Navigation – Plan du site
Articles

Migrations, emplois et discriminations

Le cas des « paysans-ouvriers » de la province du Guangdong
Migration, Employment and Discrimination: the Case of “Peasant-Workers” in Guangdong Province
Nong Zhu et Cécile Batisse
p. 439-456

Résumés

La question de l’insertion sur le marché du travail urbain des migrants ruraux est aujourd’hui devenue essentielle en Chine. Dans un contexte de réformes économiques, les politiques migratoires en Chine continentale se sont redéfinies, intensifiant ainsi fortement les migrations internes. Depuis les années 1980, cet exode est pour l’essentiel celui des « paysans-ouvriers » (min gong), qui sont ainsi devenus un élément majeur de la transition de la Chine vers une économie de marché. Cet article étudie l’insertion de ces migrants ruraux sur le marché du travail de la province du Guangdong à partir d’une base de données originale, issues d’une enquête sur les paysans-ouvriers, réalisée en 2006. À partir de modèles de durée, nous portons une attention particulière aux caractéristiques individuelles, temporelles (évolution de la mobilité dans l’emploi au cours du temps) et spatiales (rôle du lieu d’origine). Nos résultats montrent que les migrants forment un groupe hétérogène du point de vue de leurs caractéristiques individuelles et de leur employabilité dans le delta de la rivière des Perles. Les femmes, les jeunes et les peu qualifiés sont avantagés. La proximité géographique est également favorable. Nous examinons enfin les déterminants du salaire urbain des paysans-ouvriers qui s’insèrent sur un marché du travail de plus en plus segmenté et fragmenté.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Soit 130 millions de personnes, contre 46 millions en 1992.

1Dans un contexte de réformes économiques, les politiques migratoires en Chine continentale se sont redéfinies, intensifiant ainsi fortement les migrations internes et le processus d’urbanisation. Depuis le début des années 1980, des centaines de millions de Chinois se sont déplacés à la recherche d’un meilleur emploi ou de plus grandes opportunités de revenus [Feng et al., 2002 ; Solinger, 1999]. Bien que le niveau réel de la migration chinoise reste incertain, du fait de l’ambiguïté des définitions et des données chinoises officielles concernant la population migrante, on estime que chaque année, environ 10 % de la population totale, migre à l’intérieur des frontières du pays.1

  • 2 Le hukou est un système d’enregistrement de la résidence et de l’État-civil mis en place en 1958 qu (...)

2Cet important flux de population sans précédent historique génère non seulement de nouvelles dynamiques économiques, spatiales et démographiques, mais soulève également d’intéressantes questions sociales et politiques. Pendant une longue période, les autorités chinoises ont en effet contrôlé la migration, en particulier la mobilité des travailleurs agricoles. Les instruments de contrôle privilégiés sont alors le hukou2 et la planification économique. La mise en place des réformes économiques au cours des années 1980 avec l’introduction de mécanismes de marché et l’ouverture internationale, accompagnée du relâchement des contraintes pesant sur les mouvements de population, ont conduit à de vastes mouvements spontanés de travailleurs agricoles en direction des villes. Cet exode est pour l’essentiel celui des, « paysans-ouvriers », (ming gong), c’est-à-dire des travailleurs qui quittent les zones rurales pour trouver un emploi en ville. Ils sont ainsi devenus un élément majeur de la transition de la Chine vers l’économie de marché. Cependant, différentes études ont mis en évidence la discrimination économique et sociale dont font l’objet ces ming gong par rapport aux résidents urbains sur un marché du travail de plus en plus segmenté et différencié. [Feng et al., 2002 ; Roulleau-Berger et Shi, 2004].

3L’objectif de cet article est ainsi d’analyser, selon une perspective longitudinale, l’insertion sur le marché du travail des paysans-ouvriers qui quittent les campagnes chinoises, avant de s’intéresser aux déterminants de leurs revenus en zone urbaine. La disponibilité grandissante de données microéconomiques a permis l’essor au cours des vingt dernières années d’une littérature abondante sur la migration en Chine. Si les études antérieures saisissent de façon détaillée les caractéristiques de la mobilité des travailleurs agricoles, deux limites méritent ici d’être mentionnées. D’une part, en raison de l’importante mobilité et de l’instabilité des emplois occupés par les paysans-ouvriers, il n’existe pas de statistiques formelles ni d’enquêtes globales portant sur ce groupe. La plupart des études antérieures s’appuient sur des données de recensements ou d'enquêtes qui ne les visent pas directement, limitant l'étude de cette population. D’autre part, la plupart des études antérieures ne décrivent qu’une situation statique à un certain point du temps ; elles ne permettent donc pas de saisir l’évolution de ces mobilités au cours du temps. Cette migration est un processus dynamique pouvant se produire tout au long du cycle de vie et qui est fortement influencé par l’évolution des caractéristiques socio-économiques individuelles et les transformations conjoncturelles et structurelles de la société. Ainsi, si les données transversales issues de recensements ou d’enquêtes fournissent des informations intéressantes, seules les enquêtes longitudinales permettent d’aborder la question de la dynamique migratoire des paysans-ouvriers.

4Notre objectif est donc d’étudier dynamiquement les flux migratoires des paysans-ouvriers à l’aide des modèles de durée à travers une dimension individuelle, temporelle (évolution de la mobilité dans l’emploi au cours du temps) et spatiale (rôle du lieu d’origine). Nous examinons enfin les déterminants du salaire urbain des paysans-ouvriers. Nous exploitons pour cela une base de données originale issue d’une enquête sur les paysans-ouvriers, réalisée en 2006 dans la province du Guangdong. Cette enquête comprend une partie rétrospective, dite « biographique » (life history), reprenant pour chaque enquêté l’historique de ses emplois urbains, depuis son entrée dans l’âge adulte jusqu’au moment de l’enquête.

