Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrage

Jonathan Rigg : An Everyday Geography of the Global South

Oxon, Routledge, 2007, 231 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Jonathan Rigg, An Everyday Geography of the Global South, Oxon, Routledge, 2007, 231 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage rédigé par un enseignant-chercheur de l’université de Durham spécialiste de l’Asie du Sud-Est renouvelle l’approche géographique des interactions entre la mondialisation et les pays du Sud. Riche en exemples, abondamment et utilement illustré de photographies et graphiques, le livre mêle avec bonheur études de cas et approche théorique, dans une optique qui en fait un beau livre de géographie culturelle.

2L’auteur choisit d’aborder le sujet au niveau le plus humble, celui des gens et des effets de la mondialisation sur leur vie quotidienne et les transformations de leurs conditions de vie et de travail. Le livre s’organise en neuf chapitres, qui permettent en fin de compte de brosser un portrait vivant du monde contemporain et de la mondialisation, sans qu’y apparaissent beaucoup les multinationales, le FMI ou la Banque Mondiale.

3Dans le premier chapitre (What’s with the everyday ?), ouvert par la présentation succincte de la vie d’une veuve laotienne dont les enfants travaillent à Bangkok, l’auteur détaille son approche, définit les couples antagonistes centre-périphérie, Nord/Sud, Occidental/non Occidental, etc., dénonce le rétrécissement de l’horizon scientifique de trop nombreux géographes, et plaide pour une nouvelle approche de la géographie, qui prendrait appui sur l’expérience vécue de la majorité des habitants de la planète, dans les pays “du Sud” , et ne reposerait plus seulement sur des concepts élaborés dans des pays riches, “développés”, occidentaux, anglo-saxons. Invoquant I. Wallerstein, P. Dicken, P. Taylor, H. Lefebvre, mais aussi Mme Chandaeng, il exprime le voeu que l’on regarde la mondialisation “d’en bas”, avec les perspectives et sens des lieux des fermiers ghanéens de plantations de cacao, des ouvriers mexicains de maquiladoras ou des employées de maison philippines pour mieux comprendre la mondialisation au travers de la diversité de ses espaces, lieux et échelles.

4Dans le chapitre 2 (Structures and agencies), J. Rigg décortique les éléments qui permettent un mode de vie durable (sustainable livelihood), entre capital financier, humain, naturel et social, vulnérabilités et résiliences, cultures, institutions et gouvernances à diverses échelles. L’analyse s’appuie sur des études de cas : bureaucratie et politique au Yunnan, femmes et forêts au Ghana, bien-être au Bangladesh…

5Le chapitre 3 (Lifestyles and life courses) se penche sur les petites choses de la vie quotidienne et le rapport changeant à la modernité : consommation de boissons « traditionnelles » au Ghana, mobilités motorisées au Vietnam, mutations démographiques, culture du « paraître moderne » (than samai) en Thaïlande, médecine au Népal. Il est évident que se sont développées des formes complexes, variées, d’hybridité entre modes de vie « traditionnels » et « modernes ».

6Cette hybridité est perceptible dans le domaine du travail évoqué au chapitre 4 (Making a living in the global South) : commercialisation croissante de l’activité agricole (noix de bétel en Thaïlande), cyclopousses de Dhaka, éleveurs mongols, secteur informel à Kinshasa. L’auteur distingue, dans une tendance mondiale à une élévation des niveaux de vie, entre les modes de vie et de travail en temps normal, « anormal » (adaptation post-socialiste) ou en temps de crise (tsunami 2004 en Thaïlande).

7Ces thèmes sont repris dans le chapitre 5 (Living with modernity), où l’auteur examine plus en profondeur le rapport des individus à la modernité, qui peut être symbolisée par les shopping malls ou l’accès à l’éducation, mais aussi les formes d’économie moderne mondialisée (exportations de légumes « occidentaux » depuis les hautes terres du Guatemala, agribusiness au Punjab indien) et l’adoption de normes culturelles nouvelles (consommation de lait en Chine, féminisation du travail rural en Syrie, migrations de femmes rurales indonésiennes vers des ateliers industriels à Jakarta). Le chapitre est riche en perspectives géographiques tournées vers les femmes. Il se termine sur un examen de la ruralité et de l’urbanité, s’appuyant sur le cas de la Malaisie, et sur la question de savoir si la modernisation des modes de vie ne débouche pas sur une paupérisation cachée par la modernité.

8Cette modernité s’appelle aussi mobilité (chapitre 6 : Living on the move). L’auteur montre de façon éloquente que la mondialisation s’accompagne de mobilités individuelles croissantes, à diverses échelles. L’insuffisance des terres pousse à l’urbanisation qui, à son tour, réduit l’espace cultivable, en particulier dans les plaines deltaïques d’Asie. L’amélioration des infrastructures de transport facilite le déplacement, l’essor des technologies de communication permet une meilleure information sur les possibilités de travail lointaines. En Chine, l’allègement des contraintes du hukou (permis de résidence) facilite les migrations de travail. À plus longue distance, la migration internationale de travail peut être source d’émancipation des femmes (Sri Lankaises musulmanes au Moyen-Orient) malgré des risques ponctuels de violations de droits élementaires. L’auteur s’interroge sur les effets de la migration sur les lieux de départ.

9Les chapitres 7 (Governing the everyday) et 8 (Alternatives : the everyday and resistance) présentent deux facettes complémentaires et antagonistes de l’impact de la mondialisation et de la modernité. Dès l’époque coloniale, les puissances métropolitaines avaient imposé aux espaces et aux peuples des colonies des notions nouvelles de territorialité et d’administration politique (exemples aux îles Fidji et au Laos). J. Rigg expose en détail les formes de territorialisation, déterritorialisation, reterritorialisation et contre-territorialisation qui en résultent. Il montre comment certaines populations se retrouvent exclues sur leur propre territoire, par exemple lors de mises en défens de forêts en Inde, pour une protection de la biodiversité encouragée par les ONG et les grandes organisations internationales d’aujourd’hui, sans tenir compte du quotidien des habitants. Ce qui entraîne des résistances autochtones qui peuvent prendre des formes douces comme un ralentissement du travail (plantations de café de Ceylan, usines malaises) ou la sacralisation soudaine d’arbres menacés de coupe dans une Thaïlande où le bouddhisme contrôle aussi les actions des bûcherons employés par des firmes étrangères. Ces résistances passives sont une forme quotidienne de rejet de la mondialisation par ceux qui en tirent pourtant leur revenu mais se sentent plus ou moins dépossédés de leur territoire.

10Dans le chapitre 9, conclusif (The structures of the everyday), l’auteur revient sur son approche scientifique, qui implique un travail de terrain essentiel, et sur l’importance pour les chercheurs de se pencher sur des cas individuels comme celui de Mme Chandaeng, qui sont à ses yeux aussi importants pour comprendre la mondialisation que l’analyse des stratégies de conquête de marché par les multinationales.

11On l’aura compris, c’est un livre très riche, stimulant, novateur, bien informé. Il est de plus éminemment lisible, On n’émettra ici qu’un seul regret : l’abondante bibliographie ne comprend que des titres en langue anglaise. Mais c’est un livre à recommander pour comprendre les Suds dans la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Jonathan Rigg : An Everyday Geography of the Global South », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 02 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/3750

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org