolés. Anne Labit et Karine Chaland comparent deux formes d’habitat groupé autogéré, l’un en France, l’autre en Allemagne tant dans la forme à leur donner que dans le mode de gestion. La comparaison est révélatrice de politiques et de traditions culturelles très différentes, elle propose surtout de poser au-delà des exemples la question de la « ghettoïsation » choisie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Coupleux, Sabine Duhamel et Jean-François Ghekière, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2010/1 | 2010, 3-5.

Référence électronique

Sylvie Coupleux, Sabine Duhamel et Jean-François Ghekière, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2010/1 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://eps.revues.org/3883

Haut de page

Auteurs

Sylvie Coupleux

EA 2468 « dynamique des Réseaux et des Territoires »
Université d’Artois
U.F.R. d'Histoire-Géographie
9, rue du Temple
62030 ARRAS cedex
Sylvie.Coupleux@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Sabine Duhamel

EA 4477 « Territoires, Villes, Environnement et Sociétés »
Université du Littoral Côte d’Opale
Institut des Mers du Nord
21, Quai de la citadelle
BP 5528
59 383 Dunkerque Cedex 1
duhamel@opale.univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Jean-François Ghekière

EA 4477 « Territoires, Villes, Environnement et Sociétés »
Université Lille 1
U.F.R. de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d'Ascq Cedex
Jean-François.Ghekiere@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org