Navigation – Plan du site
Articles

Les dynamiques démographiques au Kazakhstan, un modèle spécifique depuis l’indépendance

Demographic Dynamics in Kazakhstan: a Specific Model since Independence
François-Olivier Seys
p. 243-261

Résumés

Depuis 1991, le Kazakhstan a connu de profondes transformations des dynamiques démographiques en matière de fécondité, de mortalité et de migrations comme de nombreux États post-communistes d’Europe centrale et orientale. Le niveau de fécondité a chuté avant de remonter tout en modifiant profondément son calendrier. L’espérance de vie a suivi la même courbe avec une chute de la mortalité infantile. Des mouvements migratoires internationaux et internes se sont créés alors qu’ils étaient très faibles à l’époque soviétique. Ces transformations se sont faites avec des spécificités kazakhstanaises. L’émigration internationale a été d’une ampleur inégalée et le solde naturel est resté positif grâce à une fécondité plus élevée qu’en Russie. Ces transformations ont également engendré un accroissement des disparités régionales avec une opposition forte entre le nord-est du pays et le sud-ouest. C’est celle entre une partie plus russe avec un modèle familial et social plus européen et une partie plus kazakhe, plus musulmane, et plus proche des dynamiques observées dans les autres pays d’Asie centrale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans cet article, je distinguerai les termes « Kazakh » et « Kazakhstanais ». Le terme « Kazakhstan (...)

1Indépendant depuis le 16 décembre 1991, le Kazakhstan est un pays jeune. Quand les derniers Emir de Boukhara et Khan de Khiva ont été déposés en 1920, l’Union Soviétique avait créé une République Autonome des « Kirghizes » sur les deux tiers nord du Kazakhstan actuel. Après plusieurs rectifications de frontières, elle est devenue une République Socialiste Soviétique à part entière en 1936. Dès 1928 et pendant toute la période stalinienne, le Kazakhstan a subi de très profonds bouleversements de son peuplement. Ils sont liés à la fuite des Kazakhs vers la Chine, conséquence de la collectivisation, aux famines des années 20 et à la déportation, dans les années 40, vers les steppes d’Asie centrale des peuples punis de l’Union Soviétique : Allemands, Tatars, Coréens, Tchétchènes…. Les périodes qui suivent seront plus pacifiques mais l’immigration sera importante dès les années 50. La campagne de colonisation des terres vierges voulue par Khrouchtchev amènera des populations issues de toutes les autres Républiques en particulier des Russes, des Ukrainiens et des Biélorusses. Ainsi au moment de l’indépendance, les Kazakhs1 étaient en minorité dans leur propre République.

2Cette minorité de Kazakhs dans leur propre pays au moment de l’indépendance va vite devenir une préoccupation du nouveau pouvoir et en particulier de Nursultan Nazarbaiev, premier président du pays. Ainsi, la question démographique est au centre du débat politique kazakhstanais. Il existe dans l’opinion publique une « peur chinoise » liée au déséquilibre démographique : comment 15 000 000 de Kazakhstanais vont-ils pouvoir faire face à plus de 1 300 000 000 Chinois en cas de développement de flux migratoires ? La population de la Chine a crû de 8 millions de personnes en 2005, soit la moitié de la population kazakhstanaise. Cette question s’exprime par la volonté de faire émerger un État ethniquement « plus kazakh ». En ce sens, deux questions méritent d’être étudiées : l’émigration des non-Kazakhs (en particulier les Slaves et les Allemands) et l’immigration des Oralmans, ces Kazakhs ethniques vivant dans les pays voisins.

3L’Asie centrale avait une place particulière dans la démographie soviétique. Il est généralement admis que l’indicateur conjoncturel de fécondité relativement élevé de l’ensemble de l’Union dans les années 80 (2,3 enfants par femme en moyenne) était dû aux Républiques d’Asie centrale, la moyenne russe se situant autour de 2 [Monnier, 2006]. La politique familiale volontariste soviétique avait contribué au maintien d’une fécondité élevée. Le Kazakhstan étant le pays post-soviétique d’Asie centrale où la part de population slave est la plus élevée, nous verrons si cet écart perdure. Le Kazakhstan peut être considéré comme un « pont démographique » entre la Russie et le reste de l’Asie centrale. Par exemple, le taux de croissance est proche de celui de la Russie quand l’indicateur conjoncturel de fécondité est intermédiaire entre ceux des autres pays d’Asie centrale et celui du voisin septentrional (tableau 1) Ces disparités se retrouvent-elles à l’intérieur de l’espace kazakhstanais ?

Tableau 1. Principaux indicateurs démographiques par moyenne quinquennale des pays d’Asie centrale et de la Russie de 1990 à 2005

Taux de croissance

Taux de Migration Nette

1990-1995

1995-2000

2000-2005

1990-1995

1995-2000

2000-2005

Russie

0,0%

-0,2%

-0,5%

0,25%

0,31%

0,06%

Kazakhstan

-0,8%

-1,1%

-0,3%

-1,87%

-1,71%

-0,80%

Kirghizstan

0,9%

1,5%

1,2%

-1,22%

-0,11%

-0,29%

Ouzbékistan

2,2%

1,5%

1,5%

-0,31%

-0,34%

-0,23%

Tadjikistan

1,7%%

1,3%

1,1%

-1,13%

-1,16%

-1,09%

Turkménistan

2,7%

1,4%

1,4%

0,25%

-0,23%

-0,04%

I. C. F.

Espérance de vie à la naissance

1990-1995

1990-1995

1990-1995

1990-1995

1995-2000

2000-2005

Russie

1,6

1,6

1,6

66,8

66,0

65,3

Kazakhstan

2,5

2,5

2,5

65,2

63,1

63,2

Kirghizstan

3,6

3,6

3,6

65,8

65,7

66,8

Ouzbékistan

3,9

3,9

3,9

66,2

66,5

66,5

Tadjikistan

4,9

4,9

4,9

63,1

62,9

62,4

Turkménistan

4,0

4,0

4,0

63,3

62,9

62,4

4En Europe centrale et orientale, le processus de transition économique vers l’économie de marché s’est accompagné de transformations rapides des régimes et éventuellement des calendriers de fécondité, de nuptialité, de mortalité et de migrations [Sardon, 1998 ; Philipov et Dobritz, 2004]. Ces transformations ont été fortement différenciées entre, d’une part, l’Europe centrale et, d’autre part, l’Europe orientale [Seys, 1998 et 2000]. La société russe a été la plus fortement ébranlée si bien qu’on y a observé une des plus importantes crises démographiques enregistrée dans un pays en temps. Espace de transition entre l’Asie centrale et la Russie, le Kazakhstan a subi une trajectoire démographique qui lui est propre avec des mouvements migratoires bien plus importants que dans le cadre russe et une crise démographique moins profonde, la fécondité remontant dès les années 2000.

1. Des mouvements migratoires d’une ampleur extraordinaire

  • 2 Les données utilisées dans cet article ont été fournies par l’Agence Statistique de la République d (...)