5Cet article s’organise de la façon suivante. La section 2 évoque brièvement l’évolution des flux de migrations des paysans-ouvriers en Chine. La section 3 présente les données et la méthode d’analyse sur lesquelles s’appuie notre analyse empirique des flux migratoires. Les sections 4 et 5 commentent les résultats. Enfin, la section 6 expose les conclusions.

2. De l’afflux massif de « paysans-ouvriers » à la « pénurie »

6De la création de la République Populaire de Chine à la mise en place des réformes à la fin des années 1970, la migration a toujours été contrôlée par les autorités chinoises. Le système d’enregistrement de la résidence et de l’État-civil, sous le nom du hukou, a été mis en place en 1958 dans un contexte de pénurie de céréales et de migrations vers les villes ; la mise en place de cette politique anti-migratoire s’appuyait sur le contrôle de la mobilité géographique des individus en dehors de leur lieu d’enregistrement de résidence. Depuis 1978, les migrations des campagnes vers les villes ont de nouveau lieu [Chan et Li, 1999 ; Liang et Ma, 2004 ; Zhao, 2005]. Les autorités chinoises redéfinissent les politiques migratoires avec le relâchement des restrictions à la migration, l’instauration de rations alimentaires en ville et l’autorisation de résider en ville avec un certificat temporaire. La Chine entre dans un processus d’urbanisation face à la « décollectivisation » des campagnes, l’excès de main-d’œuvre rurale et le nouveau système de responsabilité familiale (jia ting cheng bao zhi). De nombreuses entreprises rurales se développent dans les bourgs et cantons ; les paysans s’engagent alors dans des activités économiques, notamment industrielles, en restant dans leur province, voire leur canton. Le mouvement migratoire au début des années 1980 se caractérise par une mobilité intra-provinciale “quitter la terre sans quitter la campagne”. On assiste donc à des mobilités géographiques limitées, avant une diversification et une intensification des migrations en Chine continentale.

  • 3 Avec l’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, les autorités ont privilégié le développement des provi (...)

7L’ouverture internationale et le relâchement du contrôle des migrations amplifient les disparités régionales et renforcent la concentration de la population sur la côte Est à partir du début des années 1990 [He et Pooler, 2002 ; Zhang et Song, 2003]. Les autorités chinoises abandonnent la politique de développement régional équilibré et privilégient les grandes villes côtières, vues comme des pôles de croissance. Cette politique contribue ainsi à accroître les écarts de revenus entre zones rurales et zones urbaines. Le delta de la rivière des Perles (Guangdong), le delta du Yangtsé, centré sur Shanghai, et la région entourant le golfe du Bohai centrée sur Beijing (la capitale) sont les trois principales régions sur lesquelles les migrants se concentrent. L’ouverture vers l’extérieur a d’abord été expérimentée au Guangdong.3 Cette province a ainsi bénéficié d’importants investissements étatiques et de diverses politiques préférentielles. L’économie orientée vers l’exportation, et surtout les entrées massives des capitaux étrangers ont fortement stimulé le développement des petites villes et des secteurs très demandeurs de main-d’œuvre, ce qui a créé un grand nombre d’emplois et fait du Guangdong l’une des provinces chinoises les plus attractives pour les migrants [Li, 1997 ; Wong et al., 2003]. La délocalisation des manufactures de Hong Kong, Macau et Taiwan au Guangdong après la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, ont accentué l’attractivité de cette province et plus spécifiquement du delta de la rivière des Perles [Fan, 2005 ; He et Pooler, 2002]. Il y a donc une polarisation spatiale des opportunités d’emplois et de revenus à l’intérieur de la province, contribuant également à de forts taux de mobilité intra-provinciale.

  • 4 Fermeture d’usines, activités limitées, délocalisation vers l’intérieur du pays.

8Toutefois, la presse et la littérature économique se sont fait l’écho de l’apparition d’une « pénurie de paysans-ouvriers » (ming gong huang), résultant du changement de l’intensité et de la direction des flux migratoires des travailleurs agricoles depuis 2003 [Chen, 2008 ; Ministry of Labor and Social Security, 2004]. Les travailleurs techniques et qualifiés, ainsi que les travailleurs non qualifiés, représentés principalement par des paysans-ouvriers, ont été difficiles à trouver produisant des effets négatifs importants pour cette zone d’activités [He, 2006]. 4

