Navigation – Plan du site
Articles

Circulations, disqualification, autonomie des migrants en Chine continentale

Circulations, Disqualification, Autonomy of Migrants in Mainland China
Laurence Roulleau-Berger
p. 419-438

Résumés

En trente ans la Chine a accompli trois transitions : de la planification centralisée vers l’économie de marché, le passage d’une société agricole vers une société industrielle, de la vie rurale vers une urbanisation très intense. La rapidité des transitions chinoises a provoqué une intensification des migrations internes en Chine. Les migrants développent des plurimobilités intracontinentales, c’est-à-dire des mobilités successives des marchés du travail ruraux vers les marchés du travail urbains et réciproquement. La figure du migrant est devenue alors véritablement emblématique pour appréhender les processus de reconfiguration et de segmentation des marchés du travail mais aussi plus globalement la question des résistances dans la société chinoise. Les processus de socialisation des migrants rendent compte d’un dégradé de formes d’affiliation et de mises à distances sociale et économique propres à la société chinoise. Le migrant apparaît comme se constituant en acteur individuel disqualifié socialement, objet de domination mais aussi capable de circulation, d’action, de mobilisation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Laurence Roulleau-Berger, Directeur de recherche au CNRS, UMR 5062, ENSLSH Lyon, IAO. Associé au Centre de Recherches et d’Études Sociologiques de l’Université de Pékin.

Texte intégral

1En trente ans, la Chine a accompli trois transitions : de la planification centralisée vers l’économie de marché et la modernisation du pays, passage d’une société agricole vers une société industrielle, de la vie en milieu rural vers une urbanisation très intense [Li Peilin, 2003; Sun Liping, 2002, 2003; Li Peilin, Guo Yuhua, Liu Shiding, 2008]. La rapidité des transitions chinoises a provoqué une intensification des migrations internes en Chine. Le nombre total des migrants, d’origine rurale ou urbaine, définis comme personnes ne résidant pas là où elles sont domiciliées et enregistrées par les autorités adminsitratives de manière permanente (Thireau, 2004) était estimé-selon les statistiques du gouvernement entre 120 et 200 millions en 2007, soit environ 10% de la population chinoise, effectif équivalent aux 3/4 des migrations internationales. Parmi ces migrants, sont distingués les ouvriers-paysans (nonmingong) et les ouvriers prestataires de services (laowugong). La population des nonmnigong est majoritairement rurale, de plus en plus jeune, de plus en plus masculine, plus qualifiée scolairement que les populations des lieux d’origine, c’est-à-dire au minimum scolarisée jusqu’au collège.

2Les migrants développent des plurimobilités intracontinentales, c’est-à-dire des mobilités successives des marchés du travail ruraux vers les marchés du travail urbains et réciproquement [Roulleau-Berger, Shi Lu, 2004]. En effet, depuis 1985, les mouvements migratoires ont pris de plus en plus d’ampleur, le système du hukou - système d’enregistrement du lieu de résidence - s’est affaibli et a favorisé des mobilités larges et ouvertes qui ont participé à créer des relations entre des marchés du travail ruraux et urbains de plus en plus globalisés. Mais parmi ces migrants, une partie importante d’entre eux sont dits en situation « illégale », c’est-à-dire sans certificat de résidence temporaire, donc en situation de grande vulnérabilité sociale et économique ; en 2000 on estimait que seuls 50 millions de migrants possédaient ce document [Thireau, Linshan, 2004].

  • 1 La notion de  turning-point  signifie que des changements réorientent un processus en établissant u (...)

3La figure du migrant est devenue alors véritablement emblématique pour appréhender les processus de reconfiguration et de segmentation des marchés du travail mais aussi, plus globalement, la question de la stigmatisation et des résistances dans la société chinoise. Les processus de socialisation des migrants rendent compte d’un dégradé de formes d’affiliation et de mises à distances sociale et économique propres à la société chinoise. Ils subissent les effets de nouvelles formes de domination ordinaire et de discrimination sur les marchés du travail chinois, leurs carrières dans l’emploi apparaissent construites autour de turning-points 1qui créent des discontinuités biographiques et traduisent un processus d’individuation fait de contrainte et d’autonomie. Le migrant apparaît comme se constituant en acteur individuel disqualifié socialement, objet de domination et aussi capable de circulation, d’action, de mobilisation et de réfléxivité en fonction de ses ressources sociales, économiques et symboliques. Les migrants se constituent aussi en acteurs collectifs dans la production de formes économiques et sociales qui naissent de stratégies de résistances aux dominations économiques et sociales.

Cet article s’appuie sur des matériaux de recherche récoltés entre 2004 et 2008 à Shanghai, Pékin, Wuhan et Harbin dans le cadre de deux programmes :

1. « Migration, ségrégation et disqualification dans l’emploi urbain à Shanghai »

L. Roulleau-Berger avec Shi Lu de 2002 à 2005, financé par la DRI du CNRS, le Réseau MSH et par MIRA-Recherches Rhône-Alpes. Avec l’aide de sociologues de l’Université de Shanghai qui avaient déjà identifié les domaines économiques où étaient massivement présents des travailleurs migrants, nous avions été introduites sur des lieux différenciés dispersés dans la ville de Shanghai où travaillaient des migrants :

- des marchés de produits agricoles dans les quartiers Nord de Shanghai,

- des commerces et des restaurants dans un quartier du Nord de Shanghai,

- des entreprises du bâtiment et de construction à Shanghai,

- des entreprises de fabrication et de rénovation de meubles à Shanghai.

Nous avions reconstitué les parcours biographiques des migrants en leur demandant leur formation, leur niveau scolaire, quelles avaient été leurs expériences professionnelles dans leur ville ou village d’origine, leurs expériences de mobilité dans différentes provinces. Nous avions identifié toutes les situations de travail, les conditions de travail, la nature du contrat quand ils en avaient, les relations de travail, avec la famille. Nous avions appréhendé les réseaux de solidarités et d’appartenance qui leur permettent d’accéder à des emplois urbains. Nous avions réalisé 180 entretiens biographiques avec ces migrants, souvent de jeunes hommes, qui avaient entre 20 et 40 ans, faiblement dotés scolairement, qui arrivaient d’abord du Anhui, du Jiangsu, du Henan, du Yunnan, du Gansu, de Chine du Nord à Shanghai.

2. « Travail et globalisation en Chine : expériences professionnelles, mobilités et coopération dans des entreprises chinoises, francaises et joint-ventures »

Recherche DARES-Ministère du travail et de l’emploi 2006-2008 par L. Roulleau-Berger avec Tang Jun et les membres de son équipe Gu Xiukin, Li Xiaoting, Liu Jinwei, Song Guokai, Xie Zhenzhong et Ju Chunyan de l’Université Polytechnique de Pékin.

Avec la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Chine, nous avions identifié en 2006 des secteurs économiques et des entreprises qui embauchaient une forte main-d’œuvre de migrants. Nous avions ensuite été mis en contact avec la direction d’une chaîne d’hôtellerie, la direction d’une grande entreprise de distribution française et la direction d’une joint-venture de fabrication automobile en Chine. Plusieurs réunions de définition du protocole d’enquête avaient eu lieu dans les différentes entreprises et, après avoir négocié notre entrée, nous avions pu commencer le travail de terrain. Nous avions notamment réalisé 240 entretiens avec des migrants embauchés par des entreprises françaises, sino-étrangères et chinoises dans les secteurs de la grande distribution, l’hôtellerie et l’automobile à Harbin, Wuhan et Pékin. Dans chaque entreprise, nous avions obtenu les statistiques globales relatives à l’âge, au sexe, au niveau de qualification, à l’origine géographique et aux catégories socio-professionnelles. Nous avons ensuite défini nos échantillons en croisant les différentes variables afin d’obtenir des échantillons représentatifs des populations de chaque entreprise.

- dans l’industrie automobile à Wuhan :

nous avions réalisé 85 entretiens avec 34 migrants de 28-32 ans et 51 travailleurs de moins de 27 ans, 66 hommes et 19 femmes dont 9 cadres, 9 techniciens, 25 employés, 32 ouvriers. 80% étaient venus d’autres provinces que celles du Hebei.

- dans des entreprises de grande distribution de Pékin et Harbin :

nous avions réalisé 62 entretiens avec des jeunes migrants « employés » ayant entre 20 et 30 ans,

dont 32 femmes et 30 hommes. À Pékin, ils venaient du Hebei, du Shandong, du Henan, du Hubei, du Liaoning, du Anhui, du Shanxi, du Sichuan et de Mongolie originaires de Pékin. À Harbin, ils venaient de Pékin, du Anhui, du Hebei, du Hubei, du Liaoning, du Shandong et du Henan.

- dans le secteur de l’hôtellerie :

à Wuhan, 60 employés avaient été interviewés, dont 30 femmes et 30 hommes âgés de 20 à 30 ans, tous originaires de la province du Hubei. À Pékin, 19 employés avaient été interviewés dont 16 femmes et 3 hommes âgés de 20 à 30 ans, originaires de Tientsin, du Hubei, du Neimenggu, du Shanxi, du Heilongjiang, du Liaoning, du Jilin, du Anhui et du Jiangsu.

- dans une entreprise de gardiennage sous-traitante de l’entreprise de grande distribution de Pékin :

nous avions rencontré 14 jeunes migrants employés, âgés de 20 à 33 ans.

3. Enfin dans le cadre de coopérations avec des sociologues de l’Académie des Sciences Sociales de Pékin où nous étions Professeure invitée en 2006, nous avions pu réaliser quelques investigations dans différents quartiers de Pékin paupérisés où vivent et travaillent des travailleurs migrants et fait une trentaine d’entretiens.