5Comme dans de nombreux pays européens, les dynamiques migratoires jouent un rôle plus important que les dynamiques naturelles dans le mouvement général de la population. En effet, la population du Kazakhstan a baissé dans les premières années de l’indépendance jusqu’à un minimum de 14 851 100 au 1er janvier 2002. Depuis cette date, la courbe s’est inversée et la population totale augmente de nouveau. Cette évolution est due essentiellement aux migrations, le solde migratoire étant resté négatif jusqu’en 2003. De manière plus précise, si on compare la population de 1989 à celle de 2008, le Kazakhstan a perdu 787 000 habitants2. Cette baisse, qui représente 5 % de la population, cache des dynamiques bien plus importantes. En effet, on peut distinguer deux phases : avant et après 2001.

1.1. L’émigration des Slaves et des Allemands a induit un déficit démographique sans précédent

6Les premières années de l’indépendance ont été celles de l’émigration pour de nombreux non-Kazakhs. En 10 ans, le Kazakhstan a perdu plus d’un million et demi d’habitants soit 10 % de sa population. Cette baisse est exclusivement due à l’émigration. L’accroissement naturel est resté positif pendant cette décennie. (Tableau 2). Au total, près de 3,2 millions de personnes (20 % de la population) ont émigré, dont près de 3 millions dans les 10 premières années. Cette émigration a atteint son paroxysme en 1994 avec le départ de près d’un demi-million de personnes.

7Cette vague migratoire s’inscrit dans le contexte général des premières années ayant suivi la chute de l’Union Soviétique. L’U.R.S.S. connaissait des dynamiques migratoires centrifuges avec des départs encouragés du centre, la Russie d’Europe, l’Ukraine et la Biélorussie, vers les périphéries, la Russie d’Asie et les autres républiques de l’Union, en particulier l’Asie centrale. Les indépendances successives de l’année 1991 ont eu pour conséquence une inversion des migrations avec la mise en place de mouvements centripètes. De plus, ils ont été amplifiés par la création de mouvements d’émigration extérieure au territoire de l’ex-U.R.S.S. Au Kazakhstan, dans ces dix premières années, environ deux tiers des départs se font vers les autres républiques de la C.E.I. Il s’agit de mouvements de « retour » des Slaves d’Asie centrale vers leurs Républiques d’origine même si ces populations étaient nées très majoritairement au Kazakhstan. Le tiers restant est constitué par les migrants vers l’extérieur de la C.E.I. : des Allemands et, dans une moindre mesure, des Juifs.

  • 3 L’usage toponymique au Kazakhstan a été profondément modifié depuis 1991. Avant cette date, le nom (...)

8Peuple puni pendant la Seconde Guerre mondiale et déporté massivement, les Allemands étaient 956 235 au Kazakhstan selon les données du dernier recensement soviétique de 1989. La loi allemande sur l’accession à la citoyenneté de la République Fédérale, modifiée dans un sens plus restrictif en 2005, a permis aux Allemands du Kazakhstan de renouer avec le pays de leurs ancêtres [Tétart et Martins, 2007]. L’ouverture des frontières, consécutive à la chute du Mur de Berlin, a donc fonctionné comme un appel d’air à l’immigration. Ainsi, en 2008, ils ne sont plus que 221 000. L’Allemagne ne publiant pas de données sur le pays d’origine des « Aussiedler », il n’est pas possible de connaître le nombre exact de Kazakhstanais allemands y ayant immigré. On peut toutefois émettre l’hypothèse qu’ils sont essentiellement partis vers la République Fédérale. L’Ambassade d’Allemagne au Kazakhstan estime leur nombre à 900 000 [Rolland, 2007] sans que ce chiffre soit vérifiable. Par contre, l’immigration « d’Aussiedler » suit le même calendrier que l’émigration du Kazakhstan avec des flux très élevés entre 1990 et 2002 et un maximum observé en 1994. Issus du centre du Kazakhstan, en particulier des régions d’Aqmola et de Qaraghandy (Karaganda)3, ces départs ont fortement contribué à la modification des profils démographiques et ethniques de ces régions.

9Les Juifs d’Asie centrale étaient essentiellement concentrés en Ouzbékistan, en particulier dans la région de Boukhara. Au Kazakhstan. Ils étaient un peu moins de 20 000 en 1989 à Almaty et Qaraghandy (Karaganda). Cette communauté s’est presque totalement éteinte par émigration.

Tableau 2. Dynamiques totales, naturelles et migratoires internationales au Kazakhstan depuis l’indépendance

Tableau 2. Dynamiques totales, naturelles et migratoires internationales au Kazakhstan depuis l’indépendance

1. 2. L’immigration au Kazakhstan, en particulier des Oralmans, ne parvient pas à combler le déficit dû à l’émigration

10À l’opposé, l’immigration au Kazakhstan est au cœur du projet politique de « kazakhisation » de la société. Dans les discours officiels et, en particulier dans ceux du président Nazarbaiev, les questions démographiques et ethniques sont omniprésentes. Dès 1997, dans la stratégie « Kazakhstan 2030 », il fait référence à la crise démographique russe et à la nécessité pour son pays d’aller vers une autre voie afin de renforcer le poids démographique du pays. Dans différents discours, le Président évoque des objectifs de population de 20 millions d’habitants en 2015 et de 25 en 2030. Pour y parvenir, il appelle à l’immigration des Oralmans, Kazakhs ethniques ayant fui le territoire actuel au 19ème siècle et pendant la période stalinienne. Cela s’est traduit, entre autres, par la loi sur les migrations de 1998 qui prévoyait la mise en place d’une politique incitative composée d’aides financières et sociales au « retour. » L’aide est composée d’une somme forfaitaire d’environ 600 € par adulte, plus 300 € pour le transport, un accès prioritaire au logement et éventuellement de la terre en zone rurale ainsi que les prestations sociales que reçoivent les autres Kazakhstanais. Les seules contreparties sont le renoncement à la citoyenneté d’origine et la demande de naturalisation. Pour gérer et développer ces flux, une agence des migrations auprès du Ministère de l’Intérieur a également été créée. Cette question est tellement politique que peu d’auteurs kazakhstanais s’y attellent avec une grande rigueur scientifique se contentant de rappeler les objectifs officiels.

Tableau 3. Nombre d’Oralmans vivant en dehors du Kazakhstan selon le pays (avec année d’estimation)

Chiffres de l’U.N.D.P. / PNUD (2000)

Chiffres de l’agence des migrations du Kazakhstan (2003)

Chiffres de SELLIER A. et SELLIER J. (1989)

Chine

1 500 000

Environ 1 500 000

910 000

Ouzbékistan

1 500 000

1 500 000

808 000

Russie

1 000 000

800 000

636 000

Autres pays de la CEI

145 000

187 000

88 000

Mongolie

80 000

83 000

Autres pays

70 000

69 000

Total

4 295 000

4 139 000

2 442 000

  • 4 Par exemple, en Ouzbékistan, sur le modèle soviétique, les individus se déclarent appartenir à une (...)