9Les évolutions récentes du marché du travail urbain ont développé des processus discriminatoires à l’égard des populations migrantes peu qualifiées. Le mouvement des migrants ruraux vers les régions urbaines a en effet été à l’origine de l’apparition d’une nouvelle division socioéconomique en Chine, à savoir la « sous-classe urbaine » [Batisse et Sélim, 2008]. L’un des problèmes des réformes du hukou est que, même si le gouvernement ne peut plus limiter l’entrée des migrants dans les villes, le système de hukou lui permet encore de déterminer qui est ou n’est pas un “citoyen urbain” [Carrillo, 2002]. Les migrants sont ainsi discriminés économiquement et socialement par rapport aux résidents urbains, faisant apparaître d’importantes disparités en termes d’emploi, de revenus et de bénéfices sociaux entre ces deux catégories de population. Un champ de la recherche s’est ainsi intéressé aux écarts salariaux entre différents groupes de travailleurs, en analysant notamment la segmentation du marché du travail entre migrants ruraux et travailleurs urbains [Knight et al., 1999 ; Meng et Zhang, 2001]. Les migrants, en moyenne, ne gagnent qu’un tiers du salaire des travailleurs urbains locaux [Ministry of Labor and Social Security, 2004 ; Shao, 2006]. La segmentation liée aux barrières institutionnelles est ainsi très importante [Hu, 2008 ; Nielsen et al., 2007], plus précisément, il y a une séparation nette et absolue entre le secteur formel et le secteur informel. Les migrants ruraux/urbains non qualifiés se présentent avant tout sur le marché du travail informel urbain à titre d’habitants temporaires [Ma, 1999 ; Wang et Zuo, 1999]. La plupart d’entre eux ne sont recrutés que lorsque la main-d’œuvre locale est insuffisante et, pour une majorité, ils occupent des emplois sans contrat de travail ou avec une durée de contrat variable et aléatoire, un salaire bas et instable et de mauvaises conditions de travail [Guo et Iredale, 2004]. Le hukou agricole/non agricole ne définit pas seulement une origine géographique, il marque également une identité, des opportunités et un statut socio-économique.

10De plus, du fait de l’inflation, le salaire réel des paysans-ouvriers a diminué. L’amélioration du niveau de vie en zones rurales, la hausse des coûts de transport et de la vie au sein du delta de la rivière des Perles ont réduit la propension à migrer des travailleurs agricoles. Les paysans-ouvriers ont ainsi délaissé certains emplois trop faiblement rémunérés et l’instabilité de l’emploi les incite à retourner en zone rurale [Gong, 2009]. On observe ainsi une mobilité cyclique des paysans-ouvriers chaque année.

11Cela ne veut cependant pas dire qu’une pénurie de main-d’œuvre est à craindre pour l’instant en Chine, dans la mesure où le nombre de personnes qui pourraient quitter le secteur agricole sans nuire à la production totale est encore important. Certains facteurs institutionnels, en renforçant les discriminations envers les migrants sur le marché du travail urbain (difficulté d’acquisition du statut de résident permanent, faibles rémunérations, etc.), limitent la migration et induisent un déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché du travail à court terme

12Pouvoir se déplacer en Chine continentale lorsqu’on est un paysan ou un ouvrier-paysan ne prend ainsi pas la même forme aujourd’hui qu’hier. Une nouvelle géographie des migrations internes en Chine continentale se dessine. La migration devient un élément majeur dans cette économie de marché qui s’appuie sur une réserve de main-d’œuvre peu qualifiée. Bien que les études portant sur ces migrants soient nombreuses, une grande partie d’entre elles reposent sur des estimations indirectes ou des analyses qualitatives liée à l’indisponibilité de données. À travers l’exploitation d’une enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong, nous cherchons à répondre aux questions suivantes : quels sont les facteurs qui favorisent la mobilité dans l’emploi et le niveau de salaire des paysans-ouvriers ? Comment la mobilité des paysans-ouvriers a-t-elle évolué depuis la mise en place des réformes ? L’intensité des flux de paysans-ouvriers originaires des diverses régions a-t-elle changé au cours du temps ?

3. Données et méthodes d'analyse

13Les données sur lesquelles s’appuie notre étude proviennent d’une enquête sur les paysans-ouvriers réalisée dans la province du Guangdong en juillet 2006. Notre échantillon se compose de paysans-ouvriers repartis sur 9 villes (zones urbaines) du delta de la rivière des Perles, où se concentre l’essentiel de la population migrante de la province. D’après le recensement de 2000, les résidents temporaires au sein de ces 9 villes représentent 51,5 % de la population totale de la région et 83,2 % des résidents temporaires du Guangdong, soit 20,7 millions de personnes. La carte 1 illustre la répartition des enquêtés. Dans l’enquête, les paysans-ouvriers sont définis comme étant des migrants ruraux/urbains dont le hukou était agricole, le niveau d’éducation inférieur au niveau Bac+3 et le lieu de naissance différent des cantons ou des municipalités enquêtés. Après avoir supprimé les informations incomplètes, notre échantillon final comprend 3058 observations.

Carte 1. Répartition des enquêtés dans la Province de Guangdong

Carte 1. Répartition des enquêtés dans la Province de Guangdong

Note : La partie grisée indique les villes concernées par l'enquête et les nombres d'enquêtés sont indiqués entre parenthèses

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.

  • 5 Les provinces côtières chinoises sont Liaming, Beijing, Tianjin, Shanghai, Hebei, Jiangsu, Zhejiang (...)

14Les enquêtés sont originaires de 26 provinces (sur la base de leur hukou). Le Guangdong se distingue également par l’importance de ses migrations intra-provinciales, puisque 22,5 % des répondants sont originaires de la province (carte 2). Les provinces limitrophes du Hunan et du Guangxi apparaissent comme les plus importantes sources d’émigration vers le Guangdong mettant en évidence un “effet de proximité” et l’accroissement des coûts psychologiques et financiers de la migration avec la distance. Parmi les provinces voisines, une exception peut être soulignée avec la province du Fujian dont peu de migrants sont originaires. Ceci s’explique par le fait que, d’une part, Fujian est devenue une autre province ouverte importante juste après le Guangdong, réduisant la propension à migrer vers l’extérieur des migrants potentiels ; d’autre part, une grande partie des paysans-ouvriers affluent vers le delta du Yangtsé (Shanghai, Jiangsu et Zhejiang), un autre centre sur lequel les migrants se concentrent. Nous pouvons d’ailleurs constater que plus largement les flux des paysans-ouvriers du delta du Yangtsé vers le Guangdong sont très faibles. 5

Carte 2. Répartition du lieu de hukou des enquêtés

Carte 2. Répartition du lieu de hukou des enquêtés

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.

