Navigation – Plan du site

Éditorial

Yves Boquet
p. 355-357

Texte intégral

1La Chine a changé. Son extraordinaire dynamisme économique des trente dernières années s’est accompagné de profondes mutations dans sa population. Ce numéro d’Espace Populations Sociétés consacré aux populations de la Chine vise à mettre à jour et au jour les tendances de fond qui parcourent la société chinoise. Nous avons pour cela fait appel à des auteurs divers, occidentaux et chinois, géographes et non géographes, hommes et femmes, à différents stades de leurs carrières de chercheurs, pour soumettre aux lecteurs d’Espace Populations Sociétés une combinaison d’articles de synthèse et de recherches de terrain inédites. Merci à tous les contributeurs pour leur exceptionnelle réactivité face aux demandes et contraintes temporelles qui leur ont été imposées pour la parution.

2Populations de la Chine et non population : la Chine est en effet diverse. Présenter la Chine comme un bloc massif de population homogène est bien évidemment une profonde erreur dans un pays aussi vaste, aussi peuplé, aussi riche en histoire. La parenthèse de l’égalitarisme uniformisant de l’ère maoïste est bel et bien refermée, si tant est que le discours niveleur ait été suivi d’effets. Les Han dominent numériquement, avec près de 90 % de la population, mais les 10 % de minorités ethniques représentent quand même 130 millions de personnes, soit davantage que des pays comme le Japon ou les Philippines. Et surtout, la population chinoise, naguère enracinée dans les villages et enserrée dans les quartiers urbains proches des unités de travail, est devenue extrêmement mobile, entre autres avec les modifications du hukou (certificat d’enregistrement résidentiel), brouillant la distinction entre urbain et rural.

3Une première transformation en profondeur de la société chinoise depuis trois décennies est la montée des inégalités sociales. Notre article introductif, analysant les statistiques les plus récentes disponibles, montre une accentuation croissante des disparités entre provinces littorales, celles qui ont le plus bénéficié de la politique d’ouverture économique, et provinces intérieures en retard. Ce décalage, perceptible par de nombreux indicateurs démographiques, économiques et sociaux, se double d’une césure de plus en plus sérieuse entre monde urbain et monde rural. Les campagnes de l’intérieur chinois sont bien plus touchées que celles des régions côtières qui, grâce aux entreprises de villages travaillant en sous-traitance pour les grandes entreprises installées autour des principales métropoles chinoises, ont vu le revenu moyen de leurs habitants s’élever plus vite que dans les campagnes profondes du Hunan ou du Guizhou. Il en résulte aujourd’hui des tensions importantes qui menacent la stabilité politique à laquelle sont attachés les dirigeants du pays.

4Tensions également entre les Han et les multiples minorités dispersées à travers la Chine. H. Cao et O. Dehoorne dressent un tableau général de la situation des minorités en Chine, tant dans leur statut que leur distribution géographique et, mettent en exergue des processus d’exclusion qui affectent de nombreuses populations minoritaires, comme à l’école ou les soins médicaux. T. Harlan montre que cette exclusion se produit aussi dans le domaine économique, puisque les colons Han du Xinjiang manifestent un dynamisme entrepreneurial plus important que les Ouïghours, même si dans le secteur de la restauration et des commerces informels les autochtones ont gardé une certaine maîtrise. Le sentiment des Ouïghours d’être débordés par les entreprises des Han suscite des tensions sociales qui peuvent dégénérer en affrontements inter-ethniques.

5La population chinoise est devenue mobile. Outre les grands flux touristiques déferlant à travers la Chine lors des trois « semaines dorées » de congés payés (Nouvel An chinois, 1er mai, 1er octobre), le phénomène des travailleurs migrants a pris une ampleur extraordinaire. Les besoins en main-d’œuvre des grandes régions urbaines de l’Est, en particulier à Pékin autour de Shanghai et dans le delta de la Rivière des Perles au Guangdong, ont entraîné le développement de flux massifs de travailleurs migrants, les mingong (nongmin gongren, paysans-ouvriers, travailleurs migrants), parfois appelés aussi « population flottante » dont le nombre est grosso modo le même que celui des minorités ethniques non Han. Les trois articles de L. Roulleau-Berger, N. Zhu et C. Batisse, M. Janiec-Grygo et P. Basu s’attachent à analyser en profondeur ces déplacements de population au sein de la Chine. Trois processus de segmentation du travail en Chine - entre marchés urbain et rural, secteurs privé et public, formel et informel - ont conduit à la multiplication des migrants peu qualifiés et précaires, jeunes, peu qualifiés ou déqualifiés, sans protection sociale. Les migrants les plus jeunes, issus de la génération de l’enfant unique, vivent très mal un éventuel échec dans leur lutte pour la reconnaissance sociale. Malgré la réforme du hukou, une importante discrimination sociale et économique subsiste entre immigrants ruraux et travailleurs urbains, au bénéfice de ces derniers. Une approche basée sur le genre (Janiec-Grygo & Basu) montre par contre, dans le cas de Wuhan, que le travail en ville est émancipateur pour les femmes rurales dans une société qui accorde encore plus d’importance aux garçons. Mariées ou non, ces femmes envoient de l’argent à leurs familles restées à la campagne. Les migrations de travail, qui se déroulent essentiellement à l’intérieur de la Chine, prennent cependant parfois un aspect international. C. Guérassimoff présente le cas des migrantes chinoises temporairement expatriées en Europe qui doivent négocier une triple identité de migrantes, de femmes, et de mères, internationalisant la problématique de la migration de travail féminine observée dans les provinces chinoises. 