11En effet, le nombre d’Oralmans est sujet à polémique. Selon les sources, leur effectif est très variable et il existe peu de données correctes par absence de statistiques fiables dans les pays concernés. De plus, les organismes internationaux reprennent les chiffres affichés par le gouvernement kazakhstanais sans évaluer leur qualité. Le tableau 3 montre quelques estimations. La qualité de ces chiffres ne permet pas de les utiliser mais il est probable que la vérité se situe entre les extrêmes4. Toutefois, il est certain qu’il existe un réservoir de Kazakhs ethniques dans les pays voisins en particulier en Chine, en Ouzbékistan et en Russie.

12Dans son rapport, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a par contre mené une enquête très sérieuse sur les Oralmans effectivement immigrés au Kazakhstan. Ce nombre s’élevait à 464 000 entre 1991 et 2005. La politique du gouvernement a même accentué l’immigration puisque le nombre d’Oralmans immigrant au Kazakhstan était descendu à moins de 15 000 en 1998. Il a culminé à plus de 60 000 en 2005.

13Les Oralmans représentent 40 % de l’immigration au Kazakhstan depuis l’indépendance. Le reste est composé majoritairement d’un phénomène nouveau : les migrations de travail. Bien que les données officielles ne reprennent pas les types de migrations selon les motivations des migrants, une analyse précise des chiffres et de la littérature permet d’émettre une hypothèse. Des flux migratoires vers la Russie se sont créés depuis la chute de l’Union Soviétique provenant de 3 républiques d’Asie centrale : le Tadjikistan, l’Ouzbékistan et le Kirghizstan, [Thorez, 2007]. Ils concerneraient environ 1 500 000 personnes [Olimova et Sadovskaya, 2005]. Ces migrations sont classiquement provoquées par la pauvreté et le chômage dans les pays d’origine et les besoins de main-d’œuvre associés à des salaires bien plus élevés en Russie. Elles ont été facilitées par l’existence de liens culturels et humains datant de la période soviétique. De plus, la liberté de circulation à l’intérieur de la C.E.I. rend ces mouvements faciles, qu’ils soient saisonniers ou définitifs. Dans le cadre kazakhstanais, des mouvements existent car la croissance économique a engendré des besoins de main-d’œuvre dans le bâtiment et l’agriculture. Par exemple, sur les chantiers du bâtiment à Astana, on entend beaucoup parler ouzbek ou tadjik. Ces flux sont moins importants qu’en Russie mais ils sont réels. Les données officielles donnent, en 2005, une immigration totale de 74 807 personnes au Kazakhstan. 65 829 sont venus d’autres pays de la C.E.I., soit 88 % du total dont 44 848 Ouzbeks, soit 60 % du total. Cette communauté est masculine à 80 %. On a là toutes les caractéristiques d’une immigration de travail originaire d’Ouzbékistan.

14Dans les premières années de l’indépendance, les mouvements migratoires ont représenté la part la plus importante de la dynamique démographique du Kazakhstan. Avec la diminution des flux et l’inversion du solde migratoire, les mouvements naturels sont redevenus un élément important de la dynamique totale. Ainsi le solde migratoire est devenu inférieur au solde naturel en valeur absolue en 2002. Par exemple, en 2007, la population du Kazakhstan a augmenté de 174 628 personnes : 163 666 par excédent naturel plus 10 962 par excédent migratoire, soit respectivement 93 % et 7 % du total.

2. Les dynamiques naturelles ressemblent à celles de l’Europe orientale avec des spécificités kazakhstanaises

2.1. Fécondité, natalité : modification des comportements

15En Europe centrale et orientale, la transition vers l’économie de marché a eu des conséquences importantes sur les niveaux et les calendriers de fécondité. De nombreux démographes montrent dans leurs travaux récents que « la montée du chômage et de la pauvreté et la chute générale du revenu sont communément présentées comme les principaux facteurs responsables de la baisse brutale de la nuptialité et de la fécondité » [Philipov et Dobritz, 2004]. Cette analyse s’applique bien à l’ensemble des anciens États communistes d’Europe où on observe une forte chute de fécondité et la mise en place d’un nouveau calendrier, l’âge moyen au premier enfant augmentant dès le début des années 1990. Cette chute du nombre de naissances entraîne un déficit naturel, le niveau de mortalité étant à peu près stable. Après 2000, une remontée de la fécondité apparaît sans toutefois atteindre le niveau du début des années 1990.

16Le Kazakhstan suit cette évolution avec des caractéristiques propres liées à sa situation démogéographique de transition entre l’Europe et le reste de l’Asie centrale. En effet, l’évolution de l’indicateur conjoncturel de fécondité suit le modèle de l’Europe orientale. Deux phases se succèdent : une chute de fécondité jusqu’en 1999 où l’I.C.F. tombe à 1,79 enfant par femme puis une remontée jusqu’à 2,47 en 2007 (Tableau 4).

Tableau 4. Évolution des indicateurs de natalité et de fécondité au Kazakhstan de 1991 à 2007

Taux Brut de Natalité (pour 1000 h.)

Indicateur conjoncturel de fécondité

Age moyen des mères à la maternité

Pourcentage de naissances hors mariage

1991

21,5

2,67

26.2

18.3%

1992

20,5

2,62

26.3

19.6%

1993

19,3

2,54

26.1

21.9%

1994

18,9

2,43

26.0

23,4%

1995

17,5

2,21

25,9

25,6%

1996

16,3

2,02

26,2

26,8%

1997

15,2

1,93

26,2

26,8%

1998

14,8

1,81

26,4

26,4%

1999

14,6

1,79

26,5

26,0%

2000

14,9

1,88

26,5

25,7%

2001

14,9

1,84

26,7

25,4%

2002

15,3

1,88

27,0

25,8%

2003

16,6

2,03

27,4

24,8%

2004

18,2

2,21

27,5

24,9%

2005

18,4

2,22

27,8

24,4%

2006

19,7

2,36

27,9

22,7%

2007

20,8

2,47

28,0

22,1%

17Parallèlement le calendrier de la fécondité s’est profondément modifié en deux temps. Jusqu’en 1999, la chute de fécondité a concerné tous les âges. L’âge moyen varie peu. Les taux de fécondité par âge sont en moyenne tous inférieurs de 30 % à ceux de 1991. (Figure 1). En 1991 et en 1999, ils étaient respectivement de 202,18‰ et 142,88‰ pour le groupe d’âges 20-24 ans et de 142,88‰ et 95,68‰ pour le groupe 25-29 ans. À partir de 2000, l’âge moyen des mères à la maternité commence à se décaler pendant la remontée. Il se décale de 1,5 an en 7 ans et l’âge modal passe de 22 à 24 ans.