  • 6 La population totale du Sichuan était de 83,3 millions en 2000.
  • 7 Voir également Aubert (1995).

15Le Sichuan, une des provinces les plus peuplées,6 est la plus importante source d’émigrants ruraux de longue distance. D’après certaines estimations non officielles, chaque année, il y a plus de sept millions de paysans-ouvriers qui sortent de cette province en tant que migrants saisonniers.7 Outre le Sichuan, Hubei, Henan, Jiangxi et Chongqing, les provinces intérieures peuplées, représentent d’autres sources importantes d’émigration. Une population importante semble ainsi être une force de répulsion favorisant l’émigration des travailleurs agricoles.

16L'enquête dont nous disposons a enregistré pour chaque répondant l’historique de ses emplois en zones urbaines de l’entrée dans sa vie adulte jusqu’à l’enquête (juillet 2006), c’est-à-dire les dates de début et de fin de chaque emploi urbain, le lieu de travail, l’industrie, le type et la taille de l’entreprise, l’occupation, le salaire, etc. Nous disposons donc d'un tableau biographique qui nous permet de réaliser une analyse dynamique sur la mobilité et l’emploi des paysans-ouvriers. Nous utilisons pour cela des modèles de durée et expliquons la mobilité d’emploi des paysans-ouvriers par des caractéristiques individuelles, le lieu de hukou et la période.

  • 8 L’analyse paramétrique « impose » une forme précise au taux de mobilité d’emploi de base. L’analyse (...)

17Le terme de durée est employé de manière générale pour désigner le temps qui s’écoule dans un état. Dans notre analyse, la « durée » est celle où l’immigrant demeure à l’épisode de non-emploi urbain. Une telle durée sera interrompue par l’obtention d’un emploi urbain au sein de la province du Guangdong. Nous appliquons ici le modèle paramétrique aux données biographiques.8

18La migration des paysans-ouvriers est généralement motivée par la recherche d’un revenu plus élevé. Il serait donc intéressant d’étudier les déterminants de leur salaire dans les villes, à savoir le rendement de la migration. Il existe cependant une limite importante dans l’analyse longitudinale de données issues d’enquêtes rétrospectives : l’abandon de certaines variables explicatives intéressantes, dont l’évolution est difficile à saisir à travers une seule enquête, par exemple le revenu, les conditions de vie, etc. Pour cette raison, nous complétons notre étude en menant une analyse transversale du salaire urbain des paysans-ouvriers, dans laquelle le salaire du mois précédent est expliqué par des caractéristiques individuelles.

4. Analyse de l'insertion sur le marché de l'emploi des paysans-ouvriers

  • 9 Les résultats d’estimation sont présentés dans l’annexe.

19Afin de rendre les résultats d’estimation plus clairs et plus directs, nous illustrons les coefficients estimés des variables indépendantes dans des cartes et graphiques en présentant leur valeur exponentielle. Puisque la valeur 0 est imposée au coefficient de la catégorie de référence dans l’estimation pour toutes les variables discrètes, l’effet du groupe de référence prend la valeur 1, à savoir la valeur exponentielle 0, dans les cartes et graphiques. Regardons quelques exemples. Pour identifier l’effet du sexe, nous prenons les femmes comme groupe de référence. L’effet du fait d’être une femme est fixé à la valeur 1, valeur de référence, alors que celui du fait d’être un homme est de 0.925 selon l’estimation (voir le graphique 1). Cela signifie que la mobilité des hommes est plus faible que celle des femmes. De même, dans la carte 3, nous prenons toutes les provinces du Nord comme groupe de référence. L’effet de ces provinces sur la mobilité est alors fixé à la valeur 1. Nous indiquons l’intensité de l’effet des autres provinces à l’aide des niveaux de gris. Un effet non significatif implique que la mobilité des travailleurs originaires de la province correspondante n’est pas différente de celle des travailleurs originaires des provinces du Nord9.

  • 10 Les résultats complets d’estimation sont disponibles sur demande.

20Le graphique 1 illustre l’effet des caractéristiques individuelles sur la mobilité.10 Nous constatons que la mobilité est plus importante chez les femmes et les jeunes. Depuis l’époque maoïste, les femmes représentent une part non négligeable de la force de travail chinoise. L’importance des femmes parmi les migrants a conduit à l’apparition du terme « da gong mei », qui se réfère aux jeunes femmes qui migrent de l’intérieur du pays pour aller travailler dans l’industrie et les services en zones urbaines. Dans le cas précis du delta de la rivière des Perles, la demande d’ouvrières est généralement très importante, car une grande partie des usines s’inscrivent dans des industries intensives en travail et sont caractérisées par des chaînes d’assemblage souvent réservées aux femmes (par exemple, le textile, l’habillement et l’électronique)

Graphique 1 : Effet des caractéristiques individuelles sur la mobilité

Graphique 1 : Effet des caractéristiques individuelles sur la mobilité

. Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong – Chine - Calculs et présentation des auteurs.

21La relation entre le niveau d’éducation et la mobilité n’est pas linéaire. La mobilité est significativement plus faible chez les migrants ayant reçu des formations post-secondaires. C’est le niveau du collège qui a l’effet le plus important sur la mobilité des paysans-ouvriers.