1. Segmentation des marches du travail et migrations internes

4Plusieurs sociologues chinois [Li Peilin, 2002, 2003; Sun Liping, 2003; Li Qiang, 2002, 2006] semblent d’accord sur l’idée que les marchés du travail chinois sont segmentés sur un mode dual. Li Chunling (2005) considère que trois processus produisent une segmentation duale des marchés du travail :

  • la « dualisation de la structure sociale »: elle a eu lieu du fait des ruptures entre villes et campagnes et des sytèmes locaux propres aux régions; elle se traduit alors par la possession d’un hukou urbain ou d’un hukou local jusqu’aux réformes économique en 1979. Les marchés du travail ruraux et urbains apparaissaient alors disjoints du fait de la politique du hukou qui représentait un instrument du contrôle des mouvements des populations vers les villes et rendait les populations captives des marchés du travail chinois. Puis, de 1979 à aujourd’hui, les marchés du travail ruraux et les marchés du travail urbains vont apparaître moins disjoints du fait de l’affaiblissement du hukou mais ils doivent être nettement distingués ;

    • 2 “Les réformes des années 1980 avaient pour objectif de relancer la machine économique, et d’assurer (...)

    la « dualisation de la structure économique » qui exprime la distinction entre secteur public et secteur privé et signifie des situations très différentes entre employés du secteur privé et employés du secteur public. En effet les marchés du travail chinois se sont considérablement transformés tout au long de ces vingt dernières années avec le processus progressif de démantèlement de la danwei2- unité de travail aux fonctions à la fois productives et sociales mise en place au cours des années 1950 - la réduction de la taille des entreprises d’État, l’importance croissante du secteur privé, le ralentissement de la croissance de l’emploi rural et l’essor des migrations intérieures. En 1992 l’État annonce la mise en place d’une « économie de marché socialiste » qui signifie le début de la fin de la danwei, la restructuration des entreprises d’État et la faillite de nombre d’entre elles. En quelques années, les organisations emblématiques du communisme vont progressivement être intégrées à une économie de marché; et c’est à partir de 1996 que l’autorisation de licencier est accordée aux entreprises d’État et aux organes publics, ce qui signifie l’abolition de l’emploi à vie, moment décisif dans l’histoire des marchés du travail chinois. Selon F.Lemoine (2003), le marché des emplois publics se reforme autour d’un noyau central qui concentre les grandes entreprises et les institutions publiques ; le marché des emplois privés recouvre progressivement le secteur industriel et surtout le secteur tertiaire qui absorbe près de la moitié de la croissance de l’emploi de 1978 à 2001 ;

  • la dualisation des marchés du travail chinois entre ceux qui accèdent à un statut dans une organisation du travail et ceux qui n’y accèdent pas. De plus en plus d’emplois (17, 5 millions d’emplois de 1996 à 2001) dans le secteur privé et sino-étranger ont été créés et 75 millions dans le secteur informel durant la même période [Gipouloux, 2005] auxquels accèdent des migrants peu et bien qualifiés.

5Qu’on n’adhère ou pas à l’idée qu’il y aurait ou non triple dualisation importe moins que la nécessité de prendre en compte la façon dont les couples marchés du travail ruraux/marchés du travail urbains, emplois du secteur public/emplois du secteur privé, économie « légitimée » et “économie informelle” jouent sur les processus de discrimination et de disqualification dont sont l’objet les migrants. Les mouvements migratoires montrent qu’une certaine forme de capitalisme flexible structure rapidement les marchés du travail chinois et les populations migrantes peu qualifiées sont largement mobilisées dans un contexte de restructuration des entreprises d’État, de dynamisme du secteur privé et d’internationalisation des firmes internationales sur des marchés locaux et nationaux dispersés à l’échelle du continent. Les migrations intérieures en Chine montrent bien comment urbanisation et industrialisation produisent à la fois des injonctions économiques et des mouvements “désordonnés” de populations disqualifiées et en situation de grande fragilité économique.

Vie rurale et migration contrainte

« J’ai 33 ans, je suis mariée, j’ai un garçon et une fille. Je suis originaire de l’Anhui et j’ai arrêté mes études après le collège. Quand je vivais à la campagne, j’ai fait du petit commerce pendant deux ans. Nous avons tout perdu et je suis partie travailler en ville. Pendant ces deux ans, nous achetions des cochons et nous revendions les poils et la viande. Mais le prix du poil a beaucoup baissé. Nous n’avons rien gagné. Auparavant ma famille avait un salon de coiffure et j’y ai travaillé après le collège. À 19 ans je me suis mariée. À la campagne les filles sont mariées très tôt. J’ai eu un enfant tout de suite. Pendant que j’élevais mon enfant, mon mari et moi nous faisions du commerce de poils de cochons. Nous achetions des cochons chez les paysans et nous les vendions aux abattoirs. Mais à l’époque, il y avait une épidémie de maladie n° 5. Nous avons perdu des dizaines de milliers de yuans. J’ai beaucoup pleuré. C’était notre investissement de plusieurs années. Nos deux enfants étaient petits. Ceux qui n’ont pas vécu cette expérience ne peuvent pas comprendre. Un jour, un collaborateur a téléphoné pour dire que les cochons atteints de la maladie avaient tous été tués. Mon mari est devenu tout blanc, il ne mangeait plus. Moi-même j’avais aussi très peur, mais je ne pouvais pas le montrer et je devais encore consoler mon mari. Mon mari est très réservé. Je lui ai dit : « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave, c’est seulement des dizaines de milliers de yuans. Nous en gagnerons». Il m’a dit : « Mais les dettes, comment pourrons-nous les rembourser ?». Pour acheter des cochons, nous n’avions pas beaucoup d’argent, nous avions emprunté à des amis. Nous étions tous les deux terrifiés. Mais je lui ai dit que nous rembourserions petit à petit. Nous nous sommes dit qu’il fallait partir travailler en ville. Notre fille avait 5 ans à ce moment-là. Selon le règlement, quand la fille a cinq ans, nous pouvons mettre en route le deuxième enfant. Nous avons donc attendu un an et nous sommes venus à Hangzhou » (Entretien réalisé en avril 2005).

6Selon une grande enquête nationale réalisée en 2001 par l’Institut de sociologie de l’Académie des Sciences Sociales de Chine [Li Chunling, 2005], à partir d’un échantillon de 6193 individus âgés de 16 à 70 ans dans 73 villes de 12 provinces, ces populations de migrants se caractérisent par le fait que 51% sont des hommes et 49% des femmes, 57, 4% ont entre 16 et 30 ans, 35,3% ont entre 31 et 50 ans. 88, 2% d’entre eux ont un hukou rural, 68,1% sont mariés, 77,4% travaillent et 22,6% sont au chômage. 25, 4% ont le niveau école primaire, 46,5% ont le niveau collège, 19,1% ont le niveau lycée. 28,2% sont leur propre employeur, 30,2% travaillent dans le secteur des services et 18% dans le secteur industriel. 56,3% considèrent leur travail instable, 90,3% d’entre eux ne bénéficient d’aucun système de protection sociale. On voit que les migrants étaient majoritairement jeunes, faiblement diplômés et qualifiés, précaires et employés sur des secteurs peu qualifiants ou installés à leur propre compte. Les premiers résultats d’une seconde grande enquête nationale réalisée par l’Académie des Sciences Sociales de Chine donnent des résultats proches [Li Chunling, 2008].

Disqualification de travailleurs migrants et non accès aux droits sociaux

- J’ai 23 ans, suis originaire du Chongqing

- Qu’est-ce que vous avez fait après avoir quitté le collège ?

- Mon frère m’a fait venir à Shanghai dans un entrepôt de transport des alimentations. On faisait la livraison aux supermarchés. Il y avait un chauffeur et moi. Je suis arrivé à Shanghai à 17 ans en 1999.

- À 17 ans, ce n’est pas trop dur de transporter des gros cartons ?

- Oui, je viens de la campagne, ce n’est pas très dur.

- Vous avez fait ce travail pendant combien de temps ?

- Un peu plus de 6 mois. La société ne marchait pas bien et elle a fermé en 2001.

- J’ai trouvé un travail dans une usine de marbres de Dali.

-Comment avez-vous trouvé ce travail ?

- Par une agence, le patron de la première société connaissait aussi quelqu’un. Ils m’ont proposé de faire un essai, car j’étais très jeune. Au début  je touchais 400 yuans par mois.

- Cette agence était tenue par un Shanghaien ou un migrant ?

- C’était un Shanghaien. 

- Vous avez payé l’agence ?

- J’ai payé 100 yuans.20 yuans d’inscription et 20 yuans de frais de recommandation. Si ça marche, on vous rembourse le reste. Sinon vous pouvez attendre un autre appel d’offre. Si au bout de trois fois vous n’êtes toujours pas satisfaits, vous ne serez plus remboursé.

- Vous avez accepté le travail dans cette usine ?

- Oui, j’y ai travaillé pendant 6 mois environ. Je faisais polir les marbres.

-Il y avait beaucoup de poussière ?

- Pour ma partie, ça va. Dans l’atelier de fabrication, les ouvriers portent 2 masques et malgré cela ils avalent de la poussière. Quand il y avait moins de travail, je rentrais chez moi.

- C’était pour la Fête de printemps ?

- C’était après. Avant la fête, c’était impossible d’acheter un billet. Je suis resté quelques mois à la maison et je suis retourné à Shanghai. J’ai retrouvé le patron de la première boîte et il m’a trouvé un travail dans un chantier de construction. Je faisais des trucs en PVC. Je ne connaissais rien sur ce métier et j’ai appris. J’ai fait ce travail pendant 3 ans.

- Ce n’était pas trop dur ?

- En été, c’était très long, mais, en hiver, on ne travaillait que quelques heures.

-Et le salaire ?