Figure 1. Taux de fécondité par âge au Kazakhstan de 1991 à 2007

Figure 1. Taux de fécondité par âge au Kazakhstan de 1991 à 2007

18Ce phénomène classique des pays postcommunistes d’Europe se fait au Kazakhstan avec une double originalité. Le niveau de fécondité est plus élevé que dans les républiques européennes de la C.E.I. sans toutefois attendre le niveau plus élevé des autres pays d’Asie centrale. De même, la proportion de naissances hors mariage varie peu alors que généralement elle augmente dans les 20 dernières années.

2.2. Le niveau et les causes de mortalité varient peu

19Conformément au modèle de la plupart des républiques de le C.E.I., la situation sanitaire est très mauvaise au Kazakhstan et c’est la forte natalité qui est responsable de l’accroissement naturel positif (Tableau 2). En effet, depuis 1991, le taux brut de mortalité comme l’espérance de vie stagnent avec cependant deux phases successives. Jusqu’en 1996, l’espérance de vie baisse fortement sur le modèle de la crise sanitaire russe [Shkolnikov et al., 1995] avec une chute de 4 ans pour les hommes et 3 ans pour les femmes (Figure 2). Elle atteint même des niveaux très faibles, puisque une espérance de vie à la naissance des hommes de 58 ans correspond au niveau qu’avait un pays comme la France en 1930 ou l’U.R.S.S. en 1950.

20À partir de 1997, l’espérance de vie à la naissance recommence à augmenter mais faiblement si bien, qu’en 2007, les femmes ont retrouvé le niveau de 1991. Par contre, celle des hommes est encore inférieure de 2 ans à ce qu’elle était eu moment de l’indépendance : 60 ans contre 62.

Figure 2. L'espérance de vie au Kazakhstan de 1991 à 2007

Figure 2. L'espérance de vie au Kazakhstan de 1991 à 2007

21Les raisons de ce repli sont multiples. La mortalité infantile, qui stagnait à l’époque soviétique selon les statistiques officielles, reste stable autour de 20‰ jusqu’en 1999. Elle ne commence à baisser qu’au 21ème et est descendue à 14‰ en 2007. L’étude des causes nous montre que la remontée de la mortalité correspond à la réapparition de causes presque éradiquées comme les maladies infectieuses ou l’augmentation des mortalités dues à des maladies de l’appareil respiratoire qui traduisent un retour en force de la tuberculose (Tableau 5). Elle est également due au maintien à un niveau très élevé des décès suite à des maladies cardiovasculaires qui représentent un décès sur deux. C’est deux fois plus qu’en France, par exemple, où ils représentaient environ 25 % des décès en 2005.

Tableau 5. Pourcentage de décès par groupe de causes au Kazakhstan en 1999 et en 2007

1999

2007

Maladies cardiovasculaires

49,8%

51,7%

Morts violentes

13,3%

14,2%

Tumeurs

13,3%

11,5%

Maladie de l’appareil respiratoire

7.0%

5,5%

Maladies de l’appareil digestif

3.6%

4,9%

Maladies infectieuses et parasitaires

3.9%

2,3%

Autres causes

9.2%

9,9%

22C’est le signe d’une profonde crise sanitaire qu’a connu le Kazakhstan avec l’indépendance. En effet, le pays a perdu de nombreux médecins et personnels de santé par émigration. Les Russes, les Allemands et les Juifs étaient surreprésentés dans ces professions. De même, la fin de l’U.R.S.S. a engendré une désorganisation totale des réseaux de distribution de médicaments et de matériel médical. Les industries étaient en effet plutôt situées dans la partie européenne de l’Union, en particulier dans les Pays Baltes. L’inversion timide de la dynamique correspond au début de réorganisation du système de santé kazakhstanais mais l’ampleur du chantier est telle que les résultats seront longs à venir.

23Ces dynamiques démographiques ont profondément modifié les structures de la population du Kazakhstan en un peu moins de 20 ans. Elles ont également très fortement affecté la composition ethnique du pays. La kazakhisation de cette société multiculturelle est une réalité. La proportion de Kazakhs est passée de 39,6 à 59,8 % de 1989 à 2007. Celles de Russes et d’Allemands sont tombées respectivement de 37,8 à 25 % et de 5,8 à 1,4 %. Ces transformations ont également déterminé une nouvelle géographie des disparités régionales.

3. Les transformations démographiques du Kazakhstan depuis l’indépendance ont induit une accentuation des disparités régionales

  • 5 En 1997, la réforme administrative a modifié les limites régionales si bien qu’il est impossible de (...)
  • 6 Afin d’éviter, les confusions, j’utiliserai dans cet article systématiquement les noms : ville d’Al (...)

24Le Kazakhstan est divisé en 16 régions 5(Oblys en kazakh, Oblast’ en russe) dont la population moyenne est légèrement inférieure à 1 million d’habitants. Parmi ces régions, deux sont formées par des villes Almaty et Astana qui sont enclavées respectivement dans les régions d’Almaty et d’Aqmola dont elles ne font pas partie (Carte 1). Afin de parfaire cette organisation, c’est Taldyqorghan, petite ville de 138 000 habitants située à 250 kilomètres au nord d’Almaty, qui est préfecture de la région d’Almaty.6

Carte 1. Régions et villes du Kazakhstan

Carte 1. Régions et villes du Kazakhstan

25Au niveau régional, les mutations démogéographiques sont encore plus importantes qu’au niveau national. Les disparités régionales permettent, non seulement, de vérifier l’hypothèse du Kazakhstan, espace de transition entre le monde russe et le reste de l’Asie centrale, mais encore, de définir quatre régions démographiques au Kazakhstan.

Carte 2. Évolution de la population des régions du Kazakhstan de 1989 à 2007

Carte 2. Évolution de la population des régions du Kazakhstan de 1989 à 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 3. Taux d’accroissement naturel par région au Kazakhstan en 2007

Carte 3. Taux d’accroissement naturel par région au Kazakhstan en 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par région au Kazakhstan en 2007

Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par région au Kazakhstan en 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

26Les dynamiques démographiques ont redéfini en 20 ans une nouvelle géographie des populations (carte 2). Les deux tiers nord du pays ont vu leur population baisser. Cette baisse varie de 10 à 30 %. La chute la plus importante est observée dans le centre-nord du pays avec un maximum dans la région la plus septentrionale : celle de Petropavl (Petropavlovsk) qui a perdu près d’un tiers de sa population. Par contre, le Sud et l’Ouest du pays ont vu leur population croître de 10 à 30 %. Le maximum est observé dans la région du Kazakhstan du Sud, la plus peuplée du pays. Elle comptait en 2008 plus de 2,3 millions d’habitants soit 15 % du total national. Les deux capitales, Almaty, l’ancienne, et Astana, la nouvelle, connaissent les plus fortes croissances, la population d’Astana ayant plus que doublé.