22Nous avons vu que les disparités entre provinces intérieures et côtières étaient importantes. En particulier, à l’intérieur des provinces côtières, les zones ouvertes comme le delta de la rivière des Perles qui ont connu une industrialisation accélérée à travers les investissements étrangers, sont devenues les centres de la croissance économique. Les flux migratoires sont essentiellement une réponse des travailleurs à ces disparités régionales qui se traduisent par des différences de caractéristiques socio-économiques entre lieu d’origine et lieu de destination. Nous avons donc cherché à identifier l’origine géographique des paysans-ouvriers dans la province en introduisant des indicateurs de leur lieu de hukou dans nos estimations. Les résultats sont reportés sur la carte 3.

Carte 3 : Effet du lieu de hukou sur la mobilité

Carte 3 : Effet du lieu de hukou sur la mobilité

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.

23La migration intra-provinciale est plus élevée que la migration inter-provinciale suggérant que les paysans-ouvriers originaires du Guangdong rencontrent moins d’obstacles à la migration. En effet, à côté de distances plus longues, la migration inter-provinciale se traduit par des coûts économiques, sociaux et des barrières politiques plus élevés. Ce résultat est cohérent avec les analyses des données de recensements des années 1990 et 2000, selon lesquelles la migration à l’intérieur du Guangdong est la plus importante parmi les provinces chinoises. En ce qui concerne les migrants inter-provinciaux, ceux originaires des provinces voisines, telles que le Hunan, le Jiangxi ou le Guangxi, présentent une forte mobilité vers le Guangdong, faisant apparaître un « effet de proximité ». L’exception, comme nous l’avons souligné dans la section 3, concerne Fujian et l’île de Hainan, provinces côtières ouvertes, sur lesquelles se concentrent également les paysans-ouvriers. Les paysans-ouvriers issus de Chongqing, Sichuan, Guizhou, Shandong, Hubei et Henan témoignent également d’une mobilité relativement importante. Ces provinces se caractérisent par une importante population, un grand « réservoir » de travailleurs agricoles excédentaires et/ou un niveau de développement faible. En revanche, la mobilité du delta du Yangtsé vers le Guangdong est relativement faible. Anhui est une province intérieure et agricole proche du delta du Yangtsé ; la plupart des émigrants de cette province ont afflué plutôt vers le Jiangsu et Shanghai.

24Afin d’examiner l’évolution de l’origine des flux de paysans-ouvriers vers le Guangdong, nous scindons la période étudiée en deux : les années antérieures à 2003 caractérisées par les « marées de paysans-ouvriers », et la période 2003-2006 caractérisée par une certaine pénurie. Nous effectuons respectivement la régression sur ces deux sous-périodes (carte 4). Nous constatons que, entre la première et la deuxième période, l’intensité de la migration à l’intérieur de la province du Guangdong s’est un peu affaiblie, alors que la mobilité des paysans-ouvriers en provenance de la région du Sud-Ouest (Chongqing, Sichuan et Guizhou) s’est renforcée. L’immigration de longue distance en provenance des provinces intérieures a ainsi connu une augmentation significative. Cela rejoint les résultats de Bao et al. (2008) montrant que les effets de la distance sur la migration ont diminué au cours du temps. De plus, les migrations en provenance de Henan et de Fujian, qui n’étaient pas significatives avant 2003, le sont devenues après cette date.

Carte 4 : Répartition du lieu de hukou sur la mobilité par période

Carte 4 : Répartition du lieu de hukou sur la mobilité par période

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.

  • 11 Introduction de variables muettes indiquant respectivement les différentes années et les différents (...)

25Enfin, si l’on observe la mobilité de ces migrants tout au long des années et des mois constituant notre enquête11, nous observons d’abord que, malgré de petites perturbations, la mobilité des paysans-ouvriers a dans l’ensemble augmenté au cours du temps (graphique 2). La réaction des paysans-ouvriers à l’effet des années ne varie pas beaucoup selon les lieux de destination, ni selon les lieux d’origine. Nos résultats semblent montrer que la migration des paysans-ouvriers vers le Guangdong n’a jamais connu de diminutions significatives depuis les années 1980 ; en d’autres termes, l’afflux de migrants est resté massif et ne fait pas apparaître de « pénurie » dans la présente étude.

Graphique 2 : Effet de l'année sur la mobilité ( Référence : avant 1985)

Graphique 2 : Effet de l'année sur la mobilité ( Référence : avant 1985)

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.

26La mobilité aux mois de février et de mars est significativement plus élevée que celle aux autres mois (graphique 3). La plupart des paysans-ouvriers sont en effet des travailleurs saisonniers et rentrent chez eux à la fin de l’année pour passer le Nouvel An chinois avec leur famille avant de repartir après la fête qui se déroule entre les mois de janvier et février. La mobilité au cours de la première moitié de l’année apparaît d’ailleurs plus importante.

Graphique 3 - Effet du mois sur la mobilité

Graphique 3 - Effet du mois sur la mobilité

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong, Chine - calculs et présentation des auteurs.

5. Analyse du salaire urbain des paysans-ouvriers

27Dans cette section, nous examinons les caractéristiques individuelles associées avec un revenu plus élevé parmi les migrants ruraux dans la province du Guangdong. Les graphiques 4, 5 et la carte 5 illustrent les résultats d’estimation.

28Nous examinons le rôle de plusieurs catégories de variables. Le fait d’être un homme favorise significativement le salaire. Le facteur sexe est donc bien un facteur discriminant du salaire obtenu. Le salaire est par ailleurs étroitement lié à la profession. Dans notre échantillon, les professions occupées par les femmes sont systématiquement différentes de celles des hommes : les femmes sont plus présentes dans le travail à la chaîne et le service de restauration, alors que les hommes occupent des emplois d’ouvriers qualifiés et de gardes, ce qui semble montrer que les hommes occupent des postes relativement supérieurs.