- Comme apprenti, je touchais 30 yuans par jour et à la fin 50 yuans par jour. Mon grand frère était à Hangzhou à l’usine de l’acier. L’usine a été restructurée et une partie des employés est partie. Mon frère a demandé à aller dans l’atelier de fonderie. Il n’a pas réussi à négocier le salaire et il est parti. C’est un travail de grande responsabilité. Si on se trompe, on peut renverser de l’acier fondu et c’est la catastrophe. Pour 750 yuans de salaire, ça ne vaut pas le coup. Nous avons trouvé l’usine par une agence.

- Les conditions de travail sont bonnes ici ?

- 25 yuans par jour, le repas est gratuit. Il y a une prime. En gros on peut gagner 800 yuans par mois.

- Avec qui vous avez signé un contrat ?

- Avec l’agence.

-Vous avez l’assurance maladie ?

- Non, on assure tout nous-mêmes.

- Que faites-vous comme travail ?

- Emballage.

- Il paraît que, dans cette usine, il y a des ouvriers sous contrat et des ouvriers temporaires.

-Oui, nous faisons partie des ouvriers temporaires.

- Parmi les ouvriers temporaires, il y a des locaux ?

- Il y a surtout des migrants.

- Dans quelles conditions pouvez-vous changer de statut pour devenir un ouvrier sous contrat ?

- J’ai une cousine ici et elle travaille depuis 3 ans, elle est toujours ouvrière temporaire.

- Qui vous donne le salaire, l’usine ou l’agence ?

- L’agence, le 25 de chaque mois.

- Vous louez un logement ?

- Oui.

-Les ouvriers sous contrat sont logés dans le dortoir de l’usine ?

- Non, ils sont comme nous, il n’y pas de dortoir.

- Vous pensez qu’il y a beaucoup de différences entre vous et les ouvriers temporaires ?

- Oui, ils ont les trois protections : l’assurance maladie, contribution au logement et l’assurance vieillesse. Nous n’avons rien.

- Parmi les ouvriers sous contrat, y a-t-il des migrants ?

- Très peu, un peut-être.

- Après ces années de travail en ville, que pensez-vous de la vie d’un migrant ? Êtes-vous allé dans le Guangdong ?

- Oui, je suis resté en 2002 pour un mois. Le patron de la société à Shanghai a une usine dans le Guangdong. Il m’a proposé d’y aller. Il m’a dit « si ça te plaît tu reviens. Tu y vas pour faire du tourisme ». Moi, je suis migrant et je ne peux pas faire du tourisme.

- Vous n’avez pas aimé ?

- Non, là bas on travaille 12 heures par jour, le salaire est médiocre ; de 400 à 500 yuans par mois. Je suis allé avec un cousin.

- Vous êtes allé après avoir quitté l’usine de marbre ?

- C’était pendant que je travaillais sur le chantier. Je suis revenu et il y a deux ans, je suis allé à Jiangmen pour travailler dans une usine. Ce travail a été recommandé par le chef du chantier. Quand le travail est terminé, je suis rentré à Shanghai. À Shanghai, les conditions de travail et de vie sont meilleures, mais la consommation est élevée.

- Comment se fait-il que vous déménagiez à Hangzhou ?

- À la fête du printemps, je suis venu voir mon frère. Il m’a proposé de rester travailler ici. J’ai été d’accord et je suis retourné à Shanghai pour chercher mes affaires. J’ai donc quitté le chantier.

- Vous êtes content de votre travail actuel ?

- Je pense à chercher un travail meilleur, tout le monde est pareil.

Ici, les conditions de travail sont bonnes.

- Vous avez un salaire élevé ?

- Je suis ici depuis mai et je n’ai pas encore touché de salaire.

- Vous avez quoi comme prime ?

- Je ne sais pas du tout. Ils ne m’ont rien dit.

- Vous rentrez tous les ans ?

- Mes parents sont ici, je ne rentre pas en principe.

- Vous envisagez de faire quoi plus tard ?

- Les gens comme nous, nous pensons toujours à construire une maison et à nous marier.

- Vous voulez rester dans l’avenir à la campagne ?

- Oui, les gens non qualifiés ne peuvent pas gagner beaucoup d’argent en ville. Il vaut mieux retourner à la campagne et avoir une maison là-bas.

(Entretien réalisé en avril 2005)

7C’est un double mouvement paradoxal et simultané propre à la Chine de croissance forte et de balkanisation des marchés du travail chinois qui fait apparaître des catégories de populations « vulnérables » comme les migrants peu qualifiés. La flexibilité apparaît comme une norme dominante dans la régulation des marchés du travail où les migrants se présentent comme immédiatement disponibles à l’emploi. L’apparition de populations vulnérables à l’emploi en Chine continentale a lieu dans un contexte où les normes de stabilité et d’immobilité sur les marchés du travail sont fondamentalement chahutées par celles de l’aléaoire et de mobilité contrainte; sont notamment concernées les populations faiblement qualifiés et peu dotées en ressources sociales, scolaires et économiques venant de zones rurales. Les migrants peu qualifiés occupent vraiment cette position de surnuméraires en situation de flottaison [Castel, 1995] et nous parlerons alors de « surnuméraires de la mondialisation » quand on sait qu’ils jouent un rôle majeur dans la productivité des entreprises étrangères et sino-étrangères implantées en Chine. Ces populations auparavant assignées à une place précise sur des marchés du travail locaux se trouvent aujourd’hui contraintes à des mobilités, à des situations d’incertitude sur des marchés du travail nationaux.

2. Discrimination dans l’accès à l’emploi et disqualification sociale

8Ces migrants circulent alors sur ces marchés du travail plutôt balkanisés et organisés autour d’activités productives d’inégales valeurs marchandes. Dans ce contexte dit « d’économie de marché socialiste » l’accroissement de la concurrence, l’efficacité économique signifient le développement de l’insécurité avec la multiplication d’emplois sans contrat de travail, une hausse des inégalités en termes de stabilité d’emploi et de salaires, une précarité et une flexibilité toujours accrues. Cependant, ces mêmes travailleurs apparaissent aussi capables de jouer avec la flexibilité en quittant un emploi quand ils sont trop mal payés ou font un travail épuisant. Et on voit bien comment la division verticale du travail stabilisée conformément à un ordre socialiste est progressivement recouverte par de nouvelles hiérarchies liées à un ordre capitaliste globalisé. Les migrants sont alors l’objet de stigmatisation et de discrimination sur les marchés du travail.

9Liu Shiding (2008) considère que les discriminations des migrants sur les marchés du travail sont à la fois d’ordre institutionnel, social et juridique :

  • discrimination institutionnelle : dans certaines provinces les gouvernements locaux tentent de contrôler les arrivées massives d’ouvriers-paysans; ils définissent des seuils pour l’embauche de migrants venus d’autres provinces en exigeant que chaque ville respecte les quotas fixés. Chaque employeur doit faire une demande à la mairie quant au nombre de migrants qu’il compte embaucher. Mais ces demandes ne sont pas vraiment vérifiées par les autorités locales qui savent que les entreprises n’appliquent pas toujours la politique discriminatoire envers les migrants. En effet, les employeurs préfèreront embaucher des migrants plus productifs qu’ils paieront moins. Ces politiques discriminatoires, qui jouent un rôle majeur dans la régulation et la segmentation des marchés du travail, sont renforcées par le fait que la plupart des paysans-ouvriers ne possèdent pas de hukou citadin qui implique des protections en matière d’accidents, de santé et de retraite ;

  • discrimination sociale : les migrants sont l’objet de stigmatisation par les populations d’accueil, ils sont qualifiés et traités d’étrangers. Ils ont accès à des statuts et à des salaires inférieurs aux « locaux » et sont moins bien considérés. Les concurrences avec les travailleurs “autochtones” mettent à distance des marchés du travail locaux des migrants plus qualifiés, légitiment les choix discriminatoires des employeurs. À partir de l’enquête sur les résidents temporaires d’origine rurale effectuée en 2002 par une équipe conjointe du Bureau national des statistiques et le Centre de recherche économique de l’Académie des Sciences sociales, Li Chunling (2008) précise que seuls 7,2% des employés ruraux travaillent dans le secteur public et 5,5%dans les entreprises collectives urbaines, O,6% travaillent dans les entreprises à capitaux mixtes et 86,7% travaillent pour des compagnies indépendantes ;

  • discrimination juridique : le non respect du droit du travail par les employeurs chinois produit de la discrimination juridique. La relation de travail reste souvent une relation sans contrat, ou avec des contrats de courte durée renouvelables ou des contrats d’un an quand il s’agit d’entreprises chinoises. À partir de l’enquête sur les résidents temporaires d’origine rurale effectuée en 2002 par une équipe conjointe du Bureau national des statistiques et le Centre de recherche économique de l’Académie des Sciences sociales, Li Chunling (2008) indique que 94,7% des migrants ont un emploi provisoire, un contrat de courte durée ou sont travailleurs indépendants alors que 71,6% des employés urbains autochtones ont un emploi stable ou de longue durée. Selon une autre enquête de 2005 de l’Institut sur la population et l’économie du travail de l’Académie des Sciences sociales de Chine cette sociologue précise que 52,3% de la main-d’œuvre urbaine locale possède une assurance-maladie de base et seulement 6,8% des migrants. En revanche, dans les entreprises françaises et joint-ventures où nous avons enquêté, les migrants disposaient tous d’un contrat de travail à durée déterminée et de la protection sociale, le plus souvent de deux ans.

  • 3 Par exemple à Pékin, selon les statistiques du recensement de 2002 , 22,8% de migrants peu qualifié (...)

10Cette triple discrimination rend compte de processus de domination, de violence symbolique et de stigmatisation dans des emplois et statuts déqualifiés. Les migrants sont contraints d’intérioriser ces normes sociales fondées sur la relégation des “faibles”. Dans la construction, le transport, le nettoyage industriel, l’industrie automobile, chimique, textile … les migrants occupent des segments qui peuvent être qualifiés de « niches économiques » [Waldinger, 1994 ; Waldinger, Bozorgmehr, 1996] du fait de leur présence majoritaire3.