27Dans les années 90, les migrations induisaient les plus fortes disparités. Depuis le début du siècle, l’accroissement naturel représente plus de 60 % de la croissance et les disparités régionales se renforcent depuis 2000. Deux Kazakhstan apparaissent clairement :

  • le nord-Eest, à l’exception d’Astana, où l’accroissement naturel est inférieur à 0,6 % en 2007. Il est même négatif dans les régions de Petropavl et de Qostanay ;

  • le sud et l’ouest sont particulièrement dynamiques avec un taux d’accroissement naturel supérieur à 1,1 % avec un maximum de 2,4 % dans les régions du Kazakhstan du Sud et de Mangghystau au bord de la Mer Caspienne (Carte 3) Ces différences sont très importantes ; elles sont supérieures à celles observées dans toute l’Union Européenne. En effet, la région de Qostanay a le taux d’accroissement naturel de l’Italie en 2007 quand le Kazakhstan du Sud a un taux supérieur à celui de l’Inde ;

  • La natalité et la fécondité sont à l’origine de la part la plus importante de ces disparités. En effet, les variations d’indicateurs conjoncturels de fécondité sont de la même ampleur. Ils varient du simple au double en 2007 (Carte 4) et leurs disparités sont les mêmes depuis une dizaine d’années. Deux régions s’individualisent très clairement :

  • le nord et l’est du pays plus la région d’Oral (Ural’sk) où le niveau de fécondité est de type européen autour de 1,7 enfant par femme en 1999 et 2 en 2007 ;

  • le sud et l’ouest où la fécondité est proche des niveaux des autres pays d’Asie centrale et du Moyen-Orient avec, en 1999, des taux compris entre 1,8 et 2,9 et, en 2007, entre 2,4 et 3,6 ;

  • L’analyse des taux de fécondité par âge montre dans ces deux régions des régimes de fécondité très différents. On observe d’un côté une fécondité faible à tous les âges et de l’autre des taux élevés. Pour les groupes d’âges 20-24 ans, 25-29 ans ou 30-34 ans, qui représentent 85 % des naissances, deux Kazakhstan apparaissent : le nord et l’est où la fécondité est faible à tous les âges et le sud et l’ouest où la fécondité est forte. Toutefois, dans cette dichotomie, les régions d’Almaty, de Zhambyl et d’Aqtöbe apparaissent comme des espaces de transition avec une fécondité de 2,4 en 2007 et des taux par âge intermédiaires.

Carte 5. Pourcentage de naissances hors mariage par région au Kazakhstan en 2007

Carte 5. Pourcentage de naissances hors mariage par région au Kazakhstan en 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 6. Taux brut de nuptialité par région au Kazakhstan en 2006

Carte 6. Taux brut de nuptialité par région au Kazakhstan en 2006

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 7. Espérance de vie à la naissance des hommes par région au Kazakhstan en 2006

Carte 7. Espérance de vie à la naissance des hommes par région au Kazakhstan en 2006

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

  • 7 Malgré son intérêt moindre, l’indicateur utilisé est le taux brut de nuptialité, les données dispon (...)

28Les caractéristiques de la fécondité montrent également des disparités importantes avec des pourcentages de naissances hors mariage variant du simple au triple. Elles représentent près d’un tiers des naissances dans le nord du pays, autour de 25 % dans l’est et à peine plus de 10 % dans les régions les plus fécondes de Qyzylorda ou de Mangghystau (Carte 5). On retrouve une fois de plus cette répartition sur la carte des taux brut de nuptialité7 (Carte 6) avec des variations du simple au double entre le Nord et le Sud du pays, ces disparités s’accroissant avec la remontée observée depuis le début du siècle.

29La relative stabilité de la mortalité depuis une dizaine d’années a maintenu les disparités régionales qui ont une géographie en partie conforme à celles de la fécondité. Comme dans de nombreux autres pays, les différences d’espérance de vie à la naissance sont beaucoup plus fortes pour les hommes : 11 ans entre les extrêmes en 2007 contre 7 ans pour les femmes. On observe de nouveau, surtout pour les hommes, des disparités entre, d’une part, le nord et l’est du pays et, d’autre part, le sud et l’ouest (Carte 7). Toutefois, une dimension urbaine apparaît avec une espérance de vie à la naissance bien plus élevée pour les deux régions urbaines d’Astana et dans une moindre mesure d’Almaty. Ces meilleurs résultats urbains sont classiques de la démogéographie. Ils sont simplement renforcés ici par les spécificités de l’espace kazakhstanais. En effet, l’accès aux soins est très difficile pour les populations rurales en raison des distances importantes et de la très faible densité de population (5,7 habitants par km2 en moyenne). Elle tombe à moins de 2 sur 80 % du territoire. Ces populations rurales représentaient, en 2007, 47 % de la population. Cette dichotomie rural/urbain apparaît encore plus clairement sur la carte de la mortalité infantile (Carte 8). Elle reste particulièrement élevée dans les régions agricoles de la vallée du Syr-Daria : les régions de Qyzylorda et du Kazakhstan du Sud.

Carte 8. Taux de mortalité infantile par région au Kazakhstan en 2007

Carte 8. Taux de mortalité infantile par région au Kazakhstan en 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 9. Taux de migration nette par région au Kazakhstan en 2007

Carte 9. Taux de migration nette par région au Kazakhstan en 2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 10. Résultats de la classification hiérarchique ascendante

Carte 10. Résultats de la classification hiérarchique ascendante

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

30Les mouvements migratoires internationaux des années 90 ont induit une baisse de la population qui a été plus forte dans les régions du Nord du pays avant que le solde migratoire ne redevienne légèrement positif depuis 2003. Depuis le début du siècle, le Kazakhstan connaît une croissance économique forte tournant autour de 10 % par an jusqu’en 2007. Cette croissance fondée sur le développement des activités pétrolières, gazières et minières a induit la mise en place de mouvements migratoires internes importants d’autant qu’ils ont été encouragés par le gouvernement. En même temps, l’État a énormément investi sur le développement d’Astana, la nouvelle capitale depuis 1997, en y déplaçant les administrations publiques qui étaient à Almaty mais aussi en incitant les compagnies privées kazakhstanaises et étrangères à déménager leurs sièges sociaux et leurs filiales.

  • 8 Le chiffre de la population d’Almaty est sous-estimé par les statistiques car, pour des raisons adm (...)

31Ainsi 6 régions sur 16 ont un solde migratoire positif (Carte 9). Le maximum est observé à Astana avec un taux de migration nette supérieur à 3 % par an depuis l’an 2000. Ainsi la population de la capitale est passée de 326 000 à 600 000 habitants de 1999 à 2008. L’immigration est également forte dans l’Ouest du pays et la région d’Almaty. Les trois régions voisines de la Mer Caspienne, (Atyrau, Mangghystau et Aqtöbe), concentrent à elles seules la totalité de la production des hydrocarbures du pays que l’Union soviétique avait peu exploités. Il s’agit là du prolongement des champs pétroliers et gaziers des autres pays riverains de cette mer comme l’Azerbaïdjan, le Turkménistan et l’Iran. Elles connaissent actuellement un développement important en particulier autour des deux ports d’Atyrau et surtout d’Aqtau. Malgré la volonté politique de freiner le développement démographique d’Almaty, la première ville du pays continue à croître. Avec officiellement 1 320 000 habitants8 en 2008, la ville gagne environ 40 000 habitants par an essentiellement par immigration. Longtemps seule réelle métropole du pays, elle en est toujours la capitale économique, culturelle et universitaire. Les régions en fort déficit migratoire sont par contre celles en situation de crise économique dont le développement était basé sur le modèle soviétique axé sur l’industrie lourde. Ce sont les régions de Qostanay, Petropavl ou Öskemen.