6Ces migrations et mobilités transforment les comportements matrimoniaux. J. Ouyang et al. explorent les phénomènes d’endogamie ou exogamie des résidents du Guangdong - une province essentielle de l’ouverture économique qui a connu un afflux de migrants important - au regard de l’évolution de la distance géographique d’origine entre les deux membres du couple. On trouve aujourd’hui un conjoint beaucoup plus loin, les explications étant complémentaires : effets de la hiérarchie urbaine, rôle d’Internet, importance des cloisonnements administratifs chinois.

7Migrer (ou se marier) signifie changer de lieu de résidence et trouver un logement. En Chine, le marché du logement a été bouleversé par les réformes de l’économie urbaine et l’apparition d’un marché de l’immobilier depuis les années 1980, rendant beaucoup plus cher le logement, qui n’est plus fourni par l’unité de travail. Les ségrégations ville-campagne introduites par le hukou sont un frein à la mobilité résidentielle. J. Logan, Y. Fang et Z. Zhang examinent les différents aspects de marché du logement à Pékin : évolution de la législation et du marché, les différents types de ménages et leur statut d’occupation, les types de logement occupés. Ils montrent la différenciation entre migrants et non migrants et les conditions d’insertion des migrants dans les différents segments du parc résidentiel pékinois. Ils concluent que la forme d’inégalité la plus criante en Chine n’est pas liée aux différences de revenus mais à l’accès au logement. La qualité de « résident local officiel » reste un critère discriminant entre urbains et ruraux venus en ville. Les migrants sont particulièrement nombreux dans les immeubles locatifs privés de qualité médiocre et de loyer élevé, alors que la privatisation du logement social permet l’accès à la propriété des urbains moins fortunés. Même constat à Canton (articles de S. Li et W. Liu) : les travailleurs migrants non possesseurs du bon hukou (celui qui permet de vivre en ville) sont particulièrement mal lotis puisqu’il leur est interdit d’accéder aux logements subventionnés et que les logements du marché sont bien trop chers pour eux, à un moment où le gouvernement chinois a interrompu l’allocation de logements sociaux. Dans un système du logement en transition qui combine aujourd’hui les caractéristiques de l’économie de marché et de l’économie planifiée avec des structures assez complexes de fourniture de logement et de baux, la segmentation entre logements loués et achetés dépend de quatre variables principales : l’âge du chef du foyer, le type de hukou, le revenu du foyer et le niveau d’éducation. Analysant le cas de Nankin, L. Babar montre la montée de la pauvreté, de l’inégalité et de l’exclusion en ville, avec l’émergence d’une fragmentation urbaine révélant des structures spatiales héritées, qui sont réapparues avec les mutations socio-économiques du pays.

  • 1 Lilong et hutong étaient des quartiers d’habitat populaire organisés autour de ruelles dans les par (...)

8Cet ensemble d’articles, qui aurait pu s’enrichir de contributions sur le Tibet ou Shanghai qui ne nous sont jamais parvenues, indique donc clairement que la Chine est devenue, à l’instar d’autres nations en développement, et en total décalage avec le discours qui prévalait à l’ère maoïste, un pays d’inégalités et de fractures sociales. Derrière les brillantes façades des tours de Shanghai et les somptueuses réalisations olympiques de Pékin, les populations chinoises semblent de plus en plus divisées. Lilong shanghaiens et hutong pékinois1 ont été largement détruits, leurs résidents relogés en banlieue dans de nouveaux complexes résidentiels sécurisés abritant une part croissante de la population chinoise dans de hautes tours de logement d’aspect hongkongais d’où on aperçoit parfois les quartiers fermés de villas de luxe. Le socialisme de marché a creusé les différences sociales, menant la Chine vers un futur qui pourrait être douloureux avec des tensions croissantes entre urbains et ruraux, promoteurs et paysans expulsés, Han conquérants et minorités dominées, Chinois d’une élite urbaine mondialisée et Chinois d’une paysannerie vivant encore dans des maisons sous-équipées.

9Une autre révolution chinoise est aussi en cours, moins spectaculaire peut-être mais lourde de conséquences. La Chine, premier pays du monde par sa population, a vu sa fécondité s’effondrer. Le pays est sur le point de vieillir rapidement, comme l’évoque notre dossier pédagogique à la fin de ce numéro d’Espace Populations Sociétés. La Chine manque de filles, du fait des choix des couples sous la pression des mesures composant la « politique de l’enfant unique », largement remise en cause aujourd’hui et surtout elle ne semble pas prête pour accueillir et gérer le flux - moins mobile, mais tout aussi déstabilisant pour la société chinoise dans son ensemble - des retraités.

Haut de page

Notes

1 Lilong et hutong étaient des quartiers d’habitat populaire organisés autour de ruelles dans les parties anciennes de Shanghai et Pékin respectivement. Aujourd’hui, largement démolis, les portions restantes sont désormais l’objet d’opérations et processus de préservation matrimoniale, réhabilitation, gentrification et touristisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Éditorial », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 355-357.

Référence électronique

Yves Boquet, « Éditorial », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://eps.revues.org/3881

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Département de Géographie
Université de Bourgogne
Campus Universitaire
2, Boulevard Gabriel
21000 Dijon
yves.boquet@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org