11Dans les entreprises chinoises, certains sont payés à la pièce. La durée de travail journalière peut aller jusqu’à douze heures dans certaines entreprises privées ; par exemple la durée moyenne du temps de travail des ouvriers du bâtiment est de 11,64h par jour [Shen Yuans, 2006]. Le non paiement des heures supplémentaires au tarif en vigueur est monnaie courante. Par ailleurs, les salaires des migrants sont inférieurs à ceux des citadins ; par exemple, à Pékin, le salaire mensuel des migrants est équivalent à la moitié de celui des Pékinois. Dans certains secteurs, notamment la construction, les migrants peuvent être payés à l’année mais l’absence de contrat de travail les prive parfois de tout recours en cas de non versement de leur salaire ou de primes. Par ailleurs, dans certains secteurs comme celui de la construction, quand ils sont payés chaque mois ou chaque saison, ils ne touchent généralement qu’une partie de leur salaire et la totalité à la fin du chantier ou bien au moment du Nouvel An [Shen Yuans, 2006].

12« Au début, nous avions convenu d’une prime, mais à la fin de l’année, le chantier ne me l’a pas payée. En plus, le salaire devait être de 45 yuans par jour, mais finalement, le chantier m’a payé seulement 40 yuans par jour. J’étais en colère. En fait, le chantier profitait de nous, comme il n’y avait pas de contrat écrit, donc, il faisait comme il voulait. Il m’a expliqué que les 5 yuans prélevés étaient pour les repas, mais au début, ils m’avaient promis que je serai logé et nourri. C’était pour cette raison que je ne voulais plus travailler chez eux, donc, j’ai démissionné. J’ai trouvé une autre entreprise de construction à Beijing. Dans ce nouveau chantier, les conditions de sécurité étaient mauvaises. J’ai travaillé pendant plusieurs mois dans ce chantier mais, le 11 juin 1997, il y a eu un accident très grave. Une partie du chantier s’est effondrée. Un ami qui travaillait juste quelques mètres à côté de moi, a été transpercé par les tiges d’acier, il est mort quelques heures plus tard. J’ai eu très peur. Quelques-uns ont été gravement blessés. Donc, j’ai démissionné immédiatement ce jour-là. »

13Les migrants se plaignent aussi des mauvaises conditions de travail, ont bien le sentiment de faire du « dirty work », conscience du non respect des règles de sécurité et des normes d’hygiène.

14Dans le secteur des « activités de service » les migrants se trouvent relégués à des travaux “serviles” comme les « services à la personne » en émergence en Chine où les femmes migrantes faiblement qualifiées sont nombreuses à occuper ce secteur. Le « care work » recouvre certaines activités relevant traditionnellement de la sphère domestique; les migrantes d’origine rurale peu qualifiées accèdent généralement à l’aide à domicile qui peut prendre la forme de garde d’enfants, soin aux personnes âgées, ménage… En effet, avec le processus rapide de stratification sociale de la société chinoise, les femmes des classes moyennes font appel à des femmes moins qualifiées pour la prise en charge de leurs enfants. Il s’agit ici d’un phénomène nouveau en Chine qui n’aurait jamais pu avoir lieu avant les réformes. Le « care work » rend compte du processus de stratification sociale où les femmes sont contraintes à des formes de travail non reconnues socialement. Les migrantes qui deviennent femmes de ménage vivent ce travail comme honteux et ne disent pas dans leur village ce qu’elles font, elle s’affichent comme ouvrières ou employées de supermarché. Ces femmes sont aussi objet de mépris pour les femmes de ménage des grandes villes avec lesquelles elles se trouvent en concurrence sur le marché du « care ».

15 Si les migrants peu qualifiés peuvent occuper des niches économiques, ils peuvent aussi devenir des vendeurs ambulants, monter des petits commerces, voire développer des « petits métiers urbains », activités économiques majoritairement informelles pratiquées dans la rue, comme par exemple la vente de nouilles, de pains à la vapeur, de patates douces chaudes, la réparation de chaussures, la fabrication de clefs ou encore la livraison de l’eau potable à domicile …. Ces migrants aménagent donc des micro-espaces économiques peu légitimés sur des marchés agricoles où ils créent de la « petite production urbaine » [Roulleau-Berger, 1999] autour d’une diversité d’expériences individuelles construites dans des situations de pauvreté et de compétences collectives élaborées dans la gestion de situations d’urgence et d’incertitude. Se forment des mondes de la petite production urbaine dans les mégalopoles chinoises qui s’appuient sur des pratiques mineures singulières, plurielles, microbiennes et révèlent les migrants à la fois dominés mais capables d’inventions ou de résistances aux stigmatisations dans un contexte de mondialisation qui tendrait à les invisibiliser [Roulleau-Berger, 2007].

16Ces populations peu qualifiées sont l’objet d’une double disqualification sociale : une disqualification horizontale dans le sens où l’accès à certains métiers leur est fermé, une disqualification verticale liée à une assignation aux emplois peu qualifiants situés au bas de la hiérarchie sociale. Souvent contraintes à des mobilités géographiques multiples, elles développent une diversité de parcours professionnels de plus en plus différenciés et complexes en fonction de leurs ressources sociales, économiques et symboliques, de leurs réseaux sociaux et familiaux.

17Enfin, certains migrants résistent à ces processus de disqualification en développant de fortes stratégies individuelles et collectives et des dynamiques entrepreneuriales à partir de réseaux de solidarités et d’échanges familiaux et communautaires dans des contextes d’opportunités. Par exemple, nous avons rencontré de nombreux petits commerçants qui ouvraient des boutiques et aussi de petits entrepreneurs qui mettaient en place des agences intermédiaires pour l’emploi, de nouveaux services urbains, des salons de coiffure, des commerces et des restaurants …. Parvenus au statut de patrons, ils embauchent des migrants originaires de leurs provinces qu’ils intègrent dans leurs réseaux économiques. Ces migrants développent des dynamiques commerciales et entrepreneuriales dans un contexte de grand développement économique. Les plus diplômés, notamment les jeunes, les développent à un niveau plus individuel quand les moins qualifiés activent des réseaux familiaux ou d’interconnaissances à un niveau collectif. En effet, à l’échelle collective, le sentiment d’appartenance à un même village et la chaîne de confiance que celui-ci sous-tend assure les conditions de succès de l’activité économique dans le cadre d’activités commerciales ou entrepreneuriales [Steiner, 1999]. Ces entrepreneurs créent leurs règles, conventions et normes sur des segments de marché qu’ils investissent, développent de nouveaux savoir-faire dans la création de nouvelles filières, déploient une grande capacité à développer des réseaux de coopération économique et sociale qui relient des marchés locaux entre eux à partir de circulations sur le continent chinois.

3. Individuation et discontinuité biographique

18Les carrières des migrants chinois s’organisent alors autour d’une diversité d’expériences professionnelles dans des entreprises d’État ou privées, chinoises ou sino-étrangères, dans le secteur des services ou du petit commerce, voire de la création d’entreprises. Elles se structurent de manière dominante autour de “bifurcations” qui s’enchaînent plus ou moins vite, il y a rarement de temps « morts » dans les cheminements de ces migrants qui s’engagent dans des parcours de pluriactivité faible ou de pluriactivité forte selon leur niveau de qualification. Cette succession de bifurcations traduit les processus structurels à l’œuvre dans la société chinoise, notamment les évolutions des politiques migratoires et les dynamiques de concurrence sur les marchés du travail qui ne cessent de provoquer des turning points dans les biographies; elle donne lieu à des mobilités professionnelles qui peuvent évoluer ou non vers des mobilités sociales. Ces bifurcations expriment aussi les capacités d’action et de réflexivité de ces migrants qui quittent un emploi quand ils ne le supportent plus et en cherchent un autre.

Multiplication des « turning-point » et discontinuité biographique

19Les parcours professionnels des migrants rencontrés se construisent à partir de nombreux  turning-points  entre des expériences de travail très contrastées. La plupart de nos enquêtés ont entre trois et cinq expériences professionnelles, voire plus, qui parfois n’excèdent pas quelques mois.

Discontinuité biographique et carrière d’un cuisinier

Il a 30 ans, est chef cuisinier, originaire de Mongolie intérieure. Son père travaille dans les chemins de fer. Sa mère est professeur. Il a une sœur qui est représentante en produits cosmétiques. Il a un petit frère qui travaille dans une société à Pékin. Il a fini le lycée en 1994 et, après ses études, n’a pas travaillé pendant un an. Ensuite, il a été admis dans une école de tourisme à Pékin où il a suivi une formation d’un mois, puis il a travaillé comme serveur dans un hôtel de l’armée dans le cadre d’une convention de cette école ;il avait un contrat d’un an et la protection sociale. Il gagnait 800 yuans par mois, il avait aussi une prime donc, chaque mois, il pouvait gagner plus de 1000 yuans. Il était logé et nourri dans cet hôtel. Un an après il a voulu changer de métier, il a trouvé un emploi de représentant de commerce mais il a travaillé seulement pendant quelques mois. En fait, il vendait des vaisselles de cuisine, il devait faire du porte-à-porte pour les vendre. Son salaire de base était de 400 yuans par mois, plus la commission. Quelques mois après, il pensait que ce métier ne lui conviendrait pas car il était timide, il n’arrivait pas à développer les relations avec les clients, il a démissionné. En fait, il s’est inscrit dans une Université du soir depuis 1998 où il a étudié la gestion. En même temps, il a travaillé dans un restaurant où il aidait le cuisinier à faire des plats. En 1999, il a arrêté ses études à l’Université du soir pour aller dans le Guangdong et rejoindre un ami pour faire du commerce de vêtements avec lui. Il y est resté pendant plus d’un an, ils ont loué un stand dans un grand magasin pour vendre des vêtements. L’affaire marchait bien. Ensuite, il est allé à Jinhua dans la province du Zhejiang pour faire une étude de marché. En fait, ses amis voulaient ouvrir une société, mais, finalement, ils ont fait du commerce de vêtements. L’affaire ne marchait pas bien donc il a arrêté, il est rentré à Pékin.

