Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Thierry Sanjuan (sous la direction de) : Dictionnaire de la Chine contemporaine

Armand Colin, 2007, 304 pages
Yves Boquet
p. 573-574
Référence(s) :

Thierry Sanjuan (sous la direction de) : Dictionnaire de la Chine contemporaine

Armand Colin, 2007, 304 p.

Texte intégral

1D’« acupuncture » à « zone économique spéciale », ce dictionnaire faisant appel à pas moins de 88 contributeurs d’horizons très divers (agronome, anthropologues, architecte-urbaniste, calligraphe, économistes, géographes, historiens, journaliste, juristes, linguiste, marionnettiste, paysagiste, politistes, statisticien, sociologues), dont plusieurs auteurs chinois, passe en revue en 296 articles d’une page environ les évolutions contemporaines de la Chine. Des renvois à la fin de chaque item et un index permettent des lectures croisées.
L’ouvrage étant dirigé par un géographe, des entrées comme « administration territoriale », « centre commercial », « circulation urbaine », « eau », « espace public », « frontière », « mégalopole », « migrations intérieures », « projet de développement de l’Ouest », « région frontalière », « vieille région industrielle », « villes et campagnes » voisinent avec les biographies des grands personnages de la vie politique (de Sun Yat Sen à Hu Jintao) ou d’opposants notoires (Wei Jingsheng, Harry Wu), l’évocation de temps forts de la Chine maoïste (« Longue Marche », « Cent Fleurs », « Grand Bond en Avant », « Révolution Culturelle », « Quatre Modernisations », « Printemps de Pékin ») et une analyse succincte des relations entre la Chine et différents pays ou groupe de pays (Afrique, Amérique Latine, Asie du Sud-Est, Corée du Nord, États-Unis, France, Inde, Japon, Moyen-Orient, OMC, Russie, Taïwan, Tiers Monde). Les auteurs n’ont pas hésité à présenter des aspects controversés ou peu glorieux de la Chine (« camp de rééducation », « chômage », « contrefaçon », « contrôle politique et censure », « corruption », « criminalité », « drogue », « Falungong », « homosexualité », « illettrisme », « nationalisme », « obésité », « peine capitale », « prisons et laogai », « Quatre Juin 1989 », « religion », « secte », « Sida », et bien sûr « Taiwan » et « Tibet ») à côté des beaucoup plus consensuels « ancêtres (culte des) », « arts martiaux », « calligraphie », « Cité Interdite », « confucianisme », « divination », « gastronomie », « géomancie », « Grande Muraille », « Nouvel An », « rizière », « soie », « taoïsme », « théâtre d’ombres ». Plusieurs notices présentent des minorités ethniques (Dai, Hakka, Hui, Mandchous, Miao, Mongols, Mosso, Ouïgours, Tibétains, Yao, Zhuang) en plus des Han tandis que parmi les villes ne sont mises à l’honneur que Hong Kong, Pékin, Shanghai (et Pudong). Nankin est incluse pour le massacre de 1937. D’autres villes majeures (par ex. Canton, Chongqing, Qingdao, Shenzhen, Tianjin, Wuhan, Xi’an) figurent dans l’index sans notice spécifique, mais Chengdu et Kunming sont absentes. Les provinces ne sont pour la plupart pas traitées directement (Tibet, Xinjiang), même si l’index évoque Anhui, Guizhou et autres Sichuan. Un mini atlas de 9 cartes est une heureuse addition reflétant la « patte » des géographes du groupe d’auteurs (S. Colin, J.-F. Doulet, E. Ma Mung, T. Sanjuan). À la différence du Yangzi, le Fleuve Jaune n’a pas droit à une notice particulière, et les plateaux de loess ont totalement disparu. Il y a bien des entrées « environnement » et « pollution », mais « érosion » et « déboisement-reboisement-forêts », ainsi que « désert » (Taklamakan ? Gobi ?), « montagne » (qu’elle soit sacrée ou non), « cours d’eau » ou « rivières » sont étonnamment absents eux aussi. Les littoraux ne sont traités qu’obliquementLes lecteurs d’EPS ont à leur disposition, entre autres, « adoption », « éducation », « enfant unique », « épidémie », « famille », « femme », « mariage », « migrant », « nomadisme », « parenté », « pauvreté », « paysan », « politique démographique », « population », « relation interpersonnelle », « réseau » (guanxi), « résidents (comité de) », « santé ». Le « hukou », pendant chinois de la propiska russe, est traduit comme « enregistrement de la résidence ». On regrettera l’absence de référence aux quartiers fermés et villas de luxe des périphéries chinoises pourtant bien étudiés par G. Giroir, ou encore des fronts pionniers/marches pionnièresLa présentation des réformes économiques des vingt-cinq dernières années détaille des notions comme « commune populaire » et « décollectivisation », « charbon » et « pétrole », « économie socialiste de marché » et « privatisation », « I.D.E. » et « Internet », mais on aurait aimé des développements sur la diversité des modèles régionaux (Sunan, Wenzhou, Zhujiang). Un regret plus général est l’absence des idéogrammes - et de leurs transcriptions pinyin - correspondant aux diverses notions abordées. Un glossaire bilingue à double entrée, française puis chinoise, aurait fait de cet ouvrage, dont il faut cependant saluer la grande valeur, un instrument de travail exceptionnel, qui sera cependant fort utile aux étudiants et aux enseignants, tant au lycée qu’à l’université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Boquet, « Thierry Sanjuan (sous la direction de) : Dictionnaire de la Chine contemporaine », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 573-574.

Référence électronique

Yves Boquet, « Thierry Sanjuan (sous la direction de) : Dictionnaire de la Chine contemporaine », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://eps.revues.org/3876

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org