4. Un essai d’interprétation

32Les disparités régionales de dynamique démographique sont très élevées au Kazakhstan si bien qu’elles sont bien plus importantes que celles observées à l’intérieur des États de l’Union européenne. Afin de compléter l’analyse empirique, 25 variables de l’année 2007 ont été soumises à une analyse en composantes principales centrée-réduite. Ces variables concernent la fécondité, la mortalité, les migrations, la nuptialité, la divortialité et l’avortement. Une première analyse de la matrice de corrélation afin d’éliminer les redondances permet de réduire leur nombre à 9. Il reste l’I.C.F. (très fortement corrélé au taux d’accoisement naturel et plus classiquement aux taux de fécondité par groupes d’âges), le pourcentage de naissances hors mariage, l’âge moyen des mères à la maternité, l’espérance de vie des hommes, le taux de migration nette, le taux brut de nuptialité, le nombre de divorces pour 100 mariages et le nombre d’avortements pour 100 naissances. Les deux premiers facteurs représentent 75 % de l’information originelle. Le troisième est peu intéressant car il représente autant d’information qu’une variable (11 %).

  • 9 Faute de place, il n’est pas possible de reproduire ici les plans factoriels.

33Sur l’axe 1, on observe une opposition forte entre deux groupes de variables. Le premier groupe, avec de très fortes saturations positives, représente les variables traditionnelles de la famille avec l’ICF et la nuptialité9. Le second groupe est, quant à lui, celui des comportements plus modernes : il regroupe l’avortement et les naissances hors mariage. Cette première composante principale résume bien l’opposition entre le Nord-Ouest et le Sud du pays décrite ci-dessus.

34La seconde composante correspond plus aux transformations récentes de la société kazakhstanaise. Deux variables y contribuent très fortement : l’espérance de vie des hommes et le taux de migration nette avec de très fortes saturations négatives. L’espérance de vie est faible quand l’émigration a été forte. Cela correspond aux régions en crise profonde du Nord et de l’Est du pays. Deux autres variables y contribuent moins fortement avec une corrélation moyenne avec les deux précédentes : la divortialité et l’âge moyen au mariage qui sont élevées dans les mêmes régions.

35En complément de cette analyse en composantes principales, une classification ascendante hiérarchique a été mise en place sur les mêmes variables. Elle permet de définir 4 groupes de régions ayant des distances mathématiques assez élevées entre eux. Cela signifie 4 grandes régions ayant des identités démogéographiques claires (Carte 10) :

  • type 1 : le sud et l’ouest du pays. Ces régions connaissent un excédent naturel très élevé dû à une fécondité forte (I.C.F. supérieur ou égal à 3) dans un cadre familial plus traditionnel. La nuptialité y est élevée et la divortialité et les naissances hors mariages rares. L’espérance de vie y est plus faible que la moyenne nationale en partie à cause de la mortalité infantile. Les comportements démographiques y sont proches de ceux des autres pays d’Asie centrale. Les migrations laissent par contre apparaître une opposition à l’intérieur de cet ensemble avec des régions attractives à l’ouest au bord de la mer Caspienne et des régions répulsives de l’intérieur des terres. Ces migrations sont dues essentiellement aux redistributions de population dans le cadre de l’émergence économique de l’Ouest du pays et des deux métropoles d’Almaty et surtout d’Astana.

  • Type 2 : le nord et l’est du pays apparaissent comme des régions avec une dynamique totalement opposée. L’excédent naturel y est proche de zéro dans le cadre de modèles familiaux plus européens avec une fécondité et une nuptialité faibles alors que la divortialité et la proportion de naissances hors mariage y sont plus élevées. De même, la mortalité y est plus forte car le système de santé y a été plus dégradé. Enfin, ce sont des régions d’émigration majoritairement internationale.

36Entre ces deux Kazakhstan, l’un européen et l’autre centrasiatique, deux espaces intermédiaires apparaissent :

  • Type 3 : bien qu’elles s’inscrivent dans leurs régions démographiques, l’une au nord, l’autre au sud, les deux villes d’Almaty et d’Astana montrent des dynamiques propres en termes de migration et de mortalité. Elles attirent des populations de l’ensemble du pays et de l’étranger. Pour Astana, c’est le résultat d’une politique gouvernementale incitative et ambitieuse qui veut en faire une ville millionnaire en 2015 au plus tard. Pour Almaty, c’est plus informel car rendu difficile par le pouvoir politique. La capitale économique du pays attire toutefois des populations venues y travailler ou y étudier. En termes de mortalité, les résultats sont bien meilleurs car l’offre de santé y existe. Cela confirme bien que, dans d’autres régions du Kazakhstan, les difficultés d’accès aux soins à cause des distances et la désorganisation du système de santé sont une réalité.

  • Type 4 : Les régions d’Oral, d’Aqtöbe et d’Almaty sont dans une situation démogéographique de transition entre le Nord et le Sud du pays. Le niveau des indicateurs y est intermédiaire que ce soit en matière de fécondité, de mortalité, de formation et de dissolution de la famille ou encore d’accroissement migratoire. Ces régions ont des profils géographiques spécifiques qui peuvent expliquer ces différences. Hormis les villes d’Almaty et d’Astana, ce sont les régions les plus urbanisées du pays. Les régions d’Oral et d’Aqtöbe sont de grands vides où les villes éponymes représentent plus de 60 % de la population régionale. Les données démographiques sont donc beaucoup plus urbaines que dans le sud. Pour la région d’Almaty, les mêmes raisons peuvent être évoquées, la population est à plus de 50 % celle de la couronne périurbaine d’Almaty.