Fin 2000, il a repris le métier de cuisinier dans un restaurant. Il n’avait jamais appris ce métier officiellement, mais, comme en 1998, il avait déjà travaillé dans une cuisine de restaurant, il avait regardé comment le cuisinier travaillait, il lui demandait comment faire quand il ne comprenait pas, ce dernier lui expliquait. Petit à petit, il a appris comment faire la cuisine. Il a décidé de travailler comme cuisinier. Après son retour à Pékin, son ami lui a proposé un travail de cuisinier dans un restaurant où il a travaillé pendant quelques mois. Son salaire était bas mais il a appris beaucoup de choses en travaillant dans la cuisine. Ensuite, il a trouvé un autre travail de cuisinier grâce à un autre ami. À ce moment-là, sa technique a beaucoup évolué, son salaire a beaucoup augmenté. Il a travaillé pendant huit mois dans ce restaurant, il pensait que sa technique avait encore évolué et qu’il méritait une augmentation de salaire. Il n’avait pas de contrat avec ce restaurant. Quand il y avait beaucoup de clients, il pouvait avoir une prime. Finalement, il a quitté ce restaurant, il a trouvé un emploi dans un troisième restaurant qui comptait plus de 200 salariés. C’était un restaurant connu à Pékin. Il a signé un contrat de deux ans ; il avait l’assurance maladie. Après avoir travaillé pendant deux ans dans ce restaurant, il a refusé de renouveler son contrat de travail.

En septembre 2005, il a trouvé du travail dans un quatrième restaurant où il a fait trois mois d’essai. Le patron lui a proposé un contrat, ce restaurant venait d’ouvrir, il voulait savoir si l’affaire marchait bien avant de signer le contrat. Il est devenu chef-cuisinier, il est satisfait de ce travail, il gagne plus que dans le troisième restaurant. À l’avenir, il souhaiterait ouvrir son propre restaurant ou faire du commerce (Entretien réalisé en mars 2007.)

20Les turning-points se forment dans la conjonction de mobilités professionnelles et de mobilités géographiques mais leur multiplication varie en fonction des qualifications scolaires ; les plus faiblement qualifiés sont doublement contraints aux mobilités géographiques et professionnelles et leurs parcours apparaissent souvent construits autour d’une pluriactivité forte et d’une multiplicité de turning-points rapprochés ; les jeunes quittent leur emploi à cause des bas salaires, des rythmes de travail trop intensifs, du non paiement des heures supplémentaires .... Mais les mobilités professionnelles des jeunes faiblement qualifiés dans le même type d’emploi n’engendrent pas forcément des hausses de salaires.

21La fréquence des turning-points dans les biographies des migrants constitue un principe de différenciation sociale qui rend compte de la discontinuité des expériences de travail ; une fréquence rapide signifie qu’il y a discontinuité entre les expériences dans des emplois très différents, il y a mobilité professionnelle mais pas forcément mobilité verticale. En effet une courte présence obligée dans un emploi, formel ou informel, ne laisse pas le temps au migrant de trouver une place et de capitaliser de nouvelles ressources sociales et symboliques, il sera alors souvent contraint à une mobilité horizontale faite d’une série d’expériences « invisibles » mais continues. Inversement, une plus longue présence dans différents types d’emploi qui laisse le temps de l’installation produit de la continuité d’expériences professionnelles. Ces biographies de migrants chinois se construisent aussi autour de situations de réversibilité quand ils partent d’un village ou une ville où ils pratiquaient une activité professionnelle pour y revenir. La discontinuité des expériences de travail des migrants rend bien compte à la fois des processus structurels liés au développement d’un capitalisme flexible à la chinoise et des aspirations individuelles à la mobilité sociale. La fréquence des turning-points, si elle dépend des qualifications, dépend aussi des “guanxi”, c’est-à-dire de la force des liens.

Discontinuité biographique et force des « guanxi »

  • 4 Très difficile à traduire nous partirons de la définition du célèbre sociologue Fei Xiaotong (1985) (...)

22Il est difficile de comprendre les mobilités géographiques et professionnelles des migrants sans intégrer la fonction des guanxi4, notion centrale dans la pensée chinoise passée et contemporaine expliquant que la relation individu/groupe signifie avant tout la construction d’une relation sociale qui ne peut se réduire ni à une catégorisation sociale, ni à un rôle social.

23Yang Yiyin (2008) définit un guanxi interpersonnel en prenant en considération l’héritage du régime de parenté et les relations de confiance et d’obligation réciproque. Les guanxi apparaissent donc comme une donnée structurelle dans la société chinoise pour comprendre comment les vies des individus se construisent. Ils apparaissent comme des points de rencontre entre un ordre structurel et un ordre interactionnel, ici entre les opportunités des marchés ruraux et urbains et les contraintes et formes de solidarités et d’entraide sociale. Mais, dans le cas des migrants, les guanxi, au fil des mobilités géographiques, tendent à évoluer, et les réseaux individuels tendent à s’organiser à partir de nouveaux liens, phénomène très net chez les plus jeunes migrants. Avec l’affaiblissement de la politique du hukou qui ouvre un nouvel espace de mobilités géographiques intracontinentales, les migrants se déplacent d’une province à une autre en fonction d’opportunités toujours plus floues, la nature des liens change. En effet à chaque étape migratoire se reconfigure le capital social qui, selon les guanxi, temporalités, situations, lieux, se maintient, augmente ou se réduit pour produire des mobilités horizontales, des mobilités verticales ascendantes ou descendantes.

24Les guanxi des migrants sur les marchés du travail chinois mettent à jour des réseaux multiples [Lazega, 2006] qui se construisent dans des transferts et des échanges de ressources économiques, symboliques et marchandes. Ces échanges de ressources se construisent à partir de loyautés d’appartenance et de relations de confiance dans le cadre de réseaux d’interconnaissance et familiaux qui jouent un rôle fondamental dans l’accès aux marchés du travail chinois. Ces guanxi jouent au niveau de la transmission des informations relatives à l’offre d’emplois, aux personnes à contacter, aux lieux où se rendre, mais plus précisément lors de la présentation d’un proche à un employeur ou bien quand un employeur demande à un migrant de lui présenter quelques proches de confiance. La relation de confiance varie en intensité selon les guanxi, la nature et les modes de mobilisation des ressources mais elle apparaît centrale dans le processus d’accès à l’emploi des migrants dans les grandes villes chinoises. Et nous avons constaté que la relative facilité avec laquelle s’étendent les liens interpersonnels, malgré les très grandes distances entre les provinces chinoises, démontre la force des guanxi et la mise en relation d’ensembles de lieux d’un espace migratoire où circulent les individus [Faret, 2003].

4. Circulation migratoire, mobilité sociale et nouvelle pauvreté

25Les migrants sans diplôme sont ceux qui souffrent le plus d’un manque de reconnaissance. La première génération est née et a vécu dans les régions rurales, a cultivé la terre, s’est déplacée vers les villes afin d’accéder à un emploi mieux rémunéré. La première génération s’inscrivait dans un parcours de mobilité spatiale qui traduisait une stratégie de survie alors que la seconde génération aspire à la mobilité sociale. Nous avons rencontré de nombreux jeunes « travailleurs – paysans » qui s’inscrivent dans ce second schéma.

Pauvreté et migration

«  Je suis venu du Nord-Ouest de la Chine, de la province du Shaanxi. Notre village est très pauvre, ma famille a besoin d’argent, je dois aider mes parents. Je travaille ici depuis le 7 décembre 2004. Je suis directeur du bureau de la sécurité. On s’occupe de la sécurité de l’hôtel. Je n’aime pas trop ce travail mais je n’ai pas fait beaucoup d’études et ma famille a besoin d’argent. Donc, il faut aider mes parents qui sont paysans. J’ai une sœur aînée, un frère aîné et une petite sœur qui n’a pas fini ses études au lycée professionnel faute d’argent. C’était moi qui payais ses études, mais cette année je n’ai pas eu assez d’argent pour les frais de ses études de toute l’année puisqu’on paie chaque fois pour un semestre seulement. Ma grande sœur est déjà mariée à Xiamen, elle a eu des jumeaux et elle ne travaille pas. Ma petite sœur est à Xi’an et on a perdu le contact avec elle, elle travaille déjà. Mon grand frère a été malade il y a quelques années et on n’a pas eu les moyens de le guérir, il a quitté la famille et on a perdu le contact avec lui aussi. Donc je veux rentrer au village m’occuper de mes parents.

Mon pays natal est à Weinan, environ à 300 km de Xian. C’est un village pauvre. Je n’ai pas eu d’argent pour les études de collège en 2e année du collège, j’ai arrêté et suis rentré à la maison. Je suis allé à Xiamen avec ma sœur aînée pour un an, mais je n’ai pas gagné d’argent. Puis, je suis resté dans mon pays natal pendant trois ans et j’ai travaillé pour un homme qui faisait de la décoration. Je gagnais 10 yuans par jour. J’ai appris un peu et voulais monter mon propre commerce mais finalement je n’ai pas eu d’argent pour acheter les appareils. Puis, en avril 2001, je suis allé à Pékin pour le travail de garde de sécurité. On a fait un mois d’entraînement particulier. C’était très dur. J’ai travaillé dans un hôtel en banlieue de Pékin pendant un an mais le salaire n’était pas élévé et on s’ennuyait beaucoup. Et on ne pouvait pas trouver d’autres emplois parce qu’il fallait entrer dans la ville pour chercher du travail mais c’était trop loin.