Graphique 4. Effet des caractéristiques individuelles sur le salaire

Graphique 4. Effet des caractéristiques individuelles sur le salaire

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong - Chine. - Calculs et présentation des auteurs

29L’âge du migrant semble avoir un impact non mineur sur le salaire : le salaire s’accroît avec l’âge pour plafonner entre 34 et 35 ans, et diminue ensuite.

30Comme nous l’avons vu, l’éducation a un impact significativement négatif sur la mobilité lorsque le niveau de scolarisation atteint le niveau Bac+2 ou Bac+3. Malgré cette influence négative de l’éducation sur la mobilité, cette variable a des retombées positives sur le salaire. Les corrélations positives entre le salaire urbain et le nombre d’années d’études sont conformes à la théorie du capital humain. Si pour les paysans-ouvriers ayant un niveau d’instruction élevé, la probabilité de migrer est moindre, il faut donc que les rendements de la migration soient suffisamment élevés pour que les paysans-ouvriers instruits soient incités à migrer vers les villes.

31Le graphique 5 présente l’effet des formations professionnelles reçues sur le salaire des paysans-ouvriers. Détenir des certificats professionnels reconnus par le gouvernement favorise significativement le salaire. De tels certificats pourraient faciliter aux migrants la recherche d’emploi et leur permettre d’occuper un poste supérieur.

Graphique 5. Effet des formations professionnelles sur le salaire

Graphique 5. Effet des formations professionnelles sur le salaire

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong - Chine. - Calculs et présentation des auteurs

32Une partie des migrants ont reçu des formations professionnelles au lieu d’origine avant la migration. Par contre ces formations sont peu importantes pour le niveau de salaire au lieu de destination. Dans des régions où l’excédent de main-d’œuvre agricole est important, le gouvernement encourage les travailleurs agricoles à migrer. Les autorités locales dispensent dans ce cadre des formations professionnelles portant sur des connaissances élémentaires concernant la sécurité dans la production, les droits et la protection d’intérêts, la vie urbaine, etc. Ces formations ne durent qu’un ou deux jours. Le contenu est souvent très général et ne correspond pas tout à fait aux métiers exercés par les migrants dans le lieu d’accueil. Les formations professionnelles à l’arrivée, quant à elles, augmentent significativement le salaire. Un tiers des paysans-ouvriers ont reçu ces formations depuis 2005. Ces formations s’inscrivent souvent dans « pré-job training » fournies par les employeurs après le recrutement. Elles sont directement liées aux postes occupés par les travailleurs et à leur niveau de salaire.

33Nous introduisons deux variables concernant l’histoire de chaque individu dans l’emploi urbain : la durée totale des emplois urbains et la durée moyenne de ces emplois. Elles sont calculées à partir des données biographiques des répondants. La première permet d’approcher l’expérience de travail en ville, et la deuxième l’instabilité de l’emploi urbain. Les résultats montrent que l’effet de la durée totale des emplois urbains sur le salaire n’est pas significatif, alors que la durée moyenne des emplois urbains favorise significativement le salaire. Autrement dit, plus l’emploi est stable, plus le salaire est élevé.

34Dans la mesure où le salaire moyen des paysans-ouvriers originaires du Guangxi et de Hainan est le plus faible, nous prenons ces deux provinces comme groupe de référence concernant le lieu de hukou. Bien que la mobilité des provinces côtières de l’Est (Shanghai, Jiangsu, Zhejiang et Shandong) vers le Guangdong soit peu importante (cartes 2 et 3), les paysans-ouvriers en provenance de ces régions ont un salaire moyen plus élevé que les autres (carte 5). Le coefficient est également significatif pour Anhui, Jiangxi, Hubei et Sichuan. Parmi les provinces mentionnées ci-dessus, seul Jiangxi partage une frontière commune avec Guangdong. Il semblerait donc que le rendement des migrations de longue distance soit plus élevé. Il est possible que les migrants ayant effectué une migration de longue distance soient plus qualifiés et/ou disposent d’un réseau bien développé, les aidant à surmonter les coûts de la migration.

Carte 5. Effet du lieu de hukou sur le salaire (Référence : les provinces du Nord)

Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong, Chine. - Calculs et présentation des auteurs.

6. Conclusion

35L’insertion sur le marché du travail urbain des paysans-ouvriers, ces travailleurs qui quittent les zones rurales pour trouver un emploi en ville, est un élément essentiel du processus de transition de la Chine. Dans cet article, nous avons cherché à saisir l'évolution des mobilités de ces migrants et leur intégration sur un marché du travail fortement discriminant. Nous avons comblé certaines lacunes des études antérieures en étudiant dynamiquement les flux migratoires des paysans-ouvriers à l’aide des modèles de durée à travers une dimension individuelle, temporelle (évolution de la mobilité dans l’emploi au cours du temps) et spatiale (rôle du lieu d’origine). À partir de l’exploitation d’une base de données originales, notre analyse montre que ce processus d’insertion par l’obtention d’un emploi urbain est complexe. Les immigrés forment un groupe hétérogène du point de vue de leurs caractéristiques individuelles et de leur employabilité. Dans la région du delta de la rivière des Perles, l’obtention d’un emploi est plus aisée pour les femmes, les jeunes et les moins qualifiés.

36Notre analyse révèle que la mobilité des paysans-ouvriers vers le delta de la rivière des Perles a augmenté de façon continue depuis les années 1980, avec un accroissement de la migration de longue distance. La « pénurie de paysans-ouvriers » dans le delta de la rivière des Perles ne semble ainsi pas à craindre pour l’instant.