Carte 11. Pourcentage de Kazakhs au Kazakhstan par région au 01-01-2007

Carte 11. Pourcentage de Kazakhs au Kazakhstan par région au 01-01-2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

Carte 12. Pourcentage de Russes au Kazakhstan par région au 01-01-2007

Carte 12. Pourcentage de Russes au Kazakhstan par région au 01-01-2007

Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)

  • Pour expliquer ces différences, il est nécessaire de faire appel à la dimension ethnique. Formée de plus de 130 peuples différents la population du Kazakhstan est pourtant essentiellement constituée de deux peuples principaux : les Kazakhs et les Russes. À eux deux, ils représentent 85 % de la population. Toisième peuple en nombre, les Ouzbeks, sont estimés à 2,9 % du total. Ils ont concentrés dans la région du Kazakhstan du Sud autour de Shymkent. Ces deux peuples ont une implantation régionale très marquée. Les Kazakhs musulmans sont majoritaires dans le Sud et l’Ouest du pays ainsi qu’à Astana. Localement, dans les régions d’Atyrau, de Mangghystau et de Qyzylorda, ils représentent même plus de 90 % de la population (Cartes 11 et 12). Ces régions sont celles du premier ensemble évoqué ci-dessus. Contrairement à la situation en 1989, les Russes chrétiens ne sont plus majoritaires dans aucune région du Kazakhstan. Au maximum, ils approchent 50 % dans le Kazakhstan du Nord. Toutefois, ils sont plus d’un tiers dans tout le Nord et l’Est du pays. Ce sont les régions peu dynamiques que nous avons définies. Leur départ massif dans les années 1990 a profondément affecté la structure de la population avec des effets réels sur les dynamiques démographiques

Conclusion

37Le Kazakhstan a connu depuis son indépendance des bouleversements démographiques de grande ampleur ; ils sont certainement parmi les plus importants dans les pays postcommunistes même s’ils sont classiques de l’ensemble de cet espace. Il s’agit d’une chute puis d’une remontée du niveau de fécondité accompagnée d’un décalage du calendrier, d’une transformation des modèles familiaux, de la stagnation de l’espérance de vie et de la mise en place de mouvements migratoires de grande importance. Dans ce modèle, le Kazakhstan présente des caractéristiques originales :

  • l’ampleur de l’émigration dans les années 90 ;

  • le fait que l’accroissement naturel soit resté positif ;

  • et, surtout, l’ampleur des disparités régionales qui sont apparues.

38En ce cens, le Kazakhstan apparaît comme un « pont démographique » entre la Russie et les autres pays d’Asie centrale ce qui signifie entre une société chrétienne et une société musulmane avec les modèles familiaux et sociaux qui s’y rattachent. Ces deux Kazakhstan si opposés devraient voir leurs différences s’atténuer avec le temps. En effet, la kazakhisation de la société continue de progresser par le fort accroissement naturel des Kazakhs et la prolongation du phénomène d’émigration des Slaves même si le niveau a fortement baissé. Cela a pour effet, non seulement, de kazakhiser l’ensemble du pays mais, en particulier, le Nord et l’Est du pays où les Kazakhs étaient presque absents au moment de l’indépendance. Astana est déjà un îlot kazakh dans le Nord, les régions voisines seront majoritairement kazakhes très rapidement maintenant. En devenant majoritaires, ils amèneront au moins en partie leurs comportements démographiques du Sud et de l’Ouest du pays

Haut de page

Bibliographie

ALEKSEENKO N. et ALEKSEENKO A. (2000,) Население Казахстана за 100 лет (1887-1997 гг.) [La population du Kazakhstan depuis 100 ans (1887-1997)], Ust’Kamenogorsk, Presses de l’Université du Kazakhstan de l’Est, 198 p.

ALEKSEENKO A. (2000), Казахстан в зеркадле переписей населения [Le Kazakhstan dans le miroir du recensement], население и общество [Population et société], n° 47, pp. 1-3.

AVDEEV Aleksandr’ et MONNIER Alain (1994), À la découverte de la fécondité russe contemporaine, Population, n° 4-51, pp. 356-384.

CARRERE D’ENCAUSSE Hélène (1990), La gloire des nations ou la fin de l’Empire soviétique, Paris, Fayard, 431 p.

LARUELLE Marlène et PEYROUSE Sébastien (2003), Les Russes du Kazakhstan – identités nationales et nouveaux États dans l’espace post-soviétique, Paris, Maisonneuve & Larose, 354 p.

MASANOV N., ABYLKHODZHIN ZH., EROFEEVA I., ALEKSEENKO A. et BARATOVA G. (2001), История Казахстана, народы и културы [Histoire du Kazakhstan, peuples et cultures], Almaty, Dayk Press, 599 p.

Mc DONALD P. (2002), Les politiques de soutien de la fécondité : l’éventail des possibilités, Population, n° 3, Paris, pp. 402-423.

MESLÉ France et VALLIN Jacques (2002), Mortalité en Europe : la divergence Est-Ouest, Population, n° 1, pp. 171-195.

MONNIER A. (2006), Démographie contemporaine de l’Europe : évolutions, tendances, défis, Paris, Armand Colin, 415p.

OLIMOVA Saodat et SADOVSKAYA Yelena (2005), Трудовая миграция в странах Центральной Азии, Российской Федерации, Афганистане и Пакистане, [La migration de travail dans les pays d’Asie centrale, dans la Fédération de Russie, en Afghanistan et au Pakistan], Genève, Éditions de l'Organisation Internationale pour les Migrations, 146 p.

PHILIPOV Dimităr et DOBRITZ Jürgen (2004), Les conséquences démographiques de la transition économique dans les pays d’Europe centrale et orientale, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe, 216 p.

ROLLAND Françoise (2007), Les migrations forcées en Asie centrale post-soviétique, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 33-45.

ROY O. (1997), La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations, Paris, Éditions du Seuil, 393 p.

SARDON Jean-Paul (1998), Fécondité, bouleversements politiques et transition vers l’économie de marché en Europe de l’Est, Espace Populations Sociétés, n° 3, pp. 339-360.

SEYS François-Olivier (1998), Typologie des changements démographiques en Europe centrale et orientale depuis la chute du communisme, Espace Populations Sociétés, n° 3, pp. 441-461.

SEYS François-Olivier (2000), Formation et dissolution des familles dans la Slovaquie de la transition, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 17-31.

SHKOLNIKOV Vladimir, MESLÉ France et VALLIN Jacques (1995), La crise sanitaire en Russie, Population, n° 4-5, pp. 417-441.

TETART Frank et MARTINS Alcidio (2007), Juifs et Allemands d’Ex-U.R.S.S. : des diasporas « russes » en Israël et en Allemagne, Le courrier des pays de l’Est, n° 1, pp. 17-43.

THOREZ Julien (2007), Itinéraire du déracinement : l’essor des migrations de travail entre l’Asie centrale et la Russie, Espace Populations Sociétés, n° 1, pp. 59-71.

U.N.D.P./ PNUD (2006), Report on Status of Oralmans in Kazakhstan : overview, Almaty, disponible en ligne : http://www.undp.kz/library_of_publications/files/6838-29587.pdf, 32 p.

VAN DER LEEUW Charles (2006), Kazakhstan : a quest for statehood, Almaty, Caspian Publishing House, 270 p.

ZUIEV G. (2007), Analyse des conditions de vie pendant la petite enfance au Kazakhstan, Rapport rédigé pour l’UNICEF, Astana, 47 p.