En octobre 2004 un de mes collègues parti pour faire la vente à la chaîne à Wuhan m’a écrit pour venir l’aider là-bas. Je connais bien ce travail parce que j’avais appris à Xiamen, je suis allé à Wuhan parce que je ne voulais plus rester dans cet hôtel, j’ai trouvé un emploi de garde de sécurité dans un quartier résidentiel. Le salaire était moyen, 500 yuans par mois, et je devais payer mon appartement moi-même. Beaucoup de mes collègues sont partis. Alors j’ai trouvé un autre travail de garde de sécurité par un collègue, c’était aussi dans un quartier de résidence. On travaillait 12 heures par jour : on travaillait 5 heures, puis on se reposait 5 heures, on retravaillait 7 heures et on se reposait 7 heures. C’était très fatiguant et je suis tombé malade. Tout mon salaire est parti en achat de médicaments, ma santé a été détruite. J’avais une petite amie à Pékin qui m’a suivi à Wuhan, on habite ensemble maintenant. Elle a fait des études d’hôtellerie et elle travaille dans un hôtel à Wuhan. Elle m’a entretenu pendant trois mois, jusqu’à décembre 2004, puis j’ai trouvé ce travail ici.

Mais je me sens inférieur, je n’ai pas de chance. Cette année je suis tombé gravement malade, j’ai eu un accident de voiture, puis j’ai été volé. J’aimerais un travail stable pour pouvoir aider ma famille. Je n’ai pas de ressources pour me marier ni pour une maison. Je n’ai pas de diplôme ni d’expérience dans les autres domaines. Je suis désespéré. J’espère un peu d’espoir et un peu de confiance » (Entretien réalisé en mars 2007).

26La deuxième génération de « travailleurs-paysans » est plus habituée à circuler en milieu urbain. Mais Li Chunling (2008), à partir de l’enquête sur les résidents temporaires d’origine rurale effectuée en 2002 par une équipe conjointe du Bureau national des statistiques et le Centre de recherche économique de l’Académie des Sciences sociales, montre que 85,8% de migrants ont connu une mobilité sociale ascendante, 8% sont restés à un niveau stable et 6,2% ont connu un déclassement. Mais il s’agit d’une mobilité sociale qui se fait par « petits déplacements » dans l’espace social chinois surtout quand on sait que 18,8% des migrants interrogés n’avaient pas de travail avant la migration.

Première génération de migrants et mobilité horizontale

27Pour la première génération, la migration interne produit des parcours de mobilité professionnelle où les migrants changent de position sans se déplacer sur un axe vertical en passant d’une hiérarchie à une autre, il s’agit alors de mobilité horizontale [Merllié, Prévot, 1991] organisée autour d’une succession linéaire de turning points qui signifie un enchaînement de déplacements latéraux dans des hiérarchies professionnelles parallèles construites autour d’une même activité (comme la construction par exemple) ou bien autour d’activités complètement disjointes dont les contenus professionnels n’ont pas de lien entre eux. Prenons l’exemple de cette femme chinoise :

Elle a 33 ans, vient de Mongolie intérieure, vend des produits cosmétiques sur un marché à Pékin. Sa mère est à la campagne, elle ne travaille pas. Elle a une grande sœur et deux frères dont l’un a travaillé dans la construction en Mongolie intérieure. Elle a fini ses études secondaires à la campagne. Ensuite, elle a trouvé un travail d’ouvrière grâce à un ami dans une entreprise d’État dans le secteur de la construction. Elle y est restée pendant deux ans, l’entreprise a fait faillite, elle s’est retrouvée au chômage. Ensuite, elle s’est rendue dans une agence d’emploi pour un travail provisoire. Elle a trouvé un travail à la campagne qui consistait à collecter l’impôt local; elle n’avait ni contrat ni assurance maladie. Elle n’avait pas de salaire mais pouvait seulement recevoir une commission; chaque mois, elle gagnait seulement à peu près 300 yuans. Elle pensait que ce travail n’avait pas d’avenir, donc, elle a démissionné. Ensuite, elle est venue à Pékin avec un ami. En 1995, elle a trouvé un travail de coiffeuse grâce à une annonce dans la rue, elle était en apprentissage, elle faisait des choses simples comme laver les cheveux. Son salaire mensuel était de 300 yuans et elle touchait un pourcentage en fonction de ce qu’elle réalisait. Un an après, le magasin a été démoli par les autorités et elle a dû arrêter ce travail. Elle s’est inscrite pour faire une formation de coiffeuse pendant un mois et elle a obtenu un diplôme (Entretien réalisé en décembre 2006).

28Mais, ces mobilités horizontales peuvent engendrer aussi des mobilités verticales quand les individus peuvent se déplacer dans la hiérarchie des entreprises, sachant que le contexte économique chinois actuel peut favoriser largement des mouvements de mobilité sociale ascendante.

Liu a 35 ans, est originaire du Jiangsu. Ses parents travaillent aux champs. Il a une grande sœur qui travaille dans une usine de leur région, sa femme aussi. Liu a un enfant à l’école, il a fini le lycée à la campagne. Après ses études, il a travaillé aux champs et, en même temps, il a appris le métier de maçon. En 1989, il est entré dans cette entreprise grâce à un ami. Ensuite, il a été envoyé dans un chantier de la province du Xinjiang et y est resté pendant 8 ans. Au début, il avait un contrat renouvelable chaque année et après il a eu un contrat à durée indéterminée. Il a travaillé comme maçon au début, ensuite il est devenu responsable de sécurité et a fait un peu de comptabilité. Il s’agit d’une promotion sociale pour lui ; en 1989, il gagnait 3000 yuans par an. À la fin de cette période, son salaire a beaucoup augmenté ; de plus, il a reçu une grosse prime à la fin de l’année. Dans cette entreprise, tout le monde a le  hukou  provisoire et le certificat de travail. En 1997, Liu a quitté la province du Xinjiang, et il a été envoyé à Shanghaï. Il y est resté pendant quelques mois, il était responsable d’achat des matériaux. Ensuite, il a été envoyé dans un autre chantier à Shanghaï pour quelques mois. Et après, il a été envoyé à Pékin. Il a travaillé jusqu’à la fin de l’année, il est rentré au village pour le nouvel an chinois. Après la fête, il est revenu à Pékin, a changé de chantier, il y est resté un an. En fait, il a souvent changé de chantier à Pékin depuis son arrivée, mais tous ces chantiers appartiennent à une même entreprise de construction. Il est toujours le responsable d’achat des matériaux et gagne 3000 yuans par mois (Entretien réalisé en avril 2005).

29Les perspectives de mobilité professionnelle ascendante dépendent des niveaux de qualification de départ. Quand les migrants n’ont pas atteint le niveau du secondaire au niveau scolaire, les chances de mobilité sociale ascendante au sein des entreprises restent très limitées d’autant que le nombre de jeunes diplômés connaissant des difficultés d’accès à l’emploi ne cesse de croître en Chine. Les migrants les moins qualifiés se trouvent bien confrontés à un triple processus de discrimination institutionnelle, sociale et juridique qui les contraint à une insécurité permanente, à des sous-rémunérations, à des mobilités spatiales contraintes.

Jeunes migrants et « culte de la performance »

30Les jeunes migrants de 16-25 ans qui rentrent sur le marché du travail sont pour la plupart des  enfants uniques  qui sont l’objet de tout l’investissement parental, seuls dépositaires du capital social, économique et affectif de leur famille. Les parents imaginent pour leurs enfants des positions sociales élevées dans la société chinoise et les enfants aspirent aussi à des parcours « d’excellence sociale ». Toute la génération entrant sur le marché du travail, du fait de ce statut d’enfant unique, se place dans le culte de la performance ; ce phénomène est vraiment propre aux marchés du travail chinois. Ces jeunes affichent un niveau d’ambitions sociales élevé et, quand ils sont confrontés à un manque de reconnaissance dans le travail, ils démissionnent, quitte à rester inactifs un temps chez leurs parents. Le statut d’enfant unique renforce le processus d’individuation dans lequel semblent engagés beaucoup de jeunes migrants et produit une diversification d’expériences professionnelles.

31Mais ces jeunes, enfants uniques, ont un niveau d’aspirations si élevé, lié au surinvestissement des parents, que beaucoup estiment qu’un poste de haut niveau leur revient, ils voient la société en dette à leur égard, ils se placent facilement dans des situations de conflit avec leurs supérieurs hiérarchiques. L’enfant unique peut difficilement trouver sur le marché de l’emploi un travail où il sera autant « investi » que dans la sphère familiale. La situation d’enfant unique sur le marché du travail chinois est potentiellement génératrice de conflits dans les relations professionnelles et induit de fait des processus de mobilité répétée puisque les jeunes parviennent difficilement à atteindre le niveau de leurs ambitions quand l’écart entre les niveaux de diplômes et les aspirations sociales ne cesse de se creuser.

32Les jeunes migrants cherchent à accéder à un emploi dans les entreprises sino-étrangères, plutôt sino-européennes, où ils peuvent bénéficier d’une sécurité d’emploi, de contrats de travail, de la protection sociale, de salaires souvent plus élevés que dans les entreprises chinoises et de possibilités de promotion sociale. Ces jeunes, dans leur façon de parler du travail, se démarquent souvent de leurs parents qui avaient, pour la plupart, développé un rapport instrumental au travail là où ils recherchent plutôt l’expressivité de soi. On voit nettement que de 1979 à aujourd’hui, nous sommes peut-être en train de passer d’un ethos du travail, fruit de la culture socialiste, consacrant la primauté de la société sur l’individu, à une conception davantage polycentrée de la vie sociale où la demande de respect et de reconnaissance dans le travail s’affirme fortement, notamment chez les jeunes. Mais les moins diplômés et les plus démunis économiquement restent contraints de développer un rapport instrumental au travail.