37Nos résultats témoignent d’une divergence existant entre les paysans-ouvriers originaires des régions côtières de l’Est (le delta du Yangtsé et Shandong) et ceux en provenance des provinces intérieures. La mobilité des premiers est relativement faible et ils bénéficient en moyenne d’un salaire plus élevé que les seconds. Dans l’ensemble, le groupe des paysans-ouvriers se caractérise par des rémunérations faibles et une grande facilité d’accès à l’emploi. Cependant, ce groupe est très hétérogène et peut se scinder en deux sous-groupes : un groupe « inférieur » ayant toutes les caractéristiques des emplois secondaires (faibles rémunérations, liberté totale d’accès, précarité de l’emploi…) et un groupe “supérieur” avec des rémunérations relativement élevées (parfois supérieures à celles du secteur formel urbain) et un certain niveau de capital physique et humain. Les paysans-ouvriers en provenance des provinces de l’Est s’inscrivent pour la plupart dans le segment supérieur et occupent des emplois d’ouvriers qualifiés.

38Notre analyse confirme le rôle important des formations professionnelles à l’arrivée dans l’amélioration du niveau de salaire des paysans-ouvriers. Ce résultat est conforme à celui d’une autre enquête réalisée au sein du delta de la rivière des Perles en avril 2006,12 concluant que la nouvelle vague de jeunes travailleurs migrants opte pour des emplois de meilleure qualité offrant des possibilités de promotion professionnelle et de formation dans les usines. De plus, la plupart des entreprises du delta de la rivière des Perles opèrent dans des secteurs intensifs en travail. Il leur serait nécessaire, afin de maintenir une compétitivité sur les marchés internationaux d’évoluer progressivement vers un mode de production plus capitalistique, ce qui renforcerait leur demande de main-d’œuvre qualifiée. Les formations professionnelles des paysans-ouvriers jouent ainsi un rôle important dans le développement futur du delta de la rivière des Perles.

39Compte tenu de l’offre potentielle de main-d’œuvre qu’ils représentent, mais également pour des raisons d’équité et des objectifs d’intégration sociale, l’amélioration des conditions d’insertion sur le marché du travail de ces paysans-ouvriers constitue un impératif pour la Chine où ils représentent plus de 10 % de la population active.

Haut de page

Bibliographie

AUBERT C. (1995), Exode rural, exode agricole en Chine, la grande mutation ?, Espace Populations Sociétés , n° 2, pp. 231-245.

BAO S., BODVARSSON O. B., HOU J. W., ZHAO Y. (2008), « The Deregulation of People Flows in China : Did the Structure of Migration Change ? », Texte présenté à la Chinese Economists Society (CES), Tianjin, Chine, 18-20 avril.

BATISSE C., SÉLIM M. (2008), Du socialisme (de marché) au post-communisme - Singularités et unicité dans la globalisation du capitalisme, Autrepart, n° 48.

CARRILLO B. (2002), Rural-Urban Migration in China : Temporary Migrants in Search of Permanent Settlement, China Business Review.

CHAN K. W., LI Z. (1999), The Hukou System and Rural-Urban Migration in China : Processes and Changes, The China Quarterly, (December), n° 160, pp. 819-855.

CHEN W. (2008), Economic Analysis to ‘Peasant Worker Shortage’ in China, Asian Social Science, vol. 2, n° . 1, pp. 99-102.

FAN C. C. (2005), Interprovincial migration, population redistribution, and regional development in China : 1990 and 2000 census comparisons, Professional Geographer, vol. 57, n° . 2, pp. 295-311.

FENG W., ZUO X., RUAN D. (2002), Rural Migrants in Shanghai : Living under the Shadow of Socialism, International Migration Review, vol. 36, n° 2, pp. 520-545.

GONG S. (2009), Those uppity peasant workers : the end of the era of cheap Chinese labor, The International Economy, vol. 23, n° . 1, pp. 10-11.

GUO F., IREDALE R. (2004), The impact of Hukou status on migrants’ employment - Findings from the 1997 be migrant census, International Migration Review, vol. 38, n° . 2, pp. 709-731.

HE G. (2006), The Shortage of Peasant Workers in the Pearl River Delta Region : An Explanation Based on Todaro Migration Model, Asian Social Science, vol. 2, n° 12, pp. 41-52.

HE J., POOLER J. (2002), The regional concentration of China’s interprovincial migration flows, 1982-90, Population and Environment, vol. 24, n° 2, pp. 149-182.

HU B. (2008), « People’s mobility and Guanxi networks : A case study », China & World Economy, vol. 16, n° 5, pp. 103-117.

KNIGHT J., SONG L., JIA H. (1999), « Chinese Rural Migrants in Urban Enterprises : Three Perspectives », in S. Cook et M. Maurer-Fazio (Eds.), The Workers’ State Meets the Market : Labor in China’s Transition, London, Frank Cass.

LI S. (1997), Population Migration, Regional Economic Growth and Income Determination : A Comparative Study of Dongguan and Meizhou, China, Urban Studies, vol. 34, n° 7, pp. 999-1026.

LIANG Z, MA Z. (2004), China’s floating population : New evidence from the 2000 census, Population and Development Review, vol. 30, n° 3, pp. 467-488.

MA Z. (1999), Temporary migration and regional development in China, Environment and Planning A, vol. 31, n° 5, pp. 783-802.

MENG, X., ZHANG J. (2001), Two-tier labor markets in urban China : Occupational segregation and wage differentials between urban residents and rural migrants in Shanghai, Journal of Comparative Economics, vol. 29, n° 3, pp. 485-504.