VITKOVSKAYA G. (dir.) (1998), Современные этнополитические процессы и миграционная ситуация в центральной Азии, [Les processus ethno-politiques contemporains et la situation migratoire en Asie centrale], Moscou, Carnegie Endowment for International Peace.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, je distinguerai les termes « Kazakh » et « Kazakhstanais ». Le terme « Kazakhstanais » s’applique à l’ensemble des citoyens du Kazakhstan quelle que soit leur ethnie (nationalité en kazakh ou en russe). Le terme « Kazakh » lui ne s’applique qu’aux Kazakhs ethniques qui représentent environ 60 % des Kazakhstanais, les autres Kazakhstanais sont Russes, Ukrainiens, Biélorusses, Allemands, Tchétchènes, Coréens, Ouïgours.

2 Les données utilisées dans cet article ont été fournies par l’Agence Statistique de la République du Kazakhstan (Қазақстан Республикасы Статистика Агентігі en kazakh ; www.stat.kz) ; leur qualité peut être estimée correcte tant qu’on ne descend pas à un niveau d’analyse trop fin. Par exemple, les naissances sont correctement comptabilisées et domiciliées par région. À plus grande échelle, la domiciliation n’est pas satisfaisante si bien que les Kazakhstanais ont souvent comme lieu de naissance leur région de naissance. C’est pourquoi les cartes qui suivent ne descendent pas en dessous de ce niveau d’analyse. La migration interne, quant à elle, nécessite une autorisation administrative longue à obtenir si bien que l’immigration vers les grandes villes, en particulier Almaty, est sous-estimée. Les autres données migratoires internationales sont par contre bien mieux enregistrées que dans de nombreux pays européens (à ce sujet, cf. Zuiev, 2007).

3 L’usage toponymique au Kazakhstan a été profondément modifié depuis 1991. Avant cette date, le nom russe des villes était généralement utilisé. Avec l’indépendance, le kazakh est devenu langue officielle et les villes ont retrouvé ou se sont dotées d’un nom en kazakh. Dans cet article, j’utilise les noms des villes en kazakh (en indiquant entre parenthèses, la première fois, le nom en russe quand il est plus connu). Parfois, le nom russe d’une ville a une connotation péjorative car trop tinté de soviétisme. Par exemple, même les Russes du Kazakhstan n’utilisent pas le nom d’Alma-Ata mais utilisent le nouveau nom de la ville : Almaty. De même, utiliser Tselinograd, l’ancien nom en russe d’Astana est incongru. Astana, se traduit par « capitale » en français et ce nom fait partie intégrante de la construction étatique du Kazakhstan indépendant. Quand le nom d’une région a un caractère géographique comme Kazakhstan du nord, je l’utilise en français. En plus, le Kazakh et le Russe s’écrivent en alphabet cyrillique adapté à la phonétique de chaque langue. Pour les transcrire en alphabet latin, j’ai utilisé la norme officielle pour le russe et la graphie latine du kazakh quand il s’écrivait en alphabet latin dans les années 1930. Afin de faire une synthèse de tout cela, la carte n° 1 comporte la toponymie en kazakh et en russe entre parenthèses quand elle est nécessaire.

4 Par exemple, en Ouzbékistan, sur le modèle soviétique, les individus se déclarent appartenir à une nationalité. Au dernier recensement soviétique de 1989, 1 070 000 000 de personnes s’étaient déclarées « Kazakhs » et 550 000 000 « Karakalpaks ». Pour arriver à 1 500 000 000 de Kazakhs, chiffre affiché par Astana, il faut ajouter ces deux chiffres et y soustraire l’immigration déjà effectuée au Kazakhstan. Les Karakalpaks, qui vivent dans le delta de l’Amou-Daria, ont été définis comme un peuple différent des Kazakhs, en 1924 bien que les deux langues soient apparentées. Sont-ils Kazakhs ? Répondre à cette question est difficile mais contribuerait à améliorer l’estimation du nombre d’Oralmans.

5 En 1997, la réforme administrative a modifié les limites régionales si bien qu’il est impossible de comparer les données régionales avant ces deux dates hormis sur les chiffres de population en valeur absolue que j’ai recalculé à partir des données des « raïons » : unité administrative pouvant être considérée comme l’équivalent des communes.

6 Afin d’éviter, les confusions, j’utiliserai dans cet article systématiquement les noms : ville d’Almaty et région d’Almaty.

7 Malgré son intérêt moindre, l’indicateur utilisé est le taux brut de nuptialité, les données disponibles ne donnent pas le rang du mariage et rendent donc impossible le calcul de l’indice de primo nuptialité féminine.

8 Le chiffre de la population d’Almaty est sous-estimé par les statistiques car, pour des raisons administratives et fiscales, une partie de la population ne s’enregistre pas. De même, de part sa position géographique voisine du Kirghizstan et proche de la Chine, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan, elle concentre les flux d’immigrants clandestins. Il est difficile de donner une estimation de sa population réelle ; la presse kazakhstanaise évoque des chiffres allant de 1,5 à 2 millions.

9 Faute de place, il n’est pas possible de reproduire ici les plans factoriels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Dynamiques totales, naturelles et migratoires internationales au Kazakhstan depuis l’indépendance
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 1. Taux de fécondité par âge au Kazakhstan de 1991 à 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. L'espérance de vie au Kazakhstan de 1991 à 2007
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 1. Régions et villes du Kazakhstan
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Carte 2. Évolution de la population des régions du Kazakhstan de 1989 à 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 3. Taux d’accroissement naturel par région au Kazakhstan en 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 4. Indicateur conjoncturel de fécondité par région au Kazakhstan en 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 5. Pourcentage de naissances hors mariage par région au Kazakhstan en 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 6. Taux brut de nuptialité par région au Kazakhstan en 2006
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 7. Espérance de vie à la naissance des hommes par région au Kazakhstan en 2006
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Carte 8. Taux de mortalité infantile par région au Kazakhstan en 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte 9. Taux de migration nette par région au Kazakhstan en 2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Carte 10. Résultats de la classification hiérarchique ascendante
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte 11. Pourcentage de Kazakhs au Kazakhstan par région au 01-01-2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Carte 12. Pourcentage de Russes au Kazakhstan par région au 01-01-2007
Crédits Source : QRSA (Agence statistique de la République du Kazakhstan)
URL http://eps.revues.org/docannexe/image/3690/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Olivier Seys, « Les dynamiques démographiques au Kazakhstan, un modèle spécifique depuis l’indépendance », Espace populations sociétés, 2009/2 | 2009, 243-261.

Référence électronique

François-Olivier Seys, « Les dynamiques démographiques au Kazakhstan, un modèle spécifique depuis l’indépendance », Espace populations sociétés [En ligne], 2009/2 | 2009, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://eps.revues.org/3690 ; DOI : 10.4000/eps.3690

Haut de page

Auteur

François-Olivier Seys

Université des Sciences et Technologies de Lille
UFR de Géographie et Aménagement
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
Francois-Olivier.Seys@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Espace Populations Sociétés est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université de Lille 1 - Sciences et technologies
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Revues.org