Mobilité verticale ascendante et lutte pour la reconnaissance sociale

33Les migrations liées à des dynamiques entrepreneuriales peuvent être qualifiées de parcours de mobilité verticale qui se construisent dans une lutte pour la reconnaissance sociale. Ces entrepreneurs investissent des secteurs comme par exemple la restauration, le cuir...  Ici, selon Ma Mung (2000), la dispersion géographique produit simultanément du capital social dans la multiplolarité et l’interpolarité. Ces itinéraires d’entrepreneurs peuvent alors être définis comme parcours de reconnaissance sociale et symbolique par l’accès à un statut qualifiant et au prestige social en Chine. Ces mobilités verticales se construisent dans l’accumulation continue de ressources personnelles et sociales et surtout dans leur mobilisation maximale à partir des principes d’obligation, de réciprocité ou de compensation. Les échanges et tractations économiques se fondent ici sur des relations de confiance, des obligations réciproques et des solidarités liées aux appartenances.

Carrières de « hobos » et formation d’une underclass

34Les migrations internes font enfin réapparaître aujourd’hui la figure du « hobo » [Anderson, 1993} qui circule sur un mode aléatoire sur le continent chinois entre plusieurs emplois et activités pour tenter de réaliser une mobilité sociale ascendante dans la société chinoise [Roulleau-Berger, 2007]. Dans ce mouvement d’intensification des migrations internes en Chine, de fermeture des entreprises d’État et de grande transformation économique, des jeunes peu qualifiés d’origine rurale parcourent les routes migratoires à la recherche d’un emploi, soumis aux contraintes et à la flexibilité du développement d’un capitalisme à la chinoise.

Carrière d’un jeune hobo

“ J’ai 32 ans, je viens du Guizhou, une province très très pauvre. Mon père est à la retraite, il était professeur à l’école secondaire, il gagne plus de 1000 yuans par mois. Après le collège je suis resté deux mois à la maison et j’ai suivi un copain pour aller à Shenzhen. Nous ne connaissions personne là-bas et c’était difficile de trouver du travail. Nous nous sommes séparés pour chercher du travail chacun de notre côté. Je n’avais pas un endroit pour dormir. J’ai trouvé une forêt pour dormir tous les soirs, c’était une colline où on plantait des lychees. J’utilisais des feuilles de lychees pour faire un lit. Le matin je me réveillais souvent à cause de l’humidité, la rosée. Je suis allé à Shenzhen avec 2000 yuans. Je pensais que si je ne pouvais pas trouver du travail, je pourrais encore rentrer à la maison avec cet argent. Je n’avais pas de carte de séjour temporaire. Là-bas, le contrôle était strict. On pouvait se faire attraper. Je sortais le matin pour aller chercher du travail et je rentrais dans la forêt le soir pour dormir. Au bout de quatre jours  j’ai trouvé un travail dans un chantier de construction. Le patron était du Fujian. Je gagnais 30 yuans par jour. Après ce chantier, j’ai trouvé un travail dans une usine de maroquinerie à Shenzhen où je gagnais 600 yuans par mois, c’était beaucoup moins dur. J’ai travaillé dans cette usine pendant sept mois, le patron était hongkongais, je trouvais le salaire bas, j’ai loué un logement vétuste pour 400 yuans. Je me suis marié. J’ai rencontré par hasard dans un supermarché quelqu’un de ma province. Il était agent de sécurité dans le supermarché. Il m’a recommandé à la compagnie de sécurité et je suis devenu agent de sécurité dans une usine. Dans le hall de l’usine, je devais rester debout toute la journée, nous étions deux et nous devions saluer tous ceux qui passaient. Au bout de sept mois, le directeur de l’usine avec qui je m’entendais bien m’a nommé chef des agents de sécurité. J’ai fait cela pendant 4 ans. À ce moment-là, dans notre région, on allait construire les barrages, il fallait déménager parce que les maisons allaient être détruites. Je suis donc rentré dans le Guizhou. J’avais de la terre dans le Guizhou. Ma mère a le hukou rural et mon père a le hukou du bourg. Nous sommes trois enfants et je suis l’aîné. Quand je suis rentré, j’ai fait construire une maison, j’ai payé 320 000 et j’avais 40 000 yuans de dettes. Je suis donc reparti pour pouvoir payer les dettes. Les amis du village travaillaient ici et je suis donc venu à Yixing il y a deux ans. Mon beau-frère avait un chantier ici. Il m’a demandé de travailler pour lui. Après deux chantiers, j’ai appris que cette usine recrutait des ouvriers. Je suis venu. C’était encore l’usine Jingwei. L’année dernière, je gagnais 2000 yuans par mois, c’était très bien comme salaire. Le seul inconvénient de cette usine, c’est qu’elle ne payait jamais à temps, souvent elle gardait deux mois de salaire des ouvriers. Maintenant le salaire est plus bas, mais l’usine tient sa promesse, nous sommes payés le même jour chaque mois mais le salaire peut diminuer. Nous sommes des transporteurs et s’il n’y pas de marchandises, nous n’avons rien à faire. Nous sommes payés à la pièce. Pour l’instant, les ateliers ne produisent pas beaucoup. Nous sommes très libres. C’est temporaire, je pense, parce que c’est une période transitoire. Cette usine a un bel avenir, elle a un capital important, la situation va s’améliorer. Ma famille est ici, ma fille est scolarisée, nous payons 500 yuans par semestre de plus par rapport aux enfants locaux, ma femme travaille dans une usine qui fabrique des lampes »(Entretien réalisé en avril 2005).

35Ces hobos passent d’un village à l’autre, d’une ville à une autre, d’une mégalopole à une autre, et les carrières se construisent autour d’une tentative de maintien de leur répertoire de faibles ressources personnelles sur les routes migratoires où s’enchaînent des mobilités géographiques liées à des situations de changement de situations de travail. Les parcours de ces hobos se construisent donc à partir d’une multiplicité de turning-points qui produisent des situations de pluriactivité, de discontinuité et de réversibilité dans l’accès à l’emploi. Ces hobos accèdent le plus souvent à des emplois précaires sur des segments de marchés du travail disqualifiés et il se forme un nouveau prolétariat urbain formé majoritairement par ces populations peu qualifiées qui vivent dans des situations de grande précarité et subissent mépris et discriminations dans la société chinoise [Tong Xin, 2003; Shen Yuan, 2006]. Les marchés du travail produisent des situations révélatrices d’inégalités toujours plus grandes qui ne se construisent pas dans un processus linéaire et continu. Les hobos dont les ressources sociales, économiques et symboliques s’affaiblissent sur les routes migratoires peuvent, à un moment donné, se trouver marginalisés dans la société chinoise, c’est-à-dire mis à distance des marchés du travail, ayant perdu toute reconnaissance sociale et publique. Certains retournent alors sur leurs lieux d’origine. D’autres s’interdisent de rentrer, par peur de perdre la face aux yeux des leurs, d’autres encore deviennent des sans domicile fixe, des « exclus de l’intérieur » dont les ressources et les expériences perdent progressivement toute visibilité sociale.

Conclusion

36La question des migrations intérieures reste une question majeure en Chine continentale pour appréhender les grandes transformations économiques et sociales qui favorisent des processus simultanés d’intégration économique graduée. En effet, les histoires sociales, expériences et parcours de ces populations migrantes produisent des situations d’accès aux marchés du travail différenciés et balkanisés où normes et conventions liées à une économie étatique et celles liées à une économie de marché tantôt se recouvrent, tantôt ne se recouvrent pas dans un contexte de capitalisme globalisé. Les discontinuités biographiques et la diversité des turning-points dans les carrières des migrants traduisent un processus d’individuation fait d’incertitudes et de réversibilités de positions, de places et de situations dans la société chinoise productrice d’inégalités toujours plus marquées. Les fortes aspirations à la mobilité sociale traduisent de fortes luttes pour la reconnaissance dans la société chinoise [Honneth, 2000]. À partir de la figure du migrant, c’est la question de la construction d’un acteur individuel et collectif dans la société chinoise qui est posée. Le migrant, au niveau individuel, apparaît comme acteur dans le sens où, objet de dominations économiques et sociales, contraint à des mobilités géographiques et professionnelles, stigmatisé dans l’espace public et sur les marchés du travail, il construit son expérience dans ses façons de circuler, voire en produisant des « arts du faible » c’est-à-dire des capacités de « faire-avec » des situations de disqualification et de déqualification, pratiques d’ajustement qui relèvent plus de la tactique que de la stratégie [De Certeau, 1990] ; il peut aussi résister aux formes de violences symboliques dont il est l’objet. Le migrant est inscrit dans une diversité d’espaces et de temporalités, sa compétence s’affirme dans sa capacité à mobiliser des répertoires de rôles disctincts et à combiner de manière plus ou moins originale des expériences et des ressources de natures différentes. Cependant, quand le migrant est contraint de passer d’une situation d’incertitude à une autre, il peut être confronté à l’expérience de la perte de ressources sociales et symboliques, il est mis à l’épreuve d’une succession de situations de discrédit social et d’inégalités répétées au cours des ses mobilités, sa capacité d’agir ne peut plus devenir action, il devient « un exclu de l’intérieur ». Mais le migrant est souvent inscrit dans des guanxi où se constituent des acteurs collectifs à partir de formes de solidarités mises à l’épreuve dans la société chinoise contemporaine où l’individu peut encore se constituer en acteur individuel.

Haut de page

Bibliographie

ABBOTT A. (2001), Time matters, on theory and method, Chicago University Press.

ANDERSON N. (postface de SCHWARTZ O) (1993), Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan.

BLUMER H. (1969), Symbolic interactionism : perspective and method, Englewood Cliffs, NJ,Prentice Hall.

CASTEL R. (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

DE CERTEAU M. (1980), L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard Folio.

FARET Laurent (2003), Les territoires de la mobilité. Migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis, Paris, CNRS Éditions.