Ministry of Labor and Social Security (2004), An Investigation Report on the Shortage of Peasant Workers, September 2004, http://news3.xinhuanet.com/zhengfu/2004-09/14/content_1979817.htm.

NIELSEN I., NYLAND C., SMYTH R., ZHANG M. (2007), Migration and the right to social security : Perceptions of off-farm migrants’ rights to social insurance in China’s Jiangsu Province, China & World Economy, vol. 15, n° 2, pp. 29-43.

ROULLEAU-BERGER L., SHi L. (2004), Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et transnationalisme, Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° . 3, pp. 7-27.

SHAO S. (2006), The end of cheap labour in China ? - Implications for foreign invested firms of a new breed of « economic man », Monash Business Review, vol. 2, n° 1, http://www.gsb.monash.edu.au/industry/mbr/index.html.

SOLINGER D. (1999), Contesting Citizenship : Peasants, Migrants, the State, and the Logic of the Market in Urban China, Berkeley and Los Angeles, University of California Press.

WANG F., ZUO X. (1999), Inside China’s Cities : Institutional Barriers and Opportunities for Urban Migrants, The American Economic Review, vol. 89, n° 2, pp. 276-280.

WONG K., SHEN J., FENG Z., GU C. (2003), An analysis of dual-track urbanisation in the Pearl River Delta since 1980, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, vol. 94, n° 2, pp. 205-218.

ZHANG K. H., SONG S. (2003), Rural–urban migration and urbanization in China : Evidence from time-series and cross-section analyses, China Economic Review, vol. 14, n° 4, pp. 386-400.

ZHAO Z. (2005), Migration, labor market flexibility, and wage determination in China : A review, Developing Economies, vol. 43, n° 2, pp. 285-312.

Haut de page

Notes

1 Soit 130 millions de personnes, contre 46 millions en 1992.

2 Le hukou est un système d’enregistrement de la résidence et de l’État-civil mis en place en 1958 qui définit pour chaque citoyen le lieu de résidence (rural/urbain) ainsi que l’occupation (agricole/non agricole).

3 Avec l’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping, les autorités ont privilégié le développement des provinces côtières. L’établissement de politiques régionales préférentielles s’est accompagné de la mise en place dans cette Chine côtière de cinq zones économiques spéciales (ZES), quatorze villes ouvertes, l’établissement de zones économiques côtières ouvertes et d’une ceinture côtière ouverte. À la suite de la tournée dans le Sud de la Chine de Deng Xiaoping en 1992, ces différentes zones économiques ont connu des extensions dans l’ensemble du pays.

4 Fermeture d’usines, activités limitées, délocalisation vers l’intérieur du pays.

5 Les provinces côtières chinoises sont Liaming, Beijing, Tianjin, Shanghai, Hebei, Jiangsu, Zhejiang, Fujian, Shandong, Guangdong, Guangxi et l’île de Hainan.

6 La population totale du Sichuan était de 83,3 millions en 2000.

7 Voir également Aubert (1995).

8 L’analyse paramétrique « impose » une forme précise au taux de mobilité d’emploi de base. L’analyse non paramétrique montre que le taux instantané de mobilité d’emploi s’accroît à partir de 15 ans, atteint un maximum entre 20-23 ans et, ensuite, descend sensiblement, ce qui s’approche de la distribution log-logistique. Nous prenons ainsi le modèle de durée à vie accélérée (accelerated lifetimes ou accelerated failure-time) avec la spécification log-logistique dans l’analyse paramétrique.

9 Les résultats d’estimation sont présentés dans l’annexe.

10 Les résultats complets d’estimation sont disponibles sur demande.

11 Introduction de variables muettes indiquant respectivement les différentes années et les différents mois dans notre estimation.

12 Voir http://www.syntao.com/E_Page_Show.asp?Page_ID=6075.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Répartition des enquêtés dans la Province de Guangdong
Légende Note : La partie grisée indique les villes concernées par l'enquête et les nombres d'enquêtés sont indiqués entre parenthèses
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Titre Carte 2. Répartition du lieu de hukou des enquêtés
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Graphique 1 : Effet des caractéristiques individuelles sur la mobilité
Crédits . Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong – Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Carte 3 : Effet du lieu de hukou sur la mobilité
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Carte 4 : Répartition du lieu de hukou sur la mobilité par période
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Graphique 2 : Effet de l'année sur la mobilité ( Référence : avant 1985)
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la Province de Guangdong, Chine - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Graphique 3 - Effet du mois sur la mobilité
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong, Chine - calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphique 4. Effet des caractéristiques individuelles sur le salaire
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong - Chine. - Calculs et présentation des auteurs
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 5. Effet des formations professionnelles sur le salaire
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong - Chine. - Calculs et présentation des auteurs
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Crédits Sources : Enquête sur les paysans-ouvriers dans la province du Guangdong, Chine. - Calculs et présentation des auteurs.
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3788/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nong Zhu et Cécile Batisse, « Migrations, emplois et discriminations », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 439-456.

Référence électronique

Nong Zhu et Cécile Batisse, « Migrations, emplois et discriminations », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://eps.revues.org/3788 ; DOI : 10.4000/eps.3788

Haut de page

Auteurs

Nong Zhu

INRS-UCS, Université du Québec
385, rue Sherbrooke Est
Montréal, Québec H2x 1E3
Canada
nong.zhu@ucs.inrs.ca

Cécile Batisse

CERDI-IDREC, Université d’Auvergne
65, boulevard François-Mitterrand
63000 Clermont-Ferrand
cecile.batisse@u-clermont1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org