FEI Xiaotong (1985), Xiangtu zhongguo (La Chine rurale), Pékin, Sanlian Chubanshe.

GIPOULOUX F. (2005), La Chine du 21ème siècle. Une nouvelle superpuissance, Paris, A. Colin.

GRANOVETTER M. (1994, 2nd edition), Getting a job: a study of contacts and careers, Chicago, University of Chicago Press.

GRANOVETTER M. (2000), Le marché autrement. Essais de Mark Granovetter, Paris, Desclée de Brouwers.

HONNETH A. (2000), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

LAZEGA E. (2006), « Échanges socio-économiques et analyse de réseaux », in N. Alter (dir.), Sociologie du monde du travail, Paris, PUF.

LEMOINE F. (2003), L’économie chinoise, Paris, La Découverte.

LI Chunling (2003), Institutional and Non-institutional Path: Different Processes of Socioeconomic Status Attainment of Migrants and Non-migrants in China, Institute of Sociology, Chinese Academy of Social Sciences.

LI Chunling (2005), Duanlie yu suipian. Dangdai zhongguo shehui jieji fenhua qushi de shizheng fenxi (Clivages et fragments. Une analyse empirique sur la stratification sociale de la Chine contemporaine), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI Chunling (2008), « Migrations villes-campagnes et mobilité sociale », in J.-L. Rocca (dir.), La société chinoise vue par ses sociologues. Migrations, villes, classe moyenne, drogue, sida, Paris, Presses de Sciences Po.

LI Lulu (2003), « Xiang chengshi yimin : yige buke nizhuan de guocheng (Migration vers les villes : un processus inévitable) », in Peilin Li (ed.), Nongmigrant-zhongguo jincheng nongmigrant de jingji shehui fenxi (Les paysans-ouvriers - Analyse socio-économique de l’arrivée en ville des paysans-ouvriers), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI Peilin (2002), Introduction: Changes in Social Stratification in China since the Reform, Social Sciences in China, vol.XXIII, n° 1, (Spring).

LI Peilin (2003), “Jubian: cunluo de zhongjie. Yiyi doushili de cunzhuang yanjiu (Une mutation considérable : la fin des villages. Recherche sur les villages au sein des villes) », in Peilin Li (ed.) : Nongmigrant-Zhongguo jincheng nongmigrant de jingji shehui fenxi (Les paysans-ouvriers - Analyse socio-économique de l’arrivée en ville des paysans-ouvriers), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LI Peilin, GUO Yuhua, LIU Shiding (2008), « La sociologie chinoise face à la transition sociale », in L.Roulleau-Berger, Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding, La nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS.

LI Qiang (2002), Stratification in China’s Urban society during the transition period, Social Sciences in China, vol. XXIII, n° 1, (Spring).

LI Qiang (2006), “Dangqian woguo chengshihua he liudong renkou de jige lilun wenti (Quelques problèmes théoriques sur la population instable et l’actuelle urbanisation de la Chine”, in Peilin Li (ed.), Nongmigrant-Zhongguo jincheng nongmigrant de jingji shehui fenxi (Les paysans-ouvriers - Analyse socio-économique de l’arrivée en ville des paysans-ouvriers), Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

LIU Shiding & SUN Liping (1997/2003), “Laodongli cong xiangcun dao gongye xiangzhen liudong zhong de zhengfu guanli (Gestion par le gouvernement de la migration des main-d’œuvre de la campagne vers les bourgs et disctricts industriels)”, in Shiding Liu, Zhanyou renzhi yu renji guanxi - dui zhongguo xiangcun zhidu bianqian de jingji shehuixue fenxi (Possession, cognition et relation interpersonnelle - Analyse socio-économique des évolutions institutionnelles des campagnes), Beijing, Huaxia chubanshe.

LIU Shiding (2008), « Structure du marché du travail et changement institutionnel dans la Chine contemporaine », in L. Roulleau-Berger (dir.), Actes du Colloque La Chine et l’internationalisation de la sociologie.

MA MUNG E. (2000), La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Orphys.

MERLLIE D., PRÉVOT J. (1991), La mobilité sociale, Paris, La Découverte, coll. Repères.

MIEGE P. (2005), Les évolutions de la danwei dans la Chine des Réformes : une analyse des changements de la société urbaine (1978-2004), Thèse de doctorat, EHSS.

ROULLEAU-BERGER L. (1999), Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

ROULLEAU-BERGER L., SHI Lu (2004), Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et transnationalisme, Revue européenne des migrations internationales, n° 20.

ROULLEAU-BERGER L. (2007), « Les oubliés de la mondialisation à Shanghaï et Beijing : captivités et résistances des migrants peu qualifiés sur les marchés du travail », in I. Berry-Chikhaoui, I. Deboulet, L. Roulleau-Berger, Villes internationales : entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte.

ROULLEAU-BERGER L. et GUO Yuhua, LI Peilin, LIU Shiding (dir.) (2008), La nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS.

SHEN Yuans (2006), Social Transition and re-formation of Chinese Class, Chinese Sociology, Social Sciences Academy Publishers

STEINER P. (1999), La sociologie économique, Paris, La Découverte.

Study on Urbanism of Migrant Worker in City (2006), Population Journal, (April).

SUN Liping (2002), The sociology of practice and the analysis of the Pratical Process of Market Transition, Social Sciences in China, vol XXIII, n°4, (Winter).

SUN Liping (2003), Duanlie. Er shiji 90 niandai Yilai de zhgongguo shehui, Shehui kexue wenxian chubanshe (Fractures : la société chinoise depuis les années 1990), Beijing.

THIREAU I., LINSHAN H. (2O04), Les migrants et la mise à l’épreuve du système du hukou, Études chinoises, vol.XXIII.

THIREAU I. (2006), « Migrant », in T.Sanjuan (dir.), Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, A.Colin.

TONG Xin (2002), Shehui bianqian yu gongren shehui shenfen de chonggou (Évolutions sociales et reconstruction de l’identité sociale des ouvriers), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie), n° 6.

TONG Xin (2006), Yanxu de shehui zhuyi wenhua chuantong-Xixiang guoyou qiye gongren jitixing dongde gean fenxi (La tradition culturelle socialiste maintenue : le cas d’une action collective d’ouvriers d’une entreprise d’État), Shehuixue yanjiu (La recherche en sociologie).

WALDINGER R. (1994), The making of an immigrant niche, International migration review, vol. 28, n° 1.

WALDINGER R., BOZORGMEHR M. (1996), Ethnic Los Angeles, New-York, Russell Sage Foundation.

YANG Yiyin (2008), « Relation et identité. Approche du processus psycho-social de la formation du ‘nous’ chez les Chinois », in L. Roulleau-Berger et Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir.), La nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS.

Haut de page

Notes

1 La notion de  turning-point  signifie que des changements réorientent un processus en établissant une nouvelle réalité ou direction sur une période caractérisée par un nouveau régime [Abbott, 2001].

2 “Les réformes des années 1980 avaient pour objectif de relancer la machine économique, et d’assurer la légitimité du régime, mais certainement pas de démanteler le secteur étatique (…). De 1992 à la fin des années 90, les autorités ont pris conscience de la nécessité de mettre un terme à la prise en charge de la société par la danwei, pour libérer les entreprises d’État d’un fardeau financier qui entravait leur développement, mais également pour répondre aux attentes de la population (…). Les modes de mise en oeuvre des grandes politiques sociales et économiques à travers les danwei entraient en contradiction avec le développement des entreprises non publiques dans le cadre d’une économie de marché (…). À partir de 1996, avec l’autorisation progressivement accordée aux entreprises d’Etat, puis aux organes publics, de licencier du personnel, un des piliers du régime de pratiques fondant l’unité de travail, c’est-à-dire l’emploi à vie, a été aboli. Puis, au tournant du nouveau millénaire (…), ce sont les principaux éléments du système de la danwei qui ont été abandonnés, au profit de nouveaux modes de regulation des populations, d’intervention de l’État dans l’économie et de mise en oeuvre des politiques sociales (…)” [Miège, 2005].

3 Par exemple à Pékin, selon les statistiques du recensement de 2002 , 22,8% de migrants peu qualifiés travaillaient dans la construction, 17,7% dans l’hôtellerie et la restauration, 16,2% dans la vente (commerce de gros et détail), 13,6% dans la fabrication, et 11,6% dans les services. À Shanghaï, selon les données du recensement de 2002, les migrants assuraient une présence majoritaire dans la construction (19,6%), le secteur manufacturier (25,8%), le commerce (13,9%), l’agriculture et la pisciculture (7,3%), la restauration (6,6%), les services à domicile (6,9%), le transport de marchandises (2,9%), les organismes publics (0,5%) ; certains (1,6%) travaillaient dans la récupération des objets usés dont 3,8% accédaient à des métiers qualifiés et d’autres dans des activités diverses (11,1%).

4 Très difficile à traduire nous partirons de la définition du célèbre sociologue Fei Xiaotong (1985) : « Notre structure peut être comparée non pas à un tas de bûches mais à des cercles formés par des ricochets lorsque l’on lance un caillou à la surface de l’eau. Chaque individu est au centre des cercles formés par ses relations sociales. Là où il y a ricochet, il y a lien. En différents moments et lieux, chacun mobilise des cercles différents”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Roulleau-Berger, « Circulations, disqualification, autonomie des migrants en Chine continentale », Espace populations sociétés, 2009/3 | 2009, 419-438.

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « Circulations, disqualification, autonomie des migrants en Chine continentale », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/3 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://eps.revues.org/3786 ; DOI : 10.4000/eps.3786

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

CNRS/IAO, ENS-LSH Lyon
Institut d’Asie Centrale
ENS Lettres et Sciences Humaines
15, Parvis René Descartes
69342 Lyon Cedex
laurence.roulleau-berger@lsh.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org